Skip to main content

Full text of "Revue des études juives 1907"

See other formats


Digitized by the Internet Archive 

in 2012 with funding from 

Algoma University, Trent University, Lakehead University, Laurentian University, Nipissing University, Ryerson University and University of Toronto Libraries 



http://archive.org/details/revuedestudesjui54soci 






REVUE 



DES 



ÉTUDES JUIVES 



-Z7? 



VERSAILLES. — IMPRIMERIE CERF, 59, RUE DUPLESSIS. 




REVUE 

M4 



DES 



ÉTUDES JUIVES 



PUBLICATION TRIMESTRIELLE 
DK LA SOCIÉTÉ DES ÉTUDES JUIVES 



TOME CINQUANTE-QUATRIEME 



PARIS 

A LA LIBRAIRIE A. DURLACHER 



%\ 



-V 



83 bis , RUE I.AFAYETTE - ^ - 

1907 *>£>* 





101 

1*1+5 
t. 51+ 



LES GLOSKS FRANÇAISES DE RASCÏÏI 

V» 

DANS LÀ BIBLE 



SUITE 



NOMBRES 

ii, 17, n ■» b y id ^ «. Chacun à sa main (à son aise) : 

-I KIZJ^N Ti^r^ £n ' son A JJ se — E p N^N "piÛ "pN — N tO'nN 11Ï5 *pN 
— K?...^N1«3N — M ?. . . ITOSnC — A lu""» "p«3K — W^ttTD5N 
C WVl "POT» — F ttî^N "piC^N L 

1. Voir /teywe, t. LUI, p. 161. 

Nous donnons ici quelques corrections à nos notes du précédent fascicule : 
P. 170, n. 2, lire : floccus. 

P. 171, n. 4, lire : péyséd (cf. Gl. héb. f>\, pei/selés, Romania, XXXIII, 592, et voir 
ci-dessous, p. 182, n. 2). 
n. o, lire : * ad -f pacamentum. 
P. 172, n. 2, lire : * dis t al lare. 

D. 8, lire : * fermas. 
P. 174, n. I, lire : madrine, marquer au lieu de masquer, 
n. 2, lire : * mansionata. 
n. 6, lire : corjéde. 
P. 176, n. 2, 3, 4, lire : * peduclaria, * raniclaia, peduclata, pedoiliée. 
P. 177, n. i, ajouter : cf. Gloss. héb. fr., jalonnes, et Rom., XXXVI, 347. 
P. 182, n. 2, lire : payses (cf. p. 171, n. 4) ; H donne : péysols, E tisus, F téysins. 
P. 183, n. 2, lire : Lire : vedile. 

n. 3, lire : croc. 
P. 187, n. 2, ajouter : Mais lire plutôt foer, avec EH S. Mod. : foyer. 
P. 188, u. 2, effacer : vautour. 
P. 191, n. 3, lire : rodonier. 
P. 192, n. 3, lire : teyle, de * Ihecula. 
P. 193, n. 3, lire : * granatos, * granaticium. 
n. 2. lire : cojongle. — L. Brandin. 
2. Lire: en son aise, mod. à son aise. (Sur aise voir Thomas, Romania, XXI, 506.) 
T. LIV, n° 107. 1 



2 REVUE DES ETUDES JUIVES 

iv, 9, n * n -i 3. Ses lampes : 

A ttinb Luçes — OGELFHQSCD ffiianb —DRXIOKJBH tt}3T>b 

— m tzj&onb — a b '-»inb — F iDïiab -- / îzwsnb — p iDiananb 

P \ï3^3lb '. 

— - 14, &■»*•'. Les pelles : 

71 Np-Hl FwKfe - P E G L C E H I N Q F K I M r>Tn — J b^TIl — 

B "ib-nn — d b^&a — /? b*«n - if b^wo — s b-na 2 . 
vi, 23, n» n. Disant: 

A lûDO"H D/san/ — A T aaarH — QHD l23T"H — H B318WH — EP 

Bswn — o awn -a'jmo pacn — r *f aaiw^ — s h3»^t. 
viii, 4, n©p», Frappé au marteau : 

A "plias Batediç — L M EC D FSE F 10 QSKJI piaa — 

y^naa — ff p«ûa — .vc p»^M«a — h paa — R p-rna 3 . 



— p 



xi, 5, d^Nû p. Des concombres : 

A çnalpttip Komkobres — CP LG U5"«n?3-ipip — F Q Um7a"i:np — 

eh s F ïï^naaiaip — p s^-wainp — o ra-iaTaipaip — N anaip?3ip 
R îzmattnpnp - i ©naTaap - Fiv snattip — d œnasip — 
i tonasnpip — b y^^?j"\"P — h œanaanp — m smattip» — 
d umaiftiaip — a* ananaip. 

7Ô2C?., a* 1 nu a a. Des melons: 

^ BSp^îia Boudeks — ifo isa^na — m îz^a^ma — p œa'ma — 
b œbpna —eh tap'ma — q f ^p-^nia — a rap'na - o ivœama 
— # ©a-na — f œ-o-na — n laba-ma — d oa^ia — s u^p-pa 
k caa^-na — d g isp^-na — p œ^a-pa — r uraib^n — c iaib^a 

/ 03lb"i73 \ 

/ôêû?., vïn, Des poireaux : 

EN0PFA0P lub'ms Pore/s — # p^TlD — #D C^llS — 

F b-ms — m a ttinis. 

xi, 7, la jiid, Gomme de la graine de coriandre : 

aoijd on s-na^b» Aijjndre — qmn Kmaarb"»» — a NTHa'wb» 

1. Cf. t. LUI, p. 185, 5. P donne luçèrnes. 

2. Cf. p. 183, 2 et e/ro/a. 

3. Formé sur battre ; cf. p. 180, 1 ; 181, 1. 

4. Lire : budékes, avec A ; cf. Bo mania, XXXV, 459. R C I donnent mêlons. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 3 

f »-H3ib« — Et h erna^bip — eisa -ms^bip — g "n/w^bis 
fi KT»«r»bia - p KTraanbnp — b Bnba^bip — f na-nVip — 
d i-ia^bip — c ntwbip*. 

xi," 7, nbia, Cristal: 

I D E F N P S C A F HO F L G SDW^ip Am/a/ — .4 baï^Tp — 

j bûtEP'np — Q biaiB'np — R VTbbizynp — h nbaïainp — 
n b»a"np — m ba"np — p ttnbatznp, 

— 8, Tara. Se promenaient: 

-4 I^K'wgaÇ'iK Fsbanejjer -DEFMNPBE T"331B ,, N - F "pifittSTIJi» 
A" ÈTI^aCN — IOQ£ -C"3aU3N — A r H^N^2N2^N - H 1*1333» 

— 29, i b nnx a 3 p tt rt. Es -tu jaloux pour moi, sens de : 

ardeur pour ou contre : 

C C33E3'nD3"»N Enprenmnt — S E33tt1S3iN — B N tattB^BS» — 
OiYE a:tt3-|D3N — R B733-lSrN — G '3"V£3TiSK — I Q Û'HMTO — 

cm aai-ios"»» — p ï3"ps3N — i aa^-nsa"»» -- a aansai» — 

P aSTHDSK - / a3W"ID3' , N — H E23733*nD3H — E aarj")D3K 3 . 

xiv, 3tf, n 3 n. Propos: 

A y*nbl3 Parlediç - A 10 C D ynb-is — BNPRS/'L ynblB — 

HMyibns - Ewbna - flOy^rbD - Fynbb-io - wpfiribnKa 

— G yibms \ 

— 44, ibisy^v Ils s'entêtèrent : 

A ©*n3?K iin^rès -BÛA'DHOF C^MM — B E M N P S K C 12-nWN 5 . 

xv, 20, n b n. Un gâteau : 

a b-ania Tortet — eg/^behipr b^niB — b b^a-na — 
p «bama — s ib"«a-na 6 . 

— 35, û i ^ n. Lapide, verbe au gérondif, tel que faisant: 

A aaÇJ^S Fajjsant — B F N P S C A' aaUPiB - F N aaP'B — B aaiTD^S 

- Oi/ aac*<s - o aara - hp aaixa — d aaara — e aaiûe. 

1. Cf. p. 1794, 11 semble bien qu'il y ait deux mots distincts : aliandre et coliandre 
(voir Gloss. héb. fr.). 

2. Esbanéiér ■= se divertir en anc. fr. 

3. Lire : enprénemant, c.-à-d. action de prendre feu ; cf. p. 179, 6. 

4. Cf. p. 172, 1. 

•">. Angrés a en ancien fr. le sens de difficile, mécontent, etc. 
6. Cf. fr. mod. : tourte et tourteau. 



REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



Ou allant 



A -J3?N Alanl - B HN C M P D E S t33bfc* — F -J3-lNbK - N a:ibK 

: - T 

— h ^rbx — P ^:nx. 
xvn, 3, D^no, Des plaques amincies : 

B/EHMPRCD/^yEG UJ^rj Tinves — B Q N Q S «jara — 

o^ «"naja — F i/N icrwa — p ^32^j — i izjsama — p '•b'taio '. 

— 4, ûiypvi. Ils les laminèrent : 

^4 ÇJ-p1û3*K Entavirt — B H P F "Jl^rj^ — H -pastTK — MN 

tmaa^ia — e tb-pwk — c Baninaa — k uîrrasN — 
b obéira» — p p'n'WBH — p u-nsa-iN — n etise*"» — 
d cmao^N — i «"mata©» — s ûïvaBK — Q lab^a pizj'rçasjTO — 
9 -parta» 2 . 

— 25, û n 3 b n. Leurs murmures : 

A yiTliTaniTD Mormordiç — OEN yvmETItt — P- Y"H 731173 — 

b y-n-n73-n?2 — hoblp y-niE-nn — // ■pbmTs-nTs — 
f ynbiTanTO — cd v^'3-n73 — n y-nb'wra — e im-naiTs 

— M yv-p73731?3 3 . 

xxi, 4, D^n 123 d a i s p n n, Ils perdirent courage : 

a nib gariprat Enkrout lor — //MN e -pb taiipsK — omb BYTpyK 

o a-npsN - p ttîib ainpsN — b 'nnp:^ - h -hBVnipyw — 
F lyoyypm — c m 'npaa*. 

— 5, ïiitp T31DD3. Notre âme est dégoûtée : 

^ C3p^i"lp3N Ankrojjst — N P K B3tt3wip3« — P L3311Z3' |, np3N — 

// aaiD'npN — jv ûïî^npa^N — p b -lumpa^t* — G c -pimpD^N 

— M îDlD'npaK 5 . 

— 8, 3. Une perche: 

A Kp-PB Per/re — BHNB Npn^S — OPBMPCN »w^ B _ 
E «pis — Jtf Np-pD — P P Np-pD — BD KpWfc — H CO^-pB 6 . 

1. Lire : ténves (* tenuas). 

2. Lire : Enténvirt (de * tenuam). EJVDI donnent des formes de estandre (ex -f- ten- 
dere), lit éstésén éles. 

3. Lire : murmurediç, formation en-aticium analogue à parlediç, etc. 

4. Énkrut, parf.de encroistre, cf. p. 170. I. 

5. 3 e ['• s - prés, de ancroistre. P B G C donnent enkréser, M donne ankréses, corres- 
pondant an v. fr. engrossier. 

6. Lire : perche. RD donnent pertica, qui est italien. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCI1I DANS LA BIBLE 5 

xxiii, 27, ^b-inapi. Tu me le maudiras : 

a n yo wrnbp Maldiras lui — n yb ©"rnbÊ — N*-fo V28ry*ibsm 
g nnb un-nb» — a e 11 M o -nb wwbn — s ©TnbTa — K F 
*nb »"rnbn. 

xxiv, 27, a m s T*1T. Un astre s'élance : 

4 DaaiD'H Destant — M C O MS^atzn — fi û?ttt?3 (= sa s a un) 

e n p caaeaun — d // n aaaun — m ©a^aTcn — h ©a^sau^et — 
p b VotKyn — lg nwm - a yaa^:: ' ? 

— 17, -1 p n p i . Et transpercera : 

a -p^na Projjr — b iwi» — //-p^-pid — £ -ma — p "rnc — 

F EH ON TmD — A -mit - M "VWmD —NT) l^blD — PC 

T">mB », 
xxv, 11, ^nNDp. Mon ardeur : 

4 û3»31?;nN Enprnmnt — G N Qa^WWK — if AT MO C33733-IB38 

— P a^nmsra — E ïaSB'naSN — F B3nnD3M — F BSTynoSH 

— p aa^-nss-'N - îma^-ro^a — £ canasta - h usn^-ien 

— s •ttaa-wnas» — R lasws'nasN — 1 Bawraaw 3 . 

xxxiv, 6, Q-». Les îles de la mer : 

AB ©b"*» /'« — ./DANPEIFOC ©b^N — H M .V ^b\X — 
O îab^N — GLD-Bibw» — PR W**bw$ — H TDibir« — 
/ ©"'b©» — A' œ't^N — E îabv^N \ 



— 7, lann. Vous tracerez la limite en penchant, sens qui 
se retrouve dans le mot «r^ chambre dont les murs 
sont penchés : 

A 'papDN Apantiç — N KO ya3DN — F y^a2"ISN — D E B O G L 

ynaa» — a 1 s d p c yi-trDN — / y^aasHN — p y-rnsN — 

H y-ï^EN — M / yna3N — N y<aB3K — R T^N — H ©lûSaN \ 

1. Du verbe : destendre, mod. détendre. 

2 Lire : forer, avec E P A, de forare (mod. : perforer). Les autres mss. lisent 
foréier, forme faite sur un composé de forare (* forizare). 

3. Lire : énprenemant. 

4. Lire : isles, avec la majorité des mss. 

5. Mod. : appentis, cf. Gloses de Gersch., 4. 



REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



DEUTERONOME 

i, 16, ynw. Ecoutez, mot à mot : écoutant: 

B C33TÎH Odant — DEMNSDK LT"nN — A B33NiN — P US'ITIN, 
i - 

U3bN — S// SSS'vna — O ïa^TTlN — I J 133*738 — G 1Ï33TI» — 

^v asjiN - h a-m^sa l . 

iv, 24, a 3 p b n. Dieu jaloux de se venger : 

A.tirn^pFR.Enprandre — AMP N'VïS'HWN — S K-IÛ*1D3HI — 

o «-rmcra — w N-nïHeaa — h nt^3-id3N — iv nt^50->3-]D3N 

P U373-J-)D^ — IS TnDFK — E t3»3"nD3N — r Ï338733123K — 
U3-)D3N — 2 ST"PD3N — F ^37331D3N — H ^37Û^D , 'N \ 

ix, 21, 1 in a. Moulant: 

A ç)3bi72 Molant — P ff A EM IN P A' S 9 L33bl72 — ^3^173 — 
S £33^73 — iVD L33"lb73 — F 0513173 — B ^3'bi7D — H U3Nbl7J. 

xiii, 6, nio. Il a prêché la rébellion, ce qui se détourne de la 
vérité : 

A fcmbiaiPt Destoloude — B NTlblMlDI — # ÉmbiatCH — 

h N-nabni^T — EFNmnbia^n — N-nbioïn - PPN-rbvjurH 

- m anbiuurn — o -nbiMio-H — 9 tmbia^-n — a aobiM'i — 
r ambiant — w a-nbiau^n ». 

— 7, ^rr^o 1 ib. Quand te séduira: 

-4 Nna-«72N Amelrd — 0P/iCFAEFMIN0S9 Énu^ûN — /^U^ttN 

T : " - 

— R ■•nasi^N — D '"1-113153 — N ÊO£T?pN \ 

laid., ^ p i n n o a, La femme de ton sein, qui t'est attachée : 

A an-npiDN Àpikjjère — fi N-pip-isa — £ NH^p" , DN — M NT^SN 
N I K*Tp*B& — K -ipDwS — M P KI'^DK — H «O^p^SR — 

1. De * audantem. H donne antandeit (entendait). 

2. Verbe de (* in + première) « s'enflammer ». N donne l'adjectif enprénière, « qui 
s'enflamme ». 

3. Part. p. de * dis + tollere, * dislollu/a : lire : déstolude, c.-à-d. « détourne- 
ment », p. p. fém. employé substantivement. EF donnent destoiture. 

4. Fut. de ametre (ab + mittere). R donne amontaré. Si on la rapproche de D 
mondré, ou verra qu'il faut faire abstraction de la ponctuation £3 et lire "»*lcp3i7-N 
amontré futur de amondre * ab + inonere. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCII1 DANS LA BIBLE 7 

N-pp^EN — F KT*pDK — I "Pp^BN — S KTIKwpMSK — A N-np^BN 
E KTp^BN — F K"p-ip"»BK — S NTp^BN — b^p^BN — 9 «piBN », 

xiv, 5, ip m 1. Le bouquetin : 

a pia:a^N Estanbok — a e F i n k / n piasaiûN — MO/? piarcauîN 

— jfhnl pia^^N — s piaa'rçttp» — cd p^aaaizpN — 

R ip*»33ï3\D« — P P G pnaâmDK — S p*33n«K - M pUlBN pia 

— E piabtiN't 

— 6, noiD. Le plante du pied : 

/' £ gl c d ei q r Roaba PJnfc — p aoabs 3 . 

— 16, n » œ D n r? . La chauve-souris : 

A pniTDIlbjp Kalvesoriç — D/AEHIMOPQRSSHEGL Nabp 

■p-nc - da 7 pTO NabNp — b ■p-iwnbp — p Nabp — 
Np-vNDabp — ïpita «nbp — Fpmia «abnp — / p-ni» «aba 
b F yniTO «abp — c p-mta «abp .*. 

— 18, pd^ix Coq sauvage: 

A Nonn Heroupe — B tf A D E F I C //P NBTltt — HMNOPSDfiG 

1 N «bit^i - A' «an 3 . 
xvni, 3, 3» n T. L'épaule : 

I NQib&ttM Asplte — D K N5B10M — LZBCHENOSREG inbBtÛN 

— P J "Jl^bbCM — A 'ji-iBp'W — B -p-iblBlBN — f "pbBtf^K — 
H 1inb»Bttî« — A 7 1"nbNB«5^N — A M 'pnbBttN — F "pb&tBIDN — 

Q "namoM — s iib-nDW» — f •p-PDur'N 6 . 
xxvii, 1, -1173U5, Gardant: 

A DSin* Gardant — B B^TTA — fl "pTlNa — NDiVS -p-na — 

f yama — g aa^-ma — b e h p aa-na — m cam-n — R iua*rvm 

— // caaTina — k NaTia. 



1. Lire : afichiéde de affixatam devenu * affiscatam. 

2. De l'allemand steinbock (cf. Gloss. et Bomania, XXXVI, 347). M donne bukestein 

3. Lire : pilante. 

4. Lire : Chalve soriç, F donne Ckolve sorie forme intéressante pour la prononcia- 
tion du groupe a + l. 

5. Cf. p. 189, 1. 

6. Lire : éspalte (lalin spatula). DK donnent espale. N espaleron, B espoleron. 
Les autres mss. donnent des formes plus ou moins corrompues de espaleron. A 
esperon (!) 



8 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxviii, 22, nnip. Fièvre des malades : 

FN "HlbB Malvaï — A "nibïï - 2 T AH D EN S D W vnbtt — 

Sffwnba — gi -n^bra — c ib^ — p ""«ib^E — m Tnba — 

H l^b» - 9 v^fc l . 

/ta/., min. Mal qui donne soif continuellement : 

^ CaaTanittJ^N Ajjsardemant — P C337j"ntt5"«N — iï n aanaaiNC"» 

— // âsNTaa-i^N — f r BaBai»*» — m aa-wita-iK — 
p mewion — b ests-tp^n — no a3"nm — F ldndzû-p^dn — 

E t3373 v nî31D"'K — H a3N73a-iaiZ3*N — D 'jûTl^ffl^ — S 
D3 , WnûO , «K — S lD73Tît3TZ5"»N —KL U373T11Z5N — *F arÈTW»*, 

lbid., 1 1 d n «5. Vent d'est : 

a *>bipn Hasié — F iz)"«btzjn — e «Tbœn — 9 "rbttîn — m uj-rbiarr 

— h n^bn — o abn — s b y nbton — r nhbœn — p wdïi — 

lofe?., 1 1 p "i ■» . Maladie qui dessèche et jaunit le blé : 

XABEMO N72p Kme — A inp - r P Y9NTip - // TWftp et 

riMN"» — F mp — r i-np k . 
xxviii, 28, 1 t rj » n. Perturbation d'esprit : 

A 'jiŒ'H-nasrN Estordison — G L CEO S 'ptS'HTrçaœ'W — 9 A M N 

— iv ■prn-naffiN — p ■pc^ma©*»» — d i-m-na©» — 
f ïnttnmatt» — h '"n-naraa 5 , 

— 37, rt 73 ia b . Tu seras un sujet de stupeur : 

A M N 'piZ^VnaUÎN Astordison — E P 9 •{T.a'H-nta^N — "pr-maiCN 

— d ïvn-naïaa - a ■jiï5-»-nu©^N 5 . 

— 49, y 73 to n. Entendre, au sens de comprendre : 

A Knia^Spa*»» Entendre — B ÉmaaS^K — PS «113^3^ — Ftf N 

«maâas — h ema-'aaN — amaaN — a k-itbs» — e '-naaaa 

— p K-nraaïK - w Œ-naaa» — M iTnaaaa (?) — f -nasea». 

1. Lire : malvai (môme racine que mauvais?), ou malan avec H (cf. Gl. de Gersch. 
de Metz, malent, 59). 

2. Tiré de ex + ard(ere) + mentum : A lire : aisardemant. 

3. Lire : haslè avec E. ; cf. GL hêb. fr., s. v. 

4. Lire : kro avec A (cf. Gl. de Gersch., 31), de crocum. H donne croie, dérivé de 
cro, et jalnée de * galbinatam. 

5. Cf. p. 167, 2. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCI1I DANS LA BIBLE 9 

xxvni, 68, DmDttnm. Et vous vous vendrez vous-mêmes : 

i ©15 ynsaiTrfa Porvandreç vos — peg ymrm-ns^N — 
n ©-n ywnaTnwM — m ©-n yman-nsN — F -oin fnnmsw 
AD«iâwTravniD^« - Wn ©■nTWWVHD*'» - p ©ii ©•naa-n-ncN 

— o ©na ©i-naa^ne» — K ©ia ©"marnca — J ©n y-na-n-nD^ 

— n ©ia pm^ns^x 1 . 

xxix, 18, panrn, Il se bénira : 

A •"C-p-j^a Bendirasajj — iV "itDKTHjia — PO "H©N"ma^a — 

m ■noermaaK — F ^©TWa^K — Q ■•©N-i'Haa — a -n© -ma^a — 

P -n^ NTTr: - G N TO-p"W3 - L ©^i^gia — B N"i"n© NTHa^a 

— h n© r-iiifwk — n -n© fcrmamN — S •^©tm'ia^a — 
e ^1© rrwa^a '. 

— 19, nn^ap. Son ardeur : 

A tansnpy*» Enpranemànt — SP aa733"nDa"<K — GL? a3^" , a" , "ID3" l N 

- njn aa^aa-nsa^N — moa aa»"nsaN — e aatt'rçnasN — 
e a3733"ne3K — b aaTaans©» — F B^nnea» — F a3»"nB3N — 
s iDarw»a« — R "lùaawa-nDSN - h aaN^-iTaN - k ansa^N. 

xxxii, % N © t. Verdure recouvrant le sol : 

XSDBE yna-J« 4r6rip — G l s n y-na-pa — e m / ynaiN — 

A < pïa"l ,, N [lierbediç = herbiz) — £ y»a"11N — H y^a-pN — 

N d yjo-a-rN — F 'pa-PN — ho y^ant* — p ©-nanN '. 

— 5, b n b n d. Tortueuse, comme un fil qu'on entortille : 

a y?bp7ta?M Antorteiijjeç — tfy^b^amaaîON — s p y-^a-naa^ 

— F ynba-nasa — m yvb^a-na©» — o e ©-n^amas» — 
s yomaiaN — nu N^bamaa — a ynb-naaN — f ibiamasN 

— n ©maa^N — h namaa» — R b^a-naa — d ybia-iaN — 
gl yi'ma-na — b ■pb^amaaN — £ fiob-^a-naaK*. 

— 14, -) 73 n. Vin: 

A ©131-1 Vinos — S.7DEFMN0P/?iV ©irm - /Z)ABHRS#E 

©ia*n — F ©i«an 5 . 

1. * Pro + vendere. 

2. Lire : béndira s;ii, cf. p. 5 : maldiras. 

3. Lire : érbediç, avec A E .M I. 

4. Lire : antortiliéç, mod. : entortillé. 

5. De : vinosum (cf. GL héb. /';-., 53, 43). 



10 BEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxxii, 20, û a ) 12 a n b. Sans éducation, sens de nourrir : 

a anqa'via Noretoure — m n o s &ma-na — e 7/ h Èmo'H'ia — 
F Krntama — k mania (?) — jv «maia — b Knbwna — 
p KniT ,, 3 — s &mYmaia l , 

— 30, ûn^on, Dieu les a livrés : 

A n'VH-'b'H Délivrar -PS n'mawi — EFO nnav^bl — M n'HaV'bl 

— b nTav^b-n — B Tnanar'an — dfaf -pnarb 2 . 

— 36, m as .an aiî3> ( (Point d'hommes) secourus et aidés 

par un chef qui les maintienne : 

a aj-na^n Majjtjjent — 7i aa^aa"'» — no maa 1 "» — s niaaa*"» 

— e aK^aa^N — b oiaaaar^ (?) — z> niEaaa'"» — a Nn^aba^n 

— F aanaaa^n — s -ma^aa-^ - fl maaa^NH — gl nia^aaTa 

— 9 -paaa^a 3 . 

Ibid., mat a». Maintenus: 

^ lïiaa^» Majjtenoud — if yiaaawTa — a Tiaoa^a — 9 -paaa">7a 

— s -p-j-naa^E — m iB'na^a^aa \ 

Ibid., n i t y. Fortifiés : 

4 fcn*XiB-afijt Anpoçède — B G LS n^atmoa'K — H •patmoaN — 

a* -pamsa» — e 'nnoaN — 9 n^atisa^ \ 

xixii, 41, •* a n ri p n a. L'éclair de mon glaive : 

a nvrabs Piandour — h miaNbs — a nntfba — F nnaibô — 
bdefmops/a mnabs — s smaibs — n ambsn — d nnabso 

— R mabs 6 . 

76/û?., a s uj Ta. Justice: 

A NU^a*^" 1 Joustise — M N^a'^l" 1 — D E AS Naz^atZJT — F «"ParBîp 

— // Nra«5T» — B NTÎ31DT' — P NTDÏÏ,,, — S frTlZa^N — 

n fcpœaYi - b N^aa^N. 

1. Lire : noreture. 

2. Lire : délivrer, avec P S. La forme de A est provençale. 

3. Lire : méntenedor, avec S, c.-à-d. celui qui maintient. 

4. Lire : méntenud, avec A A, où n doit se lire ~i. 

5. Lire : anforçéde. 

6. Lire : Flandur, formé par analogie avec splendorem, splendeur. S donne 
flandre, faisant fonction de nominatif, comme splendor aurait dû donner * esplandre 
(cf. Hloss. héb. f. flondor). 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCIll DANS LA BIULE 11 

xxiiii, 3, ^niaiia. Tes paroles. 

A ttD"j1îbnDnlDtt^Ç] Tesporpàrledors — h amfcPb-iDmDNa — 

m «mTbnBmMiû — d œbmcm&^a — e urTna^mD u^a — 
d ■niT'b-ismDaa — s -vnbTnB*viBûa — k y-mbs-nNSpa — 
s «nvnbwïîM)**! ! . 

— 25, ^di *p tt* a n, Tout le temps (de ton obéissance) 
durera l'affluence des richesses, c.-à-d., tous les pays 
apporteront à la Palestine (qui les nourrira) leur or et 
leur argent : 

A tnipttJN Askort — // Ù3TnpTD*M — D0 uynp^K — ï S K E F 

m o àamptBN — R aa'mpON — - aripEJ» ■. 



JOSUE 

vin, 6, i Dp Tin iy. Jusqu'à ce que nous les ayons attirés, 
m. à m. : tirés du fourreau : 

A nmîëxBWl Espodrer — M T-niDU^N — /"T^niD^N — W THT1S1Z3N 

— vi -j"mDtt5N — t -)a*msu;N 3 . 
— 18, plia. L'épée: 

/' TTOBifl Éspiéd — A T^DlZJiN — VWV T"D1Z)*N — M T fin^DÏ^N 

- v o^ixb? xjpo (?) *. 
il, 5, DTp 3. Brûlé: 

AWM yiw* Arsiç — V ^HN — U -p'^-lN et (glose intercalée) 
©B1D1Û — V ©a\Dia 5 . 

xi,2, ns33i. Dans les régions : 

A V WMU ©*mï3S1p Kontreds — T UJN^aaip - J tt^KiaSïp — 
V Ci"78B3ip 6 . 

1. Lire : tés porparledures, formatiou analogue à parlediç, cf. p. 172, 1, avec suffixe 
— atura, au lieu de — aticium. 

2. Lire : askoront, futur de ex + currere : afflueront (cf. Gl. h. f. :akoremont,54, 54). 

3. Lire : ésfodrér avec A c.-à-d. tirer du fourreau. 

4. Lire : éspéde, avec M T. V donne spada falçonés (= valencinés, de Valence), 
glose italienne. 

5. Part. p. de ardre, refait par analogie avec les participes en-itum. U doit se lire 
TnDIN, arsid. V et la glose intercalée se lisent : tostes (conservé dans le mot toast , 
du latin tostas, p. p. de torveo. 

6. Lire : kontrédes. V donne contados, qui doit être l'espagnol contrarias. 



12 REVUE DES ETUDES JUIVES 

xni, 2, m b ^ b s br>. Tous les districts : 

A ttîp-173 Markes — FWTUV rcpn» - J mp-pa - M XB-piE ». 

iv, 7, b a n 1 ■• y. La source du foulon : 

A W "pris P^on — M l1b1ë — T «jiblD — V -pb^D - J T"VlB — 
U Y«blD\ 

— 47, d^ï-j. Les îles de la mer : 

^ VV r ta^blB'W /sZes — F U Uîbïî^N — M ©-b*^» — v tû^blo^Bi — 

j t «b^«. 

xvii, 15, nsnai. Et tu l'abattras, si tu es capable d'abattre des 
forêts et de rendre le sol libre comme dans ce qu'on 
appelle : 

A M -PÛ"UZÏ"^N Ajjsarter — J ^OIiaiS^N — U V W T ni ai ET fit 

V -p^-ltftf^N. 

Pour y construire des villes, tu abattras alors cette forêt : 
a *oiiD?M — w -pb-hbik — m -pb-kd^n 3 . 

xix, 12, nbo^. Les flancs : 

a œpabs Pianks — v w 5 u ©pabs — v îzrpabs — m topaibsi — 
t pabs 4 . 

JUGES 

i, 24, v?n Nia» L'entrée de la ville, où était une caverne 
avec un coudrier : 

a w K-nbip Koldre — m v ■n'nbip — t &rmp — J n^nbip — 
u fcmbip — v ibpia 5 . 

ni, 15, VJ8. Serré de la main droite : 

VW U" n *û3"n Br\trjjl — v mnan — F a^nan.— a ai'Hôvi — 
u radian - J Montai — m cancan - t «-mai 6 . 

1. Lire : marches. 

2. Lire : folon, avec MTV. Dans V^ doit se lire "\. 

3. Lire : aisartér, avec A M, c.-à-d. défricher. 

4. Lire : flancs. 

5. Lire : coldre, avec A W. Cf. p. 171, 2. 

6. Lire : rétréit [re + tractum). 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 13 

m, 16, 1 73 a. Petite coudée, en allemand : 

A Nsb'Çaî*! Domilane — V IJiyÔVKffiri — U ÈttbfiPaYl — f ÈObfipatï 

— j letaon — m fiob^an - v «sb» — * wbNTsm — 
/ôi'rf., ira. En français : 

^ Mp-)1p«311 WaskorU — M FiHTipïm - f Clip»! - W amptZJa 

- t Kompttra — J rr&p , T8Jnp — D o-npiD» — <* ^ampiûn — 

u BTïpÇll *• 

— 22, assn. La garde : 

a\ abn //a/^ — v y?7i — f obln — J abin — m ybnrr — 
u w abn - t Kann ». 

/ôiT/., anb n. La lame : 

a\ orra b™** -wu aana — m aaina — y «ab — v N73b — 
t arna*. 

m, 26, ab73 3. Il s'enfuit: 

V U TU -PiriattJN Asmoçer — V -plIWN — A fc p3Éiaptt5 ,, 8 — 
J -P3M»pTO — M -j^?3£TO*^«N s . 

76/tf., n n -i ■» y 10 n. Forêt de broussailles petites et épaisses : 

A NSÏna Broçe — V FF UT 6«ma — J iDNSina — M ffi^ina 6 . 

m, 31, t 73 b 73 Aiguillon : 

m lib^qa» Agouiiion — a w ■pb'wns — u ivôiiN — v i^bia« 

— T F "J1D13N — J le verset manque — Note marginale plus récente 

p*"bna«3« 7 . 

iv, 11, D^33yS3 ] i b n . Près la plaine du marais ; 
Awyixi puma Mrtisk — F «puma — J ^"na 8 . 

1. Cf. GZos«. héb. fr.. 63, 29, 30. 

2. Lire : waskorte, comp. de was (guère, c.-à-d. très) et de corte, c.-à-d. très courte. 

3. Hait, de l'allemand balteu (cf. angl. hilt). 

4. y et V donnent lame ; les autres mss. brant et bront. Ces loazim ont tous le 
même sens. 

o. Cf. p. 169, 2. Ai M donnent des formes de eschamuçér (cf. Romania, XXX, 131). 

6. Mod. : brous 

7. Mod. : aiguillon. 

8. Lire : marésk, ancienne forme de marais (cf. ?narec-age). 



H REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

iv, 18, n^ttran. Manteau: 

A V TV M A F T U anp Kot — J Nûûip — V «Bip K 

-21. Tn\ Cheville: 

4M N^?p foôïfc - KIVFTU Nb"»ap — J Nb>np — G b^TINp — 
A F N^b^p — V liT»^ 8 . 

Ibid.. napan, Le marteau : 

A V M b"W73 Mar/eZ - J b""B-)ÏÏ — A G F T U F W b^173 3 . 

iv, 22, inpia, Dans sa tempe : 

A Nbpry rewp^ — F F \FMA UT N5S3^a — V »bs3"»û — 
CJ nVb30*. 

vi, 2, rmmtttt, Les voûtes : 

-4 ujnii ^od//.s — m w ffl^mi — u v ttîi^n — t ©a^m — 
J tanin — F ainm \ 

Ibid. Cavernes avec une petite fenêtre dans leur partie la plus 
obscure, d'où aussi leur nom de : 

a ©a'rçynib Lojjsets — f ff ©ïa^uD-wnb — u ©enDwnb — v otattinb 

7Ô2ûf., n n *i * w n . Les cavernes : 

avwi ©arip £>o& — m tdwip — u ©amp — v ©icn-,**. 

/6/c?., n n 1 £ 72 n. Les clairières : 

M TV -piD^bD Pljjsjç — a yna^bs — T y^Niabs — v yvro«ibii — 

j ynurbD — u yi^ni^ibs — v «©*»bB 8 . 

Ibid, iN3n\ Pourrait s'enorgueillir : 

A TEST! IWer — F TV M U T -pï33"n — J "P^ûSIl — V '■pOSm 

1. Lire : cote (cotte . 

2. Lire : cheville, comme en fr. mod. 

3. Forme en-el, qui est restée dans Charles Martel. 

4. De : lempora. Forme ancienne de tempe. 

5. Lire : vodvés (cf. ci-dessous, ix, 46), avec M TV, dont V (ix, 46) donne le singulier 
vodvé. Le mot semble remonter à une forme * volvalum (cf. voûte de * voltam p.p. 
populaire de volvere) combinée avec * vlduatam. 

6. Loisètes, formé sur lucere, luire. 

7. Crotes, mod. : grottes. 

8. Lire : plésediç (resté dans le nom propre Pleissis). Gf. p. 15, ix, 46. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 15 

vin. 7, û^pian, Les ronces : 

A «atai"! Ronces — W OTOn — U V tOattVl — J OTttYl — 

m «y^am — t oatma — v o^i-j. 

— 21, û^nnort. Les croissants d'or : 

A caib /><>"* — v ttsaib — 8 vv grmb - v wwb — s dtmaib — 

ix, 14, n a « rr. L'épine : 

A WHjbjpj»» Ajjrjlantjjer — IV "Yv*3aba*"« — F -l^L33b33"' ,, N — 

m nr«03 , "br«« - J T^psbjiN — t -TCaabwN — u nww»» — 

— 23, n 3» -i n 1 n. Un mauvais esprit : 

A û3ba 7aZa/i/ — W F J U 03bo — T OS/SO — M 03130 — 

v os^bobn 3 . 

— 46, n ■» 136. La clairière, endroit dont les arbres sont enlevés: 

A T»lD^>bB Plajjsed — J ■pïD'ÔB — T ViBWJ'ïbB — MU V F ntt5^bs — 
W "PlDbDi 

lbid., Selon d'autres, voûte, souterrain : 

A -mil i^/re — M ivrii — J b^mi (?) — v i^m, 

xvi, 13, msbn t), Tresses : 

a ttjvistibs Pioçjjas — w ©b^atibo — F ©laMibB — m ©wanbe 

— T DT'XSlbs — J »T3tbB — V '©"'OlBlbB 4 . 

Ibid., n 33 d 73 n. Bois sur lequel on tisse la chaîne : 

M .1 T frÔSTCN Asoble — A Kba'EP» — W F KbaiWM — 

uv Rbatca» 5 . 
Ibid., Le mot en lui-même signifie : 

M RTilEmK Ortojjre - U V THTI8 — T «^aniK — J NimiN 

— v Kbi^oniN — a arnaniN - w ÉmamN 6 . 

1. Lire : lunes. S donûe lunéites. 

2. Aiglantiér. V donne éspinés. 

3. Lire : maltalént, avec V, qui correspond en anc. fr. au sens du mot hébreu. 

4. Lire : flo<;éls, de * /Io'c)cellos, d'après W. 

5. Lire : ésunle, avec ^MT, Les autres mss. donnent énsuble et ansuble. Mod. : 
ensouple ou ensuple. 

6. Lire : ortoire, avec M. On dit maintenant : ourdissoire. U V donnent ourdir. 



16 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xvi, 26, ■> 3 123 ■> 12 ri. Fais-moi tâter : 

a -narçca Taster — v wt *nat&a — m j i^arcta — u -naKioo — 

V "PU1DBK. 

— 29, nab^i. Ilétreignit: 

a n^snna^N Enbmçjjer — u v -p^-ns"^ — t v -ps-imn — 

w NinsrN — m nen-ds^n — J -p^-pra (?) '. 

xvii, 5, Nb»^. Il investit; l'acte par lequel on investit s'appelle 
emplissage des mains : 

M A -pullimr^tt Majjnvestir — W -pBTD^in — V -paiana"'» — 

j -puunn — t -pûtcafc — u -peupise — v *pt3ip-«n — 

<x -p:3Œ313"' ,, 73 — « T'BIBT"!» 2 . 

Ibid., Entrer en charge, c'est: 

M A ■paÇ'lVl Revestir — 8 F "paiDni — W -pBtt)'"Tn — 
T -pEUr^M — U -nntï5"m 3 . 

xvii, 10, 3^133 "p** Une paire de vêtements : 

A Banbw-JBK Aparajjlemant — V BS^ab^-lBN — M B3Eb*lBN — 

J aa^b^-iB-'K — TBaTab^D» — w aa^b^cK *. 
xvm, 2i , nnasn. Le poids (les fardeaux) : 

^ ÉttMBaç^D Pajjsantoume — V N£:»B3t2B — MTN?3ia31U5Q — 

J 'moa^œo — vv swiaŒB 5 . 
xix, 21, ba^. Il donne du fourrage : 

^ -p-rpDN Apodrer — V TTTISN — V "niSK — J T^ID"'» — 
U -niDN — T T>73^3i-|p« — W TH331T-IBN — M aanaVTIBK 6 . 

xx, 5, "itti. Ils méditèrent : 

A ûan^âOTK Adesmernt — F BST^CHN — 8 a 3 "P Mi IN — 

: : " - : : • : v T 

1. Lire avec WU: énbraça. Les autres mss. donnent l'infinitif: énbraçiér (A); 
énbraçér (U V) ; anbraçér (T V)\ anbrasér (J). 

2. Lire avec M A V U a 8 : mainvestir. W donnent rcvéstir, T et V les formes cor- 
rompues manstir et méystir. Mod. : investir. 

3. Tous les mss. donnent rcvéstir c.-à-d. être investi), sauf T, qui donne main- 
vestir et doit se lirr : ^" , aUJ"n3" l 72. 

4. Lire : aparailemant de * appariculamentum, cf. p. 168, 3. 

5. Formé sur pesant, auquel est ajouté le suffixe-unie de umina (cf. Gloss. héb. fr.). 

6. Lire : afodrér. formé sur le gothique fodr (ail. mod. : f aller, angl. fodder). 
T donne aprovéndér., qui a un sens analogue. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 17 

m ûaa^T» - t -p'BwnK — u anunanN (?) — J un^ip (?) 

— H' DaTEWKK l . 



I SAMUEL 

i, 28, b i kej. Emprunté: 

A v^i-id^n Enproateç — w •paviss'w — m •pùansa" 1 ** — 
v t ■paaritta — F ynyiM» — f -^ms:** 2 . 

ii, 10, pi 1 ». (Dieu) juge : 

^ n^rao^ Ioustiser — F îûai^aœv — W n^^ûû^T» — 

v wp^awr — m OTataT* — f g ■vittOY' — t fcr-i*ruiD"p ». 
m, 11, n 3 b is n. Tinteront : 

-4 f WBJO Tantiner — W TSB^B — F "îrBKS — T -pB5B — 

m bïtox^b*. 

— 12, nbsi bnrj. Commençant et s'achevant: 

^4 BMr?b»«»pK BMppnlp Komanjçanl Eesplajjant — , BXpttip 

M»77bjwpjiM — w ^"nbcurNiN BaisawipaN — v Baatywalp 

BÏ*b»»M — M BrESWnMp U^-nbDttfiTN — T IN UilTDttlp 

iv, 19, nni:. Les gonds : 

A bN^iTip Kardonajl — W b^lfiOTlp — /" bstnfc — FM b"Wlp 

- t b^arip fi . 

— 21, n p b n b«. A cause de la prise de (m. à m. dû être prise) 

l'arche : 

A •^"ip'^'w^Nb , £- , . v1 1p" , N Etvajjrs leestripris — f im'HEPK 

©■npfinpip'iKb — v ^-nsnaurNb sn^nB"** — m citjïï^ 

» , nb , HÛtD , *Kb — T ttmDnB'Wb ©TnFK — u K^Çp'Wb ffi-llt^ 

cns 7 . 

1. De ad + aestimarunt. J donne cudért, cogitarunt. 

2. Lire : enpruatéç = mod. : emprunté. 

3. Lire : justiçér, mod. : juger. 

4. Lire : téntinér, avec W. M donne le subst. ténçemént, tiré de * tinniliare. 

5. Lire : coménçant é ésplayant, participe de esplayer, terminer. 

6. Lire : chardenail, tiré de cardin (em) -\- aculurn (cf. Gloss. héb. fr., 68, 92). 

"7. Lire : étvairs le éstre pris ; etvairs = estevoir, anc. fr. signifiant devoir, u donne 
envers le estre prés. 

T. LIV, N» 107. 2 



18 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

vi, 8, Tns. Ecria : 

A •p-ip^iN Eskrin — W V "pnpOwX — M T l^np^^N. 

ix, 17, ■» 12 y a "îatJV Il maintiendra en bon ordre mon peuple : 

A ■ppaun Desetenir — W -paaiN — V TSaDp — M WiBBp l . 
x, 2, iNii. Il s'inquiétera : 

A T»aattT| Démentir — IV M H^M^m — F -PUD72"H — T -paatt*! "• 

xiii, 6, Damnai. Dans les ronces : 

A t^îiDW ,, « Espinejjd — W -WDUTN - M Tî^DSUJN — T -pSWJK 
— u "P^DTDK 3 . 

7ôic?., û^nisav Dans les clairières : 

a , p-uzr"ÔD Pljjsdiç — vm yna^bs — tv yur^bD — t "jTniFsa*. 

— 20, i n uj n n 7a . Son soc ; 

M T V W ptu: Sok — A pitfî. 

Ibid., i n n. Son coutre : 

v w «nabip A'oZ^-e — a ànabip — m -naVip — t snanp. 

/fo'd. , ittilp. Sa hache : 

A Nl^pn Besagoude — M lOTS — V W NTiaiM — T firoMFa 5 . 

Ibid. , inffiin». Sa bêche : 

A TTHSië Fosoujjr - V n^tfîlD — M -p"nD1D — T TTODIS *. 

xui, 21, ï-j-psdï-j. La lime: 

A N7p">b /-une — TV V W KTrb. 

/foc?., ) i "iî b p. Fourche : 

A Npnië ForÂe — t Npmô — M ^pms - V «pis — W N^-no 

et •pb^ia» 7 . 

i. Lire : déstenir, mod. : maintenir. 

2. Du latin * dementare, resté en fr. mod. dans l'expression mer démontée (étymo- 
logie populaire pour démentée). 

3. Lire : éspinéyd, de spinetum. 

4. Lire : pleisediç. 

5. Lire : besagude (bis -f acuta), hache à deux tranchants. 

6. Lire : fosuir, de * fossorium. 

7. Lire : forche. VV donne l'orje et aguylon. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 19 

xin, 23, 3 £ 12. Troupe qui s'égaille pour piller : 

/' î^aj*? Çenbel — MT Y ^33£ — W A b^D^i: ! . 

iiv, l, îbn. Celui-là, indique ce qui est en face, ce n'est pas 
le fr. : 
a brç eu — mt y w b*3t 

Mais : 

A »U5^ Çest — M T Y W attî^S 2 . 

— 14, n3?s. Sillon: 

^4 rwi Réie — IT fcP"n — IV N" 1 " 1 !") 3 . 

— 16, û">D2£n. Les guetteurs : 

4 ^l3N3 Bftrt^ — T ©Sp'Wa — M Œ^ia — Y U3yNi:i — f KEP^a 

— IV ©3«vna \ 

xvii, 6, n ■© m nnsMi. Le nasal (poignée d'airain qui sort du 
casque vis-à-vis le nez) : 

A Y btt)_3 Nasal — a W T btpB — M bïZ3""3. 

— 7, dmin ni373^. Comme Tensouple des tisserands : 

A KbaTJÎpN Ensouble — 8 Y W «bailSM*. 

— 18, ûnany. (Tu prendras) leur garantie : 

A IDI^-tt Garantis — M ? T W Œ^ins — V -PSTIlM"!}. 

xviii, 27. Disbnn. Ils les donnèrent au complet : 

A , "Pï33© , HD Présanlér — T "p£:3ït)-)S — M ÏÏ^"J3nD - F IV 

xix, 3, ns T>b. A côté de mon père : 

— M OtD^«lDT33N — WaN-»iNi03^« 5 . 

1. Lire : çénbél (cf. Gloses de Gersch., 115). 

2. Çil {ecce -+- illï), mod. : celui-ci. Çést (ecce + iste), mod. : celui-là. 

3. Mod. : raie. 

4. Lire : badétes ou vedétes. W donne gardiens. 

5. Lire A comme les autres manuscrits : en ses ayses. Cf. pour le sens de aise l'art, 
de Thomas déjà cité (Romania, XXI, 506). 



20 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xix, 13, DM3>n va2i La peau de chèvre : 

/' b^xlbë FLoçéi — t brebis — m b^atis =- V N^bis — w iDb^arn 
— a brsbin \ 

xx, 29, rro b » s, Je m'enfuirai : 

l'T -patlttTBN Asmoçer — A n^Kinp©^» — M ^Pirvntt^N — 

xxv, 18, nTniD*. Des pâtés : 

AT fcO*up-lD Farside — W fcTPians _ v tZ5"PX"lB — M UJT'nB 3 . 

xxvi, 19, ^ n ■» d n. Dieu t'excite : 

A BSEa^N Ametmant — T arTaarON — M F W asroa^N*. 



II SAMUEL 

v, 24, pnn,] Tu pousseras le cri de'guerre : 

T -pDb} s Glapir — A -pnbà -MFW8 "PSbX 

vi, 14, ^ a nsN, Un manteau de lin : 

T|C33^StniD Porçejjnt — XCVA J33^X"ns — FF a^TIB — 

m ar-^ïîms — w «tsa^smo 5 - 
vin, 1, ans. L'aiguillon: 

A VWT •pb"i-n3N Agojjlon — M -p^b^N. 

xii, 31, bïian ^snnai, Lime: 

^4 T NTS-'b Lime — M F W KE^b. 

xiv, 13, -i a n » i. Et que ne parle pas ainsi (le roi) : 

V qbinp pSptwN ÉAncm paroZ* — T abinB "P^N — M "ps^K 

abris — -4 asbrisiiB^N 6 . 



1. Cf. p. 170, 2. 

2. Lire : éschemoçeré, avec W (cf. Romania, XXX, 131). 

3. De * fur cita, part, passé pris substantivement; mod. : farcie. 

4. Substantif formé de ametre et qu'il faut lire : amétemant. 

5. Cf. p. 184, 1. 

6. Lire : é ke non parolt. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 21 

xiv, 30, *i •« ba. A mon côté: 

A «HpvieflÔina» Anmêsajjçes — T u:p-»N^\NtrN — M I' iaia^ , WZ373a ,, 8 

xix, 25, 173 du). Sa moustache: 

^ ffi-na Grenon - V WT y\m — M -pnN 2 . 

xxi, 16, i^p b p id ». Le poids de son km, sorte de fourreau 
au bout du manche de la lance, qu'on appelle : 

T V b"*nWn» Arestojjl — m b'maiB'nK — w biaiû'nN — 

^ b^nau^nn 3 . 

Il a la forme d'un bonnet ; on trouve un objet semblable 
dans le Talmud (Zebahim) : les pommeaux du Meïl 
ressemblent à ces bonnets que portent les petits 
enfants et qui se nomment : 

A TDTpb^H Heajjlmes — V ttîpbïl — W lÛTab^n — M Œttbin — 
T ©bB-VH*. 

— 19, d ■* a i k n a e d. Gomme Tensouple des tisserands : 

A tibl'VD'*» Esoble — VTM «bav^N — W NbaiiaaN s . 

xxn, 2, ^?bo. Mon asile : 

t "pTtfjrjD Pijsdeç — m ynDrjo — a -pTa^bD — v -piD^bs — 
^ T^^i-ibs*. 

— 3, * Ti *. Mon rocher, c.-à-d. mon abri : 

A aaatfn-ttN Abnemant — F F aD73N"naN — A M uaW'HaK — 

F NuaTa^aN 7 . 

— 46, iba\ Se flétriront : 

f anatobs Pistre — f snato^bB — v ©na^bD — w tzrabs — 
a ;znisbD — m «ja^^bD 8 . 

i. Lire : an mes ayses (cf. p. 19, 5). 

2. Cf. p. 191, 1. 

3. Lire : aréstoyl, c. à d. poignée de lance. 

4. Lire : hélmes, mod. : heaume. 

5. Lire : ésuble. 

6. Lire : pléisediç, cf. p. 18, 4. 

7. Lire : abriemant (cf. Romania, XXXV, 293). 

8. Lire : fléstre. IV donne flatis, A flaçides. 



22 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxiii, 0, y 1 p 3 . Comme le chardon : 



I ROIS 

i,40, û^bbna. Avec des flûtes : 

A ^b-^bp Kaimels — fivt tab^wbp — u ^ib^bp — v urbwibp 

— M 'ûblNWp 2 . 

v, 22, rnm, Des radeaux : 1° en allemand : 

A Olb^T Vélos — VWTa 0"lb"n — M Olb72 — u DibTl- 

2° En français : 

AMTv y-i-| Reç — a U V yn — W 0*n 3 . 

Ibid., û "^ n is d 3 1. Et je les déposerai : 

A T'XD' 1 '! Depçecl — F -p:£D"T — W-i^^sn — T -p^B*! — M vat^l*! \ 

vi, 5, y i it ^ . Une galerie : 

l'WTC 'pBSSN Apnteç - 8UV^ 'p'WSN — M y-nUtfHMI ■. 

— 8, û^bibni. Escalier tournant, 1° en allemand : 

A yypb'iri Yindalstein —al ï" n ûlBb}3Vl — M *J^U^b^3in — 

w ■p^aiBbvrn — v vw^wn- 

2 e En français : 
A t -p-n Wïp — a c m u v v w F ym 6 . 

— 9, fiiaj. Plafonds : j'ai entendu dire au nom de R. Menahem 

que ce sont des planches sculptées, en français : 

A W U VF -P>2 Çeled - 8 VTw "rbir — M -pbï — C a T^b* 7 . 

1. Lire : chardon. 

2. Lire : chaleméls. V donne chaluméls, mod. : chalumeaux. 

3. Lire : vlos, ail. mod. : floss ; français : réç (rates). 

4. Lire : dépecer. M doit se lire dréçiér. 

5. Lire : apéndiç. 

6. Ail. : wendelstein, français : wïç, mod. : vis. 

7. Lire : çcléd, tiré de caelatum (cf. angl. ceiling). 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCII1 DANS LA IUHLE 23 

vi, 9, En allemand : 

A *btJVr ffémle — T *b5û**n — UWWv*fyjy*ï\ — V b»^!"l — 

u v Barbon — a «ba^n — s M^ba^n l . 

— 18, d^spD, Planches sculptées en l'orme de pommes : 

a Hjb""iZ)iîab Lmosjjis — w ©b"WTO>b — V ttîblO^lb — M UDb'vrçîfcb 

— t ©bw*»rab — » «b^çaib 2 . 

vu, 16, nnns, Leurs pommeaux : 

— u «ywp — v œb^np 3 . 
/fo'tf., patfc. Fondu: 

^Po^tD'nta — r Tarama — w pwno \ 
vu, 17, d"»3nu3. Des réseaux en forme de : 

.4 F W KD-vnp ^»e — T «S^ip — M NTB'vnp 5 . 

— 24, D ^ p if. Fondus d'une pièce et non ajustés, à l'aide de 

clous ou de ce qu'on appelle : 

a finwbittî Soidedure — F w t F N-mpira — m anTHbitB 6 . 

— 28, nnso», Arbre fixé au centre de la roue : 

A FWMTUV b^r^N — Ajjsel\ 

— 29, nnib. (?) 

^4 F W «nnblttJ Soldore 8 . 

— 32, niir Les essieux : 

^FWMTUV b*W*& — Ajjsel \ 

1. Allemand mod. : liimmel. 

2. Lire : lemoiséls, avec T (cf. Gl. de Gerschom, lemsel, 53). 

3. U et V doivent aussi se lire poméls. 

4. De trans + jectatum. 

5. Lire : coife, mod. : coiffe. M donne koifire, mod. : coiffure. 

6. Lire : soidedure, de * solidatura, mod. : soudure. 

7. Lire : aissel, mod. : essieu, de * axellum. 

8. (?) 



24 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

vu, 33, orna a. Leurs trous : 

A U V iDbT'na Bojjols — TV tob^na — W lûbvi» — m lO^ba 1 . 

Ibid., d fi ■» n t» n . Leurs bras : 

,4 M UT^n Bays — F TV T U V HJ-n-i 2 , 

vu, 36, a^D nrbi (?). 

V W NTnbllB Soldore — M «"n-mbltt 3 . 

— 40, d^^^. Les pelles : 

^tfmtuv b^n T'c/eZ — c b^n - A lûbm — w ©rwi 
— J rab^n \ 

ix, 8, p ^ td i . Il sifflera : 

a v -nbaitt sibier — v wu -pba^û — t -pbana — m n"«bariD 5 . 

x, 11, û^ttbN, Du corail: 

m b^-np Korjji — u v b-mp — t a v b-np 6 . 

— 15, a ^ y, Une garantie : 

A VWT mr'O'Ha Grntèah — M rtfinBmJl 7 - 

— 22, Cttin, l'Afrique : 

^FWTMDV N-»p—]SN Aprikea \ 

xii, 11, û^anpj, Des églantiers : 

A T^Mba'"» Ajjglntjjr — V ©"ra^b^N — W tt3-|^a^baN — 
TM tt5T»->C33^ba3"»N — U V "Pûb* 1 "» 9 . 

— 33, iabtt sin iïîn, Qu'il avait inventé faussement : 

f "vainaaip Kontrobér — v wt mu nianaaip — v ^ -nanasip 10 . 

1. Lire : moiols avec W, mod. : moyeux. 

2. Mod. : rayons. 

3. ? 

4. Lire : vediles, cf. p. 183, 2 {Errata). 

5. De sibilare. 

6. Lire : corail. • 

7. Lire : garantie. 

8. Afrique. 

9. Lire : églantier. 

10. Lire : controvér, mod. : controuver. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCUI DANS LA BIBLE 25 

xvii, 12, nnssx Dans une bouteille : 

a fm «b^taia Boiojjie - t w Kb^ena— u erboia — VN^b^caïai 

xviii, 32, nb?n, Un fossé : 

A T*ÇÎB Foséd — F 'plB'îB — FVT TiûlB — A -plD"ID — F TZJiuns 

— m '-w"nQ — u tubib — W "ptaiD. 

xix, 4, û n 1* Un genévrier : 

^4 anas^ Jenévre — F W.4T fina"^ — M N*n" | a3" n — U N"pa* n 3" n 

— V rPTJTi 

■ i 

— 12, n p i n » » n bp, Une voix retentissante : 

A a^TO^^arun Rtentesment — M T caaTDWUran — V t33"'ElZît33 ,, LJ , n 

— ^ caa&VBaBVn *, 

xxii, 3, û * © n ». Paresseux : 

-A**r»bi>gB ^foitev — /"n^bp&j — w-v^napana — v -pbpia — 
t m T«bp» — <r "i n ?«pN - y "vbpN *. 



II ROIS 

i, 2, nsaïïn. C'est le: 

MTUVir/ 1 -p-mba Aidojjr — w -i-nbab» 3 . 

Formé de planches minces appelées : 

A wm u v raab Lis — fi ppb - W «wtab*. 

Croisées à jour en forme de grille appelée : 

M U V ia*mD Prodnè — A WhD — T 6»TnB — W 13YTP9 - 

Selon d'autres, c'est un escalier tournant, en français 

a y-ni viç — fwtmuv ym. 

1. Lire : retentisemrnt. 

2. Lire : achalér, comp. de a privatif + calere. V et W donnent nonchaloyr. 

3. Lire : aledoyr, promenoir (cf. Gloss. héb. fr., alouyr, 80, 41). 

4. Lire : lates, mod. lattes. 

5. Lire prodne. F donne pérozne. Mod. : prône. 



26 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

En allemand : 
TM.i ■p^otiJKbiavn véndiastjjn — v , par©b'Tyn"i *, 

11,8, ûb^v II plia (son manteau) : 

A "pb^ip Koulir — W M T^bip — T ■pb'np — Vf Tb"«ip — 

u *pibip3ip — v -pbïpTp — m T»b-*Tp 2 . 
m,9, nmtart rtpbnïi bs. Tout champ fertile : 

A iSFEnp Koumiçi — W ÏIWXÎW — F i*fl31p — T i£72"lp — 

m Tmp (?) — » T»ip 3 . 

— 21 , b t n s b y . Sur la frontière : 

^ F M T Np-)E M/4« — W U V Np-|72 \ 

iv, 39, m n «. De la roquette : 

vwn snniN 0/-o/7a — u v -.a-m» — t «aniN — f nvuSk 5 . 

/ôzû?., njpD. Plante vénéneuse : 

^ wtu v yi-bia 50Z77V — v yibia — m ab'vna G . 

v, 3, ■» b rt m . Plût au ciel, formule de désir : 

F M W Ù3»T"rTHÛ Sohjjdmnl — f Ù3»'T«!-tiœ — F U37rT"!TUB — 

t aawnmta — a usttasvn'iiB 7 . 

— 15, rr D-i a. Un salut: 

a -nbp Sa^z/.rf — f a f u v mbio — t Tibia — m laibia — w yibia 8 . 

— 19, pN mas, Un arpent de terre : 

f E33*B1N ^/'/>en/ — MTM F ^rD"lK — F W U3D"-)N — A «383*1». 

— 23, d i ta n rt. Bourses longues : 

f lDTna Brids — T M W iDTna — F lBVPia — A WlTTO '. 

i. Cf. p. 22, 6. 

2. Lire : koylir, avec T V fv (cf. angl. to coil). 

3. Lire : semonçée. 

4. Lire : marche. 

5. Oruga, espagnol. U V dounent oruge, forme française influencée par une forme 
provençale. L'étymologie est le latin eruca (cf. Gloss. héb. fr., 81, 4). 

6. Lire : bulaiç (cf. Gloss. heb. />-., 81, 7). 

7. Lire : sohaydemant, mod. : souhait. 

8. Lire : salud. 

9. Lire : brides. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 27 

ix, 13, n i b y w n du, Degrés du cadran : 

MTUV Y W pp Krn — A ftp ». 

x, 8, b •»■) aat« Tas : 

v «b^stain Monçéis — m t j ©b^acna — v" w «b^atara — 
u «^atara *. 

ii, 4, n d b. La noblesse : 

/"i4 W13 Barnéd — F VVT V3"13 - M -p^ia ». 

— 16, û"» 1 ■». (On lui donna) de la place : 

/" oatpWntl Ajjsnçes — A fctttpp^N — V Kitt©""» — W lûafcatZT'W 

- m ■poatt'WM — t tai^a^N 4 . 
xiv, 20, *i*i». Opprimé: 

A f ©1firn«npa1p Kontrarios — M ffi^INnNiaaip — w T 

»ifir»bfin — F fflniT>"noaip 5 . 
ivni, 17, nb*na. Dans le fossé: 

^4 f "VpiB Foseti — U V V W -ptlJIB — T 'T1Z51B — M T*ttD. 

— 23, n "î y n n. Engage-toi : 
xix, 4, n i s i rr. Il vous a prouvé : 

^4 "p5i"lBN Eprover — FTM ^pan^BN. 

— 27, "i t a n n n 1 * "\ De ce que tu t'es irrité : 

-4 Tttitap^N Estomiv — A V W1 -pEnu^K — M -pBViatD'W 7 - 

xxi, 12, naba&n. Tinteront: 

^4 -pyrçaa^ta Tentener — v\ -nataa^ta — w -Dtaa^ta — uv "ptaa^ta 

— M Twaraara 8 . 

1. Lire : cran. 

2. Mod. : monceaux. 

3. De * baronatum. 

4. Cf. p. 19, 5. Remarquer l'orthographe de A aysénçe. 

5. De * contrariosum (cf. Gl. héb. fr., contralionz, 82, 42). 

6. Lire : gajer, de * vadiare. 

7. Lire : éstomir, c.-à-d. irriter. 

8. Trois mots différents : tentener 'cf. p. 17, 4), donné par A V V W ; tinter, donné par 
UV ; tentiçier, donné par M, fait sur * tentiç (cf. p. 17, 4). 



28 REVUE DES ETUDES JUIVES 

xxv, 17, n 33 a iB. Un réseau, sorte de coiffe : 

A KWTMUV NSi"np A'07»? », 



ISAIE 



1,4, inD. Chargé (d'iniquités) : 

A t33ipç Pesan/ — F 233T3 — W ^31233 — Z p3flB3 — F "pl^S — 
X "pNlDD — v 2331233 — D 2331T3 — F y3lZ3"3 — M 231233" , 3 — 

Y yi23^B — A TL3123D — <r ^3123^3. 

Ibid. % Adjectif du susbtantif poids : 

Y N73123312P3 Pésantoma — A Ka^ilD^S — Z NB1L331233 — 

Fa N31233T3 - W N3^233123S - X N73123311233 — TAv N7312331233 — 
D N731233"ir3 - F ^731^3123^3 — Y N731t3ip^3 2 . 

1, 6, nna n3373. Plaie suppurante : 

A «•V^açn'l Demaféjjre — FZM <x firynsttn — PZ «injjal — 

w n^3Z»n — f ad^te-j — a «■«arm — d naarw — f N-parTan 

— t -nataw 3 - 

— 25, la. Savon : 

FADFMZaS<7 ■jiaUD S6o?i - ^ FWT "para — F *;i5l23 4 . 

/Airf., lib^ia. Ton étain : 

A "p^ÛttS'W Estejjn — S F W A F Û"«Ï31Z3K — Z F 23^23123"^ — T Û^lpN 

— M V N73^£3123^N — a y"3U1I3« — <r D^ID^N. 

1,29, d "'b^K. Les ormes : 

A NpbiN Olme — V Zal NTablS — W N73"1"1N — F N-|73b"IN — 
M i»bl«. 

— 30, nba3. Se flétrissant : 

A l^ûttSbs Flastioun — Z la^lD^l^bs — W •puiabs — 

Y :33^12323123Nb3 — a 233N123"»23b3 — V 123 "n 23 123 "«b 3 — M 113^23123^3 — 
T 23123n231L^bs 6 . 

i. Cf. p. 23, 5. 

2. Lire : pésantume. 

3. Lire : déminçéde, avec F et T combinés (cf. Gloss. héb. fr., 102, 57). 

4. Lire : savon. 

5. Lire : fiatisant, avec a. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 29 

i, 31, y ist^ 3. Étincelle : 

A fcô^iavrN Estonçéle — F NbssuïPN — W V Nb^attBlS'W — 
T Kb^3ta^BT»N — « 'b^a^N — Y Nb^aTtSlBN — m b^atra^N *. 

ii, 4, D ■» nK. Contres : 

A w-ipbip Koltres — y 'cnabip - y unabip - ZoM ra-nubip 

W N«3"lî3blp — T Œnaip . 

Ibid., nn»ï». Serpes: 

^4 F tt)B"TO Sarpes — Y tf)DT»D — WZaT ŒB1TD — M TDS^BItZJ. 

II, 6, n p ^ B © V (?) 

A ÙpÇpa^T; Débatemént — Z aDauni — F a3?:^3T — W F 

dstowï — m earîaa^aan — t osTOtaw 2 . 

— 20, nrs isnb. Aux taupes : 

A IDBba TaZpes — W Z VaY Œcba — M ^sbir: — T NsbtD. 

/fo'ûf., û ■« d b a y b "i. Les chauve- souris : 

A y-niC fcâbp_ Kalbe soriç — Y ynilS N2bp_ — F W a Nnbp 

ymrc — m •p-niuap — t ym^bp — z ynnpab*. 
m,6, rtbtt5»rn. Faiblesse: 

A BOtï^b^B Fajjlejjnça — M N3fc3lb^B — v Nttjb""B (précédé de^"l) 3 . 

— 19, m b a a . Des colliers : 

a wft tsar^aœitt Mostneçs — a zt^Vûwn — z ^uraitt — 

M TDfittF3ï31S'ltt \ 

— 20, D^nœp. Des ceintures: 

A ttjn-jb"liN 0?"/res — F lS^nB — F lS^niB — Z lD"i-)D — 

u' ©■nnoTiK — m œns — t ts^x-ib — a ©ts — u ra^nns — 



i. Lire : éstencéle, avec la majorité dos mss. 
g» 2. Action de se battre. 

3.. Lire : i'aylience. Le groupe yli indique simplement 17 mouillée. 

4. Est traduit par koLéyrs daus le Gloss. héb, fr., 104, 44. 

5. Orfrés, donné par A et VF, et frays, frés, froys ont le même sens. (Cf. Correc- 
tions, p. 182, n. 2.) 



30 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

111,20, uj s 3 n--> n 3. Des sachets : 

A tfjppî: Noskes — FF N]5pi3 — WT Œptt13 — ZaM Np^-|3 f . 

— 23, û'O'nba. Des miroirs : 

A -p'i-JN-PTp Miradojjr - VZ TiiTIT»» — Wy-yfHKTO — 

m nwra — t o-imi» 2 . 
/fo'tf., rnî^s. Des moquettes : 

^ f pp>i73 A/o^m — F Z a F VF M (?) "ppbltt 3 . 

/ô/rf., û^T'Il. Des agrafes : 

a lob^anis Formajjis — v ybigr^z — z ybra-nô — m yb«73TD 

— W KXÎWD-i^D - >' Kb73"T»S — a B}*n*S - T yb»-ps \ 

m, 24, n U5 p » . Frappé au marteau : 

^ V ynaa Ba&% — fmtz ynaa 5 . 

iv, 4, t: & id 73 mn. Un esprit de justice : 

a pabo Ta/rt«^ — wzf usba — mt arb^ 6 . 

/fo'tf., n y 3 mi. Un esprit de destruction : 

A EMV'DTaîprç'H Déskombrént — V L3r72"l3?3ip , »2J" ,ta I — Ft3:Pm33ip» , H 

— a a73-)33ipD"H — t pamaaipiD'n — m ùsanasoTpwD'rç — 
z ûamafciptDi 7 . 

v v 4, û ^ Œ n a . Des lambruches : 

YW ZM ©iiDvinaab Lnbrojjses — T ©THMb (?) — /' ©i/'iB^inaab 

— a œp-nassib — f «wiaab — u fflirna^b 8 . 

— 10, ■• n 73 ir. Arpents : 

A Y Û3nn« ^4rpen/ — Z Û3ÇTM — « Ï331D1N — F C33"»Bn« - 
M g u:pd-in — T ys^DHN. 

1. Lire : nosches, qui a, en général, en v. i'r. le sens de bracelets (cf. Gi. héb. f.). 

2. Lire : miradoyr, forme correspondant exactement, au point de vue phonétique, à 
* miratorium . 

3. Lire : molekin. 

4. Lire : férmalç avec FZM Y. (Cf. p. 182, 4.). 

5. Lire : batediç (cf. p. 181, 1). 

6. Cf. maltalant. 

7. Lire, avec la majorité des mss. : déscombrement, c.-à-d. obstruction. 

8. Lire : lanbruises, de * lambrucsa. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 31 

v, 12, b-^bn. La flûte: 

T W V bV2?-p Klmel — v b^B^jJ — 7 b^ttlip ». 

— 16, a d ta 12 Justice : 

A NTD^a'vZJi"' Jostise — lVKaT NafUïJV — MI'Z NUPaJOV. 

— 26, d 3 . Un étendard : le mot hébreu signifie perche : 

MT V N^-PD Peria — Y Z a W NpTS — ^ fiÇ-nâ 2 . 

Ib'id., p n m t. Il sifflera : 

-i r z *pbmïB Siô^er — wzt -pba^ - l'a "-pbmtf} — m n^abiu: 3 . 

v, 29, sp a tns\ 11 saisira la proie : 

A TSratt3 ,, « Esmouçér — a Y M -yniJnTDlD^N — T F -pSTiatt^N — 

— 30, a a 3 "i. Et il sera regardé : 

/l K^TMZTK m^NÏ-'N Ediért esga'rdade — V TTï , OT ,, K B^N — 

^ TTrini^» t3T"N — i' "vit^n crpN — z -n-mm b^n — 
t puas a-r^a — m -p'HnaN EP^ 5 - 

vi, 10, 1 » m ïi . S'engraisse : 

A aarçynaSN Angrajjsant — V BSlS'nrN — Y ar©^^» — 

z ûstaar'n^R — t D3iD*»nM^« — m BswnWN - a asEtanas'w. 
vu, 2, ïim. Campe, se pose : 

ZfYl l^iD Posad — A W23iD — F «uns — M N©"ID — A W "HZ31S. 

— 3, n b y n . Le fossé : 

A Y TnDiS Foserf — F TOis — a "nois — 2 'i^ÎTC — W "plDID — 

t twib — a m "mais, 

— 4, û^is. Les tisons : 

A MT W Y Z ^"IIZ^U Tisons — A ©31PB — Z U33TPU — F ©131©^. 



1. Lire: chalemél (cf. p. 22, 2). 

2. Lire : perche. 

3. Cf. p. 24, 5. 

4. Cf. p. 169, 2. 

5. Lire : éd iért esvuardéyd. 



32 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

vu, 49, d"ï£1£3>3. Des broussailles : 

a v ©arîia nroçes — y ©arm — m z «jiar-na — t w rosna — 
a izjiaain ». 

— 25, m*». La bêche: 

iiiYr n^iujib Fosojjr — mt «twwid — z -non s — a -nuiras 

— W nilBblD — (Ici dans ct la glose : 'ba C33W733) ». 

ix, 13, îid d. Voûte: 

m t y Tibnp-iN — <* mb-n-iN 3 . 
x, 7, fi tt ni 1 d ab. Il ne pensera pas ainsi : 

/•F -p^P Koujjder - A "Tt^yp — FT -pT^lp - W^Wp — 

— 12, 3 n b b 1 3. L'accroissement d'orgueil : 

A NT"H3"i:n Uj^TûlD^lp Krajjsemént degrandéze — / ïfiWD^'Tp 

N^-tna'i — z Karwa/j û^ançnp — F «ar^anin ÛFWnp — 
y «ar«w;n aa-'Tsia'np — « Nuna-iai taaniD'np — t aaM^p 
Kama-un — m «mcas-iaT C3"Wnp 8 . 

lbid., niNCîn. Fierté : 

^4 N2£3Ç33i5 Vontançe — / 8St£33Vl — Y W ÉtttC33"n — V NiTUD'H — 

t «ianaan — m wataa'n 6 , 

x, 13, vas. Nombre de : 

a îD'Tîttî'vrçbB pioujjsors — m iznnizi'nbD — F lûTÎtZttbD — ZT Y 
ïî-niaibs — a îzmnbD 7 . 

— 15, 1 T1 a, La cognée : 

^ Ni^iîibin Doiodojjre — y m aT'nnbn — i en^vibin — 

x NTP"nb-n — w «-p^Nibn — a irvnb-n — t jn-nb-n 8 . 

1. Mod. : brousses. 

2. Cf. p. 18, 6. 

3. De : arcum * voltum. 

4. Lire : cuydiér (cf . p. 17, 1). 

5. Lire : craysemént de grandéze. 

6. Lire : vantançe, action de se vanter. 

7. Lire : pluysors, mod. : plusieurs. 

8. Lire : doledoire. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 33 

x, 33, t) p 3 1. Il va ébraocher : 

A -îjîpnattPN Esbranlar — V^YWD» — T V^pinattJN — AFMF 

n^:-i3TN — y nvnaTCW — X "wiai»''» — a ^tis©» — 

a n""at313»« — Z T«atZJ« », 

xi, 3, îrmïii. Et il ranimera : 

^ V^jnÇOla^n'W Édénosmerâil — T , rçblZ3n73i3 , W" l H — 

m vfc n , ^D»Ta , wr»« — x *ib na^taïa^ÊnÉt — y "na tn^-^NN 

— a en marge, par une main pins récente i"ib l^fàtZîis^NT^N — 
7 ^bb-p733N 8 . 

— 8, "in. La grotte : 

AFMT/U7X m-ip A>o/ - V tûi-|]? - ^ F Blbp ». 

— 12, 3. L'étendard (perche) : 

A F W Z Y a Np-PD Perka — F tJfpTp — X M T Np^pD — A ftW'ï'â *, 

xiii, 15, nsoî. Réfugié : 

M YXytynypH Akojjlir — fA ^b^ip» - Wn^blpN — F-pbipK 

— rz T^bip» 5 . 

— 21, û ■> ■'S. Panthères: 

M T XtomBlia Mrtrins — V Œrnpnw — cl icntnE —YZ IB^UI» 

xiv, 16, in^a\ S'examineront : 

^4 -Pû«ia& Aboater — /" TENiaN — F "VESiaN - F ■PB'nafc* — 

t TûnaN — a z T^tr'naa — m n^aana» — u -mafcnaa — 
(7 -pc-na» 7 . 

— lînnnv Ils penseront en eux-mêmes : 

A "P1D3D liD P or panser — F T»tM"»Ç*}1fi — Y Z1 -p^D^nD — 

1. Lire : esbranchiér, forme résultant de la comparaison des différents loazim. 

2. Lire : éd énosmera il luy, c.-à-d. et il le fera humer. 

3. Lire : crote. 

4. Lire : perche cf. p. 31, 2). 

5. Lire : akoylid, mod. : accueilli. 

6. Lire : martrines. A Y Z donnent martiues. A donne martris. 

7. Lire : avoter. avec le changement de 3 en D de * ad + vullare. 

8. Lire : porpansér. 

T. LIV, n j 107. 3 



34 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xiv, 23, isp. Le hérisson : 

mt A W Y <i ii^^nn Hriçon — Y z p^^n^n — X ^x^n^n l . 

lbid. , rt^r»«a»t3l. Je le balayerai : 

A -paipiÇ^N lhkober — l \Y Z -pmpsjN — a -ynaipraN — Mn^âipiON 

xvi, 3, nb^bs. Discernement: 

-1 DÏ^STp^nn Derajjsnemént — F Uî^'ÏÏI^ — T 03^733©^! — 

m ttS'w^-iiD'H — Xaaaa^m — « t33NW3"m — r ara^-pn — 

xvn, 13, b a b a a i . Comme le chardon : 

A t::nnp Kardouns — \Ya vzmt uJ^^^^p — >' tïîmp '*■• 

xvm, o, nnttTB. Serpes : 

T A fflp"}© Sarpes — X ©KSIO — a iD^n'O — >* CDIÇ — 
IVZttJDI© — Y NB1Ç — M UJ^sn©. 

/foc?., rn B i'ta a n. Les ceps : 

.4 Y iob^SÉ Çep* — H r X l'M ffiD^St — a ysit. 

Arsène Darmestetek. 
(^4 suivre.) 

1. Lire : hériçon. 

2. Lire : éskovér escoube, escouve signifie balai). 

3. Cf. p. 184, 6. 

4. Lire : chardons (cf. p. 180, 2). 



LA COLONIE JUIVE D'ASSOUAN 

AU V e SIÈCLE AVANT L'ÈRE CHRÉTIENNE 



La ville de Syène, dans la Haute-Egypte, n'est pas inconnue de 
la Bible. Le prophète Ézéchiel la mentionne à deux reprises : « Je 
ferai du pays d'Egypte des ruines désolées depuis Migdol-Sevênêh 
jusqu'à la frontière d'Ethiopie (xxix, 10). » — « Depuis Migdol- 
Sevêoêh ils tomberont sous le glaive (xxx, 6). » Ces mots Migdol- 
Seyônêh sont quelque peu obscurs, d'ailleurs. En effet, Migdol, 
en d'autres passages de l'Écriture (Jérémie, xliv, 1 et xlvi, 14), 
est une ville du Nord. Il faudrait donc : « Depuis Migdol jusqu'à 
Sevênêh ». C'est précisément la leçon à laquelle se ramènerait la 
traduction des Septante du second texte d'Ézéchiel, si cette tra- 
duction n'était pas le résultat d'une exégèse savante. Seulement, 
cette leçon ne peut pas être supposée dans le verset 10 du en. xxix, 
car on ne dirait pas en hébreu : « Depuis Migdol j usqiïà Sevênêh 
et jusqu'à la frontière d'Ethiopie ». Aussi, pour ce passage, les 
Septante portent-ils : « Depuis Magdol et Syène jusqu'à la frontière 
d'Ethiopie ». Mais, au lieu d'être le reflet d'une autre leçon (avec 
la conjonction et), cette traduction n'est probablement aussi qu'un 
essai d'interprétation, et cet essai n'est pas heureux, car comment 
placer sur la même ligne deux localités situées l'une au Nord, 
l'autre à l'extrême Sud? Ou bien il faut lire, dans le premier 
verset: « Depuis Migdol jusqu'à Sevênêh, à la frontière d'Ethiopie », 
et dans le second : « Depuis Migdol jusqu'à Sevênêh », ou, comme 
la Vulgate, corriger Migdol en migdal, « forteresse ». Justement 
il y avait une forteresse à Éléphantine, île située en face de 
Syène, base de défense contre les incursions des Nubiens. On 



36 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

obiectera il est vrai, contre la seconde hypothèse, que, Syène étant 
ff frontière de l'Ethiopie, l'expression Jusgu'é n'a p us d emploi 
Mais on sait que souvent en hébreu in... p « depu,s ... jusqua » 
Se des choses analogues. Exemple : «Depuis un fil ]«squ ,a 
une cou-ie de sandale » (Gen., m »); « depu is ton endeu^ e 
bois iusqu'à ton puiseur d'eau » (Deut., xnx, 10), et surtout . 
Tepuisle Néguèb'iusqu'àBéthel » (Gen., xm, 3), oùNégeb est une 
région à laquelle Béthel appartient'. _ 

Le rôle de Syène comme marche militaire de l'Egypte est atteste 
en part culL par Hérodote. Après nous avoir appris qu'au des u 
Sphantine on trouve déjà des Éthiopiens, il raconte que sou 
rttne de Psammétichus on mit les Automoles dans cette localité 
nom d fendre le pavs contre ce peuple, et il ajoute : « Les Perses 
ont eue aujourd'hui des troupes dans les mêmes places ou i y 
en avait sous Psammétichus. car il y a une garnison perse a E.e- 
nhantine et à Daphné » (n, 1", 18, 28, 30). 

C'est dans ces deux localités, Syène et Eléphantine, 1 Assuan 
d'auourdhui, que des documents récemment découverts vo> 
ReZ LUI P. 123) viennent de nous attester l'existence dune 
foTone>^ déjà u temps de Xerxès, dès l'an 471 avant 1ère 
cSenne II ne s'agit pas cette fois de conjectures plus ou moins 
an es les documents sont datés avec la plus minutieuse préci- 
sion e le fait qu'ils affirment ne laisse pas le moindre doute. Ce 
ont d s contrats rédigés en araméen, sur papyrus, et ayant fait 
^tie des archives d'une des familles juives domic bées , en ces deux 
localités. Ils s'échelonnent sur une période de soixante ans 

Le chef de cette famille s'appelle Mabsèyah, fils de Yedon.ab 
W ÎÏ1 H marie sa fille, nommée Mibtahiah, avec Yezamah 
„ls d'Ouriah son voisin. Cette Mibtahiah devient ensuite la femme 
d L Hor ÏÏ - Nathan, fils de Teos. Elle en a deux ils, Yedon.ah 
qui porté le nom de l'aïeul - et Mabsèyah - appelé comme son 

g, Inuîde è de démontrer que cette famille est juive, les noms l'attes- 
tent suffisamment ; d'ailleurs, ces personnages sont parfois décores 
df titre de Juifs ^ quand ils prêtent serment, c'est au nom de 
S. D e u i Juif, sont également un grand nombre d'habitants 
de Syène et d'Élépbantine en relations avec eux, voisins de leurs 
Propriétés, témoins ou scribes dans les procès qui les concernent. 

côté de l'autre », Sanhédrin, 20 6. 



LA COLONIE JUIVE D'ASSOUAN 37 

Voici la liste par ordre alphabétique des noms hébreux qui 
paraissent dans ces contrats : 

1° ma ; 

2° irma (cf. II Sam., xi etc ; IIRois, xvi, 10 etc.; Néhémie, m, 4, 

et vin, 4) ; 
3° vm (cf. II Sam., vi, 3 etc. ; l Clir., vm, 14, 31 = ix, 37) ; 
■!• Tû« (cf Kzra, ii, 16 = Néh., vu, 21 ; x, 18 ; Ezra, n, 42 = Néh., 

vu, 45); 
5° ima (cf. I Rois, v, 11 ; Ps., lxxxix, \ ; I Chr., n, 6 etc.) ; 
6° ïrma (cf. Zach., i, 1 ; I Chr., ix, 16; xv, 23 ; m, 20 ; II Chr., 

m. 20 ; Néh., ni, iv ; vi, 14) ; 
1° bvtt (cf. bia, Ezra, n, 47, 56 = Néh., vu, 49, 58) ; 
8° ïrbn (cf. Jér., xl, 5 etc. ; Soph., i, 1 ; Ezra, x, 18) ; 
9 J mm [cf. Jér., xxix, 3j ; 

10° rrmn (cf. Ezra, n, 40 = Néh., vu, 43; I Chr., v, 24; ix, 7); 
11° wm (cf. Nombr., xin, 8 et s. ; I Chr., xxvu, 20; Osée, i, 1: 

IIR.,xv. 30 etc., Néh.,x, 24); 
12° STWtti (cf. Jér., xlii, 1 etc. ; Néh., xn, 32) ; 
13° Tfoî (cf. Nombr., xm, 4; Ezra, vm, 14; Néh., m, 2 etc. ; I Chr., 

iv, 26 etc.); 
14° ït-dt (cf. II R., xiv, 29 etc. ; II Chr., xxiv, 24; Zach., i, 1 etc. ; 
Ezra, v, 1 ; vi. 14; vin, 3; x, 26 ; Néh., vm, 4 ; xi, 4, 5; 
xn, 16, 35, 41 ; I Chr., ix etc.) ; 
15° r*n (cf. Hag , Ezra, v, 1 ; vi, 4) ; 
16° pn (cf. Jér., xxxv, 4 ; Ezra, n, 46 = Néh., vu, 49 ; vm, 7 etc. ; 

I Chr.. vin, 23 etc.); 
17° bw <cf. irrbTP, Jér., xxxv, 4) ; 
18° ïwt*; 

19° rrar (cf. Jér., xlii, 1) ; 
20° nb;r : 

21° rrw* (cf. Ezra, vm, 7, 19 ; Néh , xi, 7 ; I Chr , m, 21) ; 
22° rpron» ; 

23° nora ou rrorra (cf. Jér., xxxn, 12) ; 
24° rroVE (cf Jér., xxi, 1 ; Ezra, x, 25, 31 ; Néh., m, 11 etc. ; I Chr., 

lx, 25 etc.); 
25° Dna»(cf. IIR.,xv, 14 ; 
26° ïtw73 :cf. Néh., x, 9); 
27° ûVj72 (cf. II R., xxn, 3; Ezra. vm, 16; x, 15 etc.; Néh., m 4etc; 

IChr., m, 19 etc.); 
28° ira (cf. II Sam., vu, 2 etc.; Ezra, vm, 16 etc ; I Chr.. u, 36); 
29° m-iT* (cf. II R., xiv, 21 etc. ; Jér., xliii, 2; Ezra, vu, 1; Néh., 
n, 23, etc. ; I Chr., n, 8 etc. ; Daniel, i, 6 etc.) ; 



38 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

30° m» (cf. Néh., m, 23 ; 

31° rrobn (cf. Néh., x, 23 ; ï Chr., iv, 21, 42) ; 

32° smbbD (cf. Néh., xi, 12); 

33° rrVï» ; 

34° pis (cf. Il Sam., xv, 24 etc. ; I R., ï, 34 etc. ; Ez., vif, 2 ; Néh., 

ni, 4 etc. ; I Chr., v, 38 etc.) ; 
35° ïtîbx (cf. Soph., ï, 1 ; Jér., xxi, 1 etc.; Zach., vi, 10; I Chr., 

vi, 21); 
36° rraip ; 

37° ï-m:n (cf. banan) ; 
38° ûbu (dW, cf. II R., xv, 10 etc.; Jér , xxii, 11 etc.; Ez., n, 42 

etc. ; Néh., m, 12 etc. ; I Chr., n, 40 etc.; II Chr., xxvm, 

12 etc.); 
39° û72"ibtt ; 
40° ï-pJEiu (cf. I R., xii, 22 ; Jér., xxix, 31 ; Ezra. x, 31 ; Néh., ni, 29 

etc. ; I Chr., ni, 22 etc. ; II Chr., xii, 7 etc.) ; 

Sur ces quarante noms, neuf seulement ne figurent pas dans la 
Bible ; ce sont : nna, bru, ïtot, r-ibo*», rrriBMa, ïtVwb, ïTWp, man 
nwibttî. Mais bm n'est probablement qu'une variante de b^a, ï-m*n 
de bfinan. On remarquera, pour les autres, le grand nombre de 
ceux qui se terminent en m 1 , forme qui caractérise les écrits récents. 
Trois se lisent dans Jérémie — et non ailleurs — ; ce sont : ïm-m, 
!T3P et ï-porra. Tous les autres, soit 26, à l'exception d'un seul, qui 
se trouve uniquement dans II Rois (ûnafc), se rencontrent dans Ezra, 
Néhémie ou les Chroniques, tantôt en même temps qu'ailleurs, 
tantôt dans ces livres seuls (n 08 3, 4, 6, 7, 10, 21, 26, 30, 31). En 
outre, pas un de ces noms théophores n'a la forme *p, mais m, qui 
se remarque surtout dans des listes post-exiliques. En gros, on 
peut l'affirmer, c'est bien l'onomastique des Juifs 2 revenus en 
Judée de l'exil babylonien. 

Ce n'est donc pas trop s'avancer que de considérer ces Juifs de 
Syène et d'Éléphantine comme un essaim de la colonie babylo- 
nienne. 

Quelle raison a pu leur faire entreprendre un voyage aussi long 
pour les fixer à la frontière méridionale de l'Egypte? Ce problème 
ne fait qu'un avec le suivant : quelle était la profession de ces Juifs 
perdus en ce coin de la Haute-Egypte? 

1. 11 n'y a pas un seul nom formé avec btf. 

2. Il se peut que dans le nombre se trouvent des représentants du royaume d'Israël, 
comme le veut M. Bâcher (Jew. Quart. Rev., XIX, p. 441) ; mais ils sont noyés dans la 
masse des Judérns. 



LA COLONIE JUIVE D ASSOUAN 39 

C'étaient des banquiers, répond .M. Sayce, répétant l'opinion déjà 
exprimée en 1903 par M. Joseph Halévy ' . En cet le année, en effet, 
parvint en Europe un papyrus provenant d'Éléphantine et d'une 
colonie juive ayant habile celle île. C'est l'obligation d'un inconnu, 
recevant un salaire du trésor, qui s'engage à rembourser un prêt 
à un certain \. ûls de Yatma (l'orphelin) et, en cas de non rem- 
boursement, à lui payer des intérêts, assez élevés. Dans la liste des 
témoins figurent les noms de Mahsèyah, fils de Yedonia, personnage 
qui nous est familier aujourd'hui, Malkiah, fils de Zechariah, 
et Guemariah iils d'Ahio, scribe. Ce dernier est témoin dans un 
de nos actes de l'an 40o ; son nom est également sur un ostracon. 
A coté signent des témoins non-Juifs. 

On a conclu hâtivement de ce texte : 1° que le préteur était 
nécessairement un Juif, 2° qu'il faisait le même métier que ses 
compatriotes établis à Éléphantine, 3° que ce métier était celui de 
banquier. Or, rien ne prouve que le prêteur ait été Juif, car nous 
ignorons son nom et ne connaissons que celui de son père, qui est 
araméen et non théophore comme tous ceux de notre liste 2 . C'est 
l'emprunteur qui vraisemblablement est Juif. Mais serait-il même 
prouvé que l'emprunteur l'est aussi, qu'il n'en faudrait pas déduire 
que ce Juif était banquier. En effet, nous possédons toute une liasse 
d'obligations du même genre, et où les parties contractantes, prê- 
teurs et emprunteurs, sont des colons militaires au service des 
Ptolémées. Ces documents ont été publiés en 1905 par M. Théodore 
Reinach. qui en est le propriétaire (Papyrus grecs et démotiques 
recueillis en Egypte). Dira-t-on que ces colons qui se faisaient réci- 
proquement des prêts étaient une corporation de banquiers? 

Ces papyrus de l'époque ptolémaïque ne montrent pas seule- 
ment la témérité de l'hypothèse soutenue encore par M. Sayce. mais 
ils offrent avec les nôtres des ressemblances qui éclairent singu- 
lièrement le problème à résoudre. Nous noterons, pour la curiosité 
seulement, que ces actes sont également relatifs à un même indi- 
vidu et à d'autres membres de sa famille En outre, la teneur 
en paraît calquée sur celle des contrats araméens : comme dans 
ceux-ci, la partie qui fait rédiger l'acte s'interdit d'exercer contre 
l'autre aucune poursuite; si elle contrevient à cet engagement, la 
poursuite sera de nul effet, mais le contrevenant paiera à celui qui 
a été indûment poursuivi une indemnité déterminée. 



1. Revue Sémitique, 1903, p. 2:;2. 

2. Sur Vostracon N son nom se termine par N"\ ce qui milite également en faveur 
de son origine ararmenne. 



40 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Mais voici surtout où la concordance des papyrus grecs et ara- 
méens est instructive. Nos documents désignent ainsi les parties 
contractantes (nous reproduisons in extenso toutes ces mentions) : 

A (année 15 de Xerxès = 471) : Koniah, fils de Sadoc, Araméen 
de Syène, du bn de Warizath, et Mahsèyah, fils de Yedoniah, 
Araméen de Syène, du b:n de Warizath { . 

B (année 21 de Xerxès — l re année d'Artaxerxès = 464) : Darg- 
man, fils de Harschin, le Chorasmien, demeurant à Yeb 2 (Éléphan- 
tine), la forteresse, tw du b:n d'Artaban, et Mahsèyah, fils de 
Yedonia, Juif (*r\m) de la forteresse de Yeb, du bm de Warizath. 
Dans le môme acte, il est parlé de Koniah fils de Sadoc, Juif, du 
b:n d'Atropadan ; de Yezaniah, fils d'Ouriah, Juif, du ban de Wari- 
zath, dont les maisons sont contiguës à la terre de Dargman 3 . 

C (6 e année d'Artaxerxès, 459) : Mahsèyah, fils de Yedoniah, Juif de 
Yeb, du bïi de Haumadat, et Yezaniah. fils d'Ouriah, du même bn ; . 

D (même date) : Mahsèyah, fils de Yedoniah, Juif l'orna de Yeb 
la forteresse, du b:n de Haumadat et Mibtahiah, sa fille \ 

E (19 e année d'Artaxerxès = 446) : Mahsèyah, fils de Yedoniah, 
Araméen de Syène, du bai de Warizath, et Miftahiah [sic), sa 
fille. Le père avait donné à sa fille une maison provenant de 
Meschoullam fils de Zaccour, fils d'Ater, Araméen de Svène 6 . 



1. Nom du scribe: Pelathiah, fils d'Ahio (Juif), des témoins : Mahasé, fds de Ye- 
schayah (Juif), Satibarzane, fils d'Athar-Ili (Perse), Schemayah, fils d'Hoschéa (Juif), 
Phratapharnes,fils d'Artapan (Perse), Badgates, fils de Nabou-Koudouri (Perse), Nabou- 

Ili, fils de Darga (sans doute Babylonien), Ben Tirasch, fils de ('?), Schalloum, fils 

d'Hoscbayah (Juif). 

2. 3" , 2 nnnN '•T- Si Ton ne dit pas simplement comme d'habitude 3^3 V, c'est sans 
doute parce que la propriété dont il s'agit était située à Syène. 

3. Scribe: Etan, fils d'Abab (Juif) ; témoins: Hoschéa, fils de Peti-Khnoum (Juif, 
fils d'un Égyptien, ou d'un Juif qui aurait pris un nom égyptien : à l'époque ptolé- 
mai'que, les colons militaires grecs adoptent également des noms égyptiens, mais qu'ils 
portent généralement conjointement à l'autre), Gadol, fils de Yigdal (Juif), Guemariah, fils 
d'Ahio (Juif), Meschoullam, fils de Hoschéa (Juif), Sin-Kasid, fils de Nabou-soum-iskoun 
(Babylonien), Hadad-nouri le Babylonien, Guedaliah, fils d'Ananiah (Juif), Aryischa, 
fils d'Arousatmar (?). Guemariah, fils d'Ahio est le scribe du papyrus L, où Mahsèyah, 
fils de Yedoniah, est témoin ; son nom figure également sur ïostracon M. 

4. Scribe: Atar-Schouri, fils de Nabou-zira-ibni (Babylonien) ; témoins : Hoschéa, 
fils de Pelaliah, Zechariah, fils de Nathan, Guemariah, fils de Mahsèyah, Zechariali, 
fils de Meschoullam, Meoziah, fils de Malkiah, Schemayah, fils de Yedoniah, Yedoniah, 
fils de Mahsèyah, Nathan, fils d'Ananiah, Hoschéa, [fils de] Reouyah, Mahasèh, fils de 
Yeschayah, Zaccour, fils de Sephaniah, Hoschéa [fils de Yigdjal (tous Juifs). 

5. Môme scribe et mêmes témoins. 

6. Scribe : Nathan, fils de Anania (Juif, témoin dans les deux actes précédents) ; 
témoins : Mithasdah, fils de Mithasdah (?), S[atibarzane], fils d'Atar-ili l'argentier (Perse), 

Barbari, fils de Dargui, argentier de NiriKi?;, fils de Schemayah (Juif), Zaccour, 

fils de Schalloum (Juif). 



LÀ COLONIE JUIVE D'ASSOUAN 41 

F (*2<) e année cTArtaxerxès = 440) : Pi, fils do Patii, architecte de 
Syène, la forteresse, et Mibtahiah, fille de Mahsèyah, fils de 
Yedoniah, Araméens de Syène, du bai de Warizath '. 

G même date) : As-Hor, fils de Téos, architecte du roi, et Mah- 
sèyah, Araméen de Syène, du bii de Warizath 2 . 

H 4 e année de Darius, 420) : Dans Yeb la forteresse, Menahem 
et Anania. tous deux lils de Mesehoullam, fils de Schelomim, Juifs 
de Yeb la forteresse, du b:n dlddin-Nabou d'une part, et Yedoniah 
et Mahsèyah, tous deux fils d'As-Hor, fils de Téos et de Miblahiah, 
fille de Mahsèyah, Juifs du môme b:n, d'autre part. Un procès avait 
eu lieu devant le lieutenant du chef de corps Vidrang 3 . 

J (8 e année de Darius, 416) : Dans Yeb la forteresse, Yedoniah, 
fils d'Hoschayah, fils d'Ouriah, Araméen de Yeb la forteresse, a 
dit, devant Vidrang, chef de corps de Syène, à Yedoniah fils de 
Nathan et à Mahsèyah, fils de Nathan, son frère, ayant pour mère 
Mibtahiah, fille de Mahsèyah, fils de Yedoniah, devant Vidrang, 
chef de corps à Syène '*. 

K (14* année de Darius = 410) : Dans Yeb la forteresse, Mah- 
sèyah, lils de Nathan, et Yedoniah, fils de Nathan, tous deux 
Araméens de Syène, du bn de Warizath 3 . 

M. Cowley, à qui revient le mérite d'avoir déchiffré nos papyrus 
avec une sûreté presque parfaite, avait lu bm le mot que nous 
avons transcrit b:n, et l'avait rendu par « quartier », traduction 
sujette à caution ; mais il déclarait tout aussi plausible la lecture 
by». C'est cette lecture qu'ont adoptée M. Smend et après lui la plu- 
part des critiques qui ont étudié ces papyrus. b:n, qui veut dire 
bannière, est employé dans l'Écriture et dans le langage de la Mi- 
schnaavec le sens de « troupe » et « corps d'armée ». M. Buchanan 

1. Scribe: Petisis, fils de Nebo-Nathan (Égyptien, comme son client?) ; témoins : 
Nebo-rèi, fils de Nebo-Nathan (son frère sans doute), Loubi, fils de Mannou-ki (Baby- 
lonien , Odnahar, fils de Douma (Babylonien?;, Nebo-rèi, fils d'Ostâne (Babylonien). 
Tous les signataires sont donc non-Juifs, comme Pi. 

2. Scribe : Nathan, fils d'Anania (Juif, le même qu'en E) ; témoins : Penouleyab.fils 
de Yezaniah, Yezaniah, fils d'Ouriah, Menaliem, fils de Zaccour. .. (tous Juifs). La 
liste des témoins est tronquée. 

3. Scribe : Meoziah, fils de Nathan; témoins: Menahem, fils de Gadol, Gadol, fils de 
Berèkhiah, Menahem, fils d'Azariah, Hodaviah, (ils de Zaccour, [fils de] Oschayah (tous 
Juifs . 

4. Scribe: Meoziah, fils de Nathan (le même qu'au précédent) ; témoins: Menahem, 
lils < 1 o Schalloum, Mahsèyah, fils de Yedoniah, Menahem, fils de Gadol, fils de Baadiah, 
Yezaniah, fils de Penouleyah, Ahio, fils de Nathan (tous Juifs). 

o. Scribe : Nabou-toukoulti, fils de Nabou-zira-ibni (Babylonien) ; témoins : Mena- 
hem, fils de Gadol, Hanau, fils de Haggaï, Nathan, fils de Yehoadar, Schalloum, fils de 
Nathan tous Juifs). 



40 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Gray prétend même que telle est la signification primitive du 
mot ■. En tout cas, c'est toujours avec cette acception que le prend 
la Septante, qui le rend par xà Tl xa, excepté en Nombres, i, 52, et 
il, 17, où elle met ^[/.ovi'a. 

Or voici comment sont libellées les dénominations des parties 
qui figurent dans les papyrus Reinach : d'abord viennent le nom 
de l'intéressé et celui de son père puis son origo, ensuite son 
appartenance au commandement (yjv^ovioc) d'un tel. Les colons 
militaires « sont groupés en r^s-xoviai et en rày^axa, désignés par le 
nom du commandant 2 ». Si l'on remarque que le personnage qui 
fait pendant, dans nos papyrus, à ce commandant est toujours un 
non-Juif et généralement un Perse, comme l'indique le nom qu'il 
porte, ne sera-t-on pas déjà en droit de traduire bm par « corps 
de iroupe, compagnie» et de faire de ces Juifs des colons militait es* l ? 

Ce qui confirme cette hypothèse, c'est que les différends sont 
généralement portés devant le chef de corps kWi nn ; de plus, on 
fait parfois une distinction entre bai b*n et ïrnp b*n (A et E) ; or le 
premier terme ne peut désigner que le militaire par opposition au 

civil. 

Mais la comparaison de nos documents avec les papyrus Reinach 
nous réserve d'autres surprises. On a vu que le même personnage 
est qualifié de Juif dans un acte et d'Araméen dans un autre. Des 
avatars analogues s'observent dans les papyrus de l'époque ptolé- 
maïque. Tel colon est désigné sous le titre de Perse et, une dizaine 
d'années plus tard, s'intitule lui-même Mucrô; ; un conscrit, d'abord 
qualifié de MaxêSoSv, fait partie ensuite du corps des Cretois; tel 
autre est Perse et a un frère Lybien. M. Th. Reinach explique très 
bien ces bizarreries en supposant que ces colons militaires sont 
rangés dans des catégories pseudo-ethniques. C'est le régiment qui 
est perse ou lybien, et en passant dans un autre régiment, le colon 
militaire en prend le titre. Telle est probablement l'explication des 
changements de patronymiques qui s'observent dans nos papyrus 
araméens, et en particulier de ce fait, déjà remarqué par M. Sayce, 
que, sauf une exception, le même individu qualifié d'Araméen 
quand il esta Syène, devient Juif à Éléphantine, pour reprendre 

1. Jewish Quarterly Review, XI (1899), 92. 

•2. Reinach, p 32. 

3. M. Ormont-Gauueau, qui penche aussi pour la lecture bn et compare le mot au 
Tày[xa et aux hégémonies fies papyrus ptolémaïques, dit : « 11 peut s'agir ici d'une répar- 
tition, d'ordre fisèal, de la population indigène entre divers bureaux» (Revue critique, 
40 e année, 1906, n° 44, p. 341). Dans ce cas, pourquoi dans la petite île y aurait-il eu 
tant de bureaux, tandis que Syène n'en aurait compté qu'un seul, celui de Warizath ? 



LA COLONIE JUIVE D'ASSOUAN 43 

son titre d'Àraméen à son rétour à Syène En d'autres termes, 
c'était la colonie militaire d'Éléphantine qui étail juive, tout en 
comprenant une minorité de non- Juifs 1 , tandis que celle deSyène, 
composée en majeure partie d'Araméens, portait la dénomination 
iïaramêenne -. Et c'est parce que cette division avait son siège à 
Éléphantine que le lieu du culte, temple ou autel de Yaliou iE : 
Nï-iba ffir -t ama« ; J : KH&N im ^ amaN , se trouvait dans celte île, 
sur la roule royale (J : fiob» ma . 

Pour nous enlever tout doute, ces Juifs d'Éléphantine, ayant à se 
plaindre des prêtres égyptiens, dans leurs plaintes au roi se réclament 
de leurs services, vraisemblablement militaires an 14 de Darius 3 ). 

Cette hypothèse soulève, il est vrai, diverses objections. Et 
d'abord, jamais dans nos papyrus le nom du Juif n'est accom- 
pagné de son titre militaire, comme c'est le cas dans les papyrus 
grecs. Mais n'est-ce pas tout simplement parce que le noyau de la 
population était formé de colons militaires ? La qualité était sous- 
entendue. Voilà pourquoi aussi, toutes les fois qu'une des per- 
sonnes figurant dans nos actes exerce une autre profession, cette 
profession est spécifiée, "pa*, bs-n-iN, &rcp artt v anb7o « marin de 
la cataracte ». 

Autre objection : dans notre hypothèse, le nom qui suit bm 
désigne le commandant de la colonie ; or comment cet officier 
peut-il être le même à soixante ans d'intervalle, comme cela 
s'observe à propos de Warizath? M. Théodore Reinach, à qui nous 
avons fait part de celte difficulté, nous renvoie à un papyrus de 
Magdala Bulletin de correspondance hellénique, XXVI, p. 99), de 
l'époque de Ptolémée Évergète, où il est question d'un certain Pto- 
lémée, chef d'escadron dans le régiment de Pythangelos et de son 
fils Ptolémée. Ici le fils est associé au père dans le commandement 
« avec, sans doute, promesse de survivance ». Le Warizath de 
Tan 411 pourrait être le petit-fils du Warizath de 471. Pour notre 
compte, nous aimerions mieux croire que Warizath était le nom 
du régiment ; ainsi s'expliquerait que pendant tout le cours de ces 
soixante années, il n'est question à propos de Syène que du déguel 

1. Les papyrus ptolémaïques montrent des mélanges analogues. A côté des colons 
grecs se trouvent établis dans le même district d'autres étrangers. 

2. On dit bien — M. Sayce et ses émules — que le nom d'Araméen, désignant tous 
les Srmites de l'Asie occidentale parlant l'araméen, pouvait aussi s'appliquer aux Juifs. 
Mais ce fait ne rendrait pas compte du phénomène, remarqué par M. Sayce lui-même, 
de la localisation du terme Juif k Éléphantine. 

3. Euting, dans Mémoires présentés par divers savants étrangers à V Académie 
des Inscriptions et Belles-Lettres, l re série, XI, 2 e partie, 1904, p. 297. 



44 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

de cet officier. Dans quel rapport était cet officier avec le ttb->n m 
« chef de corps », nous n'avons pas à le rechercher ici. 

L'ensemble de toutes ces considérations, même s'il n'est pas vrai 
que la compagnie cantonnée à Éléphantine était principalement 
composée de Juifs, nous permet d'affirmer que ces Juifs de Syène 
et d'Éléphantine étaient des colons militaires. Ils avaient été 
recrutés vraisemblablement en Babylonie, comme le montre leur 
onomastique. Peut-être môme le participe lorntt employé dans le 
papyrus à propos de Mahsèyah, fils de Yedoniah, participe qui cor- 
respond exactement au xl^ouyoç de l'époque ptolémaïque, indique- 
t-il un possesseur héréditaire d'un lot de terre individuel et nous 
donne- t-il ainsi des renseignements sur l'origine des propriétés 
de ces Juifs : c'étaient des fiefs militaires attribués à ces colons 
par l'autorité 1 . 

Comme l'a très bien vu M. Schiirer, ainsi se trouve confirmée 
une des assertions du faussaire qui est l'auteur de la lettre 
d'Aristée. Celui-ci, racontant que Ptolémée, fils de Lagos, avait 
transplanté en Egypte trente mille Juifs pour garder les places 
fortes rapporte, à cette occasion, que beaucoup étaient déjà venus 
avec les Perses dans de semblables conditions 2 . Du coup l'on voit 
à quelles aventures est exposée la critique purement littéraire : 
d'après Willrich, dont les conclusions sont adoptées par M. Wend- 
land 3 , l'histoire de cette transplantation des Juifs au temps des 
Perses serait due à un contre-sens commis par le Pseudo-Aristée. 
Celui-ci aurait mal compris une donnée du véritable Hécatée, 
§ 194, parlant du transfert de Syriens au temps de Ptolémée Soter. 
Willrich s'appuie, entre autres, sur cet argument que les Pto- 
lémées ne devaient guère être tentés de recourir à des soldats aussi 
peu utiles et maniables en raison de leurs scrupules religieux. 
Nos papyrus montrent que les Juifs qui choisissaient le métier des 
armes ne s'embarrassaient guère de ces scrupules. On les voit 
adopter la législation perse et même jurer, dans un différend avec 
un Égyptien, par le nom d'une divinité égyptienne 4 . 

Israël Lévi. 

1. L'inconnu du papyrus L qui reçoit un salaire du trésor semble être un 
[Aia6o96poç. Le parallélisme serait donc complet. 

2. § 12-14, 35-36. 

3. Dans Kautzscli, Apokryphen u. Pseudepigraphen,\l, p. 6, note. 

4. Encore à l'époque du Talmud ce fait ne devait pas être rare, car le père de 
Samuel (Babylonie, m" siècle) défend de s'associer avec un non-Juif, de peur d'avoir 
à jurer par la divinité de celui-ci. mOy'fi Ql^b T1DX bfrn720T H13N HWN 

iblO (Sanhédrin, 63 6). 



NOTES 
SUR LA GÉOGRAPHIE BIBLIQUE DE JOSËPHE 



I. MlDIAN. 

Sans fournir d'indication rigoureusement précise sur la situation 
de Midian, les textes bibliques renferment à ce sujet des rensei- 
gnements suffisants pour circonscrire la recherche dans d'étroites 
limites et ne laisser qu'un champ restreint à Terreur ou à la fan- 
taisie. Les Midianites n'ont pu habiter une terre très éloignée de 
la Palestine, dont ils s'emparent et d'où Gédéon les chasse après 
une occupation de sept ans (Juges, vi-viii). Ils apparaissent en 
contact avec tous les peuples riverains des frontières sud et sud- 
est de la Palestine, 'Amaleq, Édom, Moab (Juges, vi, 3 ; Genèse, 
xxxvi, 35; Rois, xi, 18 ; Nombres, xxn, 4, 7; xxv, 6 sq., et xxxi, 
-2-10 . 

Il semblerait donc qu'aucun doute n'ait pu s'élever, dans l'esprit 
des exégètes anciens, sur l'emplacement approximatif du pays où 
se réfugie Moïse s'échappant de la cour du Pharaon. Le récit des 
aventures du fugitif ne renferme rien qui ne confirme la localisa- 
tion voisine de la région sinaïtique que devaient suggérer les 
textes que nous venons de citer. Midian est proche du désert où 
Moïse mène paître les troupeaux de son beau-père, et au bout 
duquel il atteint le Horeb (Exode, m, 1), la Montagne de Dieu étant 
elle-même sur la route qui mène de Midian en Egypte (Exode, 
iv. 27). 

Pourtant, des trois écrivains judéo-hellénistiques qui se sont 
expliqués sur l'itinéraire de Moïse, un seul fait prendre au voya- 
geur la route qui traverse l'isthme de Suez. Le Môysos d'Artapan 



46 REVUE DES ETUDES JUIVES 

se rend en « Arabie » '. 'Apa&'a est vague et peu compromettant 
(dans l'Egypte ptolémaïque le mot désignait, en dehors des terri- 
toires de la péninsule arabique, les districts africains de la rive 
droite du Nil), mais la suite du récit où Àrtapan appelle "ApaSc; 
les sujets de Ragouèlos montre bien qu'il a en vue le pays des 
Bédouins. La localisation d'Arlapan, dans son imprécision, est 
donc conforme à la vérité géographique. 

Ézéchiel le Tragique etJosèphe conduisent Moïse dans une direc- 
tion toute différente; le premier confond Midian avec l'Ethiopie; 
le second, avec le pays des Troglodytes, au bord de la mer Ery- 
thrée c'est-à-dire avec la bordure maritime du pays des Noirs. 

Si voisines que soient l'Ethiopie et la Troglodytide, et si fré- 
quemment associées qu'elles aient été par les écrivains anciens, 
l'identification d'Ézéchiel et celle de Josèphe ne sont nullement les 
variantes d'une même théorie. Elles sont le produit de l'exégèse de 
deux versets différents du Pentateuque. 

Nous avons indiqué 2 l'origine de la localisation éthiopienne. 
Admettant l'identité de la femme kouschite de Moïse (Nombres, 
xii, 1) avec Gippora la Midianite, on en a déduit la synonymie des 
ethniques Éthiopien et Midianite pour aboutir à l'équation géogra- 
phique Midian-Élhiopie 3 . 

Plus longue et plus détournée est la route qui a conduit à l'iden- 
tification de Midian avec la Troglodytide, et nous aurions peine à 
la retrouver si Josèphe n'avait pris la peine de la jalonner. 

C'est en passant que l'historien nous apprend que la « ville de 
Madianô, sise aux bords de la mer Erythrée et qui portait le nom 
d'un des fils ΠAbram et de Khatoura '* > , appartient au rivage mari- 
time de la Nubie : « Les filles de Ragouël surveillent les troupeaux 
de leur père, car ce soin revient aux femmes chez les Troglodytes 5 . » 

1. Artapan dans Eusèbe, IX, xxvn, 433 d. 

2. Revue, t. LUI, p. 201 et suiv. 

3. Faute d'avoir saisi l'origine de la théorie éthiopienne, Kuiper, le seul critique 
récent qui ait étudié Ézéchiel avec détail, a cru (Revue des Et. juives, 1903, t. XL VI, 
p. 174) que le poète qui a écrit le v. 59 (cité plus haut, p. 202) a complètement 
ignoré la situation de l'Arabie, de l'Ethiopie et de la Lihye, et, une pareille mécon- 
naissance des réalités géographiques voisines paraissant inadmissihle chez un Alexan- 
drin, il a proposé de chercher la patrie de l'auteur dans une ville hellénisée d'Asie, 
de préférence à Samarie. Il n'est pas besoin d'insister sur la fragilité de cette 
conclusion. Ezéchiel est bien un Juif d'Egypte : ce n'est guère qu'à Alexandrie qu'a 
existé le milieu (pie suppose la composition d'une tragédie biblique imitée d'Euripide; 
en particulier l'épisode du Phénix (v. 254 et suiv. ; Revue, t. XLVI, p. 72), d'origine 
incontestablement gréco-égyptienne, dénonce la formation alexandrine du poète. 

4. Josèphe, Antiquités, II, xi, 1 (257). 

5. Josèphe, ib., II, xi, 2 (259). 



NOTES SUR LA GÉOGRAPHIE BIKLIOUE DE JOSÈPHE 47 

La manière incidente don! esl amené ce renseignement indique 
que l'identification des Madiânites avec les Troglodytes est an\ 
yeux de Josèphe une vérité acquise sur laquelle il n'est pas besoin 
d'insister. En effet, cette équivalence revient régulièrement dans 
tous les passages des Antiquités où il est question de la postérité 
d'Abraham et de Qetura. 

Exposant la merveilleuse multiplication de la race issue du 
patriarche, Josèphe note qu'aux descendants d'Ismaël appartient 
le pays des Arabes, à ceux de Khatoura la Troglodylide, à Isac la 
Chananée '. Le tableau généalogique des Khalou rides, où cette 
localisation est indiquée pour la première fois-, en fournit l'expli- 
cation au moins partielle : Josèphe, après avoir affirmé pour son 
propre compte que Madian 3 et ses fils Éphas et Ophrès, unis aux 
autres descendants de la concubine d'Abrabam, allèrent occuper 
la Troglodytide et la partie de l'Arabie qui s'étend vers la mer 
Erythrée, reproduit un fragment de Cléodème-Malkhosquine laisse 
aucun doute sur le point de départ de la légende de la conquête 
de l'Afrique. D'après cet écrivain, sans doute juif, de la fin du 
second ou du début du premier siècle  , Khatoura eut, entre autres 
fils, Aphéras et Iaphras, qui donnèrent leur nom à la ville d'Aphra 
et à la terre d'Aphrikèe. Ils combattirent, dit- on, avec Héraklès 
contre Libye 5 et Antée; Héraklès aurait épousé la fille d'Aphé- 
ras et eu d'elle un fils duquel naquit Sophôn , l'ancêtre des 
Sophaques 6 . 

Il est évident que la transplantation en Afrique-Mineure des 
Khatourides est due exclusivement au désir d'expliquer le nom des 
Afri par celui des fils de Midian que la Bible hébraïque nomme 
'Epha(les Septante lisaient 'Ephar) et 'Epher, Cléodème-Malkhos 

1. Josèphe, îo., II, ix, 3 (257). 

2. Josèphe, iô., I, xv (238 sqq.). 

3. Le texte transmis porte Maôavrj; pour Maô-.avr,:, qu'il faut rétablir (les deux frères 
sont nommés l'un à côté de l'autre au début du § 238). A l'origine de l'erreur, il y a 
plutôt une inadvertance de Josèpbe, brouillon incorrigible, qu'une faute de copiste. 

4. Les arguments par lesquels Freudenthal [Hell. Studien, p. 131 et suiv.) a pré- 
tendu établir l'origine samaritaine de Malkhos sont d'une extrême faiblesse (Schurer, 
Geschichle, III. p. 857-358 . — En ce qui concerne la date, le fragment de Malkhos a 
été recueilli par le Polyhistor et est partant antérieur à — 40. Il révèle un degré et 
des procédés d'utilisation des traditions mythologiques helléniques qu'on ne peut 
attribuer sans preuve directe à un Juif alexandrin de beaucoup antérieur au premier 
siècle : à en juger par la qualité, de son syncrétisme, Cléodème-Malkhos doit être de 
la génération du Pseudo-Hécatée. 

5. Non, comme on lit dans les traductions, contre la Libye. Libye est le nom de la 
Terre africaine, mère d'Antée. 

6. Josèphe, Antiquités, I, xiv (241) = Freudenthal, Hell. Studien, p. 230. 



48 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Aphéras et Iaphras, Josèphe Éphas et Ophrès. Devenus héros épo- 
nymes d'une partie de la Libye occidentale, Aphéras et Iaphras 
ont entraîné à leur suite en Afrique leur père Midian. Maintenant 
pourquoi, entre toutes les peuplades africaines, sont-ce les Tro- 
glodytes qui ont été choisis pour représenter Midian? Josèphe ne 
nous fournit à cet égard aucune sorte d'indice et bien des suppo- 
sitions sont licites. Dans la liste des Khatourides, Midian voisine 
avec Scheba et Dedan et on transportait vraisemblablement sur ces 
Abrahamides la localisation éthiopienne attestée (cf. infra n et m) 
pour le Scheba et Dedan kouschites; de là à déclarer Midian limi- 
trophe de TÉthiopie le pas a pu être bref 1 . — Les Troglodytes étaient 
circoncis 2 , comme il convenait à des fils d'Abraham; sans doute la 
Bible n'attribuait pas expressément la circoncision aux Midianites 
comme aux Ismaélites, mais le rôle que joue Cippora dans la scène 
nocturne d'Èxode iv, a pu faire croire de bonne heure que fils de 
Qetura et fils d'Agar 3 avaient reçu le même héritage ; . — Le nom 
môme des Troglodytes révélait un mode d'habitude particulier : or 
la Bible, surtout dans la version grecque, fournissait un moyen 
d'identifier Midianites et Qénites 5 , et Qeni, d'après la prophétie de 
Bil'am, « établit son nid dans le rocher 6 ». — Les Troglodytes habi- 
taient vers l'extrémité est du continent africain. Or Abraham avait 
envoyé les fils de Qetura Tipbç àvaxoXàç ûq y^v àvaxoXwv 7 . Un Alexan- 
drin, faisant inconsciemment de sa patrie le centre de l'horizon 
biblique, a-t-il cru qu'on tenait compte de ce texte en identifiant 
Midian aux riverains de la Mer Rouge, orientaux par rapport à 
l'Egypte? 
Nous n'épuiserons pas la liste des hypothèses concevables ; il 

1. L'auteur byzantin de VHypomne&likon, Josepb, raisonnait ainsi (ch. 147) : Kai 
àrco Xexiôvpa; êÔvy] ysyàvacri xoù 'Aêpaà^r xpîxov, xo Ia6à, 5 stxi xô Aîôiôttwv, xoù xo 
Maûtavtxocv, e oi siatv 'eu Trpôç xoï; Aî8io<]nv 

2. Diodore, III, xxxn (d'après Agatharchide). 

3. Certains Hebraei, dit saint Jérôme, identifiaient Agar et Qetura (Quest. Hebr., ad 
Gen., 25,1). 

4. Signalons, mais seulement pour noter, qu'il ne saurait être invoqué en faveur de 
cette explication le texte de saint Jérôme, Comm. ad Galal., V, 1 : Aiunt enim 
et JEgypti sacerdotes et Ismaelitos et Madianseos prœputium non habere. Jérôme 
n'enseigne pas que le Madian de la Bible ait connu la circoncision; il connaît la circon- 
cision des Troglodytes et l'attribue aux Madianites en vertu de la synonymie reconnue 
aux deux termes. 

o. Le début du livre des Juges (i, 16) relate l'établissement en Judée des « fils du 
Qeni, beau-père de Moïse ». LXX (B) spécifie que le Qénite est Jetliro : oî uïoi 'IoOèp 
xoù Kstvociou, et Josèphe, dans sa relation de l'incident, Antiquités, V, il, 3 (127), 
remplace « Qénite » par Madianite. 

6. Nombres, xxiv, 21. 

7. Genèse, xxv, 3. 



NOTES SUR LA GEOGRAPHIE BIBLIQUE DE JOSÈPI1E 49 

est possible que d'autres considérations que celle du voisinage 
éthiopien ou de la demeure rupestre des Troglodytes, ou de leur 
pratique de la circoncision, ou de leur situation géographique par 
rapport au méridien d'Alexandrie aient dicté aux commentateurs 
judéo-égyptiens la théorie acceptée par Josèphe. Ce qui est cer- 
tain, c'est qu'il est vain de prétendre trouver chez Joséphe ou ses 
autorités une connaissance du site de Midian basée sur une tra- 
dition positive' et que ces piètres géographes 2 n'ont disposé, pour 
trancher le problème topographique ou plutôt ethnographique 
qui s'offrait à eux, que des ressources les plus restreintes. Mal 
informés de la carte du monde, ils étaient, sur le terrain biblique 
môme, incapables de l'effort nécessaire pour répondre méthodi- 
quement à une question difficile. Aucun d'eux ne s'est armé de 
l'appareil complet des textes pour édifier un système cohérent et 
rationnel. Leur exégèse subtile qui n'envisage qu'un verset et 
néglige tous les éléments inconciliables avec la direction choisie 
manifeste déjà l'esprit et les procédés des écoles talmudiques. 

L'absurdité de la solution, trois fois admise au cours des deux 
premiers livres des Antiquités, pouvait échapper à qui considérait 
seulement la généalogie des Khatourides et l'épisode de la fuite de 
Moïse ; elle apparaissait flagrante dès que l'on prétendait étendre 
le résultat obtenu au Midian que la suite de l'histoire d'Israël 
montre établi près d'Édom et de Moab. Comment imaginer que les 
Midianites des Nombres, auxquels Israël fait la guerre postérieure- 

1. C'est bien à tort qu'Eduard Meyer (Israeliten und Nachbarstàmme, p. 314) 
allègue Josèphe à l'appui de la localisation de Midian sur la rive orientale du 
golfe élanitique et invoque l'unanimité d'une tradition qui aurait pour garants, après 
Josèphe, Ptolémée et Eusèbe. Le témoignage de Ptolémée sur Modiana n'a aucun 
rapport avec ce que nous lisons dans les Antiquités, et Eusèbe combine Ptolémée 
et Josèphe. 

1. Même quand il s'agit de l'Egypte et des régions voisines, on trouve à chaque pas, 
chez les écrivains judéo-alexandrins qui entrent ici en ligne de compte, des preuves 
manifestes de l'ignorance ou de la plus extrême indifférence en matière de géographie. 
Sans parler de Josèphe, dont les erreurs personnelles sont excusables, Artapan (436 a) 
fait traverser aux Hébreux en marche vers la Mer Rouge tous xaxà xrjv 'Apaêîav 7TOTa- 
u.oû;.Ézéchiel ne parait guère se soucier de la scène des divers tableaux de son drame : 
le puits de Midian, le buisson ardent, le lieu où le messager égyptien raconte le pas- 
sai- de la Mer Piouge et celui où le messager hébreu décrit l'oasis d'Elim n'ont certai- 
nement pas été, dans sa pensée, très nettement situés l'un par rapport à l'autre (croyait-il 
observer une vague unité de lieu?). La source suivie par Josèphe pour la vie de Moïse 
n < *t pas mieux informée ; elle présente comme identiques Latopolis et Babylone 
[Antiquités, II, xv, 1 (315 ; elle raconte que les Éthiopiens conquirent l'Egypte jus- 
qu'à Memphis et jusqu'à la mer, sans se demander quelle partie du pays restait à 
Moïse pour organiser la résistance (ib., x, 1, 240). La pauvreté et la confusion des infor- 
mations sur la géographie contemporaine expliquent dans une certaine mesure la fai- 
blesse et l'incohérence de la géographie historique. 

T. LIV, n° 107. 4 



50 



REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



ment à son arrivée aux bords du Jourdain, étaient riverains de la 
Mer Erythrée? Sans s'embarrasser de la discordance avec la locali- 
sation donner antérieurement, Josèphe donne à entendre < que c'est 
la région de Rékémè, c'esl à-dire de Pétra, qui fut le théâtre de la 
lutte. Il nous indique lui-même la hase de cette opinion : le nom 
di*ène de Pélrà, Dpn, vient de Rékémos, un des cinq chefs midia- 



îi) 



mies qui périrent dans l'extermination de leur peuple. 

Josèphe reproduit ici une doctrine palestinienne ; avant de définir 
la source alexandrine d'où provient l identification de Midian el 
delà Troglodytide, il convient de signaler une autre trace de son 
influence 

II. Saba. 

Dans son arrangement de l'histoire de la reine de Saba 2 , Josèphe 
donne à la visiteuse qu'attire a Jérusalem le renom de Salomon, le 
titre de reine d'Egypte et d'Ethiopie. Il identifie donc le Scheba du 
Livre des Rois avec celui des trois Scheba de la Genèse qui est 
petit-fils de Kousch. 

Dans l'expédition de Moïse en Ethiopie 3 nous rencontrons, 
d'autre part, la mention d'une ville de Saba, capitale du royaume 
éthiopien II n'y a aucune raison pour supposer, comme font par 
tradition les commentaires de la Genèse, que ce Saba soit différent 
du précédent et pour imaginer que Josèphe Vise ici, non le n=ïj 
de Genèse, x, 7. mais le N30 du même verset. Josèphe ajoute que 
cette Saba esl la ville même que Gambyse nomma plus tard Méroé; 
le but de l'emprunt de celte notice a Àgatharchide est évidemment 
d'expliquer pourquoi Saba a disparu de la carte d'Ethiopie. 

Il va donc identité dans la théorie géographique d'Antiquités, 
II, x et VIII, vi. 11 y a de plus entre les deux une frappante simi- 
litude d'inspiration. L'idée de faire de Nikaulis une souveraine 
d'Egypte n'a pu venir qu'à un Juif d Alexandrie désireux d'humi- 
lierïe rovâume des Pharaons devant le plus glorieux représentant 
du royaume d'Israël. C'est exactement la tendance que manifeste 
la source d'Ânt., II, x, c'est-à-dire, en dernière analyse, le Pseudo- 

Hécalée. 

Il semble donc que Josèphe ail suivi dans les deux cas le Rema- 
niement orthodoxe du Pseudo-Hécatée. 

\. Josèphe, Antiquités, IV, vu, 1 (161). 

2. Josèphe, Antiquités, VIII, vi, 5. 

3. lb.. H. x, 2 (249). 



NOTES SUR LA GÉOGRAPHIE BIBLIQUE DE JOSEPUE 54 

L'identification Troglodytide-Midian dans le récil relatif à Moïse 
est évidemmenl de môme origine; on est donc conduit à ramener 
à la même source Ant., [, w, 238-239. S'il étail certain que c'est à 
elle qu'aient été empruntés les §§ 240-241, ils nous donneraient 
pour la date du Remaniement un terminus post que»), l'époque du 
Poij bistor.i 

Nous inclinons à croire plus étendue encore lïnfluence de cet 
écrit, .'t a y chercher le modèle d\l/>/.. I, u, 3, § 70 * et de tout 
ce qui, dans Ant., I. vin. révèle l'action du midrasch alexandrin; 
nous n'hésitons pas a en dériver Ant>, II, vu, (>, § ISS; rx, 1, § 203; 
\v. 1, §315. 

Gel arrangement du Pseudo-Hécatée pourrait, d'après la nature 
dos emprunts de Josèphe, avoir consisté principalement dans une 
histoire des rapports anciens d'Israël avec l'Egypte. 11 doit prendre, 
dans la liste des autorités exploitées sans mot dire par Josèphe, 
la place communément attribuée à Artapan ; mais son influence 
s'étend notablement au delà des limites de celle quon reconnaît à 
celui ci. 



III. La liste des Noaciumcs. 

On a rapproché - le chapitre vi du livre I des Antiquités des pages 
correspondantes chap. vin et ix) du Livre des Jubilés. Il y a, en 
etl'et. entre ces deux expositions du partage des pays entre les lils 
de Xoé. un certain nombre (h 1 points communs; mais les ressem- 
blances tiennent surtout a l'emploi par les auteurs de la même 
carte de la terre. Une différence notable apparaît à la première vue 
entre ces interprétations du chapitre x de la Genèse. Les Jubilés se 
bornent a délimiter l'aire attribuée a Sein, Cham et Japhet et leurs 
descendants, sans chercher a établir de correspondance entre les 
ethniques de la Bible et les noms modernes. Josèphe sait quels sont 
les représentants récentsdes Noacbides, et traduit les noms fournis 
par la Genèse par des équivalents intelligibles aux contemporains : 
Gomar est l'ancêtre des Gomariens qui sont les Galates, Mosoch des 
Cappadociens, Thiras des Thraces. 

Le procédé élait ainsi créé qui devait permettre à une série 
d'exégètes juifs ou chrétiens de rajeunir à l'usage de leur époque 

1. La mentiou de la ïi-.v.oL yr, suppose qu'une influence gréco-égyptienne s>st 
exercée sur la source. Cf. Keitzenstein, Poimandres, i». 183. 

2. Julien Weill, Trad., I. p. 29, n. 2. 



52 REVUE DES ETUDES JUIVES 

la vieille liste ethnographique. Quand ils prétendent retrouver des 
réalités contemporaines sous le vêtement biblique, les auteurs du 
Dia?)ierismos, du Targoum du Pseudo- Jonathan, du Vosippon, du 
Sepher Hàyyaschar sont directement ou indirectement les tribu- 
taires de Josèphe. 

Il est douteux qu'il faille faire honneur à Josèphe de l'innovation 
qui distingue la relation des Antiquités de celle des Jubilés. Le 
compilateur n'était pas seulement trop pauvre en idées originales 
pour qu'on lui attribue celle qui est mise en œuvre ici; ses connais- 
sances géographiques étaient trop restreintes, pour qu'il ait de son 
chef institué un rapprochement comme celui de Pout le Ghamite 
avec le nom mauritanien de Phoutè 1 , qui ne se retrouve que deux 
fois dans toute l'étendue de la littérature gréco romaine. L'expres- 
sion hyperbolique « le pays de Phoutè que mentionnent la plupart 
des écrivains grecs » n'est assurément pas le fait d'un chercheur 
qui a recouru aux sources. 

Quel a été le précurseur de Josèphe? Au cours de son exposé de 
la destinée des descendants de Cham, Josèphe se réfère par deux 
fois à la suite de son ouvrage : § 133, à propos de la Libye, il 
annonce qu'il dira ultérieurement pourquoi on l'a appelée aussi 
Afrique; § 137 il explique la disparition des fils de Mestraïm en 
notant que la guerre éthiopienne, dont il sera question plus tard, 
a ruiné leurs cités. 

Or le texte qui raconte comment la Libye prit le nom d'Ophrès, 
et celui qui mentionne la guerre heureuse des Éthiopiens contre 
l'Egypte dérivent, comme nous l'avons montré, du Remaniement 
du Pseudo-Hécatée. Les amorces des § I 133 et 137 doivent venir 
de la même source, d'autant que § 137 traduit la même préoccu- 
pation que le passage sur Méroé (Iï, § 249), celle de faire comprendre 
pourquoi la géographie actuelle ne connaît plus les noms des 
enfants deNoé 2 . 

Est-ce à dire qu'il faille considérer tout le chapitre vi comme 
purement et simplement transcrit du Remaniement? On ne peut le 
soutenir, caril renferme au moins une donnée inconciliahle avec ce 
que nous savons de cette source. 

Josèphe (§ 134) donne le tableau suivant des descendants de 
Kousch : Sabas (n?o) engendra les Sabéens, Évilas les Éviléens, 

1. Josèphe, Ant., I, vi, 133. 

2. Le récit de l'invasion <le l'Egypte par les Éthiopiens ne mentionne pas expressément 
la ruine des établissements des fils de Mestraïm ; mais c'est sans doute dans le dessein 
d'expliquer cet événement qu'il est dit que les envahisseurs s'emparèrent de toutes les 
villes et pénétrèrent jusqu'à Memphis et à la mer (II, x, 1 (210). 



NOTES SUR LA GÉOGRAPHIE BIBLIQUE DE JOSEPH E 53 

c'est-à-dire les Gétules, Sabathès, les Sabatbéniens, Sabacathas les 

Sabacathénicns, Regmos les Regmiens. Regmos eut deux fils, 
Joudadas, qui fonda les Joudadéens, peuplade de L'Ethiopie occi- 
dentale, et Sabéos («??), qui donna naissance aux Sabéens. 

Scbeba est donc localisé en Arabie, et non plus en Ethiopie. 

C'est Josèphe qui doit porter la responsabilité de l'identification 
nouvelle. Il est, en effet, peu vraisemblable que sa source ait 
commis l'absurdité de présenter simultanément comme « père » du 
peuple sabéen Sabas (Seba), fils de Chous, et Sabéos (Scheba), fils 
de Regmos. Il n'est pas davantage probable que la source qui a 
placé les Joudadéens eu Ethiopie occidentale — rien n'obligeait à 
cette précision pour un peuple fictif — ait fait de Sabéos, frère de 
Joudadas, l'éponyme d'une province arabe ; de si proches parents 
devaient être limitrophes. 

La double incohérence qui affecte le § 134 disparaît si nous 
supposons que Sabéos était à l'origine, comme Joudadas, un 
Éthiopien d'Afrique ; du même coup l'accord se rétablit avec la 
localisation pseudo-hécatéenne de Scheba. L'identification primitive 
avec un district éthiopien, que nous avons tout lieu de supposer 
avoir été Méroé, a, chez Josèphe, cédé la place à un rapprochement 
fondé sur l'assonance. 

Isidore Lévy. 



MKLANGES 



I. — Sur le nombre des peuples de la Bible 1 . 

Les textes de la littérature traditionnelle ou il est question des 
« soixante-dix peuples de l'univers » sont des plus nombreux 2 . 
Mais seules les sources secondaires ont conservé une énumération 
détaillée de ces peuples. On connaissait jusqu'ici la liste des Hala- 
cltot Guedolot 3 et celle du Midrasch ha-Gadol*. 

Une troisième liste figure dans le commentaire (manuscrit) du 
Cantique des Cantiques par R. Schemaya de Soissons prûTcsi) \ 
sur vi, 8. En voici le texte : 

,n73-imn ,ns"n ,tddisn ,o"pn ,yoT2 ,bnn /\y ,"he .ans» ,*\ki .ns^n ,on 
^nno ,rïb-nn ,Nno ,p*:d ^id /D'n^a ,13"0 ^mn .D^na ^cnr ,r;c^bwX 
,DTnboa ,a^nn: ,D^mnD3 ^ans ,a^72jj> ,o"mb ,-11-17:3 ,pi ,»aœ ,7773^"! 
,">D*0 /FpKnh* /nn /wna /mttN /'Oim ,nn ^"it^ .D^-nnaa , 6 a^rnabs 
p'na .Vin /p? ,31» /nb /TtfssnB /il©» ^b*^ ;»nan , 7 "H7:£ /hyi8 
bns ,annn ,rm ,mMisn ,qbta /-nribN ^lap -1 ,abe ,na? ,nbc ,'CM 
,aa"p ,nb"nn ,tdin ,nt3 /TNtrna ,ba"L? ,nbpi ,(bn« pnnn nbp-r) 

• a-ia» ,mr ( nn; ,31-113 ,vi 

1. Voir, sur cette question, Krauss, dans Z. A. T. W., XIX, l-li: XX, 38 et suiv. ; 
Steinschneider, dans Z. Z). ,1/. '/., LV1I, 47 V et suiv.; Poznanski, dans Z. A T. \Y. , 
XXIV. 301 et suiv. 

2. Il semble qu'il y ait un rapport entre la tradition des soixante-dix peuples et la 
vision des soixante-dix bergers dans le Livre d'Hénoch, i.xxxix, 59 et suiv. 

3. Ed. de Varsovie, 282-283; éd. de Berlin, 631. 
\. Col. 178-179. 

5. Ms. de Munich n° ;J ; d'après une copie appartenant à M. Epstein. 

6. De même le Midr. ha-Gadol; dans les Hal. Gued. il manque D n P13bD. Le 
Midrasch des 49 Middot [Yalkouf, sur Gen., § 61), qui évalue a trente-deux, les fds 
de Cham avec ce dernier, parait également compter les Philistins. 

7. De même Hal. Gued., éd. de Varsovie, pour v-iq^. 



MÉLANGES 55 

Ce qui prouve que cette liste esl empruntée à une source 
ancienne, c'esl que dans les anciens Midraschim que nous con- 
naissons le passage du Cantique, vi, 8, est égalemenl appliqué aux 

peuples et aux langues '. 

En faisanl le compte des peuples un à un, on arrive au total de 
soixante-dix-huit. Il faut ajouter «anao et m»» parmi les Chamites. 
Si Ton défalque de ce nombre Sein, Cham, Japnet, Reou, Seroug, 
Nahor, Térah et Abram, qui sont de simples noms de personnes, 
on obtient soixante-douze peuples. Ce nombre n'est donc pas 
exclusivement chrétien, comme on l'admet en se fondant sur les 
sources connues. 

Dans le Midrasch ha-Gadol, sur Gen., xxv, 3 w 2 col 392s on lit : 
rw2;"i abira tanaa ava :n:n nw« avais nb n?:wN a^iosb *5iai 
ma^N avaisb mrviatia tma ^pstt phxt". La source de cette inter- 
prétation esl inconnue. Il me semble quelle esl fondée sur l'ag- 
gada suivante, qu'on lit dans Gen r., xxxviu (sur vin, il) : pan 
...■;--: mnsïïH 'b E^sm avs t^w q^sn ,B|X"h nVn ys"n \ m $ "nttN 
aviisi ^-lup': --:; isis ,amai03 ,vra* pvna mnoiSTa 'b 'jms 
■paaa a*na va nb 'n -i^am «nvnn pnir "pb-w bayEia^a mw. 
Il ne s'agit donc pas de peuples primitifs, mais de leurs descen- 
dants, ou, comme le dit le Midrasch ha Gadol (col. 187), de 
peuples nouveaux (vai mrjp ^:a ï"ï;o abva "nsnnnaia m^ie* 
. . .baraiT), qui ne peuvent pas être comptés parmi les peuples 
primitifs. 

Au sujet des « soixante-dix manières d'interpréter la Tora », 
Krauss 2 remarque que « le nombre des peuples bibliques a cer- 
tainement inspiré l'assertion si fréquente dans le Talmud et le 
Midrasch, que la Tora peut être expliquée de soixante-dix 
façons ». Ce rapport a déjà été aperçu par En Salomon Astruc, au 
xiv e siècle. Il écrit, dans son Commentaire du Pentateuque 3 : tin 
rrrav nv^-pr^ M-^^r ^a in p^m ...rnirb c d^:^ avais anttiK 
■na .mttis avais inie nrv a'pbinn bs naa D , n* , «7:i a^pTn a^sa 
...nz*wi ia:va nmN a^E^pTaa nbyw bis ïrmia. 

M. Krauss dit encore, à propos du nombre des membres du San- 
hédrin ' : « Dans le Midrasch Esse fa, qui tire son nom de Nombres, 
xi, 10, le nombre des Anciens s'élève tantôt à soixante-dix, tantôt 



1. Cf. Sifrê Deut., § 311 : Canl. r. et J//<7/\ Nc/t/'r ha-Schirim, éd. Grùnhut, sui- 
vi. S : de même .!/"//■. ha-Gadol I . c. 

2. Loco <il.. XIX, L3. 

3. Midreschê ha-Tora, éd. Mekitzé Nirdamim, Berlin, 1899, p. 119. 

4. /.oc ci7., XX. 43. 



56 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

à soixante et onze, alors que le texte biblique porte formellement : 
« Réunis-moi soixante-dix Anciens. » Ce chiffre de soixante et 
onze, contraire à la Bible, est môme repris en détail, un à un, 
tellement le nombre connu des membres du Sanhédrin est consi- 
déré comme consacré voire contre le texte de l'Écriture. » Or, 
M. Krauss n'a pas pris garde à la Mischna de Sanhédrin, i, 6, où 
on lit : .maboi vno? bv naapi /inai û-^aio bo nn^n rrbma prinao 
"■apTE o^n D^ata ^b ncDN "raïe© nnîo o^ao bia nths nbfttb ■patti 
û^ao n»ia rrrm '"i ^nai a^ara -nn ïmaa ba» ntatti t bwrw*. Cf. 5an- 
hedrin, lia. Le nombre soixante et onze, dans le Midrasch 
Essefa, n'est donc nullement contraire au texte; d'ailleurs, ce 
Midrasch lui-même a soin de spécifier que Moïse, qui était à leur 
tête, comptait pour une unité en plus : frpaa by ttcîwi. 



II. — Les additions de la Septante dans I Samuel, v, 6, 9. 

Dans I Sam., v, 9, la Septante a cette addition : xal kTzoi^oLv 
éauxoTç ol TeôôaToc lopaç ; la Vulgate : « Inierunt que Gethaei consi- 
lium, et fecerunt sibi sedes pelliceas », c'est-à-dire : ^©38 îawm 
w naïïi» anb iiaam m. 

L'explication de ces additions est fournie par l'aggada sui- 
vante ' : 

irai ,3>tidx noya dïî (û'nawari) "paran vnia mp» ba -itsn prrp 'h 
■pbian "pam T»n îDWiDasn mois? vn rt72 anbia D^aan ">nai cnsn 
û"«DOn t\-ti ,a':nj»n rrm iwnïï ^72 bo vmbia na« anjaiK vm pinb 
b^bcn» û"nain p nna ht ^a-i aœa rmm 'n n^N .omasb "pa^paa 
ûmx -p nTaNau: ,aTitaba b» a*naajn : p ib«i ,710771 nx"]in 
TvniD ivai ,mana bis boDon bv aiav ^n^bon mn .b"mniaa 
•^aa ja^-iun Inbia» mTn n » ir y 7a bosofi a»paa (naa*n) r-ibi* 

Un autre texte nous apprend comment les Philistins ont songé 
aux « sièges » 3 : 

laaan nnnaa [aaii] n^n Haro nh .D^TYroan by 'n T naam 
n*im Nin ,a*innb îb ■ni'n va>7a ^aa n« beiiûi mnnn 173 nbi* 

1. Midrasch des Psaumes, sur lxxviii, 11 (éd. Buber, p. 350). Buber indique les 
textes parallèles et les variantes. 

2. Midrasch Samuel, x, § 4. 

3. Ce qui précède se trouve aussi dans le Sifrê, Nombres, § 88. 



MÉLANGES 57 

ûnb s^cir nvnb "i-nn , 'nai dt^c-h D^mtDKn by 'n -p naam a^roi 

,ûbi*n rr»m -raaia ">» b«3 in^bo -on booob -ittiwN las* mn ,D^boDO 

173 nbi* i3D?i *pnD boson mm ^N-natta n »b mas "jn /ir^na nn«i 

...mnnb ib TiTn ,V3>?3 ">3a ns uwiïn Dinnn 

Ainsi les souris sortent du fond de la mer pour faire subir le 
châtiment aux Philistins. Ce trait suppose que ceux-ci se tenaient 
en mer, où ils croyaient — c'est ce qu'il faut sous-entendre — pou- 
voir échapper aux souris. Et voilà la clef de l'addition énigmalique 
du v. 6, qui dit en substance qu'il parut à Asdod beaucoup de 
souris et que, pour leur échapper, les habitants s'embarquèrent 
sur des vaisseaux : xaî eêapuvOT) /sip Kupiou ïtû "AÇcotov xaï ex)QY a Y ev 
owtoïç, xaï £;s^£<7£v aùroTç eiç xàç vauç, xai [xÉaov tt,ç yoSpaç aùrrjç àv£cpu£<îav 

Il est probable que ces additions de la Septante sont fondées sur 
la légende conservée dans l'Aggada et non sur un texte biblique; 
toutefois cela n'est pas certain, parce qu'il est possible qu'inver- 
sement l'Aggada ait été inspirée par la Septante 2 . 



III. — La traduction du tétragramme dans le Targoum 
des Proverbes. 

Le Targoum des Proverbes, qui se distingue des autres ïargou- 
mim, notamment de ceux des Hagiographes, par la langue et la 
méthode de traduction 3 , s'en éloigne aussi pour la manière de 
rendre le tétragramme ; c'est là un phénomène sur lequel on n'a 
pas encore, à ma connaissance, attiré l'attention. 

En effet, tandis que tous les Targoumim laissent 'n sans le 
traduire, à la différence des autres versions, 'n est rendu dans 
celui des Proverbes par anba. Le tétragramme figure quatre-vingt- 
quatre fois dans l'original hébreu : soixante-quatorze fois le Tar- 
goum - d'après l'édition de Lagarde et d'après les textes imprimés 

1. La Septante a une traduction fidèle et littérale du v. 6, mais qui, dans notre texte, 
a sauté au v. 3; ce qui fait que tout le passage du v. 6 constitue une addition. 

2. On en trouvera un exemple certain dans mon ouvrage Das Schriftwort in der 
rabbiniscfien Litêratur,p. 58, sur I Sam., xxv, il. Je reprendrai ailleurs cette ques- 
tion en détail. 

3. V. Zunz, Gottesdienstliche Vortmge, 2 e éd., p. 85; Geiger, Nachgelassene 
Schriflen, IV, 103-1 04 ; Pinkuss, Die syrische Uebersetzung der Proverbien, dans 
Z. A. T. W., XIV, 109 et suiv. 



58 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

- a anba 1 . Dans les huit autres passages 2 le texte est douteux, ce 
qui sufrïl à permettre de considérer 'n et '■« (Lagarde : hiti comme 
des corrections des lecteurs et des copistes. 

Comment faut-il expliquer cette particularité? On pourrait citer, 
à la vérité, un fait analogue : c'est que dans les morceaux ara- 
méens de Daniel, d'Ezra et de Néhémie il y a toujours Kî-ib«, jamais 
'n ou ki&, et que Koliélet écrit aussi toujours O^îib» ou D'tibNtt 3 . 
Mais le létragramme est exprimé dans toute la littérature rabbi' 
nique \ el non seulement quand il s'agit de rendre le texte biblique. 
Le Targoum des Prophètes traduit même û^rrbx par 'n :i . Il est donc 
inconcevable que rauteur du Targoum des Proverbes, contraire- 
ment à l'usage général de la langue parlée et écrite, ait évité de 
rendre le tétragramme. On ne peut pas croire non plus que notre 
auteur avait partout dans son texte D-nbs au lieu de 'n 6 . 

Peut-être ne se trompe-t on pas beaucoup en admettant qu'il 
faut attribuer la traduction de n par Knba, dans notre Targoum, 
à une influence musulmane. Il n'y a rien d'impossible en soi à ce 
que Fauteur ait adopté un terme de la terminologie religieuse des 
Mahométans. Les Juifs qui écrivent en arabe rendent régulière- 
ment n parnbba Saadia, dans sa traduction de la Bible, a encore 
emprunté d'autres termes religieux musulmans 7 . 

Un mot encore sur le vocable firnp qui se trouve dans notre 
Targoum sur xvn, 14, et qui n'a pas été expliqué jusqu'ici 8 . Il cor- 
respond évidemment au «crb© de la Peschilto, mais si l'on tient 
compte du contexte, le sens le plus satisfaisant est celui de <• juge ». 
11 n'est donc pas impossible que anp soit l'arabe *XNp, accusatif 
arkap, qui pouvait d'autant plus facilement devenir a-np que la 
différence était à peine sensible dans la prononciation. 

1. i, 7, 29; n, 5. 6; in, 5, 7, 9, 11, 12, 19, 26, 33; v, 21 ; vi, 16 ; vin, 13, 22, 35; 
ix, 19; x. 3, 22, 29: xi. 1. 20; xn, 2, 22; xiv, 2, 26, 27; xv, 9, 11, 16, 26, 29; 
xvi, 2, 4, 5, 6. 7, 9, 11, 33 ; xvn, 3, In ; xviii, 10, 22; xix, 3, 14, 17, 21, 23 ; xx, 10, 
12, 22. 23, 27 : xxi, 1, 2, 3, 30, 31 ; xxu, 2. 4, 12, 14, 19, 23 ; xxm, 17 ; xxiv, 18, 
21 ; \xv, 22; xxvin, 25 ; xxix, 13, 25 : xxxi, 30. 

2. m, 32: iv, 4: vin, 13; xv, 3, 33; xvi, 1 ; xx, 24: xxvni, 5. 

3. V. à ce sujet Jakob, Irh Namen (ïntles, Berlin, 1903, 167 et suiv. 

'k. Sur la manière de l'écrire, v\\ Steinschneider, dans Monatsschrift, 1896. 130 
et suiv.; Koluit, Mansûr al-Dhmari } p. 15, n. 3; idem, Light of Sftade..., 23 : 
Aptowitzer, op. ait , pp. 10 et 12, n. 1. 

5. La raison doit en être cherchée sans doute dans l'intention de faite ressortir 
avec pus de force la signification de D?nbît, « Uieu », et de rendre impossible l'in- 
terprétation « dieux » ou « un dieu ». 

6. Les anciennes versions, exception faite de cas isolés, rendent le tétragramme. 

7. Cf. Hacher, Abraham Ibn Esras Einleitung zu seinem Pentateuchkqmmentar, 
p. 34, et dans Monatsschrift, 1901, 565 

8. Cf. Pinknss dans Z. A. T. W., XIV, 186, n. 1. 



MELANGES 59 



IV. — Sur la légende de la chute du S. tan et des anges. 

La légende, pour laquelle l'histoire des anges n'a pas de secrets, 
sait qu'à différentes occasions un groupe d'anges fut précipite du 
ciel sur la terre en punition de sa mauvaise conduite. Tantôt c/est 
Samaël, le chef des légions célestes, qui tombe sur la terre et 
devieol Satan pour n'avoir pas voulu, rebelle a l'ordre de Dieu, se 
courber devant Adam, sa créature favorite 1 . Tantôt c'est un 
groupe d'anges qui se laisse séduire par la beauté des filles des 
bonimes et est condamné pour celte raison à séjourner sur la 
terre, où ils sont les auteurs de tous les maux parmi les hommes 2 . 

De ces légendes, qui remontent certainement à des prototypes 
babyloniens ou perses, celle du péché et de la chute des anges 
s'était acclimatée de bonne heure dans le judaïsme. Elle s'intro- 
duisit d'abord dans certains cercles hellénistiques 3 , d où elle péné- 
tra dans ceux de la Palestine, sans y trouver cependant un accord 
unanime. En effet, tandis que R. Ismaèl mettait en rapport l'Aza- 
zel du Lévitique (xvi, 8, 9, 21, 22) avec les anges déchus 1 , son 

1. Livre d'Adam [grec . xiii-xvi ; Vita Adae [latine), éd. W. Meyer, 41-42 ; cf. le 
Livre d'Uénoch slave , xvix, 4-5 : xxxi. 18. 

2. Livre d'Hénoch, vi-ïi : Livre des Jubiles, v. 

3. Sur la Septante et Aquila de Gen., vi, 2, v. Frankel, Einfluss. . ., 47, note i. 

4. Yoma, 67 6 : b«TSH NTI? 710312 b? HDZr'vZ bTwXT" ?Uyi2'0" i '""I "Si ÈOP. 
Cf. Raschi. La source de ce dernier est le Midrasch Abc/tir, cité dans le Yalkouf, 

('.en.. § 161 : nmw-o mn «bis rïïp n©«3 ! ^in )n ârnw 'ib p«î ib rim: 
wm *:sj n-v-an "osa» m tyaia VP ''^ n mnN r^y* mr'TO Dbua 

...D1«n P"23 nN CTïbNn "^Z. Nahmanide, sur Gen., iv, 22, cite la même 
aggada d'après les Pirkê de R. Eliézer: le passage ne se trouve ni dans Les éditions 
ni dans le ms. Kpstein. Sur Gen.. vi, 4, le môme commentateur remarque : ?3N 

Vwinp c*ip?:73 ibost) D^swbnn bs "pp-isa bnan N"nb -ick msn 
...airon "jioba m«*:rï vm «et pzz?:z ao^aa -onn a^a-n \n 

lie même R. Josué lbn Schoéib, Serinons, section rtD : HIO bilan ""IT^TN '"I 'cal 

ibcao D^DNb^n en iba ^a net pzztjZ naiji D^orn v«33>3 :ns 

Z?~: "P!" NI"! *jPC1"îp D"lp73?2- Or, s'il est question plusieurs fois dans les Pirkê 
de R. Eliézer de la chute des anges chap. vu, xn, xm, xxn, xxvn , il n'y est pas 
établi de rapport entre ce fait et le bïMT^ "P^UJ, que les Pirkê, cb. XL vi, expliquent 
autrement. D'autre part, le passage de Yotna, 67 b, auquel nos auteurs font évidem- 
ment allusion, ne dit pas que Ouza et Azaël étaient des anges déclins. Quant au récit 
dent parlent Nahmanide et lbn Schoéib, il se lit dans le Midrasch Abchir Yalkout\ 
Genèse, \\ : -)T1 VJEJ'ÏÎ *TZ b"N ,b[T]NT? inE T\ZV ZP PN -i"Hv;?n lbôtt3 

Mnrc z^zn?-: ^:-o m:; -na ,ax*PE n"an rrr> fy -nan biacn 
fnoipa *:n t»n rranm minars d* "ivtsi mci i:b "jn b» . .b»T.?i 
p*z" vno zinp; m sa zv "ibpbp -pe /{ns* nnm m b"j* /JE© 
mn j^nsn ,na"N3na -un j*? b«T3> ...px^ pn ciaab ibs^ n:i 



60 KEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

contemporain plus jeune, Simon b. Yohaï, prononçait une impré- 
cation contre ceux qui traduisaient trnbN ^a, dans Gen., vi, 2, par 
« fils de Dieu »*. Avant lui Tryphon avait déjà énergiquement 
repoussé la légende de la chute des anges 2 . 

Par contre, la légende de la chute de Satan et de sa bande s'est 
glissée dans certains cercles mystiques juifs au vm e siècle au plus 
tôt, donc par l'entremise certaine de sources chrétiennes ou maho- 
métanes 3 . En effet, les Livres d'Adam sont très probablement 
d'origine chrétienne''; en tout cas, ils contiennent beaucoup d'élé- 

bia 'psi^as *^?aa rniDj nanb din "oa manb ib^pb^pa ibiï 
(i. ivïï) bis û^iB^n ava maa-ip ■pa-npE banup vn "ja.bi ,D^©a 
ùmmai* biao^ia bT«T*b ins (i. nvto) ?\ni barnai b* "idïhd 'nb n 

minac bTNT3> NI m pNnïJi blD- Dans l'orna, 67 6, les anges s'appellent 
bNT3H NT13*, dans le AfiO>. Abchir et dans le Targoum Yerouschalmi sur Gen., 
vi, 4 : btfT3n "'TnTOTD, comme dans Hénoch, vi, 7 ; lxix, 2. Mais on trouve "Wrpû'C 
dans un autre passage du Talmud : Nidda, 61a : "ifitTn731ï3 HD ÏTnfit "^33 31*1 "pmo 
"lin ; cf. Raschi, adloc. Dans le Midr. Abchir, les fils de Semhazaï et d'Azaël s'ap- 
pellent fcOTH COr», ce qui provient sans doute de rrntf, à moins que ce ne soit 
l'inverse. 

i. Gen. r., xxvi, §3 : )nn bab bbptti ...k v »3 , h *oa pnb ^np ^nr p œ"n 

N^nbtt "Oa pnb ^"IpT Cf. Frankel, op. cit., p. 25, note /. Par une ironie du sort, 
ou par la maladresse du faussaire, c'est justement dans le Zohar que la chute des 
anges tient une si grande place. 

2. Justin, Dialogue contre Tryphon, chap. lxxix. 

3. Pirkê de R. Eliézer, chap. xm, xxvn. Cf. Epstein, Eldad ha-Dani, p. 76. Sur 
les éléments chrétiens dans les Pirkê, cf. I. Lévi dans R. E. J., XVIII, 83 et suiv.; 
Epstein, ibid., XXI, 82; idem, dans Magazin fur die Wissenschaft des Judentums, 
1893, 252-3. Ce qui prouve que les Pirkê ont puisé la légende de la chute de Satan à 
des sources chrétiennes ou musulmanes, c'est qu'ils racontent également un combat 
de Satan contre Michaël (chap. xxvn), qui n'est connu que des Livres d'Adam posté- 
rieurs, sûrement chrétiens, tandis que la Vie d'Adam grecque et latine est muette à 
ce sujet. 

4. Voir la littérature chez Schûrer, Geschichte, 3 e éd., III, 288-9; Fuchs , in 
Kautzsch, Die Apokryphen, II, 510-11 ; cf. aussi Kohler, dans J. Q. R., 1893, 407, 
note. — Les critiques qui soutiennent que les Livres d'Adam contiennent les restes 
d'un Livre d'Adam juif, et qui allèguent en faveur de la thèse la mention d'un NHSD 
ÛTôO dans la tradition juive, se sont laissé égarer par la similitude des noms. En 
effet, c'est aussi la tradition juive qui nous montre avec une clarté non équivoque que 
le contenu du D1N1 tt^DO n'avait pas la moindre chose de commune avec celui des 
Livres d'Adam. Nous possédons à ce sujet la Consultation d'un Gaon, dont voici le 

texte : Nsb^ ^n sô N;mtf .rra ma "««Ta piosnrj tnabs rmo .'bwzm 
N^Tnn Nba ,rr*n -nsio -m «b abirtn f lpv ba Nnœn rrse bôi obi??: 
bfitjfciD^ mb ■roap'ia ïrp?aam mmn ©tvd ma n^i «nb^n 
•jTOfinn DTwbiD ihdo ">b ^rn "H-n? ^a-ib hkwp (b. Meàa, 85 ô : ba-iwa ) 
msnai .nsiin tpo awa&ri vas rtyon tpa in: '-n 'n -on rra «nom 
na mn:n 'n ynTn ^a niBKa tron {Lév. ?*., xv, § 1) fiwimn 'm iop'm 
ibyw m73i253 ba narmiB -s* «a î-pm ^b^ "pa pa-i aiaa nb '73&0 8P"tj 
-120 n"T "piaN-in m«btt3 inaoa ^mnan in ibsi mcrpTib rraiaroaa 

D1N mibin. {Consultations des Guêonim, éd. Harkavy, n e 219, p. 104!; cf. la note 
de Harkavy. Ainsi que le Gaon le déduit avec une absolue justesse du passage de 



MELANGES 61 

ments chrétiens, dont doit faire partie la chute de Satan, car nous 
savons par Justin que de son temps cette légende était formelle- 
ment rejetée par les Juifs '. 

Mais je n'ai pas l'intention d'examiner ici plus longuement l'ori- 
gine des Livres d Adam et de la légende de Satan ; je veux seule- 
ment apporter à cette dernière ma contribution de matériaux non 
encore utilisés. 

/. — On sait que Raymond Martin, dans son Pugio fidei, cite 
d'après le Bereschit rabbati de R. Moïse ha-Darschan un récit de 
la chute de Satan qui concorde exactement avec celui des Livres 
d'Adam' 1 . Cette citation n'est pas une forgerie de Martin, mais 
provient d'un ouvrage d'Eldad le Danite, ainsi que l'ont prouvé 
MM. Epstein 3 et Israël Lévi ; . Le premier fait remarquer que le 
contenu de cette citation est reproduit d'après « certains ouvrages 
midraschiques » («m "»-©0 natp), dans le Tagmoalê ha-Néfesch de 
R. Hillel b. Samuel de Vérone, qui écrivait à l'époque de Martin. 
Il semble que ces sortes d'ouvrages, qui contenaient la légende de 
la chute de Satan et la référence à Isaïe, xiv, 12, n'étaient pas rares 
en ce temps. En voici encore deux preuves. Dans les Extraits du 

B. M., le D"J&n N~l£D était une sorte de chronique. Il ressort même du passage de 
Léviligue rabba qu'il ne s'agit pas d'un livre écrit; cf. également Raschi sur le passage 
de B. M., au sujet de Aboda Zara, k; voir aussi Abot de B. Xatan, recension A, 
chap. xxxi : recension B, chap. vin, ainsi que les textes parallèles indiqués par 
Schechter, note 12, Midrasch ha-Gadol, col. 122, et Consultations des Guéonim, 
éd. Harkavy, p. 176. 

1. Justin, op. cit., chap. cxxiv ; cf. Epstein, op. cit., 76. Ce texte n'est pas connu 
de M. Ginzberg, Die Haggada bei den Kirchenvàtern und in der apokryphisc/ien 
Literatur (dans Monatsschrift, 1899, 150), qui voit dans la Vie d'Adam latine « dans 
laquelle on ne peut pas absolument rien trouver de chrétien », la « preuve évidente 
de l'existence dune légende juive de la chute de Satan à une époque très ancienne ». 
Il s'agit, dans cette controverse du Dialogue, du verset de Psaumes, lxxxii, 7, que 
Justin rapportait à la chute de Satan en se fondant sur la traduction des Septante. 
Notre texte de la Septante porte : cb; àv6pa)7toi, la Vulgate (Ps. lxxxi) : sicut domines. 
L'interprétation chrétienue de ce verset revient d'ailleurs deux fois dans la littérature 
rabbi nique, comme on le verra plus loin. 

2. Édition de Leipzig p. 563 : vb« n^DpPjO D"P3 "pa p ^Dini 1D">:n HEN 

■»3«bE 1N3 ,ib nnrnan mœn "oabDb n"nn -m ,*ptt3«nrï d-ik bttî injH 
narn ,: v :w- -zNb/2 zzT2 bina ïrn piorn n"3- b\a i:ianb m©n 
"TDNb mnnœa -mm .nrrr:; vtjd ïama n-,i:-> ,nbij b© laian /ïT'anb 
-2 wn vin- -ibs-e Ninu -t ,n"n- ib -m ?n*nwNrï -,2273 ims mr 
kbi *ib (mnn©nb rn«) tô ^d tpi ,*|b "parcs n» ,r>j^2rt pi rrasnn p 
-,?3iN n^r'^- 1 vbri ,po rvm a^cn pi ma ,n"nn bœ ibnpb r?:© 
irna p bb^n :r:cr nbc: *p«. 

3. Magazin, 1889, p. 62: A7</ad ha-Dani, 66 et suiv. 

4. ft. Ê. J., XVII, 313. — Ginzberg, loc. cit., p. 152, ne connaît pas ces études 
d 'Epstein et d'Israël Lévi. 



62 BEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Livre des Guematrias de R. Elazar b. Moïse ha-Darschan \ on lit 
ce (|iii suil surLévil.. \i 21 : ib rrr-p ab nEiba, dto «b, û^ana "ib 
■nn bwso "HT, ira p bb"»n û^ratt nbcs npa a\na"i, njabw nmab rrpfca» 
. . .trans »b. On trouvera sans doute pins intéressant ce passage 
du Malmad ha-Talmidim de Jacob Anatoli (182 6) : 

D*?aann "nain isar (pvosa rmasn D-a^ama ^on) hth pin ba»i 

nai '"rwNT:^ an a^von mfioxEa n;i7:N- nacc ~t n;mai nui m:iE« 
a*3«b)3n prc ■plaise ht bana zp:i?:n a^p^Tnxj niai» nrws *ty, ibe 
,a"HÈ pd nvnb niTm a^Eon p nmaub nbsa mran ba ba* navba'n 
ny aaan^aa a-btnE vra am ,y~i ba taraao»m anxn a^monîi Dm 
•a^-inaa ?a> rnTasao nïnsn td tbidi dd:tos no* -t ban .abana Naia 
»bo nifc^a pirn ton ira ■pDrn nn .nris: p bbTi N^p: baros tieki 
bai mwNT.- rrT.nn n:cr: ^rn ■arcb pc ba na -irnnb n?n mn 
aanu; nj-na tyran r-nerxjsa aa"*:^:^ "57aa> "-aaTa tarais iv r-nsa^n 

. ..teaa:j»a aa^Nxra. 

2. — Dans la littérature apocryphe, chrétienne, musulmane et 
mystico-cabbalistique, la chute de Satan est mise en rapport avec 
Adam. Aussi est-il extrêmement curieux de constater que dans le 
fragment, publié par Schechter, d'une troisième recension des 
Abot de H. Natan, le Satan a été précipité du ciel sur la terre pour 
avoir persécuté Job. Voici, en effet, ce qu'on lit dans les Abot de 
R. iV., éd. Schechter, p. 164 : 

raan tavahin ba» Tmabo n::ra -lÉbB . . .ai"»» b© inb-nri m." ~7j 
,fcar73'a aacb npasi nman bai« o:r; a tan nana» "ra taurins 'n pb 
pan b"«] pa pa ,pab r,"apn b"x ...na toprci p-a ia barca 
n"n- na "ira -wa /îab pn "poai rr:n ^r jn [^mBN "a «b [n"apnb 
[Zacb., m, 2) pan -p 'n ^: , a' , pan b« 'n "iran ':a nbiia n-ia»a 
fl^nan "n,\:i ■pnittn aiw\a l'as ':*c a^wian "j Ta "îa^biam in sjt: 
. ..'à^nan p n'apn iranc po -t. (Ps., lxxxii, 7) 3 "ibnan 

1. PlfifHCaTa^an "iDO^a a^Cip^b. ms. Munich, n" 221 10 ; d'après la copie appar- 
tenant à M. I pstein. 

2. Il faut sans doute T^naïaDj roi auquel la tradition rapporte le chap. xiv d'Isaïe; 
cf. Sabbat, 1 19 6. 

3. Cf. plus haut, p. , note : Midrasch des Psaumes, ad lue. : nrtN m2£72 

nmE rba» Tiaspi pj p-a rnci;i na n?ay «bi iniaxnn an«b ">ïvhj: 
nbj»7a ba ans Tb« ^bicn a^nsn nn^Di pmcri an^D p« n?:N!w 

ls., xxiv. 21, 2in?a3 D1"l73[n] N3i ba» '~ TipS"' "I73«3a. V. aussi Rasehi sur le 
même vei set des Psaumes. 

4. La description de la générosité de Job, mais principalement le passage qui pré- 
cède immédiatement [mai "J"PD) concordent presque littéralement avec le Testa- 
ment de Job, V, 6-8 [Semitic Studies in memory of Alexander Kohut, 301 ; 
cf. Kohler, ibid., 277). On n'y trouve aucune trace de la chute de Satan. 



MÉLANGES 63 

Le verset dos Psaumes qui serl de référence montre clairement 
qu'il y a la une transposition de la légende d'Adam; celte origine 
es1 encore confirmée par le trait de la jalousie de Satan, qui joue 
également un rôle dans cette légende*, el par celui de la prière 
des anges pour Adam - comme pour Job :! . 



V. — Notes d'histoire littéraire. 

/ . Su/- la prononciation du nom Ti^p. 

Depuis quelques dizaines d'années on a adopté la prononciation 
« Kamhi ». introduite par Neubauer, et on admet couramment 
aujourd'hui que c'étaient la prononciation et l'orthographe géné- 
ralement usitées en Espagne ''. Ce point est hors de conteste, mais 
il semble que la prononciation « Kimlii m était également usitée en 
Espagne. C'est ainsi en effet que l'écrit Raymond Martin au 
xnr siècle ; v Pugio fidei, éd. Leipzig, pp. 349, 376, 418, etc. 

%. /{. Salomon b. Adret a-t-it écrit un Commentaire 
du Pentateuque ? 

Je n'ai trouvé cette question examinée ni chez Perles, le bio- 
graphe de R. Salomon b. Adret, ni chez les bibliographes. Peut- 
être est-ce moi qui ne m'en suis pas aperçu ; quoi qu'il en soit, je 
voudrais signaler que les Consultations de R. Nissim b. Ruben 
contiennent une citation assez étendue du Commentaire du Penta- 
teuque de R. Salomon h. Adret. Voici ce passage (N° 37) : 

nbsi ni 03 n-nnn un-paa b"T ntjih sro ï-its kstoi 
■^aob "pnb ztn::- nbxn mron viïî D^aan T-pairra d"^si : o v jd:^- 
^bja ^:*w isn — mc ^"T: enen 'Z*> nnaa taa^naa *3sbi mraTnn 
in irr^nb? "ibapiai ,ann -im?a banw^a'c; ann" ^:d? t-rab "pin 
^bir? arTCna :n: y\w r— fio^bi ,n- a^nos D"naan ^asb ba« ."pi 

.b"aa? /pa* imsa la-^ia Drrn vn îb^eeti 

\ ieoue. 

V. Aptowitzer. 

1. Cf. Ginzberg, /. c, p. loi. 

2. Apoc. de Moïse, xxxm, 3o Kautzsch, Die Apokryphen, II, 525). 

3. .iw r/e /;. .v.. /. c. ; tbsi p-,c~ TNbr ba rs"arï c:z nysj -m^s 
-?e:p i-rapi "nwpia înann Kcnma "na D^m [n]spai rra* ...anb 

...avs ~^z r"î"an "•asb. Dans V Apocalypse de Moïse ce sont également tous les 
aoges qui prient. 

4. Cf. B. Felseothal, dans Semitic S/udies, 12" et suiv.; 137-8. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEDQDE 

ATTRIBUÉ A ASCIIER B. YEHIEL 



ET 



LE MANUSCRIT HÉBREU N° 399 DE DRESDE 



Le volume imprimé à Livourne, en 1840, sous le titre, donné par 
l'éditeur, de Radar Zekénim ', contient : 1° un recueil de Tossafot 
bibliques 2 ; 2° un commentaire attribué au Rosch ( Ascher b. Yehiel) 3 . 
Déjà Azoulaï — dont la bibliographie juive célèbre cette année le 
centenaire — ayant vu ce dernier commentaire en manuscrit, avait 
douté de son authenticité, parce que Jacob b. Ascher ne cite pas de 
commentaire de son père 4 . Il est vrai que du temps d' Azoulaï on 
ne connaissait encore que les « fioritures » (ms-ens) du commen- 
taire de Jacob 5 ; mais la publication du commentaire proprement 

i. Le titre, la préface et la disposition même du volume sont calqués sur le Daat 
Zekénim publié à Livourne en 1783 ; c'est ce qui a fait croire à Fûrst [Bibl. jud., III, 
41) que les Tossafot du H. Z. étaient une autre édition de celles du D. Z., inadver- 
tance répétée par M. Gross (Monatssclirift, XLV, [1901], 365), qui s'imaginait d'ailleurs 
qu'il n'existait qu'un seul recueil de Tossafot bibliques (v. par exemple Gallia, 152; 
de même M. Chajes, dans Rivista israelitica, II, [1905], 120, n. 2). M. Gross a admis 
du même coup que le Minhat Yehouda imprimé dans le D. Z. se retrouvait dans le 
H. Z., mais il ne l'a pas confondu avec le Rosch, comme parait le dire M. Aptowitzer 
dans l'article dont il va être question, p. 69, n. 1. — M. I. Lévi a noté, au début de 
l'étude citée dans la note suivante, que le Catalogue des manuscrits hébreux de la 
Bibliothèque Nationale (n° 232, p. 29) a confondu le //. Z. avec le D. Z. 

2. Sur ces Tossafot, v. l'étude de M. Israël Lévi, Revue, XLIX (1904), pp. 33-50. 

3. Il est singulier que Benjacob, citant ce commentaire (Oçar ha-Sefarim, p. 479, 
n° 716), ne dise pas qu'il est imprimé quoiqu'il connaisse le Hadar Zekénim et en 
indique le contenu (p. 134, n° 237 1 . 

4. Schem ha-Guedolim, éd. Benjacob, I, 34 a. Zunz reproduit la notice d'AzouIaï 
(Zur Geschichte, 102) et semble partager sa méfiance. 

5. Lui-même, cependant, avait vu le commentaire complet en manuscrit à Mantoue 
iSchem, I, 86a). 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 65 

dit, en 1806, et celle du commentaire du Rosch avaient confirmé 
les doutes du célèbre bibliographe, etH.-J. Michael retirait décidé- 
ment à ascher b. Yehiel la paternité du commentaire 1 . Depuis, 
pourtant, le seul savant qui s'en fût occupé directement, M. Ber- 
liner 2 , n'avait pas été effleuré par le moindre soupçon. 

Récemment M. Aptowitzer a repris la question sur nouveaux 
frais 3 , et, sans connaître Michael, s'est efforcé d'établir avec un 
véritable luxe de preuves que ce commentaire ne pouvait pas être 
l'œuvre d'Ascher b. Yehiel, mais qu'il formait, lui aussi, un recueil 
de Tossafot bibliques. De ce caractère tossaflstique, confirmé par 
la présence de gloses françaises et la mention de rabbins français, 
il a conclu que le compilateur était probablement un Français, 
nommé Ascher (d'où l'attribution au Rosch), qui vivait à la fin du 
xm e siècle, et qui avait passé quelque temps en Espagne, puisqu'il 
connaissait R. Dan Aschkenazi, qui florissait dans ce pays. Son 
étude était déjà terminée quand il fut informé que les mêmes expli- 
cations de Dan figuraient, à côté d'autres formellement attribuées à 
Ascher (b. Yehiel), dans un manuscrit espagnol conservé à Dresde : 
il en déduisit l'identité des deux textes, mais ne modifia pas autre- 
ment ses conclusions. 

Nous allons essayer de préciser l'âge et la patrie de notre com- 
mentaire, ou si l'on veut, de notre compilation, en prenant précisé- 
ment pour point de départ la comparaison du manuscrit de Dresde 
avec le commentaire imprimé du Rosch, auquel nous conserverons 
ce nom. 



I. — Le manuscrit de Dresde. 

Habent sua fat a... manuscripta. Ce manuscrit n'a pas eu de 
chance Zunz le mentionne, mais ne l'a pas connu directement 4 ; 

1. Or ha-Hayyim, n- 543, pp. 263-4. Kn un autre endroit (n° 641, p. 297), Michael 
écrit par erreur Hadrat Zekénim ; de même M. Ginzberç, dans Jew. Encycl., s. v. 
Dan, IV, 424 b. 

2. 11 lui a consacré une courte notice dans la Zeilschrift fur hebràische Bibliogra- 
phie, IV (1900 , p. 149. 

o. Revue, LI (1906), pp. .",9-86. 

4. Quoi qu'en dise M. Aptowitzer, l. c, p. 85, Zunz le cite Z. G., 103, d'après les 
renseignements de son ami le théologien B. Béer de Dresde. En 1845, date de la publi- 
cation de cet ouvrage, il ne connaissait pas encore le H. Z. Plus tard il lui est arrivé 
de noter que Samuel ha-Cohen est nommé à la fois dans le comm. du Rosch et 
dans le ms. de Dresde (v. plus bas, p. 85), mais sans se douter que c'est le même 
ouvrage; et pourtant il savait que le ms. citait R. Ascher. 

T. LIV, n° 107. k 



06 KKVUE DUS ÉTUDES JUIVES 

Neubauer la vu, mais n'a pas eu le temps de l'étudier 1 ; David 
Kaufmann, enfin, Ta examiné, mais n'en a pas reconnu la quasi- 
identité avec le commentaire duRosch, ni même, à ce qu'il semble, 
le caractère véritable 2 . Il faut dire qu'il avait été assez mal signalé 
dans le Catalogue de Fleischer 3 , et il est d'autant plus nécessaire 
de reprendre la description de ce dernier qu'elle adonné lieu à plus 
d'un malentendu et que les manuscrits orientaux n'ont pas clé 
compris dans le dernier Catalogue (1882-1883). 

Le manuscrit de la Bibliothèque royale de Dresde, Eb. n° 399, 
se compose de soixante-quatre feuillets de vélin, mesurant 25 cen- 
timètres sur '20; les premiers ont été plus ou moins endommagés 
par l'eau L'écriture, en caractères espagnols cursifs, est tantôt 
soignée, tantôt lâchée. La page ici est vide; \b contient diverses 
notes du copiste à moitié effacées; on y distingue pourtant quelques 
explications bibliques, puis — le texte devenant plus lisible — 
l'aggada qui raconte la naissance et la circoncision de R. Juda 
ha-Naci pendant une persécution. Suit une série de guematrias et 
de notaricons sur les deux premiers versets de la Genèse, dans le 
goût des parperaot du Baal ha-Tourim et tels que nous en retrou- 
verons au début du commentaire. Enfin, au bas de la page, l'anec- 
dote de Lévi b. Sissi nommé par Rabbi juge à Simonia 4 . 

Le commentaire lui-même commence à la p. 2 a et occupe 
soixante feuillets. En tète une main postérieure a écrit ces mots 
que Fleischer a pris pour le titre : rmnïi b* dtomi û^r D^imn. 
C'est peut-être un autre lecteur encore qui a ajouté dans un 
coin, en haut à droite, en écriture orientale cursive, cette descrip- 
tion infidèle, source de plus d'une erreur: 5 mitpa s s sr ^ssrt nn 
y"nin b3> [sic!) -tera 8 Dmapi fiwinanw D"n:o6TOi D^irm ï-mnn b* 

1. Revue, XIV (1887 , 106-107. « M. Kaufmann, dit-il, se propose d'en donner une 
description détaillée. » Je ne sache pas que Kaufmann, en dehors de son article sur 
Dan Aschkenazi, lui ait consacré une notice spéciale. Quant à Neubauer, il ne cite pas 
notre ms. dans les Rabbins français, quoiqu'il connaisse les Tossafot du H. Z. (p. 437). 

2. R. Dan Aschkenazi exégète, dans Revue, XXXVI (1898), 287-292. 

3. Cataloqus Codicum manuscriptorum orientalium bibliothecae Regiae Dresden- 
sis, Leipzig, 1831, p. 67. 

4. Tirée de j. Yebamot, XII, 6 (ou 7) (13 a). Le ms. a la leçon correcte 5T"W3 
(éd. de Krotoschin : NTntT3). 

5. Fleischer a lu ce mot : *-|"i£ 13 et a traduit : « Commentarius Ben Zori » ! Neu- 
bauer, l. c, a renchéri en disant que le ms., « qui renferme une espèce de commen- 
taire sur le Pentateuque et surtout sur le commentaire d'Abraham Ibn Ezra », était 
« attribué à TIS 13 (Isaac) ». 

6. C'est une autre forme de 3-)U3ip ; on la trouve, par exemple, dans Minhal 
Yehouda 35a; T). Z., 67a; H. Z., 36 6 en haut; Commentaire du Rosch, 55a; 
Yohasin, 205, éd. Londres ; Jos. Caro, Bét Yossef sur Eben ha-Ezer, § 129. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUK 07 

^jVr: nbvj r^x n:n 'snsa mbawn nricp D^mapi ' rvnnn ba b*. 

En réalité, noire commentaire ae porte pas de titre, peut-être 
paire que le début véritable manque, comme on va le voir, et n'est 
désigné que dans le colophon du copiste, sur lequel nous revien- 
drons aussi, et qui se lit p. (>1 b. Au bas de la même page, on trouve 
cette réclame : û" 1 v cr nia mnaw»n a^ian ^wz>. La p. 62a con- 
tient, en effet, une table avec cette suscription : orna m-riîntt a" 1 ! )n iba 
nb-'bn nnnn, et deux autres tables intitulées respectivement -njta 
moTOon a^rrn et rmai?nn D"Wn "n*©. Au verso on lit différentes 
règles astronomiques, suivies de deux tableaux des sections 
sabbatiques simples et doubles. La p. 03« porte deux nouvelles 
tables indiquant les néoménies des cycles lunaires 270 et 271 2 
(années 5112-5150 de la Création = 4352-1390 de l'ère vulgaire), 
ainsi que des règles pour la fixation du molad. Le bas de cette 
page 3 et la première partie de la p. 64a énumèrent les haftarot, 
qui concordent avec le rite sefardi quand celui-ci est différent du 
rite aschkenazi. Le reste de la page contient un ex-libris '',1e verso 
est vide. 

Le renseignement chronologique qu'on pourrait tirer de ces 
notes sur le calendrier, qui sont de la même main que le reste du 
manuscrit, est confirmé par le colophon, qui, seul, nous donne des 
indications précises et dont le texte original est pourtant inédit, ce 
qui a donné lieu a une méprise. Le voici donc : 

5 g à ô' nia 

*»73S?b rmnn M :nn ï?N "rare maa tanna» '13 pris*' "*3N 
ïboa ©inb "^ta ^cron û^ br?a N;^:mp î^p?3a D^nTr^oi 
^zzr "p sic /) îanab Qï)n ^;dto dodi i-r-rarb ipn msia 
vit y-ubi ^-iTbi "b c^pb" 1 r-no*bi -naob labbi Tittbb 
4xt:^ babi 12b ... wia n«T wi '^roi >*ip ^a z^-p^ 

1. C'est sur la foi de cette indication inexacte que Steinschneider, comme Neu- 
bauer, a pris le ms. pour un supercommentaire d'Ibn Ezra [llebr. BibL, XII 1 1872], 90). 

2. Dans le ms. : -|~. pour éviter le mot omineux y-\, et n-j^ par entraînement. 

3. Elle contient aussi en marge des notes d'une main orientale qu'on retrouve çà et 
là dans le reste du manuscrit. 

4. Cette note, écrite à Jérusalem et traduite après coup en latin, a été reproduite 
par D. Kaufmann (Revue, XXVII [1893], 218, et n. 3), qui y a retrouvé Samuel, le tils 
du célèbre médecin Jacob Mantino, qui émigra en Palestine. 

5. mrEN 13 ma*b »b**n am *yna. Je dois l'explication de ce signe à mon 
ami A. Back.— Dans la suite, je remplace les points du ms. par des traits, pour indi- 
quer les abréviations, afin de ne pas troubler une habitude typographique d'ailleurs 
déplorable. 



68 REVUE DES ETUDES JUIVES 

Ainsi, notre manuscrit a été terminé la veille du jeudi 2 Kislew 
5104 (-20 novembre 1344), dans une localité appelée w«baTp. C est, 
d'après Neubauer*, la ville de Covilhaô (prononcer : Covilyân), 
dans la province de Beira, en Portugal, où il y avait des Juifs au 
moyen âge 2 . L'origine ibérique est confirmée par récriture, qui 
est espagnole, et par le titre de Hiddonsché ha-Tora, qui parait 
propre à l'Espagne :{ . D'ailleurs, le copiste s'appelle Isaac b. Abraham 
Navarro. Nous connaissons justement une famille Navarro, origi- 
naire de Navarre \ qui vivait dans le Portugal au xiv c siècle et dont 
plusieurs membres figurent dans l'histoire \ M. Aptowitzer a déjà 
rappelé (p. 85) qu'un Isaac Navarro (raewiest mort ou, du moins, a 
été enterré à Tolède en décembre 1365 ou janvier 1366°. On est 
libre de supposer que cet Isaac, qualifié de savant dans son épi- 
taphe (D^nn mn), est le copiste de notre manuscrit, qui contient 
non seulement le commentaire dit du Rosch, mais, comme on 
verra, des explications d'Ascher, qui a passé la dernière partie de 
sa vie à Tolède, où il est mort en 1327 7 . S'il n'a pas indiqué la pater- 
nité du commentaire, c'est peut-être qu'il l'ignorait, le manuscrit 
dont il s'est servi paraissant avoir été incomplet au début, ou qu'il 
n'a pas jugé à propos de nommer l'auteur d'un texte qu'il copiait à 
son usage et à sa guise. 

i. Loco citato, note. 

2. V. Kayserling, Geschichte der Juden in Portugal, à l'Index géographique. 

3. C'est aussi le titre : 1° du ms. 232 de la Bibliothèque Nationale, qui, comme l'a 
reconnu M. I. Lévi, Revue, XLIX (1904), 33, contient les Tossafot du //. Z., et est iden- 
tique avec le ms. 270 de la Bodléienne, intitulé — et par un autre qu'un Français — 
Hiddousché Car fat ; — 2° du ms. de Leyde, Warner 27, qui contiendrait le commen- 
taire de Bechor-Schor sur le Pentateuque, ce que contestent Geiger, Parschandata, 
partie héhr., 38; p. ail., 37; Steinschneider, Catalogue de Leyde, 114; Catal. 
BodL, col. 1446, et G. Walter, Joseph Bechov Schor, Breslau, [1890]. 11 ; — 3° du 
Commentaire de Nahmanide dans les anciennes éditions, d'après Perles, dans Mo- 
natssckrift, VII (1858), 116, note, et M. Schloessinger, dans Jew. Encycl., VI, 
385. Ce dernier presse trop le terme en disant que Nahmanide, en l'employant, 
entendait distinguer son œuvre des commentaires antérieurs. Les Hiddouschim de 
l'Espagne et de la Provence correspondent aux Tossafot du nord de la France et 
de l'Allemagne. 

4. V. Kayserling, Die Juden in ISavarra, 218 ; Steinschneider, Hebr. Bibl., XIX 
(1879), 114-115. 

5. V. Kayserling, Geschichte der Juden in Portugal, à l'Index des noms de per- 
sonnes ; idem, dans Jew. Encycl., IX, 193a, où sont citées les sources. 

6. Luzzato, Abné Ziccaron, n» 38, pp. 40-41; Zunz, Z. G., 415 ; M. Schwab, Bap 
port sur les inscriptions hébraïques de V Espagne [sous presse], 122-123 ; P. Fidel 
Fita, Boletin de la Beal Academia de la Historia, XLVII (1905), 314-315 (je dois 
ces deux dernières références à M. Schwab). 

7. Parmi les gloses du Commentaire du Rosch sur Tohorot un certain nombre appar- 
tiennent à un R. Isaac, par exemple Negaïfn, I, 1 (Frankel, Darkê ha-Mischna, 337). 






LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 69 

En effet, tsaac b. Abraham, on a pu le remarquer, n'est pas seu- 
lement, comme M. Aptowitzer voudrait le supposer (p. 85), le pro- 
priétaire do notre manuscrit. Mais on peut se demander s'il n'en 
est < | ii«- le copiste, ou s'il n'en esl pas en môme temps l'auteur. La 
première opinion esl celle de Zùnz, dans sa liste des Isaac h. Abra- 
ham ] . la seconde paraît préférée par Kaufmann - ; mais il manquait 
à Ions deux un élément important de la question, la connaissance 
du commentaire du Rosch imprimé. M. Aptowitzer (l. c.) voudrait 
st> rangera l'avis de Zunz, parce qu'il croit à l'identité complète 
du ms. avec l'imprimé, qu'il attribue a un auteur du nom d'Ascher. 
D'un autre côté, le mot ^nnnD surtout suivi de ^swb, peut parfai- 
temenl convenir sous la plume d'un auteur rédigeant son propre 
ouvrage. >lais nous allons montrer qu'Isaac b. Abraham Navarro 
s'est contenté de copier ce commentaire pour son usage personnel, 
en l'abrégeant et en le modifiant à l'occasion : ce n'est pas encore 
un auteur, mais ce n'est plus un copiste. 



11. — Le manuscrit de Dresde et le commentaire imprimé du Roscii. 

En gros, on peut dire qu'Isaac Navarro reproduit le commentaire 
du Rosch, et certaines particularités donnent même à penser qu'il 
s'est servi du texte dont dérive le manuscrit qui a servi à l'éditeur 
du Hadar Zekénim. 

Toutefois son exemplaire devait être défectueux au début; il a 
comblé cette lacune par des aggadot tirées du Talmud, de Genèse 
rabba ou de la Pesikta 3 , ainsi que par des guematrias et des nota- 
rienns i dans le genre de celles qu'on lit sur le feuillet de garde et 
dans le Baal-ha-Tonrim* . Mais de plus en plus ces jeux font 

i. lÀLevalurgeschichte, 622 (liste complétée par Steinschneider, Hebr. BibL, XIX 
[1879". 43;. Zunz laisse de côté 1133. 

2. Loco cit., p. 290. 

3. Voici la première ligne : "CDb nX'IP' C|bKnt3 UmttS NP'W n v CN13 
...7 m "'27 m i (d'après Gen. /*., sur i, 1, et parallèles; v. éd. Theodor, p. 9). 

4. C'est d'après. ce début que Zunz, ou plutôt celui qui l'a renseigné (v. plus haut, 
p. 6o, n. 4 1 décrit notre manuscrit comme un recueil d' « explications sur le Penta- 
teuque. . . avec d»-s Guematrias » (Z. G , 103). 

5. Par exemple, 2a : DVrb« ■rçjTM23 PN STîbtf "»3©3 PN D'^nbfiJ «"13 "ptiSîna 

Dvibs &rm ■'Ma n« dtpn ara-n "■snana pn D^nb» cj^i "^ana Ksnr 
■TOiba rt"nr> bio inmn Kim mwb D^nba btd pen qpd ^^an dst pn 

P7:N 1?2P"in 2PTn Tn ÛV 5330. Un développement semblable se trouve à la 
fois dans le Baal ha-Tourim et dans le Rosch; v. les deux textes dans Aptowitzer, 
p. 64(lire : Had. Zek., 2a. 



70 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

place a des explications tossafistiques, qui méritent d'être repro- 
duites en partie : 

■naa iTaa rntib nrn* nn^nu: tanpTaa ** irrn ttirn y-iam (2a) 
m h -!»N Nbi ann nanaaisa inn nn*«n iiaa "N * ta^sn ta^Tainy 
yiNm naT yiab înm *p n73ib *ib mn innb ■wp nbaœ inn 

173 aa-JN 1ED31 'WD p N"lp napab t]N 3 tZ5"IN 3 73123 PwN Nip^l 

.* tartan 
nsin »b« *ibc nvwri-ï bai trnbsr: ba «bm Tncb niap 1373 bsa 
5 iwNi:^ [iirnN73i] (y-iNTan) n73"iN Nin pi vaab a^ann ûbata niaib 
•nariK smp vaob rïa-ann bfinw yna "i^ibD 
ïb« p-iD «ncai y a aiai ba> -wpi 6 ™ abn i»a nana t-iba^ ini 
Sn »b c]m *ib rwm nu?:n ba» yna» bbenna ^73 ■parc 7 me-io 
8 13b nna «bi "i73ib rrarn 12b in m nan&pan oan abri Haï ynN 
. 9 TP b«i b"n -HE073 Tn73 ism m?3^ bai piKi ">m pi 
in» ïinan 10 an DTa-n* ^d iiob ■wb^ta-ia* dii? mn «nam i2 ô) 
,nr73 Nirna nna?na nbr [irraa] rrm n73r:a dii» »bi (irroa) "i*tt «ba 
biaa inbab an^rr b« 'ni «man mi: «b rrnh rtbita ïixpn îzr 
rpo spon ira r-iyir? yr bj ib mas maso nbnna D^nn y^73 
csîb fca^nn yyi ta"a spv '^an y-pm *p bs rvnT- s-wnn&a 
ya> iba^a nn^Ta "pb? nw^ nnNb ba« nanti ya> aba b^^-i?a r^n 
p ïinan aman n73NO inn a^nn y? t^c-173 ib rm tn Mann 
b«373m 110TTB ba» rpara iinan i-nab obvb ">m ba^i 'lai it< rtbttî^ 
bas nb nb^v »b N^na mya mnpitt ""a^^a n73a ba«^ a« rrbinb 
n^n£aa:3ia irar7a p^n miapîib œ^ ."ns-ito nniDa bab an i-«b"ina arawxa 
iaa^ «b-i rrbbpnai rs^aa^a N^r: i*inœ sn^^n ya^Ta bia« Tbab mn 



1. Job, xxii, 6. 

2. La première explication se retrouve dans les Tossafot H. Z. ; la seconde, plus déve- 
loppée, dans Bechor-Schor, p. 3, ainsi que dans le Paanéah Roza d'après le Gan, qui 
a beaucoup utilisé B.-Scb. ; les deux, mais en d'autres termes, dans le Hazkouni. 

3. Genèse, v, 2 (ici à cause de i, 26). 

4. Nombres, xxxi, 35. — Cf. Hazkouni sur i, 26, qui glose à ce propos Q1N par 
Na^TN (omenée?); la même glose se trouve dans le commentaire de Bechor-Scbor, 
p. 6 (le texte est en désordre), dans le sens de « les hommes, l'humanité ». 

5. Ézéchiel, xxxvi, 20 (!) 

6. C'est l'explication de Saadia, citée par lbn Ezra, ad loc, et qui se trouve en 
etlet dans la version du gaon (éd. Derenbourg, partie hébraïque, p. 7 et note 3). 

7. Houllin, 60 6. 

8. Nombres, xvi, 14 ; de même Raschi. 

9. Deutér., xxxiii, 6 ; de même lbn Ezra. 

10. L'auteur explique D"ny dans Gen., ni, i, par le mot du Targoum qui, au 
verset 7, traduit D73""Pa'. 
H. Zebahïm, 106 6 en bas, et parallèles. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 71 

p"W8 ^ i^i n^r:--: nmnTSffl -ittib ici ' -pnTH p dn *ôn awsn 
■»a qsi D*nn«b -ra«b "ndtvd pi mnb i»«b s d -îttfttb ginh by 
na» ab Nano73~i -ibkbh ht dinî 'pn -i»wb nsnaa nsnaa «b ^*iy 
by -pnTnia p">Di D"»snD» ïï" 1 ! .mriTKH "irrcîN btt nfctfb 'pn ^d nx 
." ian» nmpb erma mn« mnTN -p-js ïto «b TnmN bb ban an^n 

Vient ensuite une explication de Gen., ni, 14, analogue à celle du 
Rosch. Le manuscrit rejoint ce dernier au milieu de la sidra Noah 
(S o, s. y. yptt wi) pour ne plus s'en éloigner. Quelquefois il abrège 
la lin des paragraphes; plus souvent il saute des paragraphes 
entiers, surtout des citations du Talmud ou du Midrasch, d'Ibn 
Ezra ou de Nahmanide, mais môme alors il lui arrive de les 
reprendre en marge. Le Lévitique est particulièrement abrégé et les 
trois dernières sections du Deutéronome offrent plus de variantes 
que les autres ; le ms. s'arrête à Deut., xxxiv, 5. 

Quand il est plus complet que le texte imprimé, c'est générale- 
ment parce que l'éditeur de ce dernier s est permis des coupures, 
soit pour élaguer des citations midraschiques, soit par crainte de 
la censure. 

Exemple du premier cas. Le commentaire imprimé contient 
d'assez nombreuses citations du Tanhoama ou du Yelamdénou*, 
et il n'y a pas lieu d'admettre, comme fait M. Aptowitzer, que ce 
soient des emprunts de seconde main. En effet, le manuscrit de 
Dresde contient à la suite de chaque section, depuis celle de Vay- 
yéscheb jusqu'à la fin des Nombres, de longs extraits du Tanhouma 
sur la section correspondante \ Ces citations le plus souvent 

1. D'après Prov., iv, 22. Cette ingénieuse explication ressemble à celle qui se trouve 
dans le Rosch [2 a en bas) au nom de R. Simson, et anonymement dans des textes 
parallèles (Aptowitzer, 83). Mais elle ne se lit pas dans le commentaire de Bechor- 
Schor. Celui-ci dit seulement, sur Gen., m, 22 (p. 11), que l'arbre de la vie ne signifie 
pas, comme on le croit généralement, l'arbre de l'immortalité, mais l'arbre de la gué- 
rison. 

2. La même question est posée dans le Minhat Yehouda et dans les Tossafot H. Z. ; 
la seconde réponse est donnée par le Hazkouni au nom du Midrasch. 

3. Aux textes relevés par M. Aptowitzer, p. 70, n. 2 et 3, ajouter : 3 6 en bas; 54 6, 
61 b : les citations de 19 a et de 58 a manquent dans le manuscrit. — Notons encore : 
Schoher Tob, 3 a, 72 6; Midrasch Tehillim, 30 a; Aggadat Vayoscha, 30 6; Pirfcé 
de R. Eliézer, 5 6 ; Pesikta de R. Eliézer (!), 3 a en bas ; Séder Olam, 4 6, 5 a. Nous 
n'examinons pas ces citations au fond ; ce serait l'objet d'une étude sur la composition 
et les éléments du commentaire. Ajoutons seulement que Jellinek a réuni dans son 
Bêt ha-Midrasch, V, 155, 156, 161, quelques midraschim qu'on ne trouve que dans 
notre commentaire. 

4. Pour que'ques-unes [Meçora, Bemidbar, Naço, Schelah\ il n'y a que des cita- 
tions du Tanhouma. Pour celle de Maceê l'édition n'a que des extraits de ce Midrasch, 
mais, à part le commencement, différents de ceux du ms. 



72 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

textuelles 1 se distinguent nettement du commentaire proprement 
dit dont elles sont comme des appendices et dont elles sont séparées 
par l'abréviation *\"y® ou fycn 2 . Ce qui nous fait croire que c'est 
l'éditeur du Hadar Zekénim ou un copiste antérieur) qui a retran- 
ché ces fragments, c'est que cette abréviation s'y est conservée en 
trois passages 3 . M. Aptowitzer (p. 83) y a cherché un chiffre dési- 
gnant l'auteur de l'explication qui précède. Mais voici le mot de 
l'énigme : la première fois, le ms. (8 à) porte en toutes lettres : 
KttirDn ^m ra-n» -|Vw icott -w»!» ro *iy ; une autre fois (37 ô), les 
extraits précédant le commentaire, ils en sont séparés par le mot 
Trcnam. L'abréviation signifie donc ^mrraœ (ou v^eid) et msntttan 
■jas iy ; c'est une formule par laquelle l'auteur distingue les ensei- 
gnements qu'il a reçus de ses maîtres des citations qu'il emprunte 
au Midrasch 4 . 

D'autres fois l'éditeur a, comme pour les Tossafot, « omis par 
prudence les passages qui visent trop nettement le christianisme 3 ». 

2« (à propos de Gen.,i,8, dans la partie qui est propre au ms.) : 
ûaïra in n-qsiû ^sb 6 n"aa «m» "OUJa ma ^a nasc «b htd ^dei 
.tsiiabic ib *pNi bilan» ib eto d-p 7 r-inon bn»n«73 "pn? ^a ':io 
ù-pa .D" ,v wb iTo^n c^ biaTan mn arrap D^an in ïanaaia ^sb N"b 
iD"a .msb im ™:>7ab in aia ^a ù^td^d 'a htmc ^urt. V. le Com- 
mentaire de Bechor-Schor, p. 5. Cette allusion au baptême se 
retrouve ailleurs 8 . 

12 a (sur Genèse, xlix, 10): d^iin DWan a^npis «bi nb^w sa^ 
anpn orras b* cid ^rmr anba 9 mDin i^ ; T7anD i«a "3 DnioïKi 

1. Ncubauer, Z. c, dit qu'il n'a pas eu le temps d'en reconnaître l'intérêt : il est à 
peu près nul; elles sont tirées de l'ancien Tanhouma, avec de petites variantes ortho- 
graphiques. 

2. Y., par exemple, plus bas, p. 98, 1. 10. 

3. A savoir: 58 6 (ce qui suit dans l'imprimé jusqu'au bout de la parascha manque 
dans le ms.) ; 61 b (l'imprimé a conservé la citation du Yelamdénou) et 65 a (à la fin 
de la parascha; ici le ms. n'a pas l'abréviation, mais il n'a pas non plus d'extraits du 
Tanhouma). Les fragments du Yelamdénou qui terminent la section de Balak (60 6- 
61 a) figurent dans le ms. (44 b), où ils sont précédés de ^"^^T. 

4. Cf. 16 a en bas : -»ny"l73'i: bs> TÏDOin pb. — D'après I.-H Weiss, les mots 
rnyiTjtfirî "Itfa "jy séparent les Tossafot des Consultations dans le S. ha-Yaschar de 
R. Tarn [Bét Talmud, III, 162 == Biographie de R. Tarn, 15), mais la référence 
qu'il donne est inexacte. 

5. I. Lévi, dans Revue, XLIX (1904), 35.— Pour de petits changements dictés parla 
prudence, voir dans l'Appendice les leçons du ms. sur 6a, 1. 3; 67a, 1. 5 et 67 b, 1. 32. 

6. Gen. r., chap. iv, p. 30 Theodor. 

7. ls., xxx, 33. 

8. V. les auteurs cités par M. I. Lévi, ibid. 

9. Ce mot désigne soit Jésus, soit le christianisme, dans la littérature juive du 
moyen âge, par exemple dans les relations sur les massacres de la première croisade 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 73 

ii ,; z yn 3^73 toi xi main ii»fcn «ehivi mtB'nb b^oo piaon ba 
t**bi nbi« t**ai "d i* vban "paÉ ppinTai rmn^ aatc w «b 
Nir: pi ojrn rai "îîaiba atfrn 0^732 nnp^' topi mcob b^D'sS lui 
ttûto» i-ma a^nn a-p dt n». Le fond de cette polémique est iden- 
tique aux Tossafol Radar Zekénim manuscrites, où c'est Joseph 
(-ara qui esl mis en scène 1 ; Le style ressemble à celui d'un autre 
passage anti-chrétien (sur Gen., xxxm, II) qui est resté dans le 
commentaire du Rosch, \4a. On peut voir dans le Schiloh de 
M. A. Poznanski (Leipzig, 1904;, chap. vin el tx, comment ce verset 
a été exploite par L'exégèse et la polémique dans notre Littérature. 

08a, eu marge (sur Deut., xxxi, 16): ^pa "pas rr^vo anb bâtas 
irmna ira- ranb aip73 aitca nT73ns «b nai3j>n ddnt n^Tta ntaaN 
fcman^a ynan hbb inbk innx ns7*i nn D*n api rrans ico-i sncrn 
ûnstab 111151*72 nasnsta itâ\ Sur ce Saadia v. plus loin, p. 79. 

60 <7 sur Deut., \\\ii, 21) permet de compléter comme suit l'im- 
primé {'() à) : 2 DiTi3ttn b^ta nsnsi rrro ^sa mn a? aba aîrsptt "oai 
nriN enn tap^sipin b*i. Le même trait se retrouve ailleurs, soit 
anonyme, soit au nom de Natan b. Meschoullam, soit à celui de 
Joseph Bechor-Schor, ce qui est un anachronisme, mais on prête 
aux riches 3 . 

60 b (sur Deut., xxxn, 39): a-nttiata Di-in» a-npiab rsaitan «31 ito 
aina cm -nr? d*w» "pai nih isn a^na i-n D^pbn ntabta ntaysta 
fc nbw ^:n in. 

En troisième lieu, certaines explications qui manquent dans 
l'édition peuvent appartenir au copiste du ms. de Dresde. 

3 b, en marge (sur Gen , xvn, 5) : -ittib ib rrn 1*1 aiia jimn n^a n?ab 
ïrni ama» ba unTta finn hbna nmb nd Nb.s -pnro âiu ai* ->a 
[dtk] Ditaa ^-nst ib "psi i?3^r ^sdh 3111x73 dj. 

6#, en marge (sur Gen., xxvi, 8) : *ai n"ai pnxïï pnsr> mm sti 
n«iw pbnn i^a fc pE ,,:aN qpta-n b"ii ini373 tD73tD7a mn ba ■pjb pnsi 
1na?3 tDwdb ma» 5 '7:^-0 ipcse tsïiiDTs mnta "pam 1130 mrre 
iny^TS "p .im?:i r-rby imbaa ^510x73 nitt n"n a«i civa. 
Cette explication, que l'auteur tient de son maître, se retrouve 

[Hehraïsche Berichte. . ., passim). V. aussi l'explication de Raschi et des Tossafot 
(Schemaya) sur Aboda zara, 32 b, dans les o"ïïn mSTian. Zunz, Synagogale Poésie, 
450, 452. donne des textes pour Cpn. 

1. Texte publié par M. A. Pozuauski, Schiloh, Belege. p. xxv (cf. p. lo3) et par 
M. I. Lévi, l. c, 36. 

2. L'édition a Bibainn (les Cordeliers). V. I. Lévi, l. c, 37, 38. 

3. V. I. Lévi, ibid. Sur ces moines v. aussi Zunz, Z. G., 181 ; Zadoc-Kahn, dans 
Revue. I, 231; III, 13. 

4. Ibid.. 40. 

5. Nidda, il a. 



74 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

dans le Paanéah Raza, Le Hazkouni, le Minhat Yehouda, les 
Tossafot Hadar Zekênim. 

Ibidem, dans la marge inférieure : "naaa û^pbn ^attJ ba: tp/n 
i-m»fin rwaa va» apan raiato ^3E?a Va i:n: îbOTC rrob -p bai 
1 n»b c*on mm -npaa wi 'aia inaianE rimn rm pan: bmb 
■«b bicrb bi'dt riDT p ban nms p^nn bma r^nian nsi bbaja 
msjfim maa "•«m mn pi»nia i-maab omnnb »b 7:"7a-i maaa trata 
•rrroan arma p"i»-)bi p». 

19 ô, en marge (sur Exode, xx, 5) : ^piD nroti miaya n?a»tt rw 
-oit i?aa npia ^a »"i tpa>an ban criabia ba» fca^aa bj ma» y.y 
&ïjh ■p-)»' 1 »un'«aa yiann ^a paa>m hdt i?aa 3 imo n» npc pi 
pi va» tna pn "p n a» bas p*HX p twi anuî^ »?att i7ay 
iisana ri73 ^ann nm ny mar *a Dm» mar ^ana-in pi ■»a?boïi 
a»i D^ra-ibi n^cbiabi o^aab p;n naît sirra npis inn ma»n 
a^aan ^a apia "i?aa npia ?3'"n na? nn^ »bi an?a apa^ a^an "pn a^ann 
'iai a»n pa»a a^aya a>aa ^aai. D'après Nahmanide. 

44 £, en marge (sur Nombres, xxiv, 2): nania na^aa û^nb» nn 
ïimuj S»*^ ■pnaraiDn apan 'pbn» tdiu n?a "i72wS-a b»Ta"< ba» airj 
bana nwi» nmîn smxm .b"ï v '"in "*b p çnpn mi aa-'ba bj vba» 
rrrra TSBTa nn 1ha*]a ûpvnb pana aa>'ra*a ;anpn nn rrnnia b»-na^ 
nn-rai nba?»ai maaa a^ban nraan -m Ta a \**tyo baroi pn nm 
»bia 'pTaia an»a aa»ba b;a îr*» imaab "na b»nïïr ba» D^nb» nn 
p* nap^r »bi nmKT. Cette note, qui est de la main du copiste, 
contient une des plus anciennes citations du Zohar \ qui est résumé 
et, comme il arrive parfois :i , traduit en hébreu. 

61 «, à propos de l'absence de Siméon dans la bénédiction de 
Moïse : aam maa>Ta a-uaTa V'-n a^m pa>Taia ^-pa »b tiTa ^zïz t^etû 
py?a'an b"r\ "nbb ^nab nb ffn »b a"» n"»i apy^ ia-ia »b p i7aai 
nu:y7aa inmiy pT "nb ba» ^17:t*7 rt'ayTaa yaa inNcan ba» q^oin 
6 -«ib ^aa ba rb» ibo»^ a^naia ba^r:. 

Enfin, il manque dans l'édition un assez long passage sur le 
calcul de l'ère messianique (56 a, sur Deut., xxvm, 63), semblable 
aux textes parallèles des recueils tossafistiques 7 . 

1. Gen., xxix, 25. 

2. Cf. I Chr., v. 1. 

3. Gen., xxi, 1. 

4. Section Balak, 391 (98 c, éd. Crémone). 

5. V. par exemple Epstein, Das talmudische Lexicon..., 12 (= Monatsschrift, 
XXXIX [18951. 450Ï- 

6. Ex., xxxii. 26. 

7. Tossafot D. Z., 86 a; H. Z., 72 ô; Paanéah Raza, 63 a (non 43). V. Zunz, 
Erlôsungsjahre, dans Jûdische Zeitschrift, XI (1871), 107 (== Ges. Schv., III, 227); 
Zadoc-Kahn, dans Revue, I, 233; Les Rabbins français, 736; I. Lévi, dans Revue, 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 75 

Pour le reste, I» 1 manuscrit de Dresde est conforme à l'imprimé, 
mais esl plus correcl que ce dernier. Car si l'éditeur a rectifié les 
citations erronées ou replacé certaines explications à l'endroit qui 
leur convenait, c'est exceptionnellement qu'il offre une meilleure 
leçon ; en général, son texte esl défiguré, au point d'en être incom- 
préhensible : des abréviations ont été mal résolues; des mots ou 
des phrases entières sont tombées par suite d7wmotéleuton. 
Gomme il n'y a pas lieu d'espérer qu'on éditera jamais le manuscrit 
de Dresde ou qu'on rééditera le Commentaire du Rosch, nous 
croyons utile de relever en appendice les meilleures leçons du 
manuscrit, en laissant de côté les fautes d'impression évidentes et 
les variantes qui n'affectent pas le sens 1 . 



III. — Époque et patrie du Commentaire. 
Quelques auteurs cités. 

Le manuscrit de Dresde est généralement d'accord avec l'édition 
pour les noms des rabbins et les leazim, — les deux critériums 
qui permettent de localiser et de dater le commentaire, et l'on va 
voir qu'ils nous transportent en Espagne aux confins du xm e et du 
xiv e siècle. 

Voici d'abord, pour les rabbins cités, les rares divergences du 
manuscrit, avec quelques observations surlalistedeM Aptowitzer. 

/. L'identification de Joseph d Orléans avec Joseph Bechor- 
Schor, avancée par M. Gross 2 , soutenue aussitôt par M. Berliner 3 , 
et adoptée par Graetz \ Zadoc-Kahn :i , Jacobs 6 etBroydé 7 , a déjà 
été révoquée en doute par G. Walter 8 et par M. Bâcher 9 Sans 
rouvrir ici le débat, nous ferons remarquer que les arguments de 
M. Aptowitzer (pp. 76-80) sont plus spécieux que probants. Il s'agit 

XLIX, 34. Ce calcul se trouve déjà chez Bechor-Sclior ; v. G. Walter, Joseph Bechor 
Schor, 8. 

i. Voir l'Appendice. 

2. Magazin, I (1874), 93. 

3. Ibid., 94. 

4. Monatsschrift, XXVI (1877), 366, note. 

5. Revue, 111 (1881), 6. 

6. The Jews of Angevin England, Londres, 1893, pp. 15, note, et 259. 

7. Jewish Encyclop., VII, 262. 

8. Joseph Bechor Schor, Breslau [1890], partie allemande, pp. 5-6. 

9. Jew. Quart. Rev., VI (1893;, 358-359. M. Bâcher ne cite pas Walter. 



76 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

moins de constater que certaines explications, données ici au nom 
de Joseph d'Orléans, le sont ailleurs au nom de Bechor-Schor — 
confusions qui ne prouvent rien ni dans un sens ni dans l'autre — 
que de s'assurer si les explications de Joseph d'Orléans figurent 
dans le commentaire de Bechor-Schor, au moins dans les parties 
éditées '. 

Ainsi, le texte qui sert à M. Aptowitzer de point de départ peut 
déjà être retourné contre lui, car l'explication de Genèse, vi, 6, 
que le Rose!) reproduil au nom de Joseph d'Orléans, ne se retrouve 
pas seulement dans d'autres recueils au nom de Joseph Bechor- 
Schor-, mais se lit effectivement dans le commentaire de ce der- 
nier 5 , sans la mise en scène du min, il est vrai ; ce qui prouve que 
ce détail a peu d'importance, c'est que le Minhat Yehonda, tout en 
nommant Bechor-Schor, fait également intervenir les minim. 

M. Aptowitzer allègue ensuite le Paanéah Raza et le Minhat 
Yehonda. Le premier dit, sur Gen., vi, 9 (4 b en haut): r ^tt (non 
ide), rnsoinn b*n ^"n irvn npsn n"nrr, ce que M. Aptowitzer commente 
ainsi: «Jacob, le Tossafiste tout court, n'est autre sans doute que 
Rabbénou Tarn, de Rameru, le petit-fils de Raschi. » Mais tout le 
monde sait que le Ri baal ha Tossafot est Isaac b. Samuel l'Ancien, 
de Dampierre. Donc, ou bien npsn n"-n est une explication erronée 
de ^"nn, ou bien et plutôt (car le P. R. cite souvent R. Jacob) c'est 
l'addition '"Oiia^m qui est fautive. Donc l'argument par l'absurde 
de M. Aptowitzer — Rabbénou Tarn identique avec son disciple 
Jacob d'Orléans — tombe à faux. Ilest encore moins fondé à supposer 
que Jacob le Tossafiste serait ce Jacob d'Orléans. Mais en tout cas, 
comment tire-t-il de cette hypothèse « la preuve tout simplement 
évidente que Joseph Bechor-Schor et Joseph d'Orléans ne sont pas 
identiques»? Nous constaterions simplement que le P. R. cite : 
1° Jacob d'Orléans à côté de J. (">"-i) d'Orléans ; 2° Joseph d'Orléans 
à côté de J. Bechor-Schor. Il resterait à prouver que l'auteur, qui 
est un Allemand de la fin du xm e siècle 4 , avait raison de distinguer 

1. Jellinek a édité la Genèse et l'Exode (Leipzig, 1856) ; J. Neumann les 15 premiers 
chapitres des Nombres [Der Penlateuch-Commentar des Joseph Bechor Schor zum 
B. Numeri, cap. 1-45; Francfort-sur-le-Mein, 1900) et G. Walter, Deutér., xxxn, 1-43 
et xxxiv (op. cil.). 

2. Aux ouvrages indiqués par M. Aptowitzer on aurait pu ajoutera priorile Minhat 
Yehouda qui y renvoie sur Nombres, xxm, 19 (72 6), et de fait le passage se trouve 
dans le ms. de l'Alliance israélite, d'après lequel M. I. Lévi l'a publié; v. Revue, 
L (1905), 49. 

3. Edit. Jellinek, p. 14. —Dans Gross, Gallia, p. 34, dern. ligne, « Hadar Zckènim » 
désigne le Rosch, et p. 35, prem. ligne, les Tossafot. 

4. V. plus bas, p. 88. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUOUE 77 

Joseph d'Orléans de Joseph Bechor-Schor et qu'il n'a pas juxtaposé 
ces deux noms, qu'il trouvait dans ses sources, sans se demander 
s'ils ne se rapportaient pas an même personnage '. 

Il y a mieux. Celte distinction, l'auteur du P. R. ne la fait 
consciemment que dans sa préface, et M. Aptowitzer trouve que 
« c'est assez clair. » Il ajoute aussitôt : « Mais voici encore ce 
qu'on lit sur Gen., xxm [lire xxxm], G 2 : ...V'^i ..ttfcrn mnoiOfi "{ttttm 
...V't son -«ski ...-nu: n*oa w»m ht b* ïropsn : «a^bm». Ainsi, 
Joseph Bechor-Schor a fait une ohjection à une explication de 
J. d'Orléans, et a donné une autre interprétation du passage en 
question. » Pas le moins du monde. Prenons le commentaire de 
Bechor-Schor: nous y trouverons à la fois la première explication 
(au nom d'Ihn Parhon), l'objection de l'auteur et sa propre explica- 
tion 3 Donc le mot ï» w " n b-nK, dans la citation du P. /?., introduit 
l'interprétation personnelle de Bechor-Schor '• . D'ailleurs, ce der- 
nier ne cite jamais Joseph d'Orléans 5 . C'est assez clair aussi 6 . 

Il en est de même du second argument, tiré du Minhat Yehonda. 
Ce dernier, qui connaît d'ailleurs le commentaire de Bechor-Schor, 
mentionne, entre deux explications de ce dernier 7 , une explication 
au nom de Joseph d'Orléans 8 , « et celle-ci se trouvait au témoi- 
gnage des Tossafot, dans le commentaire de Bechor-Schor». Mais 
les Tossafot 9 la citent en son nom sans dire qu'elle figurait dans 
son Commentaire Or, à quoi bon raisonner? Nous possédons ce der- 
nier : le passage en question ne s'y trouve pas, et l'on se rappelle, 
du reste, que Bechor-Schor ne cite pas Joseph d'Orléans. Le rédac- 
teur des Tossafot aura écrit Bechor-Schor par entraînement — il 

1. On a lieu de penser que le P. R. ne connaît Bechor-Schor que par l'intermédiaire 
du G an. 

2. P. R., 18 a. 

3. V. éd. Jellinek, pp. 53-54. 

4. G. Walter, op. cil , 6, avait déjà songé à alléguer ce texte, mais il se demandait 
si U33''^b*TW désignait Joseph d'Orléans. 

5. V. la liste «les auteurs qu'il cite dans Walter, 18-20. 

6. Walter et Bâcher, lac. cil., allèguent semblablement le Hazkouni, qui men- 
tionnerait à la fois Joseph d'Orléans et J. B.-Sch. Ils se sont mépris sur le sens d'un 
passage de Zunz, Z. G.. 91. C'est Zunz qui iudique ces deux auteurs comme ayant pu 
êtfe utilisés par le Hazkouni; celui-ci ne nomme ni l'un ni l'autre, comme on voit 
a la page suivante de Z. G. 

7. 31 b en bas, et 32 a en bas. La seconde dans le P. R., 27 b, au nom de iD3"i" , "b^TN 
(se rapporte à ce qui suit,, c'est-à-dire de Joseph d'Orléans d'après M. Aptowitzer lui- 
même p. 7s : 

8. De même /'. /.'., ibid. : ^"""b-TlN (se rapporte à ce qui suit). — Dans Gross, 
G al lia, 36, i"-| n'est pas une faute pour n"n (Aptowitzer, 80, n. 1), mais se rapporte 
à AT >\, 17 a. 

9. Cesl-à-dire les Tossafot Hadar Zekénim, 27 b. 



78 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

venait de le nommer quelques lignes plus haut — ou par confusion 
avec une explication analogue qu'il reproduit ensuite et qui figure, 
elle, dans Bechor-Schor 4 . 

Il est curieux que notre commentaire ne cite ce dernier que sur 
le Deutéronome 2 . Ce n'est pas seulement la quatrième citation qui 
se retrouve dans les ïossafot Hadar Zekêrtim, mais aussi les trois 
autres 3 . En outre, la première figure dans le Paanéah Raza' 1 ; la 
troisième dans le Minhat Yehonda* ; la quatrième dans l'un 6 et 
dans l'autre 7 . — Enfin, une explication de Deut , xxxn, 11, ano- 
nyme dans l'édition, est donnée dans le manuscrit de Dresde (59 b) 
au nom de R. Joseph. 

1. Moïse citant son maître Samuel pourrait être l'exégète Moïse 
de Paris, qui serait alors le disciple de Raschbam, dont M. Gross 8 
assure qu'il a la méthode 9 . M. Gross (, \ suivi par M. Zadoc-Kahn H , 
l'identifie sans raisons suffisantes avec Moïse fils de Yehiel, fils 
de Matatia le Grand, héros d'une anecdote rapportée par le 
Mahzor Vitry ,2 . — Le Moïse cité en toutes lettres ou d'après son 
initiale dans différents recueils tossafistiques est Moïse de Goucy {Z ; 
mais celui-ci n'a pas eu, que nous sachions, de maître du nom de 
Samuel. Samuel de Falaise était son collègue. 

3. Moïse ha-Darschan, sur Nombres, xxn, 42 (62 6 en bas), est 
également celui de Narbonne, cité par Raschi. Quelques lignes plus 
bas il faut, par contre, lire "jTsna '-o TO73 n"n, comme dans le 
manuscrit de Dresde (46 b) ; cf. le commentaire de Nahmanide, 
ad loc. Il n'y a donc pas lieu de songer à Moïse de Coucy. 

4. Le nom de Natan b. Meschoiillam manque dans le ms. (50 b)\ 

1. Ce n'est pas une faute de l'édition, car le ms. 270 de la Bodléienne (copie de M.I. 
Lévi) porte le même nom. 

2. De môme les Tossafot D. Z. ne le citent qu'à partir du Lévitique; v. la liste de 
Walter, op. cit., 10. 

3. 66 a (d'après le Gan\ 67 a et 69 a. 

4. 58 6. 

5. 82 6. 

6. P. R., 66 a (d'après le Gan). 

7. 89 a. 

8. Gallia, 513 (le renvoi à Z. G., 95 n'est pas exact). 

9. Je retrouve après coup la même hypothèse dans Berliner, Plelath Soferim, part, 
ail., 29; 49. n. 44. 

10. Dans Magazin, V (1878), 182; Gallia, l. c. 

11. Dans Revue, III (1881), 9. 

12. P. 247 de l'éd. Hurwitz (c'est une addition d'Isaac b. Dorbolo). 

13. I. Lévi, /. c, 39. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 79 

inversement l'éditeur a supprimé la mention de Jésus et des saints 1 . 
La même controverse se retrouve non seulement dans le Paanéah 
Raza mais encore dans les Tossafot //. /.. 67 a 2 , et le ms. de 
Munich 252 3 . Sur Natan b. Mesclioullam, arrière-grand-père de 
Joseph le Zélateur, voir Zunz, ZwrCrescÀîcÀte, 94; Berliner, Pletath 
Soferim, partie allemande, p. 33 (cf. Steinschneider, dans llebr. 
BièL, \VI [1876], 131) ; Zadoc-Kahn, dans Revue, I (1880), 238-9; 
III 1881), li; Gross, Gallia, 4o; le même, dans Monatsschrift, 
XLV 1901), 372. 

.'). Samuel à. Méir. Dans la seconde citation le ms. (46 a) porte 
également: Vit np^-> irm ^ntt tne "D barrai s nn. Et pourquoi n'est-il 
« pas possible qu'Aseher ben Yehiel ait ainsi écrit » '', s'il reproduit 
un texte antérieur? 

6. Rabbénou Tarn n'est pas seulement mentionné dans un 
passage halachique 5 , mais encore sur Gen , vin, 6 (p. 5<z, 1. 9; lire: 
*p"©b . Sur Gen., x\xvn, 28, l'explication qui identifie •p'ro et "pra, 
anonyme dans l'édition (16 b), est introduite dans le ms. (8 a) par 
n"-ci Les Tossafot H. Z. nomment le Raschbam. 

7. Saadia. Au lieu de Saadia Gaon, le ms. (12 b en bas) porte 
seulement :th*o 'an: c'est une guematria servant à expliquer 
Rascbi ! D'autre part, on a vu plus haut (p. 73) que, d'après le ms. 
de Dresde, Saadia Gaon trouve une allusion à Jésus dans un verset 
du Deutéronome. Une explication analogue de R. Saadia Gaon, sur 
Deut., xxix, 25, a été publiée par Geiger d'après le manuscrit de 
Munich n° o 6 . Chose curieuse, d'après le manuscrit de Munich 
n° 252, le gaon Saadia, menacé de mort, engage une controverse 
avec un évêque sur la mort de Jésus 7 . Faut-il ajouter ce trait à 
ceux qu'on rapporte sur le compte du Gaon 8 ? Ce qui est sûr, 
c'est que différentes explications bibliques sont citées dans des 
ouvrages exégétiques français au nom de Saadia ou de Saadia 
Gaon. M. Poznanski en a réuni récemment un certain nombre 9 . On 

1. V. plus loin, p. 100, 1. 6 d'en bas. 

2. I. Lévi, l. c, 36-37. 

3. Berliner, op. cit., partie hébraïque, p. 34. 

4. Aptowitzer, p. 83. — Ibid., p. 80, n. 4 (lire 38 b), il suffit de remarquer que 
Maimouide est appelé par les Allemands "pTS"^ et , ^?2" n ?j. 

5. Cf. plus bas, p. 93. 

6. Parscfiandata, part, hébr., p. 7. 

7. Berliner, Pletatk Soferim, partie hébraïque, p. 30. 

8. V. Rapoport, Biographie de Saadia, note 49. 

9. Revue, LU (1906;, ju-56. 



/ 



80 REVUE DES ETUDES JUIVES 

peut encore grossir sa liste. Rabbénou Saadia est mentionné dans 
le commentaire des Lamentations de J. Gara sur m, 5 ' ; R. Saadia, 
2 fois (sur Gen , xvm, 14 et sur un v. du Deut ) dans le commen- 
taire tossabstique décrit par Schecbter 2 ; Saadia gaon dans un com- 
mentaire semblable ms. à Vienne 3 ; le gaon R. Saadia dans Joseph 
le Zélateur- 4 et dans le glossaire hébreu-français de Leipzig 5 . 

Il est probable qu'on a plus ou moins confondu le gaon avec un 
savant français ou allemand de ce nom 6 . Mais rien ne prouve que 
cet autre Saadia ait été, comme le veut M. Aptowitzer, après 
d'autres, le ûls de l'exégète Joseph Bechor-Schor 7 , ni d'un Bechor- 
Schor quelconque 8 , et moins encore qu'il soit l'auteur d'un 
« poème » sur les lettres de la Bible, attendu que l'existence même 
de cet auteur est loin d'être prouvée 9 . 

Or, nous connaissons un commentateur biblique du nom de 
Saadia. C'est l'auteur du commentaire de Daniel, imprimé dans les 
bibles rabbiniques sous le nom du Gaon, attribution dont Rapo- 
port a démontré la fausseté 10 . Michael a proposé d'identifier cet 
exégète avec le païtan Saadia b. Nahman et un Saadia censément 
interlocuteur de RaschP 1 . Mais le passage en question 12 n'émane 

1. Ed. Hiibsch, Les 5 Meguillot, Prague, 1866, p. 48 6; éd. Buber, dans Gedenk- 
buch Kaufmann, 2° recension, p. xxxiv. Par contre, la glose de iv, 6, dans l'éd. 
d'Eliézer Aschkenazi (dans Dibrê Hachamim, Metz, 1849, p. 21J est tirée du Lékah Tob; 
v. l'édition de Nacht, p. 30. 

2. Semitic Sludies, 486. 

3. Ms. n° 32 ; Catalogue, p. 36. 

4. N°* 3, 4, 5, dans Mimisrach Uminaarabh, Bd. IV (Berlin, 1899). Dans le n° 4 au 
moins il s'agit bien du gaon. 

5. N° 1099 du Catalogue Vollers; v. Delitzscb, Ltbl. d. Or., V (1844', 296, et Porges, 
Z. f. IL £., XI (1907), 17. 

6. V. une confusion analogue dans Zunz, Ltg., 177. — Le nom de Saadia n'est pas 
rare eu Allemagne, v. Salfeld, Das Martyrologium des Nùrnberger Memorbuches. 
113, 189, 360. 

7. Hypotbèse de Zunz, Z. G., 75, répétée par G. Walter, Joseph Bechor Schor, 
p. 11 ; d'après Dukes, Beitrage, II, 102, ce serait seulement un parent. Gross ne nomme 
pas ce Saadia. 

8. Divers personnages de ce nom sont cités par Gross, Gallia. 35. D'après Zunz, 
Ltg., 283, et G. Walter, op. cit., 7. l'auteur du Séder de Pàque pourrait être identique 
avec notre exégète. — Dans M. Weiss, Catalogue de la Bibliothèque D. Kaufmann, p. 9 
(description d'un ms. du Mlnlt. Yen.), T)Œ "I1D3 DpS^ '1 no peut être qu'une faute 
pour riOT 1 - 

9. V. en dernier lieu Bâcher, dans Jew. Encycl , II, 649 ; Poznanski, l. c, 56, n. 3. 

10. Loc. cit., note 39. — M. Griinhut a essayé en vain de sauver la paternité du 
Gaon, v. Ezra und Nehemia kritisch erlâutert, Jérusalem, 1899, et la réfutation de 
M. Poznanski dans Ha-Goren, II (1900 1, 92 et s. 

11. Dans une lettre à Zunz, citée par Weiss, dans Kérem Hémed, V, 244; puis Or 
ha-Hayyim, n° 1146, pp. 564-565. De même Seligsohn, dans Jew. Encycl., X, 586. 

12. Lihkoutê Pardès, Tisch'a be-Ab. 17 b. éd. Amsterdam, ou mieux Pardès, 48a, 



LE COMMENTAIRE DU PENÎÀÎEUÛUE 81 

pas de Raschi, et il n'est pas prouvé non pins qu'il soit de Yakar, 
disciple de Kalonymos b. Sabbataï (contemporain de Raschi), 
comme l'admettait Rapoport '. Zunz, qui avait d'abord adopté 
l'opinion de ce dernier 2 , a considéré plus tardée Saadia comme 
un disciple d'Kléazar b. Meseboullam, qui aurait vécu Fers I130 :{ . 
L/ hypothèse de Rapoport a élé réfutée par Mathews 4 , qui croit 
que l'auteur de ce commentaire et d'un commentaire d'Ezra-Néhé- 
mie édité par lui était un rabbin du xii 9 siècle. D'après M. Porges\ 
cet autre Saadia aurait vécu dans le dernier quart du xn e siècle, 
en Italie; d'après M. Poznanski 6 , dans l'Afrique du Nord, à la fin 
de l'époque des Gueonim. 

8. Enfin, dans un passage où l'édition présente une lacune, le ms. 
de Dresde cite une interprétation d'Exode, xxi,4, par R. Vardimas 1 . 
Une explication biblique de Vardimas de Dreux sur Gen., xlviiï, 
14, est reproduite dans le commentaire tossafistique décrit par 
M. Schechter 8 ; une autre, sur Exode, xxi, 33, dans les Toss. Hadar 
Zekénim 9 . Il s'agit de Menahem Vardimas qui est cité ailleurs ,0 , 

éd. Constantinople (n° 155, éd. Varsovie'; v. Bubcr, Introd. au S. ha-Orah, 107. Le 
même texte se trouve dans Rokéah, n° 311, et a passé dans le Sckibbolé ha-Léket, 
§ 263 (p. 252 Bubcr , où ce Saadia est devenu le gaon, ce que Rapoport avait déjà 
remarqué, loco dtato, mais ce qui a éebappé à Bubei\. Il est curieux que ce Saadia 
mette justement en rapport le carême entre le 17 Tammouz et le 9 Ab avec le jeûne 
de Daniel. 

1. Lac. cit. — Quant à ce Yakar, c'est très probablement Yakar b. Menaliem, un 
des trois Macbirites, comme l'admet M. Epstein, Schéma j a. .., dans Monatsschri/Ï, 
XI.I 1891 , 301, et non Yakar b. Samuel ba-Lévi, comme le dit Ochser, dans Jeu;. 
Encycl., XII, 584 (le renvoi à Gallia, 567 est inexact) sur la foi de Gross, Kobn et 
Eiinn. Yakar b. Samuel ba-Lévi a vécu dans la seconde moitié du xn* siècle et rien 
n'autorise à en supposer un autre. 

2. Zur Geschichle. 71. 

3. Literaturgeschichte, 178. 

4. Commenlary on Ezra and Nehemiah, Oxford, 1882. 

5. Monatsschrift, XXXIV (1885), 63 et s. 

6. Loco cit. Cf. I. Lévi, dans Revue, XLI (1900 . 315-316. 

7. Y. le texte plus loin, p. 98 en bas. 

8. Sotes of a Hébreu- Commentary to làe Pentateueh, dans Semitic Studies in 
Memory of .il. Kohut, i87 : b"ST Û1»"in fiWHTn '1 'lïT 

9. 39 a dans l'éd. : DY'fim "J? 2 033 w "H*Tn "l"m : 51a dans le ms. 270 de la 
Bodléieune, dont M. Israël Levi. mon maître, a bien voulu me communiquer sa 
copie : D1ÉOT] \12 DnTYn ")"m. 

10. Gross. Gallia, 17:! et s., 178 : ajouter : Epstein. Glossen zu Gross' G ./., i 
(= Monatsschrift, XLI [1897], 4n7 : ici., Dus talmudische Lexicon..., 21 =r M o- 
natsschr., XXXIX, 459). — LU Menahem est en correspondance avec Simson b. Abra- 
bam de Sen> : M. Gross croyait d'abord que c'était le nôtre, Hernie, Yll (1883), 43; 
il l'identifie avec Menaliem b. Isaac dans la Gallia, p. 175 (manque dans l'Index . 

T. LIY, te 107. 6 



N2 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

mais sans L'indication du nom de son père. M. Gross ' l'appelle 
Menahem b. Péreç, c'est-à-dire « très probablement fils de Péreç 
de Dreux, contemporain de R. Tarn ». Sans compter que l'exis- 
tence d'uu Péreç de Dreux repose sur la lecture d'un seul 
manuscrit, contredit par deux autres -', le seul texte sur lequel il 
puisse se fonder est un piout 3 signé par « Menahem ■'îzitt'HTi 
b. Pérec; l'Ancien » ; mais celui-ci est plutôt Menahem b. Péreç de 
Joigny, contemporain de Rabbénou Tarn'*: n'importe quel Mena- 
hem pouvait porter le surnom de Vardimas, les deux noms étant 
synonymes d'après Sabbat, 118 b :> . D'autre part, M. Epstein, sans 
contredire M. Gross qu'il veut compléter fi , renvoie pour Menahem 
Vardimas au Semak, § 184 (73 a, éd. Crémone) : 'nn "^itt -»d *wot 
baiera w mn "pûnatt. Zunz 7 cite Menahem b. Samuel d'après un 
Semak manuscrit 8 , une glose du Semak de Zurich tt , le Colbo, 22 
(12 c, éd. Fûrth) et Orhot Hayyim, II 10 ) : on sait que ces ouvrages 
gravitent dans l'orbite de R. Péreç de Corbeil, que nous allons 
bientôt retrouver parmi les auteurs plus proches de notre commen- 
tateur. 

Car ceux dont nous avons parlé jusqu'ici se retrouvent dans les 
recueils analogues et leur mention ne permet pas de préciser l'âge 
du commentaire. Heureusement il y en a d'autres, et d'abord le 
Rosch lui-même. Il y est cité deux fois, comme auteur de nota- 

1. Loc. cit.; de même I. Broydé, dans Jew. Encycl. , VIII, 471. 

2. Loc. cit. ,178; ce qui a suffi néanmoins à lui ouvrir la Jew. Encycl. (IX, 601). 

3. Ms. Bodl., il» 1206; Catalogue, i». 422 (cf. Neubaucr, dans Revue, XVII [1888], 
152); un autre manuscrit dans Zunz, Lileraturgeschichte, 328. — Neubauer demande, 
p. 153, où Zunz a vu que Menahem est mort en [non : vers] 1224 : c'est dans le docu- 
ment de Sal. Louria, Consultations, n° 29. 

4. Gross dit, p. 178, que Zunz l'attribue effectivement à celui-ci ; je le voudrais bien, 
mais il suffit de se reporter à la Literaturgeschichte, l. c, pour voir que Zunz parle 
de Menahem Vardimas. 

5. On trouve un Menahem 1372TTH en Angleterre, en 1257. — Cf. Is. Loeb, Joseph 
Haccohen, 57 (= Revue, XVI [1888], 235). 

6. Glosseyi, l. c. 

7. Zur Geschichte, 37 (« peut-être le fils de Samuel de Falaise »); Ritus, p. 212 
(= Hebr. Bibl., I [1858], 84, non 74, comme dans Epstein). 

8. Il convient de noter que les gloses du Semak contiennent des additions d'un 
Menahem de Melun [Gallia, 354, 568). 

9. Ms. du British Muséum, maintenant n" 514; v. le Catalogue de Margoliouth, 11, 
119 et s. — Le même ms., dans un extrait du Eç Hayyim, cite un R. Menahem le 
saint de Dreux. Plusieurs ouvrages portent le titre de Eç Hayyim ; Menahem n'est 
pas cité dans celui qu'a édité Coronel (D^DnLÛÎip rrattrt, Vienne, 1864), qu'on 
attribue à Ha.y.yim Or Zaroua(v. Revue, LUI, 84), et qui est plutôt d'un de ses disciples 

v. p. 103 b, 105 b). D'ailleurs Hayyim cite Menahem Vardimas dans une Consultation 
(n« 180, p. 61a). 

10. N'est pas relevé dans l'Index de l'éd. Schlesinger [Mehilzé Nirdamim). 



LE COMMENTAIRE 1)U PENTAÎEUQUE 83 

rirons, el, par une véritable malchance, le premier passage manque 
dans 1 '.édition, qui présente en cet endroit une lacune, tandis <|iie 
dans le second il est dissimulé sous le chiffre «"-n 1 . Mais le m?, 
de Dresde porte en toutes lettres, la première fois : -kdn Yn ■HttTOB 
V-û "raraN*, et la seconde (41 b en marge) : Vxtl *TC3« fta ) ain 3 . Le 
rédacteur était donc un disciple du Rosch, écrivant en Espagne. 
Ce peut être lui, mais ce pourrait être R. Aschcr lui-même, qui 
a connu — toujours en Espagne — R. Dan Aschkenazi. On se rap- 
pelle que David Kaufmann, à la suite de la notice qu'il a consacrée 
à ce rabbin \ avait publié trois de ses explications exégétiques 
d'après le manuscrit de Dresde, sans se douter qu'elles se retrou- 
vaient dans le commentaire du Rosch. Une quatrième, sur Genèse, 
xxix. 18, lui avait échappé : Ms. D., 6 a en bas = Rosch 12 a. Par 
contre, M. Aptovvitzer avait d'abord omis d'en signaler une: Rosch, 
41 b = Ms. D., 26 a. Pour celle d'Exode, xxm, 20, le ms. (23 a) 
ajoute au nom de Dan l'eulogie VafcT qui manque dans l'édition, 37 6 S . 
Cette curieuse explication, qui voit dans l'ange ou le messager 
précédant les Hébreux, Josué, le successeur de Moïse (le ms. porte 
wim, l'édition arna), est donnée par Abravanel comme caraïte,mais 
je ne sais pourquoi Kaufmann la considère comme une interpré- 
tation traditionnelle tombée dans l'oubli. Récemment elle a été 
reprise par un exégète qui a parfois des tendances au Midrasch, 
M. R. Jacob 6 . L'explication de Nombres, xx, 10, est plus correcte 
dans le ms. (43 6) que dans l'édition (58 a), et doit être corrigée 
d'après lui 7 . La traduction de *n*i par « frapper», à propos du rocher, 
est donnée par Ibn Ezra: celui-ci cite également Moïse ibn Chiqui- 
tilla d'après lequel la faute de Moïse avait consisté à ne pas faire 
suffisamment ressortir que le miracle était de Dieu 8 . — Toutes ces 
explications de Dan Aschkenazi, aussi bien que les deux autres 
conservées par Rahya b. Ascher, sont assurément ingénieuses, 

1. Manque dans la liste de M. Aptovvitzer. 

2. V. plus loin, p. 98 (dans Kaufmann, /. c, p. 292, il faut lire 22 a au lieu de 
21 a . Le même notaricon dans le Baal hd-Tourim sans nom d'auteur. 

3. Si les eulogies sont originales, la seconde explication, écrite en marge, aura été 
ajoutée après la mort du Rosch. 

4. Revue, XXXVI (1898), 292. 

• i. L'effacer dans Aptovvitzer, p. 68. 

6. Im Namen Cottes, Berlin, 1903, p. 23 ; cf. Lambert, Revue, XLVIII (1904), 292 
(lire xxm au lieu de xxxn . 

T. Dans Kaufmann, corriger 43 a en 43 b ; dans Aptovvitzer, p. 84, 43 d en 43 b et 58c/ 
en ."JS a. 

8. Cf. S. Poznanski, Mose Ibn Chiquitilla, 97, 132. — Sur l'interprétation du 
« péché de Moïse » chez les exégetes et philosophes juifs du moyen âge, voir un article 
de Friedmaun, dans Met Talmud, 1 1SS0 , 19 et s. 



84 REVUE bES ÉTUDES JUIVES 

originales, sans pourtant autoriser Kaufmann à parler de « la 
hardiesse de son système d'interprétation biblique ». 

Comme Bahya, notre commentateur a entendu directement Dan 
Ascbkenazi. Kaufmann, croyant reconnaître dans l'auteur du 
manuscrit de Dresde un disciple d'Ascheri, venu en Espagne en 
1305, supposait que R. Dan a survécu à son correspondant Salo- 
mon b. Adret, mort en 1310, et que l'eulogie mortuaire qui accom- 
pagne son nom dans le commentaire du Pentateuque de Bahya, 
commencé en 1291 \ avait été insérée plus tard par l'auteur ou par 
un copiste (ajoutons : ou par un éditeur) 2 . M. Aptowitzer (p. 86), 
s'élève contre cette opinion, parce que la date de 1343 se rapporte 
tout au plus à la copie du manuscrit, et il croit que Dan était déjà 
mort en 1291 ; or, comme il fut en correspondance avec Yomtob 
b. Abraham, il est obligé de devancer l'époque de ce dernier, qu'on 
place généralement vers 1310-1350 3 , non pas de dix (p. 74, n. 8), 
mais bien de vingt ans. Mais nous avons vu et nous verrons qu'en 
tout cas notre commentaire a été rédigé en Espagne dans le milieu 
d'Ascheri. Il faut donc revenir aux conclusions de Kaufmann, et 
admettre que R. Dan, qui émigra en Espagne, comme Ascher b. 
Yehiel, et y fut en correspondance avec Yomtob b. Abraham, dis- 
ciple du Raschba, vivait encore au commencement du xiv 6 siècle 4 . 

Comme Dan Aschkenazi, Sa?nael ha-Cohen doit être le maître 
ou du moins le contemporain :j du compilateur lui-même, car on ne 
voit pas que, quand il reproduit un texte antérieur, il conserve une 
désignation semblable. M. Aptowitzer est donc fondé à reconnaître 
ici Samuel ha-Cohen de Valence, qui, comme Dan, fut en relations 
avec Salomon b. Adret et Bahya b. Ascher. Et nous voici de nou- 
veau en Espagne, aux confins du xnr 3 et du xiv e siècles. Zunz, il 

1. Commencé, et non composé, comme dit M. Aptowitzer, p. 68, 86, ce qui est impor- 
tant ici. V. le commentaire sur Genèse, H, 3, et cf. B. Bernstein, Die Schrifterkla- 
rung des Bachya ben Ascher..., dans Magazin, XVIII (1891), 36. 

2. Et encore manque-t-elle une fois sur deux dans les éd. de Pesaro, de Biva et 
d'Amsterdam. 

3. Michael, Or ha-Hayyim, n° 1037, p. 473 ; Steinschneider, Catalogue de la 
Bodléienne, col. 1406; Graetz, Gesc/iichte, VII, 352 (trad. hébr., V, 284). La même 
date ressort d'Azoulaï, Schem, I, 37 «, éd. Benjacob, et de Conforte, Corê, 25 6. — Les 
Xovelles sur Aboda Zara contiennent à la fin la date de 1342, qu'Azoulaï [Schem, I, 
12 b), Graetz, Steinschneider et Kayserling {Jew. Encycl., XII, 618) rapportent à la 
composition, Michael à la copie de l'ouvrage (soit dit pour M. Aptowitzer, p. 61). 

4. Sur Dan Aschkenazi, voir la notice de M. Ginzberg, dans Jew. Encycl., IV, 42 4 ; 
il faut seulement ajouter à la bibliographie la source principale : Michael, op. cit., 
n° 787, p. 354 ; — cf. aussi plus bas, p. 1)5. 

5. A cette époque *m?2 peut être un titre honorifique. Le ms. 23 a) a : 'na"j 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 85 

est vrai, ayant trouvé dans une glose du Semak dit de Zurich un 
enseignement au nom de \\. Samuel h a-Cohen, cite à ce propos 
notre commentaire ' ; mais en tout cas des gloses du Semak nous 
placent dans L'entourage deMiéirde Rotbcnbourg et de Péreç de 
Gorbeil, qui a d'ailleurs été en Allemagne 2 , où il fut en relations 
avec Méir. Or, dans notre manuscrit (22 a en bas), Fauteur nomme, 
sur Exode, xxi, s , son maître Péreç (b"T Bfn ■•Titt) ''. 

Aux mêmes cercles paraît appartenir Baruch le Français. Malgré 
l'autorité de M. Gross » et de M. F.pstein, — et encore ce dernier 
ne se prononce-t-il pas formellement — il n'est pas encore démon- 
tré que Baruch ha-Çarfati soit Baruch b. Isaac de Worms et de 
Ratisbonne c \auteurdu<S.Aa-7>ro?/;>><2, qui se serait fixé en France 7 . 
David Cochabi, rabbin provençal, peut appeler Çarfati un savant 
de la Lorraine ; Zaccuto et Azoulaï ne sont pas fondés à faire de 
Moïse de Coucy l'élève de Baruch b. Isaac, car il ne l'appelle pas 
son maître 8 . Les autorités écartées, il reste les textes. Mais Baruch 
Çarfati n'y est jamais appelé fils d'Isaac 11 , et si l'auteur du S. ha- 
Terouma, originaire de Lorraine, était venu s'établir en France, il 
aurait pu recevoir n'importe quel surnom, sauf celui de Çarfati, 
qui s'applique à un Français émigré. 

Or, il est remarquable que notre commentateur fasse suivre le 

1. Mus, 212 {= Hebr. Bibliogr., 1 [1858], 84). 

2. V. Gross, Gallia, 566-567. Pérec dut quitter la France à la suite des mesures 
restrictives— ordonnances de 1280, 1283 — et des autodafés — Troyes, 1288, Paris, 
1290 — qui préludèrent à l'expulsion des Juifs de France. 

3. V. le texte plus loin, p. 99, 1. 12. 

4. Il existe aussi un cabbaliste de ce nom qui paraît avoir vécu en Espagne au 
xiv e siècle, Fauteur du mrîbNÏT rO"13>?D (Steinschneider, Catalogue de la 
Bodléienne, n° 6719 , mais les initiales t|""l s'appliquent plutôt à Péreç b. Élia. 

5. Déjà dans son étude sur Eliezer b. Joël Halevi, 51 (= Monalsschrift, XXXIV 
[1885], 560). 

6. Les raisons pour lesquelles M. Gross, ibid., 50 (558 et s. ; cf. Wellesz, dans 
Monatsschrift, XLV1II, [1904], 442), distingue Barucb de Worms de Barucli de 
Ratisbonne ne sont pas convaincantes. Aussi bien la liste de la Germania judaica 
en préparation ne cite-t-elle que Baruch de Ratisbonne {Monatsschrift, LI [1907], 
105). 

7. M. Ginzberg ne dit rien de tel dans sa notice sur Baruch b. Isaac, Jew. EncycL, 
II. 559; d'ailleurs il ne cite pas Gross. 

8. Epstein, Glossen, 14. — C'est assez l'habitude de Zaccuto, quand il trouve un 
rabbin nommé dans un ouvrage, d'en faire le maître de l'auteur (v. par exemple 
Gai lia, 557). 

9. Un de nos deux textes parait se retrouver dans le ms. de Vienne, n° 32, au nom 
de B. b. J., autant qu'on en peut juger par le Catalogue ; mais on sait que, dans cette 
littérature, les mêmes explications sont souvent attribuées, par des textes différents, à 
des auteurs différents, surtout quand il y a ressemblance entre les noms. Cf. Aptowitzer, 
70. 73. 76-77, 



86 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

nom de Baruch de l'eulogie i ,m ù\ el si] lavai! trouvée dans un 
texte qu'il copiait, pourquoi l'aurait il exceptionnellement conser- 
vée? On est ainsi amené à se demander si ce Baruch n'est pas 
plus rapproché de notre commentateur que les Tossah'stes propre- 
ment dits. C'est dans cette voie qu'a cherché Michael 2 , et il a 
trouvé qu'Estori Farhi cite un R. Baruch, disciple de Yehiel de 
Paris et de Méir de Rothenbourg 3 . A cette époque les persécutions 
avaient poussé beaucoup de Juifs français à émigreren Allemagne, 
où ils recevaient l'épi thète de Çarfati '. Ce Baruch peut ainsi avoir 
été le maître de notre commentateur ou du maître de celui-ci. 

A côté de Baruch on peut donc placer Eliab ha-Cohen. Ce der- 
nier est cité non seulement dans les Tossafot Daat Zekénim' 6 , mais 
encore dans les gloses du Semak, dans celles du Tasc1ibec,% 20, et 
dans les Tossafot d'Ascheri sur Baba Kamma 6 . — Enfin, un maître 
de notre commentateur paraît mentionné dans un passage du 
manuscrit (33ô) où l'on lit imbab 'n bfcùb, tandis que l'édition a 
Vt "lïrba 'n bara. Si étrange que soit l'intervention du prophète Elie 
dans ce texte 7 , la leçon du manuscrit est confirmée par le fait 
qu'il s'agit bien d'un dialogue. 

Un des maîtres du commentateur 8 était son propre beau-père. 
En effet, le manuscrit sur Ex., ix, 14 (15 b, en marge) porte ">ttn n» 
au lieu de b"T "hto dans l'édition (27 a, non b). De même sur 
Ex., xu, 16, il a (46 b, en marge) b"î mn ron "nttb au lieu de "mttb 



4. Le ms. de Dresde l'a dans les deux citations ; c'est sans doute l'éditeur qui, la pre- 
mière lois, l'a changée arbitrairement en b"T- Ou voit combien il est aventureux de 
raisonner, comme fait M. Aptowitzer, p. 61, sur la présence d'une eulogie plutôt que 
d'une autre. 

2. Or ha-Hayyim, n« 641, p. 297. 

3. Kaf'for va-Férah, passages cités dans Michael, l. c, ainsi que dans la liste qui 
se trouve en tète de l'édition d'Edelmann et à la fin de celle de Luncz. 

4. V. Salfeld, Das Martyrologium des Nilrnberger Memorbuches, pp. 423 et s. 

5. Mb ; il faut peut-être lire de même dans 30 b, au lieu d'Elia. 

6. V. Michael, Or ha-Hayyim, n« 350, p. 159, qui a renseigné Zunz, Z. G., 88. 
Celui-ci ne s'est pas aperçu que le passage des Tossafot du Rosch (ibid., 566) était 
précisément celui de la Schitta, 52 a, éd. Venise (non sur B. K., 52 a), 29 c, éd. 
Lemberg. On ne 9ait pas où demeurait Eliab. Un manuscrit du Semak a Nli'HTOTJ 
(Catalogue de Leipzig, 277), un second fitt^m^û {ibid., 316), un troisième K3T»V1T73 
(llebr. #t'6Z.,XU[1872J, 65) : de tout cela (ajoutez-y une quatrième leçon : N3" n TT , "<?3?3, 
Michael, /. c.) M. Gross, Gallia, 152, fait Dijon! 

7. Ou sait, par contre, que c'est un thème souvent exploité dans l'Aggada et dans le 
Zohar ; voir la riche étude de Friedmann dans l'Introduction du Séder Eliahou rabba, 
pp. 27 et s. 

8. Aux passages indiqués par M. Aptowitzer, p. 84, ajouter : 59 b, 1. 27, où il faut 
lire d'après le ms. (44a) : NTptt P3H ïm»H '*»S *pb. — Sur Exode, xiv, 26 
(Aptowitzer, p. 83; non xvi), le ms. (17 a) ajoute DDrtn à i-^ tf3N. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATRUQUE R7 

V't n-n ( u 2K 6). Gomme ces mentions se trouvent en marge du 
ins., on est tenté <1< 1 croire qu'elles sont dlsaac Navarro; mais 
cotte hypothèse (loi ( être écartée, puisque les explications elles- 
mêmes figurent dans l'édition et que, comme on Ta vu, le manus- 
crit de Dresde a été copié et abrégé sur un autre texte, incomplet au 
début. Il faut donc admettre qulsaac Navario n'a pas fait entrer 
dans le corps de sa copie les notes marginales de l'exemplaire 
qu'il copiait. Du reste, ce beau-père est nommé une fois en toutes 
lettres dans le corps du manuscrit (19 b) sur Ex., xvni, 21, passage 
qui manque dans l'édition (33 b, après la ligne 29) : ^n *3n&6 î"db 
b"£T ttvmu *i ûm::K 'n vn. Il est difficile d'identifier ce personnage. 
Le Se fer ha-Nayyar • cite un Abraham m"natt, fils de R. Malatia, 
neveu 2 de R. Matatia le Grand d'Allemagne. M. Gross suppose 
d'abord que lUNna n'a rien à faire avec Troyes (ce qui est bien pro- 
bable), et, à la page suivante, il dit que ce nom semble désigner 
Troyes. La forme îïnvna *1 de notre ms. nous renvoie à la France 
ou à l'Italie. En tout cas, cet Abrabam appartient à la célèbre 
famille Trêves qu'on trouve dès le milieu du xni e siècle dans ces 
deux pays 3 . 

Ainsi, le rédacteur de notre commentaire a sans doute eu pour 
maître Barucb Çarfati, disciple de Méir de Rothenbourg; il a connu 
en Espagne Samuel ba-Cohen de Valence et Dan Aschkenazi, tous 
deux contemporains de Salomon b. Adret et de Babya b. Ascber. 
Enfin, il a été l'élève de R. Ascber et a écrit — ou seulement com- 
mencé — le commentaire du vivant de ce dernier. Quelle apparence 
que ce soit un Français? G'est plutôt un Espagnol ou un Allemand 
qui a émigré en Espagne, tout comme Ascheri et à la môme époque 
que lui 4 . Est-ce un hasard que le commentaire porte le nom du 
Rosch ? 

M. Aptowitzer est donc peu fondé à soutenir que la patrie du 
« compilateur » est la France, parce « qu'il a principalement utilisé 

1. Texte publié par M. Gross dans Revue VII (1883;, 77, n. 4; commenté dans Gallia, 
242-243. 

2. AI. Gross, Gallia, l. c, traduit "H^O par petit-fils, mais on sait qu'à cette époque 
ce mot désigne le neveu ; v. en dernier lieu la littérature dans L. Blau, Léo Modenas 
liriefe, II 29. Jahresbericht der Landesrabbinerschule), Budapest, 1906, pp. 109-170. 

3. V. Brûll, Jahrbttcher, I. 87 et s.: cf. Jew. Encycl., XII, 244 [ibid., pour la hiblio- 
L'iapliie de la table généalogique, il faut lire : Mortara, Indice, et Briill. Jahrbucher). 

4. A noter eucore : 1° que l'auteur dit, 75 b : « Quant à la Kedousclia de héler que 
nous récitons »: 2° que le seul ouvrage qu'on ait signalé jusqu'ici comme ayant peut- 
être utilisé le Rosch est le commentaire écrit, dans le troisième quart du xiv» siècle, 
par En Salomon Astruc de Barcelone sous le titre de Mldreschê ha-Tora, et publié 
par Eppenstein éd. Mekitzé Nirdamim, 1899); v. l'Introduction, p. xi. 



88 REVUE DES ETUDES JUIVES 

pour sa compilation des ouvrages d'auteurs français, et aussi parce 
que presque tous les maîtres qu'il cite nommément ont vécu en 
France » (p. 70). Nous venons de voir que plusieurs rabbins qu'il a 
personnellement connus ont vécu en Espagne. Que si la plupart 
des autorités mentionnées sont françaises, c'est une preuve du 
caractère a tossalistique » de son commentaire, mais non de son 
origine française, et, puisqu'il s'agit d'une compilation, la prove- 
nance de ses éléments ne saurait révéler la patrie du compilateur. 
Si les Tossaiistes sont surtout utilisés, c'est qu'à cette époque épî- 
gonique l'originalité et l'indépendance étaient épuisées et qu'on se 
contentait de reproduire les anciens maîtres français. 

D'une façon générale, donc, on n'a pas le droit de considérer 
comme françaises toutes les compilations bibliques du xm c et du 
xiv e siècles. En fait, si le Minhat Yehouda est l'œuvre d'un Fran- 
çais Me Paani'ah Raza pourrait l'être d'un Allemand, le Hazkoiini 
d'un Italien et le Imré Noam d'un Espagnol. Peut-être ces questions 
seront-elles résolues après examen des manuscrits complets, les 
éditeurs ayant supprimé ou tronqué beaucoup de passages. Mais 
on peut d'ores et déjà observer que l'auteur du Paanéah Raza 
appartient à une famille allemande 2 ; il cite dans sa préface Juda 
bé-Hassid et Eléazar de Worms, dans le corps du commentaire 
David de Munzenberg et Menabem b. Natronaï (de Wurzburg) 3 ; 
et, en tout cas, le manuscrit de Munich, plus étendu* est, paraît-il, 
l'œuvre d'un Allemand. Là-dessus, M. Gross assure que ce manus- 
crit, « remanié certainement par un rabbin allemand, est plus 
complet que l'ouvrage imprimé, composé vers la fin du xiu e siècle 
par le savant français Isaac b. Juda Hallévi '• ». Il l'assure, mais il 
ne le prouve pas, et l'histoire de cette littérature nous montre des 
ouvrages abrégés, mais non grossis et augmentés. — En second 
lieu, l'auteur du Hazkounl, Hizkia b. Manoah, qu'après Zunz*\ 



1. V. l'article de M. I. Lévi, Revue, L (1905), 4.'i-:i2. 

2. Zunz, Lileraturgeschicltte, G22 ; Kaufmann, dans Monatsschrift, XXXIV (1885% 
232, et surtout J. Perles, dans Jubelschrif't Graetz, 2-3, 18 et s. — C'est sans raisons 
suffisantes qu'à la suite de Neubauer, Les Rabbins français, 437, M. Broydé, dans 
la Jew. Encycl., VI, 624 /;, en fait un tossatiste de Sens. M. Gross, après s'être 
montré tout ;i fait sceptique {Revue, VI, [1883], 173-174), est beaucoup plus réservé 
(Gallia, 481). On comprend moins encore pourquoi M. Aptowitzor dit (p. 72) que son 
oncle, Ascher ha-Lévi, vivait en Franco. C'est au contraire un Allemand; v. en dernier 
lien .leir. Encycl., II, 182, et Monatsschrift, Ll ,1907), 104, n° 22. 

3. V. Zunz,Z. G.. 93-94. 

4. Gai lia, l. c. — C'est par suite d'un lapsus qu'il dit, p. 36, que le P. R. a été 
« publié s vers 1300. 

o. Zur Geschichte, 91. 



LE COMMENTAIRE OU PENTATEUQUK 89 

M. Gross considère également comme un Français 1 , a un nom 
italien 2 ; à la un du Lévitique, dans une note où il explique le 
litre de ce livre, il dit: "ip^vb «npD "paab ïTObai 3 ; le Hazkouni 
esl un commentaire suivi du Pentateuque, non un recueil de 
Tossafot exégétiques ; . Enfin, le nom de Jacob de lllescas, auteur 
de Ylmrê Noam, n'est pas français non plus, mais espagnol^, et, 
comme notre commentateur, Jacob peut avoir vécu en Espagne. 
On va voir en toul cas que notre auteur à nous savait l'espagnol. 



IV. — Sditb du précédent. 
Les gloses. 

Ce qui fait illlusion, c'est que ces compilations citent plus ou 
moins des leazim, c'est-à-dire des mots plus ou moins français ; et 
c'est ainsi que M. Aptowitzer écrit (pp. 70-71) : « Un indice plus 
probant de la patrie de notre commentateur, c'est le t^b français ». 
Mais, pas plus que la mention de rabbins français, la présence de 
mots français dans un ouvrage de ce genre ne prouve que l'auteur 
fût français : il suffit de se rappeler le Mordechaï. Le compilateur 
qui reproduisait le texte d'un Tossafiste copiait du même coup les 
gloses qui en faisaient partie intégrante 6 . 

Mais dans notre cas, il y a mieux : les leazim de notre commen- 
taire sont espagnols ou « hispanisés » 7 . M. Aptowitzer n'aurait pas 

1. Monatsschrift, XLV (1901), 365. 

2. On trouve cependant Manoah dans le sud <le la France: Manoah de Lunel [Gallia, 
285), Manoah de Béziers (CV ha-Hayyim, n° 837, p. 374; manque dans la Gallia). 

3. Le ms. de Michael (maintenant le ms. 2i:5 de la BodléienneJ portait d'autres notes 
semblables : v. Or ha-Hayyirn, n° 837, p. 375. 

4. Cf. note 6. 

5. C'.st un nom de famille tiré de la ville d'illescas, en Espagne (Zunz, Zeitschrift, 
135 . où il v avait des Juifs au moyen âge (v. P. Fidel Fita, Boletin,\l [1885], 130, 
n. 3 .— On lit à ce sujet dans Les Rabbins français, 443 : « Le nom de la ville por- 
terait à noire que l'auteur était Espagaol, mais la méthode de l'ouvrage nous induit 
à supposer que l'auteur vivait en France ou du moins qu'il composa son travail dans 
notre pays. » On a vu ce que valaient ces considérations. V. d'ailleurs la double glose 
sur Lév., xi, 8 (éd. Crémone, 25 a). 

6. On lit dans Les Rabbins français, 136, à propos du Hazkouni : c Quoique Hizkia 
n'emploie pas de mots français dans ses gloses [explications], comme ses prédécesseurs 
le font, il est plus que probable qu'il était français. » Kn parcourant ce commentaire 
sur la Genèse seulement, j'ai noté 11 gloses françaises. Cf. la note de l'éditeur de 
Vilua. 1879, à la fin de la Genèse. 

7. Le terme de T?b peut s'appliquer à toute langue romane; v. Zunz, dans Z. D. 
M. G., XXV (1871 , 447 = Ges. Schr.,111 65) ; Berliner, Die franzosischen Ausdrucke 



90 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

manqué de s'en apercevoir s'il avait essayé de les identifier. Comme, 
d'ailleurs, le manuscrit de Dresde a quelques gloses en plus, qu'il 
les ponctue généralement et a des leçons plus correctes, nous allons 
les reproduire ici et tâcher de les expliquera 

/. Sur Genèse, xxxvn, 28 (ms. Ha) : uîipna, » marcos » ; 
u^jpbipiB"^, « esterlines » ; ipn», — Les Tossafot l) Z. et H. Z. ont 
le français pitt 2 . 

2. Sur Gen., xxxviii, 9, \y\tn mn [ibid ) : wvvp ->n, « e cuda * » (et 
crut). Môme glose dans le Hazkonni, ad loc. ; cf. le môme sur 

xliii, 7. 

3. Sur Gen., xlv, 27, mb^rt (lia) : «a , np_, « carre ta ». 

4. Sur Exode, xxi, 19, nd^p (22 b) : n&ttip tnç, « fara sanar* ». 
Dans l'édition le premier mot est tombé derrière ks-p. 

5. Sur Ex., xxxii, 4, tsen (tout le paragraphe manque dans le 
manuscrit) : b*T», « buril ». Les textes français, Jos. Bechor-Schor 
(p. 149), le Glossaire de Paris, ont « griffe », De môme les ïoss. 
H.Z.K 

6. Sur Ex., xxxiii, 23, -nna (27a) : ■ntrma, lire •wietth, « air de 
moi». La glose est française, mais les racines se retrouvent en 
espagnol. L'auteur veut dire que ce que Dieu laisse derrière lui, 
c'est l'air ou atmosphère. 

7. Sur Nombres, n, 3, btfr (tout le passage manque dans le ma- 
nuscrit): mrtta, « bandera » (bannière). Les Tossafot H. Z., du 
moins d'après le ms. 270 de la Bodiéienne, ont le français « ban- 
nière » sur Ex., xvn, 9 4 . 

8. Sur Deutér., xiv, 12, niasn (QSa, omis par M. Aptowitzer dans 
sa liste, mais cité quelques lignes plus bas; ms , Mb): ïiVon, 
«âguila». Les textes parallèles ont le français ab:ptf, «aigle» 5 . — 

im Raschi-Commenlar zum Pentaleuch, p. 4 (Appendice de la 2 e édition dn Commen- 
taire, p. 438; corriger II en III dans la référence à Zunz). 

1. J'ai été aidé par M. Martinenche, maître de conférences à la Faculté des Lettres 
de Paris, que je tiens à remercier ici. 

2. Sur ces monnaies, voir : Zunz, Z. G.. 559; I. Loeb, dans Revue, X (1885), 22 
et suiv. ; Les Rabbins français, 440 ; I. Lévi, Rev., XLIX (1905), 48 (tfll""l73 »b"^72 
est la maille à masse, la monnaie dont l'effigie représente le prince tenant la masse). 

3. V. Revue, ibid., 48. 

4. V. Revue, ibid., 49. 

5. V. Revue, ibid. 



LE COMMENTAIRE OU PENTATEUQUE 91 

ll>i<L, 14, anwi: banronp [bis , mol hybride, à la lois français 
(«corbel») ol espagnol («cuervo»). Le manuscrit (51 b) a la glose 
nettemment française *p:mp, «corbin »'. 

Une glose double manque dans l'édition, sur Exode, xiv, 20, 
nb^bn rw "îen (ms. 17 a) : r\s ia»Ti -ras «twmwi l wip« ne« pi 
B3ir?^T? T3 ^ 3 ;i n3T?ûn. C'est le système d'interprétation familier 
à l'école française, qui donne parfois à certains mots le sens 
contraire à celui qu'ils ont d'habitude 4 . La première glose ne se 
retrouve nulle part ailleurs, à ma connaissance ; c'est apparemment 
un mot artificiel composé du préfixe privatif «de » et d'un dérivé de 
a hermosear » (le h est un ancien f) ; l'auteur paraît donc opposer 
naa à -m \ Le second laaz se lit dans Raschi 6 et dans le Minhat 
Yehouda 1 ; ici nous avons un verbe tiré de « ceniza», cendre. 

Enfin, le copiste du manuscrit a glosé en marge le mot DYita, 
dans un passage du Tanhopma, par lins, « pavon » (33 ô), et le mot 
-un par Npip, « cuco » (54 a). 

En somme, des formes comme « cuervo » et comme « fermosa » 
ne laissent aucun doute : l'auteur emploie des mots espagnols 
ou donne une couleur espagnole aux mots français qu'il puise 
d'ailleurs 8 . 

1. V. Les Rabbins français, l. c. ; Aptowitzer, p. 71; cf. Revue, ibid. Ajouter: 
Hazkouni, sur Lév., xi, 13 et 15. On voit pourquoi « un écrivain non français » a 
« conservé l'expression "piïp 13MZ) » et pourquoi « l'orthographe du mot n'est pas 
tout à fait la même et n'est pas usitée ailleurs ». 

2. Lameut., h, 7. 

3. Nombres, iv, 13. 

4. V. Raschi sur Ex., xxvn, 3 (cf. Psaumes, cxxxix, 11; cxlviii, 3) : mb?3 115 "* 

Frpnoi *pn tawiab i-nnoa nobrin» nnN rtb?: rma* iiiaba ; suivent plu- 
sieurs exemples. C'est le résumé d'un développement de Menahem b. Sarouk, 36 6. 
Cf. Geiger Parschandata, part, hébr., 31-32; idem, dans Z. D. M. G., XV (1861), 
152 (et la littérature citée ; Poznanski, Menahem b. Helbo, 25 ; idem, dans Revue, 
LU 1906), 204-205 ; I. Lévi, L c, 47. 

5. Le Glossaire de Paris — deuxième glose — traduit 1ND par « désoobéli », le 
contraire d'embellir (manque dans l'Index). — Pour l'explication de niN par « être 
obscur », ce texte et celui des Tossafot H. Z., ad eumd. loc, sont à ajouter à ceux que 
M. Bâcher a réunis dans la Revue, XLIV (1902), 286-287. 

6. Sur Ex., xxvn, 3; v. Revue, LUI, 183. 

7. V. Neubauer, dans Jiid. Zeitscli., IX (1871), 231 ; Les Rabbins français, L c. ; 
L. Brandin, Rev., XLII, 57, I. Lévi, L c. 

8. Notre commentaire connaît le mot arabe « émir » (72 b : piip ai? jHûbai 
-PWK ^b&b), ( I uon ne pouvait pas ignorer en Espagne; mais on trouve ça et là des 
termes arabes chez les Français ; les Tossafot Daat Zekénim ont le même rapproche- 
ment, 85 6 (ef.Zuoz, Ltg., 631). Ce texte m'a été signalé par M. I. Lévi, ainsi que celui 
de 81 A : 13123 W3N T"*ba Nb^'r^N V" 1 ?^ "iniN "I^N HU33n. Enfin, on lit 
dans les Tossafot H. Z., 61a : tt3HT ^ai? "piZîba nap. — Sur les comparaisons 
avec l'arabe chez les Français, v. Eppenstein, dans Revue, XLV1I (1903), 47 et s. 



92 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



V. — Le Commentaire et Ascher u. Yeiiiel. 

Nous avons montré que le rédacteur de notre commentaire a 
vécu en Espagne dans le milieu d'Ascher b. Yehiel. Nous pouvons 
maintenant faire un pas de plus et nous demander si Ascheri ne 
peut y revendiquer aucune part. 

Assurément, l'ouvrage n'est pas de sa composition, puisque c'est 
un recueil de Tossafot. Mais pourquoi ce rabbin, qui a importé en 
Espagne la science et la méthode des écoles franco-allemandes et 
a écrit des Tossafot sur plusieurs traités talmudiques, n'aurait-il 
pas pu apporter avec lui des explications exégétiques, qui auraient 
été mises par écrit dans la forme où nous les avons par un de ses 
disciples, à qui on attribuerait les passages qui ne pourraient 
absolument pas convenir au Rosch? Cette solution échapperait à 
toutes les objections développées par M. Aptowitzer. 

/. Elle explique que Jacob b. Ascher, qui a, d'ailleurs, suivi 
son père en Espagne ', ne mentionne pas de commentaire écrit par 
ce dernier; que, tout en le citant une vingtaine de fois dans son 
commentaire à lui, inspiré d'Ibn Ezra, de Nahmanide et de Bahya, 
et appartenant, par conséquent, à un genre littéraire différent, il 
ne reproduise que rarement, et jamais textuellement, les explica- 
tions du commentaire du Rosch; enfin, que ce dernier ne contienne 
pas de ces subtilités massorétiques auxquelles se complaisaient 
Méir de Rothenbourg et Jacob b. Ascher 2 . 

2. Inversement, si nos Tossafot bibliques n'ont pas été rédigées 
par Ascheri, et môme si elles l'ont été, il n'est pas impossible que 
son fils donne souvent les mêmes explications que notre commen- 
taire sans citer alors son père, qui n'en était pas l'auteur, mais le 
rapporteur, et la '< grande conformité » qu'on remarque entre le 
commentaire du Rosch et celui de Jacob prouverait plutôt que le 

cf. ibid., pp. 197 et s., et L, 144 ; Poznanski, Menahem b. Helbo, p. 6 , n. 3. Aux 
exemples tirés des commentaires talmudiques de Raschi, ajouter : Sabbat, 120 a, s. v. 
■Ôp31N : ï"!"fiOtf;n73 ^31* lliabai, ftSota, 496, s. v. >DmO "ptûb, d'après la leçon 
du Kaftor va-Férah, ch. x, p. 174 Luncz (lire : a";:) : "|b pTlp d^bfiWElirm 

■»3«mo. 

1. Aux textes cités par M. Aptowitzer, p. 60, n. 2, ajouter : Harkavy, Additions au 
5« vol. de la trad. hébraïque de Graetz, pp. 38-39. 

2. Pour les quatre textes cités par M. Aptowitzer, pp. 64-65, lire : pour le \ er ,H.Z., 
2 a: pour le 2 e , 19 « ; pour le 3 e , 18 b ; pour le 4 e , 34 6. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUOUK 93 

compilateur du premier u'est pas un Français, niais appartient au 
môme cercle que le second. 

,')'. Si Ascher b. Yehiel n'a fait que réunir des gloses de rabbins 
français — car les Tossafot bibliques comme celles du Talmud sont 
françaises par le fond, — il n'y a rien de surprenant à ce qu'il n'y 
cite pas son maître Méir de Rothenbourg ', en admettant môme 
qu'il ait entendu de lui des explications exégétiques. On a vu, par 
contre, que, d'après Micbael, il cite un élève de Méir, Baruch le 
Français. 

4. Si le commentaire est une compilation de Tossafot, on ne peut 
pas opposer les opinions qui s'y trouvent exprimées à ce qu'on 
trouve cliez Ascheri sur le même sujet. D'ailleurs les divergences 
relevées par M. Àptowitzer ne sont ni nombreuses ni frappantes. 
La première est à écarter, pour la bonne raison que les Tossafot de 
JicracJiot imprimées en 1863 n'appartiennent pas au Rosch, mais à 
un disciple de Juda bé-Hassid et ressemblent étrangement aux 
Tossafot de ce dernier éditées dans le même volume 2 . La seconde 
porte sur une explication citée au nom de R. Tarn ; la troisième et 
la quatrième opposent des développements personnels du Rosch à 
des citations d'autres auteurs 3 . 

5. Enfin, dit M. Aptowitzer, le commentaire cite trois 4 expli- 
cations entendues directement de la bouche deR. Dan Aschkenazi, 
qui a vécu en Espagne et qu'on ne voit nulle part en relations avec 
des rabbins allemands. D'abord, ce n'est pas tout à fait exact. 
R. Dan est cité une fois dans le Mordechaï 5 ; Ascher aurait donc pu 

1. Sur Méir interprète de la Massora, v. Zunz, Z. G., 92, 121, 566; Epstein, dans 
Monatsschrift, XLVIII (1904), 605. — Dans Aptowitzer, p. 63, lire Lév., xxi, 14. 

2. Beracha Meschoulléschet, Varsovie, 1863. — V. Babbinovitz. Dikdukê Sofrim, 
Berachot, préface, p. 80 (il fait suivre la mention de ces Tossafot de la réserve ?"£) ; 
Halberstamm, dans Jellinek, Konteros ha-Mefaresch, dernière page, et surtout Zom- 
ber, dans Magazin, V (1878), 26 et suiv., 106. 

3. M. Gross dit dans un cas analogue : « Dans son commentaire [du Pentateuque], 
Moïse de Coucy traite la question exégétique à un point de vue purement théorique, 
tandis que dans le Semag... il se place au point de vue de la pratique » (Gallia, 
.i.'is-559). A plus forte raison ce distinguo est-il valable dans notre cas, si Ascher n'est 
pas l'auteur, mais le collecteur du commentaire ; il s'applique également à la diver- 
gence signalée par M. Aptowitzer, p. 75, a* 10. 

i. Et même quatre, v. plus haut, p. S3. 

•'). Mordechaï, Sabbat, III, mss. de Budapest et de Vienne, cités par Kohn, Mardo- 
chai b. Hillel, 37-38 Monatsschrift, XXXVI [1877], 123-124) : "6 nttN p '"!tt '"\^. 
Dans les éditions (n« 308), ainsi que dans le ms. de la Bibliothèque de l'Ecole rabbinique 
de France, le mot '*|731 manque. Knhn ne doute pas qu'il s'agisse de Dan. M. Ginzberg 
le suit dans la Jevo. EncycL, à. l'article Dan, niais fait une réserve (« probably ») à 



94 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

être son auditeur en Allemagne. Mais accordons que Dan a reçu en 
Espagne le surnom Aschkenazi ; le Rosch, tout en l'ayant entendu 
dans sa patrie, aurait pu rappeler ainsi plus tard en Espagne. Nous 
irons môme plus loin : Ascher et Dan ont pu se connaître en 
Espagne. M. Aptowitzer objecte que le premier est venu dans ce pays 
en 1305 et que le second y était déjà mort en 1291. Mais nous avons 
montré que cette dernière date n'était pas sûre etnousavons admis 
avec Azoulaï et David Kaufmann que Dan vivait encore au début 
du xiv e siècle *. La cbose ne fût-elle pas prouvée, nous pourrions 
encore soutenir, soit que l'eulogie mortuaire qui accompagne le 
nom de Dan a été ajoutée après coup, soit que les mots f c ^12 W73ia 
n'indiquent pas nécessairement une communication verbale directe 2 , 
soit que ces explications ont été ajoutées par un disciple d'Ascheri. 
En tout cas, nous n'avons pas de raison décisive pour enlever 
à ce dernier la paternité ou du moins, et si l'on peut ainsi dire, 
l'origine de notre commentaire. En eussions nous une, c'est cette 
attribution même dont nous serions tenus de rendre compte. Nous 
n'en avons d'autre garant, à la vérité, que l'éditeur Samuel ha-Lévi 
Ibn Yoli. Ce Juif africain 3 , propriétaire du manuscrit *, était natu- 
rellement intéressé à la faire briller aux yeux des rabbins de 
Livourne, qui ont donné X approbatur à son édition, et du riche 
Livournais, Abraham Pariente, qui en a fait les frais ; aussi toute 
sa préface joue-t-elle sur le mot îosn et ses diverses combinaisons. 
Il y révèle qu'il tient encore en réserve d'autres ouvrages anciens 
et inédits, et qu'il ne demande pas mieux, si on lui fournit des 
fonds, que de les publier, sans compter un commentaire personnel, 

l'article Mordecdi. La chronologie étant satisfaite, il n'y a pas de raison de mettre en 
doute cette identité, car, suivant la remarque de Kaufmann, /. c, p. 287, « la rareté 
du nom de Dan nous oblige ou bous autorise à attribuer à une seule et même per- 
sonne toutes les assertions relatives à R. Dan, même quand ce nom n'est pas accom- 
pagné de la dénomination plus précise d'Ascbkenazi », surtout, ajouterons-nous, sous 
la plume de Mordecliaï. D'ailleurs Babya b. Ascber, de Saragosse, écrit également Dan 
tout court. 

1. V. plus haut, p. 84. 

2. V., par exemple, Epstein, dans Festschr. Steinschneider, 132, et dans Mona/s- 
schrift, XLI(1897),46?;Gross,iôid.,XLV (1901), 369-370; cf. Itetme, XL VII (1903), 199,n.l. 

3. Les rabbins livournais disent de lui dans leur approbation : 3"~] 3"l""73 "«:n 
NH"1^73?3 NDN1 NI 3 3 ^NTI inNp. ~ C'est lui qui est l'auteur des notes entre 
parenthèses signées n"lZ3N, 14 6, 17 a, etc. 

4. Il écrit dans son amphigouri : "JUT arOS "«1117311131 TPM TN N£73D 1t3N 

0^311 mmiD nvmN b"3n niDOinn s d manb D3 n"o"in nrçja jcna 
im-my v â5 "pats ^itsu ^:"iddi mms wnm ^"u^e. veut-n donner à 

entendre que le même manuscrit contenait les Tossafot et le Piosch ? C'est ce que dit 
aussi Pariente dans son Avant-propos : b* !l"bbï "TON 1^311 niDOinn imi3") 
"JT2313 V^" 1 3Z1D3 &13TCB1 D^IDD m "ION ...ÏTVintt. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 95 

intitulé Kol Kalla, du traité de Kalla, qu'il possède en manuscrit. 

Ou ne saurait s'empêcher d'être un peu sceptique, et de songer à 
un Taux célèbre auquel Ascher ben Yehiel a servi de prête-nom. 
C'est le recueil de Consultations Beçamim Itosch^ publié eu I7M par- 
le rabbin Saiil Berlin '. Chose singulière, Azoulaï, qui fait taire ses 
doutes sur l'authenticité du commentaire du Rosch parce qu'il n'ose 
pas contredire le personnage considérable fbro û*m) qui lui en a 
montré le manuscrit-', savait également à quoi s'en tenir sur le 
Beçamim Rosch*, mais avait, suivant l'expression de Zunz, la langue 
liée par le respect des autorités rabbiniques. Chose plus singulière 
encore, une des étrangetés des préteudues Consultations du Rosch, 
un des indices qui en décèlent le caractère apocryphe, est la men- 
tion de R. Dan, qu'on détend contre le reproche d'avoir porté des 
phylactères écrits en araméen ' : or, ce rabbin, dont le nom ne 
traîne pas partout, se retrouve justement dans le commentaire du 
Rosch, mais non dans les autres recueils du même genre. 

Toutefois, 'il ne faut voir dans ces circonstances que des coïnci- 
dences aussi fortuites que curieuses. L'excentricité attribuée à 
R. Dan a été suggérée par le rôle équivoque qu'il paraît tenir dans 
l'affaire du Messie d'Avila 5 ; Azoulaï joue assez souvent de l'auto- 
rité anonyme et sa situation l'obligeait à certaines réticences. Quant 
au commentaire lui-même, il n'offre rien de suspect; les explica- 
tions de Dan se retrouvent dans le manuscrit de Dresde, et l'exis- 
tence même de ce manuscrit suffit à écarter l'idée d'une forgerie. 

Si nous écartons aussi l'hypothèse assez gratuite, déjà avancée 
par Michael (i et reprise avec plus ou moins d'assurance par 
M. Aptowitzer 7 , d'un homonyme parfaitement inconnu qui aurait 

1. V. Jeu-. Encycl., III, 83-8 i, où est citée la littérature antérieure (ajouter Michael, 
Or ha-Hayyim, pp. 262-263). — L'apparition de cet ouvrage provoqua dans les cercles 
rabbiniques de vives discussions qui édifièrent Geiger et lui permirent de le déclarer 
apocryphe Melo Ho/naïm, 38; cf. Jildische Zeitschrift, Il [1863], 62), soit dit pour 
répondre aux observations de Jost (Geschichte der Juden und seiner Sekten, III, 
397) et de Zunz (Hitus, 226), qui a définitivement démasqué le faux. 

2. Sckein ha-Guedolim, I, p. 34 a, éd. Beujacob. 

3. Und., II, p, 20, n° 127. 

4. N* 2i in init. {12 b) : ÏYD9ÏÏ *p 'l 3nîl D133 *p TIEN© m» Kl» HEl 
DTnn "pûba "pr^on bl» "iriN J1T VZ^yb. — Quatre ans après la publication des 
Hitus. J. Perles, R. Salomo b. Abraham h. Adereth, p. 63, n. 21 (dans Kaufmann, 

287, n. 2, corriger 20 en 21), accueillait encore ce bizarre renseignement, comme le lui 
a fait remarquer Geiger, Jiid. Zeitschr., I. c. 

o. V. l'exposé des faits et la justification de Dan dans l'article de Kaufmann. pp. 287- 

288, et cf. Gottheil, daus Jew. Encycl., 1, ( J8 (lire Dan au lieu de David. Celui-ci 
assure que la lettre de recommandation de Dan était un faux. 

6. Op. cit., p. 264. 

7. 1*. 71 : « certainement ». p. 8o : a vraisemblablement ». 



96 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

été confondu avec Ascher b. Yehiel, nous sommes ramenés à ce 
dernier, par celle démonstration indirecte, mais surtout par les 
nombreux indices intrinsèques qui nous placent en Espagne dans 
son entourage immédiat. Tout de même, donc, que nous attri- 
buons à R. Yona Girondi le commentaire de Berachot rédigé par 
ses disciples, pour ne prendre qu'un seul exemple, mais tiré de la 
même époque et du même pays, de même nous pouvons conserver 
à notre commentaire le nom qu'il porte dans l'édition. 

M. Liber. 



APPENDICE 



Bosch, 5 a, 1. 13 d'eu bas 1 : ï"POa 'N72 DV> '12 ; 1. 9 d'en bas : "irma pi ; 
5 6, 1. 3 : "Ha est effacé et remplacé par "nN; après tppi ajouter : pnïïl 
ûnaa ; 1. 20 : maKïl Tiaaa'; 1. 24 : "pbp "inp" 1 DnHN n *p hy yiiwa ibp\..; 
1. 37 : K w, n (non b'">1; v. Nedarim, 32 a); 1. 40 : ûTPBaïTO. 

6 a, 1. 4, après "pTa^tt ajouter la^b* (mot effacé par prudence); 1. 7 : 
"pnnn ; 1. 15 : Dba-P ; 1. 17, mettre *pn devant n&ÔE ; 1. 26 : bttffl D11P ; 
1. 27 : ttWCa bw b^art '^c ; 1. 32, au lieu de anï* p DmaN '"1 '"'S le 
ms. a : finïya l"s (en réalité Néh., ix, 14, d'après quoi il faut rectifier la 
citation); ibid., lire : a^nai ■pb-'Dn .matm rmri Tûa ; 1. 34: ô^pâ wo(a- 
ricon de paE "pt E3TO nuîN). 

G 6, 1. 1 : STiai KmBn ; 1. 8 : b' s 1 ; 1. 13 : Û^priaitt pittrD n ? Wïn 
JTnrib ; 1. 18 : rifiran ; i& : b"-n ; 1. 20 : mpblOH p\a ; 1. 31, après 
" , m?2~p (sic) les mots suivants sont Lombes par homotêleuton : TiDN pfcb 
ïamari naarw ^n -ittiba aiaa bsna na^rt 'prab b* p« rnir^ ; 1. 38, 
lire : . ..«b n»iba a-na^a aip^rr bab viattai nïSNi ; 1. 42 : ^nat» ira 
rp-naz ; 1. 44 : qmat *ba ^pa?: rrma ; 1. 50 : ht ba dj'i ; 1. 52, lire : 
...pi ûnpn-atti. 

7 a, 1. M : mtti» nN125 ; 1. 20, après: 3>au;N ajouter: "*b nr-bn ^B 
ims nttiba 3>auîwS -^aaN pn annN û^nb^a a?au5->b wn na^ia mta*» 
lEib Tn*© [homotêleuton); 1. 23, après Dvr": viba, ajouter: imet '^s 
p ï^b tLN© taw n nba weib t<b ittiaa jawib "itsin nnra ^a:c< 
mbatann mawb rroa nttib naiiab ^inh n^b; 1.25 : rroanp ; 1. 6 d'en 
bas : '"jaa pb ?t:n. 

1. Les lignes sont celles du Commentaire du Roscli, même quand les Tossafot cou- 
vrenl le lia ut de la page dans toute sa largeur. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 97 

8 6, 1. 2 : "«3D731 ; 1. 8 : ruopi ; 1. 12, les mots . . .^ne* EN ^N doivent se 
trouver plus haut, p. 8 a en bas. 

io a, l. 8, lire : miras «b« D^wnsn b* -<Np «b d"<d^ yiiBb N-ir-na pM); 
1. 19 : pbl mq.; 1. 30, après imba ajouter UN; 1. 34, supprimer *paia», 
ou le remplacer par ■»"* "»3sb ; 1. 4 d'en bas, lire : "narro ranpn ba 

rm». 

12a, 1. 14: *N73-in ; 1. 13 d'en bas, lire : 'T au lieu de '3; 1. 8 d'en bas, 
après ■q'^a lire : '^-lena ^em «b» n^nn "pai njn "pa ran -hbn. 

12 6, 1. 1 : npyn (au lieu de D'HpWl); en marge est dessiné l'empla- 
cement des quatre tentes. 

14 a, 1. 9 : nï>8 (pour mana); 1. 24 au lieu de l^arm le ms. a irm 
•jvrnn plus un mot effacé; 1. 6 d'en bas: m»*» ; 14 6, 1. 13 d'en bas : 
asnb-s. 

16 a, 1. 4 d'en bas : ajouter n« après l"73b ; 16 6, 1. 7, après -naat* "W 
ajouter : Û©b VÏTia ; 1. 9 : "p' 1 ; 1- 36 ^ lire : ^aiaTO *<Db ; 1. 6 d'en bas : 
œ-PD pb ; 1. 2 d'en bas : my»n 3>-iB3. 

17 a, 1. l : -o» 1 » ">pva; 1. 4 : HT *ra; 1. 28: &nr* û^na ; 1. 35: Trbun 
KVian ; 1. 46, après b w TN ajouter : rman rp»n rvaa rarax arnœ nba ba 
nnK aipaa "itûéo «""m b"- 1 ! n?:n?3 p «373 a^ab?3 n373?3 nNxb. 

18 6, 1. 3, lire : Epa pûb -ir>ïre yptt «"no -»sb ; 1. 4 après ira ajouter: 
"i?3lb Team ; 1. 6 : U3T»B *p s sb ; 1. 7 : B^iapy. 

19 a, 1. 23, après Dlbn ajouter : misn by?3 "im\ 

20 a, 1. 9 : ■•"ffi-lBtB ; 1. 20 : *D by ; 1. 27 : DTOY»; 1. 32 : inN N£73^ ; 1. 36 : 
nnn»«a Nb«. 

21a, 1. 15 : y)»n. 

24 a, 1. 4 : nbian "hzjtpbib na-ns •jiiab ; 1. 2 d'en bas : las-i ay ; 
24 6, 1. 2 : a"«ttl au lieu de a"*?3n IIB-D'n ; 1. 13 : W*n ib^DN ; 1. 40 : naania 
B^n (Jér -, vin, 5); 1. 4 d'en bas : 137372 nay. 

27 a 1. 30, la question est tombée : ntDfrm -Ptt rty-iB "i73N Nb ^N'iapn 
nrrab ; l. 33 : -irrab te an ma»n Tpaysj Tnosb. 

28 6, 1. 20 : V'^irn, au lieu de Bnm. 

29 a, avant-dernière ligne : après mxtt '3 ajouter : nattJ rrb^E ^b^an. 

30 6, 1. 14: 1 y«ï5 au lieu de m73». 

33 a, 1. 8 : 1. b^yb rrominD; dernière ligne : Na^tD nia» "ib ^ENi; 33 6, 
1.6: ma. 

34a, 1. 22: supprimer pN ; 1. 28, les mots suivants sont tombés devant 
yttTD73i par homoléleuton : ^:d3 mn^n [man] ba b* 'mi mma iTabtt 
»bi "oaa -raib -rabri n?3 3"n a"m raroi v '-a-i '-«s ^inbri \vsh i?332y 
•p mm; 1. 42, lire *\m\ 1. 48, supprimer les mots mrrab ma "pNiaa ; 
1. 2 d'en bas, les mots suivants sont tombés après nasn par suite à'homo- 
téleuton : "Dan in ba« «bi baNia yatD3 npia 3ht aima p« by yai»3 in; 
34 6, 1. 16, lire : "INb "imcw ?3"73 1*7 ma nm» ; 1. 23 : n^m pmB'n ; 
1. 25: np^aD"'"! 2 ; 1. 41, les mots suivants sont tombés par homotéleuton 

i. V. Mechilta, ad loc. (66 a Friedmann). 

2. Cette explication ne se trouve pas dans les éditions du commentaire de Nahmanide. 
T. LIV, n° 107. 7 



98 BEVUE DES ETUDES JUIVES 

après a:3 ; DJ Y ,ini "^ ^° ln3n ^dsi nvnan nan 2313 ^an-n» -ms 
2W ; 1. 43, supprimer *|3n ; 1. 46 ajouter 1»b après iy ; 1. 50 : naiJ3n. 

35 rt, 1. 21 : D^ïfflIBl ; avant-dernière ligne : "I3S au lieu de ma*. — 
Ici l'édition présente une lacune. Comme le passage contient deux noms 
propres intéressants, je le reproduis en entier d'après le manuscrit (21 a- 
■i-id): a^rra stsju "«73 nas np"»©a Ynb «b« ns-a ia*"n aaa:© "pia© 
pnnn bar -a^n rm> aip?2 ims73 rwrra© "jva© sma '^s© rra icb sbs 
în©73© 3>»©73© 2 b"sia tnxi ©^ ' inaa *p©ba T-i73sa© nnmn by 
"»2D3*t û"»nbsm avo *nrra ann rt"an t^e mn ";bia by ia vin» la^an 
«...«Tsinan -1 .^©n ,mu ïi©b riayn sb 173a 'id bips, 
a^avas-n ns boa nbs 's© Dip» ba *"©is ,û">t3s©73ïi nbsn "(21 6) 
?ai bas '731b bia^ rs^n ms (22 a) abiart S©p73 a^ai©snn b? rpaiTa i"-n nbsi 
,*i©dn ^s ht nb?73b© ritt bas© ©nab bain min n:©73i a^-iain nbs 
hy '^s 8rai73© '^si 'ppnn 1i©b "i73"iba *'iai fb bioa "p©b bas a"rn b^i 

.a^aïas-in "»d 



ï"nias73 ^nn jnn "npna a-is a^m arrhes a^an -i©k D"«E3Di353n mm 
bs©n a'"»©n .a^arri arra© as n©s .oscri n©j" ana ni©a n©j"© 
^D73 iip^ntaia orra -iaann T<p"> ans ^30 sb DïTssb ,mm im orra© 

•Y'-i: tos©» n©s n"n -n-ra 
ns-ia "na? id7 Ii©b73 ina^aa -fa irmana '131 nay la? rtapn ^a 
*na* n;pn ^a 'to sbi ina^aa -13737© mn -bE ,, iD onp las» sin© "fa 
p"i73Npia tpaab (i. robn) ^©anb 'vs -s 5 ptonpi p"e> '73wxn ms-11 nayb 
sacvn mnïï aa "pia: "p«ttJ ^©en a"n [i3nb©7] (qiaab) ^aonb arai 'nan 

.b"na^s ■'«tna 
nn:a ib npi73 ian a^aai iras ib ©^ ^"ians naN ib "jn^ t^ditn ac< 
n-D3?3a nna'a ib nai72 nan px a^:ai n©N nb "ps a^\ ^"73 n"Ni 'iaT ms^sa 
nnaan ^-inwN ";ina n^n* 1 © ©in? ^n aa-'jaT np« ib nwb iiaD ara b'^i 
^ina n^n^ la Nï3©n 'a" 1 » aa^bNi©^ a^n rrax ib p«\oa b^wS msjaa 
ta3N '73NT 6 r^ïnb^D73rî ■jitab '©p bps nnnM n^sysaa tjd; paim n-^nnx 
■'i- Na^ id^i a k N '73ix Ninca nain «b« i:^s iwX nr:i n©« ib ■jm t*st1n 
ri©» ib ttJ^ioa ■ , -i" , " , 73 'i3T i^ "jn^ 173ns asn ri72-i73 «in n73i ni'an '731s 
13-s ■•naa r^n «b as sin ^an n-as ib ■pwaa ,, -i n " , 73 sn-« ic^a asi '^bsi-a-' 
sb 7 ^aas nsn n-anaa nparn ^a3 a^nai p"^i nna© ib nnb *j-nsn ^wS©-i 
ava pa -iair© '■'D ^"iar "va© na© na©7a ^a 'i^i ^nb©a ywn rro^ 
tvd» ^ ©^©a 'pn sbs sa^© nayn npî^n i^n p aw\i nb^ba V 3 
^an a"ab nrirt p pirni insn n^sysa nns© ib nai?û tn© n"»b&n©^ 
as ï-ina© ib nai7: lan n©s ib ps V 2 ^'^s ib ©1 *pa obiybn b"T 3731m 
inna b*a n^ysa nna© ib iai73 ian a^ai n©s ib ©■> s"m ,*jnsn nain - » 

i. C'est-à-dire Dieu à la 3° personne. 

2. f° 34a, s. y., a^iain ba ns. 

3. Suivent des extraits du Tanhouma sur la section Yitro. 

4. Exode, xxxiv, 1. 

5. Kiddouschin, 24 b. 

6. 70 a Friedmann. 

7. Dent., xv, 18. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 99 

inyn nxm '^d« rarv e*b dn ib noia nan *p N a^ai nm i' 3 T** ^ ny 5tt3 
opai b'^i ïn«n narro i* ib -na»^ xb 'ibi ii»anb naspb ib mn n"«i 
■YW3 n»p^ 'ntr maa ib ©^to Rnaon isan ima ba>a 'nb*»n «n-n» 

K-)3073*l D1Ï3E 15 "p« ^^31 .mTO HCNH b« TV1X WW ÏT1T HÏÏN 15 nnpb 

un© nain «b« la^N in '»sn «nb^aa ïi©a 'mai «mus bs barra nb "pNffiia 
i"p?2 'iai Na*< isas DNiTa nDiTai ib p**b a^TKB n^aa nayn ib baro^ 
dn HtDN ian ib in-» «b n©N b«iuî n-rnb nsp i?ay ^inffl ib "p^a Nnian 
■pans ■narra mns bai© n^b*i n^bNi©" 1 ib ©"raa ra"a ann natn la^N 

.ib p* 1 Nb nat"P Nb ont nnn 
a^n© i»a» «b« Nxn© no^aan ^ ^ai *>"\anD itsj inu:N hn^^i 

...mT n"Ni T»aai inON maiTtta "piNn 

P. 36 6. 1. 18, ajouter : b"T C|"-| i-fin S|"3; 1. 21, J. : T^ bai; av.-dern. 
ligne : ©noa pour nirab. 

P. 37 a, 1. 8 : rra?3D "n 1 "» ; 1. 11 : 1©1T»B ni ; après nm73 ajouter: 
ttrPS Nba '^p aiN H373 p 17331 ; 1. 18 : -p"»© Mb ; 1. 24 : pp ' ; 1 36 : *p* 
©D31 ; 1. 37 après "pan, ajouter : T^i 1© n»; 1. 40 après ">»ib©n ces mots 
sont tombés : ^n rpa inan b« cn p -1 ■'a mnN 'nsai rroam njaiN 
. . .3TÛ1 bsa 173lb©n '373 D^b.3; de même à la dernière 1. après nbc^ Nb ; 
Db©"" n: nns nasba Nin© pa rtD«bïa nmNn Nina va ; 37 6, 1. 30 : 
1. *«-m pour Npin ; 1. 39 : ib mibnb 3"»nn73 ; 1. 6 d'en bas, 1. "pnriN au 
lieu de "in ; 1 4 d'en bas, ajouter : b"73p. 

P. 38 o, 1. 10 : '3 au lieu de 3"^ ; 1. 12: n"s au lieji de '"'S. 

P. 40 6, 1. 1 : mJ3 au lieu de irai * a ; 1. 6, après "nbn ajouter liNi^a ; 
1. 15 au lieu de "in03© 1. "piNn ainrp©3© ; 1. 16 : b"n© au lieu de ba©. 

P. 41 6, 1. 6, après ©I73">©b ajouter D"H33 noin?3. La fin de la section, 
depuis ï"a£"in "n3"i73, manque. Les trois sections suivantes sont égale- 
ment très écourtées. 

P. 43 a, 1. 8 d'en bas, 1. "nrinT pour -«lin nT ; 43 b, 1 22 : tPTnps. 

P. 45 a, 1. 5, une ligne a sauté par homotéleuton après y"z>2 : p3©N~ia 
3?"d2 mba> ^3""n na«bn dn n^ï: ba q« j<arr. 

P. 466, 1. 12, lire : Tiaib îmSTS ~> niOS llttlb» 13 "*,^-T731; 1. 13 
d'en bas et suiv. manquent dans le ms. ; le style décèle une interpolation 
(...o^amnn bvnw ^73Dn ba vi^ddti naa). 

P. 47 a, 1 13, ajouter : ^Dir, «b mon baai; 1. 22 : ans ^32 ; 47 b, 1. 7 : 
nos n^nis avn imsa. 

P. 48 6, 1 5 d'en bas, aj. après ^"133 D^OWI : plODnffi N^aab bN©b N31 
1"i33 2"*^a?:i b-nn?3 [homotéleuton) ; de même après ib a^i23m ajouter : 
•j"i33 picsn d^owi b^nnTaœ pT»a bisab. 

P. 49 a, 1. 42 : r- 7 2a; 49 6,1. 16 d'en bas, au lieu de *p n^a^l lire ) m ûVn; 
1. 5 d'en bas, le ms. a laTimaa au lieu de I3"»nw\ maa'. 

P. 50 6, 1. 6 d'en bas : ba bbaa ; 1. 4 d'en bas : -rnTn «nno ; d. 1. : 
Nin iwr au lieu de b"-». 

P. 51 a, 1. 9 : D*WCbtt pour Q^72^ 'Tbttî. 

1. Allusion aux enlèvements d'enfants juifs par les chrétiens. 

2. V. plus haut, p. 87, n. 2. 



100 REVUE DES ETUDES JUIVES 

P. 55a, 1. 3: '-D1 *tb mq.; 1. 20, lire: TJttiB 'W; 1. 25, lire p DNl 
pour n"Ni ; 55 6, 1. 8 : bN bu; ïabtt ; 1. 15, effacer SmatM ; 1. 22, lire 
ma à la place de ntt. 

P. 57 a, 1. 18 : pPiaai ; 1, 3 d'en bas : rPH *ttPl. 

P. 59 6, 1. 6, après DOipn ajouter : Dn»J ; 1. 9 : "pan ?TO «b i3 ; 1. 10, 
au lieu de ^b* 1 N '^ le manuscrit a ban©"» ■•fittiû; 1. 19, effacer bbpb œpm 
et lire à la place : by tON ; 1. 37, le blanc décèle une lacune qu'il faut 
ainsi combler : JUJin 0*ba ynDb rrn rrmo '*>m3n inEK "»3 *]b?2 nj-nni 
0*"O rt"3r:U5 nsna nm» ; 1. 39, ajouter nbirn après û^iapm ; 1. 43 une 
ligne est tombée après ûbs ? par suite d'homotéleuion : *|btt nynm "inn 
Dba rtnin nbbpn nannb nbbpn *pn TTama n"nn *a îa. 

P. 60 a, 1. 15, la même cause a fait disparaître une ligne après 173* : 
Y>n pbab yy ywn '^s i^ana inbbp nbnnn q-ikd ynntn .benia^ 
nn« dj bantzr na ib* b*tca"> ; 1. 26 : nyano. 

P. 61 6, 1. 16, après D^UT, lire : D*nD pam ÛV3 ; 1. 20, les mots qui 
manquent sont : n» "ib ntt DNŒ ; 1. 24, après -paînb ajouter nbona. 

P. 62a, 1. 5, lire p pour p; 1. 6: p pour Dn; 1. 15, après D*»3afi*n 
lire : nanan Y 51n ! ^" ,n '"^ et P our ^pa^b 1. pTrb ; 62 6, 1. 5, après mstw 
lire nmin au lieu de tp; 1. 7, lire o^iDDn au lieu de D"naT3 ; 1. 8, au lieu 
de bas -)72&n 1. b pn "wp Mb; 1. 21 : m«b; rtabn est corrigé en *pbn 
et sont ajoutés les mots **P3H "p-iarra "•npipi np ; 1. 25 : «bi nmsa 
nm*a ; 1. 26 : n"n D"na b« ; 1. 27, effacer nn*rtn. 

P. 64a, 1. 8, les mots suivants sont tombés après 'pmao : 1"Ha Biaaab 
pn w© ras a^naia anpwa -nn ima «mp nann mEipfcaœ tso 
pnaa i^m ' -nnn fi^ax pn ï-dj nn maa^artR ; 1. 10, lire u^izy 'tt3 pour 
2"vi3?n p; 64 6, 1. 33: '"irt a;. — Ici le ms. a plusieurs explications 
midraschiques sur le premier verset du Schéma (48 6-49a), qui manquent 
dans Téd. — L. 42, après p«3 chute de plusieurs mots par homotéleuton : 
p&w *\vn ba aa nntD "nrr -nMP Nbn. 

P. 65 a, 1. 27, la même cause a fait tomber une ligne après ïTto^-iK 
N"ipn : ..."pab ">«p 'nai "73a ns i^o"' ^a n"-iDai isab pn . «b 'pas 2 . 

P. 66 6, 1. 12, après isswna ajouter : "ïNStj 'na. 

P. 67 a, 1. 4, après Ntt^p ajouter : HDtt 'y b© mbaa Dîlb aneai ; 1. 5, 
après 1"y ajouter: D^mnN 3 D^lpm ^ni&"i3n toi 173a ; 1. 6 : maiyb ; 
1. 15 : nnotra; 676, 1. 11 : ap-m ; l. 26 : vtaajb na-n; 1. 32, ajouter : 
4 "p-pam "TCT "paa ; 1. 34, après *pN p ajouter : *pN p a^pa ->anb ;1. 35, 
lire TJ>» pour b"n ; 1. 3 d'en bas, après i*an ajouter : baaiES abaiNb pa 
wn «b nnp. 

P. 68 a, 1. 13 : VlttN "nttTD ; 1. 31 : n^blBa; 1. 38, lire : VÔ9 m73Ujb 



1. Gen., xxxvi, 2. 

2. V. Tossafot sur Yebamot, 17a, s. v. *t:n *pN"), et sur Kiddouschin, 68 6, s. t>. 

•pa. 

3. 2^'Cip est un changement intentionnel pour Û^IDIip : les Tossafot Hadar Zeké- 
nim ms. ajoutent les apôtres; v. Revue, XLIX, 36. 

4. V. Revue, ibid., 37. 



LE COMMENTAIRE DU PENTATEUQUE 101 

irrno» rm isb nam; 1. 46, lire "proa ^'- au lieu de T** ^ M, î 1- 49 > 
après im« ajouter : bœ u»u bua rraa nam aa nsn nta*» ^2:1 '73NU; ba 
t:?73 ; 68 6, 1. 6, lire : 131 p 173D rra* ïinKl ; 1. 8 : 110*73 nnN ; 1. 9, 
après "fBrpm quelques mots sont tombés: fcnn "nmicna 11DJ73 nnN dn 
"pDirm *pai ; l. u, lire mina nbia ; 1. 3i : i*ott3 iaio. 

P. 69 a, 1. 38 : 13 WtTOI ; 1. 42 : ttppn '131 T"i73N pi l ; 1. 44: ÏTObtt E|N; 
1. fc7 : miarn boa*; 69 6, 1. 21 : nbarabi; L 23 : a"p imû ; 1. 28, devant 
'"«73 N ajouter '7373 '1. 

P. 70a, 1. 43 : rr"3«3 n*ra *6n ; 70 6, l. 1 : iaab bar. 

P. 71 a, 1. 7 : "nom "jab au lieu (te n»11 "»«nb ; 1. 22 : mw ^373D 1"0£ 
WH ion rrann ; 1. 42 : HaitDna; 1. 43: ^tVdx ; 1. 45, lire b"»3tnb pour 
narra? ; 1. 3 d'en bas : "irvn in^ab nna naia ; 1. 2 d'en bas : ppso» V» ; 
71 6,1. 5 : anoaMtt '"»SK1; 1. 15, lire N-J73T au lieu de «mil; 1. 27 : NTra 
ponr rr-mn • ; 1. 28, lire D^^mïï pour û^naatt); 1. 37, ajouter TOrnb 
après D">»pan ; 1. 45 : 3N1T p 3 . 

P. 72a, 1. 14, après H313n ajouter: N"»a73 13"»N ^Kl n313n731 ; 72 6, 
1. 16 d'en bas, lire Hp*73l pour '131. 

P. 73 6, 1. 6, après D"»blba ajouter: fm» "pi313> D^73*Db ; 1. 15 : ^lan 1 ». 

Ms. de Dresde, 1 6 : »bo bcma^ by 173Œ n?rann mab» mil nrtN D3>d 
T»a»b imînN ib lœy n?3 im« 5731 p ib rt^nw mx din dïî mm -ib-173- 1 
...vmbama i»»bi issNla. Voici la fin: imi mn nm« nbtas -P73 
pi3\-r-ï im«i a"3izn pirnn -na imai D'raia arm ^b73 mn spam Dibœri 
©npn ^ai. 

Je n'ai pu trouver la source de cette aggada, qui était connue de 
l'auteur du Sèder Hadorot et qui, d'après lui, se trouverait dans le 
Talmud de Jérusalem. Celle à laquelle se réfèrent les Tossafot (Aboda 
Zara, 106) n'y ressemble qu'en partie. 

i. C'est la Mischna de Maccot, 5 6, ce qui lève l'observation de M. Aptowitzer, 
p. 75. 

2. Y Maccot, 23a, glose marginale. 

3. V. Pesikta de R. Cahana, 28 b en bas Buber, et la note 143. 



HAYYIM B. ISAAG OR ZAROUA 



Les matériaux de la biographie de Hayyim Or Zaroua ne sont 
pas encore réunis. L'esquisse qui a paru dans la Revue i n'est 
qu'un premier essai. Gomme elle est basée sur le recueil des 
Consultations de Hayyim 0. Z., que nous possédons dans l'édition 
passablement défectueuse de J. Rosenberg, elle peut être utilement 
complétée par les renseignements que fournissent soit les manus- 
crits, soit d'autres ouvrages imprimés. 

M. Liber 2 a trouvé dans un manuscrit la confirmation de mon 
hypothèse du séjour de Hayyim b. Isaac en France et a fixé la 
leçon viNiFiû^, au lieu de lar^D, dans la consultation n° 110. De 
même la conjecture Cjbfirm ^bttb. Mais quand le manuscrit contient, 
à côté du nom du roi. les mots qba b, montant de la lourde taxe 
imposée aux Juifs, il y a là quelque chose de suspect, parce qu'il 
manque l'indication de la monnaie. Aussi semble-t-il y avoir une 
lacune dans le manuscrit lui-même. Ou bien t|ba S signifierait-il 
jqbtf fcOûû">b, « mille marcs »? Je crois que c'est une dittographie du 
mot trbNYn (b = vi). — Sur ce synode de Mayence, v. Briïll, Jahr- 
bûcher, VIII, 61 (note manuscrite de M. Liber). 

Voici maintenant les réflexions que me suggèrent quelques 
observations de M. Liber. P. 68-69. M. Liber est d'avis que le nom 
primitif de Hayyim Or Zaroua était Eliézer et qu'à la suite dune 
maladie il prit celui de Hayyim, qui a une signification de bon 
augure. J'avais déjà remarqué que le nom ajouté est généralement 
placé le premier; v. encore Mordechaï, Guittin, 543 ; Jacob Weil, 
Consultations, n° 18 u 2. Toutefois, il n'y a pas lieu de croire que le 
fils d'Isaac Or Zaroua s'appelait d'abord Eliézer, car nous ne trou- 

1. lievue, LUI, 67 et s. 

2. Ibid., 267 et s. 



Il A Y VI M 15. 1SAAG OR Z A ROUA 103 

vous que les signatures * Hayyim » et « Hayyim Eliézer », mais 
jamais » Eliézer » seul. Toutes les vraisemblances portent donc à 
admettre que ces deux noms se rapportent à deux époques diffé- 
rentes de sa vie. Son (ils Isaac ne mentionne que le nom de 
Hayyim et c'est également celui sous lequel il est cité par les auto- 
rités rabbiniques postérieures. Pourquoi le premier nom, Eliézer, 
aurait-il entièrement disparu? 

Sur pp. 69-70, M. Liber renvoie à Gross, Gallia, 566, pour un 
texte où R. Hayyim est nommé à côté de R. Méir de Rothenbourg 
et de R. Péreç de Corbeil. Ce passage, qui se trouve dans les 
Teschonbot Maïmoniot sur ttKbsn 'o, 4, a été cité par moi p. 75, 
n. 5. Mais je pense maintenant que ce R. Hayyim pourrait être 
plutôt Hayyim b. Yehiel Héfeç Zabab. — Je doute que Salomon b. 
Adret ait correspondu avec Hayyim 0. Z. P. 73, j'ai suivi Perles, 
Saiomo b. Abraham b. Aderet, p. 9 et note 31. Comme la consul- 
tation I, 571, ne porte pas de signature et que ce recueil contient 
des consultations d'autres autorités, le doute s'impose. — Sur 
p. 80, M. Liber cite Zunz, Z. G., 180, note z, au sujet de b"ios dési- 
gnant un écrit latin ou ecclésiastique. Il y ajoute Roscb, Aboda 
Zara, I, n° 14 (plus exactement 15 dans l'éd. Menkes de Lemberg). 
Le commentaire Nnsmn absbc remarque : im "nso acrn )w lïan. 
V. auss*i Mordecbaï, Meguilla, 1341, au nom de Yoël ha-Lévi : ^iidn 
DTibn bm biDc ncsE pv^nb ; le même passage se trouve dans Hag. 
Maïm., Tefillin, I, y '. — Dans la consultation n° 101 de H. 0. Z. 
est cité un R. Simha qui dit : -pnw n"n npjn 'n -"b nïïwa 19 varia pi. 
Ce Simba est R. Simha b. Samuel de Spire, et Jacob b. Méir est 
probablement identique avec R. Jacob de Magdebourg, le père de 
R. Hizkia. V. Moïse Minz, Consultât., n° 63 : na apy 'n m:pn "pi 
y-\m^m n^*72 ; Or Zaroua, I, 41 a (§ 114), 230a (§ 775). 

Les autorités rabbiniques qui citent le Or Zaroua, surtout le 
petit 0. Z., ont été réunies par moi dans deux articles 2 . Il faut y 
joindre : Israël Brouna, Consultations, n os 9, 16, 22, 25, 53, 58, 96, 
217, 218. N 0? 92, 201 : tra "pa a"wn, contredits par le n " 218 : m 
a'wa wtirm ; Moïse Minz, Consultations, n 03 25, 35, 43, 55, 96, 
105; Jacob Weil, Consultât., n 08 9, 69, 82, 90, 118, 132. — P. 83, 
note 10, p"tn signifie -ttp t"n ; v. Isr. Brouna, Consult , n os 218, 
252 : *piN rni maa ; n° 233 : pp anm ms. Les t"n "Wo sont cités 
par Josepb Kolon, Consult., 25, 65, 102; les Deraschot de H. 0. Z. 

1. V. Gûdemann, Das Erziehungswesen, III, 69. 

2. Isaak b. Mose Or Sarua, dans Monatsschr., 1904, pp. 132-133, 711 ; Ueber R. 
Isaak b. Mose' s « Or Sarua », dans Jahrbuch der Jildich-Literarischen Gesell- 
scha/t, Francfurt-s.-M., IV, pp. 83-87. 



104 HEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

par I.Brouna, Consult., 249 ; le Ec Hayyim par Maharil, Consult , 
éd. Hanau. 12£. 

On voit que les Consultations de H. 0. Z. étaient autrement 
numérotées qu'elles ne sont maintenant parlsr. Brouna, Consult., 
245 (n° 54 = n° 102 dans l'éd.). Le n° 247 cite une consultation de 
Hayyim Eliézer b. Isaac, qui ne se trouve pas dans notre édition ; 
mais, à en juger par le contenu, elle paraît appartenir au n° 8 de 
H. 0. Z , car elle contient la réponse à la question de la p. 3 b. La 
dernière consultation de H. 0. Z , qui est mutilée, se retrouve 
dans les Consultations de Méir de Rothenbourg, éd. de Berlin, 
p. 16, et est adressée à Juda b. Sabbataï. — Les Consultations de 
Hayyim sont encore mentionnées par Jacob Weil, Consult., n os 23, 

28, 133, 199; Yona, Issour ve-hetter, II Gl., X Gl. ; Agour, 28, 

29, 34. 

Un point que je n'avais pu affirmer avec certitude, et que je 
voudrais maintenant mettre hors de doute, est l'identité de R. 
Eliézer, le second maître de H. 0. Z., avec R. Eliézer de Touques 
(p 71). La consultation n° 211 d'I. Brouna cite en abrégé la con- 
sultation n° 69 de H. 0. Z. Or, le passage : n'Vra 'ira ama pn 
b"£î nï^b» y est ainsi développé : is^aniB aro ^"iwa W'ba n"nrw "pi 
an-nia 'i bu: ^'aa aira rmm. Il est donc certain que R. Eliézer, le 
célèbre Tossafiste de Touques, fut le maître de H. 0. Z. 

R. Eliézer paraît avoir été la plus grande autorité en France 
dans la seconde moitié du xm fi siècle. On lit en effet dans Schaarê 
Cion, éd. Buber, p. 39 : pTwam» -pnts 'n a-ib )mn rwi ûrp->n«i 
ï-hm rtbj>tt i* b^wn rmnn na y-a^m (?) nsnst y-ia bnw ray& rcan 
b-nam rmnn na "pain wba "i raam "p« iwioi rcan bran aim 
yns r n v-inai nb^tt nb*»b. Ce texte appelle une petite correction, 
car Méir de Rothenbourg n'a pas été le chef d'une école française. 
Graetz, qui cite le passage d'après Meiri ', n'a pas été frappé par 
cette faute, pas plus que Back 2 . La correction est facile : tkto '-i 
'i roix yi» na^ ©an bran anm ....nouai yna ba73 na^ur uîîci 
w^ba. R. Eliézer, dont on parle en ces termes, est probablement 
Eliézer de Touques. On peut donc rapporter à ce rabbin ces mots 
de la consultation n° 191 de H. 0. Z. : "wratti mobttn usan rrn »im. 
Eliézer était en relations avec Abigdor ha-Cohen d'après H. 0. Z., 
211 : V'ït y"? Tnrpaa n"n- 'i» Trima -rat* pi. On peut présumer 
qu'Eliézer s'est trouvé en rapports avec Abigdor en Allemagne, 
étant lui-môme d'origine allemande. Quant à Abigdor, j'ai comme 

1. Geschichte der Juden, VII, 170, n. 4. 

2. Meir b. Baruch, p. 41. 



BAYYIM B. 1SÀÀC OK ZAROUA 105 

le sentiment qu'il appartient à L'Italie autant qu'à l'Allemagne. Sa 
consultation reproduite dans 0. Z., I, 208 £ (Joseph Kolon, n° 74) 
touche aux choses d'Italie; celle hypothèse est encore confirmée 
parle fait qu'Abigdor Kohen Gédek est souvent mentionné dans 
Schibbolê ha-Léket, Tanya, Agour. 

Les Tossafot d'Eliézer sur Ketoubot sont citées dans Minhat 
Yehouda, 9 a, Ai a et b; celles sur Sabbat, ib., 51 a; sur Nidda, 
70a. — .1///*//. Ychouda, 50 £ : l, poner»rç = l'oss. Sabbat, 89 «, 5. u. 
Bjiob. La collation des textes est intéressante et fournit des correc- 
tions: Toss. : -PNtt p v 'nb aVi, M. F. : -natt '■» ; 7 T oss. : i"nb rpopl, 
.1/. K. : min" 1 'n. — En lin, Eliézer est cité dans Teschoubot Maïmo- 
niôt, mur», n°"9, 21 ; û^ûbto, n° 42 (b"£T wba n"n liiûb "rnrc ■•afin) ; 
Tap. n° 23 pT^btf n"n "picb *n"E ^aa dnrn) ; ###. Maïm., "p»E ^pT2. 

III, 2; X, 7; A'o/ôo, n° 75 (p. 65), n° 31 (p. 216;. 

Sur p. 72. Au sujet de Salomon de Prague, v. Mordechaï, B. K., 

IV, 26 (-pke '"i dn rrabu: -T'n bâta) ; Isr. Brouna, Consult., n" 247. 
Sur p. 82. Natan, le correspondant de Samuel b. Baruch, est 

peut-être identique avec R. Natan, l'oncle de R. Méir b. Baruch '. 
Il demeurait à Seligenstadt ( Taschbac, n° 232 : latau^bT'E "jna -Ttt) ou 
à Augsbourg (ib., n° 354 : pTisuratt "fria 'n). 

Un R. Natan est très souvent cité dans le Kolbo : pp. 3, S b, 31 d 
(== Taschbaç, 232). 32 a, 326, 42 b ; au n° 12 (p. 7 b), on lit : 'n ainaai 
i:pT -jyba '-i maa a>"a a"-)tt avo ^r-»-««-n V't ina. On ne sait pas qui 
était ce grand-père de R. Méir, nommé Eléazar. — Un R. Natan est 
également cité dans Mordechaï, Schebouot, II, 758 2 . 

Isaac b. Hayyim, le fils de notre rabbin, correspondit avec 
Ascher b. Eliakim, Jacob b. Moïse et Menahem b. Tamar {H. Z., 
n° 69). Un Tamar b. Menahem, fils de ce dernier, est cité dans les 
Consultations d'Ascheri, III, 6. Isaac est cité par Moïse Minz, 
Consultations, n os 66, 103; Isr. Brouna, Consult., n os 197, 211. 

Il faut peut-être voir un neveu de H. O. Z. dans Sabbataï b. 
Samuel, mentionné par Sal. b. Adret, Consulta I, 386; Moïse 
Minz, Consult., 63; Méir b. Baruch, Consult., 504. 

Sur Moïse b. Jacob ha-Lévi, l'auteur du Parnès, v. Perles, dans 
Jujbelschrift Graetz, 20, n. 1 (communication de M. Liber); Kohn, 
Mordechaï b. Hillel, p. 37. 

Les abréviations aizr (n° 115), natt "jpT (n° 180) et a^anai V^" 1 
(n° 113) sont citées par Zunz 3 , qui explique a»i par "ib->na ûibia ^ït, 

1. Back, op. cil., ]>. 17, note i. 

2. Koho, Mord. b. Hillel, 144. 

3. Judische Zeitschrift, VI, 194. et VII, 284 (= Ges. Schriften, III, 209, 212). 



106 REVUE DES ETUDES JUIVES 

et 3"?im par berna*' bs hy ûibiûi. — V^ pourrait peut-être signifier 
nsa S *ïw« ^bî-rm (communication de M. J. Freimann). Quant au 
sigle ^"ttu: ipT, je le résoudrais ainsi : np^ ^«73 173115 rraw û^p vpï 
(les trois derniers mots d'après I Sam., xviit, 30). 

Ces notes n'épuisent pas les matériaux de la biographie de 
Hayyim b. Isaac. Toute contribution — addition ou rectification — 
sera la bienvenue. La publication du petit Or Zaroua ferait peut- 
être mieux connaître la vie de notre auteur. 

J. Wellesz. 



VERSION ESPAGNOLE 

DES ALPHABETS DE BEN-SIRA 



Dans les documents de la Gueniza du Caire qui appartiennent 
au Consistoire israélite de Paris, on rencontre des textes judéo- 
espagnols. C'est ainsi que nous y avons trouvé un cahier de six 
feuillets in-4°, écrits en caractères judéo-africains, vraisemblable- 
ment détaché d'un assez fort recueil de sentences et récits légen- 
daires, autant que l'on peut en juger par la pagination. Le présent 
fragment, commencé au folio a^p (en hébreu), finit au folio numé- 
roté du chiffre ordinaire 442. Le feuillet abp est trop déchiré 
pour pouvoir être lu avec suite, et dans les trois feuillets suivants 
l'encre a pâli au point que les mots sont devenus à peu près indé- 
chiffrables 1 . 

La numérotation indique évidemment une lacune de huit feuil- 
lets entre les chiffres hébreux et les chiffres ordinaires, adoptés 
pour la fin par un caprice du scribe. Cette seconde partie contient 
en langue espagnole un Midrasch intitulé : 

Copias. . ., « couplets », dans le sens de « chanson de geste », 
ou récit fabuleux 2 . — Après le titre, écrit en lettres carrées, vient 
le texte espagnol, écrit en lettres judéo-africaines. Donnons une 
transcription des premières lignes, proposée toutefois avec beau- 

1. Remercions ici publiquement M. Salomon Mitrani-Samarian, pour le précieux con- 
cours qu'il nous a prêté dans la lecture de ces pages. 

2. Cet opuscule très rare, non mentionné dans le Catalogue de la Bodléienne par 
Bteinschneider, est d'Abraham Toledo, Constantinople, 1732, in-8°. Ou le trouve au 
British Muséum à Londres (Catal. Zedner, s. v.). 



108 REVUE DES ETUDES JUIVES 

coup d'hésitation, en raison des difficultés de la lecture et de 
rétrangeté du langage, qui remonte au xv° siècle. Voici le com- 
mencement : 

Jacob nuestro padre alcanso en doce hijos, los dosigua madré criados 
con g ran rijo. 

Ruben era llamado el mayor de todos ellos. Simon y Levi un paro 
mny valientes y muy fuertes. Yehuda era el quarto como leon encore- 
nado. Isachar era el quinto, de ley era alavado. Zabulon era el sesto 

(Notre ancêtre Jacob arriva à avoir douze fils, que leurs mères 
respectives élevèrent avec grand soin . .) 

Par contre, la transcription des premiers feuillets est plus facile; 
la lecture des mômes caractères est assez nette, malgré quelques 
jonctions incorrectes des particules avec les mots suivants. Ces 
feuillets contiennent: 1° les quatre derniers paragraphes de la pre- 
mière série alphabétique des sentences de Ben-Sira ; 2° la série 
complète du second alphabet. On connaît les versions latines et 
allemandes de ces maximes morales ; mais on n'en connaît pas de 
version espagnole. 

Il est donc intéressant de publier ce spécimen de lecture édi- 
fiante provenant des Juifs exilés de la péninsule ibérique et qui, 
réfugiés en Egypte, avaient conservé l'usage de la langue mater- 
nelle, en y mêlant des mots hébreux, comme il arrive dans tous 
les jargons des Juifs européens. 

Pour observer l'ordre alphabétique, le premier mot a été main- 
tenu en hébreu, comme suit : 

rrap a te hacienda y mujer buena, y muchos varios 1 hijos D^aDn. — 
Dicho-le de Cl, dichole. 

pnm de vecino malo que sus pies para mal corren, y sea amigo con 
ellos y da les de tu comida, para que alguna vez si tu alevanten alguna 
nb^hy que den rm* bueno por te. — Dichole de "p©, dichole. 

yw, mi Senior, mes 2 digas y acosta tus orejas, y sei onesto a tu 
-on, y alguna cosa mala no la quites por tu 3 aca. — Dichole de iKn, 
dichole. 

ïlDpn a te ducades ; si tienes munchos (moderne muchos) ducades, no 
se lo digas a tu mujer "i:na« que sabes que es muy hermosa y buena : 
Dicho le el DDn : sobre te se demodaron miDK-ia "mo. Dichole Ben 
Sira : Vin ba pa. Vez aqui Ieremiah que le anbiso a Baruch ben Neria y 
le dicho : di t|b«, y dicho r»" 1 ». Dicho le de ma, dicho naan roa. 

1. Le ms. a par erreur : muchisvaras (en un mot). 

2. Pour mi. 

3. Pour H. 






VERSION ESPAGNOLE DES ALPHABETS DE BEN-SIRA 109 

Une traduction littérale de ces sentences ne sera pas superflue, 
en raison des archaïsmes du texte : 

p Acquiers- toi un foyer, et une bonne femme, et de nombreux 
enfants instruits. — Puis il dit une maxime : commençant par la 
lettre n. Il dit donc : 

-) Éloigne-toi d'un mauvais voisin, dont les pieds courent vers 
le mal. Sois ami avec eux, et donne-leur sur ton repas, pour que, 
si Ton te suscite une fois une querelle, ils énoncent en ta faveur 
un bon témoignage. — Il dit une maxime commençant par ib. Il 
dit donc : 

œ Écoute, mon Seigneur, mes paroles, prète-moi l'oreille ; sois 
honnête pour ton compagnon, et qu'aucun mal ne t'advienne ici et 
là. Il dit une maxime commençant par la lettre n II dit donc : 

n Arrange-toi po.ur avoir de l'argent; lorsque tu en auras beau- 
coup, ne le dis pas à ta femme, même si tu sais qu'elle est belle 
(vertueuse) et bonne. Le sage l'a dit : pour toi changerait-on l'ordre 
de la Création? Or, Ben Sira (sic) l'a dit : il n'y a rien de nouveau 
sous le soleil. Voici ce que Jérémie a enseigné à Barukh ben Neria, 
en disant : dis un mot en n, et lui dit Echa (Lamentations, i, 1). 
Dis un autre en 3, et lui dit : « Tu pleureras. . . » (ibid., 2) 

L' « Alpha Beta segunda de Ben Sira » est transcrit d'abord en 
hébreu, puis traduit ligne par ligne ; l'hébreu est reproduit ici pour 
les variantes. Inutile de faire remarquer que cette traduction 
espagnole fourmille de contre-sens. 

.ïTV3 ^pusn n'tt ly fcr^DNb n">piN 
Quiere decir : honor el medico antes que lo aiga de mcnester (c'est-à- 
dire : honore le médecin avant d'en avoir besoin). 

.oiiD'n vcn "»cn by 'mpara -13. «bn 13 
Quiere decir : hijo que no es bueno echa le sobre faces 2 de las aguas 
(c.-à-d. : un fils qui n'est pas bon, jette-le sur la surface de l'eau). 

.71^113 UT3 '.N 3!3 1^3 ïb ]pblH3 DB51 Ktt"tt 

Quiere decir : juicio que te hacier en parte veitole con arte (c.-à-d. : le 
fait qui t'est échu en partage, considère-le avec habileté). 

.*n»pbnb -p-ix nitowi rroatEpb ynx. «arn 
Quiere decir : el oro quiere majado y el muchacho quiere sarvado 
(c.-a-d. : l'or doit être amassé, et l'enfant châtié). 

1. Le ms. a par erreur : ni^l ■ . -fcOrQBJ, le dernier mot non traduit. 

•>. Littéralement : les joues (terme hors d'usage). Ici le mot signifie « la face ». 

:i. Les quatre mots monosyllabiques qui précèdent le dernier manquent. 

4. Ms. 6«pbKb. 



110 BEVUE DES ETUDES JUIVES 

.*373n «b Nnaca p ^rn aa nn 
Qui ère decir : sei bueno y tu mano del bien no te vides (e.-à-d. : sois 
bon, et ne détourne pas la main du bien). 

.irpipirnb ïinb «n wnb *»b ">an 
Quiere decir : guai del malo y guai del que se apega con el (c.-à-d. : 
malheur au méchant et à celui qui l'affectionne) . 

.eofcrav rpoa rri rDOT pni été ^dn h? "pnb pT-iT 
Quiere decir del que echava el pan a la mar (il s'agit de celui qui jetait 
le pain à la mer *). 

.■rnn Nbn dsin t*b apia -îwn mîn 
Quiere decir : vistes el asino, ni negro ni blanco (c.-à-d. : si tu vois un 
àne, ni noir ni blanc). 

.^b xatt frô arasai T>a*n Nb rc"»ab nu 
Quiere decir : bien al malo no hagas y no te veres malas, como el 
ÏT£3>7a del que achereguo el leon (c.-à-d. : ne fais pas de bien au méchant, 
et il ne t'arrivera pas de mal, selon l'histoire de celui qui rencontra le 
lion). 

.y.nn ab «maa )72 ^-p 
Quiere decir : tu mano no vides de hacer bien a buenos (c.-à-d. : ne 
détourne pas ta main de faire du bien aux bons). 

-nb -«caTa n?3 [n]*T abi wa^ab «nbr atnba 

Quiere decir : la novia 2 tuve del talamo, e no sabe lo que le verna 

(c.-à-d. : la fiancée est entrée au foyer conjugal, sans prévoir ce qui lui 

arriverait). 

• 3 NT72"Da Nairobi NrEna K^Eanb 
Quiere decir : al sabio con ciencias, y al loco 4 con palo (c.-à-d. : au 
sage la science, au sot le bâton). 

• N-ittnb V21 W1D373 ^ppto 
Quiere decir : el que honra el malo asemeja al asino (c.-à-d. : celui qui 
honore le méchant ressemble à un âne). 

.•p&rso ■pwna "T , p^7a prn -pa 
Quiere decir : fuego encendido asegas munchas quema (c.-à-d. : un feu 
allumé brûle de nombreuses meules). 

.Nmaa aa-j NDE^a «maa ao 
Quiere decir : viejo en casa es bien en la casa (c.-à-d. : un vieillard dans 
la maison est un bien pour la maison). 

1. La seconde proposition n'est pas traduite. 

2. Ce mot subsiste en langage populaire : nouvelle épousée, jeune mariée. 

3. Le ms. a Nn^lTpa, par erreur. 

4. Le ms. a dû originairement avoir ensuite le mot onf.o, sot. 



VERSION ESPAGNOLE DES ALPHABETS DE BEN-SIRA 111 

*:iaa 'pnwt nb« rty-i "pDb« E)b« WB^ai l i n nDS n^ïï ans: nan? 

.-tesb "ici: i»n 
Quiere decir : fiança buena rien mananas; la mala mil mananas, la 
mediana de una mafia n a a la otra manana (un bon mélange vaut cent 
matins, un mauvais mille, et le moyen d'un matin à l'autre), 

.npibrra , 2 itt ©■»"» &mns nins 
Quiere decir : vez piliar per la mesa y sei eorta (au lieu de te quereller 
pour la table, n'insiste pas). 

.•p-na na p ^pb-in wr "jm^bi ao-^b hpn ^pnx 
Quiere dieir : que res dar y tomar eebantate con buenos (c.-à-d. l'af- 
faire de donner et prendre [le commerce], traite-la avec les bons). 

.rmwab nb^N Np*rm 3 ïma» rrnbbx smino Nanp 
Quiere decir : serqana me mercaderia la como su patron ;si la mar- 
chandise est près de moi, c'est comme si j'en étais le maître). 

.ma *iD3 pn mb rtNTsnp ketti 
Quiere decir : el amigo primero no nieges en el (c.-à-d. : ne renie pas 
ton premier ami). 

.piaon «b yoDz msbtti "f' r 3 prr ■psbn ^mo 
Quiere decir : sesenta consejos si te dan el tuyo no dejes 6 de hacer (si 
Ton te donne 60 conseils, ne manque pas de suivre le tien). 

.rranaci n:-«dd mm «bn nNsnnœ mn ^ "r *fb amnn 
Quiere decir : da te sano conno se estuvieras artu, y no como avierto 
en arte c.-à-d. : donne-toi pour soin comme si tu étais rassasié, et non 
comme ouvert [affamé] par artifice). 

Après la traduction du second Alphabet, reprend celle du 
premier. 

Y dicheron por Ben Sira que en aquel afïo anbiso el rmn iso entero. 
El segundo, anbiso rmn muîtt ."nttbn ,mabn y mi^n. El trecero 7 , 
anbiso nmr "'p'np'l y û"nsiD ■'piTpT. El quarto, anbiso D"m7am mbp 
mfimoîMl msipri. El quinto, anbiso 8 hablat de D^aNba, y Q'Hïï), y 
mbïtt, y de mDiy, y nrn. El seseno, anbiso finso y *nao, ">a*i N2n 9 
imbet. No dejo cosa ni chica ni grande que no anbiso. 

1. Pour "pis 12, le ms. a 'pnsN, et les trois muts suivants manquent ici. Par contre, 
il ajoute les sept derniers mots. 

2. Le ms. a ppib ]12 . 

3. Ms. ÎOH73 ; toute la seconde proposition manque. 

4. Ms. -D-. 

5. Ms. yayv 

6. A cette place, le ms. est troué et ne laisse subsister que les trois lettres finales 
*w*C d'un mot. 

". Pour tercero. 

S. 11 manque ici l'expression D^bpT nTTŒ « langage des palmiers ». 

9. La rubrique suivante, « en la 7 e année », manque au ms. 



112 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Ven y veras la ïtttDn de B. Sira que le traian un kilon de trigo delan- 
tre, y sabras quantos granes son, ni uno mas, ni uno manco, hasta que 
lo oyo Nabucodonozor rey de Babel y sus sabios, y dicheron : guai di 
mucho otros y hacere-mos matare el rey : todos por el caya esto... 
Vamos onde el rey y lo meteremos en mal, y lo matara, y escapame de 
el ; le haeemos por demanda una demanda, y ib^DN que habla la verdad, 
digamos que no è, y lo mata 

Traduction. 

Et l'on dit de Ben Sira qu'en cette année il apprit le Se fer Tora entier, 
la seconde année les règles du Talmud et ses légendes, la troisième 
année, il apprit les règles grammaticales du Pentateuque et les règles 
des scribes, la quatrième année, il apprit les lois faciles et les lois 
sévères, ainsi que la fixation des solstices et des anagrammes, la cin- 
quième, il apprit le langage des anges, des démons, des planètes, des 
oiseaux et des animaux, la sixième, le Sifra et le Sifrè, et l'enseignement 
de l'école d'Élie. Il ne resta nullechose, ni petite ni grande, qu'il n'apprît 

Viens et tu verras quelle fut la sagesse de B. Sira, devant qui l'on 
apporta une mesure de froment, et tu sauras combien de grains il y a, ni 
un de plus, ni un de moins, jusqu'à ce que l'apprit Nabucodonozor roi 
de Babylone, avec ses sages. Ceux-ci dirent : Malheur de tant de choses 
Le roi nous tuera ! Tout ce qui arrive est à cause de lui B. Sira) 
Calomnions-le auprès du roi, et celui-ci le tuera. Ainsi, nous en serons 
délivrés. Nous lui poserons une question, et même s'il dit vrai, nous 
dirons que ce n'est pas, et on le tuera 

A l'intérêt littéraire de ces pages se joint un intérêt bibliogra- 
phique. L'édition pr inceps de ces textes hébreux (Gonstantinople, 
1519, in-8°) se compose d'un recueil de seize petits traités de morale, 
ou de lectures religieuses, où figurent les deux Alphabets de Ben 
Sira. Au dire de Steinschneider, aucun des exemplaires subsistants 
de cette édition ne contient ces alphabets Le D r A. Freimann en a 
trouvé un feuillet 1 . 

L'édition suivante (Venise, 1544, in-8°), qui n'est pas moins rare, 
met en premier lieu l'alphabet qui commence par les mots n^p-iK 
œ"DNb, et en second lieu l'alphabet frin ba, etc. Ce classement, 
contraire à l'édition d'Amsterdam (1698), a été adopté par Stein- 
schneider. Celui-ci a publié une excellente édition, d'après un ms. 
de Leyde, (1858, in-16», sous le titre de Alfabctum Siracidis 
utrumque cum expositione antiqua. 

Notre version espagnole est plutôt conforme à l'édition d'Ams- 
terdam. 

Moïse Schwab. 

i. M. Israël Lévi me dit en avoir un également en sa possession. 



QUELQUES POURIM LOCAUX 



Ou est encore loin (ravoir enregistré tous les jours fastes que 
diverses communautés juives, à la suite d'un événement heureux 
ou après avoir échappé à une calamité qui menaçait leur existence 
ou leur repos, ont institué de célébrer sous le litre de « Pourim », 
par imitation de la fête cTEsther. 

M. S. P. Rabbinouitz avait tenté d'en dresser une liste, sous le 
nom de n*pb} bus rro^n nb^tt, dans l'annuaire de 5657 publié par la 
Société AUiasaf.Puis, M. M. N. Liténsky, dansr-rv&ttrr (année XXIV, 
n° 20, du 4 février 1897, p. 91), y a ajouté, d'après des sources plus 
ou moins bien connues, dans son article o^nN û-nm : 

1° Le Pourim-al-Misriin, célébré en Egypte le 27 Àdar, en 
mémoire dune délivrance arrivée en 1524 (Voyez PTTTirt tf-ft]) de 
('on forte, Venise, 1724, p. 32 6-33; cf. Lamartine, Histoire de la 
Turquie, t. IV, p. 239) ; 

2° Le Pourim que les Israélites de Hébron fêtent, pour avoir 
échappé (en 1741) aux exactions d'un gouverneur rapace qui exi- 
geait de la Communauté la somme de 50.000 piastres (August 
Frankel, Voyages, t. II, p. 476); 

3° Le 7 Tammouz, fêté à ïTamaoïa, en souvenir d'un fait heureux 
survenu en 1792 (TOsrt de Tan 5624, n° 25). 

En dehors de ces deux derniers, que je n'ai vu mentionner nulle 
part ailleurs, I). Kaufmann, dans cette Revue (t. XXXII, 1896, 
p. 129), après avoir cité les nomenclatures des Pourim faites par 
Zunz iRilus, p. 127 et s.) et M. Simonsen [Monatsschr., XXXVIII, 
p. 524 et s.), joint à ces listes le Pourim de Narhonne qui se 
célébrait pour commémorer le 21 Adar 1996(1236). 

Je n'omettrai pas les Pourim de Chérif et Borghel, indiqués dans 
le Bulletin mensuel de l'Alliance israélite universelle du l 9r jan- 
vier 1891. 

Pour faire suite à cette série, les Pourim de Gumeldjina et de 
Tibériade illustrés dans mon Yosef-Dâath (Andrinople, 1888, n° 13, 

T. LIV, n° 107. 8 



u4 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

,„, 195-91 et 11° 20, 306-9), ainsi que pouf compléter les renseigne- 
ments donnés à ce sujet par la Jewish Encyclopedia (s. v. Pourim), 
ie me propose, dans les lignes suivantes, de communiquer mes 
nouvelles informations à propos des Pourim d'Orient puisées a 
des sources inédites (les n* % 3 et 8 sont dus à M S. I . Rozanès 
de Roustchouk et le n° 1 au même ainsi qu'à M. Àlhalel, directeur 
de l'École de l'Alliance israélite à Haskeuy) : 

1- An-ora. On y célèbre non seulement la fête du il Iyyar, déjà 
connue^et que l'on appelle Pourim de Abâza (pendant lequel on 
récite le Ps. cxvm), mais aussi deux autres dates, eu souvenir du 
démenti infligé à des accusations de meurtre rituel: a) le 14 lam- 
mouz, que l'on nomme Pourim del Turkito (« un enfant turc » disparu 
et retrouvé), avec récitation du Hallel complet (Ps., cxm-cxvni); 
é)le 21 Eloul, appelé Sari-Kiz (<« Ulle jaune » égarée et après coup 
reconnue), dans (ou avant?) lequel on lit (des extraits?) du Rituel 
des quatre jeûnes. De ces cérémonies, qui sont en train de tomber 
en désuétude, il ne reste que l'usage de la suppression des_ lali- 
nounim dans la prière de ces trois jours. Les premières années de 
la célébration de cette fête n'ont pas été indiquées par mon cor- 

'T^Ïrade, où le 19 Sivan il est défendu de jeûner, de réciter 
les Tahnounim et de prononcer des prières funèbres parce que 
ce jour-là, en 1822, les Israélites de cette ville, exposes, d un cote 
aux boulets du prince serbe Michel Obrénowitz, qui bombardait 
la citadelle, et, de l'autre, à la canonnade du commandant turc qui 
lui ripostait, purent s'évader à Zemlin, qui est tout près. 

3» Bosna-Seray ou Serajévo, où le 4 Marhesvan est marque par 
l'absence des Tabnounim dans le Rituel, à cause du fait suivant. 
En 1807, un Juif apostat ayant été tué, le gouverneur de Serajevo, 
Rucbdi Pacha, accusa de ce meurtre les Juifs, dont il mit en prison 
ie and rabbin avec les neuf notables, en vue de leur extorquer 
Ïénor mes sommes d'argent. Un samedi matin, 4 Marbesvan juste 
au moment de la lecture de la section de Noab, on vint an temp 
informer les fidèles que leurs frères incarcérés, n ayant pas paye 
à rançon exigée, allaient être pendus le jour même. L office 
matinal fut interrompu et, parmi les pauvres Israélites qui couraient 
uïrecherebe d'un moyen de salut, il y en eut un qui vint trouver 
au café ses amis turcs, qu'il engagea, par des promesses pecu- 
n aires à sauver ses coreligionnaires en détresse. C es un v, o 1 la. d 

om de Hassan qui, avec ses camarades, prit .a nob «a h 
de cette délivrance; ils se rendirent à la prison ou .1 mit en hbei le 
les pauvres Juifs, en dépit de Ruchdi Pacha. 



QUELQUES l'OURIM LOCAUX 115 

4° Candie, dont le Pourim, célébré le 18 Tammouz, est motivé par 
Elie Gapsàli dans un mémoire publié par M. Abr. Bcrliner dans 
une petite collection d'actes hébraïques, in-8°, pp. 1-16, sans indi- 
cation de (laie ni de lieu d'impression ; relie collection est peu 
connue e1 a, par conséquent, l'intérêt de L'inédit. La copie en figure 
dans notre pièce n° 1. En voici l'analyse : 

Dieu a opéré un miracle en notre faveur — écrit E. Capsali en un style 
tout émaillé de fleurs hébraïques — dans les circonstances suivantes : 

Eu to38, la guerre éclata entre Suleïman, sultan de Turquie, et la 
république de Venise, qui envoya à Candie, comme Proviseur de l'armée, 
Messer Juan Muro, accompagné de mercenaires appelés Soldat i, qui s'oc- 
cupèrent a fortifier la ville, à ouvrir des tranchées, à construire des tours 
et des bastions. Les Juifs aussi furent tenus de collaborer personnelle- 
ment à ces corvées, mais le travail qui leur fut imposé fut relativement 
léger, grâce à la bienveillance du Proviseur, du sénateur vénitien Duc 
Messer Antonio di Molo, du sous(-proviseur?) Marco Antonio Trévésino et 
des Conseillers, qui nous protégeaient contre nos calomniateurs. 

Au milieu de ces troubles, venait d'expirer le jeune et généreux conné- 
table de notre Communauté, Sabetay Cusin, fils de Léon Rofé, dont on me 
nomma successeur. J'acceptai cette lourde charge, et même sans aucune 
rétribution, quoiqu'on voulût m'accorder des honoraires, sur la proposi- 
tion de Juda Rofé et d'autres notables. Je remplis donc gratuitement les 
fonctions de connétable, avec un grand succès, pendant quatre ans, à 
partir de Hanoucca 1538, tant que dura la guerre. 

Le 16 (17"?)Tammouz de la même année, un dimanche, à l'aube du jour, 
le Proviseur intima aux Juifs l'ordre de venir travailler aux tranchées, 
parce qu'une attaque des Turcs était imminente. Après avoir tenté inu- 
tilement de faire ajourner ce travail, incompatible avec le jeune de ce 
jour, nous envoyâmes à la corvée nos hommes, en leur permettant de 
déjeuner, et ne laissant dans le ghetto que les vieillards, les femmes 
et les enfants, ce qui tourna plus tard au bien de la communauté. Pen- 
dant que j'étais au bazar, où j'achetais des vivres pour nos ouvriers, le 
bruit se répandit que des espions turcs avaient pénétré dans la ville et 
que même ils étaient recelés par les Juifs, que l'on accusait d'être de 
connivence avec l'ennemi, et qu'une foule compacte et armée jusqu'aux 
dents, accourue de la ville et des villages d'alentour, et avide de saccager 
lajuiverie, menaçait d'exterminer. 

J'étais occupé à chercher du pain pour nos pauvres coreligionnaires 
(pii travaillaient, lorsque cette cohue, m'ayant aperçu, se mit à hurler et 
a me dire : « En ta qualité de Docteur des Juifs, tu vas nous accompagner 
et les obliger par l'analbème à nous livrer les espions. Je consentis avec 
plaisir à leur demande, me promettant d'agir avec ruse, et dès que je fus 
entré au ghetto, je menaçai de l'excommunication et de la confiscation des 
biens tous ceux qui, à bon escient, ne révélaient pas la retraite des pré- 



H6 RÉVÛE DES ÉTUDES JUIVES 

tendus espions ottomans. D'un autre côté, j'excitai furtivement les femmes 

a „ rml( . ,., à pleurer de toutes leurs forces, ce qu'elles tirent d'une voix 
assourdissante, de sorte que la prévision du prophète tEzéchiel, vm, 
i -,, s,,,- les « femmes qui pleurent le (mois] Tammouz » se réalisa mal- 
heureusement a la lettre. Malgré cela, la foule se livrait à un pillage 
effréné dans tous les coins et recoins du ghetto, ce dont je prévins sur le 
champ par l'entremise d'un ami chrétien, le Proviseur, qui surveillait le 
travail des fortifications et qui accourut au ghetto, accompagne de ses 
mercenaires armés et laissant dans le désespoir les ouvriers juifs, qui ne 
savaient où s'enfuir et quel sort était réservé à leurs familles. 

Sur mes instances, -le Proviseur tâcha d'abord avec douceur de calmer 
ces forcenés. N'ayant obtenu aucun résultat par son ton persuasit, il 
ordonna à ses Lombards de tirer contre les meneurs, ce qui les mit en 
fuite, non sans avoir laissé derrière eux de terribles ravages. Les agitateurs 
voulaient même sévir contre certains vieillards, femmes et captifs amenés 
dans notre ghetto, où nous les avons rachetés et que l'on accusait 
d'espionnage. Le Proviseur, devant lequel on amena ces pauvres gens 
tout ensanglantés, les fit mettre en prison pour apaiser la foule, et le 
lendemain il les relâcha. 

C'était vraiment un fait providentiel que, pendant ces troubles, nos 
jeunes gens fussent occupés dans les tranchées. Autrement, exaspères par 
les sévices dont ils allaient être témoins, ils se seraient inévitablement 
livrés à des représailles, ce qui aurait amené un combat acharné entre les 
deux camps et l'extermination complète de notre juiverie. 

Le fait d'avoir échappé au carnage constitue donc un miracle, que j'ai 
proposé de célébrer tous les ans, le 18 Tammouz, aux membres de notre 
Communauté, à la tète desquels étaient vingt-cinq notables, convoques 
par moi au temple, le samedi, 1" Tammouz de l'an 1546. Ma proposition 
fut acceptée à l'unanimité et le Pourim institué. Sur le désir exprime par 
le vénérable vieillard Moïse Dalmédigo Hasbani (?), je composai même, 
comme les autres rabbins, mes collègues, une Mi-Kamokha \ qui se trouve 
enregistrée dans les Rituels de notre grande synagogue et de certains 

particuliers. , 

D'autres bienfaits divins dont nous avons été l'objet tant qua dure la 

guerre, spécialement lorsque Freschia fut assaillie par les Turcs, aux- 
quels nous avons échappé grâce aux mercenaires qui montaient la garde 
autour de nous, ainsi que la façon dont nous avons été préserves des 
affres de la famine qui a sévi durant deux années successives, se trouvent 
enregistrés dans les archives de la Chancellerie de la République, comme 
dans mon ouvrage historique appelé Hasdé Adonaï (bienfaits de l'Eternel), 
qui comprend cinquante-deux chapitres, chiffre égal à la valeur numérique 
des lettres de mon nom imb«. Le 11 Tammouz 1546, de la section d- 
Pinehas. Signé : Élie Capsali, fils d'Elkanah. 



L. A L'imitation d'un poème, commençant par ces mots, de Juda lialévi, adopt 
dans le Rituel portugais du Pourim d'Esther. 






QUELQUES POURIM LOCAUX 111 

5° Pourim de Gumeldjina [anciennemenl Gomargena), près d'An- 
drinople, vulgairemenl appelé « Pourim de los Ladrônes » (des 
bandits), qui, jusqu'environ 1865, se célébrai! en souvenir du 
22 Eloul de l'an 5546 (?) 1786 (?) Voici d'après une relation dos 
vieillards de cette communauté, consignée ailleurs [Yosef Da'ath, 
n° 20, pp. 308-9\ L'origine de cette fête. 

Le II Eloul (1786?), vers le soir un certain Motuch Aga de 
Tokadjik (village voisin de Gumeldjina), révolté contre l'autorité du 
gouverneur (Ayan) de cette dernière ville, Ali Effendi, vint, accom- 
pagné d'environ cinq mille montagnards, armés de lances et de 
verges (sopa), pour emporter Gumeldjina d'assaut. Le séditieux 
y (Mitra à ['improviste et s'empara des forteresses, où il planta le 
drapeau de la rébellion, et de la hauteur desquelles il lança des 
flèches contre la garnison de l'État qui se trouvait en dehors de 
l'eneeinle. 

Pendant les onze jours que dura le combat, les malheureux 
Israélites qui restèrent dans la ville essuyèrent mille avanies de la 
part des insurgés qui l'occupaient. Leurs femmes se cachaient dans 
les cavernes pour préserver leur honneur, pendant que les hommes 
s'armaient pour aider les révoltés à combattre la garnison, en 
même temps qu'ils leur fournissaient des munitions, voire profa- 
naient le samedi pour leur préparer le repas et du pain. Un certain 
Hakham Jacob se distingua, en cette occurrence, par les gratifi- 
cations qu'il prodigua généreusement aux acolytes de Motuch pour 
les rendre favorables à ses coreligionnaires, qui, de leur côté, se 
réunissaient pour prier dans le temple et faisaient aux pauvres 
d'abondantes aumônes. 

Dans cel intervalle, une bombe lancée par les assiégeants vint 
blesser Motuch, que les femmes juives furent tenues de bercer 
comme un enfant, afin d'assoupir les douleurs atroces que lui 
causait sa mortelle blessure. 

D'autre part, une certaine Eminé Hanoum, pour mettre fin à celte 
crise, s'ingénia à jeter du haul des murs, au milieu de la garnison 
assiégeante, un billet portant ces simples mots : « la paix est faite ». 
Les assiégeants, croyant que ce billet partait du camp des mutins, 
qui auraient ainsi exprimé le désir de capituler, leur crièrent de 
venir recevoir leur accolade. Les assiégés, à leur tour, crurent que 
le gouverneur Ali Effendi était tuéet que la garnison invitait Motuch 
à prendre sa place. Aussi déridèrent ils de se rendre, mais à mesure 
qu'ils sortaient de la porte, l'un après l'autre, ils eurent la tête 
tranchée par la garnison, qui, après avoir repris possession de la 
ville, trouva Motuch dans son berceau et le tua. 



418 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Los souffrances des Israélites no finirent pas avec la guerre. Los 
vainqueurs les accusèrent d'avoir donne refuge et entretien aux 
insurgés. A force de présents, les Juifs arrivèrent à calmer la gar- 
nison irritée et en souvenir de celte double délivrance, on ^"ina oa, 
comme le dit la Romance ci -après, instituèrent un Pourini, le 
22 Eloul, qui probablement (toujours d'après la môme romance) 
coïncida la première fois avec un lundi. Jusqu'environ 1865, les 
Israélites de Gumeldjina fêtaient tous les ans ce jour, surtout par 
le chômage des affaires. Depuis l'arrivée à Gumeldjina d'autres 
Israélites, qui venaient faire le commerce les jours de foire et ne 
respectaient pas le chômage de ce jour quand il coïncidait avec la 
foire, les habitants originaires de cette ville, pour ne pas laisser les 
étrangers en bénéficier seuls, cessèrent d'observer le repos institué, 
et se contentèrent de distinguer ce jour férié parla suppression 
des Selihoth la nuit et des Tahnounim pendant l'office matinal, 
ainsi que par la récitation du Ps. xxn. 

A cette occasion, le rabbin de cette ville, Daniel de Avla (Avila?), 
qui y est enterré et qui ne brillait pas par son savoir poétique, 
composa, avec une Meguilla qui est restée inachevée, une poésie 
alphabétique, d'une grande platitude, en judéo- espagnol, qui 
contient d'autres détails et dont le refrain est traduit de celui du 
Piout « Ahoth Ketana », inséré dans le Rituel Sephardi de la nuit 
de Rosch-Haschana. Je donne ici la transcription et la traduction 
de ces vers, dont l'original constitue notre pièce n° 2. 

1 . A IHN b», à él alabad, 
Complfmi'ento de aîïo, mes de piedad, 
Gon vozes grandes à él load, 
Empezô el aîïo y sus bendici'ones. 

2. Once en Eloul llevimos "n*5S, 
Vei'nte y dos en él se abrfo nsna, 

Saludando van por puertas y imï ; Empezô. . . 
;{. Vinicron al bnp dia de lunes, 
Antes de este dia tuvieron oaiN, 
Viéron los Judios 03 fira DU ; Empezô. . . 

4. Grande ÏWHDi esta ïlbfitt, 

De Uînp ^n bx fué esta nblW, 

Gon mucha alegria dijeron ïlbsn ; Empezô. . . 

5. Dieron m&mtt en ms-ia v 'n, 
banan hizieron max y mpna^n, 
mNTab fatz) y sus mpiat; Empezô... 

G. 'nb vriïi dijeron con mu chas vozes, 
El bïip esta claro con muchas luzes, 



QUELQUES POURIM LOCAUX 119 

Las mattt mercaron con muchas risas; Empezô... 
7. Vinieron las nTOiN à saludarmos, 

Cierto que de! Dio ^n nos espantamos, 

Hfzo m ara vil la de no dejar matarmos ; Empezô... 
s. mDT de los chicos ésto los mamparô, 

Respondieron l^wN con mucho Llôro, 

No dejeis baldar mm -nttbn clâro; Empezô... 
9. Hakham del TDS mûcho el meldô, 

Su in tendon posé al patron del im'indo, 

Contentad à él, y mucho creéldo 1 ; Empezô. . . 
io. Tambien rrsyn ellos hizieron, 

Y las sus famillas mucho rogaron, 

Al Dios que es uno ellos llamaron ; Empezô. . . 

1 1 . Y a querian salir por ealles y campos, 
No dejaron salir los malos espfnos, 

Teniân desmayos y muchos lermi'nos; Empezô... 

12. "JIM de las tP©a el Dios les guardô, 
Sus bùenas cogetas mucho les mamparô, 
Teneldo ■ por seguro despartir 3 dinci'o; Empezô. .. 

13. Las Hamas del fuego mtïJ"i no tuvieron, 
D'CfcbE de los cielos lo amataron '*, 

Al cnp bnp todos se apafiaron 5 ; Empezô. . . 
1 1 . Mirad mis hermanos, no tengais enemistad, 
En una hâbla min» atâd, 
Unos à los ôtros enôjos empresentad; Empezô. . . 

15. No digais ahôra va vimos salvacion, 
npnrr nnTrûNn haced la oracfon, 

De voluntâd decilda 6 , vereis si hay mas pasion ; Empezô.. . 

16. nbno con apreto tambien despartieron, 
û^D "1303 lo poco lo recibieron, 

.Muchos dias à poco ellos comieron ; Empezô. . . 

17. -n? se consejaban los malos soldados, 
uCn Jacob venia les daba ducados, 

No mirô dmero en seer escapados; Empezô. .. 

18. b^attti mis rey encoronâdo, 

Les baldô consejo que ivan pensando, 
wn'T, imba* nos vino, por bien cnmentâdo ; Empezô. . 
10. p^"^ el es uno, Dios de la altûra, 

Nos diô mucha fuerza por buena ventûra, 

1. Creedlo. 

2. = tenédlo. 

3. = repartir. 

4. = apagaron. 

5. = reunieron. 
b. = decidla. 



120 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Los soldados cran muj mala natura ; Enipezô... 

20. Cuanto mal habi'a, e] grande lo culpô, 
La ooche los mandô, al dia se sûpo, 

En Qingnno de nosotros harina se topô; Empezô... 

21. ftepôso no tuvfmos ni una hora, 
Tambien no nos dejaban lavar la eâra, 

La noche contaban hora por hora ; Empezô. . . 
•22. Santo y bendicho 1 él, tûvo cargo, 

A los once dfas nos rigmio 2 en luego, 

El que harbô 3 Û^TIÏT, presto se ahogô ; Empezô. . . 
23. ïib^cn hagâmos al Dios todo Israël, 

Nos quite de ansia, nos mande el bfros, 

Cantarémos cantar nnevo bionn V 3a3 > 

Empezô el ano y sus bendieiones. 

Traduction. 

1. Louez Dieu unique et vivant, (quand) Tannée finit (pendant) le mois 
de piété *, exaltez-le à haute voix, l'année a commencé avec ses bénédic- 
tions. . . 

2. Le onze Eloul nous avons subi des tourments, le 22 du môme (mois) 
a été ouverte la porte 5 , on saluait par portes et fenêtres ; l'année . 

3. On est venu au temple le jour du lundi ; avant ce jour-là ils ont eu 
une entrave 6 , les Juifs ont vu (= constaté) un miracle doublé d'un autre 
miracle 7 , l'année a commencé. . . 

4. Cette allégresse (provient) de la grande délivrance, le Dieu saint et 
vivant a produit le salut; avec une joie immense ils ont dit la prière ; 
l'année. . . 

5. Des actions de grâces ont été récitées dans les dix-huit bénédictions 8 ; 
(la prière) Haggomel 9 a été dite par le public et (même) par les enfants, 
(qui ont offert) de l'huile pour le luminaire (et des dons pour) l'aumône; 
l'année. . . 

1. — bendito. 

2. = salvô. 

3. = heriô. 

4. Eloul, qui est considéré comme lo préambule de Rosch-Haschana et de Kippour 

5. De la ville ou de la miséricorde divine (cf. l'expression D^TSm "H^IU) ? 

6. Ou calamité ? Dans la dernière de ces deux hypothèses, le sens est simple et le 
mot D31N aura été employé ici, pour le besoin de la rime, à la place d'un autre plu s 
convenable. Si l'on admet la première, cela pourrait signifier (pie le 22 Eloul 5546 (?) 
ne coïncidait pas avec un lundi et que, au lieu de fêter le jour même de la délivrance, 
l'on en aurait ajourné la célébration à cause d'un empêchement (051N) quelconque, 
jusqu'au lundi suivant. 

7. La double délivrance du pouvoir des insurgés et de la garnison. 
s. Le Schemoné-Esré. 

9. Prière récitée par ceux qui sont délivrés d'une maladie ou de la prison, ainsi que 
par les voyageurs de retour de leurs pénibles migrations. 



QUELQUES POU RM LOCAUX 121 

6. Grâce à Dieu, dirent plusieurs voix, le temple esl illuminé par un 
grand nombre de lumières, la (participation) aux cérémonies religieuses 
a été achetée avec des éclats de rire ; l'année. . . 

7. Les non-israélites sonl venus nous féliciter, certes nous craignons le 

Dieu \ ivant, il a opéré le miracle de ne pas nous laisser tuer ; l'année. . . 

8. Le mérite des enfants les a protégés, (car) ils répondaient Amen aux 
prières) en fondant en larmes, ne laissez (donc) pas chômer le brillant 
Talmud-Tora ; Tannée... 

( .). Le rabbin de la Communauté a lu assidûment, il a mis son espoir 
en (Dieu) maître du monde, contentez-le et croyez en lui avec ferveur ; 
L'année. . . 

10. Ils ont aussi jeûné, et leurs familles ont beaucoup prié, elles ont 
invoqué Dieu, qui est unique; l'année... 

11. Ils voulaient bien se promener dans les rues et les champs, (mais) 
les mauvaises épines (= les ennemis) ne leur permettaient guère de 
sortir, (aussi) avaient-ils des accès de défaillance et de fièvre ; l'année. . .) 

12. Dieu a préservé l'honneur des femmes, (c'est) leurs bonnes collectes 
(d'aumônes) qui leur ont servi de rempart, soyez sûrs (de l'efficacité) de 
la distribution d'argent (aux pauvres) ; l'année. . . 

13. Aux flammes ne fut pas donnée la permission (divine de brûler), 
les anges du ciel éteignirent l'incendie, tous (les membres de la commu- 
nauté se réunirent dans le temple saint; l'année. . . 

14. Voyons, mes frères, ne nourrissons pas de haine, en un mot 
liez -vous par la concorde, pardonnez-vous vos offenses réciproques; 
l'année. . . 

15. Ne vous dites pas : maintenant nous avons vu la délivrance (il 
n'y a plus besoin de s'inquiéter ni de prier), avant l'aube du jour faites 
la prière, récitez-la de bon gré et vous verrez s'il y a plus de souffrances; 
l'année. .. 

16. Dans la détresse on a distribué (aux pauvres?) de la farine fine; ils 
l'ont acceptée, si peu qu'il y en eût, de bonne grâce; pendant plusieurs 
jours ils ont fait maigre pitance ; l'année. . . 

17. Encore se concertaient les méchants soldats, le rabbin Jacob vint 
et leur donna des ducats, peu lui importait la monnaie pourvu que (ses 
coreligionnaires) fussent sauvés ; l'année. . . 

18. Sauveur et rédempteur est le roi couronné (= Dieu), il a déjoué le 
plan qu'ils avaient concerté, le prophète Elie de bonne mémoire nous est 
venu ; l'année. .. 

19. Juste est le Dieu unique dans le haut (du ciel), il nous a accordé une 
grande force (qui fut) de bonne augure, les soldats étaient d'un détestable 
caractère ; l'année. . . 

20. Tout le mal qu'il y avait provenait du grand (Motuch ?), il les envoya 
la nuit et on le sut le jour, chez aucun de nous il n'y avait de farine ; 
l'année. . . 

21. Nous n'avons pas eu même une heure de répit, on ne nous laissait 



122 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

pas même laver notre visage, la nui! ils calculaient heure par heure ; 
l'année. . . 

•22. Le Sainl, béni soit-il, a pris soin, à (la fin de) onze jours il nous 
délh i'a sur le champ ; qui a battu les Juifs s'est vite éteint ; l'année. . . 

2:5. Tout Israël, raisons des prières à Dieu, qu'il nous lire de l'angoisse 
cl qu'il nous envoie le Messie, nous chanterons un nouveau chant lors 
de la construction du temple; l'année a commencé avec ses bénédictions. 

6* Le Pourim Saragossi comporte une Meguilla, traduite ailleurs 
(Revue des Ecoles de V Alliance Israélite, juillet-septembre 1 901, 
n" 2, pp. 148-152) et dont l'original hébraïque inédit (nous le 
donnons ci-après, pièce n° 3), au lieu de venir en Orient directement 
d'Espagne, y est arrivé, d'après une conjecture de M. S.I.Rozanès, 
par la Sicile. Pour ce qui concerne la vraie date de l'événement 
qu'elle raconte, j'incline vers celle de 1420, qui cadre singulièrement 
bien avec la situation précaire, créée aux Juifs par les persécutions 
de l'archidiacre Ferrand Martinez en 1301 et de Fray Vicent Ferrer 
(1411-13). Le renégat Hayyim Chami ou Marcos est le digne émule 
de Paul de Santa-Maria de Burgos et de son élève Jérôme de Santa- 
Fé. Aux villes où ce Pourim est fêté ajoutons celle de Janina, ou 
se trouvent, me dit-on, de nombreuses familles de Saragosse. Quant 
à celles qui le célèbrent à Constantinople, en voici les principales : 
Bar-David, Ben-Ghuchan, Besso, Bosnali-Béliar, Casez, Corlès- 
Habib, Pinehas(?), Romano. 

7° Widdin, où l'on fête (au mois de Marheschvan) le dimanche et 
le lundi qui suivent le samedi de la section Lecli-Lecha. C'est, 
dit-on, pour commémorer l'heureux événement que voici. Selon 
le métropolite bulgare, Suffurin de Vratza, Osman, nommé Passva- 
noglu ou Passvandjik, naquit à Widdin en 1758. Son père, Omar, 
seigneur féodal dans la région de cette ville, s'étant insurgé contre 
le gouverneur Malik Pacha, en fut puni par la perte de ses pro- 
priétés. Osman s'enrôla dans le régiment des Bachibouzouks, pen- 
dant la guerre austro-ottomane de l'an 1782, ce qui lui valut la 
restitution du patrimoine paternel. Cependant, pour assouvir la 
rancune héritée de son père contre le Pacha de Widdin, il recruta 
un millier d'Arnautes, de Kirdjalis et de Janissaires en 1704. Le 
Sultan ayant expédié contre lui, en 1700, environ 40.000 fantassins, 
sons les ordres de Mustapha Pacha, Beyler-Bey de Roumélie, 
Passvanoglu lui en opposa 80.000, battit l'armée ottomane et 
conquit même les villes de Vratza, Nicopolis, Sislov, Roustchouk, 
Sofia, Nich etKladova. En vain l'armée ottomane revint à la charge, 
au printemps de 1700, avec 150.000 fantassins, en vain les Turcs 



QUELQUES POURIM LOCAUX 123 

assiégèrent, pour la troisième fois, Widdin en 1800 ; tout fut inutile. 
L'armée de Passvanoglu, sous les ordres de Kara-Mustapha, ût 
même une incursion dans la Valachie, où elle s'empara des villes de 
Tchernovitz el Crajova, qui ue furenl renduesà la Turquie qu'après ta 
nomination de Constantin Ypsilanti connut 4 vôïvode de la Valachie. 

Sultan Sélim III, voulant introduire des réformes dans son pays, 
lit la paix: avec Passvanoglu et Le reconnut comme gouverneur à 
vie de Widdin, avec le litre de Pacha à trois queues. La paix fut 
fatale à ce héros. En effet, ses mercenaires, ennuyés du chômage 
sans profit qui succéda à des années de troubles lucratifs el de 
pillages, désertèrent sa cause et s'enfuirent un à un. Le Sultan, en 
apprenant le vide qui s'était ainsi fait autour de Passvanoglu, lui 
envoya des cadeaux, parmi lesquels une épée empoisonnée, qui 
inocula le venin dans la main de celui-ci au moment où il voulut 
en essayer le tranchant. Le médecin juif, nommé Cohen de Salo- 
nique, qui était à son service, accourut et conseilla de lui couper la 
main, avant que le poison se propageât dans le corps entier, ce 
que le Pacha refusa de faire, en disant : « Je préfère mourir plutôt 
que de voir trancher cette droite qui a accompli tant d'exploits. » 

Le bruit se répandit dans la ville qu'il avait expiré et l'on accusa 
de sa mort le Hekim-Bachi Cohen, de connivence avec ses coreli- 
gionnaires, ce qui servit de prétexte à un ramassis de vagabonds 
pour saccager le ghetto, et aux Agas pour concerter le meurtre de 
tous les Juifs. Heureusement, Osman n'était encore qu'agonisant et 
il eut le temps, ayant entendu ce qui se passait dehors, d'appeler 
ses conseillers et de les convaincre de l'innocence des Israélites, 
qu'il sauva ainsi d'un danger imminent. 

Celte délivrance était autrefois fêtée, non seulement par le 
chômage et l'envoi d'aumônes aux pauvres, mais aussi par des 
excès de boisson, ce qui lui a fait donner le nom de « Pourim de 
los borrachones » (des ivrognes). Quant à la date de cet heureux 
événement, il y a divergence entre Suffurin et le récit juif. D'après 
le métropolite bulgare, il aurait eu lieu le 5 février 1807, qui 
coïncida avec un lundi, 3 Adar I, 5567. La tradition israélite, au 
contraire, le fixe aux 9 et 10 de Marheschvan 5507 (= 22 et 23 octobre 
lSOtï), lendemain de la lecture sabbatique de Genèse, xii-xvn, comme 
nous l'avons rapporté en commençant : on aimait trouver, dans la 
Haphtara de cette section, au mot ïtos* (Isaïe, xl, 29), une allusion 
au nom de Passvanoglu (Osman). 

Voici maintenant la version de M. Albalel : 

Pazvantoglou est le fils d'un certain Omar, Slave de Bosnie, converti 



124 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

au mahométisme. Cet homme vivait à la fin dn xvur 9 siècle. Dans une 
guerre contre l'Autriche, il se distingua au service du Sultan, lequel, pour 
le récompenser, lui lit. don de deux villages des environs de Widdin, avec 
le titre de Bach-agha. Cependant le Bach-agha Omar, s'étant un jour pris 
de querelle avec le Pacha de la ville, se laissa aller a insulter le gouver- 
nement et la religion musulmane. Il fut disgracié, ses biens furent confis- 
qués, et il mourut pauvre on ne sait où. 

Son fils Osman s'était enfui avec lui. Il s'engagea dans une bande d'Ar- 
nautes et de Kirdjalis, gardant soigneusement son incognito. Il intervint 
dans une bataille entre les soldats du gouvernement et des insurgés, et 
aida les premiers à battre les seconds. Il se fit alors connaître. Sultan 
Sélim III lui rendit ses biens et ses titres. 

A cette époque (1790), le gouvernement ottoman s'efforçait de débar- 
rasser le pays de toutes les bandes qui l'infestaient. Osman (Pazvantoglou), 
qui avait été le chef des Kirdjalis, dut se mettre à la tête de ses partisans 
et repousser les attaques du gouvernement. Son armée était nombreuse. 
Il s'empara de la ville, dont il fit périr tous les notables, et étendit son 
influence dans les environs. Plusieurs fois, l'armée du gouvernement vint 
assiéger Widdin, qui résista à tous les assauts. Pazvantoglou lutta ainsi 
contre la Turquie jusqu'en l'année 1806. A ce moment, la Turquie fut 
envahie par les troupes russes. Alors Pazvantoglou fît sa soumission et 
alla se battre contre les Russes. Il mourut peu de temps après à Widdin. 
Il fut enterré dans une mosquée, où on lui a élevé un mausolée. 

Pendant tous ces désordres, les Israélites eurent longtemps à souffrir. 
Ils furent donc heureux de la fin de cette aventure. C'est pourquoi ils en 
gardent le souvenir, en déclarant jour de fête l'anniversaire de la date de 
la soumission de Pazvantoglou. 

On célèbre encore à Widdin, le 2 des mois Adar I et Adar II, la conclu- 
sion de la paix (1878), après la guerre turco-russe dont nos coreligion- 
naires de Bulgarie ont eu à souffrir. 

Les deux Pourim de Widdin dont il vient d'être question n'y sont 
commémorés de nos jours que par la suppression des Tahnounim 
dans la prière. 

En dehors de ces Pourim de communautés, il me reste à en 
signaler encore deux qui ne sont fêtés que dans le sein de deux 
familles, l'une rabbanite et l'autre caraïte, pour commémorer des 
aventures survenues à leurs chefs respectifs : 

I. Celui qui est célèbre'' par la famille Méyohas (ou Yohassin) 
de Jérusalem et dont on ne m'a dit ni la date ni l'origine. 

II. Le Pourim fêlé par la famille caraïte Yérouschalmi de Cons- 
tantinople, le 1 er Schebat, tous les ans, en souvenir de la délivrance 
de son ancêtre à Damas (quand?), où il avait été mis en prison, à 






QUELQUES POUHIM LOCAUX J 25 

la suite d'une calomnie, avec ce mot ironique proféré parles gen- 
darmes de police: «Tu ne pourras recouvrer la liberté que le jour 
où tes souliers de maroquin auront vieilli», ce qui équivalait à 
L'annonce de nombreuses années de captivité Pour réaliser ce mot 
à la lettre au plus loi possible, il changea ses hottes en vases de 
nuit, ce qui les lit vieillira bref délai en raison de l'usage fréquent 
qu'il en faisait, et il fut mis en liberté. 

Constantinople, mai 1907. 

ÀBR. DANON. 



PIÈCES JUSTIFICATIVES 



PIÈGE N° 1. 

Nbttîi s-TTraiBi ymxû ta-p rrrnb ,n»na n"i nj>a lapno ï-rapn 
.Dmau by la b^b «biai n:nn na -ittib 

■>3N ws imatn ^bs pit na ïirraœai nb^a 'ï-j ma* ûrn i-« 

: ï-p m»*E ^-iso&n r-pn« tj maa t^b 

■»b mon erben maat aab boa 'n rmN 

■nbnpEi ^nbnp b^atNM a:n bv*n *— nz3« 

la* vi r^nnam n\-in ni bbrr r-naa d*i "p-ina -n-rb dnt aran 
rrboa n"ann naraa ra nsnb .nmnnb i»np nsiï3 rw6ij * Nsb« N372* 
nmabn waam mm dw nnann Èrra^i rroba va rraiss* manba 
r^parm inbio ann û^^i .rra-iain *pE ï«ttibio ^«tabn» pai 
iab i"-n73 fant -T-nD^a — îwifflam hidti nasan "nian dn rTamapa 
ï-ïanban b* ■m"vr*nsb man ^bia "noab ins "1072*1 *HNn aba 
-n^n pia n« pTnb ->i"ibTJ iFsnpan a-varana Pian *p nasn 
yiwsn isot '-2D by m an rmaima ann aa^aia . r-rmain maabi 
r-naab tman fcaTOTP vn nava d't> toi inan nnn r-in^n y-ism 



126 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

tzn^T d^aas anbïibi r-n-pan -nanb an*] ♦ta'waa pia^bi m?:nrn 
tovam mbenn mnnî] an?ai tapissa «"^loiom d^bia^a fca'VBi* 
mY'^Tnett ^d ba> rs rronbEn ">an£ ba miarbi a^aa&n mnp nwirrb 
t-ra av ^-na ûnvTBTdn Sa* Twn ta^imn pn aa .r-i?ûi"c: np^n 
' — 173-iu: iuj^ »bi dnr «b rs:n ; ï-rsrt phni naïi nne* na av Triai 
■wm ^naîan mY'^TT-iar: "wa rrît-r taa>rj "jn n« ps 'm bto^ 
r-rb-^Ni maniai «'"wm yn^ ^apî» «Vim Y'^aiiaaa 'ta* 1 » o"ipnn 
■wai pan iT'^n^ta T»"ant33« ipnwa "-p©"*» iiwn a^pr; -wai 
ï-ibnna laiariai ion nrb» ib-h ia">ba> a^bmm a^ann vîti bwifl 
îpb *\p ipb ip isb i£ isfcb is ^bN la^b? dbi* "i-naan abi a^mai 
mai •p^aai ï-nw "nati a^n. ^Tarna nrri a an .cïï t*î aia -t?t 
tapiN i:p^i .û^bb^iNM d^limn pn a^a^na* rm ïw ban b«OT b* 
ir^jT Nbi laaian ab nia** anan r-nb^ba» iapiN d^b^m tzrban^a 
ïi"-p fiTnan anptt ba» .amiir "n "prr^ip ibaNi naab ba> nr\by &*bi 
tapiN iaibia-n taîrnanb ab i?:ia «b tap-ua^ai anaianai cancana 
.taab ba» nrno Nbi uwid »bi aaTN na i^n abi aana "nn&w 
-iTai a-nim nwn a"an lapbnpa ibi w aNù«i*T3ip rm ar;n tairai 
ia"na S"t )"vvp Taio na"nn "paaba irtanTa a^naa mna a^nanïi 
bnnuïm ïrrs bi-!pn *a-iat baa iai7atta prm a-^ai i"at* fcwnn jwb 
m-naa loaan "nna awiTa aw "naa> ab n"nyai nsaaa masn wata 
.pairs Snt^ irsbabn "jannb a^m id p^?2 tun vôn pn ribm 'îsn 
©mpn bnprt an^ ^:ab ym^i ^anîa aau:^ imb» b« îip^n 'r-r n^ 
^pna ,-ipaa nan ïianN ; ah^a c^biy par;N rua: ïnan« artN n^N 
fcaïros i"^ p"pn i?d^ ^b^ ^a .a^Ti^^ba yittob iTwN ^rnn^n ^npa^ 
■*b? bapb ^b laanp"» taiiabai ars^Dn ^jipd^i ■jifflimi av ai" 1 ^nw\ 
r-iNitb PttN w«b ta^a^s: n n ï-n t^i»na lîatnw ini ^a 'nn r-nTan 
m:© rr^a nrn an .ap-vab Mi3>n lasb iitt^bi arma* nnyb Nabi 
nsatim H3T172 bizyi an miu naia n^r:\a ifijT a^^rr ■»n^ , n ainn 
niiioa oaanb ^n^"ianb "pbia^ rn «b ^in i»n waa a^ ^bnsi }V2K 
■^pi^ias ^b -nns Ti^n» «b ^a:^ aip?3 ba73 .iD^sn^ a^ann ^sa 'Tan 
■«rna^ «b *wn *ov 'n nTaNT ^apa ba 'an N^n-ai apiapab Tinnyan 
p-nb rtby ^nnn ^b tz-^n?:*iN dki pa ^a^Nïï ^3N 3>it' "nan ryi by 
ib i^n man rnan br n?ai i"p tanai «bn Jipj'Tai a"y nbi3> ">3N 
ta; .b^nia^a a^i n^i uj^np bïip pyi bs> i"p p i''p nayb taisb 
©•n*n !"ï"n nanu:r: 'ai ^-n ^n-iati d^pb^rs rriaa» ht nTaiyb ïtt pn 
N^ ^Tai pnai n^^a rrarp p a^na*i tannaN ^a; toia ^m?: aprr 
pipb i^ano»© l^aT: "iT3»b« n"ws ^aiDTai n^7D aa iz^i a^nai taib ^^^ 
■pmoïï 1"»n b"nab. a^N g]b^7ab Na^N n^a^ai a"a> bTrab pano?a v^ 
ibbn a^np^n d^teNKn ^ra rpa qia .rj^ai r;7:a pn.N ba» a"ôvrab 
t^ït>i Tin* 1 m73a^ an^by ^a^ »-np ihn HTTan nna mu ^n^n ia7ap 



QUELQUES P0UH1M LOCAUX 127 

î-tannaa «mpn biipn nanabi naraan m' s \an nanabi .r- id-i^n -hi 
"cn bnpn b w \ ^aan ^aan ">m»tf .'Tan bia»n biaob 15331a vpwtt 

.■roiaa «np 
isw Y'ar û^insaïra natpi Rcn «tv n"nn7a !ib*an vusaiu Dam 
wnw n«îai .anw vnas «b ainan» yin nn-pïï -oia ^b nnb lama 
-irw jYiab rpa «i bas ht ïnab qoa y»« ,S|03 "p« aan *pia»b anb 
v« i-ow nnb -oais-i îassa» aon naap ira» Nin abri ^as irra jwai 
t*ôi -npn ^ai?a Tioaaai Tibnnn n"ann nanarrai .raeb v»b*Bi 
bas ^73^3» n« "nbaw «b -nDea baai ^aab baa «bx &mui">3E to-naa 
aa ba»fci -para "^aa tnaia yana ïisanbttrï -jot w ba-i bjaan n-nca 
mp-i ann labaa aa-na w^i ri«'nb"a:3ia"< ta iaip!i ï-n-iioa vmia it 
,'n ^abasn dbsjai ^ba» n^i ipna-ia nTaai ■£*» voia mm n'mba 
mat ,rtb«n marnai mbrran bab "nai wi"i «b "aaio nvn aan 
Tnbatîi vnad iïîn baai "ô "1*7733» ta^npn \mn^ mari aa^ann 
^n iptaa dnbidi pii: n;aaaa n-ûN* ion aibiab inKam anbiab Tiaaaa 
Dtm wi .dnbrc dTOîib &6n Na imb» "p^ ^a nr»tt ûibiai ma» 
a\\ -na*» aiaaai ï-nrra ^n; ïinai ,mn naœ bu: "îtOwNt av nfcna t"^ 
■^,2372 dTiîrn ia^au5^T8 nvpwnBn a^^Ta S^na i-ip «n-iai man 
ab*n imb« an7aiZ53 .nrpana msnb naaab n^p?û bnprs ba ■jpt w 
inam maa*7a via-iNm ,maa>nri bVmn mns ba> ib nan irnwa "pas 
d*nb mwn n« mmb vadb inaannnri vbs vnaan mwn'nBtt r:sb 
Tpt 13 aaa^yTa iba ^aab a^ara aa->^aiam .riTauj nas sbi "nnTa 
rn^a^nr; bbnbo nvn ari .la^brna nn^Ta tn ^7a^y mn taa*»73iainn 
t]Ni «nmaa «n^aTa nn-p ibat« n^rt "jidd ia mniobi bawibi naTarr 
in panoTa ■•n^n un ^b ^n^n N-nam bman a"m"> n^ayn rr^r; ibN 
■*ms-i xb NmcaTa Na^a ^an^ai ^ï\ ^a aip?: ba73 ,ï-ïTn aip?:a 
tma^s *iaar"»n^i .^i^iar; ïY'aa nt ba> V" 1 ^? ,, n , '^i'^ iy ""lab imia^b 
rr>aynn nN nasb^a a^^n l aa^aan ba bbnb iTa^aa'n aa>n Sa 
D^ipm nai-jb na'an a^pb^ rr^nb imaaian nanaNi .nriN ai^a ymabn 
»b« bfimzji na na7a ri"aprî i^n iTaNT "a-«pb ©mai naTab riNian 
p^ nba:n Sniidi n^ ^ana n?2N3'a nbnn. HwSid-i ûïib sna p aa 
iNafi a^iiîrn ba n72 ,, a , an npaa npaa naTan n^a^nai .'iai aanaN 
■>n^aa TwS .qam a^aarn trapïfi on ^a brjpa inNiaa ^b brvprvi yin 
aanb nnb f-natTab ^nabm a'a o^ai^ aa^mn^n vn® aaip7an p 
bipa nbiTan bip tutsio pi^aa ^nvnai n^a m? anbn i^n "<a ba«b 
■pan ûnnnN nann^i a^ba-i?3 û^as iNataa 173^ inairJT b^n rr:n73 
— ::^t a^-nr;-- misa ~:nw\ v "ja^n .iNSTa «bi ivfi baa rapa^ 
: v ::n- yiTaïaa -bnpn û*»Nanai a^aaaa û*vai:nn mnaro a^aax ^n^n 

1. û^ffiaNTr. 



428 KËVUE DÈS ÉTUDES JUIVES 

ta:a> a^-nmn n^ ^a ùn\sin -priN bt* îcw m73îm iwn tanb nrm 
aa-mmn t,ni ûiiabia bvmn ianan nw« "i^n m «bn aa-Tanamn 
am ûiata» aa> îanmi ."pa» laN^Tai a^ia-nmo lanaa rna iaa un DiMtwa 
" , n?2ib?2 ann Tins aaba a"nsari7a ta^am îanaTam 'nw ^ss Sa 
"iitn ,fcamn n?3i orna 11737; ,tsna n»nm ima imn »*»8 n»nb7a 
y-iNn ba tn msnb ^a d"n»3Kn watin "pMÉn "ibnp-n -bnpa iaaaai 
ï^b an733> m an rmnai nanai ï-nsab annn aa^iaca nN "pa dn IwNd 
amaaai a^imn 117372a ama^a» nN iana ^a ,amnan nis yn^n b-on 
vn ta^a© a^ab abiai ,fcarrma^T7a ba a^pbN nna y» ,ta!rpmaaai 
.iiy nar «b a73iai ■naja amaai 12b i-i73N ^aiariTa 
tar»iBia>fi û'wn a-mmb mbmb anb Kiazjab marra piiaa vmnai 
haia mravrn nna ib in73ioi ^ba» a^ama 173m p73n ■rçixn i-iaNbwa 
rnanya ^n aa men .nr?» aaiir^v aa^nnm i3733> î^an aa^nmn 
îaann b« aamarra *ba> aman nma maya p aaaisna anb wran 
"•bip mtwq'hïi ha-npa oaanb wbTiniaai nrra'aa tan73a> mnp*n bba 
.i\aian ba aamm ^b^ wi*tp abi ta">ban?an nania "ra ba f<npNi 
laai nanna bipa îanp saaba inb nm^i fca'naan b« anprra w*m 
aa^aan ba \ac2m .""nan arra ia»a?an ba imam anb imam pnna 
mpanaci main fmnb ba* inaram imaab b? mesura imna Tins a 
iaa»m Nbi ia^n Nb ^a iaa i^an b» ^pa an îaaian ba taamaiyb 
î-in^na «b nraa nias nfcnaap mbnpn nbna np^ir ^m i-raiara 
maatt û^oa n"r N^aan n73wN73 û^ann la^mai^a lanbnpa û^pna tni 

.Ti73nn nN 
-mnai lan^aa i^ai ib^i a^ncaa na« rcy a^naT:n a"»i3n 1173m 
ipna Nb^: aip?3 n^^D Nb nrmnwDtt.ai la^manai ian^?a b^i iaaa^?3 
m^an mnm ta^ai^b^n rn^an mna innD sb© wn« iman t^bi 
m^p t]in-jbi t|ianb ibnm aa^aaro i^a aa^aibnn *iyn ta^amnnn 
-pn ^1733 ii73nn Tn^nai -rayn i-173 anb *-\72w ^m aa^aaaan73 
,3"iannbi Niab aarn a^anTa i^n mai? i?3Tn nnc ti? bai aabm 
Va^Ti ^sa Nnb?3 ny ,-n* b^niN n73 'n nxtt n^nn pnt mn Tin73« 
nr^Din mn^T'i^nob ^nn7:Ni ">nnb© n* 1 b^i ^ama nn« ^i^ ■'bat» 'n 
a^n73 laba ^a y-i «ab nn7373 n;a^ a^i ©aa na> a^73 ^ansaN ^a ^:nwx 
!-iD»b7aa a^ai^n aa^iin^n ba» n^a mn nrTinrm *yny riN^m 
h^y aam nnm n.xap n^rn niTanb-Ta ©^Na -pa?:n i^bN Nn niawai 
D">bb?aiNn a^mmm .bnpa Nab vn^i m^aisi i^maa iizy np^i iaia 
mn^^i nTaaa maria ama» ,n73ni a»ma>7an aa»7aiaa nssbTaa d^i^ïi 
aaN m73N^i ambam an^i^ isn^i .an^a^y nvma iba ,n7aroa an-an 
mnam laam ia^ba» ica^i nan n^^aa d«i ,ma>a na»nm n^a'n ism: 
mma'Taa nan inso rian nn.N taïasab iaia^i ,yn^n 173 ia73*a îhn 
^a'i ima ba» ©w 7 n bws aab para: aa'aTa mmacwai minna73ai 



QUELQUES P0UR1M LOCAUX 129 

lOTOea s-marn p erpaRn bs Dna>-i© b*m rnisà San voa 
T5 Tflnb "raan — injar bnpa nm-nmon n&oaa wi ."ittmaafi 

•jd \n-i735o ca^b njraan Srtpn nnaa Birprra ynn inNnpb *riftjm 
fnann Va imanan bnpa N-ia^i nnÈ'n .run ara bnprr ba ybia^ 
lann *nfc 50 bM n»Nr man ddn na-n bm aa7ainia:n bnas ann 
pnr «£•< s-rmaa simaa nna-:n iann ba nNTn ribasn pn imn Sn 

■w ,cyr3i3 a^inp "lanai Dan?3p3 rw mpais "«aNi ^"irpari aD^sti 

.Darn'otiti 
.mal jeié yt* a* TTNTa r«i a->u;p7: *p&o icmpa -irna *nnD 
airb -asa a*»iDa aa^TN iegn snn "jnfi iTaan samba nam qarn 
ûmnianri lobwi tb® T»*T3"bENbb îarn ban njïDïm brjp ab ^a anr 
îbnrh nmba* ■ î m*pT*i»n nns bea téo ,arrau; a-rspb marra ibnm 
la n^p iTDen Ta .brrprrE aiana :a?73 a a» ai nasbi rïa'nmaa nnpb 
îbbarrrh ama . la-nan nanbnpa "îa^ama tr^ato ancai û^apîm sa^an 
^rm^'nsn "asb ia"np*n ana saobana naib a»ttna mb^bj ta a 
anaa npaa npaai rr:n npabi ^aa ya* anra .D"maarr maa anb© 
S-rrnrori nan rpa .SanbtDb amnab intm nm arib anpr aanaaaa 
rmara bnprta ynn t^inn ara Sa"*inmH ba "laaria rtmri rmano 
■nina pca fibtïa ynna sa^aatr rrr t-*b ibaia rvnstsn nn^snn 
amana rm D^baio vn ab tanbio D*maarn a^aban anaai û^nmrt 
rrr abiab ^a taman naa ûmmann ne* an aa a^Db-na tài saraa 
— iraa ^a omatoai omwa an-iiaa m»nabi .Srpnaa y? ^ba can'^ 
tar:73 nnî<a V'n DWT3 *i^n zni tnan p nnwN aiD a^aw n^n «b© 
.^irpn bwx ni:pn p bnp- ba a^amn rn T'Ta anau: ppa nb^sK 
•CaTOpaia an rcïnr ^a ca^bsi i^nœ Sn-iid^ ^NSiui?^ -iwua rr>n N5i 
ca-b -laibi ana w»b aaiN ns:723 ^bi Snpa i»atî tamN-»a aa^ 
nain "pai a:i^na a^nan baa "nusmi r\vro bnaa i^a nann» mwp 
ansai ta"»aiann an":TNa lann to^apTm riaann o^oam nan taarr'bN 
aa^a:r: inan?3 DîT^atKa man nmanm arra^a»b *jmz3Nn nynciû D*nz33fi 
n"r aann ■•nTafi'TDai .ûnnn naaci ann n: ans bv? nab niaisaffl 
nanbffl nanb nnai mT^n^^ncn Na ^ra ">a^ai .ana nau:n nan iiœbi 
mn: pai arr mns r:n ce: ^ma Hrnpn i?a DN^atim \l\nh 
hiTirn N-inn ai^a nbma nanœnn nm -n in^s lanbnp rna^piai 
iab Tvrro 'm Kbib barrer «3 n?aN^ 12b n^nc 'n «bib .'nb bbrv} 
*ih i:a dsm rrnnna iaia»ba aa^n -tn njbw e**bi an^ na^by aaipa 
tbtoi .aan^rab qn-j i::p: «bffi 'm n;"na DWTTh a^n isidgc a^Tan 
m^n^ aN n?aNb "*aba ^:^n ,, nn7:ws tith binan a:a "»naaianm nr^sn 
■•^72^72 baa anrvwN njbin ^a:N n«3N nin mnrca ^anTaffii ■'iTay a^pbx 
pn yiapb f'at^ oœ "•«a» ny^Ta ^rnp n^naa:i Snpn ^:pr ar ma 
v-iint mmnb nr.Ta-ci nnœ>a Dr tw nitt3a»bi -a7:n Drb inari 

T. LIV, h° 107. 9 



130 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

1731 TEn iioéo wi .'m mpnr* ïna'i l^wb Nmi73a N3N ■■cot un 
w iN3 i3i:iN3 3*73103 mnn bipi yian TttTn nan naa*b rranbTan 
/wnainia nms "pai pnxh ^ni yna *pN aibion 1731 i«a rmprori 
s—obe* ipitoni *»b iara ^d ia*ii insio ixs iion oipa £31731 \ii3T 
■?i»N"i oa* ^ni3nn3i ïY"i' ana '*"* 3 im*ia iion ma na obwi r>« 
,133b oa* iion baa ht bar Dnba*33b vna-n "Tav bnpn 
fs-rb mna mi n"ioN naio Ti7an n"no mn fnaœ la^aion tava 
ï-rottm DiiiBan ,eaiiiaan N3ir.n ba pn bnart r-raa NipNi nSofin 
nu- yi3p3 ipdoni Tiatap 03*310 ûiaiazp?a D*wipttfi qiioni d^D3» 
î-nrra oai 'n ^:3i3 n"D 1? iion 13* an □? iaa*i iaib ï?aioi 
.i-isb hd niTari nabanaio la* a^an tayn 1173:173 idons yirn-o 
rmab niNoa usioab" m«oa laioi au; n"33 bnpn lapj ba laoNmi 
rnpiax isrp oio onian pNi nbviaïi oio o^nan aa* amsn aïo *m 
imbiNi imbN ça"»! nr:?or: mba*a "»n*n Snt^3 i3ins mpiai 'n 
ijin 1313*73123 1731NI p'Ni loipn baina inaioii bTaian ioni b« nba» 
•ï-i labTaa — i£n ba Sao •piba* 17310b i73Tbi 'ï-ib hmnb 31a 1733*1 
•jimNbaaai 'î-i iona oiiaaman na73 ma »bi iiion aman 11731113 
bnpa o^vn losaaioa T"a&m naioa nnnb n"i3 isnbnp oa* no* ipn 
apa*^ ipba mi07a 173N7331 i3 rrvsiobi hth Dvb iot mioa*b tab iinu 
^nai ,13 nrraiosi nb"»a_a 'r-i nioa* aavn ht '-aNiiûi hitst 03^3*31 
saran-p 317313 oma-a» maa»nnb noNb bisiiONin a^aaTa tarama rrra 
mban iiTobnn piaba Nnpsn «irn a^a^ t« anb nu5a»aia "^sb sabx« 
^137373 Nbn N^nn ri^ai 173a» ^apT i^a ^733» m:i n:n3i t-P33*n 

/n awNa i:n D?b«7a 
.amba> p^nn^n nbspi i73i^p an^aTsa nba» 133^1251 an^aab 1-13*1 113131 
«mnan Ni~i3in NiasiTanNi N^aaa NïSiip «b"»np iana ba irja»inii 
Imtomi «b nbia* iri nn^Ta «anbi "jetaTaia "ion «apnbi a^p NTai-pb 
la "173 «b Nbi i^2d ba* 13 biD^b N"a*i Nina»p -p"-p lanbnpa ina aie 
maarinb aiN niaiv t.bi nn73Di ■jTizaiza or n^n^i nnnb n' s a r-i:nn 
'n i-jon aniaab iidoii i73ipi nbii 3133 fnnN in ia»ni la» 73b 13 
aniQ73 "i3in naïai «bi oa ba» oan 173112511 hth ara 13733* rrvy nira« 
taainTsiyn bnpn m-iNta bai .yiNn 173^ ba n? aa-jinnN aanr ^3731 
ba i"i73Nii nnN bip aa»n ba "ja^i orppb» ara an aa 1-113*3 n-iT3*a 

.n's3a*3 ornai nia» oinain 
-iroNii i"^i i33ian ia"'iii73bi mtoa n"a3n 3133 «1^31 ]pin n3a* tn 
n3n?3a ï:^n in« *]iroa 173 i"a&i a^33in73 ina ba m«yb a^3*3i ai^^: 

{-13333 HTH Bli3 13 *-l73Tbl 111133 in-11331 'n 103 13 TOTn? 11i 

iniN nitt5a*b innn73i imai03 N3 -nnN inn73 «b 133^1 : bbonTa oiaia 
aina Nin Nbn i3P03aa laipb^b 13 1311101 iba» nsiran ipb» 113 
i33N *impina*nia oiiin*> rx? marnai bnan a"nan bio n«"i3Tna 



QUELQUES P0UR1M LOCAUX 131 

airab vnBmD n?a Nin nr .îkwi "»pbK 'r-rb -itstn rm©N "»aa« 'nb 
ï*»b ibn —îaaa manaan r^"y snpn brrpn m?aaan nma ï-»n 

.ta^an û^ rittan 
mtDjb K^bon -hbh a^nn- û*wiam D^onaari a^aan -imb aaTaN 
mi a ava aneai nanbfcn *paa ^r ba naanœittï naan7a mx 13723' 
îa-HDTDb ia»a» lanpra D^-paœm 'n îabiarn K^pœpa ù^tnainn 'jtt 
&"»aia T«)a 15533» San rm»a»b e^rbenia nTa pi irba» -nn rroim 
t*«b /lababai la-nat i:n?:^"i ïviwitzj aan it ^nna it vmo niDii:i 
r-naann sa ann ">to rranbttà r— n7a» ino aana i:\arj3 «bi naaia» 
iman Dipm .lïma» ma« nar «bis -73 la^-irtN a\xabi 13b mi»a»ia 
ban n"^ rmion bœ n'^-pb-'axa&tpa traîna an «bn ana mannb ^b 
a^p-iD p za m *marn 'n •'ion -nrsopi Wtt3a>i2 DWH ^m nsa 
13KS72TS m-npm manieron ba neob ^na-i«n atai ^rc "in'^bN "para 
m«n l'an b«n nba»m 'n mpix na»n p7ab iiatan Kiarab nnab nn» 
yaaTa th^t maa» b"*xm rvans nnaœn matania ^-abnnm nauan 
hiwn nba»n maon nao ^nam .bbœm anrrai aanai bbrrai a»aa7an 

■mbibs naana ibi 'n man b« ^a 
B^bi braa» S*b nt vib'wa iapa« nm« 'n nN7a "nbfcWJ nna 
^at" 1 p b"an ann ynN»na i.anbnp n» t-ns b^sno dcd lapant 
rouan Ta» "n^b rm an maman baTa smpn mbnp n««i nanbnp pn 
ÏTan d©i /imaan "îtos "paai ,nTrcnD bana" 1 ba aa» naarn a^raaa 
■»b ca maz r-riD p bînci nn^ aria-n nrwa Hajrna "p 32 "" n3r 
r-ma nmr: DTirrb ,bana jvatb Nai b&o-^ -nTo^" 1 N^nn nran b« 

."ip-n iniau:i nn73^T 
^ni nz^ ï-wrpM naiy ï-t^^ntû iai^ ^nho^ ^217ûn ^ttibttî ^a^N 
wdj it 33 b* it n^a'i: ^^a Q^va ynntx ^iiki vwn p: ronb 
NrnaPw- ^b «n^nian îbffi bai ,3^:173^31 nwsa i:nbnp riN Ti-nia 
«ta^scapn aa^i^bnn p aa^iiN- ">3nn«n ta^pb»n n pbN mwa ^3 
'-jnn qi rM— ^n ^a« ■'ansb p pan ""bN^Dp nni'^N .D^i^aiDa DWntt 
nn:72 nbo rittJis »"ian n»n M'^a aman to^aa É ; , »3'7a y"a rrapbN 

•ta^an»^ ^a^an iwizsa nbn?a 
larbnpa a v *a^an a^iapn baaia nrn Dar ppn ^b^ap nn^b» 112$ 
Nna^ p^car; ba» a^TTan an n"-i n"n) V'n»3> , "^a" 1 laTna» anaTa wy 
in -n^n ^aia ïia»aiZ3 V' 3 ?^ "" n v" 1 " 33 V" 1 " i^a^Ta ba» mr ûibu: 
&TD13» rna n73T a^^sno nTa a^aia» rn aai" 1 ba»i nanab ï-niaa» 
Tana pi qatsatiai ns ni:iDT qaa nnai nai can^b» na-n v^" 1 " , i^a f 
i:n:np ^ani: baa Dibn iy vi^D^tt aa^an-iTan D^atiapn baa tmtt3a»b 
rntt)a»bi m-mb nabn yiapb ^r^-i-a naran "jn^a canpTa ba?a .V'is^ 
ia "iToib fctbisi rr'aa'na -no«n inmaïai nntbîa dt naTan ovn nx 
Cs^cawS ^a ba> nain mvaa»b t" 1 ^-! «b an^as ba» bns^b «bvîi riann 



132 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

D3 T>ana -ita&o 120733 d">h»n n"a b-m bnp ^Pirapu: iy 3^l33>173 
"in£?2 rmsta niTj'i mua yina n733>i ôyfl p^inizj pn Totijpn 
.rrma Dmm -hdn ba inttfin mm B3>n ba i33"i -int3 
"•37373 Nin pn -13*7 Nbi pimm ^ipr: ns b* m bs "mus? «bi 
i3P73aon TiEJn ^»b vn^y n3i373 ïlailDii naiisam ûasya ^n 

•173T b331 3ip73 baa H37373 173£3> TIBDb DTK bl3"< Nbl ^'31 D^" 1 

Ipnb para ^Db *{73N3 i?3ip733 np^ ^m p^m ^irraa mn DN q«i 
TWDa naai .1311 mnsb in ibia Snpn nsn» AT? dn nspn dit» 
t-ivana Tiroiïri ■■mizjJiB b? TrrPTs posa rit b* ri3i73t<3 ^pp3i 
ai"in *pwa ,nr»aiûi marna -ira* mpa mibi* "jbia hTnKn mma 
nsiTsiDi aum r-uaiaa r>n on n;ao ^^n *aica rt*à©b fHasnujw 
ba n733om nann u;3>3id "p-o naT3r: ^posa ^pnain iiy .oia* "b^oa 
tznb ■paii omnna* nanT ban amba* napnr? nbn nn iari in brrpn 
bnpn inaraiD aon ^a a*pn iaVm au; ^pnain iisn .bba têts "ix 
"itsth Nbi orra iTa^aon aa* cjn aôa* nrmb arna nair: nwd BP"irta 
.Samnrt» aa>m ban amba» rrapnîi nbn p^ia» D^arr nnnn 
lanaie aôa* aiba tnpnni bnprt 11733» a*b on £|&«j ^pna*a -n* 
'moNi nn73Di nrnoTa 3T mm T173P3 n""»w N73ba»a Kb">bp 3,71373 
tampi3a* arj373a ^bnnnb an a^a^n tazmnna* a^a*an ûmaa *-p35f»3 

.maa* "10173 ^33 ynv Draw 
amsan aip?3a mtz)a>b "pnasta nanbnp» Nisna ">73 EjNta ^nnain i*\y 
•p« Dût S|k NbN niTnb msm ^a^n «^373 «bi b^bl rispnn ""dd 
Nb^Ji r-tn73^i nn'^73 aai -1 Ti73na n"i taai^ muî^b a^n mrnb in^i 
nanbnp ^snto "p^au: ^nnain nu .b^bn nspnn ^dd mnn ia 1731b 
ri3Nb73 rp*rçD*3 on a">nm73^: vji^ 13333 nbpsa binaà ppa ii:" n 
nnb "pn ai^ N3^n?3 p bn DnawNb7373 ibaai 373^3» by im^nn Dm 
•^Nizn i3^N nnb T»nrïb aanb ibNia^i i?3T diïï: i73n3 - > a** r]«i imn 
•jn3Nb7373 baab «3^173 na^nnaiD hnisc 3^3:173 b"s •pan .oiTinb 
■•PT'fin Nibri ."inb n-pnb pa<n n^^dt imm by D3n irrowio ii^a 
^3N n^3i73i Y'03 naTjn "^poca ^niNa piaipa ^Pi73in a5'373 "ii:a73i 
■^nnî< Nb73^i ^1313 n73ia^u: in^mu: n73ibi -«p^?3K taan ba3 i73ui 

a^nnn by n3n 3^pan *np73 133 D^p*» a^ann i"»73n-i p73b 'in 
q^oi n «b ^a mms vabm man mim ^3n ,aib\a 3»->T3^73 "1^373 ^n 
.p« barrai 1iwN^3 3pj^ *jiN3 pn 'n 3tt3 ^a 'iai b^ba ^a marb 
t33'*ûi "»373Ta ■w^Dj.tD d^iid'i pi733ortn ba^ P1TÎ D^D prni3ï73b 
^3pT ampnp CD^anim B|bp pa^pna ûpin o^apia vrt *>37373 o^73*iip 

"J^N b"T 3n73N7331 ÛTZ5 ^T33N 13'173 ^N^p 1^3331 l"^ ^lipn bnpH 

iyn Trvyv naT3n n73aona aip73 b373 ^ai ^Tsmna ton a^^pP73 n^^n 
mb"»bnaffi iTa^aon -jn ,naiC3 na^ob i73Pnbi iapab ixn Nb T173P3 ,w n 



QUELQUES P0UR1M LOCAUX 133 

TTOna n""^ fcpn bnpn nttaositB rwioa n3;a "he o-nsion iman^ 
&v mmi rtanm d^dn r-ib^D 10 -1731b «bttn nwna -p^ r-rm 
!-i»aann "ps^a b**5 -naroto rra ^nono -laa *3»i .r-ïrraisi itm 
ïnjn i?3T babi -nos» na npiDB «ai ton -"ibiPûn «nbai naT3n 

.la^niDn nnn yen bab 



.•*Ta sman ïapn ,l ?t?fîp I1T7N 01^3 



PIECE N" 2. 

.téhéps n t^ts i^:n -h narwbsttip ï^S^bx b\N n« nnx b« n« .1 
.owo"»wa oio ^n t«3M b\s io^wn ^Kib b*« na o"H3&n:> dts iip 
,n*i8 Tnâ« 10 b\x y»« on "^ ^arâ na»at oisrâ^b bibw "ps "naia .2 

lo^sa^N "rçro ^ ONan^ins ma "jnô vwanibao 

,03i» ïtpwb fwn wk -n o^aaa a^ib "n ïwh bnp dn ■pT'^a .3 

io^s^n 02 "pria 0: cwia oib •p^râ 

,ï-rbi»a nao^ ■'fins wnp ^n b« *i nbnar hbo^n run»* "nsôna .4 

io^dww nb^an pT»tt3"«i ïwunbK 7153173 pp 

•mpian ^n -naat ]tt"ph b73i5n ma-ia ^"n "pN niNVin "p-p-n .5 
.. ..wcttn mp-is 01a ^k m&nb ps} 
0^53173 \vp riMbp nao^a bnp bw a-na okmp pp ■p-pœ'H 'nb mn .6 

O^Tlb 
10^73\N ONm ON53173 "jip "p-|Np-p73 ni£73 DfiÔ 

oïD ti vh bn ">p ia"T"0 0i73"iNÏibN0 nx mai» o«b ■pT n 5 v i .7 

io^sw» oi73-in;3:;73 -iikib'H 13 "h rwaeriNtt "ira 

rr«a 153173 pp pN "p-pi^iDO-n i-ind73N73 ov> lao^N oip^ oib "H mat .8 

io^tn nNbp mm Trabn iN-ib^n e3"»ib , h 12 

b"»n •p-îa&ra b« itid pito^aa*»» 10 vrrna b*»» 153173 m'as b^ aan .9 

113172 
lO^DTD-'N TO^amp U3173 "»N b"<S HN ÏN"J3^^3ip 

pnBOTi 153173 on^wnd oio o«b ^n pT«rM rb"N myjn i^a73»a -io 

lO^DTi^N ^TlM73fir«b Ol^b^N 131N O^N ^p 1^1 3» 

Olb T>bwN0 ^TIOTm 13 OlDTJwSp \X O^NwSp 11D H^bNO 'jN-T'p H« .il 
013^20^ OlbNTJ 

nO^D73\\ Dir»"T»a 0153173 ^N Ol" , bwS73Pl \Vm*U 

15317: ON^^Tip 0N3\N10 010 1HÏN15 D^b T"! b"»N 0^3 OtÔ ^T "1100 .12 
1"IND72N73 O^b 

lows nw tbiwd^i nwo me n^ru 



134 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Dlb^O D15 "H D^DNb73 "p-piâia 13 mïïl IJPNIB b"H ON73N5Ê 0N5 .13 

in"iNaN73N ib 

id^be'w itin^3n&n ^o omta ©"ftp bnp b« 

ïn:3n min» rtbaN ri3iN "pa îfi«3p , »n , »3 , »« ©5«3-<t2 12 02N73-PN ce \m .** 

1D" , D73^N INUrT^S»"'» 01T13^N 011l31N 015N 0131N 

ttb -pjn npinn mi2*Na ivoaâbND oi73">â ïrb miKK ©éupi 12 .15 

ÏTBîmK 

id^d^n f-poNs 0N73 ^n "'D ©"nia mb^n laaaibiâ ■n 

ib ipis ib D"»3s naoa •pT^anNso'H i^a^NU ion»» "pp nbio .16. 

■p"ï"â^D"n 

lO^B^M "pi^in OT^N ipiDN ON^I 0152173 

or? rwra apy 'n ovïcnbio oib«E oib ifidaroaipa ^o lis .n 

ID^BE^K D1ÎKBKpD*K -pîOO pK VWl 1"P73 12 

nîwSorD "jNâ^N ^p iroaip nb«a o^b TÏNiimpa^N wi b^arwi mis .18 

10^273^ TÏMtarar» p^a -pb is^â ois N*>a2n imb» 

m s no"pNiô n:i2i73 t^i 012 miab» rsb "h v-h 121a o^n b*»» v^ix, .19 
r-marâ mnna 

io^bjdpn nnow nbN» 117a "jntw orî&nbio oib 

b« T73N73 oib 'tana nb isbip ib lisent b^N rwâa bN73 iraaNip .20 

1210 ^0 !W*1 

io^D73^ idic: ^0 na-nN oinama "h laua^a •p» 

iNâ&tb iNâwû'n oi2 12 p'nTaNa miN 13in "«2 owïna 12 iTisn .21 
. map nb 

— id^detn mi» nie miK iNâNtaaip ^aia nb 
iaib T^wn 012 géoi ^T2iN oibw\ ia-iNp inia b^N la-wa -<n iù33n© .22 

ID^MT» 13.1NN ^0 ^273^0 Û^IÏT lâlNp *p 5*N 

"H3N73 012 ÏT«D3;K <H ^tTp 012 5N1©" 1 1Ï1I3 T"*l bfc* 0173N5N nbsn .23 
5N15 b^N 

oio ■•n t"3K b\s io ,, d73 ,, n bannn "paaa i5^ni2 iNuasp owifittaaNp 
.o^2v>o^i2ia 

PIÈCE N° 3. 

ba» 1212:1 rmx»a îaiznp -i©n tzbi^n ^b» i3">nbN ^ !-ipn "îl""^ 
• . • i-rb^73 Nnp72 • . • - 

ta:^73 ,, a is^maNb t=:^03 rvoyw cabi^n ^573 lî^nb» " , "^ nns ^1"^^ 
••• r-irn prai tznn ■•• 

^^îonn bo ta^mnN ,©73© ci^-idn ^ma ^tdiï-i oip~i73 mif^ 

: aiûb moi î^^d2- in^b^ d>i .Sn-tc^ bo B^aina 






QUELQUES POUR] M LOCAUX 135 

nnr rrm n^n pïm mi« "p 73 D"i3Koi3&nNO ^bjsn nna wi 

v:ni az"ma:i a^ran aba ^k-ihp ^:a?: upn "»BbN Piaisna îpbiawfc 
: — lia* D^Sffi ùdûi omsai Dïm^si temmnaE nab n72n btoia^ ■'dVh 
">dv nb^ba «no "m»*! rmn ^sawa (!) a^nsa niiovip fc-rtbrfp 
■pan "" îara nbNn dnin^n aa'OTai snstt nai ccnns CPNbiTstt 
K-nbnp ra?j r-rmp "nso rrobtt Dwatua vn ta^mrnn p-ua ^i 
twin-n ariTi cpa "«pTai !-T»p-i ■•*waa d^buije tanso oti DTObte 
■fbnb a'onatti aa^-iaan ^ana tpa t-ivaiDfca artn rpa aamiam 
.pN Crmn« d^v dw ban am bma Snpa 
aa-n'an nya-iNi imb^npn ^an nw? dw ibnp3 SaT*n wi 
wib« mir a? p«atb bto* i:n:c* p «b -i»Kb «anna carpa^i 
■pur 1XJT3 wia a^ba Es^ba lai* -"ssb abiy ■p' 3 " 1 a^n aa^nbx 
aab^ra D'TO'JJn i-ibfipn rtbnp bats a^p-n "pp^r ï-iiabia paTb 
nrns oanaa pr»ri *p ^a p^ ^b7ûn ^ab dhe* Pfcrcbn aarm?am 
— iain pm jt »b cw i»5 "WH ^3©i Snpn aan i-mnn ^aam 
^b»b rrray ù*rm rm-a n? dtoi* th *pn -ps^m TOan pn ïnth 

,0i3«Dï3anK0 
T73'<a ^N\a aa^n barbai j>un "jn^i a*n ta^N marnas ann aa^a 
^ban —ira a rrn fnon ^a fb^n rmaa n?:n3 Ninn uran "cm 
aa^n pn oi3KOi3&nNO ^bnn bma b**wi ' rn^a .bîrno^a aa^aab 
hïïn a^-nan pa i^aa pn taum imp*iB i7a;a n« au: -ras 17a «îa 
aa?n bai onsKonàanNO ^hi2~ niti taavn vm Y 573ri ^^^a i n ^ 
— naam ioss ms baa r-iabb i3na7aa a^nnam tamam nnN n\a« 
d^imn mr!72"'*i fn-imn pi«3[a] ma^b innp73 np"«i — p*n ";ina 
iTaip" 1 ! pittîa nany *;b7:r; n:n "i73«b a^anbn firoaan ^«nb its^i 
a^pnn ^p^pn ifirapm 2 dp\s ttom D^n ban ar-nr-m p-nbnpn ^Toan 
^biDîi n« iana"n in?:p"i ob^îaa ta^a^irTa inx^ -iia&OT ca^n373a 
tpi .namb -]b7on *p^ PN mw^i Tnm a3>n ba ^y^ an H^ipa 
t-nabtt îaiaba npiab» ^aa by Dij^ai^NiNO ib>an nau:a any m^b 
TBMna yan -^atoj natan©73 î-tb-n^ ani r^nayi p^hni mm mbap 
'-aa?: di3N013«"ino "çb^arj aai^n naa: mtd i^jam t^b^T'i T'io in^j^i 
•ptsîi "^sb apNnb aa^mmn ba ^ya ïi7an yiNa itcn aa^abwrr 
fc-ninmonb omir ^naa ay Swsnu:^ la-'N Sa an^ai'a tamD«"i 
nb^bn D^icm ^b^an ^ssb "173^1 yu:nn oipn?: pm nanabi i^ab 
Sa i^bti a^n rp^nn "a ^bab yir i-nn naia nb«n ca^mmb 
Cïn»m "p?:- yiKttîa ^mi coia? an rranya ^d aannn r-î7:TN7a 
n«73 pnn q^p^i aanb nnn a-j^n ï-tth nann n^N vatyn T«73am 

,13 r-nya iPTam 

1. pya. 

2. DPK. 



136 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

^m p "o "pain poiai pn rn ^ir û"»»snb ^b^an —imbi 
►-ndn bmiBsaa !-ibfi*n fca*sarii D v «ï5S«b mœa'b 173 ma ^bnïi 
macn i^Taan na^i îa piianb prm "p73N — itap ^b:nn ba» inpp 
apa^ aia -p73i ba» taaa nb«n o , ni3a«b ni7a l3did73 ^b73i -rçsb 
*iiaa»bi robb dinps 3>pd3 prrô» N£3 "npaai ^bttrt na»a:aa fcainm 
Tp^nn pn nnnsa aa^-iaoa '■jbnn ">3Db Dnaasai ta'Hirpn piusa 
^3731 bTi tomba» ^73ip"« tn j»in oip-73 nai ipis a:< ï-r«iai 
mn laimi iai"> ba> iain ©*« ri7:n373 ■'•roibn ain "Tina csbia 
taacu n«i iaaa idiuf anb^en n^a n«i csnbnp *pn -inao taba 
^« Nia^ abbio ba pi mnaœbi a^iaafb iab np*a Drrnoa nao 
ûinm ama^i p m«a>b canfflm ^b?an lasb lairs au^i "b^ n ""™ 

^iva iidn ï-rb^ipi ©Ta© *jna tamisa naia rma nui nb»ba 
a»i73 ioi ta'TibwS ni-i mai an ta^aa arnaai rpT ttPKm DiaKOiaariKo 
^-whd ba»a iaaa up« nam k-pi nrnaisai a^Tan aba 'n n« lain 
iiNiTai niaia nmca ba ba» iipe cn "nanna nt« n? —iitni 
ina^Ta marpi 17312: t<">aan irpb» 1^73 ama tamb«n »•*« ïiantoa 
rma b« *p njaa'p bat main mrra aip tana "p n?a ib -173 an 
^aa^Ta by aaïai aoi tiiw isoa apii 'ppYin nN ^3731 nbvrpi 
lan on *a "jnbiTb marrai man p 1^73 ^lasa iTaïai "p ittian pi 
taisat ©*Kn api ^«Nia ^7311 mi?an niTa iti ia-11 n« man 
a*ai imaz m;aa73i ura*i itato ïïj^i i"»ba> nbsia nbna 173^ rtam 
!^Ni73i baai li^T'nn baa ^n^i inaïî ib ï-Tai3*i iniaTa bs» aaisi 
mbnp imar taa^nian ^wo ba i«n p ca^iaN u:^ni hni 'icn 
mx iU3jsa anbirb n^n »bi 1^33» pi N^nn na>ai nui nb-»ba 
•p^Tm ïiNiTan n« n^i nab nu ^a a\an un bai -nçaart «j^nh 
inN ffiinb cai" 1 iu53» njaïïa npaa "<n-«i -nann T^-^a Nba^i r<nn 
f<^n oi3wNoi3nino "p73b ^"i^^ vhv tnw ^au: iinn nu -i«jy 
taap^i la^np n^a pinb ta"»nu3i D^anm niNTa tab«n E|b« r^aiu 

tDl^a 1^73011 1^3^13731 1*S^T«1 l^lïî 301 Nil 013N013N1NO ^373H 

1">7a^b ^bin a»ain 'oipi73i caamn^n pi^ ^n dindd naam t><inn 
©biaai pu:3 ^ba baa ta" , a^iT73 dtthn -b in l^ 7371 ^ n ^ D ' 1 l 573n 
Ti-'i 03ii:ia ta^nrpa mujyb ain "«TinN aba aa^impn nya r-iiN73 
ïiTsna a^a^^ibi croanb n^^i 11173 ca^ni^i piusa Diaa» " i "i73 
^3731 ai3 173^1 ,aaai:73a ^3731 pn *]iab aa^nDOi p*\n pn inp^i 
">m^ a^aia73 anN iïjn ca^ib^n ':\n n^73 l inn pn msib ^jixn 
fr»«i "7*3731 iai PwN taa:-n bai D^m a^ani 373^3 "n^i i73'»aa 
t-i'oy p»t î~i73 inyï 2 p^wS ta^N iiTas^i mn^i a-^ab i^n aaab 

1. min. 

2. 3N. 



OUKLUUES P0UR1M LOCAUX 137 

■na ■nna'n tama» wk dnb rvoy na îrr t*b ûm nab aa^nbwN 
aa} qxi Bpn OK-ja anna n^»"»i winns^i ina p^n nrtp"n Y r73n 
nonb ombab D^nbja »bi tDToaa n? ornais y-iNa onvnn n«T 
p^n inp-n *jban '•sob im» lenp^i omnbN 'n "^n *d ans ""mia 
pi ■•ïr'buîn pi samba ' min «ba nit; 33 rem "innD'n ^-in» 
ta-'Kba "ppTn '-- û^cm *fbaïi mvro wi abia pi ^mn 
■moDi tram ©wb a?a &nb bina"n Y 573 ^ o^na^ D^nb» l rmn 
p-i« nbrm fbasi -un eanbœb nmaa =n as narn nanaa aan?a 
tsnbtt^i fcrmrrn n« y- 1 muja>b s aa?T tbn yyn ba> ytnn oipna 
vmaaza» ba n«i maa pn a^aban bia» -t3> nsiBKa mbaa ns 
taymrrrî ibnpi wp p ba> .vi na^na ba ni^ p ©sa iDnra 
ï~in 2^1? frrnb caanT ban ûmb* aiaaaiaioNa nva &K32aa!i 
■rçai carpaai an nrun na© ban aata amnb -iïï; na*a;a car 
irwnb an» maa mb©ai ai:: an nnrïïi ptoiza abu ns> aaman 
""P 1 - "jTuaTDi nnaïai mis nmn aa— nmb ib "paa »«T8b smanai 
*r? r t ynn -inaona atzn Diasb emirrri bj aion y«nn aipntt ^a 
naR 1 p V"in- n-nb Sa^Ta inbaa nmm y^n ba> im« -ibm raNi 
Fiazpa ■pf-n rrrr dm ainaia s*<ipa Vj3 D-^pi 'n ia*<a"nK ^a 
t-»N ^"i ma ^a -^73^:1 h jnp"' aiaai *prôs i w i ^sap^ aia7a tawan 
fa'mroi binas inbina nau;n tn ^nacwi iD?a?a prn Ta "ibeun apan 
"iaa«i 5aai>7a DTinaian aa\nanai \vovsb taabaat vocm rw aa^apTT 
fi» - , ,?: , ( a" , ji baw ^iTaw v '" 1 "nTOwNsi nt?^* 1 e<b ^by natv ■'ba ^aa 

.aaib^a naa? rn« ^na^ 'n n^Nan ^^sa 

. aa b v a i aa n 



i. min. 
a. Dat. 

3. ^wNb. 



NOTES ET MÉLANGES 



LE MARTYRE DES SEPT MACCHABÉES 
DANS LA PESIKTA RABBATI 



Le martyre des sept frères Macchabées est ainsi raconté dans la 
Pesikta Rabbati (p. 180 b de l'édit Friednnnn) : 

« Le verset des Psaumes (cxiii, 9) : «Il fait de la femme stérile 
une heureuse mère », vise Miriam, fille de Tanhoum. Dieu dit : 
« Je l'ai rendue stérile, c'est-à-dire je lui ai ravi ses enfants, pour la 
réjouir par eux dans l'avenir. » Voici ce que rapportent nos sages à 
son sujet. Lors de la persécution, on prit l'aîné de ses sept fils et 
on lui dit: «Viens et prosterne-toi devantla statue. » «Je ne renierai 
pas Dieu», répondit-il. Aussitôt il fat appréhendé et jeté sur un 
brasier, où il périt. On se saisit du second et on lui adressa la même 
injonction : «Prosterne-toi devant la statue. » Môme réponse : « Je 
ne renierai pas Dieu», et même supplice. On fit subir le même sort 
au troisième, au quatrième et aux autres frères. Il ne restait que le 
plus jeune. Comme on l'invitait au même acte, en le menaçant du 
supplice enduré par ses frères, il demanda à consulter sa mère : 
«Faut-il, lui dit-il, me prosterner devantla statue?» « Eh quoi, 
mon fils, tu voudrais que tes frères fussent placés dans le giron 
d'Abraham \ dans la vie future [sans toi] ! » Là dessus il revint et 

1. Cette expression, on le sait, apparaît dans Lue, xvi, 22 et 23. Dans le Talmud, 
elle n'est pas inconnue, mais le sens n'en est pas assuré : 2VH ...nnrïN *13 N"iN 
DH13N blS ipTt3 aiBT [Kiddouschin, 72 a fin). D'après Raschi, cette locution 
serait synonyme de circoncision. C'est dans un texte midraschique qu'elle figure avec 

ce sen>: nis^is mi onb iar ..-ine-in op^n b« avisais is^aisb aism 
D1N blS ipvia "Dinn NTîlS nb^ja 13b [Pesikta de R. Cahna, 25 a .• Echa Rab- 
bati, sur m, 65 : Tanhouma, éd. Buber, V, p. 39 ; éd. ord. fctttn, 9 ; Pesikta Rabbati, 



NOTES ET MÉLANGES 139 

ne voulut pas 1 s'agenouiller devant l'idole. Aussitôt on s'empara 
de lui et on le mit a mort, puis sa mère Miriam fut tuée également. 
C'est alors que Dieu dit: «Dans l'avenir, je la réjouirai par ses 
enfants. » De là ces mots du verset : « Joyeuse mère d'enfants ». 

Le nom de la mère nous ramène au Midrasch Echa Rabbati 2 , ou 
est racontée une histoire analogue et où l'héroïne s'appelle Miriam 3 , 
tillf de Nahtom '* . On n'est donc que plus étonné des divergences 
des deux récits. Dans Echa Rai)., en effet, il n'est rien dit du mode 
du supplice ; reniant n'éprouve aucune hésitation ; sa mère n'a 
donc pas à lui adresser de remontrances ; s'il est question d'Abra- 
ham, c'est pour un tout autre motif; entin, bien différent est le 
genre de mort de la mère : elle se jette du haut d'un toit, égarée 
par la folie. 

Ces variantes sont moins surprenantes encore que les omissions. 
Dans Echa Rab., chacun des frères répond au César :; parla citation 
d'un verset, et le plus jeune, en particulier, raille la puissance du 
persécuteur: ton empire n'a qu'un temps, tandis que celui de Dieu 
est éternel. Le roi, par pitié ou pour masquer sa défaite, propose 
un subterfuge qui lèvera les scrupules de l'enfant : il jettera devant 
lui son anneau, et, en le ramassant, le petit Juif semblera obéir au 
César. Comme de juste, cet expédient est repoussé avec indignation 
et provoque une apostrophe cinglante. La mère, alors, supplie 

51 b et 53 6). Dans un des mss. de laPesikta de R. Calma, il y a : QmaN bS3 "Ip^rn, et 
Buber adopte cette leçon, mais elle est contraire à celle de tous les textes parallèles. 
Dans la Pesikta Rabbati [loc. cit.) il n'y a même pas D"1tf. mais simplement : 
PTÎ3 rîSirijŒ nb^TOn... H faut noter, en outre, qu'une tradition parallèle à celle 
de Kiddouschin [Beresckit Rabba, 58) fait naître Ada b. Ahaba le jour de la mort de 
Rabbi. Ce passage donne donc raison à Raschi. Dans ce cas, il y a lieu de se demander 
d'où l'auteur de la Pesikta R. a pris cette expression, dont le sens paraît s'être perdu à 
lV'i><M|ue du Talmud. 

1. Remarquer la forme : mnniZJnb (sic) Wp^n tfbl. Dans toutes les portions du 
livre où l'auteur s'abandonne à sa fantaisie, il parle un bébreu semblable. 

2. Sur i, 16. 

3. Ce nom serait-il celui de Mariamne, la femme d'Hérode. qui, elle aussi, se pré- 
cipita à terre du haut d'un toit, d'après la légende babylonienne (Baba Batra, 3 6)? 
Le Talmud, il est vrai, n'a pas conservé ce nom de Mariamne — il dit seulement 
Knp12^ Ninrî — ; il ne sait même pas qu'Hérode a épousé cette descendante des 
Hasmonéetis. 11 faudrait supposer alors que l'auteur de Echa Rabbati a suivi une 
tradition palestinienne, mieux informée pour le nom de l'héroïne, quoique d'accord 
avec celle de Babylonie, pour la manière dont Mariamne mourut. 

4. Tanhoum, qui en est la métathèse, n'est qu'Une variante. Nahtom veut dire 
« boulanger » : ou ne voit pas si ce nom a été imaginé à dessein : Tanhoum «. conso- 
lation » fournissait à un adaptateur un sens plus acceptable. 

5. Car la scène ->■ passe à l'époque romaine. 



440 REVUE DES ETUDES JUIVES 

l'empereur de lui permettre d'embrasser son enfant; elle tend son 
sein à son (ils pour l'allaiter, puis elle demande à être mise à mort. 
Le César répond que la Loi défend d'égorger la mère et son petit en 
un même jour; à quoi Miriam répond avec humour: «Tu respectes 
donc tous les commandements, et celui-là seul te reste à accom- 
plir! » On fait périr l'enfant, et la mère, l'étreignanl dans ses 
bras, lui dit: « Va auprès d'Abraham et transmets lui les paroles de 
ta mère : Ne t'enorgueillis pas d'avoir bâti un autel et d'y avoir 
offert ton fils Isaac, car notre mère a élevé sept autels et y a sacrifié 
sept fils en un même jour; pour toi ce n'était qu'une épreuve, et 
pour elle une réalité. » Là-dessus le Midrasch ajoute que les rabbins, 
ayant calculé l'âge de cet enfant, trouvèrent qu'il n'avait que deux 
ans, six mois et six heures el demie *. 

Ces traits, qui distinguent le Midrasch Echa de la Pesikta, sont 
également ceux de la version babylonienne du même récit, qui est 
rapportée, à la fin du 111 e siècle, par Rab Juda 2 . 

L'accord de ces deux sources et tout au moins la connaissance 
qu'avait d'Echa R. l'auteur de la Pesikta R. 3 auraient dû lui faire 
accepter quelques-uns de ces traits qui ne manquent pas de poésie et 
de grandeur. Comment s'expliquer et ces divergences et ces omis- 
sions? Ce petit problème littéraire est résolu par la comparaison de 
notre version avec celle du II e livre des Macchabées, ch. vu. Là, même 
genre de supplice, rapporté à l'occasion de la mort du premier fils, 
même fin de la mère, même hésitation du plus jeune frère, discours 
analogue de la mère : elle supplie son enfant d'avoir pitié d'elle et 
d'accepter la mort comme l'ont fait ses frères, afin que, par la même 
miséricorde, elle le reçoive avec ses frères — dans l'autre monde 
sans aucun doute. Inutile d'ajouter que dans l'Apocryphe, comme 
on le devine, les enfants n'invoquent pas de versets ; il n'y est pas 
non plus parlé de l'expédient imaginé finalement par le roi. 

La parenté des deux récits est attestée autant par l'identité des 
détails que par l'absence des traits propres aux autres versions '. 
Cette parenté suppose nécessairement chez l'auteur de la Pesikta 
Rabbati la connaissance du II e livre des Macchabées, au moins pour 

1. Nous avons laissé de côté tout un épisode qui provient du récit du martyre de 
Papus et Lulianus raconté dans la Scholie de Meguillat Taanit, 29; Sifra, Emor, 8; 
Taanit, 18 ô; Kohélet Rabba, sur m, 17. 

2. Gui/tin, 57 b. 

3. Qui seul donne le nom de la mère. 

4. L'histoire a passé dans le Midrasch du Décalogue (Jellinek, Bel-Hamidrasch, I, 
p. 70 . qui se rattache au Talmud. mais a en commun avec la Pesikta l'entretien du 
jeune enfant avec sa mère. Celle-ci lui dit: « Veux-tu que tes frères se tiennent dans 
l,i demeure de Dieu 'n ri£">rTO3 et toi dehors ; ne te sépare pas de tes frères. » 



NOTES ET MÉLANGES 141 

l'épisode dont nous nous occupons. Mais comment cet ouvrage, 
d'origine alexandrin e, écrit en grec, ignoré du Talmud comme des 
Midraschim, serait-il parvenu au rédacteur anonyme de la Pesikta 
Rabbati? Par le môme canal que le IV e Esdras, auquel, comme 
nous lavons montré autrefois ', il a fait un emprunt caractéristique. 
Le fait n'étonnera aucun de ceux qui savent son âge et sa patrie 2 . 
Cet écrivain, qui a été un des premiers restaurateurs de la langue 
hébraïque en Europe, a devancé de peu d'années seulement l'auteur 
du Yosiphon, qui a lu. lui aussi, l'Apocryphe et reproduit, en l'am- 
plifiant, la relation du II e Macch. 3 . 

Israël Lévi. 



LES MARCHANDS JUIFS APPELÉS « RÀDAMTES » 

Dans le récit, souvent cité, du maître des postes persan Ibn 
Khordadbeh ^milieu du ix e siècle) sur les relations commerciales 
de l'Europe avec l'Orient figurent des marchands juifs avec la dési- 
gnation de « Radanites '' ». On n'a pas encore, à ma connaissance, 
expliqué l'origine de ce nom. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne peut 
pas songer à Radan, dans la région du Tigre : ces marchands juifs 
qui, par l'Egypte et l'Arabie septentrionale, vont jusque dans l'Inde 
et la Chine, partent de la France 5 . 

1. Revue, t. XXIV, p. 281. 

2. Nous avons relevé qu'il connaissait la ville de Bavi, dans l'Italie méridionale, 
Revue, t. XXXII, p. 278; cf. Bâcher, ibid., XXXIII, p. 40, qui adopte et fortifie notre 
hypothèse. 

3. Dans l'Apocryphe, on attendrait presque la citation du verset: «la mère joyeuse». 
Or, ifest-il pas digne de remarque que le Yosiphon, quoique ne s'inspirant aucunement 
ni du Talmud ni d'Echa Rabbati, le mentionne à l'endroit voulu? 

4. Y. Barbier de Meynard dans le Journal Asiatique, 1865, I, pp. r> 1 2 et suiv. Le 
morceau est traduit pour la première lois par Reinaud, Introduction générale à la 
géographie des Orientaux [Géographie d'Aboulféda, t. I, Paris 1848), p. lvhi, que 
Barbier de Meynard suit en tout. Cf. Steinschneider dans le Yeschouroun de Kobak, 
VI, 28. — Voir aussi l'édition nouvelle d'Ihn Khordadbeh par M. de Goeje (Bibl. 
Qéograph. Aral,., vol. VI, 1889 . p. 153 et trad. p. 114, et l'éd. d'Ihn al Fakih — qui 
copia J. Kh., mais lit Radhanites — par M. de Goeje (B. g. A., V, p. 270). Les expli- 
cations de l'éminent arabisant néerlandais sur les mots douteux (B. g. A., IV, p. 251) 
ne me semblent pas conduire a la solution de l'énigme. 

5. Y. Àroniug, Regeslen zur Geschichte (1er Juden, n° 113. Cf. aussi Schipper, 
An fange des Capitalismus bei den abendlàndischen Juden, 1907, p. 18: Jul. Gutt- 
mann. dans Monatsschrift, 1907, 264. 



142 KEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Or, on a trouvé à Lyon des « plombs de douane » et d'autres 
objets semblables, qui y étaient venus de Tyr et d'Alexandrie à la 
fin de l'antiquité ; ils ont été découverts à l'endroit qui était autre- 
fois le port des « Nautae Rhodanici ». M. Darot, à un article 
duquel j'emprunte ce renseignement 1 , croit que les nautae du 
Rhône ne peuvent pas avoir été les importateurs directs et suppose 
que l'honneur d'avoir été à la tête du commerce mondial revient 
à la ville d'Arles, si florissante à cette époque. Il est fort possible 
que les gros vaisseaux de la Méditerranée n'aient pas remonté le 
fleuve jusqu'à Lyon; les navigateurs ou marchands du Rhône n'en 
peuvent pas moins avoir eu leurs entreprises indépendantes, ce 
que les objets trouvés à Lyon rendent très vraisemblable. Les gros 
navires de la ligne de Hambourg ne vont pas jusqu'à Hambourg, 
mais seulement jusqu'à Cuxhaven, ceux de la ligne de Brème jus- 
qu'à Bremerhaven. 

Il nous importe peu, pour le moment, de savoir si ces marchands 
demeuraient à Arles ou à Lyon, car l'une et l'autre ville étaient 
depuis longtemps habitées par des Juifs à l'époque d'Ibn-Khordad- 
beh. Quoi qu'il en soit, comme nous savons d'un côté combien 
les rapports étaient actifs entre la région du Rhône et l'Asie, et 
de l'autre que les Juifs du midi de la France prenaient une 
grande part au commerce avec l'Orient, il ne me paraît pas invrai- 
semblable que les « Radanites » qu'Ibn Khordadbeh connaît comme 
des marchands juifs sont des « Rhodanici », c'est-à-dire des mar- 
chands et des navigateurs du pays du Rhône. 

D. SlMONSEN. 



PROJET D'ORDONNANCE 

CONCERNANT LA SITUATION DES JUIFS 
SOUS JEAN II LE BON 

Parmi les documents renfermés dans un recueil d'actes admi- 
nistratifs conservé à la Bibliothèque nationale se trouve un frag- 

4. Les Naviculaires d'Arles à Beyrouth, dans la Revue archéologique, 1905, I, 
271. La découverte d'une plaque de bronze datant des environs de l'an 200 permet de 
supposer avec vraisemblance que les marchands d'Arles avaient à cette époque un 
comptoir à Beyrouth. 



NOTES ET MÉLANGES 143 

ment de vélin, sur lequel nous lisons des prescriptions tendant à 
fixer la situation des Juifs vis-à-vis des Chrétiens et ayant l'aspect 
dune minute d'ordonnance * . L'écriture assez personnelle, iden- 
tique a celle (pie présentent d'autres minutes provenant des 
archives de L'administration centrale et conservées soit à Paris, 
soit à Dijon, nous permet de dire que cette pièce a été écrite 
au milieu du nv« siècle, probablement vers 1360, au moment où le 
gouvernement royal préparait différents règlements permettant 
aux Juifs de rentrer librement en France. Les ordonnances que 
nous possédons, promulguées surtout au début de Tannée 1361, 
présentent un texte différent de celui qu'oflre notre document, 
aussi ne nous est-il pas permis d'affirmer que celte minute 
représente le texte d'une ordonnance royale qui fut expédiée et 
observée, mais, quand bien même ce document ne serait qu'un 
projet de réglementation, il aurait une valeur de premier ordre 
par ce fait qu'il est l'œuvre d'un personnage vivant dans l'en- 
tourage du Roi, attaché sans doute au Parlement, exprimant 
l'opinion publique et résumant la pensée de ceux qui disposaient 
de l'autorité. 

Une idée essentielle se dégage parmi les diverses prescriptions 
formulées par l'auteur de cette minute. Le rédacteur insiste peu 
sur la question de l'usure, sans doute parce que l'on s'était aperçu, 
surtout après l'expulsion des Juifs en 1306, que tous les hommes, 
Chrétiens ou Juifs, se montraient peu généreux lorsqu'il s'agissait 
d'exploiter leur prochain 2 , mais, le principal objet de ses soins 
est de dénoncer et de combattre le prosélytisme juif. Pour y 
réussir l'auteur cherche à isoler les Juifs le plus possible et à 
restreindre les rapports qu'ils pourraient avoir avec les Chrétiens. 
C'était là une idée qui devait naturellement venir à l'esprit, mais 
qui, dans l'application, n'était pas toujours heureuse. En effet, les 
Juifs ont été peu nombreux au moyen âge, beaucoup de docu- 
ments administratifs en font foi et, si l'on ne fait pas cette cons- 
tatation sans étonnement c'est parce que la fausse importance 
numérique que l'on serait tenté d'attribuer aux Juifs provient des 
mesures prises contre eux par les Chrétiens. Rien n'était plus 
propre à donner de l'importance aux Juifs que l'isolement obliga- 
toire dans lequel ils vivaient. Quel que fût leur lieu de résidence, 

1. Bibl. nat., ms. lat. 9015, n° 38. 

2. Rappelons les vers de Geoffroi de Paris concernant les usures : 

Car Juifs furent deboneres 
Trop plus, en fezaut telz afferes, 
Que ne sont ore Oestïen. 



144 REVUE DES ETUDES JUIVES 

fût-il situé « in extremitatibus ville » comme le veut notre auteur, 
ils y constituaient une communauté ; or, toute communauté, 
quel que soit le nombre de ses membres, est une force; grâce à 
elle, alors qu'ils auraient pu être complètement absorbés dans la 
masse de la population chrétienne s'ils avaient vécu isolément, ils 
purent conserver intactes leurs croyances et les caractères parti- 
culiers de leur race qui n'ont pu que s'affirmer. On rencontre des 
petites communautés à l'origine de toutes les religions, elles sont 
bien faites pour recruter des prosélytes, aussi les communautés 
juives profitèrent de cette circonstance au point d'émouvoir ceux 
qui veillaient à la conservation de la foi chrétienne 1 . Les Juifs, 
obligés de soutenir par des arguments leurs croyances toujours 
attaquées, étaient en général mieux armés pour la discussion que 
la majorité des Chrétiens, aussi, le rédacteur de notre minute ne 
veut pas qu'un Chrétien quelconque se lance dans des discussions 
qui, peut-être, ne l'entraîneraient pas à renier sa foi, mais pour- 
raient jeter le doute dans sa conscience d'autant plus facilement 
qu'il ne disposerait pas d'objections toutes prêtes venant d'elles- 
mêmes s'opposer aux arguments contradictoires. Pour se permettre 
de discuter avec un Juif il faudra être théologien ou Juif converti au 
christianisme, et, afin d'enlever aux Juifs le moyen de puiser des 
arguments dans les œuvres de leurs docteurs, il leur sera interdit 
d'avoir d'autres livres que ceux « de bibliotheca » : c'est toujours 
la poursuite du Talmud inaugurée par la grande destruction de 
1240. Enfin, les enfants des Juifs ne devront pas être circoncis 
avant d'avoir atteint l'âge où ils seront en état de répondre aux 
questions qui leur seront posées au sujet de leur foi et à l'occa- 
sion desquelles ils pourront être amenés au Christianisme. 

Les prescriptions destinées à éviter aux Chrétiens le contact 
des objets touchés par les Juifs font songer à la persécution de 
ces derniers, accusés d'avoir contaminé les sources et les puits, 
en 1347 et 1348, lors de la terrible peste noire qui fit tant de 
mal à notre pays 2 , mais elles sont exprimées dans les règlements 
antérieurs. 

Nous donnons ci-après le texte du document en question en pre- 
nant soin d'imprimer en italique les passages qui ont été ajoutés à 



1. Cf. Gh.-V. Langlois, Histoire de France, publiée sous la direction d'Ernest 
Lavisse, t. III, 2 e partie (1901), p. 223, n. 1. 

•2. Cf. A. Coville, Histoire de France, publiée sous la direction d'Ernest Lavisse, 
t. IV, p. 87. 



NOTES ET MÉLANGES 145 

titre de corrections et d'additions destinées à préciser la pensée de 
l'auteur : 

Ne aliquis Judeus haheat nutrieem vel aliquem servientem Christianum, 
quia servientes attrahunt ad legem suam et mm nutricibus fomicanturt. 

Ne aliquis Judeus cainil'ex suum residuum carnium vendat Chris- 
tiania*. 

Ne aliquis Judeus vel Judea se abluat in flumine vel aqua currente quo 
vel qua Christian] utuntur 3 . 

Ne in aliqua civitate, Castro sive villa sint plures synagoge quam una% 
que sit a tempore Karoli régis Francie 5 , et sit de quatuor mûris tantum- 
modo, sine solario vel aliquo alio diversorio, quia, cum Judei habent 
aliquas pertinencias synagoge, ibidem attrahunt conversos et eciam 
Christ ianos cum possunt ad legem suam et cum reversi sunt apostate 
ad legem suam ibi celant eosdem. Item, ne habeant nisi unicum cimite- 
rium in una diocesi et sit extra villam. 

Ne aliquis Judeus tangat aliquam rem comestibilem et venalem nisi 
emat eandem. 

Ut omnes Judei déférant signum per quod cognoscantur et omnes 
Judée déférant cornu supra caput suum secundum consuetudinem Mon- 
tispessulani, quia se possunt quandoque in habitu clericorum et aliorum 
Christianorum pro audiendis et videndis secretis eorum. 

Ne pueri Judeorum circoncidantur donec sciant respondere ad inter- 
rogata 6 . 

Ne aliquis Judeus sit usurarius et si fuerit usurarius dominus terre 
faciat Christianis reddere usnras 7 . 

Ne aliquis Judeus comedat carnes in Quadragesima nec eciam die 
veneris 8 . 

Ne aliquis Judeus vel Judea induat pannos coloratos aliquo colore 9 . 

Ne aliquis Judeus dispute t cum aliquo Christiano nisi sit theologus aut 
conversus Judeus Christianus 10 . 

1. Cette prescriptioo est empruntée au texte de nombreux conciles. 

2. Prescription ancienne. 

3. Ibidem. 

4. Ibidem. 

5. Charles IV le Bel. Sous son règne, les Juifs furent cruellement maltraités et, après la 
persécution de 1321, la prospérité des communautés juives fut pour longtemps anéantie 
en France. Ce n'est qu'à la fin du règne de Philippe VI que les Juifs purent reconstituer 
quelques communautés dans les pays du Midi plus accueillants que ceux du Nord, 
mais ils ne furent pas moins persécutés en 1347 et 1348 surtout à Narbonne et à Car- 
cassonne. 

6. Prescription nouvelle. 

7. Ibidem. 

8. Prescription ancienne. 

9. Ibidem. 

10. Cette prescription s'accorde avec l'opinion de Pierre le Vénérable et de saint Louis 
Cf. Ch.-V. Langlois, op. cil., p. 28-29. 

T. LIV, n° 107. 10 



146 BEVUE DES ETUDES JUIVES 

Ne aliquis Judeus intret domos Ghristianorum neque sustineat quod 
millier Christiana intret domum suam. 

Ne aliquis Judeus vel Judea recipiat vel hospitet aliquem Judeum vel 
Judeam nisi sciât quis et unde sit, pro renegatis seu apostatis quos sepe 
receptant et hospitant 1 . 

Ne aliquis Judeus habeat aliquos libros preterquarn de bibliotheca. 

Ut omnes Judei morentur per se et maneant in una parte ville scilicet 
in extremitatibus ville, quia ponunt Christianos et inducunt ad errorem 
propter commis tionem quam habent cum Christianis. 

Ne aliquis Judeus vel Judea doceat apponere medicinam Christianis 
nec similiter apponat*. 

Ne aliquis Judeus vel Judea intret ecclesiam vel cimiterium Ghristia- 
norum 3 . 

Maurice Jusselin. 

i. Prescription nouvelle. 

2. Prescription ancienne. 

3. Prescription nouvelle. 






BIBLIOGRAPHIE 



Eppenstein (S.). Zur Wûrdigunç der Exégèse Joseph Kara's [Avec : 
{tnQtnD^]. Francfort-s.-M., 1907; in-8» de 32 4. 28 (texte) pp. 

On a déjà beaucoup écrit sur Joseph Kara, nous n'en devons pas moins 
accueillir avec une vive satisfaction toute nouvelle étude qui contribue à 
caractériser son exégèse, toute édition de ses commentaires restés iné- 
dits, surtout quand nous les devons, comme c'est le cas, à un savant 
compétent. Le travail de M. Eppenstein l commence par quelques 
remarques préliminaires sur l'école exégétique du nord de la France, 
dont Léontin, le maître de R. Guerschom, est indiqué comme le premier 
représentant (p. 3). C'est là une hypothèse de M. Israël Lévi (Revue, XLIX, 
230 249), que lui-même ne maintient plus (ibid., LUI, 153), à la suite de 
l'argumentation de M. Epstein [Monalsschrift, XLIX, 557 et suiv.), de 
sorte qu'on doit, avec ce dernier, voir dans l'exégète Léontin un auteur 
du xn e siècle. Le plus ancien exégète français septentrional reste donc 
Menahem b. Helbo ; seulement M. Eppenstein aurait dû rappeler que 
celui-ci a peut-être eu comme prédécesseur un Azaria d'ailleurs inconnu 
(v. mon Menahem b. Helbo, p. 48, n. 3). 

On sait que Kara était un neveu de Menahem (fils d'un frère) ; il mar- 
cha entièrement sur les traces de son oncle, se consacrant comme lui 
presque exclusivement à l'exégèse biblique. Nous savons encore de 
Menahem qu'il faisait des conférences sur les livres prophétiques * ; or, 

1. Il a paru d'abord dans le Jahrbuch der Jûdisch-Lilerarischen Gesellschaft, 
tome IV (Francfort-s.-M.), sous le titre beaucoup plus juste de : Studien ûber Joseph 
ben Simon Kara als Exeget nebst einer Veroffentlichung seines Commentars zum 
Bûche der Hichter. 

2. C'est ce qui résulte du passage de Kara sur Juges, 11, 15-16, cité par Eppenstein, 
p. 7, n. 3 : 33 nN N3N ^TtS "abri "l"3 ÛTTJtt '-) TTîTTa !TO 1T TOIS bjl 
V")31 nN D"W1101 "Pasb D"H731*n. far contre, le passage sur I Rois, vm, 32 : 



148 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

M. Eppenstein croit que Joseph avait également choisi la profession de 
maître de la science biblique, que ses commentaires proviennent peut- 
être des notes préparées par lui pour les besoins de l'enseignement, et 
qu'ainsi s'explique l'épithète de fcnp qu'on accole à son nom. C'est pos- 
sible; il faudrait seulement ajouter que Menahem b. Helbo portait éga- 
lement ce surnom (voir ma monographie, p. 7, n. 2) et que Joseph cite, 
sur Isaïe, xxm, 13 : D^finpn ^nnD, par où Ton voit que ce titre était 
assez répandu en France 1 . 

Ce qui montre avec quelle ardeur Kara s'est consacré à l'étude de 
la Bible, c'est qu'il a laissé de quelques-uns de ses commentaires deux 
recensions. Tel est avant tout le cas pour les Lamentations, dont les 
deux recensions ont été éditées en dernier lieu par Buber (v. Eppenstein, 
p. 8, n. 6), mais aussi, à ce qu'il semble, pour Isaïe. Que l'on compare, 
par exemple, les extraits de ce commentaire publiés d'après le ms. 
Kirchheim par Littmann (Joseph ben Simeon Kara als Schrifterklàrer, 
pp. 26-32) avec l'édition de Lublin, qui reproduit un manuscrit de 1268 
(v. Z. f. H. B., V, 67). Il n'y a qu'un petit nombre d'extraits qui concor- 
dent, et là encore on relève de nombreuses variantes (v., par exemple, 
sur xiu, 2 ; xv, 5 ; xvi, 1 ; xvin, 2 ; xxu, 5, etc.) ; par contre, on reconnaît 
nettement en beaucoup d'endroits qu'on a affaire à deux recensions; v., 
par exemple, sur n, 22 s ; v, 10 ; xi, 14 ; xxu, 16, etc. On est surtout frappé 
par les passages où Joseph Kara formule ses règles exégétiques connues, 
et qui manquent totalement dans l'éd. de Lublin, v., par exemple, sur 
m, 1 ; vi, 2 ; vm, 1 (digression très détaillée) ; x, 12 ; xu, 23, etc. De même, 
des explications tout entières manquent dans l'éd. de Lublin comparée 
avec les extraits de Littmann, par exemple, sur m, 5, 13; xxxiv, 6 (l'ex- 
plication de ce verset est citée sur m, 1), etc. D'autre part, l'explication 
de x, 33 est plus complète et mieux rédigée dans l'éd. de Lublin que 
dans le ms. Kirchheim (sur le terme de npl^l np^J employé à ce propos 
v. Revue, LU, 204, n. 4). A remarquer encore que l'éd. de Lublin ren- 
ferme parfois de fort longs extraits du Midrasch, qui sont peut-être tout 
simplement des additions des copistes (v. Littmann, p. 14 en bas). Ainsi 
on lit à la fin de iv, 6 : bD nN ^man "jao nsn jwn nbnnTai» ^sbi 
tin:i nb^Ni m#biba (i. û^cnpa) n^onp ip irwnb epn mnairra nwjpjan 
(nanb) mrbïa "pan wanb N-ipTo -pa Tns» w^n ûmrva îzm» jmb 
•^cb isnsb *ns ismtti tjiïïd ^sb pa^ri br> rpb ^ab nasai nrranb 

rJT N^.p7û QTN bO by (DnStt "1 b"l) UJ1S73 mn signifie simplement que M. b. H. 
rapportait ce verset à tout homme qui défère le serment à son prochain, que ce soit 
justement ou injustement. Voir le texte du passage tout entier dans ma monographie, 
pp. 24-25, et rectifier, en conséquence, Z. f. H. B., VIII, 68. 

4. Le terme de D"Wip était également usité en Espagne pour désigner ceux qui 
sont versés dans la Bible; on le trouve par exemple chez Juda b. Barzilaï dans son 
Commentaire du S. Yecira, p. 63. Cf. Bâcher, Revue, XVII, 275. 

2. L'explication de Menahem b. Helbo sur ce verset n'est introduite dans le ms. 
Kirchheim que par T3772UJ et y présente des divergences notables ; v. mon Menahem 
b. Helbo, p. 27, n. 2. 



BIBLIOGRAPHIE 149 

b"T warn 13 Wi*WJ "IBTBD ', et ce développement est suivi d'aggadas 
sur les chapitres i-iv, qui occupent plusieurs pages, ce qu'on ne remarque 
pas ailleurs elie/. Kara. Il en est de même sur vm, 4; xl, Al; xli, 12 
où les aggadas sur les versets 2 et suivants commencent par ces mots: 
wmni ©"Tnab mina), etc. Mais il se peut que les recensions divergentes 
appartiennent à des disciples de Kara, leurs commentaires ayant été parfois 
attribués au maître (celui d'Ézéchiel, par exemple, v. Z.f.H.B., Le, 68) \ 

L'attitude de Kara vis-à vis du Midrasch a déjà éternise maintes fois en 
lumière et M. Eppenstein consacre également à ce sujet quelques obser- 
vations intéressantes (pp. 9 et s.). De tous les commentateurs notoires 
de la France septentrionale 3 , Kara est celui qui s'est montré le plus 
opposé au Midrasch (v. surtout les citations du Commentaire de Samuel, 
pp. 9-10), et pourtant il lui fait encore beaucoup de place (quand bien 
même beaucoup de passages auraient été ajoutés par des copistes) et il 
faut reconnaître avec Eppenstein, qu'il distingue entre les aggadas à 
application morale ou à tendance instructive et celles dont les interpré- 
tations frisent la fantaisie, et qu'il ne rejette que ces dernières. 

Les auteurs cités par Kara ont été réunis par Epstein ("ipinn, I, 33-35) ; 
mais il y a lieu maintenant d'en effacer certains et d'en ajouter d'autres. 
Ainsi, la citation sur Lamentât., iv, 6 (dans D'Iran ""ST, éd. Aschkenazi, 
p. 2i) : b"£T m-iro trm dot m^Nta wi» rra» 'rra t?»;» *p, est 
une addition tirée du Lékah Tob de Tobia b. Éliézer, ad loc. (v. l'Intro- 
duction de Buber, § 5). D'un autre côté, Kara dit sur Isaïe, lxiii, 3 : 
":n '13 pnaf '"1 ^D73 wmïï É p'ï\ citation qui manque dans la liste 

1. Les derniers mots ne paraissent pas être tout à fait en ordre; il faut peut-être 

lire : td*H3B [n^n nnan] nçnrçs isb ]^yn bs yvb [nbnra] ■'ab H3BÉO 
'-iD"i no-iab "naa. 

2. De même, j'ai émis l'opinion que le commentaire du Cantique édité par Hiibsch 
provient d'un élève de Kara, v. mon Menahem b. Helbo, p. 11, n. 4. Dans Eppenstein, 
p. 8, il manque encore le commentaire d'Esther édité par Hiibsch, dont Kara est sûre- 
ment l'auteur, v. ibidem. 

3. On sait que Menahem b. Helbo, le premier exégète du nord de la France, doit 
beaucoup également au Derasch, v. ma monographie, p. 14. Je remarque, à ce propos, 
que pour l'interprétation de 1 Rois, v, 12 par Menahem, dont j'avais fait ressortir le 
caractère particulièrement aggadique, un Midrasch presque identique se retrouve dans 
l'Introduction de Tobia b. Éliézer a son Lékah Tob sur Kohélet (éd. Feinberg, p. 3) : 

N-ipr fwa e"jn rpNi nern nrm yn bvn D^cbs niabto -a-m mnD} 
ire: ibwb E|ban rwan «bi b»tt D^oba 'j naritJa ab 73"» te-nsb ima «arin 
fnaïa M3N — ) ■nns» -itsk pi D^aaan ^tzm» hy •paattio m pib 
nsas^ttî ©"ntoi nbnp ">btt3tj û^BibN nrabiz: iba D">BbN nrabiD "ûri b"T 
Bjba iratTai nn manb bsiiD'ib îsb^to E|bw mm ^iDEnn niDTan ^pn» 
rT'npn ni pB bw Bpb« sim ■pb* ■nbn p»n qba 'ans pyaa mTab Niniû- 

Ainsi nbfc* est expliqué, ici aussi, par « enseigner». 

4. Sans doute identique avec Isaac b. Ascher ha-Lévi de Spire, connu sous le chiffre 
N"n"n, élève de Raschi (t. sur lui Michaël, Q^nr; "TIN, p. 501, n° 1074). Il est éga- 
lement cité par le disciple de Kara sur Ézéch., x, 20 : n"3 priât" 1 '"173 inJKÏÏ pi 
^bn 1113 N (plus correctement dans le ms. Kirchheim, cité par Littmann, p. 26 : pi 

■nbn -iœN in pnsr 'i *e?3 *py73ï: ia E|ot 'i ïamtt y»©). 



150 REVUE DES ETUDES JUIVES 

d'Epstein. En outre, certaines citations peuvent maintenant être étayées 
d'un plus grand nombre de textes, par exemple : Menahem b. Helbo (cf. ma 
monographie); Menahem b. Sarouk (Is.,xxvn, ll;xxxvin, 14; xl, 12; Jér., 
vi, 9 ; xi, 19, etc.); les "jinriD ■>tu3K (ajouter : Is., xv, 5 et Lament., m, 5, 
2 e recension), etc. Eppenstein ne parle que des citations de Saadia, qui 
est mentionné par Karasur Job, xv, 24, et Lament., m, 5. Or, la première 
ne concorde pas avec celle de Saadia Gaon, ad loc., et on ne peut pas 
davantage établir l'authenticité de la seconde : de nouveau l'on constate 
que les exégètes de la France du nord rapportent souvent de fausses cita- 
tions de Saadia (v. Revue, LU, 56; cf. une opinion contraire de Porges, 
Z. f. H. B., xi, 17). Ajoutons que Saadia est encore nommé par Kara 
sur Zach , vi, 6, mais cette citation pourrait être empruntée à Raschi, 
ad loc. 

M. Eppenstein s'étend surtout sur les rapports de Kara avec Raschi 
(pp. 14 et suiv.), sans connaître, parmi les auteurs qui ont jusqu'ici 
étudié la question, Einstein {Magazin, 1886, 222 et suiv. ; cf. 244) et Brùll 
[Jahrbùcher, VII, 171). Kara ne cite pas si souvent Raschi nommément et, 
quand il le fait, il emploie diverses formules. Ainsi dans le commentaire 
des Rois, il écrit : rrab© a» m ^"nnsa ^nN£72 ou 'n «am winoa ■■man 
b"£T ïTttbœ (v. Eppenstein, p. 20), sur Is., xxvi, 7 : Tzn^Dta viyEi» b3N 
pn*i '-pq rra'btt I3"»:n, sur Aggée, n, 15 : prisr 1 *ma nttbra -m nns *p 
b"£T, souvent sur Job (vu, 21 ; xvn, 5; xvm, 2; xxu, 20 et xxvn, 6) : ND3"i 
b"£T pris* n"3 nttbu: (cf. Revue, XL VII, 141). Mais, ici encore, ce sont 
parfois les copistes qui ont inséré le nom de Raschi, ainsi sur Jérémie, 
xliv, 30, et xlix, 3, où les explications qui commencent respectivement 
par '^S U5"m et ta""i '"'S, sont formellement désignées comme gloses dans 
l'éd. de Schlossberg (a"3) et qui manquent totalement dans l'éd. de 
Lublin. On peut donc admettre que les explications d'Is., xi, 8 ; xxm, 13 ; 
xxv, 11 et xxxiv, 14, qui sont introduites dans cette édition par ©"no, 
sont elles aussi des additions d'un glossateur, Kara ne citant jamais 
Raschi de cette façon. 

D'autre part, on a plus d'une fois exprimé l'opinion que Kara avait 
simplement pris comme base les commentaires de Raschi et les avait 
amplifiés, ce qui est loin d'être exact. M. Eppenstein, comparant en 
détail les commentaires de l'un et de l'autre sur les Premiers Prophètes, 
sur Isaïe et sur Jérémie, conclut (p. 25) qu'à tout le moins, si Kara a subi 
l'influence de Raschi, il en a exercé une sur lui dans la même mesure, 
sinon davantage. M. E. est même tenté de placer les mérites de Kara 
au-dessus de ceux de Raschi pour l'explication naturelle de la Bible, et 
il justifie cette préférence en produisant des exemples de la méthode 
exégétique de Kara (pp. 26 et suiv.) des explications séduisantes de cer- 
tains mots (p. 29) et en faisant ressortir les qualités de son style. 

Quoi qu'il en soit et quoique Joseph Kara ait eu, comme nous l'avons 
vu plus haut, des élèves qui ont composé des commentaires bibliques 
dans le môme esprit que les siens, il est peu cité dans la littérature du 



BIBLIOGRAPHIE 151 

moyen âge ' et n'a pas exerce de grande influence. Il est mentionné par 
exemple par David Kimhi sur ('.en., xix, 11, et M. Eppenstein assure 
(p. :u que celui-ci l'a beaucoup utilisé'. Le fait est que, dans le Com- 
mentaire des .luges édité par lui, beaucoup de passages concordent avec 
Kimhi (par exemple, sur m, 28 ; v, 8 ; xn, 4), de sorte qu'il y a peut-être 
lieu d'admettre une influence de Kara, par contre il faut encore laisser 
ouverte la question de savoir si Lévi b Cierson a connu directement et 
utilisé les commentaires de ce dernier, comme le veut M. E. 

A son étude M. Eppenstein a joint une édition du Commentaire des 
Juges par Kara d'après le ms. Kirchheim. Cette publication a d'autant 
plus de prix qu'on ne possédait jusqu'ici imprimés que des extraits du 
commentaire de Kara sur les Premiers Prophètes (édités par A. Wolf dans 
"irrc", III-IV). Celui des Juges a tous les caractères distinctifs de Kara ; 
par exemple les tournures : n^y iin&ttao Mttnn «btiJ (sur i, 16; ni, 17, et 
iv, i 1 et "ip"^' HT (sur v, 13), ainsi que ses autres règles exégétiques déjà 
connues (sur v, 24, et xm, 12). On n'y trouve cités nommément que Mena- 
hem b. Helbo (sur u, 17, et vi, 2) et Dounasch b. Labrat (sur v, 21), dont 
la critique contre Menahem b. Sarouk est appelée, chose curieuse : -ido 
p-tàKH, Par contre, on y relève des explications anonymes, par exemple : 
D*nnN marines Tnam (sur vi, 26), obwi on pmc *]? (sur vin, 18), 
etc. Il est intéressant de voir Kara considérer certains passages comme des 
gloses explicatives ajoutées par l'auteur du livre des Juges, par exemple 
sur xm, 18 : "»»bs «im -iek noon nt* onora aroarn, ou sur xvu, 6 : 
1D1 "p -î73N ttt "ido onoia eroan ...ann owo. Quant à cet auteur, il y voit 
Samuel, comme le Talmud (qu'il ne cite pas), v. sur u, 6 : Kiaan bsitNoJ 
bo rfopttb benic îo^on farn nrrnb ^ti^i -idoto n^as'iia "ido nnora v 
'toi D'WI©?! "tr. Parmi ses autres explications relevons les suivantes. 
Sur v, 13 il considère entre autres mots T"!U3 comme un nom de lieu, 
avec référence à Jos., xix, 10. — Sur v, 21, il regarde également D^B'Hp 
comme le nom d'un fleuve, sur quoi il observe : l^n nttib -^:mon bfin 
Nbia btriiDi yixo Nstjn mwipTa qbx -ib-in o-^np ï73Uîuj oip72 la^xM 
pbiaan hy nvraun nn^j &ôn ywirp hd?2 «bia <>sb junm -ieoo i370">3 
"idoo n:723 fitbio ""djn rtyian "pisb i-poth ■n^Oîrrb mnon ^-imniDO"! 
JiD"irp. — Sur ix, 15, explication lexicographique de la racine non, qui 
d'après l'auteur signifie toujours « se couvrir » ("no^o "piob) et jamais « se 
confier y> tpnaa "piob). 

L'édition est fort soignée; voici pourtant quelques remarques: l'aggada 
reproduite sur v, 5 est peut-être empruntée au Targoum et se retrouve 

1. Les auteurs qui citent Kara sont énumérés par Zunz [Zur Gesc/iichle, p. 69), 
dont il faut rapprocher les références données par Berliner (Û^IDIO nu^bo, partie 
hébr., p. 12 et suiv.). Il faut y ajouter les citations d'un commentaire tossahstique du 
Pentateuque ms. appartenant à M. E.-N. Adler (v. Monatsscàrift, 1901, 371, n° 29) 
et deux citations du commentaire de Kara sur Job dans le commentaire anonyme édité 
par Wright (v. Revue, LU, 60 , dont l'auteur n'est pas un disciple d'Éliézer de Beau- 
gency (comme l'affirme Eppenstein, p. 4, n. 6). 

2. Mais cf. Geiger, D"n?3NB rSTOp, p. 72. 



152 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

(rattachée, non à notre verset, mais à Psaumes, lxvhi, 47) dans Genèse 
rabba, xcix, 1, dans la bouche de R. Yossé ha-Guelili (cf. aussi la sen- 
tence de R. Joseph sur le Sinaï, Sota, 5 a). — Sur v, 10, Kara donne, à 
proprement parler, deux explications : d'après l'une, rvmrHS main» 
signifie « des mules blanches » et TH72 « jugement », d'après l'autre, les 
premiers mots veulent dire « des mules excellentes » et 1"Htt est un nom 
de lieu, d'après Josué, xv, 61. Il faut donc ajouter, avant le deuxième 
mmnas main» Wn, quelque chose comme N"i, et rectifier les 
remarques d'Eppenstein (pp. 17-18). — Sur v, 26, le point d'interrogation 
est à effacer. En effet, Kara établit un rapprochement, d'ailleurs sin- 
gulier, entre prra et ppirna, et explique le premier mot par « enfoncer, 
engraver » : ppin7a ywb iiBana *7mti na»pn [i. lainnD) ^nnciCKi nprna. 
M. Eppenstein nous fait espérer une réédition du commentaire de Job 
par Kara. Nous formerions plutôt le vœu de voir éditer en un seul 
volume tout ce qui s'est conservé de Kara, aussi bien les commentaires 
bibliques que les explications de Pioutim. Mais il faudrait consulter dans 
ce but tous les manuscrits connus, ce qui permettrait non seulement 
d'obtenir un texte critique satisfaisant, mais de tirer au clair les rapports 
des différentes recensions entre elles, et d'établir ce qui appartient à 
Kara, ce qui est interpolé et ce qui porte à tort son nom. C'est alors 
seulement qu'il sera possible d'apprécier définitivement l'importance de 
Kara et sa place dans l'histoire de l'exégèse biblique. 

Varsovie, le 28 juin 1907. 

Samuel Poznanski. 



Le gérant : 

Israël Lévi. 



VERSAILLES. — IMPRIMERIES CERF, 59, RUE DUPLESSIS. 



LE TEMPLE DU DIEU YAHOU 

ET LA COLONIE JUIVE D'ÉLÉPHANTINE 

AU V e SIÈCLE AVANT L'ÈRE CHRÉTIENNE 



Les papyrus d'Assouan récemment découverts et publiés ' avaient 
produit une véritable sensation dans le monde savant : quelle 
surprise, en effet, que cette résurrection d'une colonie juive — 
militaire ou non 2 — établie, dès le v e siècle avant notre ère, dans 
File d'Éléphantine et à Syène, en possession d'un temple consacré 
au Dieu Yahou, et cependant suivant, dans sa vie sociale, une 
législation différente de celle du Pentateuque ! A peine remis de 
cette émotion et avant d'avoir pu résoudre tous les problèmes que 
soulèvent ces documents inespérés, voilà qu'il nous faut nous 
étonner davantage devant les nouveaux papyrus, de même origine 
et relatifs à la même colonie, que la mission allemande a eu la 
bonne fortune d'exhumer du sol de l'île d'Éléphantine et que 
M. Sachau s'est empressé de déchiffrer 3 . Toute préface ne saurait 
qu'en affaiblir 1 intérêt ; laissons ces témoins, vieux de vingt-trois 
siècles, parler eux-mêmes. 



Les Textes. 

I 

m:i-p ^-my mm nns imaa "jenE b« .t 
Dbœ [N]n-pa a^a ^t finans nmasi 

1. Voir Revue, t. LUI, p. 123, et plus haut, p. 35. 

2. Voir notre article, plus haut, p. 35. 

3. Drei aramaische Papyrusuvkunden aus Elephantine, dans Abhandlungen der 
k. Preuss. Akademie der Wissenschaflen vom Jahr 1907. Mit I Tafel. Berlin, 
G. Reimer, 1907, in-4». 

T. LIV, n° 108. 11 



154 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

pnnbi pa> baa firaia bwz^ N^aia nb« p-itt .2 

ND573 oinrm anp -î3?û- ,, c:-< 
p-nN "pm q'^wX in pa ^t p mm Rn"»a ■•aai .3 
py baa "nn -p"!isi mm *p pa** 
n«r rira pttN p nmaai ma-p -pa* pa .4 
dchn na &0373 «inwi i|H~5 fiaia 
a-^3 ->t aian «nb« ^t ismas Kab?a ba> ttnt ps; .5 
n:n -pmc "»t Mii-n or maiEn wi^a 
Nn-pa 3^3 ^t srtbst in -1 "»t siu« ab mn .6 
*]t aa-ppi nns n.an p njrp 
b*n ni ^t nna ■paa ba» nbia nna» arnb .7 

3^3 n N113N 173«b NP-pa p03 HIH 

«bTl a* ^nx?a "i3i "psa -ina nair wrT>a -8 
ambn a* a** n~pab ira "jannx 
«■rnTsan KanN ia> ^-Twi: -t «-na.xa vsy .9 
pin mn qs i7:n *nan nn ^t n:3n ^t 
arnaNa mn v pN ^t nb-os pa liill p« *t .10 
arp-^an wp an-iom "iiaia -jt 
^t «ba n« ^t inp* bbom ian: "jbs fcrisïaa ^t .h 
n?:n ^t pnsi N3" , ©s n^ma ar 
qaai 3ht ^t erp-itm nsn-a niaen s*ba mn .12 
"inpb «ba [-|]t emawa mn ^ arr.yizizi 
■pnaa pnaTTa -p» ^am pi visa* orracabi 13 
pnatnb ba> "maaa "•Tai rpts 3-»z "p xn^ mn 

ba "pnitTa ^nbs "maan nnatan n:3 -tt «ma» .14 
ban «b "t &maN3 aànar cwi mara 
ppc pai paa a? nanax miaj n;TD mai .15 
t^Taia «173 rnmb pbaiTai "p^nsi pn p;ab 

«bas ipD:n eraba "p aa-nma "pinn "»t 16 
■pnaa-bai na« n:p m *paaa bai "mban p 
qj< a:na ]im ib'tap ba *]t ct-paab , w ,, w\3 i3'3 *t .17 

NPw\S3 NT ^T pJ'3 n3T n72ip 

wN3-i n:hd ]:nm bri inh» pbia ma» ]b T<ay 18 

••mn» pais ba»i abtanma *t N^ana nmaai 
q« yhy inbo »b mn nna« tnirr nm "«aas» "»t .19 
Kabr cin^m lui"» r-o^î Ti?:n ai^ p 
Rica 1^73^361 vaab ppo n;n3N n?:v n:T n^i .20 
puîTa Mb matt pr'aa» nb7anco "ib^T 
il 11 1 1 1 — = n:*w bt» i^i ■•dt p E|« "j^ma n? n?:m .21 
nibyi n[a]iabi nn3?3 «ab?a cinm 



LE TEMPLE DU DIEU YAIIOU ET LÀ COLONIE JUIVE D'ÉLÉPHANTINE 455 

nmaDi h^t» 7*137 pa -|t «masa nay «b .22 
•pnrN p 3"» "ôya ba mmrm 
*jt wN-n>N by itïjp» 3:2 "jîow b* fn .23 
••îja "<Tn maaïab p Tpa® N- ^a manab 
libre *p?3 m» i"n»»a nar ">t m?on-r "jnaa .24 
NnbwS im ->t {ma» by o^mb* 
T^ip ~th n;^ "»t bapb «rima a^a maaab .25 

■panp"' Rnnaan «na^abi «nritti- 
mba? nsasai -paca Nn?N im ->t Nn3i7j ba> .26 
jnwi "paai i-noai nana» h? baa 
naam "|t Nm:s "»t iy -na? p in n;n *t :>d .27 
n?N im 3ip -p mm r-p-rirn 
•J731 inam mb* rtb anp^ ^t n33 jn ctto .28 
h:t ba> am ban q?T îrnaaa qsa -721a 
ïnbœ mn rna«a firba «ba c|« pm pbo -29 
r-nas; nns aba«aa ^aa rrnboi mbi ?* 

.3 y-n «b D'jnwS «73 p -par *T .i:t3 t]N .30 
if*ob[nj ovp-h II 11 lll" -5 nj'j pcmab 

Traduction. 

v i) A notre seigneur, liagoas 1 , gouverneur de Judée', tes serviteurs 
Yedoniab et consorts 3 , prêtres de Yeb (Éléphantinej , la forteresse, 
salut. 

(2) Que notre Seigneur, le Dieu du ciel*, veuille beaucoup ton bien 5 
en tout temps, qu'il te concilie la faveur du roi Darius 6 .3) et de sa 

1 Comme ou l'a déjà remarqué, ce nom rappelle celui de ■ , "i33 porté par uo des 
Juifs qui reviennent de captivité, Ezra, n, 2, 11; vin, 14; Néh'm., vu, 7, 19; x, 17. 
Que si l'orthographe de la Massora est Bigvu'i, celle de la Septante est Bayovat ou 
Bx oai. 

2. mm nriD est l'expression teclmique; c . Hau r ge, i, 1 ; n, 21, etc. 

3. Expression classique dans les textes araméens d'Ezra, v, ri', etc. 

4. Ou sait que cette appellation distingue les livres d'Ezra [i, 2; v, 11, 12; vi, 9, 
10; vu, 12, 21, 23), de Néhémie nj, 4. 5; n, 4, 20; et île Daniel (n, 18, 19, 37, 44). 
Nos papyrus fournissent la preuve qu'au V siècle cette expression était employée déjà, 
non seulement eu Judée*, mais encore dans la diaspora ju'léeuue. Or jamais elle ne 
ligure dans les autres livres de l'Écriture. Que si Genèse, xxiv, 3, porte "'"TN 'n 
D^CI, ces mots sont complétés par VlM"! ^n?.*. Au verset 7, il est vrai, il y a 
seulement 3^72*371 T'r'N. mais ce peut être par raison d'économie, la phrase com- 
plète figurant plus haut : au surplus, la Septante ajoute : « et Dieu de la terre ». 

o. L'emploi du verbe r>^"w « demander » est déconcertant. Peut être faut-il sous- 
entendre "pabc « ta paix », comme dans l's., cxxn, 6, ou jb\3? *p comme dans 
Il Sam., vin, 10, et Genèse, xliii, 27. 

6 Cf. Néhémie, I, 11, dans une prière : riTH UTfin ''asb D^mb in:m. 



156 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

famille' mille fois plus' 2 encore qu'aujourd'hui; qu'il t'accorde une 
longue vie 3 , et sois heureux et bien portant* en tout temps ! 

(4) Maintenant voici ce qu'ont à te dire tes serviteurs Yedoniah et 
consorts : Au mois de Tamouz de Tannée 14 du roi Darius 5 , lorsquAr- 
same (5) s'absenta pour rendre visite au roi, les prêtres 6 du dieu Chnoum 
de Yeb la forteresse se concertèrent 7 avec Vidrang, ton commandant ici, 
(6) dans le dessein 8 de détruire le temple du Dieu Yahou, à Yeb la forte- 
resse. Ensuite, cet ignoble 9 Vidrang (7) envoya une lettre à Napian, son 
fils, qui était chef de corps à Syène la forteresse, lettre ainsi conçue : 
« Qu'on démolisse le temple 10 de Yeb (8) la forteresse. » Puis Napian prit 
des Égyptiens et d'autres troupes; ils arrivèrent dans la forteresse de 
Yeb avec leurs armes n , (9) entrèrent dans ce temple, le détruisirent jus- 
quau ras du sol, brisèrent les colonnes de pierre, arrachèrent les portes 
(10) de pierre au nombre de cinq 12 , faites en pierre de taille, qui se trou- 
vaient dans ce temple ; quant aux battants des portes 13 qui restaient '* et 
aux gonds (il) d'airain qui étaient fixés a ces portes 1 ', au toit tout en 
bois de cèdre, avec le reste (?) des murs et. autres choses qui y figu- 
raient (42), tout cela ils l'incendièrent. Quant aux bassins d'or et d'argent 
et aux objets qui étaient dans ce temple, ils les prirent (13) et se les attri- 
buèrent à eux-mêmes. Or, c'est déjà sous la domination des rois 16 d'Egypte 
que nos ancêtres avaient édifié ce temple à Yeb la forteresse, et, lorsque 
Cambyse vint en Egypte, (14) il trouva ce temple construit. Tandis qu'on 
démolit tous les temples des dieux des Égyptiens, personne ne fit le 
moindre dommage à celui-ci. (15) Lors donc qu'on eut ainsi agi nous, 
avec nos femmes et nos enfants, nous revêtîmes le cilice, nous jeûnâmes 

1. 0» pourrait traduire : « des gens de la cour ». 

2. Cf. Deut.. I, 11 : lPT^û) qb« DDD DD. V ?3> Sp-. 

3. Cf. Daniel, vu, 12 : "prtb PD^ri" "pTD TO-INI. 

4. Traduire par « bien portant » comme eu syriaque ; cf. Ecclésiastique, xxx, 15. 

5. = ill. 

6. Remarquer que lorsque le prêtre est celui du Dieu Yahou, il est appelé "jrp, et 
lorsqu'il est celui d'une autre divinité, n?2D, comme en hébreu. 

7. rPDï?3n est le singulier de nv;i73H employé dans le Midrasch. Voir Lewy, 
II, 477. 11 faut ajouter le verbe rn*, qui a été oublié ici et qui ligure dans la même 
phrase du papyrus de Strasbourg. 

8. Le mot ab est peut-être un abrégé de n73tfb ou de "TOKO?. 

9. «"Tlb. que M. Sachau ne comprend pas, doit être rapproché de nnD P1?j 
de l'inscription de Nérab I, qui signifie « mort ignominieuse », parallèle à iCKarP 
nnm7373 de l'inscription de Nérab II : « qu'ils rendent ignominieuse sa mort » 
(Cooke, North-semitic inscriptions, p. 189). L'arabe ->nb a le même sens. 

10. Ajouter : « du Dieu Yahou », comme on lit daus le document 11. 

11. Dmbn est vraisemblablement une faute pour DTP53, mot auquel répond assez 
bien D"im3T dans 11. 

12. Nous ne voyons sur le fac-similé que cinq traits, indiquant le chiffre 5. 

13. DÏTÏ31 et non arPttîl. 

14. Explication d'un de mes élèves, M. Wechsler. 

15. Lecture de M. Frânkel. 

16. II donne une meilleure leçon : ^Dr72. 



LE TEMPLE DU DIEU YAHOU ET LA COLONIE JUIVE DELÉIM1ANTINE 157 

et priâmes Yahou, Dieu du ciel \ 16 qu'il nous montrât * la ruine de ce 
chien" de Vidrang. Les chaînes lui lurent enlevées des pieds {?}*, tous les 
biens qu'il avait acquis périrent, tous ceux (17) qui avaient voulu du mal 8 
à ce temple furent tués 6 et nous vîmes leur défaite. Or déjà avant cela, 
au temps où ce mal [48 nous arriva, nous avions envoyé une lettre [àj 7 
notre seigneur et à Yohanan, grand-prêtre, et à sa suite, les prêtres de 
Jérusalem, à Oustan, son frère J ( .» qui est le même qu'Anani, et aux 
notables juifs. Mais ils ne nous adressèrent aucune réponse. Depuis ce 
jour de Tamouz de Tannée 14 du roi Darius (20. jusqu'à ce jour, nous 
portons le cilice, nous jeûnons, nos femmes sont devenues comme des 
veuves 8 , nous ne faisons pas d'onctions (21), nous ne buvons plus de vin. 
Pareillement depuis ce temps jusqu'au jour [ ] de l'année 17 du roi 
Darius, nous n'offrons plus d'oblations, d'encens" et d'holocaustes (22) dans 
ce temple. Maintenant tes serviteurs, Yedoniab et consorts et les Juifs, 
tons habitants de Yeb, s'expriment ainsi : I23 1 S'il plaît à notre seigneur, 
• in il soit décidé au sujet de ce temple qu'il soit rebâti, car nous ne 
nous permettons pas de le restaurer 10 . Vois ceux qui ont éprouvé tes 
bienfaits (24) et tes amis qui sont ici en Egypte ". Qu'il soit expédié une 
lettre à leur destination, au sujet du temple du Dieu Yahou (25) pour 
qu'il soit reconstruit à Yeb la forteresse tel qu'il était bâti auparavant, et 
on offrira li des oblations, de l'encens et des holocaustes ;26) sur l'autel du 
Dieu Yahou en ton honneur; nous prierons pour toi en tout temps, nous, 
nos femmes, nos enfants et les Juifs, (27) tous tant qu'ils sont ici. Que si 
tu le fais' 3 , jusqu'à la reconstruction de l'autel, tu tireras un mérite 14 

1. N^ntiS N-17J est dans Daniel. 

J. Le texte a le passe "pin" ; le futur serait préférable. M. Sacliau n'a pas compris 
le sens de l'expression, qui est biblique (cf. Ps., v, 9, H) et se rencontre aussi dans 
l'inscription de Rféscha : "W£ 333 ^jN-IH T31- 

■'!■ 6P33D, étant parallèle à fconb de la ligue 7, doit avoir également un sens inju- 
rieux. Le mot est donc à rapprocher de NDTO « chien ». Faut-il le traduire par 
« chienne », ou « roquet » ? 

4. Nous ne savons pas à quoi il est fait allusion ici. 

5. Expression biblique : H3H "Op"2- 

6. On ne dit pas par qui. 

7. Ajouter by, qui se lit en H. 

8. Expression biblique. 

9. Les deux mots ont conservé leur forme hébraïque. 

10. Notre traduction fait disparaître la difficulté qui avait arrêté M. Sachau, qui tra- 
duit : « on ne nous a pas permis », comme s'il y avait ip3'£. 

11. Est-ce : « ceux qui ont éprouvé tes bienfaits et ton amitié, ou « ceux qui veulent 
ton bien et sont tes amis ? >» 

12 En II anpa « nous offrirons ». 

13. En il izi^n. 

14. La traduction de M. Sachau nous parait fautive : « Tu auras une part devant 
Dieu. » C'est tout simplement l'hébreu "jb rrnn npliÊ"!, comme dans Deutér., vi, 
25. Bagoas aura devant Dieu le mérite de tous les sacrifices qui seront offerts désor- 
mais. 



158 REVUK DKS ETUDES JUIVES 

devant Yahou, Dieu du (28) ciel, de tout homme qui lui offrira des holo- 
caustes et des sacrifices, de la valeur de mille kikar d'argent et d'or 1 . 
Sur cela (29) nous avons envoyé un rapport Pareillement nous avons 
envoyé le récit de tout cela dans une lettre à Delaïah et a Schelémiab, fils 
de Sanaballat, gouverneur de Samarie. (30 De tout ce qui nous avait été 
fait Arsame ne savait rien. Le [20] Marheschvan, Tan 17 du roi Darius. 



Il 



laim-nh uip ^M-iir] i[i*] .1 

wr ^njaa? na>a }iy baa *in thoi mm Y 5 pa^ [p n "iN "pmj -2 

NDbw [ba>] bien poa oid-ik ^td 5*3:73 ©ir-mm 1 1 1 1 — j mrc 3 

D]b mn nan ^t «mme aa-rpnb narr posaT ^l 03 «r.ma .4 

•]T ma [■pcja ba* nb» ma« »Tib -t aam*n nns n?:n p -njm .5 

ïm]3Ma nm fMsa ^hk icna* anima a^a ^ Rnb« "irr ^t .6 

p]N ^t firm»an nj^n i? *m«na ^t amaNa îbj DimaT - 7 

"(T anhaNJa mn ^t p« n nbce "pas II III pian p^r .8 

mmizja uy n« Mt ppr e*ba it «mas bbûKi îana ^-r» .9 

Kn7a*[na]»i a*soa -n a*anT ^t arpiT7ai icnu; «nisaia io 

a^a -p amaat iaa p"?aa* Fiatta ■we w« pi naj .h 

ûanjat: «■'Ni [Tia?3] b[a] fipnsTa PMnb» *nwi naœn naa *p .12 

VWx Vin pjab ïppœ "paai "ptca a a» nanaa mas .13 

b]ai -mban p 'rnbaa ipcar; araba "jt aa-rrnaj Kamn .14 

r|N Dîna pm "ib^ap e*ba ^t emaatb ©■«&« na>3 .15 

•jamm ba> [qao] }an?a ba* (pbis) pbœ nai ba» nnjN p - 16 

mn [m]aa* «"mn* -nm n a:y ^7 "«mn» pois ban .n 

flpiara nanaa* arom t::t nan aobw cm*n II II— 5 m:uj .18 

n^"i [N7oi]-« "jt i[73 q]N itiœ «b "i7:m pœ» a*b rw 19 

pa ^t amaaa i-na> a*b mban naïab nna?a .20 

nmlnat na ïfeflin îy p p73N p m "b*a a*ba arninn .21 

nan ^t pmi ^nasa ibja ^Tn maaTab p paie .22 

bapb «nma a*n maajab a*nba* im ^t ama« ba> .23 



ib]aza"i *pu;a «nb« irr ^t «naix; ba> nnp: «nbyi 



21 



nDlam ^t ima« ^t u* nayn p p n:n ^t «ba «■mrm -25 

1. Ici encore la traduction de M. Sachau est sûrement inexacte : d'après lui, on 
promet d'attribuer à Bagoas un droit d'un sicle d'argent par 1.000 kikar. Le cadeau 
serait mince. D'après M. Sachau également, 1rs mots nr T ?yi devraient se joindre à 
la suite, ce qui est encore moins admissible. Il y a la probablement une comparaison, 
hyperbolique. 



LE TEMPLE DU DIEU YAHOU ET LA COLONIE JUIVE D ELEPHANTINE 159 

by t|b« J-Q33 tpa njl ^na-n mbr nb anir ^t 123 i?3 éttod .26 

■»3]a n , -:': , :i mbn b* înbsj "p"^ 3 ïTin !"i"W ^573 t**- 3 ^1 - 27 

•lit i — » n:to piorrrab r ^a y-n »b asntf p to* ^t «bs .28 

Comme il est facile de voir, ce texte n'est qu'un autre exemplaire 
du précédent. Les variantes de Tond ne sont pas nombreuses 

1° ligne 4 (= S du document l) : les prêtres égyptiens du dieu 
Chnoum soudoyent Vidrang. Cette accusation se lit déjà dans le 
papyrus de Strasbourg, écrit sans doute au lendemain môme de 
l'événement aobra hy bra dtd-in la-ra *rs eob?a îznrp-n 14 roizn 
«■vm uy rwan r^inra a^a na* nba ai:n it n-hed -»t Nmawn k:t 
nb îarr jodïi tpa mn n:n -pmD ">t. 

2° Ligne 7 : ûvp3ï correspond à ûmbn. Ces deux mots, que 
M. Sachau déclare ne pas comprendre, s'éclairent l'un par l'autre. 
DTP3T est la même chose que diïtw « leurs armes » et ombn est 
une altération de Drpba « leurs armes ». Ces lapsus calami ne 
sont pas rares dans nos deux papyrus; c'est ainsi que I, 28, tjbî 
doit être corrigé en Bjb», comme on lit dans II, 46 ; I, 18, manque 
by avant "jarra, qui se lit II, 16, tandis que, par contre, dans cette 
dernière ligne, "jrto est répété à tort ; I, 13, "jbtt = «abra II, 11 ; etc. 

Les portes du temple sont qualifiées de grandes p*ian, II, 8. 

Voici, d'ailleurs, le relevé des variantes : 



Ligne 



4 


1rs 


Ligne 2 


nya 


7 


KTU8 


6 


+ NnbN îrp it 


8 


qrrbri 


7 


aimaï 


10 


yrrpy bbzm 


9 


inpy -jt xna» 


12 


stons. 


10 


Kncwa 


» 


arsT 


» 


NanT 


» 


qoai 


» 


ND03 *n 


13 


Y™ 


il 


"abw 


14 


nnDïïn 


12 


riais rs 


» 


p-JX» 


» 


emattl 


15 


na* 


13 


Ta* 


16 


■pinn 


14 


wnn 


» 


«baa 


» 


■wbaa 


17 


ira 


15 


n;-a 


» 


53 


>/ 


K53 


18 


— 


16 


+ rt3T b* 


» 


\snt2 


» 


"jn-173 b* 


21 


">3T 


19 


[N731^ -|T 


22 


rrmm 


21 


«■mm 



160 REVUE DES ETUDES JUIVES 

Ligne 22 bs Ligne 21 Nba 

». i^n?:N » tien 

25 "paip" 24 D-ipD 

27 ba 25 N53 

» viay » na*r 

28 wd V- 2 " 1 2C " , ' 3 ' 1 

» ET5T » EpN 

29 — 27 + T,73tt3a 

Ces variantes sont de deux sortes : les unes sont des corrections 
au premier document, dont elles réparent les fautes ou les omis- 
sions, les autres sont la transcription en araméen des mots 
donnés d'abord sous forme hébraïque. Nous avons donc, sous les 
yeux, non deux minutes, mais le brouillon et le corrigé d'une 
même lettre. 

Le style en est indubitablement hébreu; il y a des phrases sous 
lesquelles on sent courir la langue biblique, telle, par exemple, 
celle qui décrit l'affliction des Juifs et les interdictions qu'ils 
s'imposent pour conjurer leur malheur.. Il est donc vraisemblable 
que ce texte araméen est une traduction de l'hébreu. Cette conjec- 
ture est corroborée par les corrections orthographiques que nous 
avons remarquées. Le scribe s'est aperçu qu'il avait laissé trop 
d'hébraïsmes, et il s'est efforcé d'améliorer son œuvre, pour qu'elle 
ne parût pas trop exotique au fonctionnaire perse qui devait en 
prendre connaissance K . 

Il n'en faudrait pas conclure que l'hébreu était la langue parlée 
par la colonie, car le rédacteur de la missive était certainement 
un prêtre. Il en résulte seulement que les prêtres d'Éléphantine 
avaient gardé pour leur usage la langue sacrée. 



III 



1-1 wk rrbii Tnaa ^t "j-dt .1 

-17373b ■p-iïTja -p Tlrr D '~ "P DT "^ - 2 

nb« "n Nnmn n^a b* dïîin mp .3 

naa Kn-na a^a ^t «■»»© .4 

masa onp pnp p mn .s 



60573 Bimm !l|l"5 n]OD .7 

1. On comprend mieux ainsi ces mots d'Ezra, iv, 7 : « et la teneur de la missive 
était écrite en caractères araméens et traduite en araméen » Dain73T rP73*ltt airO 



LE TEMPLE DU DIEU YAMOU ET LÀ COLONIE JUIVE I) 'ÉLÉ1MIANTINE 161 

■jttTpb mn *td mraia rrzmb .s 

b* p^-ip^ Kna^abi Knnawi .9 

ï*Wpb "»t bapb *jt «na-na .10 

nnyn?] mn .11 

Traduction. 

(1) Rapport, de ce que Bagoas et Delaïah m'ont dit : (2) Rapport : Tu 
devras dire en Egypte (3) devant Arsame au sujet de la maison de l'autel 
du Dieu du (4) ciel qui est à Yeb la forteresse, lequel (5) était construit 
dès l'antiquité, avant Cambyse (6), et que Vidrang, cet ignoble personnage, 
a détruit (7) en l'année 14 du roi Darius : (8) qu'il soit rebâti sur son 
emplacement tel qu'il était auparavant (9) et qu'on offre des oblations et 
de l'encens sur (10) cet autel, tout comme auparavant (11) on faisait. 

Il n'y a pas lieu de supposer que ce rescrit soit de l'invention 
du député de la colonie juive: tels ont dû être les termes de la 
missive qu'il était chargé de remettre à Arsame, préfet d'Egypte. 
S'il en est ainsi, il faut remarquer que la chancellerie du gouver- 
neur de Judée s'est bornée à répéter les expressions mômes de la 
requête. On y reprend la notice historique sur l'ancienneté du 
temple, antérieur à Cambyse, et même l'injure décochée contre 
Vidrang. Le Dieu des Juifs est le Dieu du ciel. 

Cela ne signifie pas que le rédacteur prend à son compte les 
idées qu'il exprime et fait siennes les énonciations qu'il transcrit ; 
il parle objectivement, en quelque sorte, en entrant dans les 
vues des pétitionnaires ou en reproduisant passivement leurs 
termes. 

Il ne faut donc plus tant s'étonner des rescrits attribués par la 
Bible aux rois perses, qui, comme de fervents monothéistes, qu'ils 
ne sont pas, parlent du Dieu du ciel et des ordres qu'ils ont reçus 
de lui, enjoignent d'approvisionner l'autel de Jérusalem pour qu'on 
prie en leur faveur. Ce ne sont pas là nécessairement de simples 
hâbleries, fantaisies de pure rhétorique, doublets des discours 
à la mode grecque ; ce sont probablement de fidèles copies des 
requêtes mêmes des Juifs. 

Les Personnes. 

L'identité des personnages dont les noms paraissent dans ces 
documents n'est pas difficile à déterminer. 
Comme l'a vu M. Euting, Arsame est le Sarsamès dont nous parle 



162 RKVUK DES ETUDES JUIVES 

sou contemporain, l'historien Ctésias, qui se rendit en Perse vers 
416 avant 1ère chrétienne. C'était le gouverneur de l'Egypte '. 

Vidrang nous est déjà connu parles papyrus araméens publiés 
par M. (lowley En Tan 416 (8 M année de Darius , en qualité de chef 
de corps de Syène, il préside le tribunal devant lequel comparaît 
Yedoniab, fils d'Hoschayah, fils d'Ouria, Araméen d'Éléphantine 
Depuis, il avait passé dans l'île, et son (ils avait pris sa succession 
à Syène, dans le commandement des troupes. Nous tâcherons de 
déterminer plus loin son rôle et les raisons qui ont permis aux 
Juifs de parler de lui, dans un document destiné aux autorités 
perses, en termes si injurieux. 

Le nom de Yedoniah, porté parle prêtre du Dieu Yahou, se ren- 
contre également dans les papyrus antérieurs. Il y a, à l'époque où 
se passe cetLe dévastation du temple juif, un Yedoniab, fils de 
Nathan, qui. en Tannée 410, est dit Araméen de Syène; un Yedo- 
niab, fils d'Hoschayah, fils d'Ouriah, Araméen d'Éléphantine en 
416. D'après M. Sacbau, ce serait l'un de ces deux homonymes qui 
serait le Yedoniab prêtre. Il y a, au contraire, toute sorte de rai- 
sons pour que ce ne soit ni l'un ni l'autre. Le nom étant des plus 
communs alors à Éléphantine et n'élanl pas complété par celui du 
père, toute identification est impossible. 

Ceux de Delaïah et de Schelémiah appartiennent à l'onomas- 
tique du temps Deux Schelémiah sont parmi ceux qui ont épousé 
des femmes étrangères au temps d'Ezra (Ezra, x, 39, 41. Un 
Delaïah est père d'un Schemaïah cbez qui se rend Néhémie iNéh , 
vi, 10). Les enfants de Delaïah sont au nombre des Juifs qui ne 
peuvent authentiquer leur filiation au retour de l'exil (Ezra, n, 60) 
Enfin, un Delaïah est fils d'Élyoénaï, descendant éloigné de Zoro- 
babel (I Cbron.. m, 24). 

Quoique fils du gouverneur des Samaritains, ces deux person- 
nages portent donc des noms essentiellement jadéem. 

Pourquoi les prêtres d'Éléphantine jugent- ils opportun de 
s'adresser à eux, c'est ce qu'on ne voit pas. Vraisemblablement 
c'étaient les héritiers présomptifs du gouverneur de Samarie, et, de 
fait, l'un d'eux, Delaïah, semble avoir succédé en partie à son père 
dans cette charge, puisque dans la réponse son nom figure à côté 
de celui de Bagoas, sans toutefois qu'il porte le titre de gouverneur. 

On ne sait rien du i'vèva de Yohanan. Son nom hébreu est porté 
par un autre descendant d'Élioénaï. Quant au nom d'Ostan, il 

1. Ctesise fragmenta De rébus persicis, éd. Muller, collection Didot, à la suite de 
l'éd. d'Hérodote, p. 52 6 (iragm. 29, § 34). 



LK TEMPLE DU DIEU YAHOU ET LA COLONIE JUIVE D ÉLÈIMIANTINE 163 

n'esl ni hébreu, ni araméen. On voil que, bien avant L'époque 
grecque, les hauts personnages juifs, même dans les familles pon- 
tificales, avaient déjà l'habitude de se parer d'un nom exotique. 
Pour que les prêtres d'Éléphautine s'adressent également à cet 
Anani, il faut qu'en sa qualité de frère du grand-prêtre, il ait 
joué un certain rôle dans les affaires religieuses des Juifs. Ainsi 
s'explique une assertion de Josèphe [Antiq., XI, 306) d'après 
laquelle le ïvève du grand-prêtre Jaddus aurai! partagé avec son 
frère la dignité pontificale 

Nous avons réserve pour la fin les noms du grand -prêtre de Jéru- 
salem, Yohanan, du préfet de la Judée. Bagoas, et du gouverneur 
de Samarie, Sanaballat. 

On sait que les deux premiers de ces personnages figurent dans 
un récit de Josèphe (Antiq., XI, 297 et s.). Yohanan, fils de Juda, 
fils d'Eliasib, grand -prêtre, avail, nous dit-il, un frère nommé 
Jésus, qui était l'ami de Bagoas, général du second Artaxerxès. 
Ce Jésus, ayant reçu de Bagoas la promesse d'obtenir le pontificat, 
chercha querelle dans le Temple à son frère, qui le tua. Là-dessus, 
Bagoas entra dans le Temple, malgré la résistance des Juifs, établit 
sur eux un impôt de 50 drachmes par agneau servant aux sacrifices 
journaliers et les persécuta pendant sept ans. A ce Yohanan suc- 
céda son fils Jaddus. 

Artaxerxès II, ou Mnémon, régna de 404 à 359. Nos documents 
étant datés de l'an 407, il est hors de doute que ces Yohanan et 
Bagoas sont les mêmes qui figurent dans les papyrus, c'est-à-dire 
dans l'avant-dernière année du règne de Darius, et, dans le récit 
de Josèphe, après 404. 

Voila réhabilité le document utilisé par Josèphe. Sur la foi 
d'un auteur chrétien, les critiques les moins suspects de radica- 
lisme avaient corrigé Artaxerxès II en Artaxerxès III (Ochus. 
La correction semblait s'imposer : était-il à présumer qu'il y eût eu 
un Bagoas général d'Arlaxerxès II et un Bagoas ministre d'Ar- 
taxerxès III? De pareilles homonymies trahissent toujours des 
confusions. Au surplus, ainsi seulement se comprenait que le fils 
de Yohanan, Jaddus, fût encore grand-prêtre au temps d'Alexandre, 
en 332, comme le raconte ensuite Josèphe. 

Nos papyrus araméens nous donnent une leçon de prudence; 
ils nous enseignent que les homonymies ne doivent pas nécessai- 
rement faire crier à la supercherie ou à l'erreur. Il y avait dans 
l'antiquité déjà des familles vouées aux fonctions politiques ou 
militaires. Mais quel coup surtout pour le système de Willrich ! 
On sait comment le critique allemand interprétait le récit de 



164 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Josèphe : ce n'est qu'une projection dans le passé des démêlés 
d'Onias et de Jason : Yohanan, c'est Onias, et Jésus n'est que le 
prête-nom de Jason. Comme il va de soi, Josèphe avait emprunté 
cette anecdote, d'origine tardive et de caractère tendancieux, au 
pseudo-Hécatée et il fallait rayer de l'histoire toute cette page des 
Antiquités '. 

Dira-t-on, en désespoir de cause, qu'il a pu y avoir plusieurs 
grands-prêtres du nom de Yohanan? Cette conjecture n'est même 
pas défendable, car elle est ruinée d'avance par Néhémie, x, 10 et 
22, dont la source de Josèphe est indépendante 2 , et qui offre avec 
celle-ci une concordance rigoureuse dans rénumération des grands- 
prêtres ; comme dans les Antiquités, ils se succèdent dans l'ordre 
suivant : Eliaschib, Yoyada (= Juda de Josèphe), Yohanan (Yona- 
ttaan, par erreur, au verset 10) et Yaddoua. 

C'est une autre déconvenue que réserve à la critique moderne 
l'identification du Sanballat, gouverneur de Samarie, aux fils 
duquel s'adresse le prêtre d'Eléphantine. Ce personnage n'est et 
ne peut être que l'adversaire de Néhémie. En effet, sa fille épouse 
un frère du grand-prêtre Yohanan, comme lui fils de Yoyada, et 
c'est ce frère de Yohanan que Néhémie expulse du Temple. Il n'a 
pu y avoir qu'un Sanballat gouverneur de Samarie et contemporain 
à la fois de Néhémie et du frère du grand-prêtre Yohanan. Et voilà 
du coup tranchée la question, qui a déjà fait couler tant d'encre, 
de l'âge de Néhémie. Comme celui-ci a vécu sous un Artaxerxès, il 
s'agissait de savoir si c'était Artaxerxès I (Longuemain, 465-425), 
ou Artaxerxès II (404-369). Comme de juste, la critique radicale 
opinait pour le second, en se fondant sur des raisons de toute 
nature. Ici éclate la vanité des efforts de la critique verbale : un 
document daté suffit pour réduire à néant les constructions les 
plus solides en apparence. Nous sommes maintenant en possession 
d'un canon historique : en l'an 407, de l'étranger on fait appel aux 
fils d'un Sanballat, gouverneur de Samarie, lequel Sanballat — s'il 
vit encore — doit être déjà d'un certain âge ; il va même des 
chances pour qu'il soit mort à cette date, puisque, comme nous 
l'avons tu, c'est son fils qui paraît à côté de Bagoas, gouverneur 
de Judée ; ce Sanballat est incontestablement contemporain d'Ar- 
taxerxès I, et Néhémie aussi, par voie de conséquence. 

1. Juden u. Griechen, p. 21 et 89. 

2. D'après Néhémie, x, 22, Jaddus aurait été déjà grand-prètre sous Darius, alors 
que dans le récit des Antiquités, Yohanan est encore en fonctions sous Artaxerxès II. 
Nos papyrus araméens donnent raison à Josèphe contre Néhémie, où il faut supposer 
une interpolation. 



LE TEMPLE DU DIEU YAI10U ET LA COLONIE JUIVE D'ÉLÉPIIANTINK 165 

Par contre, le Sanhallat qui, d'après Josèphe (A ntiq., XI, 302 et 
suiv.), est contemporain de Jaddus et d'Alexandre, est ou un homo- 
nyme <iu premier, ou un personnage forgé de toutes pièces par 
L'historien suivi à partir de ce paragraphe par l'écrivain juif. Cet 
historien paraît ignorer tout ce qui précède dans le récit de 
Josèphe, car il fait envoyer Sanhallat à Samarie par Darius le der- 
nier roi, c'est-à-dire Darius Godoman (836-330) ; il le présente 
comme le premier du nom, dit de lui qu'il était Coulhéen d'ori- 
gine, en outre, lui attribue ce qui est raconté dans Néhémie du 
premier Sanhallat : mariage de sa fille — afïublée d'un nom 
grec! — avec le frère du grand-prêtre et construction du temple 
samaritain en faveur de son gendre. 

L'exhumation de nos documents, si exactement datés, modifie 
l'optique appliquée jusqu'ici aux derniers livres historiques de la 
Bible : il ne faut plus désormais les contrôler par Josèphe, mais 
éclairer celui-ci à la lumière de ceux-là. 

D'autres conséquences intéressantes pour l'histoire juive ressor- 
tiront des faits, qui vont être examinés dans le chapitre suivant. 

Israël Lévi. 
.1 suivre.) 



NOT S 



SUK 



LE TEXTE AIUMÉEN DU TESTAMENT DE LEVI 

RÉCEMMENT DÉCOUVERT 



On n'ignore pas l'intérêt qui s'attache aux Testaments des douze 
Patriarches. Ces petits Midraschim, avec leurs naïves fictions et 
leurs sermons édifiants, nous dé >eignKut, mieux que des traités 
dogmatiques, les couceplions morales et religieuses des Juifs 
éclairés des environs de Tore vulgaire. Longtemps, comme on le 
sait, cette œuvre d'imagination a été attribuée au christianisme, 
qui Ta conservée. Mais depuis M. H\ Schnapp* ^1884 il est avéré 
que les parties chrétiennes, facil mient reconoaissables, sont un 
placage sur un fond incontestablement juif. S'il en fallait une 
preuve de plus, nous la trouverions dans le texte araméen du 
Testament de Lévi récemment découvert parmi les fragments pro- 
venant de la Gueniza du Caire. Ëc i eu caractères hébraïques, ce 
texte était nécessairement destiné ,t les Juifs, et, pour avoir été 
admis par eux comme une lecture pieuse, il fallait évidemment 
qu'il fût indemne des additions chrétiennes qui l'eussent fait 
mettre à l'index. Deux morceaux, tyant appartenu à un même 
exemplaire, en sont déposés, l'un a la Bibliothèque de l'Université 
de Cambridge, l'autre à la Bodléieuue d Oxford. L^ premier a été 
publié en 1900 par M Pass 2 , le second vient de l'être par M. A. 
Cowley 3 , à qui nous devons l'admirable édition des papyrus 
araméens d'Assouan. 

1. Die Tesfamente (1er zwôlfPatriarchen 

2. Jeivish Quarterly Reuiew, t. XII, p 6ol. 

3. Ibid., XIX, p. 566. 



NOTES SUK LE TEXTE ARAMÉEN DU TESTAMENT DE LEVI 167 

Ces deux lambeaux sont assez grands, comme on s'en apercevra 
par la traduction qu'on lira plus loin, pour nous permettre de 
les identifier avec assurance. Par le cadre, c'est bel et bien un 
Tes ta me ni de Lévi, analogue à celui du texte classique : certaines 
parties s:>nt même identiques. Mais pour le fond, les divergences 
sont nombreuses; en particulier, dans le Testament araméen de 
Longs passages sont la reproduction exacte du Livre des Jubilés et 
môme de Tobit 

Ce texte araméen n'est pas le seul à offrir ces particularités; 
celles-ci se rencontrent également dans un ms. grec (du x e siècle) 
des Testaments photographié au mont Athos par Lake 4 . 

M Cowley, qui a eu l'heureuse inspiration de comparer ces deux 
versions, arrive à celte conclusion que l'araméen et le grec sont 
deui traductions parallèles d'un même original hébreu; en quoi 
il a sûrement raison. Cet original, d'après M. Cowley, serait non 
un succédané des Testamen s ordinaires et des Jubilés, mais la 
source de ces deux écrits. Ici nous attendons la démonstration 
que M Cowley a jugé inutile de mettre sous nos yeux 

Parmi les preuves que notre savant confrère a réunies à l'appui 
de sa thèse, il en est qui sont hors de contestation ; d'autres sont 
sujettes à caution Ce sont ces dernières que nous allons examiner. 

Comparant l'araméen : -p no ttoot p î*pp3« pmi « et loi, 
prends-toi une femme de ma famille , au grec correspondant : 
tîj -s(pxo; xizo To-j cTrÉoaaTo; Xooe Tsauxco « loi premier prends-loi de 
ta race », M Cowley voit dans tcçxotoç, qui fait pendant à npddn 
« femme ». le témoignage d'une confusion faite par le traducteur 
grec en Ire rroa et ■pTSsn. 

L'hypothèse semble, au premier abord, très séduisante, car 
d'autres exemples d'une confusion identique peuvent la corro- 
borer. C'est ainsi que dans l'Ecclésiastique, xuv. 22c, a l'hébreu 

pIZJK" 1 bs rvra correspond eùÀoy'av (= PDH3) 7ràvT(ov àv0pa>7c<ov; 
xxxi, v 2~t a, tt)«i7a pbn; b^b «im est traduit : xaî aùrôç sx-naTai eîç 
eù^poffuvTjv avOptoTTo-.ç; dans Ezra. vu. 16, dtni est rendu par àvopaç. 

Mais ce n'est là qu'une apparence. En effet, notre passage, qui 
ne varie pas beaucoup de la recension classique (ix 9), est la 
réplique presque parfaite de Tobit, iv, 12 Qu'on en juge. 

Araméen du Testament : 

p bpp38 P3«i pi:t jei hktsbi tpd bD p -nn ^b imrn r^ipb 
.^j-t snpi p:n cnp *-)T "»"« fanai o* -p-jT bnn ab"! -;b no ^pnsiz:*] 

I. Lorsque nous parlerons du grec, nous entendrons toujours cette version du mont 
Athos, que M. Cowley a reproduite en regard du texte araméen. 



iC8 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Tout d'abord, mon fils, garde-toi de tonte luxure, impureté et fornica- 
tion et prends une femme de ma famille et ne profane pas ta semence 
avec les courtisanes, car tu es une semence sainte, et sainte est ta 
race. . . 

Grec correspondant : 

ttoÔ(7£/£ <reai>T(3 : xtCo ttct/toç Tuvo-jciaTaou xoù àicb tz-âtt^ ixaôapa'iaç xaî 
àzo 7tà<rir|ç 7ropve(aç" ffù [ : 7Cp<oTOç à-rcc» tou a7i£pixxToç [ i XaSs 

TsauTôi xai [j-'r] ^eêifjXcuffTjç xo CTCEpjJua rro'j asxà tcoXXoW (lire iropvàto)' ix 

TTTcoaaToç yàp àyiou si xat to <77rspaa <tou ayîaaov. 

Garde-toi de tout commerce intime et de toute impureté et de toute 
luxure; toi, premier, prends-toi [ ] de la race [ J et ne profane pas 
ta semence avec les courtisanes, car tu es d'une race sainte, et ta race est 

sainte. . . 

Tobit : 

izpoae-^e. <7£auT(p, rcaiBiov, y.izo Tràcnrjç 7topvetaç, xal yuvaïxst Tcptorov Ay.oi 

aTTO TGU C77l£piJ.aTOÇ TCOV 7iaT£ptOV COU' [X7) XàêvjÇ yUVaiXa QtXXoTPiaV 7) oùx 
SffTtV £X TT|Ç ^uXtjÇ TOU TiaTOO; (70U, BlOTt UlOl 7CpOCpY|T(5v IfffJLÊV. 

Garde-toi, mon fils, de toute luxure, et d'abord prends une femme de 
la race de tes pères, ne prends pas une femme étrangère, qui n'est pas de 
la tribu de ton père, car nous sommes fils de prophètes. . . 

Or la rencontre de repàrroç du Testament avec irpûrov de Tobit 
dans la même phrase et au même endroit ne saurait être fortuite. 
La coïncidence laisse a supposer que tcûcotoç est une faute pour 
ttowtov et que y uv3 "*<* est tombé, comme le mot [xo'j après <ntép- 
[àoctoç. 

Ici, il y aurait lieu de se demander où se trouvait originairement 
cet adverbe : au commencement, comme dans Faraméen, ou dans 
la seconde phrase, comme le portent Tobit et le Testament grec? 
Mais ce serait nous engager dans l'étude des rapports entre les 
Testaments et Tobit, et pour l'instant, nous ne nous croyons pas 
suffisamment armé pour entreprendre cette tâche. 

Un autre passage soulève un problème non moins embrouillé. 
Parlant de la quantité de bois nécessaire à la combustion des sacri- 
fices, Faraméen dit : 

p^bo wnnba amn dni bpntta mb "p*« (lire nss) nns ann &mnb 



NOTES SUR LE TEXTE ARAMÉEN OU TESTAMENT DE LEVI 169 

Pour un grand taureau (adulte) un kikar de bois en poids; si c'est la 
graisse seule qui est offerte, six mines; si c'est un jeune veau qui est 
oft'ert [cinquante mines, pour La graisse seule cinq mines]. 

p-nn -id s'oppose donc à Km emn; cela concorde, au surplus, 
avec la différence de quantité de bois nécessaire à la combustion 
soit de Tanimal, soit de la graisse seule. 

A ce p*nn -id correspond en grec : t<3 xaupco tùs Ssutepa) « pour 
le deuxième taureau ». Cette divergence s'explique, au dire de 
M. Cowley, par une fausse lecture de psn no au lieu de "p-nn "id, si 
le grec vient de l'araméen, ou de ■»3« -id au lieu de -nia "is, si le 
grec vient de l'hébreu. 

Mais, à notre avis, il n'y a pas lieu d'hésiter entre les deux hypo- 
thèses, car le grec peut d'autant moins provenir de l'araméen, que 
pin id est une locution certainement fautive : non seulement id 
est un lapsus dû à un scribe juif et doit être remplacé par amn, 
mais encore p-nn est incorrect : il faudrait p-nn -ia '. Il est incon- 
testable que l'original portait Tira "id ou -inon "»d. L'auteur s'est 
souvenu de "mon -id de Juges, vi, 25, ou de -id tiib de Psaumes, 
lxi.x, 32. Quant au traducteur grec, il a confondu -ira avec "oia. 

A la vue d'une pareille confusion, le lecteur quelque peu versé 
dans la Bible se rappellera une rencontre analogue des deux mots 
■n» et *3ta dans l'Écriture. Elle apparaît justement dans le verset 
des Juges que nous venons de citer. Là il est dit : « Prends le 
jeune taureau, -man hd, de ton père et le deuxième taureau, ns 
■0©n, de] sept ans. » Ensuite il n'est plus du tout parlé du jeune 
taureau, dont la destination devient ainsi inexplicable; il n'est 
plus question que du deuxième taureau (versets 26 et 28). Les 
commentateurs modernes se sont évertués en vain à déchiffrer 
cette énigme. Voici ce que dit sur cette difficulté le Père Lagrange : 
« Il n'y a rien à tirer du texte massorétique : « le taureau du 
second, sept ans », qui devient ensuite le « second taureau » ver- 
sets 26 et 28. Impossible d'expliquer un second taureau ni ce que 
font les sept ans, qui, dans le texte massorétique, ne peuvent être 
l'âge du taureau. La restauration de Kitlel (dans la traduction de 
Kaulzsch) : « prends dix de tes esclaves et un taureau de sept 
ans » est très osée, il faut ensuite supprimer le second taureau. Le 
grec (A. et Lag.) donne pu5 -id « un taureau gras » au lieu de -id 
■non, qui est aussi assez étrange, et reproduit la môme leçon 
v. 28. Elle est très bonne, c'est le veau gras qui est censé être 
dans l'étable. Peu importe d'où vient la confusion massorétique. 

1. G'eit peut-être la leçon p-nn "13 qui a donné naissance à p"nn "ID- 
T. LIV, V 108. 12 



170 REVUE DES ETUDES JUIVES 

Il se peut que yaw ayant été transcrit par mégarde ->3ti:, on ait 
voulu ensuite expliquer ce taureau second comme un taureau 
âgé, du mot mu) année, en lui attribuant sept ans, le temps de 
l'oppression madianite. » Et le Père Lagrange, dans ses corrections 
textuelles met pie, qui doit être substitué à "nizjn. 

Or, celte correction, qui ne remédie à rien, est malheureuse à un 
autre point de vue. Si les Septante rendent ttoïi ne par « taureau 
gras », ce n'est pas pour avoir lu "jm: "id, mais parce que telle était 
la version traditionnelle, car dans Psaumes, lxix, 32, no muj est 
traduit dans la Peschito par «TasDjn amn « taureau engraissé •> et 
dans le Targoum par tr^s i"in < taureau </ras ». 

La Septante ayant le même adjectif au verset 28, où l'hébreu 
porte "OiZ5, on pourrait supposer que le traducteur grec a lu -nia au 
lieu de *»3tt), au contraire de notre traducteur du Testament de Lévi ; 
mais il est plus vraisemblable que par entraînement il a mêlé les 
deux taureaux dont il est parlé au verset 25. 

N'était la finale de ce verset « [âgé de] sept ans », nous croirions 
volontiers que d'un bout à l'autre du récit il y avait tmdïi ^d et 
que "Oion iq était à 1 origine, dans le premier verset, une simple 
dittographie. Cette conjecture serait corroborée par l'exemple 
du traducteur grec du Testament, qui a confondu, lui aussi, -nia 
avec ^5iB ' . 

Contre l'hypothèse que la traduction grecque a été faite directe- 
ment sur l'original hébreu, M. Cowley relève cette circonstance 
qu'une liste d'arbres qui y figure est une simple transcription de 
termes araméens. Aussi notre savant confrère suppose-t-il que 
ces noms étaient écrits en araméen dans le texte hébreu primitif. 
Il ne sera pas mauvais de reprendre cette question. 

Transcrivons ces noms d'arbres tels qu'ils se font vis-à-vis dans 
nos deux textes araméen et grec : 

1 . NTItf, xéSpov ; 

2. N31DT, oùsSecpwva ; 

3. fcO30, g/Ïvov ; 

1. Un peu plus loin, il y a encore divergence entre l'araméen et le grec à propos 
rie ce même mot T11ZJ. H est dit qu'on doit placer d'abord sur l'autel la tète de la 
victime, couverte de graisse, afin que ne soit pas visible le sang de NTP P3D3. 
r"QD3 est probablement une faute pour P033, et l'on doit traduire : « le sang de la 
jugulation du taureau ». Au lieu de cela, le grec porte : « que ne soit pas visible le 
sang sur sa tête ». A première vue, il y a ici confusion entre ~\VO et ;i"N"V Mais il 
est tout aussi vraisemblable que le traducteur grec s'est borné à rendre l'idée, sans 
s'attacber aux mots. 



NOTES SUR LE TEXTE ARAMÉEN DU TESTAMENT DE LÉVI 171 

l. KblûK, axpo^iXov ; 

5. OTTOZ5, tci'tuv ; 

6. N3n«, ôXStva ; 

7. 8Pra, [i£;c')0a; 

S ar:ar, xavôe^ax ; 

9. KTTO73 3>wS ; 
10. 502. x-j-av.TTOv ; 
I I . nOTT, Bàapvrçv : 



2 NPpl "^N, àaoxXaOov (= àaTràXaO 



ov 



Ces noms sont ceux de douze arbres qui seuls doivent servir à 
la combustion des sacrifices. 

En voyant dans certains des termes grecs une simple transcrip- 
tion de l'araméen, M. Cowley a pensé sans doute à oùeos<pa>va (2), 
ôÀo'.va 6), fiepwTa 7) et peut-être jcavôe^ax (8). Les Irois premiers de 
ces mots, en effet, ont une terminaison araméenne bien caracté- 
risée. Mais ici se pose un problème : le Livre des Jubilés se ren- 
contre, pour celte liste de noms d'arbre, avec nos deux versions 
et, par conséquent, avec le texte primitif sur lequel elles ont 
été faites. Or, cette liste des Jubilés paraît avoir été rédigée en 
hébreu. 

Encore que l'original et môme la traduction grecque des Jubilés 
se soient perdus, la version éthiopienne, faite sur le grec, a gardé 
assez de traces de l'original pour que la comparaison soit encore 
possible En dehors des noms qui se ramènent facilement au grec, 
on y trouve ceux-ci : defran (2>, sagad (3), burati (7), tanak (8), 
besem (14). 

1. Plusieurs rabbins s'entretiennent des différentes espèces de cèdre connues d'eux; 
d'après u«e opinion anonyme, conservée dans j. Ketoubol, 31 d, il y en aurait vingt- 
quatre, dont sept seulement sont mentionnées dans l'Écriture, savoir: 1° TIN, 2° n^U}, 
3° Oin, 4° JM V", 5 8 an:, 6° -tmn, 7° nV^NP (Isaïe, xli, 19! Les trois der- 
niers mots sont traduits en hébreu : Nn~)3, JOlM, n:PDp"?D. D'après Bereschit Rabba, 
xv, ce serait l'opinion de R. Yonatban, qui aurait dit : « Les plus belles espèces sont 
celles que mentionne Isaïe », tandis que d'après Habbi, ce verset désigne les trois plus 
belles, à savoir les n 05 5, 6 et 7 = OTDp^D, nma, HllS. — Dans le Talmud 
de Babyloue \Rosclt Haschana, 23 a) Rab Yebouda parie de quatre espèces : 1° TU*, 
2° Dinpp, 3° yz'O yy, 4° OT"in. Une autre opinion veut qu'il y en ait dix, dont les 
sept d'Isaïe, ainsi rendues : 1° NTIN, 2° fiVP3Tin. 3" NON, 4° NPDnDN, 5° NP"JD, 
6° N^N'vU, 7° BCaiTO, auxquelles il faudrait ajouter : D^lbet [=^7:V>3), a^jlTsbfi* 

(= "«anba . D^iabs = wNp^od), ou d^ti» (= •>-&), wvmny (= wn), 

D^179?H = NP^ODl cf. pour ces trois dernières espèces les variantes de j. Ketoubot 
et de Bereschit Rabin . Inutile de faire remarquer les ressemblances de ces listes 
avec celles de nos textes. Ce qui est particulièrement curieux, c'est que ces espèces 
d'arbres sont dites des variétés du cèdre, avec lequel elles n'offrent cependant d'autre 
analogie que d'avoir des feuilles persistantes, et encore pas toutes. 



i72 REVUK DES ETUDES JUIVES 

Pour le n° % c'est, comme le dil M. Enno Littmann \ l'assy- 
rien dapranu. L'hébreu avait emprunté directement ce nom à cette 

langue. 

Vowsagad, MM. Charles et Littmann n'y voyaient qu'une alté- 
ration de l'hébreu npia « amandier ». Or, comme notre Testament 
araméen ne dérive certainement pas de la traduction grecque des 
Jubilés, il s'en suit que l'original ne portait pas ip», car les deux 
traducteurs ne l'auraient pas par miracle altéré de la même façon. 
Il faut donc que nao soit également un terme étranger qui a passé 
avec la chose sur le sol juif 2 . Ces deux mots, qu'on le remarque, 
n'ont aucunement la forme araméenne. 

Besem ne laisse aucun doute : c'est l'hébreu oraa. 

Burati semble réfléchir, non l'hébreu «ro, mais l'araméen 
arma. La liste des Jubilés aurait donc renfermé un nom araméen, 
dont l'emprunt était d'autant moins nécessaire que l'hébreu cor- 
respondant idvd est des plus communs. Mais reste à savoir si 
l'éthiopien burati n'est pas la copie du grec pp<£ôt>, le nom de cet 
arbre étant entré dans le vocabulaire grec sous sa forme ara- 
méenne. 

Tanakuêtè expliqué par MM. Charles et Littmann comme une 
altération de -nan ou de çoïviï. L'explication n'est plus soutenante 
aujourd'hui, où nos deux textes araméen et grec — indépendants 
de l'éthiopien - attestent la présence dans l'original d'un nom 
très proche de tanak. Quel était ce nom? Était-ce rttan « figuier», 
comme le ferait supposer l'araméen? Dans ce cas, on comprendrait 
difficilement que le traducteur grec du Livre des Jubilés, de même 
que le traducteur grec du Testament, ne l'eussent pas rendu par 
son équivalent grec, ce terme étant très commun. 

Pour sortir d'embarras, il faut abandonner les considérations 
de logique ou de philologie, pour consulter les faits, en l'espèce la 
tradition rabbinique, dans le cas où elle connaîtrait la nature des 
bois qui étaient employés pour le service de l'autel. Or précisé- 
ment, la Mischna nous fournit sur ce point tous les renseigne- 
ments désirables. D'après Para, m, 8, les bois servant à la com- 
bustion des sacrifices étaient les suivants : wia. ne*, "pe* et riDtfn 
npbn. Ces arbres se retrouvent tous dans nos listes, à la condition 
d'y lire rwe*n ■• figuier ». Dans Tamid, n, 3, il est vrai, on prétend 
que tous les bois étaient propres à cet usage, à l'exception de 

1. Die Apokryphen u. Pseudepigraphen des Allen Testaments... ûbersetzt u. 
hersg 



-- 



von E Kautzsch, II, p 16, note b. 



2. 11 faut donc aussi renoucer a l'étymologie que M I. lanv (Aram. Pflanzennamen) 
propose pour le syriaque anaO : ce n'est pas une altération de NI^O- 



.NOTES SUR LK TEXTE ARAMEKN DU TESTAMENT DE LÉVI 173 

l*olivier et de la vigne, mais, ce qui vaut mieux encore, on y 
déclare que la coutume était d'employer des branches de figuier, 
de noyer et Marbre à huile. 

Foire nous est doue de dériver de teéna : 1° tanak des Jubilés, 
"2° cantékac du Testament grec. On sait que ees additions de y 
ne sont pas rares dans les transcriptions grecques de l'hébreu : 
exemples : Ssipajr = Sira, 'AxïÀoauay = won bpn. 

Reste, il est vrai, une difficulté : il semble bien que ces différents 
arbres et arbrisseaux ont pour caractère commun d'avoir des 
feuilles persistantes. C'est, d'ailleurs, ce que dit en propres termes 
le Testament de Lévi (de l'édition ordinaire), conformément sans 
doute au Livre d'Hénoch. cb. ni. Or le figuier commun ne présente 
pas cette particularité. Il faudrait donc supposer qu'il est ici ques- 
tion du figuier sycomore, par exemple, qui offre ce caractère. 

Si, comme on vient de le voir, il existait une liste hébraïque de 
ces douze arbres, liste qui est entrée dans le Livre des Jubilés, 
pourquoi le texte hébreu du Testament dont dérivent et notre ara- 
méen et notre grec l'aurait-il donnée sous un vêtement araméen ? 

Par contre, voici d'autres preuves que l'original était rédigé en 
hébreu; elles nous sont fournies par les interprétations des noms 
propres. 

Lévi dit qu'il a appelé son fils Kabat parce qu' « à lui serait la 
réunion de tout le peuple, possédant le grand pontificat sur tout 
Israël ». «rai kpi[M"d] mnn nb ["na stov] bo nnjas rt[irp] nh *i 
bs-fizr b^b ]. Celte étymologie se fonde sur la traduction tradition- 
nelle de D"»»y Pîip* ibi (Gen., xux, 10). Aquila rend ces mots par xoà 
xùt(i) ^jcTT-^aa Xaôv « à lui une réunion de peuples », le Targoum 
samaritain : « et autour de lui se réuniront les peuples », un aga- 
diste dont l'explication s'est conservée dans Tanhouma, ad loc. : 
« relui contre lequel les nations s'assembleront ' ». 

Le texte du Testament vulgaire a fondu deux élymologies dis- 
tinctes. Lévi y dit : « Je vis qu'il se tenait parmi les fiers de toute 
la réunion. C'est pourquoi je l'appelai Kahath, qui veut dire 
commencement de la magnificence et de V union. » Vraisembla- 
blement l'auteur de ce calembour a comparé aussi nrrp à la racine 
nw = nr-rt. 

L'étymologie de Jocabed Tapr par nm (->b rmb-> -vppb) est des 
plus simples. 

1. L'oriirine de cette étymologie doit peut-être être cherchée dans une identifica- 
tion de rrrp avec pbnp : cf. m et nb"7, « porte ». 



174 REVUE DES ETUDES JUIVE? 

Celle d'Amram est également des plus limpides : c'est lui (par 
L'intermédiaire de son fils) qui doit faire sortir le peuple de 
l'Egypte. L'auteur a donc rattaché Dn au Jiipliil du verbe û*n « ôler, 
enlever » *. 

Toutes ces interprétations dénoncent un original hébreu, car 
dans une autre langue, ces jeux de mots eussent été lettre close. 

Que si notre texte araméen présuppose à l'origine un ouvrage 
hébreu, il ne s'en suit pas qu il ait été fait directement sur l'ori- 
ginal; il peut n'être qu'une adaptation juive d'une traduction 
syriaque. Justement M. Pass a cité un extrait d'un ms. syriaque 
du Testament de Lévi qui concorde exactement avec notre frag- 
ment araméen 2 . L'existence d'une telle version, œuvre d'un chré- 
tien, montre que même dans certains milieux non -juifs, circulait 
un exemplaire des Testaments non encore christianisé. 

Israël Lévi. 



Traduction. 



d'agir conformément à la règle 
Jacob, mon père 3 , 

et nous leur dîmes % [s'ils] 

désirent nos filles, et que nous soyons tous [frères] 
et amis, circoncisez le prépuce de votre chair 
et paraissez comme nous 5 et soyez scellés 6 

comme nous par la circoncision [de votre chair] et que nous soyons pour 
vous 

B. 



mon frère (ou mes frères) tout le temps 
qu'ils furent à Sichem 



1. L'auteur du second alphabet de Ben Sira dérive également le nom de Jérémie 
■^^T■ , 73"T ,, de la racine D")""!. 

2. D'après W. Wright, Catalogue ofSyriac Mss., part. II, p. 997-80. 

3. La suite ne doit pas être n$m « et il vit », car HNH est hébreu ; il faudrait NTIT 

4. A Sichem et à ses gens. 

5. Allusion à "1D72D "PHP DN, Genèse, xxxiv, 15. 

6. nnn employé avec n?V2 ne se trouve pas dans la Bible, mais dans le Rituel, 
dans la prière après le repas : i:"|U332 n7jnniD "Tm~n by\- 



NOTES SUR LE TEXTE ARAMÉEN DU TESTAMENT DE LÉV1 175 

mon frère, et il annonça ce 
a Sichero et ce que 

apprit de violence et 

Juda leur apprit que moi et Simon 

mon fivre nous étions allés pour... a lttiben, 

notre frère, qui 

avant d'avoir laissé le troupeau. 

C. 

paix ' et toutes les délices 2 des prémices de la terre 

pour la nourriture et pour la royauté ; l'épée et le combat, 

et la guerre et regorgement et la peine 

et la fureur et le massacre et la faim. Des fois tu mangeras 

et des fois tu auras faim ; tantôt tu travailleras, tantôt 

tu te reposeras ; des fois tu dormiras, et d'autres fois fuira 

le sommeil de l'œil. Et maintenant vois comme il t'a élevé au dessus 

de tout et comme nous t'avons donné 3 une supériorité de paix 

éternelle 4 . Et deux semaines passèrent devant moi 

et je me réveillai de mon sommeil, alors 

je dis : Telle et telle est la vision ; je 

m'étonnai que pour lui fût toute la vision et cachai 

cela aussi dans mon cœur et ne le révélai à personne, 

et nous entrâmes chez mon père Isaac, et lui aussi de la même façon 

me bénit. Ensuite, lorsque Jacob vit 

touchant les 12 tout ce qui lui arriverait conformément à son vœu 

et que moi j'étais le premier, à la tête 

du pontificat, il me donna entre tous ses fils le sacrifice 

à offrir à Dieu 5 et me couvrit du vêtement pontifical 

et me donna l'investiture et je fus prêtre du Dieu suprême 6 ; 

et j'offris tous ses sacrifices; je bénis mon père durant 

ma vie 7 et je bénis mes frères; alors tous 

me bénirent et mon père aussi me bénit. Et 8 je finis 

d'offrir ses sacrifices à Bethel et nous partîmes 

de Bethel et résidâmes dans la tour d'Abraham 9 , 

1. Paroles adressées à Lévi pendant une vision. Sur cette vision, voy. Jubilés, xxxn. 

2. Expression hébraïque. 

3. N'est-ee pas une faute pour • il t'a donné » ? 

4. Allusion à Nombres, xxv, 12 et 13; on a fondu 0"lblE "TV 13 et n3HD n^^^ 
D51*. Ces versets et ces promesses sont relevés aussi par Sira, xlv, 24. 

o. Les éditeurs suppléent m\si et nous nz"ipnb comme cinq lignes plus loin. 

6. Lire "jvby btfb et non d b3>, comme neuf lignes plus loin. 

7. Pourquoi mTD ? 

8. Cf. Testament de Lévi, ix. 

9. Expression courante dans le Livre des Jubilés, qui s'est conservée sous la forme 
baris dans la version latine (fragmentaire). 



176 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

notre père, devant Isaae, notre père, et 
Isaac, notre père, nous vit tous et il nous bénit l 
et il se réjouit, et lorsqu'il sut que j'étais prêtre du Dieu 
suprême, maître du ciel', il se mit à 
m 'instruire et à m'enseigner les règles 
de la prêtrise. Il me dit : Lévi, garde- 
toi, mon fils (mon fils), de toute impureté 

et de tout péché. Ton privilège est plus grand que celui de toute 
chair. Maintenant, mon fils, c'est la loi de 
vérité que je te montrerai et je ne te cacherai 
aucune chose, pour t'enseigner la règle 
de prêtrise. Avant tout, garde-toi, 
mon fils, de toute luxure et impureté et de toute 
fornication. Pour toi, c'est une femme de ma famille 
que tu te prendras, et tu ne ne profaneras pas ta semence avec des prostituées, 
car tu es une semence sainte, et sainte 
est ta semence comme le sanctuaire (?) 3 , car prêtre 
saint tu es appelé de toute la postérité 
d'Abraham ; proche tu es de Dieu et proche 
de tous ses saints. Donc \ purifie-toi 
dans ta chair de toute souillure humaine, 
et lorsque tu te disposeras à entrer dans la maison de Dieu, 
lave-toi dans l'eau, puis revêts 

le vêtement sacerdotal, et lorsque tu auras mis le vêtement, 
lave-toi de nouveau les mains 
et les pieds avant de t'approcher de l'autel ; 
et quand tu te mettras à offrir 
tout ce qu'il convient de faire brûler sur l'autel, 
recommence à te laver les mains et les pieds 
et offre les bois convenables et examine - 
les tout d'abord à cause des vers " ; 
et ensuite allume-les, car c'est ce 
que j'ai vu faire à Abraham 
au sujet des 12 espèces d'arbres 6 : il me dit 

1. Cf. Jubilés, xxxi. 

2. Cette locution, comme on le sait, est propre au livre de Daniel. Elle vient d'être 
retrouvée dans une lettre des prêtres juifs d'Eléphantine à Bagoas, gouverneur di> 
Judée (407). Elle est synonyme de celle de « Dieu du ciel », employée dans le même 
document, dans Ezra, INéhémie, Daniel et les Jubilés. 

3. D'après Jubilés, xxxi, 14, « comme les saints ». 

4. Cf. Jubilés, xxi. 

5. D'après la Mischna, Middot, n, 5, il y avait dans le Temple une salle où les 
prêtres qui avaient un défaut corporel examinaient les bois, pour mettre de côté ceux 
qui, contenant des vers, étaient impropres à la combustion. 

6. Dans le Testament de Lévi, il est dit que ces douze arhres, non désignés nomi- 
nativement, ont pour trait commun d'avoir des feuilles persistantes. Ce trait est aussi 
celui qu'attribue le Livre d'Hénoch, in, à quatorze espèces. Cf. Geoponica, xi, 1. 



NOTES SUR LE TEXTE ARAMÉEN DU TESTAMENT DE LEVI 177 

ceux ci sont bons à brûler pour l'autel, 

car ils donnent une odeur aromatique qui monte, et en voici 

les noms : cèdre, genévrier, 

sagad. . . . *, accacia, sapin, 

cyprès, figuier, arbre à buile, 

laurier myrte et petits bois (?). Tels 

sont ceux qu'il m'a dit être bons à faire brûler 

sous L'holocauste, sur L'autel. 

Lorsque tn auras allumé de ces bois sur 

l'autel et que le feu commencera à brûler, 

alors tu commenceras à asperger le sang 

sur les parois de l'autel. Ensuite lave-toi les mains 

et les pieds du sang et commence à faire brûler les membres 

sales, et place d'abord la tête 

et couvre-la de graisse et qu'on ne voie pas 

le sang de la jugulation ' du bœuf; ensuite son cou, 

et après le cou ses mains (pieds de devant), et après ses mains 

la poitrine avec les côtes et aprèsles mains 3 

les cuisses avec la colonne des reins, 

et après les cuisses les pieds lavés avec 

les entrailles, et tous salés avec du sel comme 

il leur convient, suivant leur mesure; après cela de la farine 

pétrie avec de l'huile, et après tout cela du vin de libation, 

et fais fumer par là-dessus de l'encens *, et que soient faites toutes 

tes opérations avec ordre et tous tes sacrifices agréables 

en odeur agréable devant le Dieu suprême et tout ce que 

tu feras avec ordre, fais-le avec mesure 

et poids, ne fais rien en trop qui ne soit pas convenable 

et ne diminue en rien le nombre de ce qui convient. Les bois 

qui conviennent au sacrifice, pour tout ce qui monte sur l'autel, sont 

pour un grand taureau un kikar de bois en poids; 

si la graisse seule est offerte, six 

mines : si c'est un veau qui est offert 

E. 

et 5 il arriva. . . qu'au temps où je fus avec elle, 
elle conçut encore et m'enfanta un autre fils 

1. 11 ne faut pas lire rîB^TÛ « accacia », mais ou tfm'tDN « espèce de cyprès », comme 
dans Schabbaf, 157 «. ou NmUÎ, araméen de nTttî, « espèce de figuier » donnant des 
figues blanches, miS m:3. 

2. Lire nODD au lieu de rOOj. 

3. Faute. 

4. Xiêavov. 

5. A partii' d'ici, cf. Testament <le Lévi, xi et sniv. 



178 KEVUE DES ETUDES JUIVES 

que j'appelai Kehat, (car) je vis qu'à lui 

serait une réunion de tout le peuple, parce qu'à lui serait 

le grand pontificat sur tout Israël. 

Dans l'année 34 de ma vie, 

il naquit, le I e *" mois, le l or du mois, 

avec le lever du soleil. Ensuite, 

je fus de nouveau avec elle et elle m'enfanta un troisième 

fils, que j'appelai Merari, parce que 

j'eus beaucoup d'amertume à son sujet, car à sa naissance 

il mourut et j'eus beaucoup d'amertume à son sujet 

qu'il dût mourir et je priai et suppliai 

à son sujet et il y eut en tout de l'amertume (?) l . L'année 

40 de ma vie, elle [l'jenfanla, le 3 P mois. 

Ensuite je fus de nouveau avec elle et elle conçut 

et m'enfanta une fille, à laquelle je donnai le nom 

de Jocabed, car je dis : comme elle m'a enfanté à honneur, 

elle m'a enfanté à honneur pour Israël s . 

La 42" 3 année de ma vie elle enfanta, 

le 1 er du septième mois, après que 

nous fûmes entrés en Egypte. L'année 

seize nous étions entrés dans le pays d'Egypte et à mes fils 

filles de mes frères au temps 

. à eux des fils. Le nom des fils 
de Gerson étaient. . . et Schimeï \ Le nom des fils 
de Keliat : Amram, Yiçhar, Hébron et Ouzziel. 
Le nom des fils de Merari . Mahli et Mouchi. 
Amram prit pour femme Jocabed, ma fille, 
de mon vivant, Tan 94 
de ma vie et j'avais nommé Amram à 
sa naissance Amram, parce que j'avais dit à sa naissance : 
celui-ci fera sortir le peuple du pays d'Egypte. 
C'est pourquoi il est appelé Am Ham 5 . 
En un même jour il naquit lui et Jocabed 
ma fille Agé de 18 6 ans j'étais entré 
dans le pays de Ghanaan et j'avais 18 ans 
quand je tuai Siehem et exterminai 

1. M. Cowley suppose, avec apparence «le raison, que ce sont là deux doublets éty- 
mologiques ou plutôt deux traductions différentes du môme texte, la première se dénon- 
çant par l'emploi du syriaque mnb, la seconde par celui de l'araméen &rao. Dans le 
Testament de Lévi, c'est la mère qui appelle son fils « mon amertume », à cause de 
l'amertume causée par sa mort. 

2. Testament de Lévi : « Je fus honoré par mes frères. » 

3. Testament : 64 e année. 

4. Testament, xn. 

5. Cette étymologie n'est pas dans le Test. 

6. Dans le Test., 28. 



NOTES SUR LE TEXTE ARAMÉEN DU TESTAMENT DE LÉVI 179 

les artisans de violence. A 19 

ans je pontifiai et à 28 

je pris femme. J'avais 

48 ' ans quand 

nous entrâmes dans le pays d'Egypte, et 

je vécus 89 ans en Egypte. 

Tous les jours de ma vie furent de 137 

ans, et je vis une 3 l ' génération 

avant ma mort. L an 1 18 

de ma vie, qui est Tannée de Ja mort 

de Joseph, mon frère, j'appelai mes fils et leurs fils 

et me mis à leur reeommander tout ce qui 

était dans mon cœur. Je commençai donc ainsi : Ecoutez 

la parole de Lévi, votre père, et prêtez l'oreille aux recommandations 

du chéri de Dieu. Je vous recommande, mes fils, et je 

vous révèle la vérité, mes bienaimés. Que le principe 

de vos actions soit la vérité et jusqu'à 

l'éternité que subsistent avec vous la justice 

et la vérité 

celui qui sème 
le bien récolte le bien, et qui sème 
le mal, sur lui retombe sa semence. 

Et maintenant, mes fils, le livre de l'enseignement de la sagesse 
enseignez à vos fils et que 
la sagesse soit avec vous en éternel honneur. 
Car celui qui a appris la sagesse y trouve de l'honneur, 
et qui méprise la sagesse au mépris 
est livré. Voyez, mes enfants, mon frère Joseph 
qui avait appris le livre de l'enseignement de la sagesse 



n'est 2 pas comme un étranger grâce a elle, 

et il ne ressemble pas à un étranger et ne ressemble pas 

par elle car tous lui donnent 

honneur, car tous veulent s'instruire en sagesse. Ses amis 
sont nombreux, et il a pour clients les grands ; 
et on le dresse sur des sièges d'honneur 
pour entendre ses paroles de sagesse, 

1. Test., 40. 

2. Test., xiii. 



180 



REVUE DES ETUDES JUIVES 



richesse abondante en honneur est la sagesse, 

et un bon trésor à tous ceux qui l'acquièrent. Si 

viennent de puissants rois et un peuple nombreux 

et une armée et des cavaliers et des troupes nombreuses 

avec eux et qu'ils prennent. . . pays 

et cités et pillent tout ce qui s'y trouve, 

ils ne pilleront pas les trésors de sagesse 

et ils ne trouveront pas ses cachettes ni ne. . . 



LES « ÉPICURIENS » 

DANS LA LITTÉRATURE TALMUDIQUE 



Les « Mini m » de la littérature rabbinique ont été assez souvent 
l'objet d'études approfondies et la grande importance de ces sec- 
taires a été exposée par M. Friedlànder *. Quand les petits se 
trouvent dans la société des géants, ils restent toujours à l'arrière- 
plan, trop heureux si on les mentionne en passant. C'est ce qui 
est arrivé aux « Apikorsim », aux « Zédim », aux « Hiçonim » et 
aux « Philosophes » : les « Mini m » les ont mis dans l'ombre et on 
ne s'est occupé deux qu'imparfaitement, ou Ton ne s'en est pas 
occupé du tout. 

Que devons-nous entendre par « Apikorsim »? Les lexicographes 
pensent au philosophe grec Epicure et se contentent de traduire 
par « libre-penseur ». C'est aussi l'opinion de D. Hoffmann 2 : « Ce 
mot signifiait primitivement un partisan du philosophe Epicure, 
qui faisait résider le bonheur humain dans le plaisir; il a été 
employé plus tard pour désigner les libre-penseurs et les contemp- 
teurs de la loi. » Mais il faut remarquer que nous ne pouvons plus 
expliquer aujourd'hui ce terme étymologiquement, pas plus que 
les désignations de Pharisiens, de Sadducéens, d'Esséniens et de 
« Mini m », quoique les tentatives et les hypothèses ne manquent 
pas :{ . Aussi bien n'est-ce pas le nom de cette secte qui nous inté- 
resse, mais son caractère et la nature de ses doctrines. C'est là 
l'objet de cette étude, et ce sont les sources talmudiques elles- 
mêmes que nous allons étudier. 

1. Friedlànder, Der vorchristlieke jûdische Gnoslicismus, Gœttinirue, 1898, pp. 65 
et suiv. 

2. Traduction de la Mischna en allemand, Nezikin, p. 189, n. 10. 

3. Friedlànder, Die relif/iosen Beuiegiinr/eri innerkalb des'Judentums, p 171. 



182 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



I 



Dans le Talmud _de Palestine, aussi bien que dans celui de 
Rabylone, on s'est demandé ce qui constituait l'essence des « Api- 
korsim 1 ». Le Yerouschalmi nous a conservé les interprétations 
de R Yolianan et de R. Eliézer. D'après l'un, c'étaient ceux qui 
disaient, en parlant des docteurs : « ce maître d'école! « ; d'après 
l'autre, ceux qui disaient : « ces rabbins ! 2 ». Une baraïta anonyme 
donne l'explication suivante : « Lorsqu'il est dit dans l'Écrit tire : 
il a méprise la parole de Dieu, il s'agit d'un épicurien 3 . » 

Quant au Talmud babli, il nous fournit huit opinions différentes, 
huit réponses à notre question : 

/. Rab et Hanina considèrent comme un épicurien quiconque 
offense un docteur ''. 

2. R. Yohanan et R. Josué ben Lévi étendent ce nom à celui qui 
offense un homme en présence d'un docteur 3 . 

3. L'épicurien est semblable à Manassé, fils d'Ézéchias, qui 
tournait en dérision les récits de l'Écriture. 

4. Les épicuriens sonl ceux qui disent : A quoi nous servent les 
rabbins ? c'esl pour eux-mêmes qu'ils étudient la Loi 6 . 

5. L'épicurien est celui qui contredit son maître sans raison et 
qui trouble son enseignement 7 . 

6. L'épicurien dit : jamais on ne nous a permis de manger un 
corbeau ou défendu de manger un pigeon 8 . 

7. D'après R. Papa, c'est celui qui dit : « ces rabbins ». 

8. R. Nahman dit : c'est celui qni appelle son maître par son 
nom. 

Si nous ajoutons à ces réponses celles du Talmud palestinien, 

1. Dans la suite nous emploierons le nom d' « épicuriens » pour désigner les « Api- 
korsim » du Talmud. 

2. j. Sanhedr., x, 1 : n^sn ]nD n?3N S3"im ,Ni30 "jrsx -ito.xi "JHD Thw in 
•psm ■pb"'N. 

3. b. Sanhedr., 99 b. 

4. Ibidem : DDn T»bn rtTDTOn. 

5. D3n Tabn "ssa vran -Tn^n. 

6. i;n irrp-i'm nnp "irrfnb "pan p 13ns ^si2 "naen *:n. 

7. "OH 173NÏ VPin» NHDTI3 tfn^OT 7TV} nbssi rî-31 nV2p rPîTH "J13D 

■on -ien «bi Dnn ^r-noct. 

8. ri3"p )b no» «bi «ani* p ^iia «b obi*». 



LES « EPICURIENS » DANS LA LITTÉRATURE TALMUDIQUE 183 

nous arrivons au total de dix. Los deux premières et les deux de r- 
nières se confondenl avec celles du Yerouschalmi, ce qui suffirait 
à les distinguer des définitions anonymes. Toutefois on pourrait 
y joindre la quatrième el la cinquième opinions; de sorte que, si 
nous comptions les voix au lieu de les peser, la majorité serait 
d'avis de voir dans les épicuriens des éléments hostiles aux rabbins. 
Les talmudistes n'ont pas imaginé ou inventé de toutes pièces ces 
tendances de certains cercles. L'indication que nous avons citée 
sous le numéro 6 paraît également reposer sur la réalité. Le mépris 
des rabbins s'accompagnait tout naturellement de l'antipathie pour 
la Loi et du dénigrement de l'Écriture. 

Or, si la dérision à l'endroit des docteurs était monnaie courante 
dans la communauté chrétienne primitive, si la lutte contre la loi 
y devint de plus en plus violente depuis la conversion de l'apôtre 
Paul, la Bible resta sacrée même pour les disciples de Jésus, qui 
étaient bien éloignés de se jouer frivolement de la sainte Écriture. 
Les épicuriens du Talmud ne peuvent donc pas être les premiers 
chrétiens, pas même les chrétiens antinomistes. Nous devons les 
chercher parmi les gnostiques, c'est-à-dire les gnostiques anti- 
nomistes. 



II 



C'est la. lutte contre les rabbins qui est mentionnée en premier 
lieu. Ce qui montre combien les docteurs avaient à souffrir des 
partisans de cette secte, c'est cette plainte exprimée auprès du lit 
de mort de R. Josué b. Hanania : « Que ferons-nous maintenant 
avec les épicuriens? » R. Josué répondit par les paroles de Jérémie, 
xtix, 7 : La réflexion a péri chez les intelligents, leur sagesse s'est 
corrompue' Un Midrasch 2 nous fournit un exemple de ce déni- 
grement. « On demande 3 à R. Josué : Pourquoi l'enfant du sexe 
masculin regarde-t-il en bas et l'enfant du sexe féminin en haut? 
— Parce que l'homme contemple l'endroit où il a été créé (la terre) 

1. Haguiga, ob : mb "H73M mrsri )1 yiDin* ^1"! r^WZj NrP3 fi*p "O 

2. Genèse rabba, xvn. - Nous ne nous appuyons pour la plupart que sur les pas- 
sages que les savants qui ont étudié ces questions n'ont pas examinés à ce point 
de vue. 

3. Ceux qui posent ces questions ne peuvent être que des épicuriens, comme nous 
allons le prouver aussitôt. 



184 BEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

et la femme celui où elle a été créée. — Pourquoi la femme doit- 
elle avoir des épices et des huiles parfumées, mais non l'homme? 
— Parce que l'homme vient de la terre, qui ne peut jamais con- 
tracter de mauvaise odeur, tandis que la femme a été tirée d'un 
membre et que la viande se corrompt si on la conserve pendant 
trois jours sans la saler. — Pourquoi la femme a-t-elle reçu la loi 
des menstrues? — Parce qu'elle a versé le sang d'Adam. — Pour- 
quoi la femme a-t-elle reçu la loi de la dîme du pain? — Parce 
qu'elle a induit l'homme à pécher. — Pourquoi a-t-elle reçu la loi 
de la lumière du sabbat? — Parce qu'elle a éteint la lumière de 
l'âme d'Adam 1 . « Les trois dernières demandes et réponses nous 
monlrent nettement que les questionneurs doivent avoir appartenu 
aux cercles qui importunaient les rabbins de demandes oiseuses. 
Sans doute il y avait de fidèles observateurs de la loi qui cher- 
chaient à s'éclairer sur la cause de telle ou (elle prescription, mais 
le rapprochement des deux premières questions, qui ne laissent 
rien à désirer en fait de frivolité, est un témoignage éloquent. 

Une autre fois encore, R. Josué semble avoir tiré les rabbins 
de l'embarras où les avaient mis leurs ennemis. « On demanda à 
R. Gamliel : Combien de fois le serpent met-il bas? Il ne put pas 
répondre et en fut très chagriné. R. Josué vint auprès de lui et lui 
donna l'explication qu'il cherchait : une fois en sept ans. Le chien, 
animal impur, met bas au bout de cinquante jours ; une pièce de 
bétail impur au bout de douze mois ; or, il est dit du serpent : sois 
maudit plus que tout le bétail et tous les animaux des champs 2 . » 
Il est difficile de comprendre pourquoi R. Gamliel avait été telle- 
ment affecté par son ignorance en cette matière ? Il aurait pu 
répondre franchement qu'il n'en savait rien. N'arrive-t-il pas que, 
dans des questions halachiques, des docteurs illustres sont obligés 
de reconnaître leur ignorance? Pourquoi donc R. Gamliel fut-il 
été si troublé et si décontenancé? C'est qu'il avait affaire à des 
gnostiques, très probablement à des Ophites, qui se flattaient d'ex- 
ploiter son silence. Heureusement R. Josué ben Hanania les remit 
à leur place. 

Une ancienne source rapporte également les menées des épicu- 
riens. « Le mot ddéwîe nous apprend que les Israélites étaient des 
épicuriens. Quand Moïse quittait de bonne heure sa demeure, ils 
demandaient : pourquoi Moïse se hâte-t-il de sortir de sa maison? 

1. Ces dernières questions supposent la connaissance de la Mischna de Sabbat, 
ii, 12. 

2. Genèse rabba, xx. 



LES « EPICURIENS » DANS LA LITTÉRATURE TALMUU1QUK 185 

peut-être oe s'y trouve-t-il pas à son aise. Quand il la quittait tard, 
ils demandaient : pourquoi le fils d'Amram s ? attarde-t-il si long- 
temps chez lui ? Qu'en pensez-vous? Bien sûr, il forge des plans et 
dresse des projets (pour vous accabler de lois'). « Ici, comme sou- 
vent, les interprèles du texte ont censuré les idées de leur temps 
en les transportant dans l'antiquité. Il semble que les épicuriens 
aient soumis à une critique aussi âpre qu'inconvenante la vie 
privée, la conduite des rabbins, chez eux, dans leurs familles et 
avec leur prochain, qu'ils les aient ainsi gravement calomniés. En 
second lieu, ils excitaient la foule par des propos aiguisés : « Que 
font donc ces rabbins dans leurs demeures? Ils préparent sans 
cesse de nouvelles lois et veulent encore aggraver un joug déjà 
presque insupportable. » Ainsi, ce texte fournit un commentaire 
non préconçu, mais d'autant plus précieux, des paroles des doc- 
teurs postérieurs. Que déclare, en effet, notre explication anonyme 
(n°4)? « L'épicurien est celui qui dit : à quoi nous servent les 
rabbins? ils étudient pour eux-mêmes l'Écriture et la Mischna. » 
Les autres explications sont également éclairées par ce texte, 
car autrement des expressions comme « ces rabbins » auraient un 
air tout à fait inoffensif. En réalité les auteurs de l'explication ont 
omis l'essentiel par respect pour les docteurs. Ces mots ne seiv 
vaient à ces bons apôtres que pour introduire leurs outrages et 
leurs calomnies, pour les placer dans un faux jour', afin de provo- 
quer la défection des fidèles. C'est pourquoi ces auditeurs gnos- 
tiques. antinomistes, produisaient souvent des arguments qui 
n'avaient rien à faire dans la question, pour troubler ceux qui 
enseignaient (n° 3). Le but principal de la lutte contre les rabbins 
était de les rendre ridicules. Ils posaient des questions frivoles 
pour montrer que « ces rabbins » étaient incapables de produire 
des lois. 



III 



Si les épicuriens étaient des gnosliques antinomistes, pourquoi 
les distinguait-on des « Minim » ? En quoi se distinguaient-ils de 

1. Sifi'é, Deutéronome, xn, édition Friedmann, 67 6 : llniZJ "172^73 ,l3DN'»Z)73 

nfz'z ,necfcb dit:? p nan rra tien nsxb rrca 2-np-: .D^omp^N 
nmcb «bta wvzy p non nia ma* netxb hi-tn ,ip^a *pna n-ito ira 
maOTn DD^b* au:n72ï sD^br y\r*m ac-p a-maa an» rro. Le Targoum du 

Pseudo-Jonatan, ad loc, dit seulement : ">ry "paernan "pama-ipcN mrHD 

NPca. 

T. LIV, -s» 108. 13 



186 KEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

ceux-ci? Quelle était leur caractéristique? Ce sera le mérite de 
Friedlânder d'avoir délivré les théologiens de lillusion qui consis- 
tait à voir dans les « Minim o des judéo-chrétiens, et nous verrons 
bientôt que les épicuriens n'avaient rien de commun non plus 
avec les judéo-chrétiens, mais étaient de véritables gnostiques anti- 
nomisles. C'est pourquoi nous avons dû nous poser la question 
que nous examinons maintenant, d'autant plus qu'on a parfois 
confondu, môme Friedlânder, les Minim avec les Épicuriens *. 
Pour nous entourer des lumières nécessaires, il nous faut d'abord 
réunir les données de la Mischna. 

/ — Abot, ii, 14. « R. Éliézer dit : sois assidu à étudier la loi, 
afin de savoir que répondre à l'épicurien, afin de savoir pour qui 
tu travailles, car ton patron est digne de foi pour te donner ton 
salaire. » Quel rapport y a-t-il en Ire les dernières phrases et les 
premières ? R. Éliézer exhorte les élèves à se livrer à l'étude avec 
zèle, afin de ne pas laisser l'épicurien sans réponse, et de recon- 
naître en second lieu pourquoi l'on s'occupe de la loi divine et, 
d'une façon générale, pourquoi l'on se tourmente sur terre : 
c'est parce que Dieu tiendra sa promesse et récompensera ses 
fidèlos. 

Pour comprendre celte phrase il faut connaître les doctrines des 
Gnostiques. A en juger par la peinture de Philon, les Caïnites 
incarnent la sotte fatuité et la présomption D'après lui, « Caïn 
n'avait d'autre but que d'attirer son frère Abel dans une discus- 
sion et de triompher de lui par des sophismes hypocrites 2 . Les 
Gaïnites enseignaient que les voluptés, les jouissances et loutes 
les joies de la vie ont été créées pour les vivants. Comment en 
vinrent-ils à cette interprétation? On ne peut l'expliquer que par 
le c. Lissu de mensonges et de sophismes » qui consistait à sou- 
tenir qu'il ne peut y avoir de récompense ni de rémunération d'au- 
cune sorte. On s'explique ainsi un dialogue entre Caïn et Abei, qui 
serait autrement incompréhensible : « Caïn dit à Abel : Sortons à 
la campagne. Et tous deux partirent. Caïn dit alors a sou frère : Je 
vois bien que le monde a été créé avec miséricorde (c'est-à-dire 
par Dieu), mais le tribunal suprême est partial, car pourquoi ton 

1. Ainsi le passage de Baba Batra, 91 « : *pr7:n rOTCrb nr7J NpD3 ^wS7ûb 
est traduit par Gudcmann, Beligionsgeschichtliche Studien, Leipzig, comme s'il y 
avait « épicuriens » Friedlânder, De?* vovckrislliche jûdisclie Gnosticismus, p. 97, 
lit : ■pCIpECtf"! nDVwPb, alors que toutes les éditions ont a" 3^72 • Par contre, Die 
religiosen Bewegungen : . . , p. 189, il veut mettre "««373 à la place de 'pO'IpDN- 

2. Friedlânder, Der vorchristliche jiidische Gnosticismus, p. 20. 



LKS « ÉPICURIENS » DANS LA LITTÉRATURE TALMUD1QUE 187 

présent fut-il accueilli et le mien rejeté? Abel répondit : C'est Dieu 
qui a créé le monde el il ne saurait être partial; si mon présent a 
été agréé avec miséricorde, c'est qu'il était plus beau que le tien. 
Sur quoi Caïn : Il n'y a ni justice, ni juge, ni monde à venir, ni 
punition, ni récompense Mais Abel répliqua : Il y a une justice et 
il y a un Juge, comme il y a un monde à venir, une punition et 
une récompense '. » Ce débat exposé par le Targoum correspond 
exactement aux tableaux de la secte qu'on trouve chez Pliilon et 
dans les histoires des hérésies que nous ont laissées les Pères 2 . 

Ces récils éclairent parfaitement la phrase de la Mischna. Le but 
de l'étude est : 1° de pouvoir réfuter convenablement les épicu- 
riens ; 2° de ne pas être victime de leurs fausses doctrines et, 3°, de 
croire en la rémunération. Étant données les lacunes des relations 
sur les anciennes hérésies, ce renseignement fourni par le Tar- 
goum est doublement important. Ces hérétiques voulaient avant 
tout abolir toutes les lois. « Leurs lois, dit Philon, c'était l'absence 
de lois, l'injustice, l'iniquité, le dérèglement, l'impudence, l'au- 
dace, l'excès dans les plaisirs, les désirs contraires à la raison et à 
la nature 3 . » La peinture du Targoum forme exactement le pen- 
dant des récits du philosophe alexandrin et des Pères de l'Église; 
il a seulement l'avantage de répondre entièrement à la réalité et 
d'être copié d'après nature. Nous supposons même que le Targoum 
expose ici une doctrine hérétique qui est souvent reproduite dans la 
littérature rabbinique postérieure et est citée sous le titre de "pi ma 
(ou le contraire). Ainsi on lit dans le Midrasch Kohélet : « R. Samuel 
ben Isaac dit : Les docteurs voulurent déclarer l'Ecclésiaste apo- 
cryphe parce que ses enseignements penchent vers 1 hérésie. C'est 
donc là, disaient ils, la sagesse de Sal >mon ! le voilà qui dit : 
réjouis-toi, jeune homme, alors que l'Écriture commande : vous ne 
vous laisserez pas entraîner par voire cœur, etc. (Nombres, xv, 39) : 
la verge est brisée, il n'y a ni justice, ni juge 4 . » 

2. — Dans M. Sanh., xi, 1, l'épicurien est compté parmi ceux 
qui n'ont pas part au monde futur. Il est en compagnie de ceux 
qui nient la divinité de la Loi et l'immortalité de l'âme; mais il 
semble avoir une conscience encore plus chargée qu'eux. 

1. Tariroum Ps. Jon., sur Gen., iv, 8. 

2. Irénée, H, 30, 1. 2. Cf. Friedlânder, op. cit., p. 23. 

3. .De posteritate, I, 235; cf. Friedlânder, p. 22. 

L. Midr. Kohélet, s. v., -nro nais : y^i rrbi "pi rnb ny-im mmn ; 

cf. ibid.,8. v. -p-im ri73. — De même j. Sanh., x, 2; j. Kidd., iv, 1; Gen. r., 
ch. xlvi, etc. 



188 KEVUE DES ETUDES JUIVES 

3. — Une baraïta place les épicuriens en compagnie (Jes « Minim » 
et des traîtres. Il est nécessaire, pour le but que nous poursuivons, 
d'en connaître le texte : « Les Miniin, les traîtres et les épicuriens 
qui ont nié la divinité de la Tora, ainsi que la résurrection, qui se 
sont séparés de la communauté et sèment l'épouvante autour d'eux, 
qui pèchent et en font pécher d'autres vont en enfer 1 . » Il est 
vrai que la leçon est combattue. Friedmann 2 tire argument de la 
distinction faite par R. Yohanan entre épicuriens juifs et païens 3 : 
"»CL3 npDi )3V bs bfcntzr Dnp^-N ba^ d-o* onp^EK ira «b. Il pense que, 
d'après R. Yohanan, on ne doit même pas entrer en relations avec 
un épicurien juif. A mon avis le texte est ici corrompu. Il portait 
primitivement : '-m ïû w di barrer oipcs xo"h , dis? ffTp'CK lac »b, 
c'est-à-dire qu'on peut discuter avec l'épicurien juif comme avec 
l'épicurien païen et qu'avec ce dernier il faut être mieux armé. 
Seulement, la définition de la baraïta ne convient pas à l'épicurien 
païen, car ce dernier n'est pas tenu de croire à la Tora et à l'im- 
mortalité : qu'est-ce donc qui l'attache à la communauté juive? 
Déjà Friedmann a proposé de lire « et ceux qui nient •< (•dbdidi). 
Nous risquerions, quant à nous, une autre question : pourquoi la 
Mischna de Sanh., xi, î, ne mentionne-t-elle que les épicuriens et 
non les Minim, tandis que la baraïta cite les uns et les autres? Il 
faut admettre que les anciennes sources ne connaissaient pas les 
Minim. mais seulement les épicuriens ; c'est plus tard, précisément 
parce que de nombreuses sectes existaient à l'époque de la des- 
truction du second Temple, qu'on a parlé seulement de Minim Les 
« épicuriens » sont donc les Minim de plus tard. 



IV 

Les écrits rabhiniques nous donnent trois exemples typiques 
d'épicuriens D'après. R. Jérémie, le serpent était un épicurien 4 , 
d'après Rab, Goré est le modèle de l'épicurien 5 , tandis que d'après 
l'explication anonyme déjà mentionnée n° 3), c'est Manassé, fils 
d'Ézéchias. Recherchons les raisons pour lesquelles ces exemples 
ont été choisis. 

Le serpent ne jouit pas dans l'aggada d'un traitement de faveur, 

i. Sanhedr., il a. 

2. Bét-Talmud, I, 198. 

3. Sanhedr., 26 6. 

4. Ibid., 99 a. 

5. j. Sanh., x, 1. 



LES « ÉPICURIENS " DANS LA LITTERATURE TALMUDIQUE i 89 

probablement à cause de la malédiction dont il est l'objet dans la 
Bible. « C'est lui, dit H. Josué, qui a calomnié le Gréaleur. 11 dit à 
la femme : pourquoi donc ne mangez-vous pas de cet arbre? — 
C'est Dieu qui nous l'a ordonné, répondit la femme, nous ne devons 
ni en manger ni y toucher. Alors le serpent poussa la femme, qui 
toucha l'arbre, et D'éprouva aucun mal. Le serpent dit alors : Dieu 
a mange de cet arbre avant de créer le monde; si vous en mangez, 
vous pourrez créer de nouveaux mondes 1 . » Les paroles placées 
dans la bouche du serpent conviennent parfaitement à l'éloquence 
d'un sectaire et les aggadistes ne pouvaient pas laisser passer cette 
occasion de flétrir l'indignité du blasphème ou d'en montrer le 
châtiment. De même, se disait le prédicateur, que le serpent a 
séduit la femme, de la môme façon procèdent les sectaires d'au- 
jourd'hui. Le serpent entraîna la femme à transgresser les paroles 
de Dieu; n'est-ce pas ce que font maintenant les sectaires qui 
persuadent les hommes d'outrager la parole divine? Mais quelle 
est la pensée de l'aggadiste, quand il fait dire au serpent : Dieu 
a mangé de cet arbre, etc. ? Ce ne peut pointant pas être l'idée 
sérieuse du séducteur, car les gnostiques étaient cerlainement 
éloignés de ces superstitions aussi bien que les rabbins? 

Le Targoum du Pseudo-Jonathan, sur Gen., ni, 4, donne cette 
aggada de R. Josué sous une forme très abrégée, mais on remarque 
facilement qu'il manque là quelque chose. La même aggada se 
trouve encore dans le Midrasch Schoher Tob, qui la raconte avec le 
plus de détails, et termine ainsi : « d'où l'on voit que le serpent 
était un moqueur » 2 . Ces derniers mots donnent à réfléchir. En 
quoi consistait ici la moquerie? Nous avons déjà reconnu que le 
serpent veut induire les fidèles à rejeter la loi, or, c'est par la 
plaisanterie qu'il veut atteindre ce but. « Dieu vous a ordonné, 
dit-il, de ne pas manger de l'arbre parce qu'il craint de vous voir 
acquérir la même puissance. C'est seulement grâce à l'aide de ses 
fruits qu'il a pu créer le monde, non comme notre Dieu, qui est la 
Dynamis elle-même. » L'explication anonyme n° 2 dit également 
que les épicuriens enseignaient que Dieu n'avait jamais permis le 
pigeon et défendu le corbeau. Cette loi n'était proclamée que par 
les rabbins. On ne peut pas songer à des chrétiens, qui n'ont jamais 
pu proférer de tels blasphèmes; il est plus naturel de croire qu'il 
est question ici d'Ophites ou, pour mieux dire, de gnostiques anti- 
nomistes en général. En termes propres cette aggada signifie : 

1. Gen. r., nx. 

2. Éd. Buber, p. 10. 



190 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

« Pourquoi êtes-vous tempérants, vertueux, honnêtes et bons? 
Est-ce Dieu qui vous Ta commandé? Il lui est indifférent que vous 
mangiez ceci ou cela ; il a peur que vous créiez un monde nou- 
veau. » C'est donc avec raison que R. Jérémie, au nom de R Éliézer, 
considérait le serpent comme un épicurien. 

Cette lutte apparaît sous une forme plus énergique dans le choix 
de Coré, le second type de l'épicurien maudit. Le Talmud de 
Jérusalem rapporte à ce propos trois anecdotes : « Coré se présenta 
devant Moïse et lui posa cette question : Esl-on obligé de garnir de 
franges un manteau de pourpre?— Coré répliqua : Trois fils de 
pourpre le dispensent d'en avoir et un manteau de pourpre y est 
astreint! Oui, répondit Moïse. — Une maison pleine de livres 
sacrés doit-elle être pourvue dune mezouza? — Oui, répondit 
Moïse. Alors Coré : Quoi ! Toute la Loi, qui contient 275 sections, 
ne dispense pas la maison, et deux petites la dispensent! - Une 
tache blanche sur la peau, de la grandeur d'un grain, est-elle pure 
ou impure? — Impure. — Coré reprit alors : Et quand la maladie 
s'étend sur tout le corps ? — Il est pur. Sur quoi Coré s'écria :* La 
Loi ne vient pas de Dieu, Moïse n'est pas un prophète ni Aaron le 
grand-prêtre ' . » 

Cet épicurien s'en prend aux prescriptions sur les franges, sur la 
mezouza et sur la pureté. Il s'efforce de ridiculiser non seulement 
la loi orale, rabbinique, mais aussi la loi écrite, mosaïque, comme 
pour ces préceptes qui se trouvent dans l'Écriture. On ne peut 
donc pas songer à des partisans antinomisles de saint Paul, mais 
à des Juifs antinomistes, appartenant à des sectes telles que les 
Ophitcs, les Séthites, les Caïnites, etc., car un chrétien ne se serait 
jamais écrié : l'Écriture n'est pas une œuvre divine. Ces adver- 
saires voulaient montrer par leurs attaques que les commande- 
ments de la Tora étaient déraisonnables, que leurs lois, leurs actes 
et leurs pratiques à eux étaient justes. 

Philon décrit ces sectaires : « Les habitants (les suppôts de 
Caïn) sont les compagnons du mal, de l'athéisme, de l'égoïsme, de 
la présomption et des opinions mensongères : ce sont des hommes 
qui se croient sages sans connaître la véritable sagesse ; en 
revanche, ils réunissent la sottise, le défaut d'éducation et d'ins- 
truction et les autres vices semblables 2 . » lrénée n'est pas moins 
sévère : « Ce qui démontre certainement et véritablement leur 

1. j. Sanhedr., x, \ ; Midr. Tanhouma, section Korah (où la dernière question 
manque). 

2. Philon, De posteiitale, I, 235. 



LES « ÉPICURIENS » DANS LA LITTÉRATURE TALMUDIQUE 191 

folie, c'est que, comme étourdis par le tonnerre, ils élèvent leurs 
pensées contre Dieu encore pins haut que les géants de la mytho- 
logie, enflés dune vaine présomption et d'un orgueil sans bornes, 
de sorte que l'ellébore du inonde entier ne suffirait pas à les 
purger, à leur faire rejeter leur sottise illimitée *. » 

Nous possédons encore deux relations, dont l'une ne s'est con- 
servée que fragmentairement, qui dépeignent sous les couleurs les 
plus vives la haine des épicuriens contre les rabbins et la Loi et 
dans lesquelles Coré joue le premier rôle La première rappelle la 
question de Coré sur l'emploi d'un talit de pourpre, dont nous 
avons déjà parlé. Celte aggada anonyme connaissait donc la 
première et y rattache un réquisitoire contre les prêtres, accusés 
d'avoir exercé un régime de brigandage, d'avoir exploité et ruiné 
les pauvres sous le couvert de la loi. » Coré prépara un festin et 
tous les convives s'enveloppèrent de manteaux de pourpre; les 
Aaronides vinrent et prirent leur paît 2 . « Il est facile de voir que 
cette relation est incomplète, mais la tendance en est claire et ne 
peut être méconnue. 

Mais tous les doutes peuvent être dissipés par un récit où Coré 
figure également au premier plan Une narration longue et diffuse, 
qui met en scène une veuve et ses deux filles, nous montre par 
quels moyens les antinomistes prétendaient démontrer le joug 
écrasant de la Loi, l'avidité des prêtres et des docteurs. Il y est 
dit : c< Le Juif ne peut pas bouger d'un pas ; à chaque démarche il 
est entravé par la Loi. » Par la on veut exciter les Juifs et leur 
montrer que l'obéissance à la Loi a pour conséquences la pauvreté 
et la misère, la disparition de tout bien-être. 

Voici ce récit, placé dans la bouche de Coré : « Dans mon voisi- 
nage vivait une veuve avec ses deux filles ; elle avait un champ 
qu'elle voulait cultiver. Moïse survint et lui dit : Ne laboure pas 
avec un bœuf et un âne attelés ensemble. Elle voulut l'ense- 
mencer; Moïse vint et dit : tu ne dois pas semer des graines d'es- 
pèce différente. Elle voulut le moissonner; Moïse revint et dit : tu 
dois épargner les angles, etc. Elle porta la récolte dans l'aire; 
Moïse parut et dit : tu dois donner le prélèvement, la dîme, etc. 
Que pouvait faire la pauvre veuve? Elle vendit son champ et acheta 

1. Irénée, II, 30. 12 : « Indubitate et vere suain ostenrlunt insaniam et velut vere 
de touituro percussi : super eos, qui fabulis referuutur Gisantes, extollentes sententias 
adversus Deum, praesumptione vana, et iustabili gloria tumidi, quibus universae terrai 
elleboruin non suf(i<ùt ad expurgationem, uti evomaut tantam suam stultitiam. » Cf. 
Friedlânder, op. cit., p. 23, note 49. 

2. Tanhouma, ibidem. 



192 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

deux moulons | our se vêtir de leur laine et se nourrir de leur lait. 
Quand les bêtes eurenl mis bas, Aaron accourut : à moi les pre- 
miers nés ! elle les donna. Vint la tonte; Aaron reparut et dit; 
donne-moi les prémices de la toison. Elle les donna. Puis elle se 
dit : Je ne peux rien faire avec ces hommes; j'aime mieux tuer les 
moulons et les manger. Quand elle les eut tués, Aaron revint et 
dit : donne-moi la poitrine, l'épaule, etc. Voilà ce qu'ils font, en 
disant : au nom de Dieu 1 . » Le narrateur s'efforce de noircir ici 
Moïse et Aaron, parce que ces sectes gnostiques ne voulaient pas 
entendre parler d'eux et mettaient Ga'ïn, Seth, Melcbissédec 
au-dessus d'eux. C'est pourquoi Coré s'écrie : Moïse n'est pas un 
prophète, ni Aaron un grand-prêtre, car les représentants de la 
grande puissance, ce sont les hommes que nous suivons, nous. 
Coré était le type de l'épicurien. 

Reste le troisième de la bande. Au sujet de Manassé, fils d'Ézé- 
chias, une source ancienne raconte : « 11 était assis et s'occupait de 
l'aggada ; l'Écriture, disait-il. ne devait l'apporter que les histoires 
de Ruben, de Timna el autres semblables 2 . •> 

Un autre passage du Talmud nous apprend comment les gnos- 
tiques antinomistes avaient coutume de s'entretenir sur la Bible. 
R. Éliézer fut un jour arrêté dans une rue de Sepphoris par un 
gnoslique, un certain Jacob de Kefar Sechanya, qui l'accabla de 
questions oiseuses. « 11 est écrit : « Tu n'apporteras pas le salaire 
d'une prostituée ni le prix d'un chien dans la maison du Sei- 
gneur. » Mais peut-on employer cet argent à la construction de 
latrines pour le grand-prêtre 3 ? » Nous avons déjà vu plus haut 
quelles plaisanteries on se permettait dans ce monde. Partout, au 
marché et dans la rue, chez eux et dans la société les docteurs 
étaient exposés à ces questions frivoles et plus d'un doit avoir 
répété, comme Rabbi Juda ha-Nassi, les mots du Psalmiste : « Ils 
mêlent du fiel à ma nourriture, et dans ma soif ils me font boire 
du vinaigre' 1 . » Irénée a conservé des échantillons de l'exégèse 
des gnostiques, ils sont tous remplis d'outrages envers Dieu et 
la Loi \ 



1. M'nh'iisck des Psaumes, chap. i. 

2. Sifrè, Nombres, n° 112, éd. Friedmann, 33 a : nJZI T3 mUTn TCN 1L3D3m 

bu marn Bim 3©v r^rro rrpm p rnzjaias mira d^d nbaan ht 
Kbi ,pi&n "p-n ntn mira airob ib rrn «b -i»« .aip^n -rçsb ■'dit 
*3?3n pib mrwi NbwN anrob nb rrn. 

3. b. Abod/t Zara, 16 6. Cf. déjà Friedlânder, op. cit., p. 72. 

4. Cf. Houllin. 78 a. 

5. Cf. Friedlânder, op. cit., p. 96. 



LES « EPICURIENS » DANS LA LITTÉRATURE TALMUDIQUE 193 

Mais que signifie L'expression ïrnna d^sd ïibattfi qui revient dans 
quelques-uns de nos textes? Dans le Yerouschalmi * , on y voit 
celui qui ne veut pas reconnaître la divinité de la Loi. Mais cette 
opinion ne peut rhe considérée ni comme générale, ni comme 
exacte, car ce terme doit être distinct de la formule "jtd min y»n 
tram. Dans le Babli - on qualifie d'épicurien un mina d^sd nbaia, 
quoiqu'on eût pu admettre qu'un épicurien soit moins que cela. 
Dans le dernier passage il est identifié avec les contempteurs des 
rabbins 3 . La langue hébraïque et néo-hébraïque est féconde en 
expressions où le mol d^:d entre en composition : q^:d a^p 4 , 
DTP3D "TTRDît 5 , iras bnp73, d^d rrop. Friedmann renvoie à la Mechilta 
sur -pbizy «:m et traduit : celui qui ose s'occuper de la Tora sans 
respect ni égards, avec impudence. En tenant compte de la for- 
mule : D-ss û"»a ntD-na rmnn r \ « l'exégèse a quarante-neuf espèces, 
procédés, méthodes ><, on pourrait voir dans notre expression ceux 
qui interprètent le sens de L'Écriture d'une façon hérétique ou 
outrageante. Nous avons vu que l'exégèse des épicuriens était au 
plus haut point offensante et inconvenante. Que si les épicuriens 
combattaient ainsi les rabbins, la religion et la Loi, ils ne peuvent 
avoir été des chrétiens, mais seulement des gnostiques antino- 
mistes T . 

A. Marmorstein. 



1 j. Sanhedr., x, 1. 

2. Sanhedr., 99 b. 

3. Cf. Yorna, 85 6; Scheeltot, 167. Cf. Friedmann dans Bét Talmud, I, p. 33-5. 

4. Cf. j. Kuld.. iv, i. 

5. H£eg., 11 a, etc. 

6. Nombres r., ch. i, etc. 

7. On pourrait peut-être, pour expliquer cette phrase, songer au nTHJ' ■ , lb' > ^. Car 
D^D 113373 parait être un terminus lechnicus désignant une exégèse de caractère 
frivole et effronté 



LE MOT Dbpm DANS LE KADDISCH 



Dans la seconde phrase du Kaddisch — dont le texte n'était pas 
encore fixé à l'époque qni suit les Gneonim - le verbe obprm, 
faisant partie de la longue série de synonymes qui expriment la 
glorification de Dieu, a longtemps été l'objet de divergences d'opi- 
nions, avant de disparaître complètement. Abraham Maïmouni, 
dans son explication du Kaddisch rapporte les critiques dirigées 
par son père, Moïse Maïmonide, contre l'emploi de ce mot 1 : « Aux 
dix eulogies établies par les Gueonim les officiants ont ajouté par 
erreur obprm. Mon père défendait de dire ce verbe pour deux 
raisons : d'abord parce qu il constitue une addition inadmissible 
en elle-même, ensuite parce qu'il signifie aussi bien un éloge que 
le contraire. « Abraham Maïmouni ne nous dit malheureusement 
pas dans quel pays les officiants intercalaient obprm, mais il est 
naturel de penser à l'Egypte, car nous ne savons rien de tel de 
l'Espagne. 

Or, les motifs de Maïmonide sont empruntés aux Gueonim. 
Gidkiya b. Abraham écrit, en effet 2 : * En certains endroits on dit 
obprm au lieu de bbrtrm. Le gaon R. Haï pense qu'on doit dire 
obprm et qu'il est juste de le dire, parce que le Kaddisch se rap- 
porte à l'époque messianique; ce mot signifie que Dieu se revêtira 

1. Kobeç Teschoubol ka-Rambam. 51 b-c : V£"PD naffiH HT1 .'O'Hpn "P3J3 

HHprm biam n?3TN aon. nbnnaœ ,nna ^r?j me: ia uria b"T D^i&wn 
M'U3n"« a?rr.m nNsn-» nania"' tein «in rpoai "pam n?3iN K"in mwi 
"PWD ...i©y ïeo nn ,N"in fna fiwnpi -pm rbnrm -nnm nb*rv 
N3N TiJttïî .nrj Nim ,obprm D^Tnn "i^oinia ieo ...cpoinb men 
""isnttî -\7zzy nsoinn ^3373 r\nnr> ,mao "»ncb "im« 23173 b"T ^-in» 
...iODm ^byn y*n nsmiBE nbtt n'hto n^om ,ib rraim im« ^"1372?. 

2. Schibbolé ha-Léket, 4 6, ligne 18 : mp733 obprm a" , ""P3"lN10 m?3ip , 72 CH 

■nttittb -Hem obprm naib a^ma b"»T "pco ""«n a^ ama tin£7:i .bbr.m 
3>aioi /jvt "pwb Nim obprm n?3N *pr ...Tnjn by n?3wN3 o , npmD ^sb 
•para -«nNs:» b"XT "psa ^mn^ an Dcm .Nusnai Nobipi oinn noirs 
"•«35 \vob im« pats-us îaao -»cb obprm p"vaiK. 



LE mot obpn-n dans le KADDISCH 195 

du casque d'airain (d'après le Targoum de I Samuel, xvn, 5, 38). 
Le gaon R. Yehoudaï opine qu'on ne doit pas dire obpm, parce que 
ce verbe se rencontre aussi dans le sens d'outrager. » Ainsi, ce mot 
était déjà combattu vers 750; mais il ne doit pas être beaucoup 
plus ancien ; autrement, nous en aurions conservé des traces anté- 
rieures à R Yehoudaï. En tout cas, le dernier gaon, R. Haï, prend 
résolument parti pour obprm, ce qui permet de penser qu'il combat 
une tendance existante qui rejetait ce terme pour des raisons de 
fond II va même jusqu'à lui prêter une signification inexacte très 
forcée, ce qui prouve évidemment qu'il n'était pas en état de pro- 
duire de meilleures raisons et qu'il voulait conserver celle expres- 
sion à tout» 1 force et par tous les moyens. 

Ce fait est d'autant plus remarquable que. dans une autre cir 
constance, R. Haï non seulement ne condamne pas l'omission de 
ûbpn^i, mais la désigne môme comme une variante de quelques 
communautés, qui, loin d'être condamnable, est parfaitement 
admissible. Voici, en effet, ce qu'il écrit dans une consultation 
d'après Harkavy\à la vérité, les auteurs en sont Haï et Scherira — 
adressée à R. Bahloul, dans l'Afrique septentrionale 2 : «Il y a 
dans différentes communautés beaucoup d usages différents, qui 
sont tous justifiés ; les uns disent Dbprrn, d'autres ne le disent 
pas ; les uns disent Dirn fiom dans la bénédiction de Yocêr, d'autres 
ne le disent pas; les uns procèdent à la sortie de la loi avec des 
hymnes, d'autres font autrement. »> Il est clair qu'ici ce n'est pas la 
question de obpr^i qui est enjeu, de sorte que le gaon n'avait pas 
l'occasion d'y prendre parti; par contre, dans une autre circon- 
stance et à une époque différente — probablement postérieure — 
il était obligé, directement consulté, d'en donner une solution 
formelle. 

Le second motif allégué par Maïmonide, à savoir que obprm 
constitue une addition illicite, se trouve déjà chez R. Amram. En 
effet, ce gaon de Soura ainsi que son prédécesseur R. Nahschon 
sont à égale distance de la décision de R. Yehoudaï, opposé à 
obpn^i, et des instances de R. Haï en sa faveur. C'est ce que rapporte 
R. Abraham ibn Yarhi 3 : R. Nahschon, prescrivant les inclina- 



1. Teschoubot ha-Gueonim, p. 345, d'après Nahmanide, cité par Halberstamm, 
dans Yeschouroun, VIII, 58, n. 1 ; Ha-Lebanon, V, 565. 

2. Temim Déim, n° 119 i. f. (éd. Lemberg, 14 a) : n*P0:D3 mbon ^HS» HEDI 

Bnm d^»i« ibbn ^"ww "pt* ibbm obpn-n d^-pû-in ibbn ,mrro3 nboiu 
■uba Dibpa rrnn -iso "pK^iE ibbn ,n , nEiN pN ibbm -iafcv ro-o mm. 

3. Manhig, édition Berlin, 116, 28 : yin» E5"Hpa 1ZFTZ3 b"l "pcria 31 2IT01 

*parvn ,;n: mi rrow r**rr pN ,amm «npm ^lam ^wid 



196 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

tions qui accompagnent la récitation du Kaddisch, mentionne aussi 
le mot obpm, ce qui montre — à supposer que le texte de sa règle 
ait été transmis exactement ' — qu'on le disait aussi dans l'aca- 
démie de Soura au milieu du ix e siècle. Par contre, R. Amram 
remarque qu'on ne le récitait pas dans quelques communautés, 
non parce qu'il signifie parfois « outrager », car une autre signifi- 
cation s'oppose à celle-ci, celle de « louer », mais parce que les 
sept termes de louange ne doivent pas être augmentés. 11 semble 
donc qu'on disait Dbpm dans l'académie de R. Amram. Par contre, 
on lit dans le Siddour de ce Gaon 2 : « Dans la grande académie 
on ne dit pas abpn-n, mais non parce que le mot signifie « outra- 
ger " ; c'est parce que, comme nous l'avons appris de nos aïeux, 
il n'y a que sept expressions d'eulogie prescrites, correspondant 
au nombre des cieux. » Et pourtant, dans le texte même du Kad- 
discb que donne le Siddour de R. Amram (3 b) on lit bien bbprm, 
tandis que ^pam est remonté et suivi de \a&< de sorte que la pres- 
cription qui vient d'être mentionnée est observée et que les verbes 
d'exultation ne sont effectivement qu'au nombre de sept. 

Saadia Gaon, dans son Siddour \ s'élève contre ceux qui omet- 
tent dans le Raddiscb les mots mmabw "pbtm et Dbprrn. Il est 
donc d'accord en cela avec ses prédécesseurs de Soura ; seulement 
il prend parti, comme plus tard R Haï, plus énergiquement qu'eux 
en faveur de obprm. Il semble qu'il y ait eu une divergence sur ce 
point entre l'école de Soura et celle de Poumbadita : obpm pénétra 



sria nnr-y m anai . . .*-na oapm -nnrm rïbyrvn sma «îa-npi r*pa\B 
mx-iNn bab nobp-i te=> "wa tnma ^sbe n? cbpn-i d^toin TNw mniptt 
ta^ta eô« ,obpm D^abaa ni-i n?:a n^u: \vaah ib c *a ,^a nabpnri 
D^^pn '7 iïjD nac ^ly 't ©"npa. 

1. Le Tour. Orah Ha//>/im, §56, i. f., a: 3Hia *lNDP"n rtbyrm, mais sa leçon ne 
prouve rien pour R Nahschon, car il pourrait avoir indiqué le texte usité en Espagne. 
Cependant, dans la citation de ce passage parle Siddour de R. Amram, on ne trouve 
pas non plus obprm : il est vrai que le Ms. British Muséum Or. Addit. 26.978 (Cata- 
logue Margoliouth, 614. p. 5cr) lit dans ce Siddour: tf3ô*H "pcn: a~ 173N "OH 

«m ( niD snprm biarn nwwD iva snpa r^-naffl fnj-na b"t na*»^ 
NCTipi rpfcis obprrn nbirm ,*-na nan ri*izw ^-^n^i ,r-na Nan rr»7siB 

ÎOH mttîl bel 3— na Dlbl8 niai? ,3n"Q; le nis. Or. Addit. 1067, p. 14 c (Margo- 
liouth 61 4^ a le même texte que l'édition. 

2. P. 46: *p n'?n -»N3a onma ">3S73 «b obprvn VTOTS r« -^'w-> ^asbi 
ma©» D*iai n*auî "jnd -par-b D"r« a^n d^^s "P.-ra "is*ma«n wnin 
nnwo "p^a obprrn n?:^ irsc ^73 .D^ypn nyac 133a cnn 'jna OTrpn bœ 
inea pp^asTan l"pa obprm inism .n*aiD ino ^n noa n?2Ni *pam 
ht T'a w\b-i ht T'a fcô nyj -pai ,nyaia T»rno Ynx inan-'i. — Le Manhig, 
11 6. a lu miaipB UTIS au lieu de na^UT "^obl : le Makzor Vitry,p. 9. commence 
la citation par Q^"031« "ps*. 

3. Bondi, lier Siddur des H. Saadia Gaon, p. 17. 



LE MOT Obpm DANS LE KaDDISCH 197 

dans le Kaddiscta a l'époque de 11. Yehoudaï, venant peut-être de 
Palestine; ceai de Soura t'adoptèrent, ceux de Poumbadita l< i 
rejetèrent, car K. Haï ne le connaîl d'abord que comme un usage 
flottanl dans différentes communautés el u'intervinl en sa laveur 
que lorsqu'on commença, probablement du côté des Caraïtes, a 
chicaner sur chaque mol du Kaddisch, ce qui troublai! les com- 
munautés Aucun antre Gaon de Poumbadita ne mentionne ce 
terme. 

L'attribution de obprvn à L'académie de Soura esi confirmée par 
les divergences relevées par R. Haï, dans la même consultation, au 
sujet du culte synagogal dans les communautés. Le dernier point, 
qui est évidemment transmis d'une façon incomplète (ïwarwa "ibbn 
■uba sibpn rmn nrc) el concerne les honneurs décernés à la Tora, 
se rapporte certainement à une divergence des Babyloniens et des 
Palestiniens ' : les premiers honorent la Tora à son entrée, les 
seconds à son entrée et à sa sortie. Or, des Gueonim de Soura sui- 
vent, ainsi que Millier l'a déjà relevé, l'usage palestinien. En effet, 
R. Ainram- > nous apprend que R. Sar-Schalom Gaon a prescrit 
d'honorer la Tora en se levant aussi bien à son entrée qu'à sa 
sortie. Miiller renvoie à Soferlm, xiv, 14 3 , où l'on dit que les gens 
pieux de Jérusalem accompagnaient la Tora, en signe d'honneur, 
aussi bien à sa sortie qu'à sa rentrée. Cette indication me paraît faire 
entendre que les Palestiniens n'étaient pas non plus d'accord à ce 
sujet et que l'auteur, voulant voir suivi un usage qui lui paraissait 
louable, combat la résistance de certains rabbins en leur opposant 
l'exemple certainement décisif des gens pieux de Jérusalem V En 

1. Joël Millier, dans Haschahar, VIII, 571, n° 49 (Hillouf mihhaguim, p. 43) : ^UJ3N 

rtÉT^ai -3*333 5 ne y-ix *:3i ^3^333 rmnn pn ^13373 rnva. 

•2. Siddour, 28 a; Manhig, § 30 (28 a) ; Mahzor Vitry, 91; Orhof Hayyim, § 9 
\±2<t -, Tour Orah Hayyim, § 146: mm 133 ,*p«3 ai?"£î T3 31 H73N "OHI 

Trb»b tcdp v 172 " 1 * îxnpnb im« "p-pinTata pn nbnn ima ■pjrxiOT V 3 
iy «bi «an rrna C «rr mas ^aiaro -r m73^b "pa^-iat "pan "in?»b "paujVH 
"7 ■O'^în wXT" "3 >"373 fW 1D-)D raiTt). Cf. R. Juda al-Bareeloni, Séfer Ha- 
lttan. 258: NirVC "!J V3D3 VI73"I^"I V3"ip7373 min 133 )W3ft]Q 13 TIN1 

fwa ir nt TiTarb pa'na: psi ras»"' "mben 13 "p-npia nsmb y*3E 
. . .r^r^:? -pa Fan 13^3 r 3 ^*! 3 "" s' 51 T1373 «an rpTaffl sm masn. V. aussi 
All'assi su r Meguilla, IV. et Mahzor Vitry, p. 94. — L'auteur des Halachot Guedolot 
(éd. Hildesheimer, 22.5 eu bas n'indique, sur la question des honneurs dus à la Tora, 
que le passage de Sota, 39 6, sans ajouter que ces honneurs doivent être rendus à 
'entrée de la Loi. N'aurait-il pas voulu décider? 

3. v--» : ^ rmnn p w x pinsTa rrroa ,vw a^DTvaw rann ^pa rn "p 
■naars ^32^3 rrnn.s ywin va "p-rTrran. 

4. 11 se peut, à la vérité, qu'il ait pris parti contre les Babyloniens; il a cependant, 
employé maladroitement l'expressiou nrin ""pa, qui désigne une catégorie de gens 
à laquelle il ne pensait nullement. 



198 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

tout cas, cette divergence permet de supposer que l'insertion 
de Dbpm dans le Kaddisch provient également de la Palestine, 
d'où Soura l'aura prise. Cette hypothèse serait encore confirmée 
par Soferim, xiv, 1°2, où, à propos de la prière accompagnant la 
lecture de la Loi, on dit : nanizri Tinprm biam ban by -1731b 'pis man 
amam naaan obpp-^i bbntwi ^nnrm nb*m ffipsrm d731ip^i ^fiwm. 
Il est vrai que obpm ne figure que dans une édition ; mais l'ab- 
sence de ce mot dans les éditions postérieures ne prouve rien 
contre l'ancienneté de son emploi dans cette prière : on l'y a 
omis plus lard parce qu'on ne voulait l'avoir ni là ni dans le 
Kaddisch. 

Or, il est surprenant qu'aucun des Gueonim qui traitent cette 
question ne signale la présence de obpbi dans la prière d'actions de 
grâce de la Haggada de Pàque, telle qu'elle figure dans la Misclina 
de Pecahim, x, 5 : D73iib issb miab bbnb nmnb û^-n lanaa -p^b 
..."ibtfn o^oan ba pk nabi la^Piaab tvdtb "•wb obpbi nbyb "pab -nnb 
Mais Rabhinowicz* prouve que les textes ne portaient pas ce mot, 
qui ne se trouve pas non plus, par exemple, dans la Haggada du 
Schibbolê ha-Léket (99 a). Il pénétra quelque jour dans la Mischna 
sous l'influence des cercles qui ont laissé leur trace dans la prière 
du samedi matin mbnpwm, à savoir, comme l'a déjà remarqué 
Baer, ad locum, ceux d'où sont sortis les Pirkê Héchalot. Si l'on 
jette, en effet, un coup d'œil comparatif sur cette littérature on 
trouve abp et obpnn dans Héchalot, xxvi, 6 2 : D731hpp -nnrn -nsnn 
po obprm ïbrnn nbyrn *o-ippn btann n3rn»n ■p anri i«snn «cann 
^c-ipb ^bw ^bjb ^naœb -pnab "pi-îb fmab a^nix^n ba main 
nainarri mi»n . .onpm Hnan "jba *\z>?p? ^»o:b -paDb -je 7311b 
. ..a^bu» Ttb nonpm Dib*»pn ...srtûbij Tib ; ibidem, xvi, 3 3 : 
mas rarnai ^-ititsi 1^73731-1731 ^tawîsi •pobpjri "pn a 13731 pa-oTs 

. nbnai pikdpi : ibidem, xxiv, 1 et xxvi, y 2 ' ; Pirkê Héchalot* ; 
Se fer Héchaloi 6 : apan bio ^pn bia 173© piaa73i psn73 ain ■ji-ia ianpn 
173&0 ap:r bia towïï v»q ba> rnwnï "nia 0^13731 Tiaan soaa pipnn 
ibbn mismpa ipi« •pobpTaia 3wxn "•la». Il serait intéressant de déter- 

1. Dikdoukê Soferim, sur Peçahim, 115 6 (p. 362, § 8) : D73i"»b -nnb '3 T 3P33 

■pw .nanb biab iinbi -j«sbi 37311b miab nmo nvacwai .nxabi b"wb 
1ND5 t 3P3 q" — im ..^bnabi nssb 37311b -isob naïab nmnb) *nb©vY*a 
rwb *pab) np*': "•bissa rmatanar 't p aa "nm ,"pabi biab DTanb 

obpb). La Mischna Lowe a la même leçon que le Yerouschalmi. 

2. Jellinek, Bel ha-Midrusch, III, 103. 

3. f 6f rf. , 95. 

4. /ôid., 100, 102. 

5. IbUL, 163. 

6. Ibid.y II, p. xvi, § 5, d'après RazieL xv, 2. 



LE MOT Obpr-n DANS LE KADDISCH 199 

miner si. sur le texte de noir» 4 Mischna, il n'y avait pas une diver- 
gence entre les académies de S o lira et de Poumbedita ou entre 

celles de Palestine et de Babj lonie '. 

Un kaddisch de la un du \\ c siècle 2 , dans lequel sont intercalés 
les noms du Gaon palestinien Ebyatar et du second chef du San- 
hédrin Salomon, ne contient pas le mot obprm. Un second Kad- 
disch, qui n'a aucun nom propre, mais qui n'est pas palestinien, 
à cause de la mention de lexilarque (^rm nbian id«h "I3eriz» ^m 
rfca bv riarati ©an), contient ce mot. Ce Kaddisch, à en juger par 
le même critérium, est ou babylonien ou égyptien 3 ; il est à peu 
près certain qu'il est égyptien, le nbia étant nommé dans la qua- 
lification du chef de l'académie. ïl est donc clair qu à la fin du 
xi e siècle ou au xn° on disait, dans les communautés égyptiennes, 
obprm dans le Kaddisch. L'emploi de ce mot était-il primitivement 
égyptien et était-il ancien et courant dans toutes les commu- 
nautés? ou bien le Babylonien David b. Daniel b. Azaria, fondateur 
de la dignité de Resch-Galouta égyptien \ l'a-t-il, avec cette der- 
nière, apporté de sa patrie? C'est ce qu'il est difficile de dire. 
Cependant, comme, d'une part, Maïmonide combat obpm, que. 
d'autre part, Saadya, originaire d'Egypte, prend déjà énergique - 
ment parti en faveur du même mot, ce dernier paraît avoir été 
usité dans ce pays dès le x e siècle. De là il faut remonter et conclure 
qu'il était également reconnu en Palestine, d'où les communautés 
égyptiennes ont reçu leurs rites. Il est vrai que le Kaddisch pour 
le gaon Ebyatar, en Palestine ne porte pas obprm. Serait ce que 
la forme babylonienne aurait été adoptée au xi e siècle même en 
Palestine ;i ? 

S'il est exact que l'usage du mot obprm a fait l'objet d'une diver- 
gence soit entre les Palestiniens et les Babyloniens, soit entre 
l'académie de Soura et celle de Poumbadita, il s'ensuit logiquement 
que le troisième point mentionné par R. Haï, la récitation de la 
phrase mm Nim avant la bénédiction du Yocêr* doit se rapporter 
à une controverse semblable. Mais, autant que je sache, seul le 

1. Cf. Revue, L (1905), 117 et suiv., 161 et suiv. 

2. Provenant de la Gueniza et public par Schecliter, dans Gedenkbucli Kaufmann, 
part, hébr.» 53 et suiv. 

3. Cf. Poznauski, dans Revue, XLVIIl (1904), 164 et suiv. 

4. Poznauski, Lac. cil., 166. 

5. Cf. Jeu:. Quart. Rev.. XVIII 1906), 107 et suiv. 

6. Comme R. Haï dit "i:£V P013, je tiens pour impossible qu il ait songé à cette 
phrase dans 173*33 "Wip ""b "111 n (dans les Psaumes de la prière du matin), ou à la 
lin de 1133 TV, points sur lesquels il y avait divergences d'opinions pour le Sabbat 
et les fêtes (voir Baer). 



200 REVUE DES ETUDES JUIVES 

Manhig ' louche à celte question quand il dit que, comme il est 
interdit de s'interrompre entre 13-12 et nrr pour arranger des con- 
leslalions privées ou pour satisfaire la demande d'un particulier 
dans la communauté, on doit intercaler la phrase Dirn «im pour 
demander à Dieu de pardonner celte faute. 

Cette indication me paraît néanmoins sujette à caution ; car 
Abraham ibn Yarhi semble considérer l'arrangement d'une récla- 
mation particulière comme une affaire d'ordre privé et ignorer que 
c'était un usage accepté dans les académies babyloniennes d'aplanir 
les contestations entre is-ia et -irr», ce qui passait pour être une 
chose d intérêt public. On lit, en effet, dans le Siddour de R. Am- 
ram - : "Il n'est défendu de parler entre mmzr et nsv que lorsquil 
ne s'agit pas d'affaires communales ou publiques ; mais s il s'en 
présente de telles, ou s'il faut procurer un secours à un pauvre il 
n'est pas défendu de parler. Si, dans un de ces cas, on s'est inter- 
rompu entre nan^ et lana, l'officiant, avant de commencer "onn, 
doit dire b-ian"» ». La suite de cette prescription se trouve dans le 
même ouvrage un peu plus loin 3 . « Dans la grande académie, où 
les membres de celte dernière ont coutume de ne point parler pen- 
dant la prière, l'officiant ditiana sans Kaddisch. » De même R. Elié- 
zer b. Yoël ha-Lévi '' nous apprend qu'à Mayence on ne recevait les 
plaintes des parties qu'après mrvjr, après (?) quoi l'officiant disait le 
Kaddisch. En un autre passage 5 il raconte que dans beaucoup de 
communautés les plaignants ne devaient pas inlerrompre l'officiant 
pendant le service public, avant qu'il eût terminé nanizr et le 
Kaddisch, qui se rapporte aux psaumes précédents. Enfin, R. 
Gidkia ° rapporte la prescription d'un Gaon, d'après laquelle, quand 

1. §26 <;p. 11 a) -. ib^fro ns-sai "c^r Tm- ht:nœ -nn» "o atuîs nan rm 
■nnizj riT "p? npab ,Dim tnm "jinr; burina *p nriNi ,«-n« -îfcva b"<nnn 
}3^ »bi .T»n^ wxb nbtnb nacn mo 'pp^DD'a yn. 

2. 3 6, eu haut [Mahzor Vitry, 7-8) ; -pu "«nynCKb "HCM ïmÈK Npm 

in mas: "onsb baa vra^a -nax wat abt ■'bro *an ,272x2 no^-sb napffl^ 
•Wb emo^t npia: mb poo-vab uan maasïi p os^srfi: ndid ">b fnasb 
■»3H nPD lana w\7:-<bi "»7apEi «mbto D'wp wanar "ottoi nnab ba« 
...b-ttm. 

3. 4 6, eu haut {Manhig, § 25, p. 11 a) : "«33 b'C pli "piSIE! ^:3" ,, »a■ , "<3Dbl 

4. Rabiah, sur Berachot, § 32 (3 c) : rnaa a'Ôaip "pNUJ N3I33732 «TO pi 

^"ip -teini naro^a mas: mbia DPirra ny poaan 

5. p. 6ic: niDS rrria "pa-œTa y»baipn para m?D-p?2 nanna lana "psi 
">-P73 tfb tpi D">m?:T?2rt by "««po ©"Hp -i?o:n j-dp©" 1 -raa ir. 

6. Schibbolê ha-Léket, § S im7. (4a) : -pet atfa llSSïï b"atT P^ôUn p \B"n 

iana b*»nP7a napc -irwb nbspb mET- ^pios pa p^ODn'^ bnpn anritt 

p "Ittna Nb 13K1 .^721 "PDIDI. 



LE MOT Obpm DANS LE KADDISCH 201 

la communauté n'avait pas coutume d'interrompre entre runur> et 
le-urp qui suit, l'officiant devait continuer par wa sans réciter le 
Kaddisch 

Il est facile d'expliquer cet usage. Le service ne commençait que 
lorsque l'officiant se plaçait devant l'arche, ou bien déjà avec la 
récitation de "d~q. Jusque-là chacun lisait ou disait pour lui môme 
des psaumes et des hymnes. Avant donc que le service commençât 
ou avant que l'officiant, en disant "D-a, invitât l'assemblée à se 
réunir, le temple, qui était en même temps une maison commu- 
nale, une école et un tribunal, servait au règlement des contesta- 
tions entre les parties et à la collecte de secours pour les indigents. 
Mais cette coutume se maintint sans modification, même quand les 
hymnes devinrent partie intégrante de l'office public. Les docteurs 
de Soura voulaient, que, lorsqu'il y avait eu interruption, la prière 
proprement dite fût introduite par le Kaddisch, afin qu'une eulogie 
récapitulative, correspondant aux Psaumes *, précédât l'office. Mais 
cette disposition ne suffisait pas aux plus pieux, qui intercalèrent, 
après 1D13, la phrase expiatoire Dim «m. Mais est ce vraiment la 
pensée de l'expiation qui a dicté le choix de cette formule, ou n'est- 
ce pas plutôt le fait qu'elle introduisait la première bénédiction cor- 
respondante dans la prière du soir et paraissait depuis longtemps ne 
faire qu'un avec elle? C'est ce que je ne saurais décider. Néanmoins, 
comme R. Haï paraît considérer mm «im comme un élément fixe 
de la bénédiction, le motif tiré de l'idée d'expiation est à peine 
vraisemblable. 

Ce qui prouve bien, pour le dire à ce propos, combien ûim sim 
était intimement uni à "Dna dans la prière du soir, c'est qu'on le 
récitait aussi sans exception le vendredi et les jours de tête. On 
le voit dans le Siddoar de R. Amram 2 , dans le Se fur ha-Ittim de 



i. R Yeroham (111,1, p. 13 c/) cité par Joseph Garo sur Tour Orah Hayyim,$$'iin fine, 
dit aussi : "mb b^D" 1 "UtT'b mn'^" 1 l^n^D 1313ÏÏ ^73 C 1 ; il est évident qu'il se réfère 
à l'ancien usage. Ce dernier fut si violemment combattu de certain côté qu'on créa un 
texte du Yerouschalmi pour s'en servir comme d'une arme : lis "licvb ^3n , ',3" , ^3 
"•JabœTVa *|3"n73N"1D p^OD"* ttb, dit le S. ha-Eschkol, I, 8; Auerbacli renvoie aux 
Haggahot Maimoniot sur //. Tefilla, VII : "<D"ny70 ~iT"in "îatvb rnnEJ'ï "p3 nmn 

■ppao nia*» vnTi ht inmb m^- 1 33b ^-n «-nn Y'ed rrans». Cf. 

Manhig, § 4 (8 6) : rrP3J UN -litrb mPD" 1 "p3 nD~ ">73btt3TT»3 ^PttStt pT 
rTOnbEn ">3-)?72 rrhy inm ms ern; Tour Orah Hayyim, § 51, Joseph Caro, 
/. c, et Buber, rp"i:3n D^bffiTY*, p. 7, § 13. V. aussi Teschoubot ha-Gueonim, 
éd. Lyck, 86; Schaaré Teschouba, 28; Siddour de R. Amram, 3 a ; Mahzor Vitry, 
6-7 ; Jacob b. Jehuda de Londres, dans Jew. Quart. Review, IV, 38. 

2. 2") a à propos de la prière du vendredi soir] : b" , nn?3T TI3X rpbia ITaiJH 

'ijh a^a-i* 3"»-i^73 nai3 -i©« "jinn b^nnm isna paisn mm «im. 

T. L1V, n» 108. 14 



202 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Juda b. Barzilaï ', dans le Manhig 2 , dans Aboudraham 3 . Dans un 
manuscrit d'Oxford qui contient le Sidçlour d'un certain R. Salomon 
b. R. Nathan de Séguelmessa\ le copiste, R. Saadia, indique le 
môme usage pour sa localité ' 6 , c'était donc aussi un rite des com- 
munautés du Nord de l'Afrique. Par contre, le Mahzor Vitry s'élève 
contre cette coutume 6 . On n'omettait même pas de dire mm anm 
la veille de Kippour, d'après le Siddour de R. Amram 7 , un peu 
différemment d'après Isaac ibn Giat 8 , Manhig 9 etSchibbolê ha- 
Léket 1<} . Il est vrai que cet usage était déjà combattu par les Gueo- 
nim. Un Gaon anonyme écrit, en effet H : « Dans les deux académies 
on s'interdit de réciter mm corn et banim "irnia le sabbat et aux 
fêtes à cause de la sainteté du jour. » Cette consultation ne peut 
pas émaner de R. Amram, puisqu'il prescrivait le contraire; d'autre 
part, «les deux académies » désignent toujours, comme nous le 
montrerons ailleurs, celle de Soura et celle de Nehardea, qui dépen- 
dait de la première. La récitation de mm aim dans la prière du 
soir des samedis et des fêtes doit donc avoir été supprimée soit par 
R. Amram soit après lui par l'école de Soura, probablement par les 
mêmes autorités qui abrogèrent la récitation de bioim ")73na le 
vendredi et la veille des fêtes 12 . Et comme Saadia 13 prescrit aussi 

1. p. 171 et suiv. : nbana ")Nia73 a^cm mm «im "i73ib tido ar:373 
bin bffl mm. 

2. 22 b {Tour Orah Hayyim, § 267) : llDD an3»b miOTl "'b «i "JNa731 

3. Ed. Venise, 31 d : aim ET) m 1731b "VIDDa ni73ip73n 533 T»ni3 rrma» 

4. V. Steinschneider, dans Kérem Eémed, IX, 38 et suiv.; Zunz, Ritus, 54. 

5. Ms. Bodl., Catalogue Neubauer, n° 896 : Tia "1173 T 73 bTHTP naiD b^Z> a"n773 

'iai mm «im pios -irer "p -in» naœn nvb. 
6 p. 81 : airn «im mnTaiN V N d^vû owai mnaïaa. 

7. p. 47 a : n733> nu ba ban i3T5j» mbœ roio o-ns u airn Nim bTinwi 
û^biarp ban bN-na^. 

8. i, 59 et suiv : a^nn mmtai a^baiNia nnsb nabœ anD73 û-i733> ai it:ni 
bj omab maar mbia -jwirœ ïto .mana» nbsn bbsnnb rrroas "riab 
mm Nim b-rinTa *p -irksi lavnma *pa73 a»73io. 

9. p. 60 a : -)73itfQ mso arïj73i ^73173 jn Tim , mm ni m fTnn b-nziTai 
bina dn *d ims i73iN "ps mas"!« iNioan ,rnaia»a mm mm obub. 

10. p. i48« ; . ..iaia ,-iam airn Nim nTai&o- 

11. Schaarê Teschouba, n» 80 : Kini D^ITaiNlO ni73ip73 ET ^a DnbNlûtBI 

naœa «in -nowa nrisi ^niaa ^in "on .^m m* 1 ! nais "br^a aim 

bNIttJ"» 1733* PK -)731tD N51 Ûim Nim D^")731N *pfin .ai^H Bip» ^VO. 

12. V. Siddour de R. Amram, 25 a; Mahzor Vitry, 81; Pardèç, 55d; Schibbolê 
ha-Léket, § 65 (25 6) ; Se/e/' ha-Ittim, 173 (Sar Schalom) ; R. Amram, 43 a (R. Natro- 
naï) ; cf. Manhig, § 3, 2 (23 6) et Teschoubot Gueoné Mizrah ou-Maarab, 107, 120. 

13. Cité par Bondi, Der Siddur des R. Saadia Gaon, 15; Jew. Quart. Review,\, 605, 
Zeitschrift f. hebr. Bibliographie, IX, 105. 






LE MOT Dbpm DANS LE KADDISCH 203 

de dire Dim mm avant *toh à l'office quotidien de Minha et avec 
nttdt ««Trp, cette formule paraît avoir été l'introduction courante 
en Egypte ainsi qu'à Soura sous R. Amram'. 

Mais dans tout ce qui précède il ne s'agit que de ûim aim avant 
is-n dans la prière du soir, tandis que R. Haï parle de la bénédic- 
tion de la prière du matin. Il est difficile de croire que ce soient les 
rabbins de Soura qui aient inlercalé cette phrase, car, d'après eux, 
l'office ne commençait qu'avec *i*y>. Par contre, si nous pouvons 
tirer quelque induction des paroles de R. Haï, c'était l'usage courant 
dans son académie, à Poumbadita. S'il en est ainsi, la récitation de 
ûim a-im dans le -ïam pourrait, elle aussi, avoir constitué une des 
divergences qui séparaient les écoles babyloniennes; l'absence des 
sources ne permet pas de décider si cet usage de Soura provient 
également de la Palestine. Saadia, prescrivant de dire mm enm 
avant Minha et avec irrm Éwrnp, en ignore la récitation dans la 
prière du matin, qui pourrait donc n'avoir pas été connue non plus 
en Palestine. Ainsi, cette question, aussi bien que l'insertion de 
obpm dans le Kaddisch et les honneurs rendus à la sortie et à la 
rentrée de la Tora, aurait formé l'un des points controversés entre 
les Palestiniens, d'une part, et, de l'autre, les Rabyloniens, c'est- 
à-dire les rabbins de Poumbadita. 



Londres. 



A. RUECHLER. 



SUR LE MÊME SUJET 

Pour répondre au désir de mon savant confrère, M. Ad. Buchler, 
je publie ici un fragment de manuscrit provenant de la Gueniza du 
Caire et appartenant à la Bibliothèque du Consistoire israélite de 
Paris. Comme on s'en assurera facilement, en comparant cette 
page avec le Siddour de R. Amram, nous avons là l'extrait d'un 
Manuel des prières semblable pour le fond à ce Siddour, mais en 
diflérant, tout au moins, par la forme. Ainsi la langue des notices 
est l'hébreu et non l'araméen. La plus remarquable divergence est 
l'absence dans notre texte de la mention de Nahschon Gaon, qui 

1. A Constantine on disait Q«im Kim avant chacune des trois prières quotidiennes, 
non uniquement avant celle du soir {Salomon Duran, Consultations n° 20 • Zunz' 
Ritus, 52). 



204 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

est dit dans le Siddour de Rab Amram l'auteur du paragraphe 
commençant par les mots -wa aima -orna ab s'a obprm. En faut-il 
conclure que notre fragment appartenait au Siddour de Nahschon ? 
Il faudrait pour cela d'autres vestiges de ce Siddour. 

Israël Lévi. 



tnnb«... 'ai bmm *p nn&o 'n/a'pnbia nao ûin tho* fcab[njrb] 
i-na[a*K rmnja 'roi 'Tnn "jt nan 'i3 'n *p 3 * na 'tnnb nbnn nna 
nanur V 3 û'nso'a "p^ pâtura ia"»asbi n:Tjn y-iNn pn rwi&n «a 

"piann w mna r 3 " 1 * 1 " IDna ' 7: " 1în > " nax "^ 173iy *" riN wnb 
■watb d^-idoto a-wap mTJ3 pian"' -r»-ib T'-ix r«i tin ir*na nmai 
mas mb« -naia» ripis miayb -pairn aa-iannb [ew]]p "w in ma* 
mbwn !r>m?-o *na ^i tsnb*a nan rrao ©Tprm Snan"< '%na^ 
' — i-:-, rvD Sa i-nai -pa^vai pa^na ' rnspno rmari rwobti 
*pan nan mttia c**m \nto T 3 "»* 1 l»« '"iebi a-np pTai f-ôara 
nbarm Kttam nwnrm -worvn na'nia^i 'pan" fereabJ nabjbi N7aba»b 
Nni iii: «na-ia bas B*r»yb son m-»a wzmp-i mntp bbhrm "TinrH 
[»b] '« ['«] bbpmi : p» "nn«i ytrt 8»ba»a froen c^n73na [«nnaianj^ 
tanx a-^n "pitox "pnia la-marna wrœ -p p*ôn -^aa irra *aaia 
■»m û^anpn na*aia laaa 0"nai naraia n'a'p'n inaraa [sic] p maTna 
na»a« (sic) p ^nn toc ib-w *pam n72«c ira obprrn '»■« ia-Niz> 
.... -a ^m snprrn "parrm V aNa TP^as^c Ï TO 0? P nT1 'm**™ 

nniDi b^am — na^ rrbc maerc —insbi 

—ix"p 'n 'Ta na^nba in 't** 'a nari 'ia»î 

C1 -, Vaa c[-irra s-nfrai y-iab mwan San pn r**mai taibtf 
[r-na*] n73ana [taba] ™ fw» ian n?a rmctna rroa^a Tnn 

1. Ces deux mots sont ajoutés au-dessus de la ligne. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI 

■ 

DANS LA BIBLE 

(suite *) 



ISAÏE (suite) 
xix, 8, nDn. Hameçon: 

A VI D^» Ajjm — Y D^fi* — XaZ D""« — M KE^N — ^DK S . 

— 10, îmnniD. Les fondements en seront abattus, qui for- 
maient les écluses : 

XZTM KOibp'iPN esklusa — F W EîlbpiZTN — A N'ûlbptDN — 
Y NTlbpCN — [A ajoute pour abattus le loaz y^'snTiïQ^èsmenouséç*.] 

xx, 5, DnNsn. Leur orgueil : 

a «aîMia Fon/«pe — f wrnpsri — w wtom - x «aMasYi — 
t wmwîti 4 . 

xxi, 2, nnn3N. Gémissement: 

A ^TVDÇÎŒ Sospiradiç — W jrp-pmDTO — V y"»-pDTD*llZ) — 
T pmTODW — M y^TPStD'flO — X ï3"T^D©Ti3 — Fa U5-pDTâ3 — 

1. Voir Revue, t. LUI, p. 161 et t. LIV, p. 1. 

2. Aym, de hamus, même sens. 

3. Éskluse. Y éscluze. Pouresmenuséç, voirGodefroy, amenuisier, Complément, 103. 

4. Lire : Tantançe, subst. formé sur vanter. 

o. Sospirediç, formation analogue à celle de herbediç. Cf. Revue, LUI, 167, n. 4. 



206 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxn, 6, ttDiaa. Carquois: 

A fina^p Koujjvre — iwv N-n^ip - x N-nrr^ip — z "na^Tp 

— Y NlD^lp — M R-pSlp «. 

— 18, ms, Pelote : 

A V Y NUibD Pe/o/e — VF «aib^D — XZaMT N'Jlbc. 

xxiii, 13, rîina. Leurs bastions : 

A THDVI3 Bajjpréd — f HTHIT^a — F ""nDTa — F THS'V'a — 

a "n-icna — 2 T-ncn — x "wns^a — VF n^ns — m T^sna 

t :~ 

— T l-nnBTn \ 

xxv, 1, i » n. Vérité : 

F WnpnalM Obrmént — V WWTÎK — 4 ur'tt'nnN — T t33»*YÔK 

— a C3573"I^afi« - W ES^-paN ~ X HbJOi'na» — M MTOT'a» — 

z tasTana» - f caatt'T"?*! 3 . 
xxvi, 7, obsn. Tu égalises : 

^ 1Z5V»D-Iû3ip Kontrepajjs — VFFMT lD^B*i:a3ip — P WÎ^lBSlp 

— x ttj^iD-iasnp — « "ppDiûaip \ 
xxvii, 2, n 12 n. Vineuse : 

4 Ntt)i3"n Vinose — aZTEnsiTI — FlDiS'n - FlZWni — MidSYl 5 . 

r 

xxviii, 15, n^3 isni3. Nous avons contracté une alliance, 
c.-à-d. tracé une limite : 

A b^TpiEÎN Asomajjl — W VZ CM T b^ttlttîN — F b^lttm — 
X b^nTaiŒK — « "l^b"»731BD« *. 

— 17, L3 r> id 5a . Justice : 

A NtD^aEJ"^ Josfise — V Z N^ûVÎT' — « NPt31Z5"n -IT N^îaiZJTi 

— m Nurraœto \ 

— 20, 3>inï3n». De s'y étendre : 

A -p^b^atatfTN Éstandejléjjr — f "î^b'H30tD ,, M — F T n b"Hj:a^N 

— IFTtW013\X - M firns^EaïPN 8 . 

1. Cuivre signifie carquois et est resté en anglais sous la forme quiver. 

2. Lire : bérfréid avec fV; mod. : beffroi. 

3. Lire : avairemant, avec /, de * adveramentum. 

4. Contrepays. Ou s'attendrait à: contrepayses, de * contra + pensas. 

5. Cf. Revue, LIV, 9, n. 5. 

6. Cf. Revue, LUI, 175, u. 1. 

7. Jostiçe. 

8. Estandiliér (h = l mouillée). 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 207 

xxviii, 21, ia?b. Travailler : 

fA -p-jiab Laborér - YZXa MT -pTiab - V NTniab ». 

xxix, 7, rt •» a £ bs 1. Et tous ses pillards : 

r b^arx Çénbél - w blasas -^iVaZM blasât — ft b"»ars ". 

xxx, % n o n b. S'abriter: 

r -pÈ^naa Porter — A na'naN — fzxt -iN-na» - « -p&cnaN 

— m n^É^naa *. 

— 5, nom. Outrage : 

f -paÉnaïa-n Déstraber — a -pa-itaun. (?) - F "panBÇ'i — 
iv -panaiS'H - F -nânop'H — x -pa-paic-H — m i^itjid^ 

— t -pa-nas3*H — z ^^wwi — u n^anrjïïi \ 

— 6, û^biD) nïjai. La bosse des chameaux : 

T a Nambri Hldroba suivi du mot 'ba — /"M A n'ont pas l'indication : 

'ba 5 . 

— 14, Ijffinb. Pour puiser: 

V KSi-TOVra Éspoujjse -FM «tD""1DlD , '« - « ^'«121238 - 
^ «Tic"©»" — W T»"»1D»« — * -P^IEUTN — z unDiUN 6 . 

— 17, 1 n n. Mât : 

^ F pp^3 Jl/as* - F UVXK — M -JTDN73 — TXaZ "JU573 - W 0112573 T . 

— 24, nrna. Avec la pelle : 

^ F K>B Pale - a «>*? - FT fcïbiS - WZ »bs - X «b^B - 
M 8b^S 8 . 

lbid., n 1 t 73 a i. Et avec le van : 

AT V pi Fa« — Z7 pi — a jenT 

xxx, 28, n s a n b. Pour agiter : 

A V -i^il Vanér - YZ -rail — 3TM n^311 — W nî3311. 

1. Emprunté de laborare (cf. mod. : labourer). 

2. Cf. LIV. 19, n. 1. 

3. Cf. LIV, 21, n. 7. 

4. Lire : déstravér. 

5. Le Glos. hébr. fr. donne herdubles. Cf. Gl. de Gersch. de Metz, 122. 

6. Lire : égpuyse. 

7. Cf. Gl. de Gersch. de Metz, 62. 

8. Paile. 



208 KEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxx, 30, n n 3. L'appui (de son bras) : 

A V B.TO}Ç1C Posément — M a3" , 7atZ)'lB — T W Z aaTaiDID — 

x bfb^ïpb — Y oagiçaç. 
xxxi, 5, a^bnm. Il fera échapper : 

f "PatTOlDM Ésmouçér — V -P3M731IFK — A Z -p£173ŒN — 

w -r^iEUN— r-T>*ar»?aiD\x -ai -pstopizjn — XT^arMàKpicR 1 . 
xxxn, 7, a s id 73. Ce mot a trois sens : 1° Exposé de la plainte : 

A BBttaW^TI Derajjsnemént — F a373?tfî"n , H — M W a^TS'W'm 

— xaT aaTaa^m — z a^awm — y B3 , na ,, a'wn. 
/ôirf. 2° La sentence : 

A ûa^M^îJ' 1 Joujjmént ^XZ C3373" , " , 1"' — J 7 BÏTO^T — W B3TOY" 

M «aaTa^N - a 33733313 ". 

lbid., ta b «3 73. 3° Exécution de la sentence : 

A Nr'Jïïr Joustize - W NTTODYi — F MapÇIDV — a T X NaTOTOV 

— MZ KC13CT1 — l r W"3BOT '. 

xxxiii, 15, VD3 "i3»3. Agitant ses mains : 

v bIpïpk ^s^o/ — t opiont — ^ aipipN — wzMaipsJN — 
a a3Tip»N - ^ asâipiz^N 4 . 

— 20, 1 3> it ■> b a. Les trous dans les champs qu'on appelle : 

A C373ip Kombes — M T W ©I373ip — YZ tf)373ip ». 

xxxiv, 11, Tic p. Chouette: 

MT Y a «a^iat Coè/a - .4 Ncrout — Y Z a^NItt •• 

— 13, û^ n ^ o. Ronces : 

M T W V Y a tZJÉTBTlK OWia* — ,4 tD37a"TÎN — Z NttJ^am» 7 . 

— 14, ta^as. Panthères: 

MTFF UJ3"»ia"173 Mrtrins — Wa U53^a*173 — -4 /" T25a"nan7a 8 - 

1. Cf. LUI, 169, 2. 

2. Jujemént. 

3. Justice. 

4. Eskot, de ex -f cuti t. a et Y donnent éscovant. 

5. De * cumba. Cf. Dict. général, combe. 

6. Cf. Gl. de Gersch. de Metz, 51. 

7. Lire : ourties. Cf. Gl. de G. de Metz, 73. 

8. Lire : martrines. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 209 

xxxiv, 15, nim. Elle gloussera (cri par lequel l'oiseau appelle 
ses petits) ; 

A f -pnarfop Kloçéjjr — Y V M -pjflbp - W n^'^p — T T"3lbp 

z . . .^anba — a i^oVsa *. 

Iôid., rn. Les vautours : 

ii/U5"vnobii Yoitojjrs — f y z m TOTn^abn — a -hobn — 
w -pobm — t tmobn*. 

xxxvi, 2, nb?n:. Dans le fossé : 

A V TW'-m Foséd — Y ïlDis — ZT TVIB — « N"P1B1S — VF -p-i^lD 

— m -pions. 

Ibid., rb^osa. Dans le sentier : 

A V 1V2"P Kemin — T Y ■pap — MZ pM^*. 

xxxvi, 8, aunrt. Engage-toi : 

,4 F FZT T«a Ga/je''' — VF a M T«a. 

— 11, d^jtdid. Comprenant: 

A yriD^DW Entendenç — /" B3T3£»M — T BSiataS"'» — 
F N-i-|3-^r^ — a KT13B3» — M KTTrBFK. 

— 15, rtsia. Une salutation : 

^FF •fqbffl Saloud — WZ -pblD — « "pbNID — M «mbffl — 

t î-ibia \ 
xxxvn, 3, nnsin. Épreuve: 

A D3W3T"1B« Aprobémént — F T BS^aSTlE^N — W jaSWzmsK 

— F Da&^aVWVPM — a BSTaaVIBffiN — f £33£3i-|B ,, K 5 . 

— 4, n^Dirn. Il a prouvé : 

/""Vai-IBN Éprobér — V -p3YW« - W F T31-IB3 - a -P3"nE1^N 

— -4 -pSTlBIBN 6 - 

1 Cloçiér. 

2. iNous avons ici la forme voltoyrs emprunté de vullurius et dans a T et to (lire ce 
dernier -ilûbll) la forme voltors. Voir Die t. gén., vautour. 

3. Lire : chemin. MZ donnent jemin (sur la prononciation de eh, voir Gl. de G. de 
Metz, 50). 

4. Lire : salud, de salutem. 

5. ésprovemént, de * ex -+- probamentum. 

6. Lire : esprovér, de * ex -f probare. 



210 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxxvii, 19, in si. Et donnant : 

A Y USjÎT Douant — M Va U33n — W Z Ï33Y1. 

— 27, nsiiD. Herbe desséchée, racine de l'épi qui reste dans 

le sol : 

a NbaiaipN EstobU — m y NbmaurN — v wz NbmtatûN — 

— 33, nbbo. Contrevallation. J'ai entendu expliquer le mot 

par jet de grosses pierres qu'on appelle : 

A MTn^B PereVe — /* n^MllïÎB — W firp"nD — 7 «TniD — 
T N-p-PD — M N-p'mD — a trp"n v, D — l 7 N"ïmB — Z fcrp'HnD 

— <r NT^ID 2 . 

xxxviii, 14. "oai*. Sois garant pour moi : 

-4 n^apni Garantieh — YVZT HKIBSna ~ M «1^31*13 — 

— 19, nv. Renseignera: 

F -p^WN Ênsénjjr — a -yna^tasN "— M -pS^tfJN — T T^^tEN — 
WYZ T3tf:N 3 . 

xl, 4, nypa. Plaine : 

-4 N3^D731p Kompjjna — V A &T3B3p — « &Ti3NE3p — F N3^3B3p 
T fitt^BSlp — M K3^Dp - W &OB3p — S F NS^BSp — v Nrsp k . 

— 12, ib^^ni^Ta* 1 ». Qui a mesuré à l'empan ? 

f ftiHN Amolad — aTlNbl73N — V l^biEN — A "l^bl'WN — 
u lbl72N — Wa A -)bl72N — M TPblttfc* — Y T"bl»« — F "pbl»N 

— S nNb"l73N 5 . 

— 15, •'bitt i»3). Comme une goutte tombant d'un seau : 

A K^PSiE^b Limonéde — F h P3JÏ73 ,, b — WFZTF N^ia^b — 
M »-p3173^b — a £01373"^ — A Ni"31?3Nb — s amNswb e . 

1. De stipula. Cf. Romania, XXVII, 509. 

2. Lire : pédrére, avec F, qu'il faut corriger en ^"PTTB, ainsi que Z, et avec a. 
f donne un mot qu'il faut lire avec D au lieu de s, c.-à-d. fondoéyr[e] ; cf. Godefroy, 
fondoire. 

3. Lire : énsénier [ni = fi). 

4. Lire : canpayne. 

5. De * ad + modulavit. 

6. Cf. Gl. h. f., limonie. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 214 

xxxvm, 22, nn. Compas : 

A M T F ŒDttip Komps - V Œ_D72Ïp — ZYF lEDIp — a S ŒD3ip l . 

Ibid., pis. Toile : 

A »bi^a Tajjle — F Y a A M T S »b""B - F «b^El - IV «b*U ". 

xl, 24, ttnra. S'enracinant : 

^ ySfctt^Sn^N Énraçinanç — ^4 asis^nS" 1 » — V B33 ,, 3tn3 , '« — 
S £33^atN"l3 ,, N — W a33^5n3N — a a3£3-lN — Z Dî^arVM — 
A Û313VW — T yWir» — M ^3^"I31N — F ESS^NT». 

xli, 7, p3i. La soudure : 

M T Z K-mblffl Soldora — A V fin VHbilû — D fimfinb"HZ5 — 

a &mbiiD — f Nimbus 3 . 

— 14, n^bin. Vermisseau: 

-4 TWTn Vérmener — F TDI^ttlTl — /" ©^îanri — Z urp^TDTn 

— y a BOnaTII - T ïSTS^'m — F tB'VSE'Tn — M lB^'W'n 

— W tt33V3Tll — F U33Wn — A a^373Tm — o ©"V^E "m \ 

t 

— 15, m». Lime : 

ADFMT FZaF «7315 Iz'ma — ^ V NEpb — W «173b. 

/M/. ? 

F M F Fa b*nO fi-H - WZT b^"HE — F b'WIÛ 5 . 

xlii, 10, i«b»T û^n ^nr. Ceux qui descendent dans la 
mer et qui la peuplent. On construit des maisons dans 
la mer elle-même et l'on va en barque d'une maison à 
l'autre, comme à Venise : 

A ÏWaFyH Véniçijah — F D «irai —Va Nr3"l — F M arrsn — 
T ÏWT3T1 - f OTOT 6 ' 

xliv, 12, an en. Avec le charbon : 

C F T W VF yaftp Krbon - a y •jimp - m "pmp 7 . 

1. Lire : compas. 

2. Lire : tayle ou téyle, de tela. 

3. Lire : soldedure, avec A VF. 

4. Lire : vérminérs^ 

5. Lime. Pour le second loaz, lire : taréyl, mod. : taraud. Pour ce dernier, le Gl. h. f. 
donne tronchont, 122, 15. 

6. Lire : Veniçe, avec FD. 

7. Charbon. 



212 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xliv, 12, màp&ai. Et avec le marteau : 

CVMTW Y Va b^an» Mrtel - A ©bWÉ — F b""tnE \ 

xliv, 13, iiœainnNnv II le forme avec la doloire : 

VMY N-vnbm Doldojra - W 1 KnYïbvi — a N-p*nbn — 
F N-pwNibn 2 . 

Ibid.y m i n tt a i. Et avec le compas : 

A UÎD7pip Kompas — FT Za F ;DD31p — M ŒND3ip — F lZ3D?231p — 

y racïïip — c u:c3p. 
xliv, 14, 1 "in. Une racine : 

A -ji^Dibs Plonçon — Y aZFT F "pi^bc — G "p^bE — M "JISSlbD 3 . 

xlv, 25, i b b n mi. Ils seront fiers : 

A api-ip^rr.iD Porvanleront — V ûainûaTmc — a 'J3ti^D-nD (?) 

— T Ù3K3inTlB*. 

xlvi, 1, 133 onp ba nD. Bel s'est accroupi, Nebo s'est 
concilié (Ironie contre Bel et Nebo, comme si, prises 
de maux d'entrailles, elles s'accroupissaient jusqu'à 
l'épuisement de leurs corps) : 

T ^UJ "ÏÇPpSip *VB "Ï^DinpN Akropid sei, konkiad sei — Y apinpN 

133 ^ç nçrpslp. ba ^10 — /t 133 •»« narpsip, ba ■*« ^siipN — 
z tas ^wnpaip bp "no "npnpN — wias ^d ncrp3ip ba no -TDi-ipN 

— M "133 vv^ D:nN np 31 p _/ 31 p^ a ^ _ j/ ^ a ^ ^^ n p^ 

133 *11D "K^p3ip — /" 133 ^V Hfcppaip ba "» " l Bi"lpK — 
a 133 nN"p3ip ba ED^B1"ipN — a 131 **1D lanpsip, b3 ■ , U3 TP'i" 1 ?^ 5 ' 

— 6, ibpsnmpn. Ils pèsent avec le fléau (de la balance) : 

T b^Nbç Flaél — Pb^bB - A b^abè" — F b^bs - MW Za b""bs 

— /' bwbo 6 . 

xlvii, 10, *| n a a i U3. T'ont séduite : 

V &rruni3^N Envéséde — T Tn©*tt3*(* — A N*7T23 ,, n3" , N — MZ 

1. Martel. 

2. Doledoire. 

3. Cf. Gl. h. /"., 105, 23. 

4. Formé de pro et de *vaniiare. 

5. Cf. GJ. t/e G. </e M., 1. Mon explication de conchiad était fausse. Nous avons ici 
une forme de concacare, et non de collocare. 

6. De flagellum. 

7. De * in -\- vitiata. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASGHI DANS LA BIBLE 213 

xlix, 2, ma yn. Une flèche polie : 

A V -pbp Klér — W T Z «ybp — VA a M T*Ôp l . 

VfoV/., irsiDNi Dans son carquois : 

^ irarop Koujjbre — v Y a t anawip - xz "na^p — m Tnaip*. 

xlix, 21, rmabj. Abandonnée: 

A F T X NBbïlB SoJta — Y V NIûbiD — W NU^bllB — £ S fcobua — 

M ornbv — ^ « Kbi« — F enab-na 3 . 

— 22, ■» o 3. Mon étendard : 

A F y W Va ZSF Np-pD Perka — MT Np-pS — V KpTS — 

76/d., isnn. Sous l'aisselle : 

A Kb^JP^M Ajjséla — WVb Nb^ttPfit — KlaAF N^ffi^N — 
M JO^'O^N - T b^TD^K — 2 NlD^wX - F «blO^N. 

li, 5, i:s':\ Jugeront, c.-à-d. châtieront : 

A Kpp©i^ Jos/ize — F N1STD1Z/N — M NID^^T — VZa N^UIDV 

— T BrPBCTi 

— lo, yn Qui agite (la mer) : 

a -Tanin Rowpe> - Fpsç^sanp^n — v ^ç^çnprn — m caïa^sanp-n 

— z tfi72XD*Bn"ypn - - t aaTWipti — f ©ao-TO-ipn (?) - ■ s 
atD'noa'Tpn — f pçpçawn — <x D3«p»a-ip"i 5 . 

— 17, nbynnn dtd. La coupe d'étourdissement qui trouble 

l'esprit de l'homme et le rend impuissant, comme s'il 
était enchaîné : 

A W2W2~\l2^& Éntomismanl — f ïaSEttPpiOSfi* — Y aS'VJfcPEIBS^N 

— vi -j;?:w";:iarN — M t33WB ,, »iottrM - X taaTasrTantaaH — 

a C333C73iap« — 2 l33WÇ3TSiCE3p' , « — S BS^aiO^-naS^N — 

Panc"»72iaiN — Aaarnaa^iîaDN — w cassas'*» — Fatt^EurN 6 . 

1. Lire : clér. 

2. Lire : cuivre, carquois. Cf. ci-dessus, p. 206, n. 1. 
3 Lire : soléde, de * solata. 

4. Lire : perche; A donne sainayre, qui vient peut-être de * signaria. 

5. Lire : froncer avec A. Cf. Gl. h. f. 90, 34 . Les autres mss. donnent des formes 
plus ou moins corrompues de recranpir, recourber. Le loaz résultant de la comparaison 
des divers mss. est : recranpissant. 

6. Lire : éntomisemant. 



214 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

li, 17, n*<*73. Tu y as goûté : 

AVMT WZ Y Xa S n"»û13N Agoter — A V "PûiSN - F ^«noia» l . 

— 20, Tsb*. Se pâmeront : 

A¥ T W Y VZXaM. -p73»03 Psmer — A C33"TVnU5B — S F T"E1Zîb \ 

— 23, *p a 173. Ceux qui te détruisent : 

FMT/FIAS -pblD'np Kroslèr — Y -pb*npiD*« - ^4 ^b"hp 3 . 

ni, 2, id3»m n^]nn. Secoue ta poussière : 

A f N-rripiO'«« Éskodre — V N-j-|iptt5N — Z mpTS' 1 » - WA 

■rmpia'w — f anipip^K — t N-nNpTDcc — m -\-\-pwx — a -r^bnpa 

— f nnipïJN \ 

lbid., ^n&oir ^nDT73. Les liens de ton cœur : 

a œbpiû'r Joskies — mt rabar-np — i 7 Nbaav'np — F iDbasTnp 

— t izjibttivnp — w rabais vsïp — x rabavmp — a rabams — 
c rabamp — /"ra-pb-ip — z raibasnp — Frabasanp — sraba:K73ip 5 . 

lui, 6, 3Masn. Il a intercédé : 

Vf HîOnpra"'» Éspriad — 7 '"ifipnDIO'W — -4 ^PN^nBlzrK — 
X W^-\D-0» — a TWHBN — 2 -|«"»D1Z3N — M -Î^^SCN — 

— 7, nsj3. Il a été maltraité : 

Af "pb-iB-nra Sorpariéç — mtfxz "pb-iBmra — v yDbns-nra 7 . 

— 10, D ra g , Rançon : 

A firOTOH Amende — V fiOMl^WN — H\t)X naHanK — TV i£-i^73N 

liv, 2, -pmm-i. Et tes chevilles : 

f ttJ^b^np Kebiles — A Y F rab^p — M «©b^p — T ©b^3p 8 . 

1. Agoter. Remarquer qu'aucun des mss. n'a conservé Ys de * ad -\- gustare. 

2. Lire : pasmeront. 

3. Lire : crolér, avec A, en changeant le 1 en -\. 

4. Lire : éskodre, de excutere. 

5. Lire : cojongles. Cf. LUI, 193, 2 et LIV, 1 : a donne çéngles, de cingula, mod. : 
sangles. 

6. Lire : espriad, de ex + precavit. Z donne espiér, faute évidente pour espriér. 

7. Voir Godefroy, sourparler. Le sens de « maltraiter » n'y est pas donné. 

8. Mod. : cheville. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASGHI DANS LA BIBLE 215 

liv, 12, mps. De n*vp, brûler, pierres précieuses, jetant des 
feux, qu'on appelle du nom du charbon : 

A KVfjlatfe Karbokle — Y «pbiaip — M isbpianp — T bpïia^p 

— f w Rbpamp '. 

lvi, 11, tt)D3 m?. Au cœur impudent : 

A VI IDaby KWJ» Ajjgre talant - fW&Q KW — M Uaibûanr^ 

— t arbca Nia"»» — a aaibta ana^N — f aaba ra-iar» 2 . 
lvii, 8, PMn IV Quand tu as vu un endroit convenable : 

Y A V WS^N Ajjse — T NIZÎ^N — MZ ©*»« — a KpTO. 

— 11 , ^ann. Tu as failli à mon égard : 

A yipbg Falajjnç — W V Y "p^bD - T "p'b^D — M NaSlb^D — 

z «atbiD 3 . 

lviii, o, "jeun a. Comme l'hameçon : 

4 D^N 4//m — V a^N — 7Z D^K — WF a^N — T a^N — 
M ©""H — A mWH*. 

lix, o, upa. Ils font éclore : 

A'^n^ih-p^^Eskiotérant - FBrpiaibpjz^» — ziDmu'irbpujN 

— /" t33"no1bx)TD« — F aa-niaibipizrN — « a-mibpm — 
m B3'nau3"ibpiaï8 — t aamaibpizjK 5 . 

Ibid.y ia "• a a y. Araignée : 

A fiWM'VK Irajjne — Y «T^'TN — /* ?T3T8 — F N^-TK — 

w wwrpM — a tr^-iN — z tor"n*ux — t *w-pn — m n&r^-H-pN 6 . 

Ibid., nip, Toiles, probablement la pièce sur laquelle le tis- 
serand ourdit la chaîne : 
a ©nwûn'niN Ordiojjrs — m la^m-niN — f ofijnibilK — 
w cnrjnix — f ia-na-nN — F N-na-n» — z cmibtim*. 

/ôîc?., rniîrn. Et ce qui est couvé : 

A -p5ip KoueV — F^T»a1p — aZMTW "paip — F Tâip. 

i. Mod. : escarboucle. 

2. Aigre tal.int, de acre talentum. 

3. Lire : faliance. 

4. Lire : aym, de hamus. Cf. p. 205. 

5. Lire : esclostrent, de * ex + clausevunt. 

6. Lire : irayne (in = û). 

7. Cf. LIV, 15, 6. 



216 REVUE DES ETUDES JUIVES 

lix, 17, ïia 3 p. Zèle : 

f EttSw^CaM Enprénmanl — A a M C3D733"*1E3N —VI Uj-'EmDD'W 

— Y aarc-PDaK '. 

lx, 10, ^u-i3i. Et dans mon apaisement : 

T C^r^DN Apjjmnt — ^ a37?'\" l P$3i73'H» — Z t3373" n BN31733 ,, « — 

r Uj?j^d:i723\n 2 . 

— 11, ^utd "innsi. Et tes portes seront ouvertes large- 

ment : 

a f tapT^niNttrna Trésonérts - f m t v laaTanNtD'miJ — 
r ©0"Wéwvb — d oon*:rw tasTnio — a ca"naiN u^na — 
s û3"iaiw»;na — f p^cnaiwp^o 3 . 

— 21, "iNDnîib. Pour me glorifier : 

^4 -pa3"n-PD Pérvantév — Y VIS TBayiYTMD — ^ N323a3")TnB — 
A T^ESanilD - a -PC333TID — G T^USnamB *. 

lxii, 10, nb^own ibo. Battez le chemin : 

Al "pppib paa Bate'p lokemin - /" yEpnb y-an — CF -pua 

■papib - F yrpib piaa — a paatib paa (?) - s Yisçh pua. 
Ibid., 13N7J ibpo. Otez-en les pierres : 

/" p'WDlIPjS Éspédreç — T ^iTDïï^ — M pTVD'iTN — 

w p'vnstsN — 4 pNn^DpiN — v pn^çtt3"« — r p^n-ibicw 

— Z p-HBTON — A • •.* r, DlD" , K — C pT-BTDN — F pn^BlB^N — 
a p\NT^D — -S' pIS^N — F "P"HD1Z)N 5 . 

/ta/., o 3. Étendard : 

ACFMTAaYS F Kp-PB Pe/'Aa - V NpTB - Z ap-)B — W «pms 6 . 

lxiii, 14, n^paa. Dans la plaine : 

V f K""3S3p Kanpanjje — Y Z a N3^B3p — A KÏTOnp — 

MT N3^D3ip 7 . 

1. Cf. LIV, 5, 3. 

2. Lire : en mon apayemant. 

3. Très (de frans) marque l'idée du superlatif et sert ici à renforcer le sens du verbe. 

4. Lire : porvanter. 

5. De * ex -f- pelrare. 

6. Lire : perche. 

7. Lire : canpanye {ny = fi). 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 217 

lxiv, 5, b 3 a i. Nous nous flétrirons : 

A T»g»bD Flaçtid — V "VBttbo — /' THXbÔ — M Z -mxbD — 

• y yn&ubv — a ttob — t -mabo \ 
lxvi, 7 nu^bxjrn. Elle laisse échapper : 

A "VagttflfM Èsmouçer — F -pJMMjBI — A T F F -p2"l?3^N — 
fl T«3tTOpiD« — M Ti^^D3tt3-N *. 

— 11, ipî^n. Pour que vous suciez : 

A -pjÇVJÎ Souçer — Y aV k¥T F -paciia — M -p^ltt) — Wn ,, " , ^113*. 

Ibid., nn a a ïm». Du mouvement de sa gloire : 

A arp^âittUTN Ésmovimént — FM T aaiEaTOÏTN — F C33Wm7aW« 

— a a aswaiEN — F ur^niD^N — w uswibpi»»*, 
lxvi, 12, i*iD3»»n. Vous serez choyés : 

A 1VJ33OTI Ésbaniér — f -p-nsa^K — F "l^atD^K - FAFT 

-roawK - a -msasr» — w-i^aa»^» — m ...'?o^iar8i — 

F -PB3T8K 5 . 

— 16, b s ta 2. Dieu entre en contestation, sens de plaider : 

A -pjC^-n Derajjsnér — F T]C v n — f ^3© v Tffl"H — F""P3"WH 

— WT T»3U3"»n*7 — A T , " , D , «D" , 1^1 — M B3 ,, na v llD , n - F BSTaStZPTI *. 

— 2J, rmanaai. Et avec des chants joyeux : 

f "PtfHB Trépér — A ©S^"1C3 — F "PSi-lB — Y F "raina — MAa 

-pirp-iu — t w -psna — F -piistma — v» -nD"na — «* itiu 7 . 



JEREMIE 

i, 6, nnN iMNV J'ai dit : Hélas ! terme de plainte : 

W V ÙS^bçSip Konpljjnt — YAF F B^boaip — DM Ur*»bD?3"lp 

a t arbD?:ip s # 

1. Lire : flaisdir, de * flaccidire. Cf. LIV, 21, 8. 

2. Cf. LIV, 13, 5. 

3. Lire : suçér, de * suctiare. 

4. Lire : ésniuvement. w : esclaremént ou esclaircment. 

5. Cf. LIV, 3, 1. 

6. Cf. LUI, 184, 6. 

7. Cf. Godefroy, s. v. 

8. Lire : conpléint de * cum -f- planctus. 

T. LIV, n° 108. 15 



218 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

i, 41, 1 p ». Amandier : 

A VM "V"'b-1DV3N Amendlèèr — TFAa -p">bn3?3N — D ...'^l^MI 1 , 

n,2, *pnb"ibs. Tes noces : 

A TZJ^is Noces — Y D F T F tDiCTD — M V W UTSia — a UJSîia. 

— 10, ■» i k. Les îles : 

Y F S^b^N Isles — IV a FDF tfîbtfTN — A ll^b^N. 
M -n« HJibttTK — T ttjb"'». 

— 13, i b 3 ■« ab. Ne tiendront plus : 

A USTnr:: Tendront. 

— 19, ^nncm. Tes infidélités : 

A îzj-mtt^irK Ênvojjsdours — m iDTntzj^ma^N — y wnw*jhpH| 

— F o-no^ma^M - d t N-ivir-na-'N — f wD-nœ-maN — 

— 21, mis a ïDasi^-no. Branches bâtardes de vigne sau- 

vage : 

A IZîn^bl^'vD"»! Déstoultours — f TZJ'nTTbiûTB'H — FFiZ5"ynblU;D"H 

— v ©-nsabia'n - w œ-nabaii3*H - a tEhibepioi — f d t 

œ-nub-imirn — m tB"mabiatz)"H — a taa-ttbiaiD-n 3 . 

— 22, û n d d. Une tache : 

AMa xpa ^a — ^ Yf «vq - WF/? N^D *. 

— 24, îinîsn. Son rut : 

/" tÛD^li-lil ^ilZ3 Son dagronemant — Y tJBNBËhXl 1"Î123 — A 

e»w3W-n3l« - w uaT&ai-iam ïitïï — Fu^D-nn piu — a pua 
caawaiam — m aa-voaiKamana — T aa^waïa-nai© — f a^atta-nvra-iu: 

— a aararmiù — f aajwa-n 5 . 

1. Lire : améndlier 17 de amygdalaest encore prononcée). Le Gl. h. f. donne almon- 
déyr, 83, 73. 

2. Lire : énvoysedures (in -f- vitium + atura). D T V donnent énvoysures, forme rajeu- 
nie, presque identique à celle du Gl. h. /*., anvoyzures, 84, 11. 

3. Déstolture, cf. Godefroy, destolir, qui signifie enlever (* de + ex + tollitura). 
A donne déstolement, de même racine. Le Gloss. hébr. fr. donne le loaz lés déstorne- 
monç, 84, 18. 

4. Lire : taye, mod. : taie, de theca. Cf. téyle, L1V, 1. 

5. Tiré de dragon, devenu dagron par métathèse. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCI11 DANS LA BIBLE 219 

n, 25, ïïNii. Point ne me chaut : 

A T»b|»1a Nonlalajjr - FT lu T^bp p3 — F -pbp_ 313 - VV -p3 

n^b^p — m n^-ibp pa — a -pbp "ps — /" wbpjli - F -mbpia 

- a Twbp 1*13 '. 

— 31, 13 ni. Nous fûmes séparés : 

A VWOnsnPl Désarsémés — W'attC-nWirH — F lZJQ' , «m6«5" , "l 

— v wfcT-wram — t bs-wtkidi — « »»*«nî«robfin », 
m,6, fi3ïï». La séduite : 

F NT»p-»->irwS Ènvejjséde — A &miI5Tl3"<N — VV 5niZJ"ni3" , N — 

v Termina — « rwrm3 , 'K\ 

— 44, D-» n a. ira. Egarés : 

f ^©1138 Envaséç — A ■p*lD ,w n3*K — PTUPUS^ — T . . .'"PUJ" n 13N 

iv, 2, ibbnnv Seront glorifiés : 

W" TB3TTOD Porwnter — a Tt33amB — VF Û3TH331T11B — 

7 saantaanns 5 . 

— 3, D^p b«. En chardons : 

A Y ©3iTip Kardons — WV tZ331"TT« — M T tZ)31T1p. 

— 7, 133DM. De son fourré : 

A C^ÇfBtftgl Éspajjsés — f la^^DlZTtf — M ©'"©'"DtirN — 
VV \D©*™1B«r« — a T ©-"Dia"*» — F NXDttJ^N 6 . 

— 12, m -). Un esprit : 

V Wu Ù3b^ Tint — <j asba 7 . 

— 31, ncnn. Elle gémira : 

FVTM Dï^bDàTp Konpljjnt - a t»^bu»ip — VV «p^bcSip - 

-4 u^bcsip 8 , 

i. Nonchalair. 

2. Lire : desadarsismes, parfait de désadardre. Cf. Godefroy, desaerdre. 

3. Envéyséde. de * invitiata. Cf. p 212. 

4. Lire : énvéyséd, de * invitiatum. Cf. le mot précédent. 

5. Lire : porvanter. Cf. p. 216. 

6. Lire : éspaises, fourrés. Cf. Godefroy, espoisse. 

7. Talant. 

8. Conpléiut. Cf. ci-dessus, p. 217, 8. 



220 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

y, 8, ibnit\ Ils hennissent : 

A BSTO'TPttFH Èsjodemént — M BSTS^TTtDN — M û3^îa^fi«D^« — 
f B3fc«1^e*« - J f B3«aW^ , »« — FtoSB^TCMM — a B3733-nWÛN(?) 

— o B3»m«T« - u B373-p^«» '. 

— 26, û^isipv Piège : 

A ^-P^D Pjédjjé — V N1V<d — M "im*lB - W N^D ib — FK""g 

— a fiCpig - /" Nn^SN *• 

Ibid., n ^ n œ 73. Embuscade : 

v, 27, a i b s 3. Gomme une cage ou poulailler : 

Af pnp" 'Frank - MVa pans - w Np3-)D -T pains — FK^pA 

— 28, in 125 y. Ils se sont engraissés : 

M B3YVK133*» Enboeront - W BVUnrwS — a BTN133N — 
F B3VI33N — f B~piM33« — ^ BS^-nStiarK 5 . 

vi, 9, b b 13». Grappiller : 

W FT -PD-I3 Grper — Ma -p"»s-»3 — Y tXBTVi '. 

/ôic?., ni bobo. Les grappes les plus élevées : 

-4 •snrrp/'ari Rebékdours — /* sn-nip-nsi — w umap-ra-i — 
F to-mp-ia-i — a -j3?3p^a-i - 7 -ji-nq-q-i. - T o-mp-pa-i — 

vi, 17, d^ds. Des sentinelles : 

a îzjB'na Baiïéts — fiDasna — Wca^xa — F'iop'na — PiOB*ma 8 , 

— 29. -in 3. S'enflamme: 

A B'0"ljZ3" , N JÊsras/ — F BUniZJ^K — W ©TSittPfll — Y B^BIICK — 
a «OntBM — M B lin tu" M — T BIlOTiS^S — <s piÏÏTN — 
u BSniO^K. 

1. Esjodemént, de * ex -j- 9«wf/ -f- amentum. Cf. Godefroy, s. y. 

2. Lire : piédje. 

3. Cf. LIV, 19, n. 1. 

4. Cf. Godefroy, franc, d. 2. Le Gl. h. f. donne ronke, 85, 43. Y donne caje. 

5. Lire : enboért, avec f. Le GZ. h. f. donne épésirt, 85, 47. 

6. Lire : grapéir, avec M a. 

7. Lire : reférchedures, cf. Gl. h. f., revérchemonç (85, 70). Cf. Godefroy, reverchier. 

8. Badétes. Cf. LIV, 49, 4. 






LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 221 

vin, 6, Dnsnna. Dans leur course : 

A ..'anip Korse - w ixwwp — r ^amp — « Nimp — 
u v-i'ï'p — (j v ~nip. 

76/7/., C] ta "i ». Emporté : 

A y^-p-DCN Asprédéç — F Mu ^nsfflN — T "p-nDtiTN — 

/fo'rf., D ■» D. La grue : 

/" rwwia Groueh — Wa rwna — ^ rW""tâ. 

76/tf., -iin. L'hirondelle : 

/" àb'nsi-sç Arondéle — A a tfb"H3"nN — W &ô"H"PiN. 

vin, 13, b33. Se flétrit : 

A WlÇJS^îB Plajjslres — /' NtaiZJ^bs — V ID^ntaïa^bs — 

F a"QTO5"bo — a oaaroTBbD — W'ptaiebB - fm îctap^bs — 

T O-hD^bB *■ 

— 18, ^n^a^batt. Ma consolation : 

^ rr'rr^w^N '^72 Mes ésténiménç — IV ywaa^taUTN ^73 — 
F y3733t3tDS Tltt — F V , ^??Ç?" , " , y1? B" 1 ? — A ysTsa^taiD^K ^TE — 

t ynaûffi» «te — m ywnauFa ç^g - f yjasta^N — 

a 'S3?artar^ — /" yq^rtaTzra xon& — P y^tarwrtarN idtd 3 . 

ix, 2. laiw Ils tendent (leur langue) comme leur arbalète : 

AaWYT NBlD^bma Arblesla — A ÊWaSjbïaiK — V «-)î3tZ)b3"lN 

f '«pbm» — F «pp^ba-N *, 

— 23, baMîn. En me comprenant : 

AT^ F taa^b^tar^ Énteljjnt - a ^ab^taD^N — Y î33*b"*î33N — 

m '3^ob"*t3:^» — f taab^jN 5 . 

x, 3, TS^sa. Avec la doloire : 

M T Y V H-ITTbvi Doldojjra — A «-n-nTibip — w N-nnbin — 

a fcn-^b-.n 6 . 

1. Lire : esfredéc ; mod. : effrayé. 

2. /"donue fléyste, de flaccklam. Il faut lire F t33U^t3tt)^bB, flaystisant, a flesti- 
sant. W doit se lire y^aobfl flestiç, F M flaystes, TU fléstris. 

3. Mes ésténeméinç. Le Gl. h. f. donne détenemont, 86, 48. 

4. f donne la forme arbaléstre. 

5. Entéliant li = / mouillée), de * intelligantem. 

6. Cf. L1V, 32, 8. 



222 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

x, 4, n i a p 72 a n. Et avec le marteau : 

AWYT b^UIB Mrlél — Ma b""î31» — a ajoute yntaa l , 

— 13, D^pna. Les éclairs : 

A VBRSTVÈm Flandourx — YVWT tmvrabD — W" ajoute ttJl^bW» 

«///o* — m rpmnDibs — a oliana ". 

— 24, ta d © » a. Avec justice : 

vl y V T N£it3U3"P Jostiça — VV KCb©^ — M ©«■'ta© V \ 
xii, 5, ninnn ^«v Comment rivaliseras-tu ? 

Y TblCNN Aaslir - A F/T^KN — WTM -pt3NN — a n^lDN \ 

xiii, 16, isnnv Trébuchent: 

TA rFTDIXN Açopér — a -psniZÎK — M -piDITDN — WtaTlDiatN*. 

— 18, ûD^rnïïNiH. Celui qui est à votre tête : 

A •pâv^rnpp'ïT Vostrémjjévéç — f ^ajpBttll — T fHawODia 

— « y>ap N-itaicn - km 'pT^-ita'im — r •pa^-itaiD'm 6 . 

— 22, ^apy. Tes traces : 

Y ©Xfinei Trapes — ^ ©atTja — I 7 OTTHÛ — M Nmta^ta - 

— 23, vrnaian. Ses taches : 

m t a v îzr^ta Tjjs — w N^^izau — r ©p«ta \ 

xiv, 6, D^E>©. Courants d'eau : 

m t F w im^a^n Rîbjjrs — A •ss m \^5pi t — Fcnai^, — /"im^rrn 8 . 

i. Cf. LIV, 14, 3. 

2. Corriger la n. 6, t. LIV, p. 10. Le ms. D (même page), a seul conservé la bonne 
leçon : splandor. Les autres manuscrits lisent soit flandre, soit flandor, qui seraient 
venus de * flandor, flandorem, combinaison de flamma et de splendor; soit plandre, 
de * esplandre par aphérèse. W donne éslius, qu'on peut lire ésluis (subst. verbal de 
ex + lucere); <r lit brandos, qui peut être espagnol ou provençal. 

3. Lire justice. 

4. Cf. Godefroy, aatir. 

5. Mod. : achopper. 

6. Lire : vostre chevéç, avec af. 

7. Lire : tache, cf. LUI, 180. 

8. Rivéyres. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 223 

xiv, 9, û m 3. Stupéfait ; selon d'autres le mot hébreu signifie : 

Certains mss. n'ont pas les mots : selon d'autres. Il semble que les 
deux loazim ne forment qu'un seul et même mot. — Voici les leçons 
des mss. : 

M BPr»p*H Rekrnja — T *p3-ip-| - f ûaTnTJ'H — Y f3R«Tlfc"1 — 

atB3*r""ipi - Ffittcmpi — ^ya-ipn — ^ynp-n - * yn-rp^-i 
— « yÇH/T 1 . 1 ' 

xv, 6, dn an ^n i k b 3. Je suis fatigué de pardonner (ou de 
me raviser) : 

TA Y a "VlBasmoi Dporpnser — F TOÏDIIDI — W TlDDasi — 

m TtaaiDi *. 

— 7, îiiîtta. Avec le van : 

A Y }y\ Wan - M T F W yn — a l«n ». 

— 18, aras. Faisant défaut : 

a ya^b^D Fajjiajjnç — w yaab^s — Y ya^bs — t F yab^o — 
a aa^bs - /■ saab^s — m ya^bo \ 

xvi, 19, "«0137:. Mon refuge : 

C Ï33 ,, 73ï33 , n3 , ï5a — Monwntment \ 

xvn, 3, mn. Montagnard : 

A Cï^aûSiE Montanjjérs — WVT ©3^03173 — a ^3133173 — 
Y T»303i?3 — F ttTn3B3T3 - M U5T»'»M3'l73 — F N-p">I33"l73 6 . 

— 11, nji aip. Le coucou glousse : 

F "PEnbp Klouçér 7 . 

— 14, ^nbnn. Mon orgueil : 

A KS3Ï311 VWnpa — W COMOSTI» — F y«B3"n — T y31t3313 — 
F BW»û3n — a N«3t33TI —M -»nNC33n. . -(?) 8 . 

1. Lire : recredanç, cf. Godefroy, recroire, recreu. C'est ce dernier qu'on trouve 
dans le Gl. h. f. pour DÏT13 (87, 89). 

2. De porpansér. 

3. Lire : van. 

4. Faylaynç. 

5. Lire : mon vantément. Le Gl. h. f. donne : ma fuyte (88, 40). 

6. Lire : montanyérs. 

1. Cf. ci-dessus, p. 209, n. 1. 
8. Ma vontançe. 



224 REVUE DES ÉTUDES JUIVKS 

xix, 3, nabatn. Tinteront: 

y A a l-a^aa Tntener — Y "PDaiQ — M T "PQÏ*83 — W -p3C3^C3 — 

f 'TT^P, S 

xx, 2, nDDïi». La voûte : 

a f -nbi-riN Awoioud — y nqbvn» — v «mbiviB — a nb"n« — 

M T»bl7373 (?) — T -pblTlK 2 . 

xxn, 28, y i s a nis*. Un enfant qu'on emmaillote : 

A TO"lb^733N Anmjjloler — Y -pb"«lb733N — f "pblb» — 

V "V^bib^M — a -]-n-|573K — M Tnblb73 — T "pblb""» — 

ff Tblb»» ». 
§ - 

xxiii, 9, isni. Frissonnent: 

M Ta V aa^baa'na Trenblént — A 533^533^113 — f 533*^3113 — 

Y «bn/nu — w N-pabii *. 

— 29, ra ■» sa s 33 t. Et comme un pic : 

A pip PiA — a p-»D - FM 'Up-^D — Y «p^D — W N123p-»B — 
f tt5^ip"»S3 5 . 

— 32, ûminssi. Et dans leur trouble : 

^ "JVjnnia^N Éstordisoun — W a F M T 'ptfJ'n-nattrN — 

xxv, 20, n n * n. Toute l'alliance : 

AW YaVM rWOÏia Grntiah — f !TÉpq3"|a "■ 

— 34, ittbBnn. Roulez-vous : 

^4 F -p-)c3 bin Voltrêr — W "PlûbTl — M F "V^bn 8 - 

xxvii, 2, mnoi». Des courroies : 

A ib^i33ip Kongojjli - W ttbM'wip — a «barip — T «bw^np 
— /" »bM«rjqp — M ->5"«33N"'3ip — Y OÉJwtfp 9 . 

1. Cf. LIV, 27, 8. 

2. Arvolud, de arcum volutum, cf. LIV, 32, 3. 

3. Anmaylolér, ancienne forme de emmailloter. 

4. Trenblént, imparf. de trembler. W donne voltér(e). Cf. Godefroy, s. v. 

5. Pic, f picois. W donne une forme du nominatif: pics(e). 

6. Cf. LUI, 167, 1. 1, et 178, 1. 19. 

7. Garantie. 

8. Mod. : se vautrer. M V donne voltér. 

9. Lire : cojougles; cf. LIV, 1, n. 1. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 225 

xxix, 18, riDinb. A l'outrage : 

f VaiÛ©"*! Déstrabér — Y -pinaiB'n — a VI -pTPiuun — 

— 26, pa^atn. Les ceps : 

A Y t]"»£ Çép — T N^ — M NDi£ — VV cp£ — a 1D^. 

xxx, 12. npaizjbiBiaa. Tu es faible pour (supporter) ta bles- 
sure : 

AfY B-pp^M Ênpérs — WM ©T'Da^K — a im^DjN T îynsaK — 

v îzns^K ". 

— 21, nb ns :"ij. A engagé son cœur : 

A »rt3n Kb^piS Férmajjle hténa — /* NrUN «b^W^D — 

F^r^NN: Kb*wrâ - FMaranab^n'YiD— iVNrjsn Nb^Ta'VD 

— a «b^nno - t y^N Kb^Ta-ne*. 

xxxi, 18, Tnan». Se plaignant : 

,4FaMT û3^bD3^ Konpljjnt — W B^bMIp — F BNr"bD73ip — 

f o»3^bDaip*. 

— 19, ** m n. Après avoir pris connaissance (de ma faute) : 

f Brï««-IÇK Aparsoujjge - T ...'sriBN — F •pafcHBK — 

— m -)vn:ni:(:?rnEN — a n-nas^™* 5 ? 

— 20, n^ywyv. Prédilection: 

wa¥ f &mv>iw8 Esbnjjmnt - F taa»^a^3p''N — rtaajatD^aaK 

— a aararaN — t aaTaœ^a» — m aattia^asp» •. 

— 40, m 73i«. Les plaines : 

VA W Dia^Cap Knpjjna — T »r?ça1p - FWSTTOlp — v4 U»^D3p 

— m ir«3sap 7 . 

i. Cf. ci-dessus, p. 207, n. 4. 

2. Lire : énférs, de infirmus. 

3. Ces deux substantifs correspondent au sens du verbe 3^y ; fermaille, de *fir- 
macula et aatine. 

4. Cf. ci-dessus, p. 219, n. 8. 

5. Lire : aperçuy je, c.-à-d. je m'aperçus. 

6. Esbaniement; cf. Godefoy, esbanoi. 

7. Cf. p. 216, n. 7. 



226 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxxn, 33, 1 73 5 i. Et leur apprenant : 

A ttprnDN Aprénant — Y QfitaiBM — a U3nB8 — M l333"PDN — 
V l333"IDN — T £33WD31N - W LS3TSK. 

xxxm, 6, ûibiD. Dibttî. Salut: 

A Y nnbTO Saloud — WVaT Ylbtt) — M fimbïJ l . 

xliii, 9, ubna. Dans le mortier : 

4 a;?2DibiirN Énvolopemant — f t3373Dib*n3N — WE33 ,, 73Dnb , n3 , iK 

• : - : : " * ' t - : : : 

— Y aS^Elbs^N — a ï3373E3blS13N - F a373^Dlb"n3" , N — 
M C33 , '73Dlb'n3 , 'K — T ^3"«73bna3N 2 . 

xlvi, 4, ipn73. Fourbissez: 

A TD-nD Forbir — W V al fcrnTlD — M T^IID — Y T311D, 

— 21, p a -i 73 •» ba^D. Gomme des veaux de 

AFIAWYa «bsip ^ojo/a — FM ^bsip - D -pbDip 3 . 

xlvii, 4, ■» n. Ile : 

^ F F ©btc** /s/s — t iD^bizPN — m taibia^N — w Nbura*. 

xlviii. 43, nnDT. La fosse : 

^ F NtpiS Fose — FaMT N1D1D — W fcNDD. 

xlix, 4, ^bbï-jnnn73. Pourquoi es-tu fière ? 

A TU3TI Wanter — WFa FMT TÏ33VI. 

— 29, m 3 73 . La terreur : 

/ WD3N Anse — A ■"»Ï«K — V ^^53^N — F Ntt53^N - W UD*033"»« 

— a MDS^K - v RU»""» 5 . 

l, 2, 3. Étendard : 

iMT Np-pD PerAa — F VF Y a Npn^D 6 . 

1. Salud. 

2. Se trouve daus le Gl. h. f. sous la forme enrelopement (90, 82), avec le môme 
sens. 

3. Copie, mod. : couple, F M copié, D copiée. Le Gl. h. f. donne crèche. 

4. Isles. 

o. Lire : aynse, de anxia. 
6. Lire : perche. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 227 

l, 6, Dinai«. Ils les ont égarés : 

A E^irniU^N ? Éjswajbént corrigé en : ta^VHO^N Éswajjént — 

w Dnrnrw - v wt'wwk — « vwvpwM - f srpttwa^M 

— 17, iwat^. A brisé les os : 

A ÎTDiTD^ Désosad — f TOlS*! — T TOlMOTj — F TŒNum — 

m 'nwc^n *. 

— 37, 3 n y n. L'alliance : 

M T ,4 JV F F a ntTWti Grnliak \ 

li, 1, mn. Un souffle (destructeur) : 

.4 F W Fa C33ba Hn/ — M T EM^ba *. 

— 27, 1» 0. Hérissé : 

a Tarn^n HéHçér - w y ntây\n — a F m t»xtïi — t n^nn. 

lu, 22, nirm. Une coiffe : 

M T A W Y V a K»W|p *. 



EZEGHIEL 

i, 3, "n T». La main de Dieu, c.-à-d. l'esprit prophétique qui 
s'empare du prophète malgré lui et fait de lui une 
sorte de fou : 

f NaTHaTCH Déstréçe — MTJ W V Z 8riÛ13 , l — F 'ar "nattai — 

a wr'ncgat'wfin — f nacmo'n •• 
— 7, û-'arar:. Étincelants: 

A BaTKb^apBttPN Éstançéleont — Z ûabattp» — F aSTlb^a^attTN 

— a f t îab^a^uic^ — m b*«ataiâttPK — y Nba^aura — 
w cbraatatzp» \ 

1. Lire : eswayént, imparfait de eswayer, de ' ex -j- vagare. 

2. Mod. : désossa. 

3. Lire : garantie. 

4. Talant. M T talent. 

5. Lire : coife. 

6. De * districtia. 

7. Éstançelant. 



228 BEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

i, 13 pnn. Éclair : # 

A HJ'îVVTarB l'iemdours — FFFA irmnsbs — D "11*1350» — 

m îmnsba — z ©anse — f «nrTSibp 1 . 
iv, 1, nîab. Tuile : 

AZ «53*0 ï>6/a - WFM RbÏTO — 7 FT »bl"*0 — f »b*IKO ». 

— 2, p •» i*i, Machine avec laquelle on lance des pierres contre 

la ville : 

f b"\3i33p Mangonél — W Z b"»333» - M b"-2133l73 — Y b*WMB - 
^ b^3M73 - V b*0"U3H — T b^njora 3 . 

— 16, n3Ki3i. Avec crainte : 

A f nipz^X Ajjnse — YZVT NC3" I ' , N - W WXBÏ*H* — M BWWWH*, 

lbid., Et dans notre langue : 

a -rioati Dobtor — z fmt nman — y -non — w -non 5 - 

v, 14, nsin. Outrage : 

j4/"<r -pli")ï312 , n Déstrawér — WVY1U -pnoim — z l"l11"iaiDT 

— f ajoute ar^llEP") Réproujje 6 , 

vi, 9, lupsi. Ils réfléchiront tristement : 

^ f T3/Î73T. Demonir — W F 7 ZTo -P31731 - M -p">3173T 7 . 

x, 12, on 1 '! 1 !. Et leurs mains : 

w fzm bwia ^(yjz _ a bi-^ia - t b^Nia — 7 barns". 

xiii, 18, ■'b-'i:». Aux aisselles : 

Zieb^lD^N^yse/s — A Y M T îab'tB""» — W 1155113^8 — X 12J"<b , MZJ"<' , N 

— V îa^blU""» 9 , 

1. Cf. D éplandor, qui confirme notre explication ci-dessus, p. 222, n. 2. 

2. Cf. LUI, 168, 4. 

3. Cf. Godefroy, t. X, 117. 

4. Cf. ci-dessus, p. 226, n. 5. 

5. Dobtor vient de * dubit — ovem, par analogie avec les substantifs latins en — or, 
comme pavor. 

6. Cf. p. 207, n. 4. 

7. Lire : demonir. Cf. le Gl à. /"., qui donne : é seront demoniç (93, 73). 

8. Boél, qui signifie boyau et ne correspond pas au sens du mot hébreu. 

9. Ayséles. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 229 

xv, 4, "i n 3. Roussi : 

A "p«tia — broïr - V WXYZ1 T8H3 — M "V"na '. 

xvi, 36, ^nonî Le fond d'un vase, d'un four : 

AW V Y A7MT ya-jô Fonç — f yaiD. 

xvii, 3, m» 3t, Cime : 

A W X l'ZMT «73^x Çima — V ^PIS. 

— 22, S) ta p n "j n Greffe : 

/" BMp'na Grajjpe — ^ XFZT «-nsia — W ND^na — Y pc^na — 

Ibid., b t b n i. Amoncelée : 

f H^baMTO» ^monpefe'r — M TXZ -p"»baM173K — A -jbat31?3N — 
W r T5X3TON - F "pbaMraK. 

xxi, 3, 131S3V S'y racorniront : 

Y T Nn^^-i^n Rtrjjra - M -rca^n — W ta""-,»-] — X N-nai — 

z -pta""! — K -vvnta"n*. 

— 44, nmin. Fourbie : 

a erna-iis Farbide — v xz cma-ns — m firna-iip - F -na-ns 

— 15, pi3 nb mn *j3>ttb. Pour qu'elle ait l'éclair: 

a onnabB Fidndours — w y x ïj-mabD — m t anrwibs — 
zsnanbB — F'STnbss 8 . 

— 20. annnna». Cri des blessés : 

^4 BpntFDbj Glapisemant M US^tf^sba — X 13373^01033 — 

z a-3»"»siBba — FoswBba — PaspW'baj — /" ûSM^abà — 
w aa»«roba - t o:»wrba. 

1. Mod. : brouir. 

2. A X V Z T donnent la forme graf'ye (accent sur a), qui représente Ja première évo- 
lution du latin graphium (grec ypaqpîov). 

3. Lire : retrayre, de * re -+- tragere. 

4. De * f'urbitam (germ. furbjan). 

5. Cf. ci-dessus, p. 228, n. 2. 



230 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxi, 24, 8 13 t»t. Ouvre -toi un endroit: débarrasse -le des 
broussailles qui l'encombrent : 

A TWID^N Ésartér — W V Y Z TBIffl"'» — X -p'WtfN — 

m -nanip^N — t -pan©» l , 

xxii, 4, ttDbp. Un objet de conversation : 

f fnb'ïD Parlediç — MTFFZW ynb-is — x yn-ibc — 
A y-T»b-| D _ a -pbns - d «pb-ns - F ynb-iD ». 

xxiii, 5, n a* m. Elle a follement aimé : 

Y N-P123"<"rN — f ajoute aussi n^&WIBK 8 . 

— 11, nnna*. Sa passion effrénée : 

^ T , C3* , 3 ,, 1 Vajnitéd — T ^PB^TJ — f ■PB' v *»tt — XZTÙ^I — 

M tb3tÎ *, 

— 17, ypm. S'est éloignée : 

f TpîblDK Éslokéd — A Y -pp-lb^K — M np"121Z5K - T TpiblDN - 

zipibtD» — v T"ibiB« - x nbip«5« — ^ -i^b^ipuî^ 5 . 

— 30, n id y. Faisant : 

AVf ©3«*»D Pajjsanl — WXM B31ZJ""B — F B^UÎT'B — 
Z ÉTB31BB — T Baitt^B 6 . 

— 34, ■» » n a n. Tu rongeras : 

a -nïî-i Rodri — v n^ni-i - xz *yrn - m -"-n-m - t «nn-n 

• : - : 

— 41 , rnias. Parée : 

/■«THS Parède — TMFFIZ firms — A Tnp. 



i. Resté en fr. mod. 

2. Cf. LUI, 172, 1. 

3. Cf. p. 227, n. 1. 

4. Lire : waytéd. Peut-être de même racine que le mot gaité, dont l'origine est, 
d'ailleurs, ohscure. 

5. V donne la forme populaire ésloéyd de * ex -f- locare. /"MTZ donnent eslokéd ; 
XF leçons corrompues. Cf. Godefroy, eslochier. 

6. Lire : faysant. 

7. A XZWÏ permettent de rétablir un infinitif rodre, de rodere. V W fal donnent 
une forme rogner ou ronjiér. Le Gl. h. f. donne reiinjeras, 96, 58. Cf. LIV, 1, n. 1. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE' 231 

xxiv, 6, rrmsbn. Son écume : 

A fittaqp©*»» Éskoume — YXVZ NEipiZTK — MT «aipc» 1 , 

— 10, pbin. Laisser brûler : 

A VÇTfifl Adorsér — f "ï*unV!« — M Tffln*lN — wvix 

i^onNN — i -pum-i» — F -vian»*. 

xxv, 6, yjNïï bDa. De toute ton avidité : 

^ Bïrgittibla Goiosùnént — fmt w ^rwœibia — x ûanTibia — 
F a:73u:"iba - z rraEtoiba 3 . 

xxvii, 5, i n n. Arbre planté au milieu du navire où est attachée 
la voile : 
mtfz b-«-m FqtfJ - wx kV«ti — a Kb*"ii — y b^n — f àb*n*. 

/£/(/., Et qui s'appelle ma/ : 

yl F F /"M affila Mas* - WT NUffi» — Z tf^N - X tflûtftt *. 

— 6, D •» 3 nb K. Chênes : 

A Sm\ Kasne — FT fittffiip — Z N3"»U5p - X ÉO^ÛffiNp — 
W K3"«p — M fittffi^p 6 , 

lbid. } *j i a i Tu ?3. Tes rames : 

MT/'WXF UJ73*<"n %'ms — ^ 10 ^"vn — F 10^T3N — Z ID'^'H 7 . 

— 7, ^©nsM. Ta voile : en allemand : 

w r ly aby»iD Sigia - ^ b*WD - m xby»iû — z b-»:pio — F ba-n». 

En français : 

^ Mb^1i F^yfe — f «b^/n — m x z b*m — f «b-wi — w «b-n — 
F b'wri — t b"n 8 . 

/ôirf., o 3 b. Étendard, perche : 

.4 VF F FIZM T Kp-pD PerAa — f Npl-'B 9 . 

i. Lire : éscume. 

2. Parasynthétique formé sur orne (vase), de orca. Cf. Gl. h. f. 96, 81. 

3. Lire : golosemént, adv. formé sur gulosus. 

4. Lire : veile, avec f. 

5. Hast. Cf. Gl. G. de Metz, 62. 

6. Lire : chaisne. Z doit être corrigé en fcOlO^p. 

7. Cf. Gl. de G. de Metz, 83. F donne avirons. 

8. Ail. : Segel, fr. : veile. 

9. Lire : perche. 



232 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxvii, 9, *f a n * 73 a n * b. Pour échanger ta marchandise; la 
racine signifie garantie : 

a napaana Garantiah — w y v mt rwoana — z njraaa '. 

— 15, D^nn. Oiseaux dont le nom est : 

/ fiND Paon - W X M -pas - T A Y V Z -pNïD. 

— 17, p * 3 73. Nom d'endroit. D'après le Targoum Jonathan, ce 

mot indique un entassement d'objets : 

vxz «pi-ira Troka — w top-ma*. 

— 19, m^y. En lingots, en masses : 

AT y^Wn Masiç — M W<wn — Z V 12)'J373 — W N'J3lD?a — y lDIO^W 

— x a'a«73 3 . 

— 24, d ■» b b s w a. Avec des ornements de toilette : 

A aa^-p Parement — f yp73"lD — rB3*Ç1JKD - ZFWMT 

aa^-is — x aafc-ps *. 
/ô/û?., û^ttn: ■'TDS. Des boites qu'on nomme : 

A M ■p-ipTEr» Es/crin — TWFIZ pnptDK — V snpïï» 5 . 

— 24, ûMlN. Des armoires ou coffres à effets : 

A Na^"HD*3 Saprejtd en allemand ; note marginale : et en notre langue : 
rW^ttlN Armajjah — MTVWXZY Na" , "HS* n 1S. (F ajoute : et en 

notre langue: «;ZJ^73"K 6 .) 

— 36, Tp-na. Ils siffleront : 

a ■vba ,, ffl siéZev — i'T -pba">œ — x T^bivo — y n^baiw — 
w aaTÔaiio — m T"b:M is?)^ 7 . 

xxviii, 24. "i ^ n 73 w. Piquante : 

a aa^a^is l'ojjnjjant — w aa^amo — y aa^a-TB — z a^sic 

FMT aa'-niD 8 . 

1. Cf. L1V. 24, 7. 

2. Cf. Godefroy, troche. 

3. Lire : masis, adjectif tiré de masse (mod. : massif). 

4. Lire : pareménç. 

5. I »e scrinium, mod. : écrin. 

6. Moyen haut allemand : Scliafreite. Fr. : armayse, anc. forme de armoire. 

7. Cf. LIV, 24, 5. 

8. Poynyant, mod. : poignant. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHl DANS LA BIBLE 233 

xxx, 5, 3-i*n. Tous les alliés, ceux qui s'engagent (avec 
l'Egypte) : 
A rROOSia Garantieh - W V X Y ZM rwasna. 

xxxi, 3, in-ittx. Sa cime : 

A KB128 Çùne — VWXYZMT KE^at, 

— 4, n^nbyn. Ses fossés : 

F F ,4 fnplê fosep — M T W YZ -pBID. 

— 8, û^nui. Et les châtaigniers : 

^ BT"3qBp Kastinijjérs — F BT^UBp — X i^a^UONp — 

m F -p-rçaBp — w z -paaBp — T bs^ubp ! . 

— io, n s b y. Se pâmeront : 

^ Y -P73BS Pasmér — X -p£B«D — F WM T -pBBD. 

xxxn, 6, d ■« p d N v Et les rivières : 

4 ©"V^HTH Mwjjérs — T BTân — V B""PTn — M B^-nTH — 

w ïïmrn — F o-^m — x bvp-> — z bwi s . 
xxxm, % nssb. En sentinelle : 

4»9"Ha Badeïe — Z Kq*"|3 — F Nr- L 3 — W-YNa-na — M îîNiîa 
— T U^ID — FNCrV} 3 . 

xxxiv, 4, m b n 3 tt. Les faibles : 

A B^Binibfl Dolorosés — f BBiTÎbil — WFFBBnbn — 

t BBTnbn — ^ B^Bn^ban - m BB""iibn *, 
xxxvi, 3, dj nan. Sujet de conversation pour le peuple : 

f B373b-)S Parlemant — WIM 0373^13 — FF MTObiB — 

t tas-^b-iB — z oabEiB — ^ D^n^nc. 

— 31, ûnapn. Et vous vous épuiserez : 

A "TO1OT Demonir — VFFFXZAFT -P3173*7 — M F n^3172T 5 . 

1. Lire : Chastenéyr. 

2. Rivéyres. 

3. Lire : badétes ; cf. LIV, 19, 4, où il faut effacer : ou vedétes. 

4. Formé sur le français dolor, de dolorem. 

5. Cf. ci-dessus, p. 228, n. 7. 

T. LIV, N" 108. 16 



234 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

xxxvin, 4, *| ■* n a a 1 uj v Et je te séduirai : 

A -nfflnvnjna Invojjséd — W "T^tO^na"^ - M "W'ni:^ — 

f -i^iD^nr» — ^ t»wh — x "p^rrmaiM — t ©iina**» — 

— 9, n an tu a. Gomme l'obscurité : 

a wûjiia fi/'oiwe — FsrMia — wfxt awama -Mjovjma*» 

— 20, mamfcn. Et les degrés : 

AFT ©SlbpïJN Asklons — W p"«bpU3' , N — X ttîaib"^^» — 

F tDav^bptzrw — zipib.po« — /" iznT»bpiae( — a ttn^bpjBpa — 

Y XûbvipWS - M tab^piZ^N — F firpbpiZ^M i. 

xxxix, 22, ->UDU57a. Ma justice : 

W F FT NiT'iatDT Justiça — X RTOIS — A NUrmi5"P — M îBtS^uiaT»* 

xl, 7, an m. Et la chambre : 

A ynaçÉt Apandiç — YZVU y^izvx — VFM yi'J3DJ* — t -ptfrSN 

- x ywHaB"»» 5 . 

— 12, bnam. Et la limite : 

M F b'njaiON Asomajjl — A f b^TOS — VFXZT b""E"H2îa — 

F t^ttl^N 6 . 

— 37, vbiÉtl. Et ses portiques : 

^4 ©a^blO^Ta Majjselins — FF cbtZ5D"^72 7 , 

xli, 7, nbyab naoji. Un escalier tournant qu'on nomme 
en français : 

VFFZXFMTU yn Wiç. 

Et en allemand : 

A y^Lp^b-jri Véndilstejjn — Z y^^birp-n — FF ^BtDb'HJ'ïn — 

t ■pacbiaii 8 . 

1. Énvoysér. Cf. ci-dessus, p. 218, n. 2. 

2. Mod. : bruine. 

3. Lire : éskelons et eskalérs. Cf. LUI, 179, 7. 

4. Justice. 

5. Cf. Gl. de G. de Metz, 4. 

6. Cf. LUI, 175, 1. 

7. Est traduit par lintéyr dans le Gl. h. /"., 101, 26. 

8. Cf. LIV, 22, 6. Wendelstein se dit Wendeltreppe en allemand moderne. 



LES GLOSES FRANÇAISES DE RASCHI DANS LA BIBLE 23b 

xli, 16, û^p^nam. Les piliers: 

A f «-ivvp^B Piléjjrs — IV V YXM T ©T»"ï*B - Z iCnbïD. 

xlii, 1, nDTD b n. Les chambres : 
Seul F ïMT-jaap Knbrediç l . 

xliv, 20, 1WD3 1 D1D3. Taillant les cheveux en les égalisant 

u -ditok Amodlr — t nibbia» — m bb1»« — fA -pbnttî* — 
AD WYZ VF -pb-iwa*. 

xlv, 14, D^nan n*)©*. Dix mesures : 

Seul f R"lTTnSFl Diçmedoure*, 

xlvii, 2, d^dd» D 1 ». Eaux courantes : 

/" Datcha Boujjent — .4 aa^-v^a — m oaisp'na \ 

— 3, û^DïN. Des chevilles : 

m iv yz ©b"ap A r 6z7s — t ssb^ap — F tfwb^ap — u tDrrbap 5 . 

— o, ino ^m. Eaux de nage (guéables) : 

A T8Îa Noér — W "P&03 — F "p"ma 6 . 

— 8, nb^bsn. La frontière : 

^4 pÇ^TO AfaresA —TV pEi-ffi — W «pia^-pa — Z M pttntl 7 . 

xlviii, 20, "î ■* y rr n t n a. Le domaine de la ville : 

— fm wnsma _ /• ©iç-iia 8 . 

Arsène Darmesteter. 
(A suivre.) 

1. Lire : chambrediç, formation analogue à lierbediç, cf. LUI, 167,4 

2. Lire : amodier, de * ad + modulare. ' 

3. Lire : die mesures. 

4. Part. prés, de bouillir. 

5. Lire : cbevilies [U = l mouillée). 

6. De natare (cf. natalem, Noël). 

7. Confusion de p',D"n?3 et de ©p"l?3 de marésk et de marche. Ct. LUI, 174, 1. 4 
et n. 7. 

8. Lire : porprise. Cf. Godefroy, s. v. 



LE SAC DE GORDOUE 

ET LE TESTAMENT D'ANTON DE MONTORO 



Toutes les sources sont d'accord sur les circonstances qui provo- 
quèrent la destruction du quartier juif de Gordoue et le massacre 
d'un certain nombre de ses habitants. Un contemporain de ces 
événements relate { que depuis longtemps les chrétiens enviaient 
les richesses des convertis, qui, grâce à leur fortune et à leur 
habileté, occupaient de hautes situations sociales dans la ville. On 
leur faisait encore grief d'être favorisés par Don Alonso de Aguilar, 
alguacil et alcaide mayor de Gordoue. Il s'était formé dans cette 
ville, en 1473, une confrérie pieuse, la Charité, mise sous les 
auspices de la Vierge. C'était plutôt une ligue anti-juive, fomen- 
tant la haine contre les conversos et dont l'un des plus farouches 
membres était le forgeron Alonso Rodriguez, chapier dans les 
solennités de l'Église. 

Au mois de mars 1473 2 , la veille des Pâques, une foule immense 
se pressait sur le passage d'une procession organisée par la nou- 
velle « Gofvadia ». Les rues étaient jonchées de fleurs, les maisons 
somptueusement décorées, à l'exception de celles des nouveaux 
chrétiens, qui étaient exclus de cette confrérie religieuse. Tout à 
coup la foule cria au sacrilège et le forgeron Alonso Rodriguez, 
au cri de Viva la fe de Dios, se mit à sa lête. La procession, en 

1. Mosen Diego de Valent, Mem. de var. haz., § 84 (Les grandes pertes de la ville de 
Cordoue). 

2. Valera donne la date du 17 avril, tandis qu'un autre contemporain, Alf. de 
Palencia, celle du 14 mars. Cette dernière nous semble plus vraisemblable. V. Alf. de 
Palencia : Très decadas de las cosas de mi tiempo et sa cbronique du règne de 
Henri IV. C'est la ville de Cordoue qui donna le signal des massacres, et le sac du 
quartier juif de Jaen, qui coûta la vie au connétable Miguel Lucas de Iranzo, eut lieu 
le 21 mars 1473, c'est-à-dire quelques jours après celui de Cordoue. 



LE SAC DE CORDOUE ET LE TESTAMENT D ANTON DE MONTORO 237 

sortant de San Pedro el Real — aujourd'hui l'église San Francisco 
— et en traversant la rue des Forgerons (calle de la Herreria), 
passait devant la maison d'un néo-chrétien quand une jeune fille 
de huit à dix ans versa par mégarde une cruche d'eau. Le liquide 
tomba sur une des bannières qui accompagnaient la procession, et 
le prétendu sacrilège fut vengé de la façon la plus sauvage. La lie 
de la populace, exallée par le meneur Rodriguez, saccagea et 
brûla les maisons des Juifs et des conversos, tuant hommes, 
femmes, enfants et brutalisant les jeunes filles. Ni Pedro de Torre- 
blanca, écuyer de lalcaide de los Donceles 1 , ni Alonso de Aguilar 2 
et son frère Fernandez de Gordoue, le grand capitaine, ne purent 
s'opposer aux violences de ces fanatiques, et la fureur de la 
multitude ne connut plus de bornes lorsque son instigateur, le 
fougueux forgeron, tomba percé d'un coup de lance par Alonso de 
Aguilar. Son corps fut conduit à l'église de San Lorenzo, où on lui 
rendit les honneurs dus à un martyr. La bande, menée par un 
autre énergumène, Pedro de Aguayo 3 , saccagea, pilla et incendia 
pendant trois jours la riche Aljama de Gordoue. Ses nombreux 
ateliers et boutiques de soieries, d'orfèvrerie, de draps etc., furent 
réduits en cendres \ ceux de ses habitants qui purent échapper au 
désastre se réfugièrent dans l'Alcazar de la ville ou se sauvèrent 
dans d'autres endroits 5 . Quand le tumulte fut apaisé, D. Alfonso, 
d'accord avec les jurados, obligea tous les Juifs à quitter Cordoue, 
afin de les mettre à l'abri d'une nouvelle attaque. 

Serait-ce à sa notoriété de poète et à ses relations personnelles 
avec D. Alonso que Montoro, qui habitait le quartier juif de 



1 Capitaine d'un régiment composé de ceux qui avaient servi le roi en qualité de 
pages. 

2. Don Alonso est le fils de Pedro Fern. de Cordoba, 5* seigneur d'Aguilar et autres 
lieux, mort en 1454. Il fut un grand personnage sous le roi Henri IV et trouva une fin 
héroïque en loOi dans une rencontre avoc les Mautes. Montoro adressa plusieurs de 
ses poésies aux deux Aguilar. Voir u oi 22. 2:», 32, 78, 79, 80. Conc. Mont., éd. 
Cotarelo. 

3. Pedro de Aguayo, un des chevaliers de la ville, possédait dans la rue des Tan- 
neurs (calle de la Curtiduria), une maison dans laquelle les conversos du voisinage 
cherchèrent un refuge. Ils y furent découverts et massacrés. 

4. Le quartier juif de Cordoue comprenait les rues suivantes : Santa Maria de Gra- 
cia, San Pablo, San Lorenzo, la Ropéria, los Marmolegos, la Feria, la Curtiduria, la 
Alcaiceria, la Plateria. 

5. Des paysans, venus au marché pour leurs affaires, firent savoir à toute la contrée 
ce qui passait dans la ville, et beaucoup y accoururent pour prendre part au butin. 
D autre part, ils tuaient et volaient les Juifs qui avaient le malheur de tomber entre 
leurs mains dans les champs. Jusqu'en 1814 on pouvait voir une croix à l'endroit où le 
forgeron fut tué. 



238 REVUE DES ETUDES JUIVES 

Cordoue\ dut d'avoir la vie sauve et de voir épargner sa boutique 
de fripier (aljabibe)? Le fait est que grâce à l'intéressante trouvaille 

1. Voir pièce n° 32 (Montoro à Don Alonso de Aguilar lors du massacre des conversos 
de Cordoue). Avec un accent de profonde douleur le poète raconte les malheurs des 
Juifs et des néo-chrétiens : 

Y como nos recelaron 

Muerte, robos ni destierro 

Porque nuestro destrozar 

De robo, sandre y de brasa 

Y con nuestros perdimientos 

Y cruda tribulacion 
Injurias, destcrramientos 
Quedariamos ya cuntentos 

Con perdon. 
Que queremos dar tributos 
Ser cativos y servir 
Pobres, cornudos y putos 

Y vivir 

Yo, el desdi chado de mi, 

Fui, el primero que vesti 
La librea del Herrero. 
Asi que bueno, sesudo, 
De consejo dicho y hecho 
Quedo hambriento y desnudo 
Pobre y aun medio cornudo 

Y contrecho. 

« Ils ne reculèrent pas devant les massacres, les vols et l'exil Parce que 

notre destruction par le vol, le sang et le feu Et malgré nos pertes et nos cruelles 

tribulations, nos injures et bannissements, nous aurions été contents si l'on nous avait 
pardonné. Car nous voulons payer des impôts, être esclaves et servir, pauvres, malheu- 
reux et vils, mais vivre au moins Moi, le malheureux, j'ai été la première victime 

du Forgeron ; moi, le bon, le sage, je reste mourant de faim, nu, pauvre, malheureux 
et infirme. » 

De môme qu'en 1391, ces troubles sanglants se propagèrent tout de suite dans 
d'autres villes : Adamur, Andujar, Bujalance, Carmona, Montoro, la Rambla, Santaella, 
Ubeda, etc. Sur le sac de Carmona, dont Rios ne fait aucune mention dans son Histoire 
des Juifs d'Espagne, voir la pièce n° 33 du Concionero de Montors. C'est une doulou- 
reuse et touchante plainte adressée par le poète au roi Henri IV après la ruine du 
quartier juif. 

Rey 

Oh luz del género humano 

Si vierais el sacomano 

De la villa de Carmona 

Y no senor una vara 

Que dixese : « sosegad ! » 

Si vuestra Alteza mirara, 

El corazôn vos manara 

Gotas de grande piedad. 



Vierades â los senores 



LE SAC DE CORDOUE ET LE TESTAMENT D'ANTON DE MONTORO 239 

de M. R. Arellano ( el à la publication du testament du poète- 
fripier, il a été constaté que, môme après les troubles sanglants 
dont furent victimes les Juifs de Cordoue, Montoro resta en pos- 
session d'une fortune rondelette ; c'est donc sans raison qu'il se 
lamente dans une touchante poésie adressée à Don Alonso d'être 
resté après le sac de la ville : 

...hambriento y desnudo 

pobre. . . 

(affamé, nu et pauvre). 

Il était, du reste, dans ses habitudes de se plaindre, dans les 
poésies qu'il adressait à de nobles et puissants personnages, des 
difficultés de son métier et des duretés de sa vie malheureuse afin 
d'obtenir quelques maravedis, de même qu'il injuriait bravement 
les autres « juglares » plus heureux que lui dans la mendicité 
poétique 2 . Il faut donc rectifier ce que dit M. Cotarelo y Mori, 

Ser sujetos y sus bienes ; 
Vierades â los dadores 
Ser esclavos pedidores 
Y sus vidas en rehenes 
Como cuando lidian toros 
Oh Rey de gran excelencia 
Tomândole sus tesoros : 
Que en los mas crueles moros 
Se fallara mas clemencia. 
Pues después de destrozar 
Segun ovejas de lobos 
Quizâ de muy mesorados 
Les dejaron sus ganados 
Porque evan publicos robos 

« roi, lumière du genre humain ! Si tu avais vu le pillage de la ville de Car- 
mona, et pas un officier de justice, seigneur, qui leur dit : apaisez-vous ! Si votre 
Altesse l'avait regardé, du cœur vous seraient jaillies des larmes de grande pitié. Vous 
auriez vu des seigneurs devenir de simples sujets ; vous auriez vu de riches emprun- 
teurs devenir des esclaves quémandeurs, offrant leur vie en otage comme dans une 
lutte de taureaux. Roi, de grande excellence, on leur prenait leurs trésors de telle 
façon que chez les Maures les plus cruels on trouverait plus de clémence. Et après 
qu'ils eurent été égorgés comme des brebis par des loups, on leur laissa des biens fort 
diminués, et les vols étaient publics. » 

i. Voir Rev. de Arch. mus. y bibl., 1900. 

2. Voir pièce eux, à Juan Poeta, parce qu'il avait demandé 300 maravedis ; pièce c, 
àl'évèque de Salamanque, qui lui envoya 10 doblas ; pièce cxxxiv au comte de Cabra, 
parce qu'il n'avait pas accueilli sa demande (pues non cresce mi caudal el trovar nin 
da mas puja ; adorâmoste dedal, gracias fagamos aguja. a Mes vers n'augmentent pas 
mon capital et ne le font pas monter ; Dé, sois adoré, et à l'aiguille rendons des grâces!). 
— Juan Alv. Gato dit de lui : « Si bien obra el de Montoro aunque pobre de tesoro » 
(il écrit de jolies poésies, ce Montoro, quoiqu'il soit pauvre d'argent). 



240 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

l'éditeur de son Cancionero, qu'il serait mort à Séville dans 
l'extrême pauvreté. Montoro, étant tombé malade, fit son tesla- 
ment à Cordoue, le 31 mars 4447, devant l'écrivain AU'on Ruiz. Il 
se donne comme fils de Fernando Alonso de Baena Ventura. Sa 
femme, nommée Teresa Rodriguez, lui donna deux fils. Martin et 
Gonzalo, et deux filles, Leonor et Gatalina. 11 devait être assez 
riche puisqu'il donne à une fille de sa femme, la jeune Aldonza, 
mariée à Diago Rodriguez, une dot de 12,000 maravedis sur ses 
propres deniers. A Leonor, mariée à un marchand d'oripeaux, 
Juan Rodriguez, il donne 27,000 maravedis en argent et mobilier; 
à Gatalina, mariée avec Alonso Formy, 35,000 mar. ; à son fils 
Martin, lors de son mariage, 5 000 m.; de plus il complète en 
faveur de son fils Gonzalo la somme de 35,000 m. reçus par Cata- 
lina. A ses exécuteurs testamentaires il donna la liberté de l'enter- 
rer où ils voudraient, leur recommandant de faire dire des messes 
pour le salut de son âme. En très bon chrétien \ le converti juif 
laissa 10,000 maravedis à l'église de Santo Domingo, une petite 
somme à son confesseur, et fit des dons aux églises, la Gruzada, 
la Trinidad, Santa Maria de la Merced, à l'Iglesia mayor et à une 

maison de recluses. 

S. Mitrani-Samarian. 



1. Voir pièce n° xxxvi. A la reine Da Isabelle. 

Hice el credo y adorar 

Ollas de tocino greuso 
Torreznos a medio asar 
Oir misas y rezar 
Santiguar y persignar 
Y nunca pude matar 

Este rastro de confeso 

Con gran devocion contados 
Y rezados 

Los nudos de la Pasion 

Por do mi culpa se escombre 
No pude perder el nombre 
De viejo, puto y judio. 

« J'ai dit le credo, j'ai adoré des marmites pleines de gros lard, j'ai entendu de 
messes et j'ai prié, j'ai t'ait le signe de la croix et pourtant je n'ai jamais pu tuer ce 

visage de juif converti J'ai compté avec grande dévotion et j'ai prié le chapelet 

de la Passion pensant effacer ma faute, mais je n'ai jamais pu perdre le nom de 

vieux, de vil, de juif. » 



UN SERMON VALENGIEN 

DE SAINT VINCENT FERRER 



Parmi les fragments inédits des sermons de saint Vincent Ferrer, 
publiés par M. Roque Chabas \ figure aussi un sermon adressé 
aux Juifs par le célèbre convertisseur. Il est écrit dans le dialecte 
valencien 2 du commencement du xv e siècle. On sait que Ferrer 
commença sa prédication en Gastille en 1390, où il alla avec don 
Pedro de Luna. En juillet 1391 il se trouvait à Valence, sa ville 
natale, au plus fort de la tourmente antijuive 3 . Tout en s'efforçant 
de modérer la sauvagerie des massacreurs, il faisait entrer dans le 

1. Voir Rev. de Arch. bibl. y mus., 1902. 

2. Les manuscrits de ces sermons en langue vulgaire sont conservés à la bibliothèque 
de la Basilica metropolitana de Valence. 11 existe des éditions de ses sermons rédigés 
en latin, dès le xvi e , siècle. Ce n'est pas le prédicateur lui-môme qui prenait soin de 
les rédiger. L'on sait que des ecclésiastiques et des admirateurs de son éloquence, 
« ayant la main prompte à écrire », prenaient des notes pendant qu'il parlait. Voir son 
procès de béatification, f° 1"1 : « Multi magni theologi et doctores promptam manum 
habentes ad scribendum, secundum quod ipse magister Vincentius pronontiabat, de 
verbo ad verbum tam latin quam in vulgari integraliter scripserunt ». 

3. Les excès de 1391 contre les Juifs de Valence furent le contre-coup des excitations 
haineuses de l'archidiacre de Séville, Ferran Martinez, qui, dès 1388, soit comme juge, 
soit comme prédicateur, se montrait leur plus mortel ennemi. Malgré les mesures prises 
par les « jurados », Valence ne put échapper à la catastrophe de 1391. Le 9 juillet de 
cette année, à la suite d'une cause futile, commença l'attaque de la « juderia ». Sur la 
place a de la Higuera », tout près de la porte de « l'Aljama », on recrutait à cette 
époque des soldats pour la Sicile. Ceux-ci se joignirent aux pillards, de sorte qu'en 
très peu de temps le quartier juif fut mis à sac et une centaine de Juifs furent tués. 
— Voir Car ta de los Jurados de Valencia à los muy honorables senores Ramon 
Soler y Pedro Marrades (publiée par Rios, dans le t. II de son Histoire). « E en poch 
spai de temps la dita Juheria fou dissipada e robada é morts daquen en l'esvaiment 
qualsque cent juheus. . . — Voir Miguel Pérez, Vida de S. Vie. Ferrer, Valence, 1510 : 
«... innumerables juheus e moros a oir la sua santa preicicacio ab alegre voluntat 
venien. . . y converti vinteinch milia juheus. . . » 



242 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

giron de l'Église les malheureux Juifs qui, pour échapper à la mort, 
se réfugiaient dans les églises. Son éloquence familière, nourrie 
d'apologues, de légendes populaires ayant un contenu moral et 
d'anecdotes de loute sorte, devait avoir une grande action sur les 
masses ignorantes et affolées qu'il catéchisait. D'après ses apolo- 
gistes, il aurait converti de 25 à 30,000 Juifs et 8,000 Maures. 

Si l'on se rapporte à une allusion échappée au prédicateur sur 
les massacres des Juifs, on doit conjecturer que ce sermon fut 
prêché quelques années après 4391. Pour donner une idée de la 
manière de San Vincent Ferrer, nous en traduisons quelques 
fragments. 

Afin de prouver aux Juifs qui l'écoulaient leur aveuglement 
envers Jésus, le célèbre prédicateur fait le rapprochement suivant 
entre l'Église et la synagogue : 

La synagogue n'a pas connu Jésus-Christ, qui avait changé de vête- 
ments, et elle ne voulait pas le recevoir... Il était une fois un comte, 
très beau, qui avait épousé une belle fille ; après un long temps il fut 
pris d'envie de parcourir le monde. Il dit à la femme : « Vivez de telle ou 
telle manière. » Il prit beaucoup d'argent et, bien habillé, il s'en alla. Il 
resta longtemps absent et elle désirait beaucoup apprendre pourquoi il 
ne revenait pas '. 

Et le comte ; ayant dépensé tout ce qu'il avait pris, revint avec une 
grande barbe et habillé pauvrement. Il frappe à la porte. — Qui est-ce? 
— Le comte. — Il entre, et la comtesse lui dit : — Qui êtes-vous? — Le 
comte. — Gomment le comte? Allez-vous en. Autrement je vous ferai 
bâtonner jusqu'à ce que vous en ayez assez. — Il lui dit : O comtesse, 
ne vous souvenez-vous pas de telle chose? Il lui dit les secrets qu'il y 
avait entre eux. Mais elle lui répondit : Vous devez être un nécromant. 
Les gens de la maison dirent à la comtesse : Madame, cet homme est le 
comte. Tous le connaissaient, même les chiens, et lui, par attrait pour 
sa femme, se dirigea vers elle pour l'embrasser. . . Il fut pendu par 
le cou 2 . 

1. La sinagoga no conegué a Jesu Christ. . . que bavie mudada la vestitudura e nol 
volgué rebre. . . Era hun comte molt bell e près una bella donzella e a lonch de temps 
presli voluntad de cerquar terra et dix a la muller : Estavos axi e axi. E aquest près 
molt trésor e ben vestit e vassen. Estigue molt temps e ella desitjavel molt, perque 
no tornare. 

2. E lo comte bac despes tôt lo que bavie près e tôt solet, barbut e com a pobre 
torna e toca a la porta. Qui es? Lo compte... Finaliter entra e dix la comptesa. E 
qui son vos? Lo compte. Com lo compte! Anavosen, y vos fare fartar de palos. E ell 
dixli : O Na comptesa ? E no vos membre tal cosa ? Deyeli los secrets que eren entre 
ells, e ella deyeli : Vos deven esser nigromanticb, etc. Deyen los de casa a la comptesa : 
Senyora aquest hom lo compte es. Tots lo conexien, hoc los cans lo conexien e ell per 
trèviment de sa muller atonca a ella per abraçorla. . . Penjarenlo per el coll. 



UN SERMON VALENC1EN DE SAINT VINCENT FERRER 243 

A présenl écoutez. Auparavant elle pleurait parce que le comte ne 
venait pas, et les gens de la maison lui disaient, pour la réconforter : 
Madame, il ne tardera pas à venir. Et quand il fut venu, on le pendit La 
synagogue fit la même chose. Dieu, après l'avoir prise pour femme et lui 
avoir fait don de la Loi, retourna au ciel, vêtu d'azur; le temps passa et 
la Synagogue pleurait : Seigneur, quand viendras-tu ? A la fin, le 
comte vient et il commence a frappera la porte. Mais quand il commence 
à prier, on ne veut pas le croire, on lui dit : Vous êtes un enchanteur. 
Et les vieux, c'est-à-dire Gamaliel et d'autres, disaient à la Synagogue 
que c'était bien elle (la femme de Dieu) et ne voulaient pas croire (en 
Jésus). Ainsi, quand il vint au milieu des siens, les animaux reconnurent 
le comte, le bœuf et l'àne l'adorèrent. Audit e caeii et stupescite super 
hoc. Juifs entendez, ouvrez les yeux et les oreilles I Vous voyez la 
comtesse : elle ne le reconnaît pas; elle veut s'attacher à la synagogue 
et elle le crucifie, le crucifie ! . 

Il est bien de son temps, en leur racontant comment un Juif 
exorcisa les démons : 

Un Juif vient de nuit à Rome et ne trouve pas d'auberge ouverte. Mais 
l'église Test et il y entre. Il y voit une idole ; les démons y vivaient et il 
en eut peur. Il se rappela que la croix était contraire aux démons. Il se 
signa et fit plusieurs croix qu'il mit sur lui. Les démons vinrent, le 
regardèrent et dirent : Invenimus vas vaccuum, set signatum. Ils n'osèrent 
pas le toucher et il alla se baptiser 2 . 

Mais, si l'on doit sous peine d'amende forcer les Juifs d'assister à 
ses sermons, on ne doit pas leur faire violence; car, éclairés par 
des arguments, ils viendront d'eux-mêmes à l'Église. Saint Vincent 
flétrit ceux qui poussaient à les massacrer, comme le fit l'archi- 
diacre de Séville par ses violentes prédications. 

1. Ara escoltats. Ans que no vingues lo compte, ella plorave perque no venie, e los 
de casa deyerli per confortala : Senyora nos den trigar. E quan fo vengut penjal. Axi 
li près a la Sinagoga, que quan Deus l'ach presa per muller e li hague donada la ley 
tornassen al cel vestit de vermeil, et passa tems e la Sinagoga plorava : Senyor ! e 
quan vendras. Finaliter lo compte venchli simple e comença a toquai' a la porta. E 
quan ? Quan comença de preygar e nol volirueren creure, ans li dehien : vos son 
encantador, E los vells, ço es, Gamaliel e daltres dehien a la Sinagoga que aquest ère, 
e non volgueren creure. Axi matex quan vench en la sua natura los animais cone- 
gueren al compte, lo bou, e ase, e l'adoraren. Audite caeli et stupescite super hoc. 
Juheus hoyats, obrit los huylls e les horelles. Vet la comptesa : nol coue^ue ; cil se 
volch atançar a la sinagoga, e ella crucifige, crucifige. 

2. Hun juheu venie a Roma denit e no troba ostal ubert, e troba hun temple ubert e 
entrassen aquî e ven hi una ydola, et los dimonis estaven aqui e haene paor. E anali 
lo cor que la creu ère contra los dimonis. Dui que se senyas e feu moites creus de les 
pâlies e posales se dessus. E vinguaren li los demonis e estinguercnlo mirant e 
digueren : Invenimus vas vacuum, set signatum. Nol gosaren toquar e anas a batejar. 



244 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Les apôtres, qui ont conquis le monde, ne portaient ni lance ni 

couteau, les chrétiens ne doivent pas tuer les Juifs avec le couteau, 

mais avec des paroles, et pour cela, les émeutes qu'ils font contre les 
Juifs, ils les font contre Dieu même, car les Juifs doivent venir d'eux- 
mêmes au baptême... Les seigneurs temporels doivent convertir les 
infidèles de leurs terres. . . ; aussi doivent-ils diminuer leurs rentes pour 
convertir leurs intidèles maures et juifs, sans force injurieuse, mais avec 
des arguments. Car cette émeute qu'ils provoquèrent contre les Juifs il y 
a quelques années déplut à Dieu, mais il faut (les convertir) avec de 
bonnes admonestations... Quelqu'un dira : Il n'y aura pas alors autant 
de rentes qu'à présent. . Regarde combien de Maures et de Juifs sont 
damnés dans l'enfer à cause de ton avarice. Avare, tu iras avec eux. . . Il 
est nécessaire pour le prédicateur de publier les vérités aux fidèles et aux 
infidèles... Moi, ayant accompli ce mandement, ainsi ferai-je Et vous 
autres, Juifs, venez pour cela à la prédication. Il faut leur imposer une 
amende de 1,000 florins s'ils ne viennent pas. . . Vous autres, avez-vous 
une consolation quand un Juif se convertit? Il y a beaucoup de chrétiens 
assez fous pour ne pas en avoir. Ils devraient les embrasser, les honorer 
et les aimer; au contraire, ils les méprisent parce qu'ils ont été Juifs. 
Mais ils ne doivent pas l'être, car Jésus-Christ a été Juif et la Vierge 
Maria a été Juive avant d'être chrétienne. C'est grand péché que de les 
avilir. Ce Dieu circoncis est notre Dieu et tu seras damné comme l'est 
celui qui meurt Juif. Car on doit leur enseigner la doctrine pour qu'ils 
soient au service de Dieu 1 . . . 

Mais il repousse tout contact entre chrétiens et Juifs. 11 réclame 
l'isolement complet de ceux-ci, il veut qu'on les force de porter la 
rouelle comme l'ont ordonné les rois de Castille; qu'on les parque 
dans des quartiers à part, et qu'on ne leur permette pas de faire 

1. Los apostols qui conqueriren lo mon no portaven lança ne coltell... los cliristians 
no deven matar los juheus ab coltell mas ab paraules et per ço lo avalot que fon contra 
los juheus fo fet contra deu, no's dévie fer, mas per si matex deven venir al 
babtisme... Los senyors temporals deven convertir los infels de su terra... Asi se 
deven minavar de rendes per convertir los seus infels moros e juheus, pero seus força 
injuriosa, ne juridi< a ; que aquell avalot ques scu ara daquestes anys dels juliens molt 
deplagué a Deu, mas ab bones amonestaciones. . . Mas dira aigu : Oo no hauria tant a 
renda com ara... Guarda quants moros e juheus son dampnats en inferu per la tua 
avaricia. Lias iras ab ells... Es necessari al preyeador de publicar les veritats a fels 
e infels... Yo complint aquell manament. . . axi lo tare. E veus, per ço vosaltres 
juheus venin a la preyeacio. Hoc, imporlune ab pena de mil florines... Vos altres 
havets consolacio quant hun juheu se converteix ? Molts cliristians folls son que non han 
consolacio, quels devrien abraçar e honrarlos e amarlos, e fets lo contrari quels menys- 
prean per que son stats juheus, e non deven ser, car Jesu Christ juheu fo e le verge 
Maria abans fo juhia que christiana. Gran peccat es de escarnirlos, quel deu retallat nos 
deus fer, que axi seras dampnat com aquell fore si moris juheu, mas deverlos adve- 
trinar en lo servi de Dieu. . . 



UN SERMON VALENC1EN DE SAINT VINCENT FERRER 245 

le commerce le dimanche. Il défend aux chrétiens d'avoir des 
familiers et des médecins juifs, de leur acheter des vivres, d'être à 
leur service comme nourrices, et de manger avec eux. « S'ils vous 
« envoient du pain, leur dit-il, jelez-le aux chiens ; mais s'ils vous 
« envoient de la viande vivante, prenez-la '. » 

S. Miïrani-Samarian. 



1. Ces conseils furent écoutés, car, en 1412, ou décréta la création des « juderias » 
afin de séparer complètement les Juifs des chrétiens et des nombreux convertis. Des 
apologistes attribuent à Vincent Ferrer la conversion du rabbin Salomon Ha-Lévi qui 
joua, après son baptême, un si grand rôle politique en Castille, sous le nom de Paul 
de Burgos, comme évèque de cette ville et grand chancelier de Castille. Mais comme 
aucun texte sûr ne vient à l'appui de cette affirmation, elle nous semble plutôt l'œuvre 
de ses apologistes. Pendant que saint Ferrer prêchait à Valence en 1391, un notable 
Juif se convertit avec grande solennité et prit le nom d'Alfonso Ferrondes de Vilanova. 
— Voir Rel. del fam. robo de La Juderia de Valencia, Rios, II : ... lo gran don 
Samuel Abravalla se bateja ab gran solemnitat en lo real d'En Gasto sots padriniatge 
del marques, e ha nom Alf. Ferr. de Vilanova per un loch que ell ha en lo marquesat 
apelat Vilanova. 



UN TYPOGRAPHE JUIF EN ESPAGNE 

AVANT 1482 



Le commentaire de Raschi sur le Pentateuque, imprimé à Reggio 
le 10 Adar 5235 (5 février 1475), est « rigoureusement le premier 
livre hébreu qui ait été imprimé 1 ». On considère donc à juste 
titre jusqu'à présent l'Italie comme le berceau de la typographie 
hébraïque. Mais voici que des documents précieux publiés par 
l'érudit chercheur qu'est M. Serrano y Sonz 2 et ayant tous trait à 
des procès faits par l'Inquisition entre 1481 et 1531 contre plusieurs 
judaïsants fournissent la preuve certaine que l'on imprimait en 
Espagne des livres hébreux quelques années avant 1482 3 , peut- 
être à la même époque où des typographies juives fonctionnaient 
en Italie. Tous les témoins qui figurent dans les procès accusent 
un certain Juan de Lucena d'avoir judaïsé avec ses filles et surtout 
d'avoir imprimé et vendu des livres hébreux (libros de molde en 
hebrayco). 

Nous devons aux procès -verbaux de l'Inquisition le peu de 
renseignements que l'on ait sur Lucena et sur ses malheureuses 
filles. 

Né A Tolède vers 1430 (?), fils du médecin Francisco de San 
Martin et de Leonor Martinez, Lucena exerça la profession de 
commerçant et se maria avec Teresa de San Pedro, qui lui donna 
six filles : Béatrice, Calalina, Leonor, Terese, Guiomar et Jeanne. 
En 1467, à la suite des massacres des Juifs qui ensanglantèrent 

1. M. Schwab, Les incunables orientaux, Paris, 1883. 

2. Revisla de Archivos, mus. y bibl., 1902. 

3. Dans ce pays le premier livre hébreu imprimé parvenu jusqu'à nous est le com- 
mentaire de D. Kimhi sur les D^'HIti* D^frrnS imprimé en 1482, à Guadalajara, par 
S. ben M. Lévi Alkabiz. 



UN TYPOGKAPIIE JUIF EN ESPAGNE AVANT 1482 247 

Tolède 1 , il fut forcé de quitter cette ville et d'aller résider à 
Séville. Mais les malheurs le poursuivaient partout. Dans cette 
dernière localité il perd sa femme, Teresa de S. Pedro, et ses filles 
sont recueillies par des judaïsants compatissants : le bachelier Diaz 
Ganso donna asile à Béatrice ; Pedro Diaz Levi, Juan et Andrés 
de Séville, et Béatrice Nunez, femme deBartholomé Nun.ez, prirent 
les autres. Le père, délivré, grâce à ses parents, des soucis de sa 
nombreuse famille, retourna à Tolède, y résida quelque temps et 
quitta cette ville, pour aller se fixer à Montalban, petite localité 
située à sept lieues de là. En 1481, lors de l'introduction de l'in- 
quisition en Espagne, Lucena prit la fuite et alla à Rome, où il 
mourut. 

Voyons maintenant ces témoignages et dans quelles circonstances 
ils furent produits : 

I. — Procès contre le bachelier Fernando Diaz Ganso, 
Séville, 25 août 1481 . 

Diego Fernandez, son fils, appelé en témoignage par le promotor 
fiscal, déposa, entre autres choses, que Lucena était de ses connais- 
sances, qu'il le tenait pour un homme cultivé, qu'il parlait avec 
mépris de la religion chrétienne et que ses filles observaient le 
sabbat. A Montalban, comme il lui disait un jour : senor, hai/a v. 
md esto, Lucena lui aurait répondu : « Ne me dites pas merced, 
car je ne suis qu'un Juif. » Ganso ajoute qu'à V époque où il le vit 
à Montalban, Lucena, imprimait des livres en hébreu, et qu'il 
allait les vendre au pays des Maures à Grenade. 

II. — Témoignages de Pedro de Monbel et Ynygo de Burgos, 
« imprimeurs de livres », devant le père Antonio de la Pena et 
le chanoine Antonio de Vil laças tin au couvent de Santa Cruz, 
Ségovie, 23 juillet 1485. 

Ces deux témoins étaient cités pour dire tout ce qu'ils savaient 
sur certaines personnes dénoncées comme judaïsantes. Le premier 
dépose avoir vu les filles de Lucena judaïser à Montalban, c'est-à- 
dire allumer des cbandelles le vendredi soir, se reposer le samedi, 

1. Ces massacres furent causés par la rivalité qui existait entre les Silvas, comtes 
de Cifueutes, qui avaient pour eux les « conversos », et les Ayalas, comtes de Fuen- 
salida, qui étaient à la tête des vieux-chrétiens. On brûla 3,200 maisons, qui abritaient 
4.000 âmes, et 130 convertis furent massacrés. 



248 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

mais, en revanche, travailler le dimanche et les jours de fêtes, et 
observer les jeûnes des Juifs. 

Il reconnaît avoir été au service de Juan de Lucena, avec Ynigo 
de Burgos à Tolède et à Montalban. Lucena avait des résidences 
dans les deux localités, et sa profession était celle d'imprimeur 
des livres en hébreu. Tous les deux avaient travaillé chez Lucena 
pendant deux ans. 

III. — Son compagnon de travail Ynigo de Burgos, serrurier, 
confirme la déposition de Monbel, ajoute que les filles de son patron 
jeûnaient pendant la semaine sainte en souvenir de la reine 
Esther(s2d et mangeaient pendant ces jours des laitues avec du sel 
et du vinaigre, dans des vases neufs. Le témoin déclare avoir eu 
entre les mains un livre qui s'appelait Çituri (Gidour) de oraçiones 
en espagnol, qui servait aux filles de Lucena pour dire leurs 
prières quotidiennes, et que ce livre, il l'a donné au frère Antonio 
de la Pena, ce qui fut confirmé par ce dernier. 

IV. — Inès de Çallas, fille de Juan Garcia delOliba, déclare qu'il 
y a huit ans, vivant dans la maison du médecin Martin, elle a 
remarqué que Juan de Lucena, ses filles et d'autres de ses parents 
judaïsaient ensemble et qu'un jour, ses filles ayant oublié dans sa 
chambre un livre, quelqu'un, y étant entré et l'ayant lu, lui dit 
que c'était un livre de prières juives. 

V. — Sur les six filles de Lucena, cinq furent poursuivies à plu- 
sieurs reprises par le Saint-Office ' . Le 19 janvier 1530, Béatrice de 
Lucena, interrogée à Tolède par les inquisiteurs Alonso Mexia et 
Pedro de Vaguer, avoua avoir judaïsé avec des membres de sa 
famille. Gomme on lui demandait son âge et la date de la mort de 
son père, elle répondit qu'elle était déjà mariée et que son père 
était mort à Rome, et qu'il avait pris la fuite parce qu'il imprimait 
des livres en hébreu. 

VI. — Une autre de ses filles, Catalina, fit un aveu plus démons- 
tratif encore. Elle reconnut avoir aidé son père à imprimer des 
livres en hébreu, à l'époque où elle était jeune fille (Interrogatoire 
du 11 juillet 1485)'. 

VII. — Plus lamentable encore fut le sort de sa fille Terese. Cette 

1. Catalina fut réconciliée le 21 juillet, le 8 octobre et le 8 novembre 1485, Guiomar 
et Leonor en 1485 et 1487, Thérèse en 1485. 



UN TYPOGRAPHE JUIF EN ESPAGNE AVANT 1482 249 

malheureuse, réconciliée une fois en 1485, fat de nouveau poursuivie 
en 1530. à l'âge de soixante ans. Conduite dans la chambre de 
torture càmara del tormento), les poignets liés avec une corde, à 
moi lie une et menacée de subir la torture de Yescalera, Terese finit 
par avouer qu'effectivement elle avait observé certains rites juifs, 
comme celui d'allumer des chandelles le vendredi, de sanctifier 
le sabbat, de ne pas manger de la graisse de porc, de faire des 
aumônes et d'envoyer de l'huile à la synagogue. Gomme sa sœur 
Catalina, elle avoua avoir aidé son père à imprimer des livres en 
hébreu et avoir fait dans un livre appelé Çenturi, le visage tourné 
vers le mur, les oraisons prescrites par la loi de Moïse. Le 1(3 juillet 
1531, Terese de Lucena, veuve de Juan de Jarada, fut condamnée à 
la prison perpétuelle, comme relapse et impénitente : « pour avoir 
suivi, cru, et observé la loi de Moïse, ses rites, ses enseignements et 
ses cérémonies ». En 1534, D. Alonso Manrique, inquisiteur général, 
la mit en liberté à la condition qu'elle paierait une certaine somme 
pour le rachat du captif Lope Pérez de Lasalde. Elle mourut à 
Orgaz vers 1545. Mais même après son trépas, elle fut dénoncée 
par une ancienne servante, Inès Lopez, qui l'accusait d'avoir judaïsé 
jusqu'à la fin de ses jours. 

Nous voilà donc en présence de sept témoignages des plus 
précis, dont deux émanant des ouvriers mêmes que Lucena 
employa dans son imprimerie. Malheureusement l'imprécision de 
leurs déclarations, quant à l'époque où ils entrèrent au service de 
Lucena, ne nous permet pas d'assigner une date rigoureuse à ses 
imprimés. Le témoignage de Diego Fernandez, en 1481 à Séville, 
dans lequel il parle de sa conversation à Montalban avec l'impri- 
meur juif, laisse entendre qu'il s'agit d'un fait qui s'était passé 
quelques années auparavant, en tout cas trois ou quatre ans avant 
le procès du bachelier Diaz Ganso. 

Nous ne pouvons pas non plus, d'après les témoignages, idenlifier 
la nature des imprimés que Lucena vendait aux Juifs de Grenade. 
Notons toutefois le fait que le livre que l'ancien ouvrier de Lucena, 
Ynigo de Burgos, donna au frère Antonio de la Pena élait un 
Çituri de oraçiones de Judios, en romance. Serait-ce donc que 
Lucena imprimait aussi des livres d'oraisons en espagnol à l'usage 
des nombreux judaïsants qui ignoraient l'hébreu? Mais s'il nous est 
impossible d'après ces documents d'assigner une date exacte aux 
imprimés de Lucena, une chose reste certaine, c'est qu'on imprimait 
et qu'on vendait des livres hébreux en Espagne quelques années 

avant 1482. 

S. Mitrani-Samarian. 

T. UV, n» 108. 17 



250 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



PIEGES JUSTIFICATIVES 



Procès du bachelier Gauso. 

En veynte y çinco de Agosto de ochenta y uno, ante los serïores ynqui- 
sidores de Sevilla en Paudencia. Diego Fernandez, hijo del bachiller 
Fernando Diaz Gauso, testigo jurado, entre otras cosas de su deposycion, 
syendo presentado pos testigo por el promotor fiscal del Santo Offiçio 
de la Inquisicion contra el dicho bachiller Gauso, su padre, dixo lo 
syguiente. Ytem se de un Juan de Luçena que le veya hablar algunas 
veces y era honbre leydo y ténia grandes yrronias en la santa fee, 
y veniendo una vez que vine â hablar con él, dixele : senor, haga v. md. 
esto; respondiôme : no me digoys merced, que no sô syno un judio azino; 
y mâs que sus hijas guardavan el sâbado; y esto pasô en la Puebla de 
Montalvan, que es cinco léguas adelante de Toledo ; y aun hazia él â la 
sazon muchos libros de ebrayco de molde, y desa vez fué â Granada â los 
vender y traxo no se que cartas desos que estavan en tierra de moros, el 
ténor de las quales no se que dezia, y esto selo porque le pregonté 
entonçes de donde venia y dixome que de alla dinde digo, y ol no se d'el. 
Dépositions de Pedro de Monbel et d' Ynigo de Burgos. Monesterio de 
Santa Oruz .. en presencia de mis Antonio de Villacastio, canonigo de 
Segovia. notario publico, por la autoridad apostolica. . . E luego el dicho 
Presentado Fray Antonio rogo é mandé â mi el dicho notario que llamase 
e çitase que paresciese antel en el dicho monesterio â Pedro de Monbel 
e a Ynigo de Burgos, cerrajero, escriptores é ynpresores de libros de 
molde, é a Gatalina Velasque, muger que fué de Andres, defunto, 
vecinos de la dicha cibdad de Segovia que le fué denunçiado que estas très 
personas sabian algunas cosas que çiertas personas avian fecho contra 
la fc catolica, faziendo ritos e ceremonias judiegas e otras cosas defen- 
didas en nuestra santa f e . . 

El dicho Pedro de Monbel, testigo jurado e pregontado sécréta e apar- 
tadamente este dicho di a que es lo que sabe açerca del dicho caso e 
negoçio, dixo que por el juramento que fecho avia, que estando este 
testigo e Ynigo de Burgos, cerrajero, companero suyo en Toledo e en la 
Puebla de Montalban en casa de Juan de Luçena, que en amas partes 
ténia casa e asiento, fijo del doctor mastre Martin, el quai ténia trato de 
escrevir de molde en ebrayco e los tomô por sus ofiçiales e estuvieron el 
dicho P. de M. e Ynigo en su casa e conpafiia del dicho Juan de Luçena 
dos anos en el quai dicho tiempo dixo este testigo que â ninguna de seys 
hijas que ténia el dicho Juan de Luçena en su casa, vido jamâs que se 
santignasen ninguna délias. Dize este testigo que las dos délias heran â la 



UN TYPOGRAPHE JUIF EN ESPAGNE AVANT 1482 251 

sazon casadas y las très otras por casar ; la una se llama Beatris, e la otra 
Gatalina la otra Guiomar, la otra Leonor, la otraTeresa, la otra Juana; las 
quales dixo este testigo que fazian çerimonias judaycas. espeçialmente en 
guardar Lossâbados e en piscar la carne quitândole el sebo e la gordura 
e ayunar los ayunos de los judios, e ansi mesmo que eran ensenadas e 
amostradas por otras parientas suyasque bivian en la Puebla de Montalvan 
en cosas de la ley de Moysen. . . 

El dieho Yûigo de Bnrgos, cerajero, testigo jurado e pregontado sécréta 
e aportadamente este dieho dia que es lo que sabe açerca del dicho caso 
e negoçio, dixo en etï'eto que por el juramento que fecho avia que el avia 
visto todo lo susodieho estando en compania del dicho Pedro de Monbel 
en casa del dicho Juan de Luçena en el dicho lugar la Puebla de 
Montalvan e en Toledo... Itetn dixo este testigo que vido â las dichas 
donzellas fijas de Juan de Luçena. su amo, en la sernana santa ayunar 
très dias, conviene â saber : Martes, miércoles, e jueves, a remembrança 
de la reyna Ester parque libre los judios de la maliçia de Ilamar, e su 
desayuno destas donzellas diz que hera con lechugas e sal, e vinagre, en 
vasijas nuevas. Dixo ansi mesmo este testigo que el Uivo â las manos un 
libro que se llamava. Ciluri de oraçiones, de judios, en romance, en el 
quai libro cada dia bueltas â la pared, dixo este testigo que vido muchas 
vezes rezar â las dichas donzellas fijas del dicho Juan de Luçena el quai 
libro dixo este testigo que diô al dicho Presentado Fray Antonio de la 
Pena en este monasterio de Santa Cruz de Segovia, e el dicho Presen- 
tado dixo que ovo enbiado este libro mesmo al Padre prior de Santa 
Cruz. 

Inès de Callas, hija de Juan Garcia del Oliba, a San Andres, testigo 
jurado dixo que puede aver ocho aùos poco mâs o menos que biviendo 
este testigo en la casa del doctor mastre Martin â San Migtd, que bivian 
ende Juan de Luçena y Beatris y Gatalina e Guiomar y Leonor y Teresa y 
Juana, sus hijas e otra donzella hija de Elvira de Luçena que es mugerde 
Garcia de Avila, escudero, â San Salvador y Elvira de Luçena biuda, 
muger que tué de Hernando Hurtado y Beatris Lopez de Luçena su 
hermana, biuda, y que les vido que todos guardavan los Sâbados y se 
vestian en aquel dia como de fiesta, y que entraron un dia en casa deste 
testigo las dichas hijas del dicho Juan de Luçena y que llevavan un librete 
y se le olvidaron en casa deste testigo, y entro ende, un onbre y leyô en 
el libro y dixo que heran oraçiones judaycas, y que vino un hermano 
délias por el libro y le llebô. 

Beatris de Luçena — muger de Hernando Diaz, vecino de la dicha 
villa de Orgas... En Toledo la 19 de Enero de 15.30 anos ante los senores 
ynq. lie. Alonso Mexia y Pedro de Vaguer. 

al dicho maestre Martin lo vido rezar en un libro que crée 

era hebrayco por que no le entendia lo que rezavan... Pregontada de 
que edad séria quando su padre murio, dixo que ya era casada e murio 
en Uoma. et que se fué huyendo, porque escrevia libros en hebrayco. 

Catalina... me acuso de haber delinquido en ayudar à mi padre ha 



252 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

hazer escriptura ebrayca por moldes, los quales pecados yo hize, cometi 
siendo donzella en casa de mi padre. 

Si'iitencia contra Teresa de Lucena. Parescio antes nos el dicho promotor 
fiscal y accusé a la susodicha por ficta e simulada confitente, yrnpenitente 
relapsa porque biviendo en nombre e posesion de xcristiana y gozando 
de las libertades y exenciones de que los catôlicos xnos gozan en 
ofensa de Dios y en gran escândalo del pueblo catôlico y religion 
xniana, pospuesto el temor de Dios y la salvacion de su anima avia 
heretscado y apostâdo de e contra nuestra santa fe catôlica siguiendo, 
creyendo y guandando la ley de Moysen, sus ritos, preceptos e cere- 
monias... las avia fecho desde que se acordava pecary que avia ençendido 
candiles los viernes en las noches y guisado del viernes para el sâbado 
y comido dello y guardado algunos sabados lo mas honesto que avia 
podido, e que avia vestido ropas linpias en los talcs dias, y que rezava 
oraciones de la ley de Moysen y que avia leydo en la Biblia romançada... 
ella y otras personas davan limosna â judios y azeyte a la xinoga... como 
avia ayudado a hazer libros de molde en en hebraico... y que rezavan 
en un libro de oraciones de la ley de Moysen que se llamava Genturi, 
bueltas de cara â la pared... cârcel perpétua e que traya sobre todos sus 
vestidos un habito amarillo con el aspa de Sant Andréa 



UNE HOMÉLIE JUDÉO-ESPAGNOLE 



Le fonds de la gueniza du Caire qui appartient au Consistoire 
Israélite de Paris contient d'autres textes en judéo-espagnol *, qui 
ne manquent pas d'intérêt pour l'histoire de la littérature juive. 
Les documents de cette nature sont fort rares; le spécimen que 
nous avons publié récemment montre qu'ils sont aussi curieux 
par la forme que par le fond. Nous n'avons pas à traiter ici du 
langage employé, dans la pièce qu'on va lire, par un prédicateur 
inconnu. Mais l'on aimera à noter avec quelle persistance les 
malheureux exilés de la péninsule ibérique ont continué à parler 
entre eux la langue natale, même sur un sol étranger. 

On le savait amplement pour certaines régions orientales de 
l'Europe, pour la Roumanie, la Bulgarie et de nombreuses villes 
de Turquie ; mais on ignorait qu'en Egypte, du moins au Caire, 
l'espagnol eût été employé par les Juifs, soit dans leurs relations 
privées, soit dans les sermons. Notre texte montre que cette 
langue ne disparut pas alors complètement devant l'arabe. 

Ce texte est une Derascha ou homélie rabbinique, écrite en espa- 
gnol, farcie, non seulement de mots hébreux, mais de citations tex- 
tuelles de la Bible ou du Talmud. Il est formé de deux feuillets in-8° 
(4 pages), écrits en caractères rabbiniques. L'auteur y développe 
à sa façon l'explication du verset de la Genèse (n, 18) qui traite de 
la création de la femme. 

Texte. 

.ttms nT* ib mrj« nab bi«h r.vn aia t*b dt»5N 'n itt^i 

Y mas 11333 que NPN decir, sino* l"73 ^ja HNn* DN, si [a] respon- 
dera 3 con lo que dizi * -nbtf m quien mosotros tenemos rnsb fcnp* Nb 

1. T. LIV, p. 107-112. 

2. Abréviation — je suppose — des mots Tna-n pITO- 

3. En tète, la voyelle a explétive. 

4. Pour dice. 



254 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

in-v»iD73 intDS vacb in^wX bas na" nw m"Ta -un. Viene hacer que la 
n-wM es mniDE al -ib niB3>« vrab d-jkh nrn ma «ann 173 inb^STai 
o*7N p H3jD "1T3*. Esto es lo que diee : «b -iTaan ; porque sino lo que- 
riara muger, verna a corner tambien D^TH yyn 173, porque no hay uno 
que lo diga : no cornes esto, por esto lo queria al a"* 1 © una muger, para 
que si verna a corner, no lo decha al muger, y esto es que dicho, Adam 
1"îZ5&nn : — banan *b naro nti "H733> nnna ! "ND« nttîsn, que ya ven * 
sus mercedes que esta ripuesta es K'ia (?), sino Adam pCN-in dicho : 

•Ya, D*73bi3»n liai, yo que tengo en esto, na"l*l« la muger ella es que 
mi dicho : corne de esto, 1738* "IN con lo que dize la N~i73> 3 : n^S TLiDXn 
IB-Nn 173 nnv D-nmeo ms, y lo quitan b'T'n di n73p d"no ebm ^nn 
nb"io \ Dize Raschi : DTiaa btt 1?73*b n73p maïaô nbio 5 . En f> Abraham 
iras lo dicho : en antes rxj) para que lo fana 7 , y despues nbno para 
que lo fana. 

Kab Eliahou ben Hayim demanda que esta fabla es di Abraham "i3"aN. 
Y. Aonda esta 7*73") que lo dicho en antes n73p, para que lo fana, y despues 
nbno, sino con loque dicho David n'y'n : *3p2 mnnD373 1"a* *73 meratD 
"par ^iicn I2"HT73 aa 8 . Y "iipmm dicen que David 7\"y : Bnen di longe 
era que antes demanda un sobrico, y despues un pidasico de queso, y des- 
pues un pidasico di pan. Ansi fiço David ri'y "p 7371 : D"»73biyn 1*nn 
1*a* ^73 marw. Es man73 que el aïs p yerra, y para los Tan mau di 
ti que mi perdones aun quanto ya arimato los maaiD torno, y dicho : 
(^n?) a*73bi3»n pan de ti que tambien arimatas los rvnnoa, que "73 
rvnriOjn 3HV, aremato los nnno:, torno, y dicho : *pn 2^1173 Da 

Quiero de ti que tambien los m 3 vit que mi arimatas. Ansi fiço Abra- 
ham "I3*aa : antes los dice m3p 1*N0 ©bw "irra. No es buena arena lo 
face, lo torna, lo dice nbio, y si aras nbio que sera m2Z 7X2*9 n©Nrï 
©"Nrt *J73 nnr DTmsa porque lo face. Si dichera en antes nbio, no le 
faciera, porque; ©\sn 173 "inv DTniNa mat m^y rt©Nn por esto lo 
dicho en antes îl73p, para que faciera uno y otro; viena hacer que el 
D"N p no si alava quanto face una cosa, y el esto solo porque no hay 
quien le dize : face esto no azez esto. 

Esto es lo que dice : vraaa my "ib n©a»a "ttab Qi»n nrn ala «b 
porque no es bueno al hombre alavar con una cosa que la face, y el solo, 
sino "11333 "iT3> *.b n©3»N. li farè una -it* que es ima373, para que si abla 
alguna cosa y la muger le dice no, y el no lo face, ella torna y dice 

1. Genèse, in, 12. Cf. Aboda Zara, 15 6. 

2. Pour veien. 

3. Baba Mecia, 87 a. 

4. Genèse, xvm. 6. 

5. Misclina, Pesahim, m, 1. 

6. Pour In « certes ». 

7. Pour l'actuel Afanar. 

8. Ps., xix, 13. 






UNE HOMELIE JUDEO-ESPAGNOLE 255 

'n^acb laiatnb, queriendo decir un 51VT de este modo np*ia?3, que es *nzy 

1 p3n ^233*3 1D3H que ansi la tt3113 di al m73T">3 que deeia David n"yn : 
bar tit o«nn baf nvji pisa irr 03 otix naœ o-rs htsi ma rra mn 
'iai pTann btaa pn« pT pTH*. Es razon de entender que esfabla di n3n 
nm 03 DT1« naiD D"3*3 n?:i aiu H73. Y mas el 03 esta demasiado, 03 
Dasb DJta fma 037313», y mas dos mavTai di ta«nn bar aion Ï73SJÏ1, y di 
•pHN pT pTn para que es con una di ellos abasta, sino -a^ara rWT ON 
Y'73, si arispondera que la r;;TD es de este modo que David n"yn : esta 
alavado un airrç de este modo ^maja, que el iw 03 o^nx nara mxy "T3Z73 
ail^ï es bueno, pogo otra cosa, que es la namp. Y es Pnainb man ^33? 
iTjiir n£73 *î?3wb pawb. Es bueno quando abacha sovre tiera, no vale 
nada quando abacha "pHN pTH bar. Es bueno la ?mx.y n£73 pT. Es 
P011073 poge otra cosa el 173©. 

Ya son dos buenos otro tanto el bû. El bta es bueno quando abacha 
maraai D"nn bar, no aprovecha nada, quando abacha "p^at "nnn ba\ Es 
bueno ansi el 1733Z3' 13:73 31"PT ; es bueno poger otra cosa que es la namp. 
Ya son dos buenos nanan nx 'n ms DV ^a 3 , que da la nana giura. Y por 
no dar giura al Tiail "nitt, dire alguna rubrica (?) di N73TH ^33\ Y es 
lo que dicho -nb mi^ nnnToa obian oann que i3**man dicen a . nnox 
* , 3" , 3*o in n«œi3 nnox Tim mba* ^iiSTa niTi bizî aim nmn mp-inpn** 
in73i«a ib rwia nn« ba« rrwi ba. 

Y esto es lo que dicho el pios : "*a in-p nta , o , i n73n ^niTaxa» ba idon. 
Yo so nttJTia, y agli en mi contar todo (?) 1Ï3T31 H73n ne ai 0^T«3T n73l3:y 
^a i^rr que cado uno mi assemega de su H731N. Y con esto si entien- 
dera un n73wS73 di ■ûTnaT que dicen * : la ma»a in73m "7N73 n;b73rr Bpatp'n 
na mb nnbffl xan n73N ^«n rna rpnrn rra npb-n iy mb Nnbia ^73 
tança «naa «mm n m «bi ^pio anTsn NcbN bapb ndn «afin mv'ninN 
ia nnara iptstii T73 Nn73n mb 3 . 

n"a> laTiian de aondi quitan esta mann que lo dicho mm"mnN na 
«afin, sino que el pios dice D^onon r»a msa que o^o-non T^a «nN, 
sino que lo fue «afin mm'niPJK na iT73in. 

"ÛVnan le quitan de esta ma m al mesura di np73D ^73 lo que T73*in alli 
que dice: ib n73«m 6 n^:o ht^h ^N n73«b main iNTam, que nniNDb 
parece nTasb maia 1x73m en es que mando por ella a trallerda ; y no 
quigo decir, ni que no vengo esta vez 7 ... 

1. C'est-à-dire les savants : Pesahim, 49a. 

2. Ps., cxxxm, 1-3. 

3. Ps., cxxxm, 3. 

4. Megilla, 15 a. 

5. Ibid., 12 6. 

6. Ou remarquera que ces termes sont un peu plus développés que dans les éditions 
du Talmud. L'auteur a-t-il cité de mémoire, ou avait-il un autre texte ? 

7. Prov., vu, 12. 

8. Le feuillet s'achève au milieu d'une phrase. 



256 REVUE DES ETUDES JUIVES 



Traduction 



« L'Éternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui 
donnerai une aide près de lui. » Or, le mot "HM vient, — si je ne me 
trompe dans mon appréciation, — exprimer une idée qui correspond à 
ce qu'a dit Rab Algazi, que nous avons (qui est un des nôtres) : On ne 
doit pas, le vendredi soir, lire à la clarté d'une lampe, de crainte que, 
par oubli du Sabbat, on ne commette la faute de pencher la lampe ; mais 
le mari peut lire alors en présence de sa femme, qui le préservera de 
cet oubli. Cela revient à dire que la femme devient une gardienne pour 
l'homme et le préserve du péché. Voilà pourquoi la Bible dit : « Il n'est 
pas bon que l'homme soit seul; je lui ferai une aide près de lui » ; si la 
femme n'avait pas voulu, il (l'homme) serait arrivé aussi à manger des 
fruits de l'arbre de la vie, puisqu'il n'y avait personne qui lui dît : « Ne 
mange pas cela. » Dieu a voulu qu'il eût une femme, afin que, s'il arri- 
vait à manger, la femme ne le laissât pas. En effet, c'est ce que dit le 
premier homme : « La femme que tu m'as donnée me l'a remis et j'ai 
mangé. » Aussi vous voyez, Messieurs que cette réponse est... l . Sans 
cela (du reste), le premier homme dit: « maître de l'Univers, qu'ai-je 
à faire en cela? Au contraire, c'est la femme qui m'a dit: mange de 
cela. » Ou bien il aurait dit, selon la formule que dit le Talmud : la 
femme est plus avare a l'égard des hôtes que le mari. Ceci a été appliqué 
par nos sages au verset : « Hàte-toi de pétrir trois mesures de farine, en 
fine fleur. » Sur quoi Raschi dit : la « fine fleur » est employée pour les 
gâteaux, et la <* farine » (simple) sert d'amidon pour les cuisiniers. 
Certes, Abraham notre ancêtre l'a dit ainsi : d'abord « farine », pour 
qu'elle (Sara) l'apprête, ensuite « fine fleur » pour qu'elle apprête 
celle-ci. 

Rab Eliahou ben Hayim demanda : que signifie cette fable au sujet 
d'Abraham notre ancêtre? A quoi s'applique cette allusion d'avoir 
employé d'abord le terme « farine » pour qu'elle l'apprête, ensuite le 
mot « fine fleur », si ce n'est que, comme Ta dit David le roi, de vénérée 
mémoire (Ps. xix, 13, 14) : « Qui saurait se préserver d'une erreur? Par- 
donne-moi, mon Dieu, si je pêche par ignorance! Éloigne de ton servi- 
teur toute pensée orgueilleuse. » Or, nos maîtres disent que David était 
bien loin de demander d'abord un relief, puis un morceau de fromage, 
ensuite un morceau de pain. 

C'est ainsi qu'a fait le roi David, de pieuse mémoire, disant : « Maître 
de l'Univers, qui saurait se préserver d'une erreur? » Il est évident que 
l'homme se trompe, et pour les fautes volontaires c'est de toi qu'il 
dépend de me pardonner; de toi il dépend également d'écarter les péchés 
commis par ignorance; car qui connaît les choses cachées? Celles-ci 

1. Littéralement : si c'est bien votre avis, Messieurs. 



UNE HOMÉLIE JUDÉO-ESPAGNOLE 257 

donc étant écartées, il (David) revint et dit : « Éloigne aussi de ton servi- 
teur toute pensée orgueilleuse » on faute volontaire; je sollicite de toi 
(de ton indulgence) que les fautes volontaires soient également éloi- 
gnées de moi. 

Ainsi agit Abraham notre ancêtre. D'abord il dit (à Sara) : « Hâte-toi, 
prends trois mesures de farine. » Mais ce n'était pas une bonne base 
qu'il avait établie ainsi ; il revint donc et dit le terme « fine fleur », dési- 
gnant la qualité supérieure qu'il désirait qu'elle apprêtât. Si dès l'abord 
il avait spécifié la fine fleur, elle (Sara) ne l'eût pas préparée, puisque la 
femme est plus parcimonieuse à l'égard des hôtes que le mari. C'est 
pourquoi il a employé d abord l'expression « farine *, pour qu'elle apprête 
l'une et l'autre. Cela revient à dire que l'homme ne doit pas s'enor- 
gueillir lorsqu'il fait une chose, et ceci seulement, parce qu'il n'y a per- 
sonne qui lui dise : fais ceci, n'agis pas là. 

C'est pourquoi il est dit : « 11 n'est pas bon que l'homme soit seul; je 
lui établirai une aide près de lui », c'est-à-dire : il n'est pas bon que 
l'homme s'adonne à une chose, et à celle-là seule; sinon, je lui 
établirai une aide; je lui ferai une auxiliaire qui le contredise; parce 
que s'il avait une chose et que la femme dît non, puis qu'il s'abstint, 
elle se tournerait et dirait: « Que ce soit à sa volonté, devant Dieu », vou- 
lant dire qu'un ménage de cette sorte est un couple béni. 

C'est d'eux qu'est dit (ce dicton talmudique) : les grains de la vigne 
parmi les grains de la vigne. Telle est l'intention du Psaume qu'a énoncé 
David, le roi de pieuse mémoire : « Qu'il est beau et agréable lorsque 
des frères habitent ensemble! Comme l'huile précieuse répandue sur la 
tête coule sur la barbe, la barbe d'Ahron, telle la rosée du Hermon des- 
cend sur les monts Sion. » Il y a un motif de comprendre à quoi fait 
allusion l'expression « qu'il est beau et agréable lorsque des frères habi- 
tent ensemble ». Or, dans cette phrase le mot D3 (aussi) est superflu 
(selon le dicton) : un terme explétif mon indispensable) qui n'est 
pas net (défectueux) a un goût fâcheux, et il y a là deux images, l'une 
dans l'expression « l'huile précieuse sur la tête », l'autre dans l'expres- 
sion « sur la barbe d'Ahron »; car, en fait, l'une d'elles suffirait, à moins 
— sauf votre approbation, Messieurs et maîtres, — de répliquer que le 
sens est analogue à ce qu'exprime le roi David, de pieuse mémoire. 
Celui-ci a loué une union, bénie de cette manière que l'union, du fait 
d'elle-même, est bonne, puis pour une autre cause, qui est le rappro- 
chement. Or, pour ce que « les frères habitent ensemble », ce sont 
deux sujets, dont l'un ressemble à l'autre, comme l'huile égale une 
huile par elle-même. EUe est bonne (utile) quand elle tombe sur la terre; 
mais elle ne vaut rien lorsqu'elle tombe « sur la barbe d'Ahron ». D'autre 
part, la barbe est bonne par elle-même, mais l'huile est bénie pour une 
a titre cause. 

Déjà, il y a deux biens, d'autre part, pour la rosée. Celle-ci est un bien, 
quand elle tombe sur les montagnes et collines; elle ne donne pas de 
profit lorsqu'elle tombe sur les monts de Sion. 



258 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Ainsi le mariage est bon par lui-même; il l'est aussi pour un autre 
motif, savoir le rapprochement. Or, ce sont deux bonnes choses, « car là 
TÉternel a commandé la bénédiction », puisqu'il donne la bénédiction 
certaine. Aussi, — pour ne pas donner de mécontentement à mes sei- 
gneurs et maîtres, — je traiterai une question se référant à l'objet de la 
solennité de ce jour. C'est ce qu'a dit le savant parfait maître Juda Lévi, 
en rappelant cet exposé de nos docteurs : « Esther était jaunâtre, et un 
ruban de couleur blanche était étendu sur elle. Aussi Esther trouvait- 
elle grâce auprès de tous ceux qui la voyaient » (Esther, i, 15), car cha- 
cun a un trait de ressemblance avec son peuple. 

C'est ce que dit le verset (Ps. xxn, 18) : « Je pourrais compter tous mes 
os; ils me toisent et se repaissent de ma vue. •> Je suis... 1 et devant 
tout compter en moi, les os, les nerfs, la chair, tandis que « ils me toi- 
sent et me regardent », que chacun me compare avec sa nation. Par 
ainsi on comprendra un passage de nos docteurs qui disent ceci (sur 
Esther, i, 12) : « Le roi fut très irrité, et la colère l'envahit. » Pourquoi 
a-t-il envoyé (vers Wasti), de telle façon que la colère l'enflamma jusqu'à 
ce point? C'est que, dit Raba, le fils d'Ahourierieh (de l'écuyer) de mon 
grand-père a envoyé, en disant que « devant des milliers de seigneurs il 
a bu du vin 2 » sans être enivré; tandis que cet homme (toi Ahasvérus) 
est devenu insensé par la fumée du vin. Aussitôt la colère l'enflamma. 

Or, par là, nos sages de pieuse mémoire appliquent cette Derascha 
(interprétation) à ce qu'a dit le fils de l'écuyer du père, bien que le verset 
(ibid.) dise : « qui fut par la main des eunuques », c'est-à-dire qu'il est 
venu par leur main, ce qui est bien une allusion audit fils de l'écuyer. 
Nos sages donc tirent de cette Derascha un sens à la manière de ^73 
^"i?35; il y avait là une allusion qui veut dire ceci : Elle (Wasti) refusa 
sur ce qu'il (le vo'v avait parlé de la sorte; ce n'est pas qu' « elle prit un 
air effronté pour lui parler », puisqu'en principe les termes « elle refusa, 
sur son ordre, de dire » semble signifier ceci : le roi ordonna qu'on la 
fît venir; elle n'a pas voulu répondre, et elle n'a pas voulu venir cette 
fois... 

Moïse Schwab. 



1. Ici un mot dont nous ignorons le sens. 

2. Daniel, v, 1. 



LA TYPOGRAPHIE HÉBRAÏQUE DB VILLENEUVE 



En 1722, l'Imprimerie royale ne possédait pas de caractères 
hébraïques*. Le beau caractère hébreu, qui avait servi à Antoine 
Vitré pour l'impression de la fameuse Bible polyglotte de Le Jay 2 , 
semble n'avoir pas fait partie de cet ensemble de caractères 
orientaux acquis à la Bibliothèque du Roi après la mort de Vitré 
et remis en 1692 à l'Imprimerie royale 3 . Le Régent, qui avait 
dès 1715 approuvé la constitution d'un alphabet typographique 
chinois, prescrivit de faire combler cette lacune. L'abbé Bignon, 
bibliothécaire du Roi, fut « chargé de l'exécution de ces ordres » ; 
on décida de prendre pour modèle la belle bible d'Athias, et le 
travail fut confié au graveur Morin de Villeneuve, sous la surveil- 
lance de l'orientaliste Fourmont, qui avait été commis en 1720 au 
récolement d'une partie des livres de la Bibliothèque et était inter- 
venu dans la gravure des caractères chinois 4 . Un dossier de docu- 
ments originaux conservés à la Bibliothèque Nationale (Dép. des 
mss., Nouv. acq. fr. 5843, fournit quelques renseignements sur 

1. A. Christian, Débuts de l'imprimerie en France. L'Imprimerie Nationale, 
p. 85 

2. Aug. Bernard, Histoire de l'Imprimerie royale du Louvre, p. 59. assure que 
ce caractère avait été gravé par Le Bé, fils du célèbre graveur. — De Guignes, Essai 
historique sur l'origine des caractères orientaux de l'Imprimerie royale, dans 
Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, t. I, 1787, p. 1., 
déclare ne pas savoir « si M. Le Jay a fait graver les poinçons du bel hébreu que 
l'on voit dans sa Bible ». « Je n'en trouve, dit-il encore, aucune mention ; d'ailleurs 
depuis long temps on imprimoit à Paris de l'hébreu en beaux caractères, et Vitré 
qui étoit si curieux pouvoit en avoir à lui de cette espèce. » 

3. Voir sur ces caractères le mémoire de De Guignes que nous venons d'indiquer et 
Aug. Bernard, Antoine Vitré et les caractères orientaux de la Bible polyglotte 
(Paris, 1857). 

4. Abrégé de la vie et des ouvrages de M. Fourmont (par De Guignes et Deshau- 
terayes), en tète de ses Béflexions sur l'origine, l'histoire et la succession des 
anciens peuples (éd. de 1747), p. 9 et 12. 



260 KEVUE DES ÉTUDES JUIVES 

l'exécution de cette typographie : c'est de ce dossier que sont 
extraites les pièces publiées plus loin. 

Le 21 mars 1722, Morin de Villeneuve présentait le devis des trois 
cent dix-huit poinçons ■ nécessaires à la fonte de quatre corps de 
caractères, s'engageant à livrer au prix de 9 livres le poinçon et la 
matrice de chaque lettre 2 . Le devis fut accepté le même jour 3 . Le 
3 juin, le graveur faisait remise d'un premier envoi de vingt poin- 
çons, dont un arabe ''. Le 17 juillet, il remettait à M. de Fourmont 
quarante-neuf poinçons hébreux, comprenant une série de points- 
voyelles et d'accents -\ Le travail se poursuivit 6 jusqu'en 1729, et 
à cette date, M. de Boze, garde du Cabinet des médailles et antiques 
du Roi et secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions, 
vérifiant l'état de cette typographie, constatait la fourniture de 
deux cent soixante seize poinçons (dont deux arabes), deux cent 
soixante-quatorze matrices et six moules, d'un prix total de 2,840 

livres 7 . 

Dans son Histoire de l'Imprimerie royale du Louvre*, Bernard 
croit à tort que Villeneuve ne rendit pas les poinçons: on trouvera, 
en effet, plus loin le récépissé d'Anisson. directeur de l'Imprimerie 
royale, en date du 23 juillet 1729°. Il n'en reste pas moins qu'ils 

1. Rappelons que le poinçon est une tige d'acier qui porte à son extrémité supé- 
rieure une lettre gravée en relief, la matrice une pièce de cuivre qui porte, sur le 
côté, gravée en creux, l'empreinte de ce même poinçon. Le moule consiste en deux 
pièces qui s'appliquent lune sur l'autre en enserrant la matrice de manière a ménager 
un vide: on verse dans ce vide le métal en fusion, et on obtient ainsi les caractères 
typographiques avec la lettre eu relief. 

2. Voir pièce n° I. 

3. « Villeneuve, graveur, prend la liberté de représenter à Votre Majesté que le 
21 mars 1722, feu M. le duc d'Orléans signa sur vos ordres un marché avec luy pour 
la gravure de 272 poinçons. » ÇB. Nat., Dép. des mss., Nouv. acq. fr. 5843, fol. 53.) 

4. Pièce u° II. 

5. Pièce n° 111. 

6. Un état des « quittances du sieur de Villeneuve » donne la liste et le montant 
des acomptes reçus parle graveur; on y relève onze versements datés des 18 août, 
24 août, 2 septembre, 15 septembre, 13 octobre, 23 décembre 1723, 6 janvier, 23 jan- 
vier et 6 novembre 1724, d'une somme totale de 2559 1. 18. (Nouv. acq. fr. 58*3, 

fol. 45.) , 

7 D'après un autre compte (Nouv. acq. fr., 5843, fol. 43), le montant des poin- 
çons et moules fournis par Villeneuve s'élèverait à 4948 1., les moules étant comptés 
au prix de 250 1. pièce. - 11 faut aussi remarquer, comme le constate un certificat 
délivré vers 1735 par Bignon à Villeneuve, devenu « graveur du roy de Portugal et de 
son académie », que Sa Majesté accorde ordinairement à ses graveurs non seulement 
le logement, mais encore une pension ». [Ibid., fol. 50.) 

8. Page 86, n. 2 : « Villeneuve... ne paraît pas avoir vendu les poinçons de ses carac- 
tères hébraïques. »» 11 faut lire manifestement « rendu ». 

9. Pièce n° V. 



LA TYPOGKAPME HÉBRAÏQUE DE VILLENEUVE 261 

avaient disparu à la fin du siècle. De Guignes, chargé de classer 
cette typographie, signale les recherches faites pour retrouver ces 
poinçons en 1787 ', et les matrices figurent seules à l'inventaire de 
l'Imprimerie royale dressé en 1791 2 . 

Il ne semble pas d'ailleurs que les caractères de Villeneuve aient 
jamais servi. En 1806, Fouquet grava un corps d'hébreu rabbi- 
nique, mais le travail livré fut défectueux 3 et les types n'en sont 
pas reproduits dans le « Spécimen ». L'Imprimerie Nationale 
emploie aujourd'hui quatre corps gravés en 1836 par Marcellin- 
Legrand 5 et, pour l'hébreu rabbinique, deux corps fournis en 
1861 5 par M. Dresler de Francfort 6 . 

P. HlLDENFINGEH. 



1. De Guignes, loc. cit., p. lvj. - La Bibliothèque Nationale possède [V. 2787] un 
curieux inventaire de la typographie orientale dressé après le travail de De Guignes et 
daté du l ,r janvier 1787, où le Directeur de l'Imprimerie royale a fait, non imprimer, 
mais pousser à la main chaque poinçon. A la fin du volume, trente-trois feuillets sont 
consacrés à l'hébreu : la colonne réservée aux m itrices est complètement vide. 

2. A. Bernard, Histoire de l'Imprimerie royale, p. 286. 

3. [Burnouf]. Notice sur les types étrangers du Spécimen de l'Imprimerie royale, 
p. 18. 

4. Spécimen typographique de l'Imprimerie royale (Paris, 1845), f°* 101-103 
spécimens de caractères de 6, 8 et 11 points. 

5 Les types en sont reproduits dans A. Christian, Débuts de l'imprimerie en 
France. L'Imprimerie Nationale, p. 120. 

6. En dehors de l'Album typographique de l'Imprimerie royale (Paris, 1830), 
publié à l'occasion de la visite du roi et de la reine des Deux-Siciles [V. 2782], et du 
Spécimen typographique de l'Imprimerie royale, mentionné plus haut, on trouvera 
des types de caractères hébraïques dans les manuels techniques et ouvrages spéciaux, 
tels que les suivants (dont nous donnons entre [ ] la cote à la Bibliothèque nationale) : 
Aug. Sebastianus, De Literarum, vocum et accenluum hebraicorum natura (Mar- 
purgi, 1532), [X. 6138]. - G. A. Tagliente, La Vera arte de lo excellente scrivere 
(Antverpiee. 1545), [Kés. V. 14581. — Les deux cahiers formés de découpures de modèles 
de Guillaume Le Bé [Rés. X. 1665 et Dép. des mss., nouv. acq. fr. 4528], décrits par 
M. H. Omont, Spécimens de caractères hébreux gravés à Venise et à Paris par 
Guillaume Le Bé (1546-1574), dans Mémoires de la Société de l'histoire de Paris, 
t. XIV" (1887), pp. 257-264; et Spécimens de caractères hébreux, grecs, latins et de 
musique, gravés à Ve?iise et à Paris, par Guillaume Le Bé (1545-1592), dans 
Mémoires de la Société de l'histoire de Paris, t. XV (1887), pp. 273-283. — Geoffroy 
Tory, L'Art et science de la vraye proportion des lettres (Paris, 1549], ff. 141 
et sqq,. [Rés. V. 2658]. — W. Fugger, Ein nutzlich und vjolgegrundt Formular, 
manncherley schôner schriefften als teutscher, lateinischer, griechischer unnd 
hebrayscher Buchsfaben, sampt unlerrichtung voie ein yede geb>*aucht und gelernt 
soll werden (Niïrmherg, 1553), ff. signés qiiij à tiiij [Dép. des Estamp., Kb. 38], avec 
une comparaison des signes musicaux hébraïques et de la notation habituelle. — Giam- 
battista Palatino, Libro nel quai s'insegna ogni sorte lellera (Roma, 1553), f°« signés 
G et Gij, [Bés. V. 1464], ouvrage abrégé en un Compendio del gran volume de Varie 
del bene et leggiadramente scrivere (Venetia, 1578), [Dép. des Est., Kb. 36a], et dont 
les caractères hébreux sont reproduits dans Prunaire, Les plus beaux types de lettres 



262 REVUE DES ETUDES JUIVES 



I. 



Mémoire des poinçons et matrices nécessaires pour parvenir a une 
fonte de characteres hébreux ordinaires. 

(Paris, 1897), pi. 26. — A. Brogiotti, Indice de caratteri con Vinventori e nomi di essi, 
esistenti nella stampa vaticana e camerale (Roma, 1628), f. 11, 60, 61, [V. 41970]. 

— Épreuves des poinçons, matrices, lettres et caractères qui sont dans l'impri- 
merie de Jean Hénault (Paris, 1667), fol. 3-4, [V. 2740], - G. B. Bodoni, Iscrizioni 
esotiche a caratteri novellamente incisi e fusi (Parme, s. d.), p. 8 et 22, |V. 10637]. 

— L. Barbedor, L'Escriture italienne bastarde diversifiée pour toutes les expédi- 
tions qui s'en peuvent escrire, avec quantité d'autres escritures et alphabets de 
la plus-part des nations du monde (Paris, s d.), [V. 2734]. — J. H. G. Ernesti. Die 
woleingerichtele Buchdruckerey , mit hunderl und ein und zwanzig teutsch-latei- 
nisch-griechisch- und hebràischen Schrifffen (INurnberg, 17331, p. 25, 26, 50, 136, 
et surtout 137-151, où se trouvent des observations sur l'bébreu, le judéo-allemand et 
l'hébreu rabbinique, au point de vue typographique. [V. 10626]. — Épreuves géné- 
rales des caractères qui se trouvent chez Claude Lamesle. fondeur de caractères 
d'imprimerie (Paris, 1742), [V. 10523]. — S. -P. Fournier, Modèles de caractères de 
l'imprimerie (Paris, 1742). [V. 10522]. — Epreuves des caractères du fonds des San- 
lecques (Paris, 1757), [V. 25108]. — Fournier, Manuel typographique (Paris, 1776), 
t. II, p. 151 sqq. et 246 sqq., [V. 25111]. — Epreuves des caractères de la fonderie 
de J. L. de Boubers (Bruxelles, 1779), f. 71, [V. 25106]. — G. G. Tâubel, Praktisches 
Handbuch der Buchdruckerkunst (Leipzig, 1791), 2= partie, pi. m, [V. 25114]. — 
C. G. Tâubel, Allgemeines theoretisch-practisches Wôrterbuch der Buchdrucker- 
kunst und Schrieftgiesserey ^VVien, 1805), II, pi. iv, [V. 10633]. — C. Stower, The 
Printer's Grammar (London, 1808), [V. 25121]. — Verharne, Traité complet de cal- 
ligraphie (Paris, 1826), pi. 25, [V. 2763]. — Epreuves des caractères gravés et fondus 
par Cronier (Paris, 1829), cahier signé 10, [V. 10639]. — J. Midolle, Ecritures 
anciennes (Strasbourg, 1834-1835), pi. 8, [Dép. des Est., Kb. 85]. — Silvestre, Paléo- 
graphie universelle : l re partie. Peuples orientaux (Paris, 1841 j. — Picquet, Le Trésor 
calligraphique (Paris, 1842), [V. 2772]. — Proben von Buchdruck-Letlern aus der 
Schriftgiesserei von R. Decker (Berlin, 1851), n<" cm-cvui, [V. 2785]. — A. Sella, Cali- 
grafèa (Rome, 1862), pi. xlix, [Dép. des Est., Kb. 91]. — Etc. — Il serait également intéres- 
sant d'examiner les différents types fournis par les alphabets (manuels d'enseignement 
ou spécimens de types), par exemple : Alphabetum hebraicum, de C. Wechel (Paris, 
1533), [liés. X. 2605]. — Alphabetum hebraicum et graecum, de Gilles de Gourmont 
(Paris, s. d), [Rés. X. 680 bis]. — Alphabetum hebraicum, de Robert Estienne (1543- 
1544\ [Rés. X. 2605-2606]. — Alphabetum hebraicum, de J. Stoer (Genève, 1596), 
[X. 6137]. — Linguarum orien/alium, hebraicœ, rabbinicœ, samaritanœ, syriacae, 
grœcœ, arabicœ, turcicœ, armenicœ alphabeta, d'Antoine Vitray (ou Vitré) (Paris, 
1636), [Rés. X. 714], — Alphabetum hebraicum, de l'imprimerie de la Congrégation 
de la propagande (1651 et 1771), [Rés. X. 705(1) et X. 20382]. — Etc. — Nous n'avons 
pu voir les Alphabeta et characteres jam inde a creato mundo ad nostra usque 
tempora, gravés par T. et I de Bry à Francfort eu 1596, ni, d'autre part, le traité sur 
la fonderie, l'imprimerie et les langues anciennes publié en allemand par C. F. Gessner 
(Leipzig, 1742. 3 vol. in-12) signalés par Fournier. Manuel typographique, t. H, 
p. xiii-xiv. — Pour les ouvrages imprimés en hébreu, on trouve un certain nombre 
de spécimens des différents caractères employés, reproduits dans l'article Typography 
de la Jewish Encyclopedia, t. XII, pp. 295-335. 



LA TYPOGKAPHIE HEBRAÏQUE DE VILLENEUVE 263 

Pour l'hébreu des Bibles il faut nécessairement 4 alphabets ronds de 
différentes grosseurs et que de ces quatres il y en ait deux avec la ponc- 
tuation et les accents. Par conséquent : 

Lettres simples 88 

Lettres dagueschées ... 44 

Lettres finales 20 

Les kaphs avec le schewa et le kamets. 4 

Lettres plus larges, à 15 dans chaque 60 

Points-voyelles pour les alphabets long et bref 20 

Schewa . . 2 

Points composez 8 

Accents, a 36 pour chaqu'un des deux alphabets.. . 72 

Total 318 

Je soussigné Morin de Villeneuve promets et m'engage de faire pour Sa 
Majesté lesdits 318 poinçons et d en f râper et justifier toutes les matrices 
a raison de neuf livres pour chaque poinçon avec la matrice justifiée pour 
chaque poinçon et matrice, faisant ensemble la somme de 

A Paris, ce 21 mars 1722. 

Signé : Bon l : 



Mémoire des poinçons que le sousigné a fait pour Sa Majesté, com- 
mandés par Monsieur Fromont par les ordres de Monseigneur l'abbé 
Bignon, conseillier d'Etat et chef de l'Académie royal des sciences. 

Scavoir : 

Un gros poinçon arabe de sept lettres liées. 
Dix neuf poinçons hébreux. 

Trois alephs de deux corps différents. 

Un net. 

Un theth. 

Un k. 

Trois lamed. 

Deux mem. 

Un phé. 

Un ain. 

Deux tsadé. 

Un schine. 

Trois tau. 

1. Bibl. Nat.. nouv acq. fr., 5843, fol. 25. 



264 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Les poinçons ci dcsus avec leurs matrices a une pistole chacun et sans 
matrice a sept livres S offrant a fournir les matrices justifiées a trois 
livres, quand on luy commandera 

Le sousigné suplie très humblement Monseignur d'ordonner qu'il soit 
payé desd. poinçons a cause de l'extrême nécessité ou il se trouve trouvé 
(sic) aujourduy réduit par raport aux ouvriers qu'il a emploie et qu'il ne 
peut payer le forgeron et l'emprun de 1 argent qu'il a fait pour cette 
ouvrage Ce qui le met dans un desespoir. Il espère que Monseigneur 
plein de bonté et de charité pour le supliant le retirerat de l'extrémité 
où il est réduit ; il priera le Seigneur pour la conservation de la santé 
de Monseigneur. 

A Paris, le 3 juin mil sept cent vingt deux. 

[Signé :) Villeneuve. 

Je reconnais avoir entre les mains les vingt poinçons cy dessus. 

{Signé :) De Fourmont, 
Acarl. et prof, royal. 

\En marge.) Je reconnais avoir receu de Monsieur l'abbé Bignon par les 
mains de Mr Fourmont la somme de cent quarante livres pour le mémoire 
présent. 

Fait à Pari?, le 16 juin 1722. 

(Signé :) Villeneuve ! . 



III. 



Mémoire des nouveaux poinçons hébreux faits par le sieur de Ville- 
neuve : 

Un betz. 

Deux ghimel. 

Deux daleth. 

Trois he. 

Trois vav. 

Deux zaïn. 

Deux yod (le daguessé et le simple). 

Trois kaph (le simple final, avec le kamets et avec le scheva). 

Un lamed alongé. 

Deux noun communs et le final. 

Un mim. 

Un phe final et un ordinaire. 

1. Bibl. Nat., nouY. acq. fr. 5843, fol. 27. 



LA TYPOGRAPHIE I1ÉBKAIQUE DE VILLENEUVE 265 

Un quof. 

Un resch. 

Un tav. 

Un kamets. 

Un phatah. 

Un segol. 

Un segol- sche va. 

Un soph-phasouq : . 

Un quibbuts. 

Le phesiq ' . 

Le thebir ' J . 

Le dzarequah w . 

Le phadzer quaton v . 

Le yetib > dessous. 

Le gueraschim ". 

Le phadzer gadol > dessus. 

Le telischa guedolah q. 

Le dargah s . 

L'atnach ". 

Un second telischa guedola pour faire le quar nei pharah qp. 

Le makkaph ~. 

Le petit o massorethique o. 

Le legarmei / . 

Le meavelah ■'. 

Je soussigné reconnois avoir entre les mains les quarante neuf poin- 
çons hébreux cy dessus. 



Fait a Paris, ce dix sept juillet 1772. 



(Signé :) Fourmont, 
Acad. et pr. royal. 



Je prie M. Guimont de doner a compte sur ce mémoire deux cent 
soixante livres qui fairont avec les cent quarante que j'ai déjà doné sur 
un autre mémoire la somme totalle de quatre cent livres, donés a 
compte aud. S r de Villeneuve. 19 juillet 1723. 

(Signé :) L'abbé Bignon l . 



IV. 



Inventaire des poinçons, matrices et autres ustancils nécessaires pour 
une fonte de caractères hébraïques que le S. de Villeneuve a fait par 
ordre de Monsieur l'abbé Bignon pour la Bibliothèque de Sa Majesté : 

1. Bibl Nat., nouv. acq. fr. 5843, fol. 31. 

T. L1V, n» 108. 18 



266 REVUE DES ETUDES JUIVES 

Scavoir : 
Nombre des poinçons Prix desd. poin- 

de chaque corps. cor \ s ' ma / rices 

1 r et moules. 

Premier corps 37 poinçons 

Second corps 37 — 

Lettres d'aguessées du 2 e corps. 35 — 

Ponctuations du second corps.. . 28 — 

Troisième corps 37 — 

Lettres d'aguessées du 3 e corps. 35 — 

Ponctuations du 3 e corps 28 — 

Quatrième corps 37 — 

Plus deux poinçons arabes 2 — 

Total 276 poinçons à 7 1. chacun. . 19321. » 

Nombre des matrices : 
274 matrices à 2 1. chacune 548 » 

Moules : 
6 moules a 60 1. chacun 360 » 



Total de ce que est deub au S. Villeneuve 2840 1. 

Sur laquelle somme il a receu 2559 1 

Partant il ne lui reste deub que 280 



M. de Fourmont doit se charger du tout après que l'épreuve aura été 
faite. 

Monsieur de Boze a fait la vérification du nombre des poinçons, etc., 
énoncés cy dessus 1 . 



V. 



Je soussigné directeur de l'Imprimerie royale certifie que le septième 
avril mil sept cens vingt sept, il m'a été remis par M. Villeneuve la quan- 
tité de deux cens soixante douze poinçons hébreux et pareil nombre de 
matrices, pour valeur de quoy je luy ay payé par ordre de M. le Duc 
d'Antin la somme de deux cens quatre vingt quinze livres qui luy estoit 
due en reste du prix desdits poinçons et matrices. Je reconnois qu'il m'a 
remis en mesme temps dix moules pour ledit caractère hébreux, pour 
lesquels je ne luy ay rien payé. 

Fait à Paris, le 23 juillet 1729. 

Pour certificat. (Signé :) Anisson '. 

1. Bibl. Rat., nouv. acq. fr. 5843, fol. 24. 

2. Bibl. Nat., nouv. acq. fr. 5843, fol. 46. 



NOTES ET MÉLANGES 



NOTES EXÉGÉTIQUES ET GRAMMATICALES 



4. ISAÏE, XLIX, 26, ET LI, 23. 

Certains exégètes 1 proposent de corriger dans Isaïe, li, 23, *^yyn 
en "pTO, d'après xlix, 26. C'est l'inverse qui paraît plus juste. Le 
verbe nrrr « surfaire, tromper » est faible dans la phrase : « Je ferai 
manger leur propre chair à ceux qui te surfont. » On attend plutôt 
« à ceux qui t'affligent ». De même, dans li, 23 : « Je mettrai (la 
coupe de ma colère) dans la main de ceux qui t'affligent. » 

2. Isaïe, lut, 3. 

La construction de la phrase : na»» D"»3d nnottm est bien difficile à 
expliquer. On traduit: Et {il est) comme {un objet à) cacher le 
visage de lai, nno^ étant considéré comme une sorte d'infinitif. 
Nous proposons de corriger nnottsi ^bn en nnon n^bn. La propo- 
sition entière devient: « Cest un homme de douleurs et un être 
exposé aux maladies. Nous avons détourné la face de lui et nous 
l'avons méprisé. » Le mot trbn est au pluriel comme mato», et 
■Dtttt D->2s nnosn devient parallèle à inaaran abi rtT33 / où nous prenons 
nns pour la première personne du futur. Peut-être faut-il lire 
"irsTayi, les deux vav du commencement et de la fin étant tombés à 
cause des vav des autres mots. 

1. Marti, Das Buch Jesaia, a. . 



268 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



3. Ps., x. 



On sait que Tordre alphabétique de ce psaume a été singuliè- 
rement méconnu par les copistes, et, jusqu'ici on n'a pas réussi à 
le retrouver entièrement. Les commentaires modernes ont bien 
vu que la strophe noûn commence à yan (v. 3). Mais, que nous 
sachions, on n'a pas pu découvrir le samekh. C'est que le mot qui 
le contenait a été altéré. Au lieu de ûvtb (v. 5) il faut lire no *, et 
la phrase "naatt ^puDictt "no « tes jugements sont écartés de devant 
lui » devient très claire, tandis que dtto « hauteur » donne un sens 
très forcé et ne cadre pas du tour avec Twatt. Le samekh était suivi 
ûupé prrs au verset 7), puis du ayin (vw dans le verset 8). Nous 
supposons que le verset 10 devait commencer par p"HX. — Le verset 
commençant par mêm devait se trouver entre le verset 2 et le 
verset 3. (Dans ce dernier verset nous proposons de lire : bbn[mj "O 
*pn yxz 1U5D3 Ji]m«n by Jizn « car le méchant se loue de son désir, 
l'homme avide se vante lui-môme ».) 

• 

4. Ps., xxix, 10. 

Le mot b-Qttb n'a ici aucun sens, et, d'ailleurs, ce mot est tou- 
jours accompagné du mot û"^. Nous ne croyons pas nous tromper 
en supposant, d'après la seconde partie du verset, que le Psalmiste 
avait écrit yhrb ou un mot du même genre. Les Psaumes xcvi à 
xcix, où l'on proclame aussi le règne de Dieu, sont tout à fait 
analogues au psaume xxix. Il est à noter que la première partie du 
verset xxix, 10, est trop courte, d'après le rythme, car le psaume 
est composé d'octamètres. Peut être le mot mo du verset 9, dont 
la fin est tout à fait altérée, doit-il être rattaché au verset 10, qui 
se traduirait : « La gloire de l'Éternel s'est assise pour régner, 
l'Éternel s'est assis en roi pour toujours. » 

5. Néhémie, vin, 8. 

Le participe unbtt est très difficile à comprendre, quoique les 
exégètes ne s'y soient pas arrêtés. Le participe n'est guère em- 
ployé en hébreu comme adverbe, et il paraît superflu de dire que 

1. M. Chajes, dans son commentaire des Psaumes, édition Kahana, a expliqué 
DV173 par "10173 « écarté ». 



NOTES ET MÉLANGES 269 

les lévites lisaient clairement le texte de la loi. On évite ces diffi- 
cultés en admettant que le mém de uns» est une dittographie du 
mém final de tmbatt, et qu'il faut lire c-jb et rattacher cet infinitif 
à bsra DTO. Le texte se traduira donc : « Et ils lurent dans le livre, 
dans la Loi de Dieu, en l'expliquant et en y mettant de l'intelli- 
gence, et ils firent comprendre la lecture. » 

6. Le déplacement de la voyelle des consonnes gutturales 
après le « sc 11 e va ». 

Nous avons déjà donné un assez grand nombre d'exemples de ce 
phénomène dans le tome L de cette Revue, p. 262. Voici encore 
quelques autres mots où le même changement de vocalisation se 
produit. srçrn (Gen., xliii, 29; Is., xxx, 19) est pour sprr, La voyelle 
du hêl a passé au yod et le noun a perdu son daguesch , a^bnia 
(Jér ., xxix, 8) est pour D^nbrra; Q-nxxnT? (I Ghr., xv, 24) est pour 
D'natattTa ; D'hit*» (II Ghr., xxvm, 23) pour D"Hto». L'absence de la 
voyelle i montre bien que nous avons ici des piel et non pas des 
hif'il. wwp (Ps., v. 13) pourrait être aussi le piel, cette forme, 
étant la plus usitée dans ce verbe. De même, dans nanç^n (Ps., lxv 
10) et sfâniôjn (I S., xvn, 25 le piel expliquerait mieux le scheva de 
la deuxième radicale que le hif'il. Enfin niia*b (Ezéchiel, xxm, 21) 
serait pour nibyb piel comme w? (ibid., v. 3 et 8). 

Mayer Lambert 



LA SEPTANTE SUR I SAMUEL, V, 6, 9 

Les passages du Midrasch cités par M. Aptowitzer 1 constituent 
assurément des parallèles aux additions énigmatiques que la Sep- 
tante présente sur I Sam., v, 6, 9. Mais il me semble que la source 
aussi bien de la traduction grecque que de l'aggada doit être 
cherchée, non dans une légende inconnue, mais dans le texte 
biblique lui-même. Gomment la Septante a-t-elle compris ûmna 
ou n-'bD*? Dans Deutér., xxvm, 27 où elle rend ûhxe *prrcn ■« rosi 

d^bo^DI par : 7ra"rx;a'. es Kôpioç êXxet Alyumiio eiç tyjv èôpav, elle a 
1. Plus haut, pp. 56 et suir. 



270 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

laissé de côté le i de û^bwsi et traduit le mot par « rectum », 
siège de la maladie. Tout de même dans I Sam., v, 3, dm» 'p 
d-'bD^n est rendu par xoà kiziT<xZev aù-roùç elç xàç l'Spaç aùxojv. Les Amo- 
raïm ont également vu dans ce terme la désignation d'un endroit 
du corps ( : ûm*73 ros -itok tt"«pb p *jv»«j "m p'Hina ûnb •nrwn 
înroa rPE^sn Dm*E roa -raa ï»ns -p baraiu m .mr*oa mwnn; 
ce serait donc le rectum 2 . Et ce pourrait être la raison pour 
laquelle le mot d^d?, entre autres, doit, d'après la baratta 3 , être 
lu différemment. 

D'autre part, le traducteur grec aussi bien que l'aggadiste ont 
vu dans û"mna ou û^bo?, non seulement le rectum, mais encore 
une sorte particulière de meuble pour s'asseoir. C'est ainsi qu'on 
lit dans le passage du Midrasch des Psaumes (sur lxxviii, § 11) cité 
par M. Aptowitzer : crbœmo D"nmn }n inn m -nn mzn rrom "«a-i n^a 
• tr-nnaa ûms *p inniv OTnàbo bia D^nnayn )n ibsn ^wpn na *pn 
ypa nbi? [-da^n] mmo ïi?ai marra bia '' boDon b* ator incbcî! mn 
■n*» 133 aBiizn nbv mm TOSJtt boDon. Ici les mots oms "p 
ûmnaa sont traduits : « il les frappa au travers des sièges d'ai- 
rain ». Le passage parallèle du Midrasch Samuel, x, 4; xi, 6 est 
encore plus clair : 3izm mn ; w=> an D-m^mn b* ■" Y 1 ^aa™ 
. ûinnb -ib Tvm T'y» ^3 na attiiai annnn p nbi? -nasn 5 -nnaa 
■ ûmn - j3 uns "p D^'ôn D^TTrasn hy ■« t ^aarn aTon ann K*n 
bu: imbia 15» bosob -rana naay mn .n^boss nnb d^di? nvrib i-im 
boDon mm ."jônatu -«72b maa in /imna nnai obun mm nïïwXiD ■»» 
. . .Dinnb "ib Tin v3>e ^3 a attirai ûinnn 1» nbu naaan ?pa3. Ainsi le 
Philistin est assis sur une chaise ordinaire (mnaa) et la souris lui 
arrache les intestins ; pour se protéger, il se fabrique une chaise 
d'airain, mais celle-ci se fend devant la souris 6 . Gomme omna est 
expliqué ici par « intestins », il semble que ce mot ait deux signifi- 
cations, à moins que trbw désigne le rectum et omna les chaises, 
ou inversement. 

1. Midrasch Samuel, ch. xi, 6 ; Psaumes Rabba, xcm, 4. Cf. Bâcher, Ag. Pal. 
Amor., I, 378, 9. 

2. Inversement le Targoum de Ps., lxxviii, 66, rend "nnK 1"HX "pi par : Nnttl 

•pm-nrtNa ariinaa ^^vn. 

3. Meguilla, 25 6; Tosefta, iv, 40. 

4. Manuscrits et éditions portent bDOr: by 3101* ; de même Yalkout Machiri, 
sur Ps., lxxviii, § 53; Midrasch Samuel, x; cf. Tos. Aboda tara, vi, 3: "pbDOH 

nwmnpm (pour ■pboso). 

5. Jastrow, p. 528 a, lit "nnaa, mais le passage parallèle, qui porte by 3101" 1 
bDDTl, contredit cette lecture. 

6 Les souris ne sortent pas de la mer, mais de trous souterrains; dans la langue 
rabbinique ainn ne signifie pas la mer, mais ce qui se trouve sous terre, comme, 
par exemple, dans Dinm "13p. 



NOTES ET MELANGES 271 

Si donc la Septante, dans I Sam., v, 9, rend omncs Drrb -nnizn 
par : xaî liroi7)9av o ; . rexôaïoi êauTouç êSpaç, c'est simplement qu'elle 
a lu D^mna Dfib to^I et vu dans D^nna ou û^bs? des chaises. 
La Vulgale, en disant : Inieruntque Gethai consilium et fecerunt 
sibi sedes pelliceas, donne une traduction double, où la dernière 
phrase reproduit la Septante, tandis que la première explique 
■nnum, comme ■nno^, « tonner un conseil secret ». La mention 
des peaux paraît due à une mauvaise lecture du texte grec, car 
Théodoret * cite d'après la Septante : xb 8s iicoi-tpaN éauToîç ol Tez- 
8aïoi eSpaç ^puaaç : « sièges dorés » ; y a-t-il eu une confusion entre 

[Jupffivoç et yzufjioç, ? 

Dans l'addition de la Septante au verset 6 . xal iwffloeftv aùxolç 

xa-. s;sÇs<7sv aùxotç eîç xàç vaiïç xal [xéaov ttjç jçaipaç aùx^ç àvecpùr^av 

[xueç 3 , les û^mna ne figurent que dans le Codex A, qui remplace 
les navires, dont la mention est tout à fait incompréhensible, par 
les sièges (ISpoç). Il est vrai que la Vulgate porte : Et ebullierunt 
villre et agiï in medio regionis illius et nati sunt mures et lac ta est 
confusio magna in civitate ; au lieu de vauç nous avons villae, mai- 
sons de campagne. Peut-être y avait-il aùXàç ou vaoùç, à cause du 
verset 3 ; vaUç est sûrement une faute. 

Remarquons, pour finir, que saint Jérôme a traduit Drsb "nnum 
ûT?D*n par : Et computrescebant prominentes extales eorum. Inie- 
runtque Getthai consilium et fecerunt sibi sedes pelliceas; il a vu 
dans D^boy le rectum, non une maladie. 

Ad. Buechler. 



HÉRODOTE ET LE TALMDI) 

Josèphe raconte — évidemment d'après Nicolas de Damas — 
qu'Hérode le Grand, après le supplice de sa femme, la première 
Mariamme, fut saisi d'un désespoir confinant à la folie. Dans son 
égarement, il lui arrivait d'oublier que la reine était morte, de 
l'appeler à grands cris, de la faire mander par ses serviteurs 3 . 

Cette explosion de tardifs regrets, dont il n'y a lieu de sus- 
pecter ni l'authenticité ni la sincérité, paraît avoir frappé vivement 

1. Quœst. X in Reg., p. 363a ; cité; par Field, Origenis Hexapla, sur I Sam., v, 9. 

2. V. Wellhausen, Der Text der Bûcher Samuelis, pp. 59 et suiv. 

3. Josèphe, Bell., I, 22, o (443). Ant., XV, 7, 7 (240). 



272 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

l'imagination des contemporains. Elle donna lieu à une bizarre 
tradition rabbinique, recueillie dans le Talmud et dans le Midrasch, 
selon laquelle Hérode aurait conservé, pendant sept ans, le corps 
de Mariamme dans du miel, afin de pouvoir satisfaire encore sa 
passion sur elle *. 

Le commerce répugnant avec un cadavre de femme constitue 
une aberration physiologique que l'antiquité a connue aussi bien 
que notre époque. Hérodote rapporte qu'un embaumeur égyptien 
avait été une fois surpris se livrant à une profanation de ce genre, 
et que c'est pour en éviter le retour que, de son temps, les cadavres 
de femmes distinguées par leur noblesse ou leur beauté n'étaient 
remis à l'embaumeur que trois ou quatre jours après la mort 2 . 

Mais ce qui est curieux, et ce que n'a relevé aucun des commen- 
tateurs de Yaggada en question, c'est qu'une fable tout analogue 
avait cours au sujet d'un des plus célèbres tyrans grecs, un pro- 
totype hellénique d'Hérode, le fameux Périandre de Gorinthe. 
Périandre, selon Hérodote 3 , avait tué sa femme Mélissa (d'abord 
appelée Lysidé). Or, un jour qu'il envoya consulter l'oracle de 
TAchéron, le fantôme de Mélissa, évoqué par les prêtres, refusa 
de lui donner réponse, sous prétexte qu'elle souffrait du froid, 
Périandre ayant négligé de faire brûler les vêtements qu'il avait 
déposés dans sa tombe. « Pour attester la véracité de mes paroles, 
ajouta le fantôme, dites à Périandre qu'il a placé ses pains dans 
un four éteint. * A ce tirait Périandre reconnut qu'elle disait vrai 
« car il avait eu commerce avec Mélissa déjà morte '* ». 

A l'analogie des caractères et des situations — tous deux tyrans, 
tous deux meurtriers de leur femme, tous deux saisis de repentir 
et aimant leur victime après sa mort — vient se joindre l'identité 
du trait final ; la seule différence c'est que le récit rabbinique, 
versant dans une exagération absurde, au lieu d'un acte passionnel 
unique, suivant de près la mort (puisque Mélissa fut brûlée), nous 



1. Talm. Bab., Baba Batra, 36; Kiddouschin, 70 6; Sifré sur Deut., nu, 22 (où 
le mot a l'acte d'Hérode» parait passé eu proverbe). Cf. Derenbourg, Essai, p. 152; 
de Saulcy, Histoire d'Hérode, p. 173, etc. 

2. Hérodote, 11, 89. 

3. Hérodote, III, 50. Ephore ap. Diog. Laert., I, 7, 94, dit qu'il la tua par jalousie, 
sur de faux rapports de ses concubines. 

4. Hérodote, V, 92, 7 (18). Ce récit fait partie du long discours du Corinthien Sosiclès, 
librement inventé par l'historien, mais où il a recueilli plusieurs traditions corin- 
thiennes. Cf. Wilanaowitz, Philol. Unters., I, 115. Hérodote parait être la source de 
Nicolas de Damas, fr. 59 (à travers Ephore?). On a vu une allusion à ce récit dans 
Sénèque, De ira, II, 36 ad fin. : transfoderunt itaque amata corpora, et in eorum 
quos occiderant jacuere complexibus. 






NOTES ET MÉLANGES 273 

parle d'un cadavre embaumé et d'un commerce prolongé pendant 
sept ans. A cela près, la ressemblance des deux récits est si frap- 
pante qu'il est difficile de la croire fortuite. Puisque ni l'un ni 
l'autre ne peuvent passer pour historiques, il reste à supposer ou 
bien que le premier auteur de notre aggada avait lu Hérodote, 
Ephore ou Nicolas, ou bien qu'il y a là un motif de folklore uni- 
versel, particulièrement de folklore oriental, qui a trouvé son 
chemin, par des voies diverses, à la fois dans Hérodote et dans le 
Talmud. J'inclinerais volontiers vers cette deuxième explication *. 

Théodore Reinacu. 



ESSAI 
DUNE NOUVELLE EXPLICATI N DE L'EXPRESSION NQTPN1 



L'expression awrrw se trouve dans le Talmud de Babylone 
d'innombrables fois et toujours avec le même emploi : quand on 
nomme l'auteur d'un enseignement, on ajoute souvent que la tra- 
dition connaît encore un autre auteur, et c'est dans ce cas qu'on 
fait précéder le nom de cet autre du terme atnn^o, écrit généra- 
lement en un mot, rarement ntoti "m Par exemple, dans Bera- 
chot, ob, on lit en tète d'une interprétation dTsaïe, xxxvm, 2 : 
■nb p JUD-im 'n w^m m inn min* 1 m n»«, c'est-à-dire : R. Juda 
a rapporté l'enseignement au nom de Rab, mais on nomme aussi 
R. Josué b Lévi comme l'auteur de ce dire. Ou encore Neda?im, 
78 « : priv -ai Narrai «non m 2 . 

Cette expression n'a pas encore reçu d'explication satisfaisante. 
Levy 3 y voit un composé de ma et de a^a « il en est qui disent, 
d'aucuns disent »; kek est un parfait supposé par Levy 4 et se 

1. On consultera sur la nécropkilie dans l'anthropologie et le folklore l'ouvrage 
de Ploss-Bartels. Das Weib (6 e édition), II, 659. Ploss cite le texte d'Hérodote sur 
les embaumeurs égyptiens, mais il est muet sur Périandre et sur Hérode. Le cas de 
nécrophilie mystique et antichrétienne que Goethe a mis en scène dans son admirable 
ballade, La fiancée de Corinthe, n'appartient qu'au domaine de l'imagination. 

2. Cette hésitation de la tradition touchant la paternité d'un enseignement est éga- 
lement exprimée par nb *"15CWV 

3. Neuhebr. Worterb., I, 72. Cf. C. Levias, A Grammar of the Aramaic Idiom 
contained in the Babylonian Talmud (Cincinnati, 1900), § 410. 

4. Ibid., 92. 



274 REVUE DES ETUDES JUIVES 

rapporterait aux formes apocopées du verbe *ro«. Mais ce parfait ne 
se trouve nulle part, de plus il faudrait après 'ma le pronom relatif 
X comme dans l'expression •ntttn n^k 1 . — Kohut 2 accepte l'ex- 
plication de Levy, mais propose, de son côté, de considérer N^m« 
comme composé de ma et de nevi : « c'est si tu dis », c'est-à-dire 
« si tu veux dire ». Le caractère forcé de cette explication saute 
aux yeux, sans compter qu'ici encore la particule relative manque 
devant nbti. — Dalman 3 explique notre expression comme un 
itpeel : « et il est rapporté (une autre version encore) ». Cette 
opinion est à rejeter ne fût-ce que parce qu'on trouve à chaque 
pas dans le Talniud de Babylone la forme -ncrPM comme itpeel 
de n»a. 

Moi-même, dans mon livre sur la terminologie des Amoras \ 
j'ai expliqué cette expression comme une abréviation elliptique 
de ÉW3-W a*rn W, « si tu dis, dis », c'est-à-dire : si tu veux indiquer 
un autre auteur, fais-le. Mais, quoique cette explication rende 
compte sans violence des deux éléments de l'expression (a^n ^ 
-ttrn i-ia =), on ne peut cependant pas la considérer comme satis- 
faisante. 

Je propose maintenant de voir dans notre terme l'abréviation 
d'un autre terme qui, lui aussi, revient très souvent dans le Tal- 
mud de Babylone, je veux dire: n72>n nw«. Ce dernier est 
employé quand on indique une seconde solution d'une difficulté, 
comme on voit dans les deux passages cités par Levy : B. Kamma, 
19 6 et o3 b 5 . A la place de awa rrwa, on trouve aussi nwwi 
k*p« [Berachot, 3 a, 7 b\ Meguilla,§ b). Quand on veut donner 
en même temps une double explication, on a coutume de se 
servir encore de la formule : swa nww . ..atto^a nww < Rosch 
Haschana 27 a). En règle générale, on écrit nw»a, p^aw, en un 
mot; l'orthographe scindée m» ^ nva ^o ne paraît pas origi- 
nale. C'est de kep« nww que provient - c'est du moins ce que 
je voudrais admettre — l'abréviation N^mai, soit qu'elle fût déjà 
faite dans le parler ordinaire, soit qu'elle fût due seulement à la 

1. Buxtorf, Lexicon Chald.-Talm., col. 134, dérive notre expression de n?2N rPN 

(= nttiN w). 

2. Aruch complelum, I. 73. 

3. Aramàisch-neuhebràisches Wôrterbuch, p. 21. 

4. Die exegetische Terminologie der judisclien Traditionslittcratur, II, 4. 

5. Levy, I, 247 a, en bas Kohut (II, 137 6) ne donne également que ces deux textes. 
De même pour l'expression netpni, qui se trouve dans des centaines de passages, 
il n'indique aucun autre exemple que ceux de Levy. De tels détails confirment le 
jugement que j'ai porté sur la dépendance du Dictionnaire de Kohut vis-à-vis de Levy 
(v. Z. D. M. G., XLVII, 496-497). 



NOTES ET MELANGES 275 

transcription fréquente de l'expression. Ainsi est né nTj^n rwi* 
et une nouvelle contraction a donné NT^m&o. Ce terme signifie 
donc simplement : « si tu veux, dis », c'est-à-dire : tu es libre 
d'attribuer renseignement à l'auteur nommé en seconde ligne. 

W. Bâcher. 



DEUX CORRECTIONS AUX POÉSIES DE SAMUEL IIANAGIÏD 

1. — Dans le poème du Naguid adressé à Joseph b. Hisdai, qu'on 
lit dans l'anthologie de Brody et Albrecht 2 , le distique 20 est ainsi 
conçu : 

&b ont ann rms i:in rr 

C'est en vain qu'on s'efforce de trouver un sens à ces mots. Ils 
ne deviennent compréhensibles que si l'on corrige a'ain en ^pin et 
iU3E>3 en ■»»e>3. Le poète dit : je donnerais ma fortune pour qu'elle 
servît de rançon au maître (le destinataire du poème), et si elle ne 
suffisait pas, je donnerais même ma vie pour lui. C'est une façon 
de parler bien connue pour exprimer le dévouement prêt à tous 
les sacrifices "onn et ^iods ont pu facilement devenir mi et -noca. 

2. — Le beau poème que l'auteur est censé réciter auprès du 
tombeau de son frère débute ainsi 3 : 

i ... •• ... T -. 

Tel ne peut pas avoir été le texte du commencement du poème, 
car, dans un premier distique, les deux moitiés du vers devraient 
avoir la rime constante de la poésie (sjn-, ou plus exactement ^p-). 
Mais il n'est pas difficile de rétablir la rime; au lieu de ^rm, il 
suffit de lire ^ni^rn t cf. ûnm, ■wmM dans l'hébreu biblique). Le 
suffixe anormal ï| : , pour sp-, est une licence poétique, qu'on peut 
justifier par ïjnbtt, au lieu de ïpnstt, dans Deutér., xxvm, 54. 

W. Baguer. 

1. Buxtorf, l. c, atteste l'existence de l'orthographe NE'^mN'l. 

2. Seuhebràische Dichterschule, p. 30. 

3. Op. cit., p. 32. 



276 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



LU NOM DE ISA PORTÉ PAR DES JUIFS 

On sait que le fondateur du christianisme est appelé dans le 
Koran 'Isa (^1**) et que diverses tentatives ont été faites pour 
expliquer ce nom singulier. Landauer, suivi par Nôldeke \ croit 
qu'il faut le rattacher à Esaii (iiû:ri et que Mahomet Ta entendu de 
la bouche des Juifs, qui désignaient ainsi Jésus par aversion, de 
même que Rome reçoit, dans le Talmud et dans le Midrasch, la 
dénomination d'Édom. Mais J. Derenbourg 2 objecte avec raison 
que le nom d'Ésaii est transcrit en arabe qo+s. ou ^*jac. Quant à 
sa propre explication, d'après laquelle w serait, par changement 
du waw final en yod et du yod initial en alef, devenu ■ , D" , n, forme 
qui se serait facilement modifiée en ^©-tf (^ut), elle me paraît 
très forcée. Celle de Fraenkel 3 est bien plus séduisante ; pour lui, 
le ac initial repose sur une faute auditive, tandis que la syllabe 
finale a été changée en ^ pour obtenir une consonnance.avec 
Moûsâ {\£»y>)> On trouve en effet dans le Koran plusieurs de ces 
analogies de forme pour les noms bibliques; exemples : Hâroûn 
(Aaron et Kâroûn (doré), Tâloût (Saûl) et (Djâloût (Goliath), 
Yâdjoûdj (Gog) et Mâdjoûdj (Magog) ''. 

Or, le nom de 'Isa était assez répandu chez les Arabes, mais la 
question est de savoir s'il a été porté également par des Juifs dans 
les pays musulmans. Il est vrai que celui de 3nto\ dont w est 
l'abréviation, ne se trouve pas. que je sache, depuis l'ère chré- 
tienne, et le dernier personnage connu qui l'ait porté est Ben 
Sira ou son père 5 , mais la forme ^o"»* a-t-elle également excité 

1. Z. D. M. G., XLI, 720, n. 2. 

2. R E. J., XVIII, 127-8. 

3. W. Z. K. A/., IV, 336. Cf. Sycz, Ursprung und Wiedergabe der bibl. Eigenna- 
men im Koran (Francfort-s.-M., 1903), p. 62. 

4. Dans la littérature post-koranique on trouve encore Kàbil (Caïn) et Hàbîl (Abel), 
cf. Geiger, Was hal Mohammed aus dem Judenthume aufgenommen ? 2 e éd., p. 101. 

5. Si la souscription du Sirach hébreu (N-pO "ja "IT**?» p 3HU}" 1 *p "p^EE n73Dn), 
qui concorde avec l'indication de Saadia dans son Se fer ha-Galouï (publiée par Harkavy, 
Stud. u Mitt., V, 151, I. 11 ; v. ibid., p. 200), est authentique. - On trouve dans 
Josèpbe plusieurs personnages de la fin du second Temple qui portent le nom de 
Jésus, notamment des grands-prêtres, et il s'agirait de savoir s'ils s'appelaient en bébreu 
?1Z)T"P <>u y\iD^- Sans doute le Jésus fils de Gamaliel mentionné par Josèpbe Antiq., 
XX, ix, 4, etc.), pour prendre un exemple, correspond au 60733 *|a ytïJirP du Tal- 
mud (Yebamot, vi, 4, etc.). Mais il est possible néanmoins qu'il s'appelât 3H1Ï3* et 



NOTES ET MÉLANGES 277 

l'aversion des Juifs dans des pays non chrétiens ? D'après Stein- 
schneider ' aucun Juif ne s'est appelé 'Isa et il faudrait admettre 
que ceux qui le portent avaient quitté le judaïsme. Il me semble 
qu'il n'en est pas ainsi et que, si rarement que ce nom se rencontre 
chez des Juifs il n'était pas cependant totalement banni. Je vais 
donc énumérer d'abord les quelques personnages qui l'ont porté. 

1° En premier lieu il faut citer Abu 'Isa al Isfahâni, fondateur 
d'une secte, qui florissait à l'époque du calife Abd al-Màlik ibn 
Merwân (685-705). Son nom hébreu aurait été Obadiaou Isaac (ben 
Jacob) -. Quoique 'Isa ne soit ici qu'une « Kounya », ce nom n'en 
servait pas moins tellement à le caractériser que ses partisans s'ap- 
pelaient 'Isawites rmo** ou 'Isûnites (rpsio**) 3 . Certes, Abu Isa 
a émis de singulières théories; il enseignait, par exemple, que 
Jésus et Mahomet étaient aussi des prophètes, avec cette diffé- 
rence que Dieu les avait envoyés, non vers les Juifs, mais vers les 
peuples païens seulement 4 ; mais rien n'indique qu'il eût aban- 
donné le judaïsme. On rapporte, au contraire, que des Juifs ont 
été jusqu'à s'allier avec les Isawites 5 . Ce qui est curieux, c'est 
que le nom complet de ce sectaire aurait été, d'après Ibn Hazm, 
Mouhammed b. c Isâ, ce qui obligerait à admettre qu il s'était 
converti à l'Islam, car un non-mahométan ne pouvait pas prendre 
le nom du fondateur de l'Islam 6 . Mais l'assertion de Ibn Hazm 
n'est confirmée par aucune autre source, ce qui m'a porté à 
conjecturer que ce nom lui a été appliqué plus lard par artifice, 
afin d'indiquer par là qu'il considérait Jésus et Mahomet comme 
des prophètes T . 

2° Le second porteur connu du nom de 'Isa est un contempo- 
rain de ce sectaire : 'Isa b. Mdsardjis, dont l'auteur du Fihrist, 
Ibn al Kifti, et Ibn Abi Oçeibia mentionnent deux ouvrages : l'un 
sur les couleurs, l'autre sur les odeurs et les saveurs. Il était, ainsi 

que plus tard, quand ce nom fut devenu inusité, on l'ait orthographié ycirp ; car si 
la forme grecque 'IrjrîoOç ne choquait personne, pourquoi la forme héhratque y*W^ 
aurait-elle choqué? 

1. J. Q. fi., XI, 481, u» 529. 

2. Voir en dernier lieu, sur lui, Jew. Encycl., VI, 646 

3. V., par exemple, Kirkisàni. éd. Harkavy, p. 284, 1. 11 : 1?a riyWZZ pUÎ?n31 
(Var. : rmo^jbfita) rr:no*yrN3 pDiy^ n3Nni:N. Or, c'était parfois l'usage, 
chez les Arahes, d'appeler les partis et les sectes, non d'après le nom de leur fonda- 
teur, mais d'après celui de son père; v. Goldziher, Z. D. M. G., LXl (1907), 75, n. 2. 

4. C'est pourquoi, de tous les chefs de sectes juifs, il est le plus fréquemment cité 
par les auteurs arahes, v. J Q. R., XVI, 770. 

6. V. Kirkisaui, l c, p. 312 en haut, et Kaufmann-Gedenkbuch^ p. 171. 

6. Cf. Steinschneider, ./. Q. H., IX, 609. 

7. J. Q. H., XVI, 770. Cf. aussi mon Zur jud.-arab. Litteratur, p. 84. 



2/8 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

qu'il ressort notamment de Ihn Abi Oçeibia, fils du célèbre Mâsar- 
djaweihi, appelé également Masardjis. qui vivait à Basra dans la 
seconde moitié du vu 8 siècle et qui est connu comme étant le pre- 
mier Juif qui ait écrit en arabe '. Steinschneider 2 dit aussi de cet 
l Isâ qu'il était peut-être sorti du judaïsme. Mais, s'il en était ainsi, les 
sources arabes n'auraient pas gardé le silence sur ce détail. Elles 
ne manquent jamais de le relever quand il y a lieu et vont même 
parfois jusqu'à préciser les circonstances dans lesquelles certains 
savants juifs sont devenus infidèles à leur foi, comme pour 'Ali b. 
Rabbân at-Tabari, Sind b. 'Ali 3 et d'autres encore. 

3° Le troisième personnage du nom de 'Isa appartient encore 
plus sûrement au judaïsme. Le Fihrist rapporte qu'Ibn al Râwendi, 
le fameux libre-penseur arabe du ix e siècle, qui fut persécuté à 
cause de ses opinions hérétiques, reçut l'hospitalité du Juif 
'Aboû 'Isa b. Léwi de 'Ahwâz en Perse, qu'il composa pour son 
protecteur la plupart de ses ouvrages hétérodoxes et mourut 
dans sa maison''. Ici le nom de Léwi ne permet aucun doute, 
quoique le nom de 'Isa n'apparaisse de nouveau que comme une 
« Kounya ». 

On peut donc admettre avec assurance que, dans les pays de 
l'Islam, les Juifs ne craignaient pas de prendre le nom de e Isâ; 
peut-être remployaient-ils comme équivalent de wirp 5 . Si le nom 
de y\w ne se rencontre pas parmi eux, on trouve, par contre, en 
Orient celui de to-iet (Yeschou'a), qu'on peut considérer comme 
un allongement de ym* 6 . On le constate pour la première fois au 
xi e siècle, dans quelques documents de la Gueniza \ puis chez 
deux auteurs caraïtes bien connus de ce siècle : l'auteur du Mou- 
schtamil, qui s'appelait sans doute en hébreu Aron b. Yeschou'a 

1. Sur le père et le fils voir en dernier lieu mon article dans Monalsschrift, XLIX 
(1905), 43-44. 

2. Z. D. M. G., LUI, 433; Die arab. Literatur d. Juden, p. 15 en haut. 
3.^C'est ainsi, par exemple, qu'on dit de ce dernier dans le Fihrist, p. 275, 1. 2 : 

4. Ce passage manque dans l'édition du Fihrist, mais il se trouve dans un autre 
manuscrit, d'après lequel il a été publié par Houtsma (W. Z. K. M.. IV, 223) : j6\^ 

iy J^jJi. Cf. mon Hiwi ha-Balkhi, p. 22 (= Ha-Goren, VII, 129). 

5. Il est vrai que le nom gnCtf-p est écrit chez les auteurs arabes tâ^. 

6. Voir une autre explication donnée par M. Bâcher, R. E. ./., XXVIII, 290. 

7. Par exemple : Yeschou'a Kohen b. Joseph, à Alexandrie en 1029 (J. Q. /?„ XIX, 
250), Yeschou'a ha-Lévi b. Abraham, à Fostât en 1030 (Ms. Bodl., 2805*), Yeschou'a 
b. Abraham, également à Fostât, en 1085 {ibid., 2878 1 » 3 ), peut-être identique avec le 
précédent, etc. 



NOTES ET MÉLANGES 279 

(en arabe : Abou-1-Faradj Haroùn I). al-Faradj) ' et YeschoiVa b. 
Yehoùda (en arabe : A.bou-1-Faradj Fourkân I). 'Asad). On remarque 
du môme coup que ce nom avait pour équivalents le synonyme 
arabe Faradj el la forme arabisée du syriaque Fourkânà (fittp-ns). 

Samuel Poznanski. 



LA VERSION ESPAGNOLE DES ALPHABETS DE BEN SÏRA 

Le fragment de la version espagnole des Alphabets de Ben Sira, 
qu'on doit remercier M. Schwab d'avoir publié 2 , présente avant 
tout un intérêt culturel : c'est, autant que je sache, la première 
production judéo-espagnole éditée de la Gueniza du Caire. Mais il 
a aussi un intérêt bibliographique, car on ne connaissait pas 
jusqu'ici de version espagnole de ce curieux opuscule. Il est vrai 
que van Slraalen en cite une dans son Catalogue, p. 24 a, sous ce 
titre : nt»o "p *n rrann nb "VH3tar« n« Tiaan ...tfTO p nso [Smyrne?], 
5619 [1859], in-8° ; mais le mot rrasn suffit à montrer qu'il s'agit du 
Sirach apocryphe. Kayserling 3 aussi ne connaît qu'une traduction 
de ce dernier par Israël Bahor Haïm (Vienne 181 8). 

Il ne vaut pas la peine de s'étendre sur les variantes du texte 
que contient le fragment; par contre, il est nécessaire de corriger 
d'après l'original 4 les indications relatives aux. études du précoce 
Ben Sira. C'est ainsi qu'il faut lire, p. Hl, 1. 5 d'en bas : miDtti anptt 
au lieu de rmn ï-dtd»; mbra provient de mbra ; les mots nsv et 
nvn ont été ajoutés : ainsi Ben Sira comprenait la langue des 
planètes, des oiseaux et des animaux, détail qui n'a pas son cor- 
respondant dans l'original. Enfin, avant la dernière phrase, qui dit 
qu'il n'y avait ni grande ni petite chose que Ben Sira n'eût apprise, 
il manque l'indication qu'il en fut ainsi dans sa septième année 5 . 

Or, il est facile de voir que ces données imitent le récit talmu- 

1 . Probablement identique avec relui qui est nommé dans le D*N*ipm D^ÏDin plbn 
(dans Pinsker, Likkoutê Kadmoniot, p. 106, 1. 15). Cf. aussi mon Aboul- Faradj H aroun 
ben al-Faradj, p. 31 {= R. E. J., XXXIII, 216: . 

2. Revue, LIV, pp. 1 01-1 12. 

3. Biblioteca EspaTiol-I'ortur/eza-Judaica, pp. 28, 51. Cf. aussi Grùnbaum, Jiidisch- 
spanische Ckrestomalhie, p. ii. 

4. Ed. Steinschneider, fol. 20 ^. 

5. Cela répond à la remarque de M. Sclnvab, p. 111, n. 9. 



280 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

dique sur la science universelle de Yohanan b. Zaccaï (Soncca, 
28 a; Baba Batra, 134a) 1 . M. Schwab ne paraît pas l'avoir 
remarqué, de sorte que sa traduction n'est pas toujours exacte. 
Ainsi Ben Sira a appris dans sa seconde année, non pas « les 
règles du Talmud et ses légendes », mais « la Bible, la Mischna, le 
Talmud, les Halakhot et les Agadot 2 ». Dans sa troisième année 
il a appris, non « les règles grammaticales du Pentateuque et les 
règles des scribes », mais les « subtilités de la Tora et les subti- 
lités des docteurs », c'est-à-dire celles qui ne sont pas formelle- 
ment contenues dans le texte de l'Écriture, mais qui s'en dégagent 
au moyen d'investigations diligentes 3 . Dans la quatrième année, 
il n'a pas appris « les lois faciles et les lois sévères, etc. », mais 
« les règles du -ram bp », ou les enseignements qui résultent de 
l'application de cette règle, etc. Enfin, dans sa sixième année, il 
a étudié, non « le Sifra et le Sifré et l'enseignement de l'école 
d Élie », mais « le Sifra et le Sifré et le Tanna debé Eliahou », 
c'est-à-dire le Midrasch de ce nom 4 . 

Si l'on admet que ce dernier ouvrage est le Midrasch que nous 
possédons, lequel appartient à la fin du x e siècle, nous aurions 
dans ce détail un terminus a quo pour l'âge du second Alphabet 
(ou le premier de la version espagnole). On sait que le terminus 
ad quem est fourni par la citation de l'Aroukh, s. v. «ms. Il en 
résulterait aussi que le second Alphabet est du xi* siècle et partant 
que le premier est encore plus ancien. Je me réserve de recher- 
cher dans une autre étude la patrie des deux Alphabets 5 . 

Samuel Poznanski. 



DEUX JUIFS CAPTURÉS PAR LES USCOQUES 

Dans la collection Monument a Hungariae historica se trouve 
un document qui, à ma connaissance, n'a été signalé par personne 

i. L'énumération des vertus de R. Zéra et de R. Papa (éd. Steinschneider, fol. 16 6), 
compilée à l'aide de différents passages talmudiques, est également empruntée dans 
sa première partie à l'indication sur le zèle de Yohanan b. Zaccaï comme étudiant et 
comme maître (Soucca, ib.}. 

2. Sur ce groupement v. Bâcher, Agada der Tannaiten, I, 2 e éd., 475 et suiv., 
surtout p. 480. 

3. Cf. Bâcher, Die àlleste Terminologie, s. v. piipi. 

4. Cf. Ginzberg, Z. f. //. «., XI, 126. 

5. Je renvoie en attendant à l'étude de M. Israël Lévi, Revue, LUI, 62 et s. 



NOTES ET MELANGES 281 

jusqu'à présent '. C'est une lettre, adressée par Antal Verancsics et 
Zay 2 à un grand dignitaire turc, où il est question de deux pauvres 
Juifs, sujets turcs, Jacob Toledanus et Salomon Abanszabalh, cap- 
turés avec d'autres Juifs par les Uscoques à Aucône a et détenus 
probablement sur les terres hongroises. Judas Toledanus, frère 
de Jacob, leur ayant demandé de s'occuper de leur libération, 
contre la somme de 200 pièces d'or vénitiennes ou turques, ils 
demandent au dignitaire turc si leur médiation sera agréée en haut 
lieu. Le document étant d'un accès difficile, nous croyons utile de 
le reproduire in extenso. 

Magnifiée domine, amice honorande. Habet dominatio sua magnifica 
Iudaeos quosdam captivas, interceptes per Uzcouhos apud Aneonem ad 
Cerullum castellum, uti dieitur nobis. Inter quos duo sunt, Iacob Toleda- 
nus barba ruffa, et Salomon Abanszabath cognomento, statura brevi, quos 
potissimum Iudas Toledanus redempturus plurimum apud nos institit 
ut eorum liberationem curaremus, quod officium libcnter suscepimus 
gratia commodi tuœ magnificae dominationis. Quare offert bie Iudas pro 
utroque jam supra memorato eapt vo aureos dueentos venetos vel tur- 
eieos, 200 tantum, quum se pauperrimum hominem esse asserit; cœterum 
nec eaptivos etiam ipsos esse tanta fortuna, ut possent cam pecuniam 
pro sedare, quam exigit tua dominatio. Quidigitur bac in re habeat animi, 
num eos velit manumittere, et id quanta pecunia rogati petimus ut nos 
faeiat certiorcs praesertim si cogitât, cura m hanc nostram fore illi gra- 
tam. Quandoquidem hoc ipsum negotium in nos si rejecerit, ila illud 
tractabimus pro suœ dominationis commodo et voluntali uti ab eadem 
edocebimur. 

Intérim vero ut eos mitiore velit tenere carcere etiam atque etiam 
rogamus, sciatqne hune lu dam Toledanum Iacob redimendi fratrem esse 
germanum. Bene et féliciter valeat Verancsus es Zay Gastelonak. Cons- 
tant inopoli 10 Marti i 1555. Egy tôrôk nagysâgosnak. 

S. Mitrani-Samarian. 

1. Voir Magyar Tôrtenelmi emlékek. Verancsics. Antal n, t. VI. Sciïptores. 

2. Antou Verancsics, mort en 1573 archevêque de Grau, remplit des missions diplo- 
matiques en Turquie. En 1553, après la campagne désastreuse pour les Hongrois, il fut 
envoyé avec Zay et le savant flamand Busbecq a Constantinople pour conclure la paix 
avec Soleïman. Lors de sa mission de 1567, l'envoyé de l'empereur Maximilien II eut 
des rapports avec le duc de Naxos. 

3. Les Uscoques étaient des écumeurs de mer redoutables, Slaves chassés de la Dal- 
matie et de la Bosnie, établis en territoire hongrois et vénitien, capturant surtout les 
navires du Sultan. Voir Philippe de Fresne-Canaye, Le voyage du Levant, p. 8 : 
«... Étant très nombreux, ont élu un chef parmi eux et courent à travers le golfe 
comme corsaires, volant tous les bateaux qu'ils rencontrent et qui leur sont inférieurs. . . 
Et quand il leur tombe entre les mains des Juifs, nonobstant toutes les lettres de 
Saint-Marc ils leur volent leurs marchandises et les font esclaves. Puis, chargés de butin, 
ils se retirent sur les terres du duc Ferdinand. » 

T LIV, n» 108. !9 



282 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



UNE INSCRIPTION HÉBRAÏQUE A CHALCIS 

M. H. Omont, conservateur du département des mss. à la Biblio- 
thèque nationale, a bien voulu nous communiquer la photogra- 
phie ci jointe d'une inscription hébraïque conservée au musée de 
Ghalcis et qui lui a été remise par M. Spiridion Lambros, profes- 
seur à la Faculté d'Athènes. La pierre, jadis encastrée dans la 
muraille de cette petite ville, a une hauteur de 0™,65, sur m ,44 de 
large et m ,36 d'épaisseur. 

Sur les huit lignes dont se compose ce texte, nous n'avons pu 
lire que les mots suivants : 



. — . . ^XÛT . . . "ibbtttf 


.1 


. . Dit \3DD ... 12blD K . . 


.2 


[■«] rwocb nn .... anaa ribb 


.3 


(ou m) 




[ob]v rifip-ûb "Td'h nsia )o^ rmb 


.4 


[n] bnpn ïid ia tran» "ûnu: "p-ottb 


.5 


bBErwoa (?) os-nna iznipn 


.6 


(ou tir») 




unsrt 


7 


[ . . ]b nrtaw nnbiz)^ . . . ba 


.8 



i. Sont désolés ... les habitants 

2 

3 fille [de roi] à l'intérieur [le. .] 

4. du mois de Nissan l'an 5086 de l'ère de la Création, 

5. selon le comput d'après lequel nous comptons ici en cette 

communauté 

6. sainte de Euripos 

7 

8. tout et ils ont envoyé Préserve-la... 

A la fin de la ligne 3, il semble y avoir une allusion au Ps. xlv, 
14, qui célèbre les vertus domestiques de la femme. La dernière 
lettre (disparue) donnait le quantième de la date, qui correspond à 
avril-mai 1326. 

Lignes 4 et : le contexte permet de reconstituer les lettres 
perdues de toute la bordure brisée à gauche. 

Ligne 6 : Euripos est, depuis le xn e siècle, le nom de l'antique 
Chalcis, comme nous le fait observer M. Théodore Reinach, qui a 



NOTES ET MÉLANGES 



283 



bien voulu jeter un coup d'oeil sur ce texte. Comme il n'y a aucune 
eulogie funéraire, et qu'au contraire, la communauté est men- 




tionnée, on a lieu de croire qu'il s'agit d'une dédicace ou d'une 

Moïse Schwab. 



restauration de synagogue 



284 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



LLS JUIFS COMTÀDINS PENDANT LA RÉVOLUTION 

On a peu de renseignements sur le sort des Communautés juives 
de l'ancien Comté-Venaissin pendant la période révolutionnaire. 
Voici cependant ce qu'on lit dans une pétition adressée vers 1820 
à la Chambre des Députés par quelques Israélites de l'Isle-sur- 
Sorgues, à propos de la liquidation des dettes de leur ancienne 
communauté *. 

Les Juifs du Comtat ont été incorporés à la nation française avec le 
reste du Comtat; les Communautés qu'ils formaient ont été supprimées 
avec les autres corporations du Comtat; leurs biens ont été saisis de 
même par le gouvernement. Deux vastes cimetières, deux temples 
superbes et tout leur rictie mobilier étaient les principaux de ces biens. 
Le temple de l'Isle et la rue même qu'habitaient les membres de l'an- 
cienne Communauté furent entièrement détruits et sacrifiés, et il n'en 
reste plus aujourd'hui que la place et le local du temple dont la commune 
de l'Isle a les clefs. — Le temple de Carpentras fut d'abord dépouillé de 
tous ses magnifiques ornements, or, argent, lustres, voiles précieux, 
portes, rampes, etc. (objets dont un grand nombre furent employés et 
servent encore à des usages publics et dont la plupart furent portés aux 
magasins nationaux pour être vendus) Il fut ensuite transformé en club; 
enfin, en l'an VIII, la Régie des domaines l'afferma pour un modique loyer, 
vu sa dégradation complète, aux israélites qui restaient à Carpentras, qui 
le rendirent a sa première destination, et à qui il est insensiblement 
resté, depuis que le gouvernement a rendu son culte et ses temples à la 
religion. Mais cet édifice jadis imposant et superbe n'était et n'est plus 
qu'un local dépouillé et prêt à tomber en ruines. 

Si les dernières assertions de ce document sont exactes, on doit 
supposer que les objets mobiliers du temple de Carpentras (lustres, 
rampes, boiseries, etc.), qui datent tous du xvn p et du xvm e siècles, 
ont été restitués à la Communauté après i820. 

Jules Bauer. 

1. Archives de la Communauté de Carpentras. 



BIBLIOGRAPHIE 



Barth (J.ï. Sprachwissenschafiliche Untersuchungen zum Semiti- 

schen. Erster Theil. Leipzig, Hinrichs, 1907 ; gr. in-8° de 54 pages. (Tirage à 
part du Rapport du Rabbiner-Seminar pour 1905-1906.) 

Dans ce fascicule, M. Barth donne une série de nouvelles recherches 
sur la grammaire comparée des langues sémitiques, auxquelles il a joint 
la reproduction d'un article paru en 1894 dans Y American journal of 
semitic languages and literatures. 

P. 1-12. M. Barth étudie les suffixes pronominaux précédés d'un n. Ces 
suffixes se rencontrent tout d'abord dans le futur des verbes hébreux, 
par exemple Wn3TN et araméens, par exemple ^asPiÊ*]. On compare 
généralement cet n à la syllabe an de l'énergique arabe. M. Barth y voit, 
non un suffixe du verbe, mais un préformatif des pronoms, que l'on 
rencontre à d'autres temps qu'à limparfait et ailleurs que dans les 
verbes. Les arguments présentés par M. Barth méritent considération, 
quoique certains points restent encore douteux. L'auteur (p. 8) dit qu'en 
araméen les suffixes en in sont aussi fréquents au passé qu'au futur. Ce 
n'est pas exact. Le suffixe de la troisième personne pluriel seul est aussi 
usuel dans les deux temps, parce que c'était, en réalité, dans l'ancien 
araméen (et encore en syriaque), un pronom indépendant qui, ensuite, 
s'est attaché au verbe. Les rares exemples d'autres suffixes avec le parfait 
dans le Targoum, cités p. 4, sont sujets à caution. Enfin, il serait inté- 
ressant de savoir pourquoi en hébreu le suffixe avec n ne se rencontre 
pas avec le vav conversif ni en araméen biblique dans le jussif. 

P. 10-12. M. Barth met en rapport \n du suffixe nu, que l'on rencontre 
dans 1 arabe vulgaire de Bagdad, par exemple binu « en lui », avec le pré- 
fixe en n du syriaque. Il semble plutôt que ïn de nu ait été mis là pour 
éviter l'hiatus de biû. C'est ainsi qu'en Alsace on prononçait Rabbi 
Nakive, pour Rabbi Akiba. 

P. 13-18. M. Barth montre que l'on doit distinguer de la particule 
interrogative ay les particules an et è. L'argument tiré de l'orthographe 



286 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

sans yod de HJN est important, sans être aussi décisif que le pense l'au- 
teur. Dans le suffixe "»rii de laraméen le yod a disparu, car le vav paraît 
bien représenter le suffixe hu, qui s'était maintenu seulement après i ou 
yod, et était devenu partout ailleurs hi. 

P. 19-26. L'auteur étudie le démonstratif hay, qu'il retrouve dans de 
nombreux pronoms et adverbes par exemple ^b">n ,i"nN. 

P. 26-29. M. Barth explique comment la terminaison iy devient è (par 
exemple Tibia de gâliy). C'est que iy, avec la nunation (ou mimation), 
était devenu m, puis i, qui est devenu è. Nous nous étonnons que 
M. Barth considère ici iba ^np comme des participes au lieu de passés. En 
araméen biblique, comme en syriaque, le participe passif a la voyelle è, 
par exemple WTO pluriel lyyà, 

P. 30-46. L'auteur défend avec beaucoup de vigueur, contre M. Fischer, 
les thèses qu'il avait énoncées dans un article de la Zeitschrift der 
deutschen morgenl. Gesellschaft, LIX, p. 159-162. Ces thèses sont les sui- 
vantes : 1° Dans le pronom démonstratif dh le sémitique distinguait le 
masculin du féminin par la vocalisation : le masculin était dhè (hébreu 
fTJ) 5 le féminin dha (araméen NI, hébreu ir, ; 2° le n de rw n'est pas 
la terminaison féminine, mais un pronom féminin ti, qui s oppose au 
tu masculin ; 3° en arabe on a substitué le féminin ti à dha ; cependant 
le pronom masculin dha se prononçait aussi dhè et a ainsi conservé la 
voyelle primitive du masculin. 

La dernière étude (p. 47-57) porte sur l'article hébreu, qui, d'après 
M. Barth, ne doit pas être rapproché de l'arabe al, mais répond à un 
démonstratif hà. Pour notre part, nous verrions dans l'article hébreu 
plutôt han que hal. comme en sabéen, où l'article postpositif n vient 
de han. On s'explique ainsi que le lihyanite et le safaïte aient n comme 
l'hébreu. Le rapprochement que fait M. Barth entre l'hébreu ~în et 
l'arabe hàdhâ ne nous paraît pas convaincant, car en hébreu n-Tn ne 
s'emploie que comme apposition du substantif, tandis qu'en arabe hàdhâ 
s'emploie d'une manière absolue. L'article de n-Tn paraît dû à l'analogie 
des adjectifs, qui prennent l'article après un substantif déterminé. 

M. Barth voit le même pronom hâ dans la terminaison n de nn^ 
alors que d'habitude on y voit la terminaison a de l'accusatif ou locatif. 
M. Barth observe que le mot nr\y a le ton sur la dernière syllabe, ce 
qui, d'après lui, serait primitif; or, la terminaison du locatif n'est pas 
accentuée. Il nous semble, au contraire, que 1 accentuation pausale dans 
nn* est, comme ailleurs, la véritable accentuation, et que hors de la 
pause les mots, surtout très usuels comme nny, hpn, ont une tendance 
à déplacer le ton, parce que celui qui parle veut arriver au bout de la 
phrase. Ensuite, M. Barth croit que nn^ n'aurait pu sans l'article avoir le 
sens démonstratif, pas plus qu'en arabe waqlan ou zamânan. Mais la 
terminaison a (non pas an ou am), n'étant employée que dans les noms 
déterminés, on peut arriver à se passer de 1 article. C'est ainsi que nsnn, 
!"»an« remplacent nifinn, nsriKn. M. Barth voudrait mettre en rapport 






BIBLIOGRAPHIE 287 

l'article hébreu avec L'a de l'emphatique araméen. Ce rapprochement, 
à notre avis, s'impose beaucoup moins que celui de l'emphatique avec 
la terminaison du locatif, malgré la différence de ton entre le locatif 
hébreu, qui est milleêl, et l'emphatique, qui est millera'. 

Quoi qu'il en soit de ces réserves, nous souhaitons que M. Barth donne 
bientôt la suite de ses recherches de grammaire comparée, car la richesse 
des matériaux mis en œuvre par l'auteur et la sagacité avec laquelle il 
les utilise font que ses travaux sont toujours du plus haut intérêt pour 
ceux qui s'adonnent à l'étude de la philologie sémitique. 

Mater Lambert. 



Eiselen (Frederick Garl). Sidon, a study in oriental History. New-York, 
the Columbia University Press, 1907 ; in-8° de 172 p. (Columbia University 
Oriental Studies, vol. IV). 

Le rôle considérable joué par Sidon, son autonomie aux périodes 
brillantes de ses annales, le fait que son territoire a fourni le matériel 
archéologique le plus important de toute la Phénicie,- expliquent que l'on 
puisse détacher de l'histoire phénicienne les événements qui concernent 
cette métropole. M. Jeremias a déjà accompli la même tâche pour Tyr, 
en arrêtant, il est vrai, son récit à la prise par Nabuchodonosor. M. Eise- 
len — et ce paraît être un plan généralement adopté par la collection des 
Columbia University Oriental Studies, dirigée par M. Richard Gottheil — 
poursuit l'histoire de Sidon depuis sa fondation jusqu'à nos jours. 
L'ouvrage est soigneusement documenté et de lecture agréable. L'auteur 
a su se limiter et mettre de la clarté dans un exposé qui menaçait de 
laisser une image confuse soit par les incertitudes du début, soit par 
l'enchevêtrement des civilisations successives, soit encore par la raison 
qu'après l'époque phénicienne, Sidon perd toute vie personnelle. 

On conçoit que, pour ne pas en rompre le cadre, cette monographie 
devait être strictement maintenue sur le terrain historique. Les vues sur la 
religion, sur l'industrie et l'art ne pouvaient qu'être insuffisantes, puisque 
l'auteur était contraint de se limiter aux textes et monuments sidoniens 
ou concernant Sidon. M. Eiselen a, sinon supprimé résolument, du moins 
restreint à l'indispensable les digressions non historiques. Par exception, 
il a accordé une place plus large aux inscriptions phéniciennes décou- 
vertes dans le territoire de la rivale de Tyr, parce que sur elles repose 
tout un chapitre de l'histoire sidonienne. 

On est moins assuré aujourd'hui qu'au temps de Movers, de pouvoir 
retracer les commencements des villes phéniciennes. On ne doutait pas 
jadis que « Sidon » ait signifié « lieu de pêche ». Depuis la découverte 
d'un dieu Sid, et malgré que son rôle, à Sidon, soit mal déterminé, on se 



288 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

demande si le nom divin n'aurait pas été un dieu tribal dont la tribu 
d'abord, le pays ensuite, auraient tiré leur nom. 

On ne doutait pas que Sidon ait possédé anciennement, et pendant 
longtemps une puissance plus grande que Tyr. M. Eiselen met en évi- 
dence la liante antiquité de a suprématie tyrienne. Le témoignage d'Hé- 
rodote, qui place la fondation de Tyr en 2750 avant notre ère, est ainsi 
renforcé contre la chronologie de Josèphe qui, fixant à 240 ans le temps 
compris entre la construction du temple de Jérusalem et la fondation de 
Tyr, donne pour cette dernière la date de 1209. C'est le résultat auquel 
avait été conduit Pietschmann : c'est celui qu'avait dégagé Movers bien 
que, pour harmoniser les textes, il ait supposé deux fondationssuecessives. 
M. Eiselen se rapproche en quelque manière de Movers, car il admet que, 
lors de sa destruction par Esarhaddon, Sidon envoya à Tyr un contingent 
important de population qui nfusa à la vieille cité une activité et une 
vie nouvelles. Sous une date fausse, Josèphe aurait conservé le souvenir 
de cet événement. 

L'auteur admet que les diverses civilisations sémitiques représentent 
des flots successifs de populations sorties d'Arabie Dès 4000 avant notre 
ère, on aurait la migration babylonienne, puis vers 28001a migration cha- 
nanéo-phénicienne, vers 1600, la migration araméenne. Cette hypothèse 
mise en avant par Sprenger, adoptée par Schrader et nombre d'assyrio- 
logues (Hommel,Winckler, etc.), est commode ; toutefois, elle n'envisage 
qu'un des éléments de la question. Le problème ainsi simplifié à l'excès 
ne donne qu'une solution illusoire. 11 est certain que le désert déverse 
sur les territoires voisins le trop plein de sa population ; mais la théorie 
qui considère l'Arabie comme le réservoir de tous les peuples sémitiques 
est dïin schématisme inquiétant, Rend-elle un compte suffisant de la 
diversité des races et des langues sémitiques ? 

M. Eiselen suppose que les Phéniciens arrivant, vers 2800 avant notre 
ère, sur les bords de la Méditerranée, y trouvèrent une installation indi- 
gène portant le nom de Sidon en l'honneur du dieu Sid. Ayant choisi ce 
point pour centre de leurs opérations, les nouveaux venus adoptèrent 
rapidement ce dieu et lui accordèrent, pour se le rendre favorable, une 
place éminente dans leur panthéon. Ils conservèrent à la ville le nom 
pré-phénicien de Sidon. Ce nom leur fut même attribué et, dès lors, 
ceux que nous nommons les Phéniciens, à la suite des Grecs, adoptèrent 
l'appellation de Sidoniens. 

De la sorte, les vainqueurs auraient emprunté le nom des vaincus, ce 
qui n'est pas la coutume usuelle. 

Puisque l'on spéculait sur la population pré-phénicienne, il n'eût pas 
été déplacé de chercher quelques indications complémentaires dans la 
préhistoire, tout au moins entre le quatrième millénaire, dans lequel 
M. Eiselen place la fondation de Sidon, et l'arrivée des Phéniciens 
vers 2800. 

Nous avons dit que M. Eiselen n'admet pas, aux hautes époques, la 
suprématie de Sidon sur Tyr. Dès sa fondation, cette dernière occupe le 



BIBLIOGRAPHIE 289 

premier rang et le conserve jusqu'après le début du premier millénaire. 
Au xve siècle avant notre ère, Sidon tombe sous le joug égyptien. Les 
annales des rois d'Égvpte,les tablettes d'el-Amarna fournissent quelques 
renseignements. Puis l'invasion assyrienne vient troubler l'équilibre établi 
dans la Méditerranée orientale. On sait les difficultés qu'on rencontre à 
rapprocher, des sources assyriennes, les renseignements de Ménandre 
conservés par Josèphe. Ainsi, Josèphe mentionne un Selampsas où Ton est 
tenté de retrouver Salmanasar. M. Eiselcn propose de corriger en Senna- 
cherib. Luli, le roi de Sidon des textes assyriens, correspondrait bien à 
l'Elulaeus de Josèphe. MM. Winckler et von Landau ont supposé que 
l'historien juif avait confondu en une seule les trois campagnes de 
Tiglathpileser, de Sennacherib et d'Esarhaddon. 

Sous la domination perse, la Phénicie et Sidon tout particulièrement 
ont connu une remarquable prospérité. La fondation du vaste empire 
eut pour résultat immédiat d'activer les échanges entre l'orient et l'occi- 
dent. Les Phéniciens, intermédiaires obligés, en profitèrent grandement. 
Sidon l'emportait par la puissance et la richesse sur ses voisines. Les rois 
de Perse en faisaient leur résidence favorite lorsqu ils séjournaient dans 
leurs possessions occidentales. Cependant, Sidon devait être détruite 
pour la seconde fois en 351 par Artaxerxès Ochus pour avoir soulevé toute 
la Phénicie contre l'autorité perse. 

Des découvertes heureuses ont amené au jour plusieurs textes qui ont 
révélé une dynastie sidonienne dite d'Echmounazar. On s'accordait à la 
classer sous la domination perse jusqu'à ce que M. Clermont-Ganneau fît 
valoir des arguments pour la reporter à l'époque ptolémaïque. La ques- 
tion est importante car, dans ce dernier cas, les idées exprimées par les 
textes ne seraient plus d'inspiration phénicienne, mais déjà sous l'in- 
fluence grecque. M. Eiselen tient pour écartée la date du vie siècle avant 
notre ère. Il accepterait la date de 4K0 ou 470-410 que nous avons cher- 
ché à établir \Revue archéol., 1905, I, p. 1-23, avec correction, ibidem, II, 
p. 378), s'il était prouvé que la dynastie d'Echmounazar ne peut appar- 
tenir au ive et au début du m e siècles. Il estime, sans apporter d'argu- 
ments nouveaux, que cette dernière date est plus vraisemblable. On aurait 
la succession suivante : Abdalonyme, Echmounazar I, Tabnit, Echmou- 
nazar II, Bodachtart, Sedeqyaton (règne douteux, se nommait peut-être 
Yatonmelek , enfin Philoclès. L'installation d'Abdalonyme eut lieu en 
332, celle de Philoclès est placée en 280. A la suite de M. Rouvier, on 
attribue quelques monnaies à Abdalonyme. Nous avons montré que 
cette attribution reposait sur une fausse lecture. 

Nous avons insisté sur les temps anciens, mais les époques suivantes, 
romaine, chrétienne, des croisades, musulmane, druze et contemporaine, 
ne sont pas étudiées par l'auteur avec moins de soin. 

Rhnk Dussaud. 



290 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 



R. Dlssaud. Les Arabes en Syrie avant l'Islam. Avec 32 figures. 
Paris, Leroux, 1907; in-8° de vn-178p. 

Gomme l'assyriologie vient parfois expliquer des passages de la Bible, 
la langue, peu étudiée jusqu'à présent, du Sàfa, ou désert de la Syrie, 
offre son concours à l'exégèse biblique. Suppléant M. Glermont-Ganneau, 
au Collège de France en 1906, M. Dussaud a traité dans son cours du 
« Déchiffrement et de l'interprétation des inscriptions safaïtiques » ; à 
cette occasion, il a examiné les données nouvelles que celles-ci four- 
nissent pour l'histoire de la pénétration des éléments arabes en Syrie 
avant l'Islam. 

Le résumé de ces leçons forme le livre annoncé ici, dont divers points 
touchent à nos études. Ainsi la Genèse xxv, 15) range Yetour parmi les 
fils d'Ismaël, c'est-à-dire parmi les tribus de race arabe, fixant l'habitat 
du petit-fils d'Abraham dans le désert de Syrie '. Toutefois, le 1 er livre 
des Chroniques (i, 31 ; v, 19) le place dans la TransJordanie. A l'époque 
des Romains, les Ituréens sont installés dans l'Antiliban. En effet, les 
quelques noms de soldats ituréens que les inscriptions latines conservent 
sont en partie des noms araméens, en partie des noms arabes. 

Ce n'est pas là un mouvement isolé de migration. L'introduction des 
Israélites en Palestine est l'exemple le plus célèbre d'une infiltration 
d'éléments nomades en pays sédentaire. S'il est permis d'en juger par 
analogie, il est assez vraisemblable que les Israélites ne parlaient pas 
l'hébreu avant leur séjour en TransJordanie. On sait que les diverses tra- 
ditions bibliques conservent le souvenir de lancien état nomade. En 
particulier, il est intéressant de comparer l'onomastique de la famille 
d'Abraham avec les anciens noms propres arabes. Pour Ismaël, le 
safaïtique b^aD* est plus voisin de l'hébreu bN^^^i:"» que l'arabe classique 
Ismaïl. — Le nom du père d'Abraham, Térah, a été rapproché du safaï- 
tique Tarafi, à juste titre. S'il est vrai que les Massorètes ont vocalisé 
Térah, par contre les Septante ont transcrit 6dpa, ou dans quelques mss. 
eâppa (avec deux p). Ne nous arrêtons ni à la théorie de Sucken, appliquée 
par H. Winckler ', — qui explique l'histoire des patriarches comme une 
légende astronomique, — ni à celle de Robertson Smith, qui a fait de 
Térah un totem, sous prétexte que ce nom aurait signifié « chèvre sau- 
vage, chamois », par comparaison avec le syriaque torho. Cependant, il 
faut tenir compte du rapprochement proposé par M. Charles Daveluy, 
disant que Térah serait simplement un nom propre d'homme, d'origine 
arabe, ou, tout au moins, employé dans le désert de Syrie. 

La même étude nous explique logiquement la marche singulière des 

1. V. Emil Schùrer, Geschickle des jiidischen Volkes im Zeitalter J. C, t. I, 
p. 707-725. 

2. Geschichte Israëls in Einzeldarstellungen, Leipzig, 1900. Cf. Revue biblique, 
1905, p. 5 et s. 



BIBLIOGRAPHIE 291 

Israélites dans le désert, faite sur un long circuit, avant leur entrée en 
Palestine. « Qu'il s'agisse, dit l'auteur, des Israélites, des Nabatéens ou 
des Musulmans au vu 8 siècle de notre ère, la même tentation de la terre 
promise les agite, et les mêmes difficultés se dressent devant eux. Après 
un premier effort, qui échoue contre le sud de la Palestine fortement 
organisé, les hordes nomades reprennent leur élan vers la TransJordanie, 
qu'elles enveloppent facilement. Il leur faut s'emparer de toute la con- 
trée à l'est de la mer Morte et du Jourdain, avant de pouvoir pénétrer 
dans le cœur du pays » (p. 17). 

Après l'argumentation basée sur l'onomastique, d'une part, et sur 
l'ethnographie d'autre part, voici que la configuration du sol est invo- 
quée à son tour. 

Il n'est pas jusqu'à la tradition du Paradis terrestre qui, selon M.Winck- 
ler, ne révèle une forme inattendue. Dans son ouvrage Wo lag das 
Paradies, Friedrich Delitzsch ne concevait pas qu'un doute pût s'élever 
sur la mention du Tigre et de l'Euphrate au chapitre n de la Genèse. 
M. Hommel * n'admet pas une solution aussi simple : il suppose que la 
tradition du jardin d'Eden remonte à des temps préhistoriques, à une 
époque où les wàdi du désert de Syrie aujourd'hui desséchés, roulaient 
une eau abondante et favorisaient une végétation luxuriante. Selon lui, 
le Hideqel ne désignerait pas le Tigre, mais le méchant cours d'eau 
nommé Wadi Radjil, qui descend du Djebel Hauran, ou encore la dépres- 
sion du Djof dans le nord de l'Arabie. 

On voit combien d'idées sur les origines d'Israël se trouvent remuées, 
sinon toujours approfondies, dans ce livre, où règne une grande éru- 
dition tempérée par une sobriété de bon aloi. 

Moïse Schwab. 



Kaatz (S). Das Wesen des prophetischen Judentums. Ein Beitrag 
zum Verstândniss der Propheten. Berlin, M. Poppelauer, 1907, in-8° 
de 109 p. 

Ce petit essai n'est pas dénué d'intérêt. L'auteur, qui se tient sur le 
terrain de la plus stricte orthodoxie juive en matière d'exégèse, arbore 
résolument son drapeau et assume, non sans crànerie, la tâche, devenue 
ardue, de défendre contre les assauts d'une critique toujours plus auda- 
cieuse la thèse de l'authenticité et de la véracité intégrales de l'Ecriture. 
Mais K. est de son temps : il a lu Wellhausen et les autres; il ne pense 
pas que le croyant le plus assuré de la vérité se puisse enfermer dans une 
ignorance volontaire des travaux et des hypothèses de la science contem- 
poraine et leur opposer simplement une dédaigneuse fin de non-recevoir. 

1. Grundriss der Géographie u. Geschichte des ail en Orienls, p. 272. 



292 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Il estime qu'un pareil dogmatisme est suranné et d'ailleurs aussi fâcheu- 
sement subjectif et arbitraire que la conception évolutive delà religion 
d'Israël à laquelle il va s'en prendre. Le point de vue traditionnel a besoin, 
selon lui, d'être défendu par une contre-critique avertie. Le devoir d'une 
apologétique bien comprise, c'est de suivre l'adversaire sur son terrain et 
de tâcher de lui briser ses armes entre les mains. Par définition, elle est 
donc appelée à varier, selon les époques, sa stratégie et ses arguments. Il 
y a lieu, a l'heure actuelle, de dénoncer l'assurance arbitraire de l'exégèse 
négative, la variété déconcertante des solutions proposées à maint pro- 
blème souvent mal énoncé et de montrer comment la saine interpré- 
tation des textes peut être viciée par une critique de parti pris qui 
n'aborde pas une phrase, pas un mot, sans méfiance et sans fâcheuse 
propension à démasquer partout contaminations, altérations et interpo- 
lations. 

L'auteur s'est proposé d'étudier dans l'esprit qu'on vient de dire 
1' « essence » du prophétisme biblique. 

Le prophétisme s'appelle chez K., — et l'expression, dans son anachro- 
nisme voulu, est à elle seule tout un programme de protestation, — le 
judaïsme prophétique : il n'y a pas eu, en effet, « évolution » dans le 
monothéisme d'Israël, comme l'affirment témérairement les critiques 
protestants, et comme le répètent imprudemment après eux les exégètes 
juifs de la tendance libérale. La conception juive est une. C'est l'inter- 
prétation, c'est le commentaire moral ou religieux qui en a été divers, 
les prophètes ayant réfracté la foi commune selon leur tempérament 
propre et leur organe individuel et mis de préférence en valeur, selon les 
circonstances, les milieux, les nécessités changeantes de l'action, telle 
ou telle partie de la Loi, tel ou tel aspect de la doctrine, sans qu'il puisse 
être question de foncières divergences de vue. « de progrès » religieux ou 
au contraire de « décadence ». 

C'est ainsi qu'il est faux de prétendre que la prophétie ait atteint son 
apogée avec les prophètes dits « prophètes-écrivains ». Des prophètes 
antérieurs nous ne connaissons que ce que les auteurs de relations histo- 
riques ont entendu nous apprendre. Leur laconisme ne signifie pas que 
le ministère des dits prophètes fut de valeur ou de portée inférieure. Il 
faut se méfier de Y argument um a silentio : à s'en tenir aux livres des 
Rois, que saurait-on de la carrière d'un Isaïe, sinon deux ou trois prédic- 
tions sans importance? C'est errer gravement que de se représenter la 
philosophie religieuse de tel Nabi en n'y faisant entrer comme éléments 
que les seuls enseignements qui figurent dans les pages qui nous restent 
de lui, en lui déniant des doctrines qu'il n'a vraisemblablement pas eu 
l'occasion ou senti le besoin de proclamer. De ce qu'il n'est dit qu'une 
fois dans Isàïe (lviii, 7) qu'il faut nourrir l'affamé et vêtir celui qui est 
nu, il ne s'ensuit pas que ce prophète ait attaché une valeur superficielle 
aux œuvres d'assistance. Jérémie a proclamé la supériorité de la religion 
du cœur. Il n'a pas désavoué pour cela le rituaiisme, témoin la fameuse 
péricope du Sabbat (xvn, 21 sv.), qui embarrasse si fort la critique néga- 



BIBLIOGRAPHIE 293 

tive, obligée de reconnaître l'indéniable parenté dn style de ce morceau 
avec la langue ordinaire dn prophète et de n'avancer que bien timide- 
ment ici l'hypothèse facile de l'interpolation on dn pastiche. 

Il tant donc pour juger sainement du prophétisme partir de ce principe 
de l'unité de conception du judaïsme et expliquer les variations quelque- 
fois si singulières du thème par les contingences diverses de l'organe 
inspiré, du milieu, du moment historique, et faire. — il y a quelque 
prétention dans ce mot, — de l'exégèse « biologique » (p. 26). 

M. K. sait bien qu'en opposant la tradition a la thèse évolutive il ne fait 
guère qu'opposer postulat à postulat : il reconnaît volontiers qu'en 
pareille matière il n'est point de démonstration mathématique. Mais 
d'autre part, la supériorité de l'hypothèse qu'il défend réside en ceci 
qu'elle permet de résoudre en se jouant les contradictions apparentes qui 
se rencontrent parfois non seulement de prophète a prophète, mais de 
texte à texte souvent chez le même auteur. Ces contradictions, encore 
une fois, ne trahissent nullement des tendances opposées : elles sont 
l'image même de ces illogismes que produit à chaque instant la logique 
mouvante de la vie. Le prophète, qui est un être de chair et de sang, qui 
est un homme de son temps et qui est avant tout un homme d'action, 
un moraliste, un directeur de conscience, un pédagogue, non point un 
théologien, ni un légiste, insiste avec force et met l'accent d'une rhéto- 
rique passionnée et véhémente sur un point spécial de l'idéal permanent 
que son peuple aura méconnu. Et voila comment, en prêchant une doc- 
trine manifestement identique, il se servira parfois d'arguments tout con- 
traires à ceux qu'employait son devancier, contraires même parfois, ce qui 
est plus significatif, a ceux dont il use lui-même en une autre occurrence. 

C'est ce que, dans la seconde partie de son essai, M. K. essaie d'il- 
lustrer par de nombreux exemples et souvent d'ingénieuse façon. Je 
citerai, entre autres, l'exemple de l'emploi fait par les prophètes de 
l'argument « temporis acti » : Isaïe oppose à la corruption du présent 
l'idéale justice et fidélité du passé d'Israël (i, 21. 20) ; Jérémie,en revanche 
(vu, 22 et suiv.), prétend qu'Israël a toujours suivi les élans de son cœur 
vicieux depuis la sortie d'Egypte ; que, malgré les avertissements, il n'a 
jamais obéi (xi. 7 et suiv.). Lui-même avait pourtant parlé au en. n (v. 2) 
du souvenir d'affection que Dieu garde à son peuple au temps où il le 
suivait dans le désert? Il est bien évident ici, que, selon les besoins de 
la prédication, le prophète fait allusion tantôt aux mérites et tantôt aux 
méfaits des ancêtres. 

Que d'encre thëologique n'a pas fait couler le Pharaon de l'Exode, dont 
l'endurcissement du cœur (même, je crois, dans des morceaux que la 
critique attribue a la même source), est imputé tantôt au roi lui-même, et 
tantôt a Dieu. Les théologiens juifs se sont heurtés à cette contradiction, 
la théologie chrétienne depuis saint Paul en a étayé le fameux dogme 
de la prédestination. En réalité, avec la méthode de M. K., c'est beaucoup 
plus simple. Le texte d'Isaïe, vi, 9 et d'autres passages de l'Ecriture qui 
contiennent la même attribution flottante du péché tantôt à l'inspiration 



294 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

humaine, tantôt à l'influence divine, prouvent, comme l'épisode ci-dessus, 
que, dans l'esprit du judaïsme, la méchanceté est à la fois cause et effet, 
faute et châtiment. Preuve en est encore que le faux prophète dont parle 
Ézéchiel est censé tantôt parler de son chef (xm, 2, suiv.) et tantôt avoir 
été égaré par Dieu (xiv, 9). Ces rapprochements sont intéressants. Il est 
vrai qu'on pourrait tirer de ce dernier exemple en particulier une théorie 
très philosophique de l'« immanence», qui est loin, j'imagine, de la 
pensée orthodoxe de l'auteur. S'est-il avisé de ce danger, où l'entraîne ici 
sa méthode d'interprétation ? M. K. devrait-il plus qu'il ne croit aux tra- 
vaux deDuhm, Wellhausen et Cornill, qu'il n'a pas dédaigné de méditer? 
Quoi qu'il en soit, on trouvera dans notre auteur d'utiles remarques sur 
l'emploi chez les prophètes des anthropomorphismes, des notions d'élec- 
tion d'Israël, de rémunération, de jugement dernier, sur les rapports 
entre la Loi et le prophétisme. 

La théorie simpliste de M. K. pourra faire sourire. On pourra lui 
reprocher de méconnaître l'importance de bien des problèmes historiques, 
chronologiques, littéraires, lexicographiques et exégétiques. C'est se faire 
la part trop belle que de ne s'adresser pour rechercher l'essence du 
prophétisme qu'aux textes parfaitement limpides (p. 23). Mais cela dit, il 
y a là beaucoup d'observations de détail, de remarques personnelles et de 
fines critiques, de réflexions pleines de bon sens dont chacun, à quelque 
camp qu'il appartienne, peut faire son profit. M. K. nous donnera-t-il, 
comme a fait Hoffmann du Lévitique, une édition critique « orthodoxe » 
de ces prophètes, qu'il paraît bien connaître ? Il est à coup sur tout 

préparé à aborder cette tâche. 

Julien Weill. 



Montgomery (James Alan). The Samaritans, the earliest Jewish sect, 
their history, theology and literature. Philadelphie, 1907, in-8° de 
xiv + 358 pp. 

Bien que l'étude des documents manuscrits de la littérature samaritaine 
n'en soit encore qu'à sa première période et réserve un ample champ de 
travail aux spécialistes, il y avait lieu de résumer, pour ceux qui ne 
peuvent aller aux sources, l'état actuel de la science à l'égard de la secte 
des Samaritains, de son origine, de son histoire, de sa liturgie, de sa 
théologie. C'est ce qu'a entrepris le savant professeur de la « Philadelphia 
Divinity School » dans cet élégant volume où aucune information utile 
concernant « le seul fragment de la race hébraïque qui ait survécu d'une 
suite ininterrompue sur le sol palestinien » ne paraît avoir été négligée. 
Les nombreux travaux d'ensemble ou de détail publiés sur la matière 
depuis plus de trois cents ans ont été mis à profit au grand complet. 
L'index bibliographique à la fin de volume contient près de trois cents 
numéros. Et comme beaucoup des dissertations qui y sont énumérées ne 



BIBLIOGRAPHIE 295 

sont pas faciles à trouver, cette érudite compilation remplacera pour Tel u- 
diant, auquel elle s'adresse, toute une bibliothèque. L'auteur est au cou- 
rant uVs recherches critiques les plus modernes et des derniers documents 
samaritains mis au jour. Sans avoir la prétention d'apporter soit des 
solutions, soit des hypothèses originales aux nombreux problèmes, fort 
complexes, que soulève, par exemple, l'étude de l'histoire primitive des 
Samaritains, ou des sectes apparentées à ceux-ci, M. M., néanmoins, a fait 
œuvre personnelle et témoigné de jugement et de bon sens dans le choix 
des opinions les plus vraisemblables. 

Les témoignages internes de provenance samaritaine ont été diligem- 
ment rapprochés des sources juives, chrétiennes et musulmanes. 

Après un historique bien documenté de la « redécouverte des Samari- 
tains » a partir du xvu e siècle, une agréable description de Samarie et des 
environs, des renseignements ethnographiques sur les rares Samaritains 
survivants de nos jours (d'après la plus récente statistique, dressée en 
1901 par Huxley, ils ne compteraient plus que 152 âmes) l'auteur suit 
les Samaritains depuis la nébuleuse origine jusqu'à nos jours, discute 
les témoignages de la littérature apocryphe, du Nouveau Testament, de 
Josèphe, des textes rabbiniques, donne une traduction critique de la Massé- 
khet Koutliim, puis traite longuement — ce n'est pas la moins intéressante 
partie du Manuel, — de la théologie des Samaritains avec de nombreux 
emprunts à la littérature liturgique. M. M. est d'avis, avec la plupart des 
modernes, que la secte des Samaritains n'est en somme qu'une branche 
schismatique du plus ancien judaïsme et, de même que le type Samaritain 
a conservé peut-être à l'état pur les traits de physionomie des anciens 
Hébreux, leurs croyances reflètent peut-être encore, malgré les formules 
assez récentes qui les définissent, surtout en matière d eschatologie, une 
phase doctrinale antérieure à celle qui s'est cristallisée dans l'orthodoxie 
pharisienne. 

En expliquant quelle position occupait la secte des Samaritains en face 
du Judaïsme officiel, l'auteur cite (p. 178) les autres groupements plus ou 
moins séparatistes, tels que Esséniens, Sadducéens, Hellénistes. Il nous 
paraît se méprendre en joignant à cette liste la classe des « Am-Haareç », 
qui, pour avoir été l'objet, d'ailleurs à une époque assez tardive, de 
mesures légales de suspicion relativement à l'observance de certains 
rites, ne sauraient être considérés comme des sectaires, ni comme des 
« parias ». 

Le volume se termine par l'étude des langues en usage chez les Sama- 
ritains, de leur alphabet, des inscriptions, du Pentateuque et du ïargoum 
(l'auteur émet le vœu, auquel nous nous associons, qu'il paraisse bientôt 
une bonne édition critique de l'un et de l'autre), de la liturgie et des diffé- 
rentes chroniques. Outre la bibliographie déjà mentionnée, divers index 
faciliteront l'emploi de ce manuel, qui est enrichi au surplus de nom- 
breuses illustrations et d'excellents fac-similés. Peu d'erreurs à signaler 
(p. 20, note : lire BJ, iv, 8, i ; p. 335, 1. 7 : lire « un nouveau manuscrit »). 

Julien Weill. 



296 REVUE DES ETUDES JUIVES 



Kf.li.f.umann (B.). Kritische Beitrâge zur Entstehungsgeschichte des 
Christentums. Berlin, M. Poppelauer, 1906, in-8° de 91 p. — Zieoler (Ignaz . 
Der Kampf zwischen Judentum und Christentum in den ersten 
drei christlichen Jahrhunderten, ibid., 1907, in-8° de 94 p. 

Les savants de confession juive n'abordent en général qu'avec une cer- 
taine timidité et indirectement, souvent aussi sans suffisante préparation 
scientifique, l'histoire interne du Judaïsme aux environs de l'ère chrétienne 
et l'étude des rapports qu'il a pu soutenir avec la foi nouvelle aux 
premières phases de son développement. Depuis les chapitres encore utiles, 
mais qui datent, où Graetz a traité ce sujet, les théologiens et historiens 
juifs n'y ont guère consacré que des travaux de détail, des monographies, 
importantes à l'occasion, mais ayant toutes plus ou moins le caractère 
d'écrits de circonstance, de plaidoyers, de répliques, de justifications. On 
prend la plume pour répondre à des assertions jugées tendancieuses ou 
nettement malveillantes, pour rectifier des erreurs de détail, pour protes- 
ter contre l'inexactitude de la peinture, recommencée à satiété, du milieu 
juif où le christianisme a pris naissance, contre la sévérité préconçue et 
partiale des jugements relatifs aux Pharisiens. Ce ne sont que revendica- 
tions de priorité au profit de la morale juive traditionnelle mise en balance 
avec la morale évangélique, remarques sur les impossibilités historiques 
et juridiques des récits relatifs au procès de Jésus, discussions sur 
l'origine de tel dogme, sur les témoignages des écrits talmudiques et 
midraschiques touchant Jésus et les judéo-chrétiens. Nous ne possédons 
pas encore, que je sache, émanant d'une plume juive autorisée, d'essai 
sérieux sur l'histoire des idées religieuses en Israël dans les temps énig- 
matiques et troublés où tant de travaux retentissants et de discussions 
érudites n'ont point encore porté toute la lumière, et sur l'évolution 
complexe qui a fait d'une petite secte palestinienne d'abord sans éclat la 
future dominatrice du monde gréco-romain. 

Au temps où le préjugé théologique et dogmatique dominait complète- 
ment ces études, il était naturel qu'on se tint sur une réserve qu'un sen- 
timent de convenance commandait assez et qu'on se bornât à l'attitude 
défensive. Il n'en va plus tout à fait de même à l'heure actuelle où tant 
de théologiens protestants et même catholiques ont affiché l'intention de 
se placer sur le terrain historique pour juger des origines de la foi chré- 
tienne et ont compris combien il était non seulement expédient, mais 
indispensable pour leur dessein, d'apprendre à bien connaître le milieu 
juif des environs de 1ère vulgaire, les croyances et tendances, les mœurs, 
les us et coutumes, les sectes, la culture, les œuvres littéraires de ce 
temps. Ici, il est vrai, l'attitude de réserve dont nous parlions aurait dû se 
généraliser: si l'on prétend ne tenir compte que des faits, encore faut-il 
commencer par les hien établir et les bien circonstanciée Or, malgré le 
dépouillement assez méthodique, entrepris depuis longtemps par la science 



BIBLIOGRAPHIE 297 

tant chrétienne que juive, de toutes les sources rabbiniques, talmudiques 
et midraschiques qui peuvent jeter quelque lumière sur le judaïsme de 
l'époque visée, il s'en faut que cette besogne préparatoire si nécessaire 
soit suffisamment avancée pour autoriser d'ores et déjà à retracer et à 
apprécier ce considérable moment de l'histoire religieuse. Plus d'un théo- 
logien, cependant, quelque insuffisant que fût son bagage de faits bien 
datés et contrôlés, a cru devoir passer outre, et dans des matières où 
l'imagination et l'interprétation subjective peuvent jouer un si grand 
rôle, l'indéracinable préjugé a eu tôt fait d'amollir le plus sincère désir 
d'impartialité. C'est avec une documentation forcément superficielle, 
interprétée selon le vœu secret d'une conception a priori, qu'un grand 
nombre d'historiens, d'un mérite et d'un talent d'ailleurs indéniables, 
ont accoutumé d'exposer au grand public comment, sur les restes d'un 
judaïsme d'où la vie, assure-t-on, s'était retirée, a fleuri la foi de Jésus, 
des apôtres et des premières communautés chrétiennes. Quelques-uns, 
cependant, faisant état plus largement des informations juives, n'ont pas 
craint de battre en brèche les notions reçues et nous ont mis dès lors 
plus à l'aise pour traiter librement de ces problèmes délicats. 

C'est ainsi que, dans ces tout derniers temps, un théologien sociologue 
d'Allemagne a proposé une nouvelle conception, au moins curieuse, 
des origines du christianisme, qui dénie aux sources chrétiennes toute 
valeur documentaire pour juger du mouvement religieux en Palestine au 
ie r siècle. L'auteur de ce paradoxe sensationnel, Albert Kalthoft, récuse le 
témoignage des Évangiles et des épîtres, qu'il ne croit pas antérieures à 
l'époque de Trajan et relègue dans le domaine de la fiction mythique la 
personne même de Jésus et celle de saint Paul. Les Évangiles auraient été, 
comme il appert de nombreux indices intrinsèques, composés à Rome et 
ne seraient autre chose que des spécimens de littérature messianique, 
analogues au livre de Daniel, et reflétant à travers les aventures ima- 
ginaires d'un héros-martyr, les persécutions et tribulations subies au 
commencement du 11 e siècle par la jeune communauté chrétienne formée 
de divers groupements ou confréries d'origine tant païenne que juive. 

A vrai dire, les thèses hardies développées dans Das Christusproblem, 
paru en 1903, complété en 1904 par une seconde brochure Die Entstehung 
des Christentums, neue Beitrâge zum Christusproblem, ne sont pas entiè- 
rement nouvelles, mais jamais elles n'avaient été expriméesavec autant de 
sérieux, exclusif de tout dessein de mystification, avec une documenta- 
tion aussi étendue et une aussi grande richesse d'aperçus suggestifs. Ce 
qui en augmente l'intérêt, c'est qu'elles sont l'œuvre non d'un laïque, 
mais d'un pasteur très convaincu et plein de foi dans l'avenir du chris- 
tianisme tel qu'il le conçoit. Les opinions de Kalthoff représentent dans le 
protestantisme allemand une effort assez semblable, quoique plus radical, 
à celui de l'abbé Loisy en France. Elles n'ont pas été sans faire sensation 
et même scandale dans le camp des théologiens d'outre-Rhin. Seul, que 
nous sachions, le pasteur Frédéric Steudel y a adhéré. Mais elles ont 
beaucoup ému et scandalisé les auteurs visés parla critique incisive et 
T. LIV, n» 108. 20 



298 REVUE DES ETUDES JUIVES 

ironique de Kalthoff, Bousset et Harnack notamment (voir sur cette polé- 
mique l'article de F. Perles, dans le journal Ost und West, n° de juin 1904). 
M. B. Kellermann s'est proposé, dans la brochure que nous annonçons, 
de résumer et de vulgariser pour les lecteurs juifs les théories de Kalthoff 
sur la genèse du christianisme et les principaux points de sa spécieuse 
argumentation. Kellermann l'ait des réserves sur la partie dogmatique 
des conceptions de Kalthoff, mais il en adopte à peu près tous les résul- 
tats en matière de critique historique. C'est aller un peu loin. Ce qu'il y 
a de plus solide, à notre sens, dans ses travaux, c'est d'abord la manière 
dont il dénonce le subjectivisme et 1' «alexandrinisme» de la christologie 
de Harnack, Pfleiderer, Wernle, Wellhausen et des autres critiques pré- 
tendus affranchis, c'est ensuite l'analyse et la détermination des différents 
facteurs philosophique, économique, messianique, dont la synthèse, à 
un moment historique favorable, a fait l'Église. Kalthoff cherche et trouve 
dans la littérature préchrétienne, Ancien Testament, écrits hellénistiques, 
textes apocalyptiques, tout l'essentiel de la théologie et de l'éthique du 
Nouveau Testament, et chez les écrivains de l'école stoïcienne le meilleur 
des aspirations sociales et communistes des Évangiles. Mais, si objective 
que soit sa méthode de recherches, elle est dominée par un principe qui 
est loin d'être un axiome, c'est que l'individu n'est que la résultante du 
milieu social et, comme il le dit lui-même, « le point d'intersection de 
plusieurs lignes de culture ». Kalthoff refuse a priori, conformément à ce 
déterminisme historique, de rattacher à une ou plusieurs individualités 
un mouvement aussi complexe et aussi puissant que le christianisme. 
Et il s'y refuse d'autant plus que l'absence de témoignages probants et 
contemporains en faveur de la personne historique de Jésus autorise le 
plus complet scepticisme. Mais, de même que la sociologie de Kalthoft 
est sujette à caution, il est peut-être risqué de tenir pour nuls et non 
avenus, indépendamment de ce qu'il peut y avoir quand même d'histo- 
rique sous la fiction évangélique, le renseignement fourni par Josèphe, 
et, si peu consistante qu'elle soit, la tradition rabbinique elle-même. Il 
serait à coup sur piquant, mais non tout à fait invraisemblable, que le 
témoignage le moins suspect sur le Jésus de l'histoire fut de provenance 
juive. Quoi qu'il en soit, il y a beaucoup à retenir des pénétrantes études 
de Kalthoff. 

M. Kellermann en a pris texte pour examiner à la fin de sa brochure 
le problème des Minim. Il y réfute les vues bien connues de Friedlânder 
à ce sujet, reprend, avec des arguments nouveaux, la thèse de Joël sur 
les rapports entre le judéo-christianisme et le gnosticisme et voit dans le 
gnosticisme la forme originelle du christianisme paulinien, qui a été 
selon lui V « Urchristentum ». De sorte que les Minim qui ont encouru 
les foudres pharisiennes sont bien peut-être des gnostiques, mais en ce 
sens que ces derniers se confondent avec l'élément chrétien primitif 
antinomiste. 

Quand tous ces problèmes relatifs aux sectes et aux courants religieux 
nés au sein du judaïsme ou près de lui seront mieux élucidés, une tâche 



BIBLIOGRAPHIE 299 

s'imposera aux savants qui ont étudié le passé d'Israël sans prévention, 
ce sera d'expliquer du point de vue d'une science réellement objective et 
de bonne foi la formation du christianisme au sein de la société juive, 
son développement et les raisons de sa diffusion en Palestine et hors de 
la Palestine, le caractère de la lutte entre la religion-mère et les sectes 
rivales, en utilisant à cet effet les résultats fournis par une saine critique 
touchant l'âge, la valeur relative, les tendances diverses des documents 
évangéliqnes, apostoliques et patristiques, en tenant compte, d'autre part, 
avec discernement, des renseignements fournis par les sources juives 
encore si incomplètement explorées. En attendant, il convient d'ac- 
cueillir avec intérêt tout essai consciencieux qui, se prévalant de la 
meilleure approximation de vérité historique obtenue jusqu'à ce jour, 
essaie d'orienter le public dans les dédales de ces origines encore si 
controversées. 

C'est une esquisse de ce genre, conçue sous une forme toute populaire, 
mais appuyée sur une connaissance assez solide de l'histoire juive et des 
travaux récents de la critique du Nouveau Testament, qu'a publiée récem- 
ment le D r Ignaz Ziegler, rabbin à Karlsbad ; son petit travail intitulé : 
La lutte entre le Judaïsme et le Christianisme dans les trois premiers 
siècles chrétiens, s'adresse à des lecteurs juifs. Il estime que ceux-ci 
doivent être renseignés sur ce sujet d'intérêt capital autrement que par 
des ouvrages dominés, quoiqu'ils en aient, et jusqu'aux plus modérés, 
par l'esprit de tendance. A. ses yeux, un Juif, bien informé et d'esprit 
libre, aura plus de chance de rencontrer ici l'objectivité véritable. Illusion 
ou impertinence, pensera peut-être le lecteur chrétien. En tout cas, M. Z. 
ne craint pas d'affronter le jugement de ce dernier à condition qu'il 
veuille bien tenir compte comme lui des résultats les plus assurés ou 
probables de la critique compétente. 

Pour rendre sa brochure plus attrayante et plus accessible, l'auteur en 
a volontairement écarté tout appareil d'érudition, réduisant les citations 
au minimum et s'abstenant généralement de donner ses références. Ceci 
est de nature à affaiblir la force probante de ses démonstrations. Et l'on 
ne sait pas toujours quelle est la part personnelle de l'auteur dans les 
hypothèses dont il est fait état. Ce qui lui appartient, c'est l'agrément de 
la rédaction, l'habileté et la lucidité de l'exposition, particulièrement 
louables dans un sujet épineux où l'on se fourvoie si aisément dans les 
digressions. 

La question a étudier s'est posée à son esprit sous la forme suivante : 
Pourquoi le Judaïsme, après avoir développé avec succès une puissante 
propagande parmi les Grecs et les Romains, ne s'est-il pas approprié la 
pensée de Paul, qui sut gagner d'emblée le paganisme par l'abrogation 
de la Loi et triompher ainsi dans la mêlée des tendances religieuses de 
l'époque? Et pourquoi, après s'être montré si ardent a refuser tout pacte 
a\ec le paganisme, a-t-il paru si indolent, si peu combatif, en présence 
de la victorieuse diffusion du christianisme ? Que si ce n'est la qu'une 
apparence, s'il a au contraire réellement lutté pour la conquête des 



300 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

âmes, comment l'a-t-il fait, sous quelle forme et par quels moyens? 

Ces questions sont bien posées; la réponse est, avec, çà et là, des exa- 
gérations, des erreurs, des réflexions hasardeuses, pleine de faits bien 
groupés et bien enchaînés. On y trouve, à côté de vues depuis longtemps 
en circulation, d'autres plus nouvelles, fruits des plus récentes recherches 
sur l'authenticité des écrits pauliniens et apostoliques. La première partie, 
consacrée à la critique des rapports présumables de Jésus avec les diffé- 
rentes autorités constituées de son temps aboutit à la conclusion suivante : 
la majorité des docteurs du i er siècle n'avaient nulle raison plausible 
de combattre l'homme respectueux de la Loi qu'a dû être Jésus, et, en 
effet, ne Font pas combattu. Jésus, qui s'est donné comme un Messie 
national, aurait été victime de l'inquiétude politique des Hérodiens, 
lesquels, de concert avec les grands-prêtres et une aristocratie servile, y 
compris un certain nombre de Pharisiens mauvais teint, exigèrent que 
Pilate le sacrifiât. 

M. Z. fait bien voir que le mouvement a dû être surtout politique et 
national, et que c'est l'agitateur qui fut poursuivi et condamné en Jésus. 
Il y a peut-être cependant quelque exagération à réduire presque à rien 
les motifs d'hostilité d'ordre religieux qu'on a pu faire valoir contre sa 
propagande. D'après Matth., vu, 28-29, Jésus parlait d'autorité et non 
comme les scribes, c'est-a-dire qu'il ne se réclamait pas de telle et telle 
opinion, comme l'exigeait l'usage rabbinique. S'il en a été réellement 
ainsi, il a pu y avoir la matière à un grief sérieux, sans aller toutefois 
jusqu'à une haine mortelle. 

M Z. explique comment les deux tendances essentielles, mais complé- 
mentaires du messianisme prophétique, la tendance particulariste et la 
tendance humanitaire ou internationaliste, ont fait fortune plus spéciale- 
ment, sinon exclusivement, Tune en Palestine, l'autre dans la Diaspora. 
Là où les Juifs ont été mêlés plus étroitement au paganisme hellénique, 
on attendait un Messie dont la mission fût plutôt morale que nationale. 
Attendait-on qu'il résolût, entre autres, la grave question de savoir si les 
païens pourraient entrer ou non, sans se soumettre aux lois cérémo- 
nielles, dans la famille d'Abraham? M. Z. le suppose (p. 31) assez arbi- 
trairement. 

C'est à Paul de Tarse, juif non pas pharisien, mais helléniste, comme 
une critique soigneuse des dates et un examen attentif de certains textes 
manifestement tendancieux semble l'établir (v. p. 49 et suiv.) qu'il était 
réservé de faire de Jésus, de ce personnage qui n'eût guère laissé de 
traces, si l'épisode fût resté confine à la Palestine, un Messie selon la 
formule rêvée par les internationalistes de la Diaspora. 

Toutefois la notion du Messie ressuscité ne fut guère accueillie que des 
Grecs crédules habitués à des mythes analogues. Les Juifs reçurent fraî- 
chement les apôtres du nouveau dogme. Le salut se fera donc contre eux, 
quand Paul se sera vu obligé de renoncer à les convertir. Pourquoi, se 
demande M. Z., durant cette propagande, nulle voix ne se fait-elle entendre 
au Beth-Din de Jérusalem pour soutenir la foi circonvenue des commu- 



BIBLIOGRAPHIE 301 

naulés juives extra-palestiniennes? C'est, dit-il, qu'après Tan 40 et jus- 
qu'en 135 la métropole fut trop occupée de questions vitales et d'agitations 
intérieures pour avoir l'oreille à ces choses du dehors. De fait, le silence 
des textes rabbiniques à l'égard de la période envisagée fait croire que la 
question ne fut pas à l'ordre du jour, ou, plutôt, dirons-nous, que les 
progrès de la secte des partisans de Jésus ont été purement et simplement 
ignorés, un judéo-chrétien ayant dû longtemps ressembler à s'y méprendre 
à un Juif On ne perçoit d'allusion à la nouvelle foi que vers la fin du 
r r sièele. dans la bouche de docteurs qui en avaient entendu parler peut-être 
à Rome où ils séjournèrent quelque temps, Eliézer b. Hyrkanos, Gamliel II, 
Josua b. Hanania, Akiba. Ici, M. Z. fait des suppositions un peu hasar- 
deuses sur les impressions que ce séjour put inspirer à ces docteurs tou- 
chant le christianisme. Ils y auraient conçu une opinion assez favorable 
de sa diffusion chez les païens. Aucun texte n'autorise une semblable 
hypothèse. Leurs rapports avec les Minim, dont on trouve quelques traces, 
ne peuvent s'entendre qu'avec des judéo-chrétiens de Palestine, dont on 
commençait à se méfier sérieusement. Akiba a-t-il vraiment « constaté 
sans déplaisir la diffusion du christianisme » (p. 61) même comme prépa- 
rant la voie au messianisme juif? Cette diffusion n'était pas encore assez 
considérable vers 95 pour qu'elle ui 'ait inspiré ces vues de haute phi- 
losophie religieuse. Et n'est-ce pas, d'autre part, un peu par réaction 
contre les progrès du christianisme et des autres sectes antinomistes 
qu'Akiba s'est fait le légaliste renforcé qu'on connaît? Quand plus tard 
R. Néhémia prononce cette curieuse parole (San., 97 a, : « le Messie ne 
paraîtra que lorsque tout l'empire romain sera converti au christia- 
nisme», cette conversion, loin d'être considérée comme un bienfait en 
elle-même, apparaît bien plutôt comme un mal dont l'excès même hâtera 
l'avènement des temps meilleurs. Il ne s'agit pas d'une transition heu- 
reuse entre l'erreur et la vérité, mais d'une aberration générale qui 
rendra inévitable la manifestation de cette vérité même. Le mot de Josua 
b. Hanania, Hacidé oummot kaolam, etc., vise apparemment les demi-pro- 
sélytes, les païens judaïsants ou vivant selon les lois noachites : je doute 
que l'illustre docteur l'ait appliqué spécialement aux pagano-chrétiens. 

On ne sait rien des controverses qui ont dû se produire en Palestine au 
début du u e siècle. Comme déjà la catastrophe de 70, la guerre de Quiétus 
sous Trajan semble bien avoir accentué la séparation entre les destinées 
juives et chrétiennes. 

C'est au début du ui e siècle, d'après M. Z., mais déjà, je crois, dans le 
dernier tiers du ne siècle, Césarée étant devenue le siège d'un évêché, puis 
d'une école de théologiens chrétiens et en même temps la métropole de la 
science juive, que le christianisme revient de la Diaspora en Palestine. 
Déjà fort solidement constitué en dogmes, il est l'objet de controverses 
entre clercs et docteurs. M. Z. souligne le caractère dogmatique de ces 
controverses. Il semble exagérer ici le nombre et l'importance des allu- 
sions juives aux dogmes chrétiens. 

Il est plus heurpux en montrant comment les homélistes juifs usent 



302 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

de toutes les ressources de la dialectique midraschique pour lutter contre 
la mauvaise impression que pouvait produire en Israël le spectacle de 
l'insuccès de ses efforts politiques de restauration, insuccès interprété par 
l'Église comme un signe de déchéance religieuse et comme une preuve 
éclatante, encore qu'indirecte, de sa propre vérité. Avec insistance, le 
Midrasch s'efforce de démontrer qu'Israël reste le peuple de Dieu malgré 
la défaite. A l'argumentation chrétienne qui infirme la valeur de la Loi 
en alléguant, par exemple, Abraham justifié avant la circoncision, s'op- 
pose la naïve conviction que les patriarches ont tous pratiqué la Tora, 
et que Dieu lui-même l'observe 

Après cette ère de controverses, le judaïsme se renferme de plus en 
plus jalousement dans le réseau de la Loi préservatrice. Selon M. Z., on 
peut dire que l'intransigeance juive a non seulement sauvé le judaïsme 
mais empêché le christianisme en cours de développement de tomber du 
côté où il penchait, c'est-a-dire du côté du paganisme. « Sans la tendance 
conservatrice des douze apôtres, dit un théologien chrétien cité par M. Z , 
qui tinrent ferme à rester solidaires avec leur peuple dans la joie et dans 
la peine, le trésor de l'Ancien Testament aurait difficilement été conservé 
dans le christianisme. Le siècle suivant a produit un tel afflux de pensée 
hellénique qu'on le doit remercier pour les fortes ancres avec lesquelles 
il a rattaché le christianisme au fond solide de la Révélation de l'Ancien 
Testament. » 

L'auteur termine par de longues considérations sur le monothéisme 
strict, ses exigences, les rapports entre le facteur religieux et le facteur 
national en Israël, qui ne manquent pas d'intérêt, ni parfois d'éloquence, 
mais que nous n'avons pas a apprécier ici. 

Souhaitons que cette brochure de bonne vulgarisation devienne un 
jour un livre écrit avec la documentation et l'ampleur qui conviennent 
au sujet. 

Julien Weill. 



Barol (M.), Menachem ben Simon aus Posquières und sein Kom- 
mentar zu Jeremia und Ezechiel. Berlin, Mayer et Mûller, 1907; in-8° 
de vm 4- 58 pp. 

L'âge d'or de l'histoire de l'exégèse en Espagne fut suivi d'une seconde 
floraison en Provence 1 , a la suite de l'immigration de savants venus de 
la péninsule ibérique, qui, maîtres delà langue arabe et familiarisés avec 
les ouvrages des classiques judéo-arabes, exercèrent dans le sud de la 
France leur triple activité de maîtres, de traducteurs et d'écrivains. 

1. Dans la littérature rabbinique ce nom s'applique au Languedoc aussi bien qu'à la 
Provence : c'est la « Province » romaine. 



BIBLIOGRAPHIE 303 

L'exégèse scripturaire basée sur la philologie scientifique et sur la raison 
réfléchie y fut introduite, si Ton fait abstraction du séjour passager 
d* Abraham Ibn Ezra, par Joseph Kiuihi et c'est à lui que vient se joindre, 
outre ses deux fils Moïse et David, un autre de ses disciples les plus émi- 
nents, mais peu remarqué jusqu'ici : Menahem ben Simon de Posquières. 

Menahem termina en 1 1 *.» 1 un commentaire sur Jérémie, qui avait été 
précédé d'un autre sur Ézéchiel; l'un et l'autre se sont conservés dans 
deux manuscrits, le premier à Paris (Bibliothèque Nationale, n° 192), 
l'autre a Londres Ms. (British Muséum, Catal. Margoliouth, I, n° 237\ Mais 
les deux copies proviennent d'un même texte, car, à part des variantes 
de détail voir p. 8, n. 2), dans l'un comme dans l'autre le commentaire 
d'Ézéchiel s'interrompt à xliv, 18. et il n'y a pas lieu de supposer que 
Menahem se soit attaqué à Jérémie avant d'avoir terminé Ezéchiel. De ces 
commentaires, Dukes d'abord l et d'autres après lui (v. p. 8-9) avaient 
donné quelques extraits, mais M. Barol compte les publier intégralement 
et son étude présente, composée avec science et conscience, se donne 
précisément comme une sorte d'introduction à l'édition projetée. 

Les commentaires auxquels l'exégèse de Menahem ressemble le plus 
sont ceux d'ibn Ezra, avec ces différences que la partie grammaticale et 
lexicographique est chez lui encore plus importante, que la philosophie 
et l'allégorie ne sont pas mises à contribution, que le côté esthétique de 
l'Écriture sainte est pris en considération et que la langue est claire et 
appropriée au sujet (p. 26 et suiv.), qualités qui permettent de ranger 
l'auteur à côté des classiques représentants espagnols du Peschat. Il y a 
donc lieu d'admettre avec M. Barol (p. 6 et suiv.) qu'il a commenté Jérémie 
et Ezéchiel vraisembla blement parce que les commentaires d'ibn Ezra 
font justement défaut sur ces deux livres. Il est vrai que ce dernier se 
réfère parfois à des explications qu'il a données sur ces deux livres; mais 
on ne doit pas en conclure à l'existence de commentaires suivis, mais 
tout au plus a celle de notes préparatoires, opinion que j'ai moi-même 
développée* et qu'il aurait fallu indiquer ici. 

Menahem a en commun avec Ibn Ezra l'abondante utilisation, on 
pourrait dire l'exploitation des ouvrages antérieurs; ces prédécesseurs, 
qui ne sont pas toujours nommés, sont relevés en détail par M. Barol 
(p. 22 et suiv ). Comme il est très probable qu'il ne savait pas l'arabe 
(p. 25, n. 6), il a mis a profit les travaux composés en cette langue dans 
des traductions hébraïques : les écrits de Hayyoudj dans la traduction 
d'ibn Chiquitilla 3 , la grammaire et le dictionnaire d'Aboulwalid (à l'égard 
duquel sa dépendance est la plus étroite) dans celles de Juda Ibn Tibbon, 
le Moustalhak, enfin, qu'il appelle rwi»nn n&O, dans celle d'Obadya, 
comme le montre la ressemblance littérale des deux textes (p. 28)*. 
D'ailleurs, Menahem n'est pas le plus ancien auteur qui l'utilise, car elle 

1. Ltbl. d. Orients, 1847, p. 513 et suiv. 

2. Z. f. //.fi., VII, 82. 

3. M. B. écrit Chikitilla ; il faut ou Gikatilla ou Chiquitilla. 

4. Rectifier d'après cela mon indication dans Revue, LU (1906), 58. 



304 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

est également connue d'un contemporain du nord de la France, le 
commentaire anonyme de Job édité par Wright ! . 

Il est singulier que Menahem n'ait laissé que peu de traces dans la 
littérature juive. Il n'est cité nommément que par son neveu, l'auteur 
anonyme de l'ouvrage grammatical Sékhel Tob* (p 2, n. 1), mais peut- 
être a-t-il été également connu et utilisé par Moïse b. Schéschet (p. 2, n. 2). 

Comme M. Barol se propose d'éditer complètement le commentaire, il 
a évité d'en donner dans son étude de longs extraits et il n'en a reproduit 
qu'à l'occasion. En revanche, il en fournit à la fin sous la forme 
d'annexés. L'annexe I a contient 4 citations de Saadia qui se trouvent 
dans Menahem; la quatrième, sur Ez., xm, 17, se rapporte à l'histoire de 
la pythonisse d'Endor et était déjà connue (cf. p. 51, n. 1), mais les trois 
premières, sur Jér., i, 5, 6 et u, il, sont inédites. Cependant, il ne faut 
pas en conclure que Menahem aurait connu le commentaire du Gaon sur 
Jérémie (qui a d'ailleurs certainement existé), d'autant plus qu'il ne 
connaissait pas l'arabe : il a emprunté ces citations à une source secondaire. 
En outre, il donne formellement la première comme ayant été reçue 
oralement oan p izn^Bta b"T rm*o m "paon br ^jkïï piosn ht 'ibv, 
ce qui doit probablement se rapporter aussi à I, 6. Quant à l'explication 
de Tan, dans li, il, comme Ta»n, Isaac b. Elazar Hallévi la donne 
effectivement comme étant de Samuel ha-Naguid, non dans le Se fat Yéter, 
mais dans son Séfer ha-Riqma* de sorte que la paternité de Saadya 

1. V. Revue, ibid. — L'explication de Menahem sur Jér., vin, 13, concorde presque 
littéralement avec celle d'Ibn Bal'âm. Elle est ainsi conçue (publiée par Antoine Lévy, 
Die Exégèse bei den franzôsischen Israeliten. p. 24) : 'n tDN3 tI3B">C>N t|BN 

Cib^dn "ï?m isaiT œvTN spao tp-o t|b«m *p*n ■'anbyfc ni-pn rpN 
■«dion muTa npy?3 tpNn œ-)B72 «*i r^n imbjfia suinta Tins ton 
}Tb=n nm-o "psy ■hdtyhdi nrtN ^aja tarroiz; ttpi i. asn) ann. 

Comp. le commentaire d'Ibn Bal'àm (dont l'édition, par M. Israelsohn, est sous 

presse) : b^pn b?BbN "|Nb bj'sbN H^^ T} p niSttb» . 'n DN3 DS^DN E|ON 

^b Nnbnn rrnT» CjbsbN pan in NH372 bNipN n?TN:nm rpsa -nxttbfcn 
ûb^on bn72 ■pjb» br»3»73 n:ab C|-s5 -nas» im tpo Npm ■û-sjtp orra 
p ^3jn nnàb -na pi sd^on ^73 p "pa^-i rrbat» tpN'bN *pan tn n:-î373i 

*nnt3 ©"!» t)ON1 ^3J>73 p pD" 1 IN NH3731 D^'H ^DN "m* ITT »bl nbip 

n?:r:3T sin rpN p db^on pnwn DnjapN yni ^y?>hu ^d^i. Cependant 

cette concordance ne suffit pas pour permettre de considérer le commentaire d'Ibn 
Bal'àm comme source de Menahem. Sur le fond de l'explication, cf. Hayyoudj, ». v. 
tpo (éd. Jastrow, p. 108), Aboulwalid et Kimhi, s. v. C]DN. 

2. Édit. B. Meyer, Cracovie, 1894. 

3. Cf. Dukes, Ltbl. d. Orients, 1848. 710. Elle est citée de même par Ibn Bal'àm 
dans son commentaire précité, ad loc, au nom du pNBlbN b^NOH anN2£, c'est-à- 
dire de Samuel ha-Naguid, et combattue en termes très violents : cpbDD^N p NT m 
"POSnbN *>B npnSïbN TN àlD" 1 *HbN TJabN» — Joseph b. David de Grèce, 
dans son Menorat ha- M a or manuscrit (v. en dernier lieu à ce sujet mou Tanhoum 
Yerouschalmi, p. 38, n. 1), mentionne aussi cette explication au nom de Samuel 

d'abord, s. v. j b"i Taaïi bNi72iD 'n D3H ban ...ys "inN" 1 fnj'aTan p?n nT»l 
qiyb cpyn ma» o^na -îp^mn DJ'um ysyn rtT7D Nirr o^nn Tun naN 
"lia -pra n"?a ht -pdtn wi mnna. S. v. -na, il dit : «nan ""D ani 



BIBLIOGRAPHIE 305 

repose peut-être ici sur un malentendu. — L'annexe I 6 contient des 
additions aux citations du commentaire d'Ézéchielpar Hanancl b. Houschiel 
publiées pour la première fois par Dukes a . Comme ces citations n'étaient 
ni complètes ni très correctement reproduites, les émendations (p. 29, 
n. 4) et les additions sont des plus utiles. Menahem est en effet, à ce 
que nous savons jusqu'à présent, le seul auteur qui ait connu ce com- 
mentaire de Hananel (qu'il cite formellement sur xxiv. 5 : -m nbtti 
ïmott nooa VHÉn); mais il est remarquable qu'il ne le mentionne que 
sur les chap. xxn-xxvm : peut-être n'en a-t-il connu qu'un fragment. — 
Enfin l'annexe II contient les nombreuses explications citées par Menahem 
au nom de Moïse Kimhi, qui forment une nouvelle contribution à la con- 
naissance de l'exégèse de ce dernier*. Ces citations aussi ont déjà été 
publiées dans une thèse en hongrois (et pour cette raison inconnue) sur 
Moïse Kimhi, par M. Schwarz 3 , mais elles l'avaient été, elles aussi, incom- 
plètement et fautivement. Ainsi que le suppose M. Barol (p. 34, n. 1) 
Menahem les a probablement entendues de la bouche de Moïse pendant 
leurs études communes sous la direction du père de ce dernier. Quant à 
David Kimhi, un peu plus jeune, Menahem ne le cite jamais pas plus 
qu'il n'est cité par lui. Si l'on trouve néanmoins les mêmes explications 
en beaucoup de passages, c'est que Joseph Kimhi aura été la source 
commune. 

Nous espérons voir très prochainement l'édition projetée par M. Barol, 
qui promet d'être un enrichissement précieux de la littérature exégétique 
du moyen âge. 

Varsovie. 

Samuel Poznanski. 



rrai-D ma pw finm ibpxw mp Trabm ïwobi irpa *p 3 * **">" Q^snn 
■pja TOan bKiMta 'n mn "raro -nai îaabrrn imam "p? p oa tnm 

1. Ltbl. d. Orienta, 1848, 209 et suiv., où les a prises Berliner, Migdal Hananel, 
p. 43-44. 

2. Sur Jér., xxm, 36, il est inutile de corriger rtsmriH N7Î en n^TTl NH (cf. 
aussi Bâcher, Abraham Ibn Esra als Grammatiker, p. 121, n. 21) ; sur Ezéch., vu, 
7, cf. mon Tanhoum Yerouschalmi, p. 36. — Le grammairien anonyme (p"1p"l72, 
cf. p. 34) cité par Menahem sur Jér., xvi, 16, au sujet de la forme DI-PTl n'est pas 
Moïse Kimhi, mais lsaac ibn Yaschoùsch (v. en dernier lieu Revue, XXXVI, 301, et la 
littérature citée à cet endroit). Mais Menahem pouvait avoir emprunté son opinion à 
Moïse Kimhi sur Job, xxn, 22. 

3. Budapest, 1893. 



ADDITIONS ET RECTIFICATIONS 






T. LIV. pp. 134 et s. — La Meguilla de Saragosse publiée par M. Danon 
a paru presqu'en même temps dans l'ouvrage de S A. Rosanes, Tt^ "nm 
ntnmnu b&rni^, I ro partie (Husiatyn, 1907). pp. 209-212, qui la désigne 
également comme inédite. En réalité, elle a déjà été imprimée deux fois, 
d'abord à part, dans une plaquette intitulée D"i3NO*i:nND nbaw (Jérusalem, 
1872; 5 ff. pet. in-8<>) ; puis dans Moïse Zlatki, nwn "iD (Jérusalem, 1882\ 
fol 83-84. Cf. Steinschneider, Die Geschichtsliteralur der Juden, I, § 70, 
et mes additions dans J.Q.R., XV11I, 187-188. — Samuel Poznanski. 



Le gérant : 

Israël Lévi. 



TABLE DES MATIÈRES 



REVUE 

ARTICLES DE FOND 

Aptowitzer ( V. ) Mélanges 54 

Buechler (A.). Le mot obprm dans le Kaddisch 194 

Danon (Abr.). Quelques Pourim locaux 113 

Darmesteter (Arsène). Les Gloses françaises de Raschi dans la Bible 

{suite) 1 et 20b 

Hildenfinger (P.). La typographie hébraïque de Villeneuve 259 

Lévi (Israël). I. La colonie juive d'Assouan au ve siècle avant l'ère 

chrétienne 35 

II. Le temple du Dieu Yahou et la colonie juive d'Éléphantine 

au v e siècle avant l'ère chrétienne 153 

III. Notes sur le texte araméen du Testament de Lévi récem- 
ment découvert 166 

Lévy (Isidore). Notes sur la géographie biblique de Josèphe 45 

Liber (M.). Le commentaire du Pentateuque attribué à Ascher 

b. Yehiel et le manuscrit hébreu n° 399 de Dresde 04 

Marmorstein (A.). Les « Épicuriens » dans la littérature talmudique. 181 
Mitrani-Samarian (S). I Le sac de Cordoue et le testament d'Anton 

de Montoro 236 

IL Un sermon valencien de saint Vincent Ferrer 241 

III. Un typographe juif en Espagne avant 1482 246 

Schwab (Moïse). I Version espagnole des Alphabets de Ben-Sira. . . . 107 

IL Une homélie judéo-espagnole 253 

Wellesz (J.). Hayyim b. Isaac Or Zaroua 102 

NOTES ET MÉLANGES. 

Bâcher (W.). I. Essai d'une nouvelle explication de l'expression 

NB ,, P"W 273 

T - • t 

II. Deux corrections aux poésies de Samuel Hanaguid 275 

Bauer (Jules). Les Juifs comtadins pendant la Révolution 284 



308 REVUE DES ÉTUDES JUIVES 

Buechler (Ad.)- La Septante sur I Samuel, y, 6, 9 269 

Jusselin (Maurice). Projet d'ordonnance concernant la situation des 

Juifs sous Jean II le Bon 142 

Lambert (Mayer). Notes exégétiques et grammaticales 267 

Lévi (Israël). Le martyre des sept Macchabées dans la Pesikta Rabbati. 438 

Mitrani-Samarian (S.). Deux Juifs capturés par les Uscoques 280 

Poznanski (Samuel). I. Le nom de 'Isa porté par des Juifs 276 

II. La version espagnole des Alphabets de Ben Sira 279 

Reinach (Théodore). Hérodote et le Talmud 271 

Schwab (Moïse). Une inscription hébraïque à Chalcis 282 

Simonsen (D.). Les marchands juifs appelés « Radanites » 141 



BIBLIOGRAPHIE. 

Dussaud (René). Sidon, a study in oriental history, par Frederick 

Garl Eiselin 287 

Lambert (Mayer). Sprachwissenschaftliche Untersuchungen zum Se- 

mitischen, par J. Barth 285 

Poznanski (Samuel). I. Zur Wurdigung der Exégèse Joseph Kara's 
[Avec : v'd *pn73 Vin «np rp*p 'ib d^bbiid nso tbw*b 

■pi[3\Z53B3> *p3>731Z3 D^HD-pp], par S Eppenstein 147 1 / 

II. Menachem ben Simon aus Posquières und sein Kommentar 

zu Jeremia und Ezechiel, par M Barol 302 

Schwab (Moïse). Les Arabes en Syrie avant l'Islam, par R. Dussaud.. . 290 
Weill (Julien). I. Das Wesen des prophetischen Judentums. Ein Bei- 

trag zum Verstândniss der Propheten, par S. Kaatz 291 

II. The Samaritans, the earliest Jewish sect, their history, 

theology and literature, par James Alan Montgomery 294 

III. Kritische Beitrâge zur Entstehungsgeschichte des Christen- 
tums, par B. Kellermann. — Der Kampf zwischen Judentum 
und Christentum in den ersten drei christlichen Jahrhun- 
derten, par Ignaz Ziegler 296 

Additions et rectifications 306 

Table des matières 307 



VERSAILLES. — IMPRIMERIES CERF, 59, RUE DUPLESSIS. 



BINDIWG SECT. ÛCÎ2 7 1980 



DS Revue des études juives; 

101 historia judaica 

R45 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY